A propos des théories de la fascisation (1973)

[Publié dans Front Rouge le 5 juillet 1976.]

La vague de répression qui s’abat sur les luttes ouvrières (Fos, Besançon, Grasse), la dissolution de la Ligue ” Communiste ” la manifestation du P ” C ” F pour ” la défense des libertés “, remettent à l’ordre du jour une question politique importante : oui ou non, existe-t-il en France un danger fasciste ? La bourgeoisie s’engage-t-elle dans un processus qui mène au fascisme ?

des mesures répressives dans le cadre de la démocratie bourgeoise

A l’appui de la théorie de la ” fascisation du pouvoir “, ses partisans apportent une série de preuves matérielles du renforcement de la dictature de la bourgeoisie : renforcement considérable de la police, développement de la branche ” Défense Opérationnelle du Territoire ” de l’armée, (spécialisée dans la répression d’éventuels mouvements insurrectionnels), adoption de lois répressives réactionnaires (notamment la fameuse loi ” anti-casseurs ” etc…

Mais chacun sait que le pouvoir de la bourgeoisie s’exerce par son appareil d’Etat répressif, et que, dans le cadre même du régime de démocratie bourgeoise, la bourgeoisie n’hésite pas à le faire intervenir pour réprimer la classe ouvrière et les révolutionnaires, et se préoccupe constamment de le renforcer.

Des ” lois scélérates ” d’avant 1914 à l’emprisonnement des communistes en 1920, de la constitution des CRS (avec des débris des GMR Vichystes) à la répression des grèves de 48, du ” complot des pigeons ” à l’application de l’article 16 pendant la guerre d’Algérie, de telles mesures n’ont pas manqué dans l’histoire de nos ” républiques Démocratiques “.

Aussi est-ce dans la situation politique, dans la réalité des rapports de classe au moment présent de l’histoire, et non dans l’existence d’une série de mesures réactionnaires qu’on peut trouver la réponse à la question des projets politiques de la bourgeoisie.

L’expérience de l’instauration ou des tentatives d’instauration du fascisme dans les métropoles impérialistes montre que le fascisme est le produit politique de l’impérialisme, du capitalisme des monopoles : le fascisme comme le montrait Dimitrov au VIIe congrès de l’Internationale Communiste visait alors à faire retomber tout le poids de la crise économique sur la classe ouvrière, à préparer la guerre pour l’asservissement des peuples semi-coloniaux et le repartage du monde, à devancer la montée des forces de la Révolution en écrasant le mouvement Révolutionnaire des ouvriers et des paysans.

Crise économique d’une profondeur et d’une durée sans précédent, lutte pour le repartage du monde, montée de la Révolution Prolétarienne : ces trois traits sont effectivement typiques de l’impérialisme, du capitalisme agonisant. Aussi les communistes avaient-ils raison, au lendemain de la victoire dans la guerre anti-fasciste, de souligner que le germe du fascisme demeurait, que le danger fasciste ne disparaîtrait de la surface du globe qu’avec la formation qui le secrète : l’impérialisme.

De là à faire de la lutte contre le fascisme leur tactique permanente sous la dictature impérialiste, il y a un pas que les communistes ne franchiront pas. Revenons à notre pays aujourd’hui : la situation justifie-t-elle les théories sur la ” montée du fascisme ” ?

ou en est la crise de l’impérialisme ?

Sur le plan économique, la classe ouvrière connaît une aggravation de ses conditions de vie et de travail, marquée par l’intensification du travail, l’extension du chômage et la baisse du salaire réel ; les couches petites-bourgeoises traditionnelles et les paysans individuels se voient progressivement chassés de leurs anciennes positions et réduits à la condition de prolétaires, tandis que se développent des couches parasitaires ; à l’intérieur de la bourgeoisie elle-même, la concentration du capital progresse de jour en jour.

Autant de trait typiques de l’impérialisme à l’époque de sa crise générale.

Autant de signes de la dépression qui vient, auxquels il faut ajouter la crise monétaire désormais permanente et l’aiguisement de la concurrence inter-impérialiste ; mais non pas de traits d’une période de crise économique du type de celle des années 30 ; le grippage de toute la machine capitaliste, la régression considérable de la production qu’ont connus toutes les métropoles impérialistes, entre les 2 guerres, ne se sont pas encore produits.

Tant bien que mal, les bagnes capitalistes produisent chaque année plus d’automobiles, plus de biens de toutes sorte, amenant progressivement le marché vers une saturation qu’il n’a pas encore atteinte. Pour féroce qu’il soit dans sa course aux profits maximums, la question ne se pose pas encore à l’impérialisme de faire porter à la classe ouvrière le poids de la crise ” extrêmement profonde ” dont parlait Dimitrov et qui n’est pas encore là.

la question de l’influence du révisionnisme

Serait-ce alors dans la situation politique, dans la montée du mouvement révolutionnaire de la classe ouvrière qu’il faudrait chercher la justification de l’urgence de la lutte contre le danger fasciste ?

Dans les conditions de notre pays, quiconque ne se paye pas de mots doit lier son appréciation de la montée du mouvement révolutionnaire prolétarien à la perte de l’influence révisionniste sur une fraction appréciable de la classe ouvrière. Pour les marxistes-léninistes, la situation objective de la classe ouvrière en fait une classe révolutionnaire. La paupérisation qu’elle subit accélère sa tendance profonde à rejeter l’influence du P ” c ” F passé à la bourgeoisie, à envisager l’issue révolutionnaire et à s’organiser dans ce but.

Dès aujourd’hui, l’expérience accumulée dans les luttes quotidiennes tend à lui montrer que le P ” c ” F lui est étranger, qu’il ne sert en définitive que les intérêts d’une mince couche achetée par la bourgeoisie.

Mais notre confiance profonde dans les capacités révolutionnaires de la classe ouvrière notre certitude qu’elle saura rejeter le révisionnisme ne nous cache pas qu’il s’agira d’une lutte longue, difficile et complexe. Si au lendemain de mai-juin 68, une frange de la classe ouvrière rejetait la direction du P ” c ” F, et recherchait une perspective révolutionnaire, force est bien de constater que quelques années plus tard, ce germe de prise de conscience avait été gâché par l’opportunisme, que les mêmes travailleurs étaient pour un temps rentrés dans le rang militaient à la CGT et se montraient particulièrement furieux contre les ” gauchistes ” qui les avaient déçus.

Les grandes grèves qui, en 1971, ont vu les OS se dresser contre l’exploitation et ébranler l’édifice de collaboration de classe se sont déroulées sur des mots d’ordre qui, dans la lutte économique même, traduisaient encore l’influence du révisionnisme.

Et si aujourd’hui, après l’échec électoral subi par ” l’Union de la Gauche “, de nombreux travailleurs entrent en lutte sur leurs propres mots d’ordre, rejetant le point de vue et les calculs de ceux qui se préparent à gérer le capitalisme, et exprimant parfois leurs aspirations à la Révolution, nous sommes encore loin d’un mouvement révolutionnaire de masse, posant la question du pouvoir et disputant aux perspectives électorales révisionnistes en cul-de-sac, les larges masses de la classe ouvrière.

Les dernières élections législatives, la place qu’y a occupé ” l’Union de la gauche ” et les illusions qu’elle a pu semer, la préoccupation qu’a eue à cette occasion la bourgeoisie de reconstituer, à côté du parti révisionniste, un fort parti social-démocrate susceptible de participer à l’entreprise de tromperie électoraliste ne tracent pas le tableau d’une situation où la bourgeoisie se préparerait à renoncer aux commodités de la duperie parlementaire pour recourir au fascisme. Le révisionnisme et le réformisme sont encore pour un temps, de trop bons garants pour le maintien de son pouvoir.

Les théoriciens de la ” fascisation ” ont coutume de nier la difficile bataille contre le révisionnisme, de la considérer comme d’ores et déjà gagnée. Peu avant les élections de mars, au moment où le P ” C ” F et le PS avec la CGT et la CFDT, parvenaient à mettre pour l’essentiel sous l’éteignoir les luttes ouvrières en agitant leur ” Programme commun ” ; au moment où nos camarades dans les entreprises nous disaient combien notre juste position d’abstention Révolutionnaire était à contre-courant face aux faux espoirs de la victoire électorale de ” l’union de la Gauche “, les plus bêtes de ces pourfendeurs du danger fasciste trouvaient le moyen de claironner que l’électoralisme était définitivement battu en brèche dans la classe ouvrière !

Seule une secte étrangère dans son essence à la classe ouvrière, sourde à la voix des militants ouvriers qu’elle peut compter dans ses rangs, peut s’illusionner au point de prendre de cette manière son rabâchage de dogmes pour l’analyse de la situation concrète.

Les petits bourgeois à la traîne du P”C”F

Les théoriciens de la ” fascisation “, du ” fascisme qui vient d’en haut ” ont en effet deux traits fondamentaux qui leur sont communs : leur nature de classe et leur fonction politique.

Leur nature de classe d’abord : la petite-bourgeoisie, avec les illusions qu’elle traîne sur la démocratie bourgeoise, s’avère incapable de comprendre son caractère répressif, répressif à l’égard de la classe ouvrière et des larges masses. Chaque mesure de répression de la bourgeoisie, chaque renforcement de la dictature de la bourgeoisie, les voient redouter immédiatement le fascisme et voler au secours de la ” démocratie ” même quand elle n’est pas menacée par l’essentiel.

Leur fonction politique ensuite, profondément liée à cette nature de classe. Aujourd’hui que les premières brèches s’ouvrent dans la domination du révisionnisme sur la classe ouvrière, la tâche des révolutionnaires est de consacrer toute leur énergie à les élargir, à mobiliser les masses indépendamment des vieux partis dégénérés, à leur ouvrir, chemin faisant, la perspective de la Révolution Prolétarienne, à édifier dans cette lutte le Parti prolétarien. Ouvrir la perspective de la Révolution, établir sans hésiter une démarcation nette avec le révisionnisme, ces deux tâches sont indissolublement liées.

Or les révolutionnaristes petits-bourgeois, tout en proclamant que la seule alternative au fascisme est la révolution Prolétarienne, le socialisme, s’acharnent dans la pratique à maintenir la classe ouvrière dans le sillage du P ” c ” F, sous prétexte d’édifier, qui le Front Unique prolétarien, qui le Front Populaire antifasciste. Certains s’adressent ouvertement aux directions révisionnistes et réformistes pour leur proposer l’unité.

D’autres préfèrent proclamer que le Front Unique, le Front Populaire doivent se réaliser à la base. Dans la pratique, alors que malgré ses progrès, l’édification d’une force politique Révolutionnaire prolétarienne est encore à ses débuts, ils en viennent régulièrement à gesticuler comme les premiers à la queue des initiatives révisionnistes : c’est ce qu’ils avaient fait le 1er mai, c’est ce qu’ils viennent de faire le 20 juin : c’est ce qu’ils ne manqueront pas de faire ouvertement à l’occasion de la dissolution de la ” Ligue communiste “.

Les uns comme les autres, en brandissant le drapeau de la révolution prolétarienne pour mieux détourner les masses vers le révisionnisme, font diversion dans la tâche d’édification du Parti prolétarien.

à bas la répression contre le classe ouvrière !

Face à ces diversions. Les marxistes-léninistes ne se laissent pas détourner de leurs tâches de l’heure : commencer à arracher au révisionnisme, à gagner à la Révolution Prolétarienne une première fraction de la classe ouvrière, en visant principalement les plus exploitées.

Face aux diverses mesures de renforcement de la dictature bourgeoise, ils appelleront les masses à l’action en montrant le véritable visage de la ” démocratie ” sous le signe du capital. L’expérience de ces derniers mois montre, avec la circulaire Fontanet, avec la répression sauvage des dernières grèves ouvrières, que la bourgeoisie use particulièrement de son arsenal répressif contre les secteurs de la classe ouvrière qui tendent à échapper au révisionnisme. Aussi, c’est dans la défense du droit de grève et de liberté des manifestations pour la classe ouvrière dans la lutte contre les milices patronales que réside aujourd’hui pour l’essentiel l’application du mot d’ordre de Staline : ” relever le drapeau des libertés démocratiques “.

C’est autour de ces tâches dans la perspective de la Révolution Prolétarienne, que nous appelons à s’unir la classe ouvrière et tous les progressistes disposés à soutenir son combat. 

=>Retour au dossier PCMLF, PCR(ml), VLR, UCF-ML,
Nouvelle Cause du Peuple, NAPAP, Action Directe