Chronologie de la révolte allemande

[Cette chronologie n’est pas exhaustive et des éléments seront ajoutés.]

octobre 1959 ● Ulrike Meinhof rejoint la direction de la revue Konkret, qui va devenir le principal organe intellectuel de l’Opposition extra-parlementaire par la suite.

fin octobre 1966 ● multiples initiatives de sociaux-démocrates de gauches et de syndicalistes à Francfort contre « la situation d’état d’urgence de la démocratie ».

décembre 1966 ● Rudi Dutschke, dirigeant de la SDS (Union socialiste allemande des étudiants) et principale figure contestataire, appelle à la mise en place d’une Opposition extra-parlementaire (Außerparlamentarischen Opposition).

Rudi Dutschke (3e en partant de la gauche) à Amsterdam en février 1968 en soutien aux Noirs américains

19 février 1967 ● établissement de la Kommune I, commune hippie et base contestataire.

2 juin 1967 ● la manifestation contre la venue du Shah d’Iran à Berlin-Ouest est attaqué par les services secrets du Shah et la police, cette dernière tue à bout portant un étudiant, Benno Ohnesorg.

5 septembre 1967 ● lors du congrès du SDS Rudi Dutschke et Hans-Jürgen Krahl font un exposé sur le principe d’organisation faisant référence au principe de guérillero urbain.

21 octobre 1967 ● échec de l’attaque à l’explosif contre la Maison de l’Amérique de Berlin-Ouest par Andreas Baader et Astrid Proll.

avril 1968 ● établissement de la Wieland Kommune, commune hippie et base contestataire.

11 avril 1968 ● un attentat brise grièvement Rudi Dutschke.

17 et 18 février 1968 ● congrès international pour le Vietnam à Berlin-Ouest autour de Rudi Dutschke et manifestation de 12 000 personnes.

Le congrès international pour le Vietnam

2 avril 1968 ● une bombe incendiaire explose dans la nuit dans deux grands magasins de Francfort, le « Kaufhof » et le « Schneider », en protestation contre « le génocide au Vietnam », un procès s’ensuit pour Andreas Baader, Gudrun Ennslin, Thorwald Proll, Horst Söhnelein.

11 mai 1968 ● manifestation de 70 000 personnes à Bonn contre les mesures d’état d’urgence.

30 mai 1968 ● mise en place des lois sur l’état d’urgence par l’Allemagne de l’Ouest et Berlin-Ouest.

4 novembre 1968 ● mobilisation de l’Opposition extra-parlementaire et très violents affrontements avec la police (130 policiers blessés) de la part des étudiants soutenus par des ouvriers et des rockers.

31 décembre 1968 ● fondation du Parti Communiste d’Allemagne / Marxistes-Léninistes (Kommunistische Partei Deutschlands/Marxisten-Leninisten – KPD/ML).

Matin rouge, l’organe du KPD/ML

26 février 1969 ● échec de l’attaque à l’explosif contre le parcours du président américain Richard Nixon à Berlin-Ouest par la Wieland Kommune.

15 juillet 1969 ● organisation pendant une semaine d’un campement consacré aux prisons et à la répression, avec de nombreuses figures futures de la lutte armée.

septembre 1969 ● 150 000 travailleurs rentrent en grève hors syndicats dans les industries de l’acier, des métaux, des chantiers navals, des mines et du textile.

novembre 1969 ● fondation des « Tupamaros West-Berlin » et des « Tupamaros Munich », sur une ligne spontanéiste anti-impérialiste et anti-sioniste, menant plusieurs actions incendiaires.

20 décembre 1969 ● attaque incendiaire des Tupamaros West Berlin contre le KaDeWe (centre commercial de l’ouest) à Berlin-Ouest.

1970 ● la CIA dispose de 200 bases et de 20 000 agents, ainsi que de 7 000 personnes liées par des contrats ; le plan opérationnel 101-1 de l’OTAN prévoit en cas de situation exceptionnelle l’arrestation par la police militaire américaine d’une liste de gens considérés comme anti-américains.

février 1970 ● début des discussions entre Andreas Baader et Ulrike Meinhof (qui a quitté la revue Konkret en 1969) pour l’établissement d’une guérilla urbaine.

Ulrike Meinhof

12 février 1970 ● fondation du Collectif socialiste des patients (Sozialistische Patientenkollektiv), mouvement anti-psychiatrique dont seront issus de nombreux activistes de la RAF (Elisabeth von Dyck, Hanna Krabbe, Lutz Taufer, Bernhard Rössner, Sieglinde Hofman, Siegfried Hausner, etc.).

21 mars 1970 ● dissolution du SDS comme organisation nationale unifiée, les structures locales disparaissent au fur et à mesure.

4 avril 1970 ● arrestation d’Andreas Baader lors d’un contrôle de véhicule.

14 mai 1970 ● un commando libère Andreas Baader lors de son travail surveillé dans un institut de question sociales, fondation de la Fraction Armée Rouge (Rote Armee Fraktion – RAF).

Le symbole de la RAF

Juin 1970 ● départ des membres de la RAF pour un camp palestinien du Fatah en Jordanie.

5 juin 1970 ● la revue 883 publie le texte de la RAF « Construire l’armée rouge » – « Élargir les luttes de classes Organiser le prolétariat Commencer avec la lutte armée à construire l’armée rouge ! »

24 juin 1970 ● interdiction du dernier groupe de la SDS existant, à Heidelberg, en raison d’affrontements avec la police.

29 septembre 1970 ● trois banques à Berlin sont braquées par la RAF pour deux d’entre elles et le mouvement du 2 juin pour la troisième.

février 1971 ● fondation du Parti Communiste d’Allemagne – Organisation de construction (Kommunistische Partei Deutschlands Aufbauorganisation).

avril 1971 ● la RAF publie « Le concept de guérilla urbaine » – « S’il est juste que l’impérialisme américain soit un tigre de papier, c’est-à-dire qu’en dernier recours il peut être vaincu; et si la thèse des communistes chinois est juste, que la victoire sur l’impérialisme américain est devenue possible par le fait que dans tous les coins et bouts du monde la lutte soit menée contre lui, et qu’ainsi les forces de l’impérialisme soient éparpillées et que par cet éparpillement il soit possible de l’abattre – si cela est juste, alors il n’y a aucune raison d’exclure un pays quel qu’il soit ou une région quelle qu’elle soit parce que les forces de la révolution sont particulièrement faibles, les forces de la réaction particulièrement forte. »

1er mai 1971 ● fondation à Berlin-Ouest de la structure hippie dénommée Yippies West-Berlin, dont une partie rejoindra le Mouvement du deux juin.

mai 1971 ● publication de Sur la lutte armée en Europe de l’Ouest, signé RAF mais écrit uniquement par l’avocat Horst Malher, le document est récusé, Malher sera exclu et rejoindra plusieurs décennies plus tard l’extrême-droite.

15 juillet 1971 ● plus grande campagne de contrôle policier de l’histoire de l’Allemagne de l’Ouest et de Bernlin-Ouest pour intercepter 50 membres de la RAF, dans ce cadre Petra Schelm est exécutée par la police.

La membre de la RAF Petra Schelm

septembre 1971 ● sortie par le groupe hippie rock Ton Steine Scherben de son premier album « Warum geht es mir so dreckig? » (Pourquoi ma vie est-elle si misérable?), emblématique de toute la période.

novembre 1971 ● Astrid Proll devient la première prisonnière de la RAF à affronter la cellule de déprivation sensorielle, à Cologne-Ossendorf.

4 décembre 1971 ● opération de 3000 policiers à Berlin-Ouest marquée par l’exécution du membre des Tupamaros West-Berlin Georg von Rauch.

6 décembre 1971 ● occupation à Berlin-Ouest d’un ancien hôpital dit Bethanien et nommé « maison Georg von Rauch ».

décembre 1971 ● discussions d’unification comme « Mouvement du deux juin » des « Tupamaros West-Berlin », du « Conseil central des rebelles du hasch errants » et de « l’Armée rouge de la Ruhr ».

1972 ● auto-dissolution de la revue 883, la principale revue de la scène révolutionnaire ouest-allemande, dont presque tous les numéros parus avaient été saisis par la répression.

janvier 1972 ● fondation de la guérilla du Mouvement du deux juin, qui vise l’établissement d’une guérilla populaire – « A l’époque de l’impérialisme développé il n’y a pas besoin de nouvelles analyses, la tâche principale n’est pas la construction d’un parti mais le démarrage de l’action révolutionnaire, la formation d’une organisation, d’un contre-pouvoir armé du peuple contre la violence organisée de l’appareil d’Etat. » ● fondation de la guérilla des Cellules Révolutionnaires, dont les membres ont la particularité de ne pas passer dans la clandestinité.

Le symbole du Mouvement du deux juin

28 janvier 1972 ● le décret sur la radicalité concernant les fonctionnaires aboutit à l’espionnage de 3,5 millions de candidats pour l’enseignement, 11 000 actions judiciaires, 2 200 procédures disciplinaires, 1 250 interdictions professionnelles et 265 licenciements.

2 février 1972 ● le Mouvement du 2 juin attaque à l’explosif à Berlin le club nautique britannique et deux voitures des forces américano-franco-britanniques.

2 mars 1972 ● Tommy Weisbecker, activiste du Mouvement du 2 juin, est tué par la police lors de son arrestation à Augsbourg.

22 mars 1972 ● Le gouvernement élargit les mesures et les capacités sécuritaires.

3 mars 1972 ● le Mouvement du 2 juin attaque à l’explosif la police criminelle de Berlin-Ouest.

11 avril 1972 ● le Mouvement du 2 juin attaque à l’explosif le club des officiers américains à Berlin, l’action échoue.

5 mai 1972 ● le Mouvement du 2 juin attaque à l’explosif la faculté de droit de Berlin après que les policiers responsables de la mort de Thomas Weisbecker ne soient pas poursuivis.

Andreas Baader (à Paris en 1969)

11 mai 1972 ● le commando Petra Schelm de la RAF attaque à la bombe le QG du 5e corps américain à Francfort – « L’Allemagne de l’Ouest et Berlin-Ouest ne doivent plus servir de pays de repli assuré pour les stratèges de l’extermination. »

12 mai 1972 ● le commando Thomas Weisbecker de la RAF mène une attaque à l’explosif contre la direction de la police d’assurance d’Augsbourg, ainsi qu’à Munich contre le parking de la police criminelle (10 blessés et 100 voitures totalement détruites) – « La tactique et les moyens que nous employons sont la tactique et les moyens de la lutte de guérilla. »

16 mai 1972 ● le commando Manfred Grashof de la RAF mène une attaque à l’explosif contre la voiture du juge Buddenberg, à Karlsruhe.

19 mai 1972 ● le Mouvement du 2 juin attaque à l’explosif la maison d’édition du grand trust Springer.

24 mai 1972 ● le commando 15 juillet de la RAF mène une attaque à l’explosif contre le QG du corps de l’année US stationnée à Heidelberg, et détruit l’ordinateur central coordonnant les bombardements au nord-Vietnam.

31 mai 1972 ● 130 000 policiers organisent des contrôles dans tout le pays.

avril 1972 ● la RAF publie le document Guérilla urbaine et lutte de classes.

1er juin 1972 ● arrestation d’Andreas Baader, Holger Meins et Jan-Carl Raspe.

15 juin 1972 ● arrestation d’Ulrike Meinhof.

L‘une des affiches policières appelant à la dénonciation des membres de la RAF

5 Août 1972 ● fondation de l’Union ouvrière communiste d’Allemagne (Kommunistische Arbeiterbund Deutschlands – KABD).

5 septembre 1972 ● un commando palestinien de Septembre Noir prend en otage neuf sportifs israéliens lors des Jeux Olympiques à Munich.

octobre 1972 ● sortie par le groupe hippie rock Ton Steine Scherben de son second album « Keine Macht für Niemand » (Pas de pouvoir pour personne), emblématique de toute la période.

novembre 1972 ● la RAF publie le document Sur l’action de Septembre Noir à Munich.

17 janvier 1973 ● première grève de la faim des prisonniers de la RAF (jusqu’au 15 février).

2 mars 1973 ● à Berlin, mise en place obtenue par les revendications de la maison Tommy-Weisbecker, un an après jour pour jour après le décès de celui-ci.

8 mai 1973 ● grève de la faim des prisonniers de la RAF (jusqu’au 2 juin).

17 novembre 1973 ● attaque à l’explosif contre ITT à Berlin-Ouest par les Cellules Révolutionnaires.

18 novembre 1973 ● attaque à l’explosif contre ITT à Nuremberg par les Cellules Révolutionnaires – « Luttons ensemble contre l’impérialisme ouest-allemand ! Mener la lutte anti-impérialiste de manière militante ! Solidarité avec le peuple chilien ! Solidarité avec le MIR ! »

février 1974 ● mise en place par l’État d’un « programme pour la sécurité intérieure de la RFA ». ● démantèlement du groupe armé organisé par Sigurd Debus, qui s’est politisé dès le début des années 1960.

Sigurd Debus

1er mai 1974 ● les Cellules Révolutionnaires incendient la voiture d’un responsable de la destruction d’une maison de jeunesse à Berlin-Ouest.

5 juin 1974 ● le Mouvement du 2 juin exécute un agent infiltré ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le consulat général du Chili à Berlin-Ouest.

septembre 1974 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’usine Korf à Mannheim appartenant aux 2/3 à des Israéliens et le bureau de la compagnie aérienne israélienne EL-AL à Francfort.

13 septembre 1974 ● grève de la faim des prisonniers de la RAF et du Mouvement du 2 juin (jusqu’au 5 février 1975).

novembre 1974 ● l’État organise l’opération « voyage hivernal », avec contrôles d’identité massives et perquisitions de bureaux, cabinets d’avocat, imprimeries et colocations considérés comme de gauche.

9 novembre 1974 ● le prisonnier de la RAF Holger Meins meurt lors de la grève de la faim, après avoir été notamment nourri de force, sa mort provoque une onde de choc.

Le guérillero Holger Meins assassiné par la sécurité de l’Etat, la justice

10 novembre 1974 ● le Mouvement du 2 juin tente d’enlever le président de la chambre des magistrats de Berlin Günter von Drenkmann, celui-ci est tué.

11 novembre 1974 ● 15 000 personnes manifestent à Berlin-Ouest en soutien à la grève de la faim des prisonniers de la RAF.

16 novembre 1974 ● les Cellules Révolutionnaires incendient la voiture du directeur des usines Krone (un des principaux constructeurs de remorques) devant le conseil d’entreprise en cours.

4 décembre 1974 ● le philosophe français Jean-Paul Sartre rend visite à Andreas Baader en prison, Daniel Cohn-Bendit servant d’interprète.

1975 ● début de la parution (jusqu’en 1985) de la revue pro-spontanéiste, inspirée par l’autonomie italienne, Autonomie. Matériaux contre la société industrielle (AUTONOMIE. Materialien gegen die Fabrikgesellschaft).

20 janvier 1975 ● interview des prisonniers de la RAF dans la revue Der Spiegel.

27 février 1975 ● le Mouvement du 2 juin enlève le candidat du parti de droite aux élections municipales de Berlin, Peter Lorentz ; est obtenue la libération de trois prisonniers du Mouvement du 2 juin et deux de la RAF.

Peter Lorentz, prisonnier du Mouvement du 2 juin

3 mars 1975 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque incendiaire contre la cathédrale de Bamberg.

4 mars 1975 ● des femmes des Cellules Révolutionnaires mènent une attaque incendiaire contre le tribunal constitutionnel à Karlsruhe.

22 mars 1975 ● fondation du Secours Rouge d’Allemagne sous l’égide du KPD/ML (qui agit également en Allemagne de l’Est).

24 avril 1975 ● prise d’otages à l’ambassade d’Allemagne de l’Ouest à Stockholm en Suède par le commando Holger Meins de la RAF, exigeant la libération des prisonniers ; la police lance l’assaut.

29 avril 1975 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque incendiaire contre l’Union industrielle, l’Union des chambres patronales ainsi que la chambre du commerce et de l’industrie à Mayence, contre la chambre du commerce et de l’industrie à Ludwigshafen.

30 avril 1975 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque incendiaire contre la police de l’immigration à Berlin-Ouest.

mai 1975 ● premier numéro de « Colère Révolutionnaire », revue des Cellules Révolutionnaires, thématisant les actions anti-impérialistes, les actions anti-sionistes, les actions en soutien aux luttes des ouvriers, des jeunes et des femmes.

9 mai 1975 ● Phillip Werner Sauber, proche du Mouvement du 2 juin, est tué lors d’un affrontement avec la police.

Affiche de la police visant le Mouvement du 2 juin

10 mai 1975 ● l’avocat d’Andreas Baader Siegfried Haag est arrêté et ses documents confisqués ; il passe le lendemain dans la clandestinité et rejoint la RAF.

21 mai 1975 ● début du procès monstre contre la RAF dans un nouveau bâtiment construit pour l’occasion comme annexe-forteresse de la prison de Stuggart-Stammheim.

29 juin 1975 ● la prisonnière de la RAF Katharina Hammerschmidt meurt faute de soins, elle est libérée juste avant son décès.

31 juin 1975 ● le Mouvement du deux juin braque deux banques à Berlin-Ouest et en profite pour distribuer des chocolats au personnel et aux clients.

16 juillet 1975 (et 17 novembre 1975) ● les Cellules Révolutionnaires distribuent à Berlin-Ouest 120 000 tickets de transport falsifiés accompagnés de tracts dans les boîtes aux lettres de quartiers populaires, avec également une émission de radio pirate.

13 septembre 1975 ● attentat à la gare de Hambourg attribué par les médias à la RAF, qui dénonce une provocation fasciste.

21 décembre 1975 ● prise d’otages du siège de l’OPEP à Vienne par Carlos et les Cellules Révolutionnaires ; l’opération se conclut par un transport à Alger ; le membre des Cellules Révolutionnaires Hans-Joachim Klein qui a participé à l’opération sera à partir de 1977 un dissocié largement utilisé par les institutions allemandes (notamment par l’intermédiaire du quotidien français Libération).

1976 ● Les mouvements marxistes-léninistes s’estompent toujours plus, les « spontis » prennent le dessus dans le mouvement révolutionnaire.

16 janvier 1976 ● Le parlement instaure des lois portant à jusqu’à trois années de prison la condamnation pour possession de documents célébrant le violence.

« Solidarité avec la Fraction Armée Rouge! Pour la construction de la guérilla urbaine! »

20 janvier 1976 ● L’avocat d’Ulrike Meinhof Axel Azzola demande que les prisonniers de la RAF soient considérés comme des prisonniers de guerre.

pâques 1976 ● congrès anti-répression impliquant 20 000 personnes.

8 mai 1976 ● Ulrike Meinhof est assassinée dans sa cellule d’isolement carcéral de Stuttgart-Stammheim.

10 mai 1976 ● affrontements avec la police à Berlin-Ouest en soutien à Ulrike Meinhof ; des cocktails molotov sont lancés contre le tribunal de Wuppertal.

11 mai 1976 ● affrontements avec la police à Francfort lors d’une manifestation de 7 000 personnes en soutien à Ulrike Meinhof.

printemps 1976 ● les Cellules Révolutionnaires – Brigade Ulrike Meinhof revendiquent un vol d’explosifs à l’armée américaine ● les Cellules Révolutionnaires diffusent à au moins 180 sans abris des bons d’achat falsifiés.

mai 1976 ● publication par les Cellules Révolutionnaires de « Colère Révolutionnaire » numéro 2 – « La violence ne se résume pas dans des formations particulières, dans la police et l’armée, elle traverse bien plutôt l’ensemble du processus de la vie. La destruction du processus du travail, la destruction de la personnalité, la dissolution des liens sociaux, l’encasernement dans le béton social, la division du travail intellectuel et du travail manuel (…). Nous ne croyons pas en une victoire uniquement militaire sur la violence étatique. Il n’y aura pas en Europe de soulèvement général, mais un processus révolutionnaire prolongé. Les points de référence organisationnels de ce processus seront les organes du pouvoir populaire où peuvent s’organiser ouvertement ou plus exactement de manière semi-légale les ouvriers, les femmes, les étudiants, et les noyaux politico-militaires des gauches révolutionnaires, la guérilla urbaine ».

15 mai 1976 ● les Cellules Révolutionnaires – Brigade Ulrike Meinhof attaquent à l’explosif le tribunal de la ville de Hamm.

juin 1976 ● les Cellules Révolutionnaire attaquent à l’explosif le club des officiers de l’armée américaine à Francfort – « Nous voyons notre action comme la poursuite de la lutte anti-impérialiste armée de nos frères et sœurs qui ont été emprisonnés assassinés par l’impérialisme germano-américain dans les camps de destruction de Stuttgart-Stammheim, Cologne-Ossendorf, etc. comme Petra Schelm, Georg von Rauch, Thomas Weissbecker, Holger Meins, Katherina Hammerschmidt, Werner Sauber, Ulrich Wessel, Siegfried Hausner, Ulrike Meinhof ».

18 juin 1976 ● premier numéro de la revue Radikal, « journal socialiste pour Berlin-Ouest », destinée à l’ensemble de la scène révolutionnaire de la ville.

27 juin 1976 ● un vol d’Air France en provenance d’Israël est détourné par un commando commun du Front populaire de libération de la Palestine et des Cellules révolutionnaires ; un commando israélien libère les otages à Entebbe en Ouganda le 3 juillet.

18 août 1976 ● instauration de la loi 129a sur le soutien à une association terroriste.

septembre 1976 ● les Cellules Révolutionnaires incendient à Francfort les listes des personnes contrôlées sans titres de transport.

décembre 1976 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le casino des officiers de la base militaire américaine Rhein-Main à Francfort – « L’anti-impérialisme est notre révolution culturelle pour une nouvelle vie des peuples autonomes avec des gens libres ».

janvier 1977 ● les Cellules Révolutionnaires incendient dans plusieurs villes des cinémas diffusant un film américain sur le détournement d’avion et l’opération israélienne s’en suivant à Entebbe ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le terrain militaire américain à Giessen.

février 1977 ● les Cellules Révolutionnaires – commando Siegfried Hausner incendient la voiture d’un avocat commis d’office de prisonniers de la RAF – « La solidarité avec les prisonniers révolutionnaires ne peut que consister en la poursuite conséquente de leur politique ! Formez beaucoup de Cellules Révolutionnaires ! Nous serons des êtres humains. »

19 février 1977 ● 30 000 manifestants nucléaires à Itzehoe et à la Wilster Marsch parviennent à manifester malgré une intense propagande médiatique et un des deux rassemblements interdits.

mars 1977 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le bureau du président de la chambre des avocats de Francfort.

19 mars 1977 ● 20 000 manifestants protestent contre la centrale nucléaire de Grohnde, forçant les barrages de police et détruisant des barrières autour de la centrale.

29 mars 1977 ● grève (jusqu’au 30 avril) des prisonniers de la RAF et d’autres emprisonnés (au total cent personnes).

7 avril 1977 ● le commando Ulrike Meinhof de la RAF exécute le procureur Siegfried Buback – « Nous empêcherons que nos combattants soient assassinés dans les prisons ouest-allemandes. »

20 avril 1977 ● Le chancelier ouest-allemand Helmut Schmidt exige que soit détruit les sources spirituelles du terrorisme.

Helmut Schmidt : « Nous vaincrons les terroristes ». Le tabloid Bild fut en première ligne dans la dénonciation et le soutien au régime

avril 1977 ● des Cellules Révolutionnaires saluent l’exécution de Buback par la RAF ● un article universitaire très critique envers l’action mais parlant de « joie secrète » aboutit à une répression massive à Göttingen ● Zora la Rouge attaque la chambre des médecins de Cologne.

mai 1977● les Cellules Révolutionnaires incendient les voitures d’un procureur et d’un juge ; sortie de « Colère Révolutionnaire » numéro 3.

juin 1977 ● les Cellules Révolutionnaires incendient à Berlin-Ouest les listes des personnes contrôlées sans titres de transport.

17 juin 1977 ● les marxistes-léninistes du Kommunisticher Bund (Union Communiste) rassemblent 1000 personnes pour marcher malgré l’interdiction contre le congrès du parti d’extrême-droite NPD.

11 juillet 1977 ● un avocat de la RAF, Klaus Croissant, demande l’asile politique à la France.

30 juillet 1977 ● la RAF exécute le procureur Jürgen Ponto, directeur de la Dresdner Bank.

août 1977 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre l’entreprise américaine Man à Nuremberg, ainsi que contre l’entreprise Klein, Schanzlin & Becker à Frankenthal, deux entreprises liées au nucléaire.

8 août 1977 ● grève de la faim des prisonniers de la RAF (jusqu’au 2 novembre 1977).

été 1977 ● scission dans le mouvement anti-nucléaire entre les légalistes (socialistes, pro-RDA…), les pacifistes, les marxistes-léninistes et les autonomes.

5 septembre 1977 ● le commando Siegfried Hausner de la RAF enlève le patron des patrons Hanns Martin Schleyer.

« Prisonnier depuis 31 jours »

28 septembre 1977 ● mise en place du jour au lendemain d’un loi sur l’interdiction de tout contact pour totalement isoler les prisonniers de la RAF.

13 octobre 1977 ● un commando du FPLP palestinien détourne un avion de ligne allemand en soutien aux revendications de la RAF.

17 octobre 1977 ● perquisition de 38 lieux de la scène ouest-berlinoise (imprimerie, appartements, librairie, Secours rouge…) dans le cadre d’une opération contre la revue Info-Bug, accusé de « soutien à une organisation terroriste selon le paragraphe 129a ». Le rassemblement de 200 personnes dans la foulée pour un meeting à ce sujet est écrasé par la police et une quarantaine de personnes arrêtées.

18 octobre 1977 ● la police allemande lance l’assaut contre l’avion détourné, Andreas Baader, Gudrun Ennslin et Jan-Carl Raspe coupés du monde sont retrouvés « suicidés » dans leur cellule, Irmgard Möller grièvement blessée de coups de couteaux, la RAF exécute en réponse Hanns Martin Schleyer.

Jan-Carl Raspe, Gudrun Ennslin et Andreas Baader

12 novembre 1977 ● la membre de la RAF Ingrid Schubert est retrouvée « suicidée » dans sa cellule.

janvier 1978 ● les Cellules Révolutionnaires publient « Colère révolutionnaire » numéro 4 – « C’est l’heure de la contre-révolution préventive »

27-29 janvier 1978 ● les spontis tiennent à Berlin-Ouest le congrès « Tunix » (« ne bosse pas ») impliquant 20 000 personnes.

mars 1978 ● les Cellules Révolutionnaires incendient à Francfort la voiture d’un contrôleur et démolissent l’entrée de la maison d’un autre.

10 avril 1978 ● grève de la faim (jusqu’au 2 mars) des prisonniers de la RAF.

mai 1978 ● les Cellules Révolutionnaires tirent dans les jambes d’un avocat commis d’office et détruisent la voiture d’un autre et mènent une attaque à l’explosif le 8 mai contre le centre de surveillance de la police de Basse-Saxe et incendiant la voiture d’un haut responsable policier à Duisbourg.

juin 1978 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent l’entreprise israélienne d’importation Agrexpo ainsi qu’un chargé des affaires sociales de la ville de Mayence ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le casino des officiers américains à Wiesbaden.

17 juin 1978 ● les marxistes-léninistes du Kommunisticher Bund (Union Communiste) rassemblent 10 000 personnes bloquant le congrès du parti d’extrême-droite NPD en occupant les lieux.

5 juin 1978 ● procès contre la revue ouest-berlinoise Radikal en raison des propos sur la mort du procureur Buback.

juillet1978 ● les Cellules Révolutionnaires incendient un bâtiment de l’industrie du nucléaire d’Allemagne du Nord à Lübeck.

septembre 1978 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif la caserne militaire en construction de Garlstedt.

6 septembre 1978 ● la police abat le membre de la RAF Willy-Peter Stoll lors de son arrestation.

8 octobre 1978 ● Michael Knoll de la RAF est tué lors d’un affrontement avec la police.

12 décembre ● « bataille de Kreuzberg 36 », vague de 200 occupations de maisons

6 novembre 1978 ● occupation de la rédaction de Francfort de l’Agence de presse allemande DPA en faveur de prisonniers de la RAF dont la santé est gravement menacée.

31 mars 1979 ● fin de la marche anti-nucléaire de Gorleben, commencée le 25 mars, avec 100 000 personnes à Hanovre.

avril 1979 ● les Cellules Révolutionnaires dévastent le pavillon d’Eugen Loderer et la voiture de Hans Mayr, deux des plus hauts dirigeants syndicaux de l’IG Metall.

20 avril 1979 ● grève de la faim (jusqu’au 26 juin) des prisonniers de la RAF.

4 mai 1979 ● la police abat le membre de la RAF Elisabeth van Dyck lors de son arrestation.

Elisabeth van Dyck

juin 1979 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif un camion de l’entreprise israélienne d’importation Hameico à Francfort.

17 juin 1979 ● les marxistes-léninistes du Kommunisticher Bund (Union Communiste) organisent un concert « rock contre la droite » rassemblant 50 000 personnes.

25 juin 1979 ● action du commando Andreas Baader de la RAF contre le général américain Alexander Haig, le plus haut responsable de l’OTAN – « Le combat ne s’arrête jamais. Détruire l’impérialisme US et ses bases partout dans le monde. Organiser la résistance armée en Europe de l’Ouest. Construire le front anti-impérialiste dans les métropoles. Solidarité avec la lutte de la résistance palestinienne contre la solution finale impérialiste. Solidarité avec la résistance anti-impérialiste en Turquie »

4 septembre 1979 ● à l’occasion de l’année de la mort d’Elisabeth van Dyck, une rue est renommée à son nom à Berlin-Ouest.

novembre1979 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif une tour météo permettant une construction liée au nucléaire à Ahaus et sabotent plusieurs véhicules de transports de l’entreprise Seeland liée au nucléaire.

12 décembre 1979 ● l’OTAN décide de l’installation de missiles américains Pershing II à tête nucléaire en Allemagne.

janvier 1980 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’agence fédérale pour l’emploi à Nuremberg.

13 janvier 1980 ● fondation du parti des Verts.

Mars 1980● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le tribunal fédéral pour l’emploi à Kassel.

4 mars 1980 ● occupation du toit du centre culturel américain la maison de l’Amérique à Hambourg : « Cette action est l’expression de notre solidarité avec les prisonniers de la guérilla urbaine, qui luttent depuis dix ans en RFA avec tous les moyens contre leur anéantissement (…). Solidarité avec les groupes de résistance armée anti-impérialistes combattants en Allemagne de l’Ouest et en Europe de l’Ouest ! »

6 mai 1980 ● perturbations du serment des nouvelles recrues de l’armée allemande dans un stade à Brême, alors que 10 000 personnes s’étaient également rassemblés en protestation.

Brême le 6 mai 1980 : « La lutte continue Un front avec la guérilla »

16 mai 1980 ● occupation du toit du centre culturel américain la maison de l’Amérique à Berlin-Ouest – « Organiser le front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest ! Guerre à la guerre impérialiste, brisons l’OTAN ! Solidarité avec la RAF et le deux juin ! »

17 mai 1980 ● manifestation contre l’isolement et les emprisonnements en quartier de haute sécurité – « Cette manifestation n’est qu’une partie d’une solidarité toujours plus large et forte avec les prisonniers de la résistance anti-impérialiste armée ».

25 mai 1980 ● déclaration au procès d’extradition de la prisonnière de la RAF Sieglinde Hofmann à Paris – « Le développement en France fonctionne de manière complètement conforme avec la stratégie de l’OTAN (…). Ce qui se développe de manière toujours plus apparente en Europe de l’Ouest comme la « sécurité intérieure et extérieure » signifie, pour la formation de la stratégie de la politique révolutionnaire, comprendre l’État national comme appareil de répression à l’intérieur de l’État à partir d’une définition internationale répondant à la politique d’expansion de l’impérialisme US. Et ce n’est que par là qu’on peut saisir que la brisance stratégique de la guérilla métropolitaine est le moment de l’instabilité. Parvenir au front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest. Unité dans la lutte armée anti-impérialiste ».

2 juin 1980 ● le Mouvement du deux juin publie son communique de dissolution, ses membres rejoignant la RAF : « nous décidons de la dissolution du mouvement du 2 juin en tant qu’organisation et continuons la lutte anti-impérialiste dans la RAF – en tant que RAF. »

4 juin 1980 ● 10 000 policiers évacuent les 2 000 occupants de la « République libre de Wendland » du site de Gorleben prévu pour une installation nucléaire, occupé plus d’un mois.

La « République libre de Wendland »

17 juin 1980 ● occupation d’un bâtiment à la suite d’une manifestation à Francfort.

26 juillet 1980 ● la RAF annonce la mort de Wolfgang et de Juliane dans un accident.

13 août 1980● Zora la Rouge attaque le cabinet d’avocat Wagner à Cologne.

25 août 1980● 15 000 personnes manifestent malgré l’interdiction contre la candidature de l’ultra-réactionnaire Franz Josef Strauss.

1981 ● sortie du premier album du groupe punk Slime, Slime I, dont des chansons seront emblématiques de la scène autonome des années 1980 (Deutschland muss sterben, l’Allemagne doit mourir).

janvier 1981 ● 160 bâtiments sont squattés à Berlin ● Les Cellules Révolutionnaires publient « Colère révolutionnaire » numéro 6 – « Nous sommes d’accord avec le mouvement du deux juin, que nous voulons une guérilla populaire ! Une guérilla dont les actions sont comprises, qui a les sympathies du peuple et qui est largement soutenue dans une mise en perspective, sans pour autant devenir opportuniste ».

2 février 1981 ● manifestation anti-nucléaire à Hambourg de 2000 jeunes socialistes d’un côté, d’un front de 10 000 manifestants de l’autre avec destruction sur le parcours de vitrines de banques et d’hôtels de luxe, d’assurances et de sex-shops ● grève de la faim (jusqu’au 18 avril) des prisonniers de la RAF pour obtenir le regroupement – « Armer la résistance. Organiser l’illégalité. Organiser la résistance armée en Europe de l’Ouest. »

24 février 1981 ● attaque à l’explosif contre le consulat général britannique à Hambourg – « Si nous attaquons ensemble avec la RAF, nous vaincrons le monstre US ».

28 février 1981 ● 100 000 personnes participent à la manifestation anti-nucléaire interdite à Brokdorf.

mars 1981 ● la section RDA du KPD/ML est démantelée par la répression.

18 mars 1981 ● incendie des locaux régionaux du SPD à Berlin-Ouest en soutien à la grève de la faim des prisonniers de la RAF

30 mars 1981● les Cellules Révolutionnaires distribuent des milliers de tickets de transports falsifiés à Hagen, Dortmund, Bochum, Recklinghausen, Gelsenkirchen, Essen, Wuppertal, Bottrop, Oberhausen, Duisburg, Mülheim, Krefeld, Mönchengladbach et Düsseldorf.

5 avril 1981 ● incendie de l’American International School de Düsseldorf en soutien à la grève de la faim des prisonniers de la RAF, sont peints les slogans « Mort à l’impérialisme US », « Regroupement immédiat des prisonniers de la RAF en groupes autodéterminés », « Solidarité avec la RAF, les BR, l’IRA, l’INLA, ETA » – « Il y a un blackout total de l’information au sujet de notre action. Il ne nous est pas clair s’ils veulent de nouveau passer sous silence toutes les attaques contre les yankees. Aussi, diffusez notre communiqué et faites la passer. Mort à l’impérialisme US ! ».

9 avril 1981 ● destruction à Francfort du parking de la police militaire américaine, ainsi que de 9 véhicules : « mort à l’impérialisme US », « Regroupement des prisonniers de la RAF ».

16 avril 1981 ● attaque des locaux de l’Instit Aspen auprès de l’Institut Max Planck, un think tank américain : « Regroupement immédiat des prisonniers de la RAF. Solidarité avec la lutte des prisonniers de l’IRA et de l’INLA pour leur statut politique. À bas l’impérialisme US ». ● mort de Sigurd Debus lors d’une grève de la faim, initiateur d’un groupe armé il avait rejoint ensuite la RAF.

mai 1981 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif la cantine de l’armée américaine à Francfort – « La révolution à l’Ouest, le défi au pouvoir capitaliste dans les bastions est le devoir du moment. Elle est d’une signification décisive. »

11 mai 1981 ● les Cellules Révolutionnaires tirent dans les jambes du ministre de l’économie de la Hesse et haut responsable du parti libéral Heinz Hubert Karry, qui meurt dans l’opération.

31 août 1981 ● attaque du quartier général de l’US Air Force à Ramstein par le commando Sigurd Debus de la RAF : « Faire passer la résistance contre l’anéantissement au front pour la révolution en Europe. Mener la lutte dans la métropole en commun avec les révolutionnaires du tiers-monde ».

15 septembre 1981 ● manifestation anti-impérialiste à Berlin-Ouest contre la venue du secrétaire d’État américain Alexander Haig. Le tabloïd Bild titre le lendemain « Haig à Berlin – du sang, des flammes ».● attaque contre le général américain Kroesen, responsable de l’OTAN zone centre, par le commando Gudrun Ensslin de la RAF : « La lutte dans la métropole peut tenir en échec l’appareil impérialiste global à partir d’ici, afin que soit réussi une nouvelle percée avec les révolutionnaires du tiers-monde (…). La guérilla ouest-européenne ébranle ce centre. Luttez avec nous ».

automne 1981 ● début des occupations de onze bâtiments de la Hafenstrasse à Hambourg.

Les squats de la Hafenstrasse

octobre 1981 ● les Cellules Révolutionnaires sabotent des véhicules de construction de l’entreprise Züblin/Bratengeier à Francfort, contre l’extension de l’aéroport.

10 octobre 1981 ● manifestation de 300 000 personnes à Bonn contre l’installation des missiles à tête nucléaire Pershing II en Allemagne de l’Ouest.

2 novembre 1981 ● intervention ultra-violente de la police pour dégager un campement de mobilisation contre l’extension de l’aéroport de Francfort, 10 000 personnes manifestent dans la foulée en protestation dans la zone pendant plusieurs jours.

5 novembre 1981 ● déversement de produits puissamment malodorants et écriture de slogans anti-impérialistes dans les salles de conférence de la Gartenhalle à Karlsruhe la veille d’une grande réunion du SPD au sujet du tiers-monde. « Organiser la résistance anti-impérialiste ! Solidarité avec la RAF ! Mort à l’impérialisme US ! »

7 novembre 1981 ● manifestation de 40 000 personnes contre l’extension de l’aéroport de Francfort.

14 novembre 1981 ● manifestation de 150 000 personnes contre l’extension de l’aéroport de Francfort avec remise d’une pétition pour un référendum.

Des autonomes dans la lutte contre contre l’extension de l’aéroport de Francfort (ma « Startbahn West »)

21 novembre 1981 ● des militants du KPD/ML s’enchaînent sur la place Alexanderplatz à Berlin-Est.

décembre 1981 ● les Cellules Révolutionnaire attaquent le ministère pour l’économie et la technique de la région de la Hesse (l’action échoue) et diffusent un manuel pratique pour mener des actions incendiaires et à l’explosif : « Feu et flamme pour cet Etat ».

2 décembre 1981 ● incendie deux véhicules de l’armée allemande « contre la politique de guerre impérialiste » et en réaction aux arrestations massives dans la mouvance anti-impérialiste.

janvier 1982 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le consulat du Salvador à Cologne.

février 1982 ● les Cellules Révolutionnaires sabotent des véhicules de construction de l’entreprise Philip Holzmann à Neu Isenburg, ainsi que contre Bilfinger & Berger à Wiesbaden, contre l’extension de l’aéroport à Francfort.

mars 1982 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’entreprise immobilière Neue Heimat à Berlin-Ouest, ainsi que l’entreprise Züblin à Duisbourg, contre l’extension de l’aéroport à Francfort ; Zora la Rouge mène une attaque incendiaire contre l’entreprise pharmaceutique Schering.

mai 1982 ● les Cellules Révolutionnaires incendient la voiture du responsable des biens immobiliers de la ville de Francfort. ● publication par la RAF du document stratégique « Guérilla, Résistance et front anti-impérialiste » – L’unité de la lutte révolutionnaire devient possible et nécessaire. Voilà pour tous ceux qui veulent mener cette lutte, une ligne d’action sur laquelle la rupture avec l’état, la révolte et les combats militants peuvent converger partout en une politique – une stratégie de l’attaque contre le centre impérialiste. » Naissance s’ensuit de la mouvance dite des « anti-imps » dont les slogans représentatifs sont « IRA, RAF, Brigaden, ETA – eine Front in Westeuropa » (IRA, RAF, Brigades (rouges), Eta – un seul front en Europe de l’Ouest), « die Front ensteht – als kämpfende Bewegung » (Le front se forme comme mouvement combattant) ; les prisonniers anti-imps seront désignés comme les « prisonniers de la résistance ».

1er juin 1982● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’entreprise américaine McDonell Douglas à Cologne, le quartier général de l’armée américaine à Francfort, la station de radiodiffusion militaire américaine AFN à Berlin-Ouest, l’entreprise américaine ITT à Hanovre, les entreprises américaines IBM et Control Data à Düsseldorf, le club des officiers américains à Hanau, le club des officiers américains à Gelnhausen.

4 juin 1982 ● attaque incendiaire des Cellules Révolutionnaires contre l’entreprise américaine Bourns Ketronic (liée à l’aéronautique militaire) à Hambourg.

5 juin 1982 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’Institut germano-américain à Tübingen.

10 juin 1982 ● manifestation de 500 000 personnes à Bonn contre l’installation des missiles à tête nucléaire Pershing II en Allemagne de l’Ouest et contre la visite du président américain Ronald Reagan.

11 juin 1982 ● émeutes à Berlin-Ouest en réponse à la visite du président américain Ronald Reagan à l’occasion d’une réunion de l’OTAN, alors que le cortège des groupes autonomes et anti-impérialistes regroupait plus de 4000 personnes ; la presse parle pour la première fois des « groupes autonomes » lors de la « bataille de la place de Nollendorf ».

juillet1982● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’entreprise Bilfinger & Berger à Mannheim et incendient des véhicules de Dressler KG à Francfort, contre l’extension de l’aéroport à Francfort.

20 juillet 1982 ● l’Union ouvrière communiste d’Allemagne (KABD) devient le Parti Marxiste-Léniniste d’Allemagne (Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands – MLPD), un parti menant principalement des activités syndicales et se présentant aux élections.

5 août 1982 ● attaque d’un club d’officiers américain à Karlsruhe – « les actions militantes contre les installations américaines d’Athènes à Berlin, jusqu’à la manifestation du 11 juin contre la visite de Reagan, montrent que malgré tous les moyens possibles employés nous sommes parvenus à mettre en place une attaque militante contre la politique de guerre de l’OTAN ».

1er septembre 1982 ● vague de perquisitions.

septembre 1982 ● incendies de véhicules et de containers de l’entreprise Faber & Schnepp sur le terrain de l’entrepôt de l’OTAN à Vogelsberg : « Guerre à la guerre impérialiste. Destruction de l’OTAN. Solidarité avec la résistance palestinienne. Solidarité avec la RAF. »

octobre 1982 ● émissions piratant les fréquences publiques par la radio clandestine Guerre à la guerre, à Karlsruhe – « Andreas, Gudrun, Jan et Ingrid vivent partout où continue et se développe la résistance pour la libération ».

novembre1982 ● Les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le centre Interatom à Bernsberg et la société pour la sûreté nucléaire à Cologne, ainsi qu’un pylône de transport d’électricité à Kalkar, et déposent un produit malodorant dans l’appartement du journaliste Georg Luze à Braunschweig.

3 novembre 1982 ● occupation du consulat turc à Cologne par une dizaine de membres de Devrimci Sol.

21 novembre 1982 ● des militants du KPD/ML s’enchaînent à la représentation de la RDA à Bonn.

24 janvier 1983 ● déclaration au procès de Helga Roos – « Nous entendons percer cette tentative d’encerclement et, en ce que nous, les prisonniers de la résistance anti-impérialiste, exigeons le regroupement avec les prisonniers de la RAF, nous brisons la stratégie de l’État, qui avec les conditions de détention destructrices à notre égard ne fait pas que réagir aux débuts réels du front, mais entend le détruire de manière préventive par l’effet effrayant d’isolement et de terreur pendant des années, auxquels nous faisons et ferons face encore ».

février1983 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’entreprise Texas Instruments à Nuremberg, « en solidarité avec les prisonniers politiques de l’OTAN » et « avec la lutte de libération des peuples au Proche-Orient et en Amérique latine » ● Zora la Rouge incendie la voiture d’un médecin liée aux campagnes de stérilisation dans le tiers-monde.

27 février 1983 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif la Standart Elektrik Lorenz, filiale de l’entreprise américaine ITT, à Düsseldorf.

mars 1983● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’entreprise IBM à Reutlingen ● Zora la Rouge incendie la voiture d’un gérant de bordel à Cologne et attaque à l’explosif le consulat des Philippines à Bonn.

13 janvier 1980 ● les Verts rentrent au parlement avec 5,6% des voix.

avril 1983 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’institut de crédit immobilier de Berlin-Ouest ; publication par les Cellules Révolutionnaires du document « Beethoven contre MacDonald » critiquant l’anti-américanisme.

2 mai 1983 ● trente camions de la poste sont maculés de slogans anti-impérialistes et le mur extérieur du camp de concentration de Dachau voit inscrit : « Nous n’oublierons aucun d’entre vous : avril 1981 Sigurd – 9 mai 76 ulrike assassinés / Si nous luttons ensemble, alors il est entendu qu’un jour tous les camps de concentration du monde disparaîtront / Regroupement des prisonniers de la RAF et de la résistance / Bernd en grève de l’hygiène doit aller à la prison de Celle / Solidarité avec les prisonniers de Dev Sol ». ● début des émissions pirate pour Berlin-Est de la Radio Roter Stachel (Radio de la piqure rouge) du KPD/ML – « Radio de la piqure rouge. Radio de la piqure rouge. Vous écoutez l’émetteur du Parti Communiste illégal en RDA. »

20 mars 1983● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le parcours de la parade des forces alliées à Berlin-Ouest.

août 1983● les Cellules Révolutionnaires publient un document d’analyse de la lutte contre l’extension de l’aéroport de Francfort ; Zora la Rouge incendie le bus faisant la navette avec l’aéroport d’un gérant de bordel à Münster.

2 juin 1983 ● manifestation nationale à Krefeld contre la propagande belliciste et l’OTAN, au moment de la venue du vice-président et ex-chef de la CIA Georges Bush, dont la voiture est même caillassée par les manifestants ; l’appel des groupes autonome et anti-impérialistes se concluait par les mots d’ordre : « Développer la résistance contre la destruction en front pour la révolution dans les métropoles ! Dans la lutte commune contre la politique belliciste américaine / l’État RFA imposer le regroupement des prisonniers de la RAF et de la résistance ! Solidarité avec la lutte de libération en Amérique centrale, au Proche-Orient, en Afrique du Sud et en Turquie ! ».

Krefeld le 2 juin 1983 : « Lutte contre la politique de guerre de l’OTAN »

25 juin 1983 ● 100 000 personnes manifestent contre la venue du vice-président américain Georges Bush à Berlin-Ouest, sa voiture est caillassée.

septembre 1983● Les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif, à Ginsheim-Gustavsburg, l’entreprise américaine MAN liée à l’armement.

novembre 1983 ● Les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif la Fondation Konrad-Adenauer à Bonn ● Zora la Rouge attaque à l’explosif Siemens à Witten et Braunschweig.

décembre 1983 ● Zora la Rouge attaque à l’explosif l’entreprise d’informatique Nixdorf à Hanovre et l’association pour la réforme du crédit à Neuss.

30 juin 1983 ● attaque incendiaire contre une école de formation pénitentiaire à Wuppertal dans le prolongement de la manifestation anti-impérialiste de Krefeld.

10 septembre 1983 ● manifestation à Cologne en solidarité avec les membres de Devrimci Sol arrêtés lors de l’occupation du consulat turc.

automne 1983 ● le nombre de prisonniers de la RAF et de la résistance, ainsi que d’autonomes, est de 140.

novembre 1983 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif la gestion pénitentiaire de la région de Westphalie à Hamm.

23 novembre 1983 ● les missiles Pershing II à tête nucléaire sont installées dans les silos de trois bases américaines en Allemagne.

décembre 1983 ● les Cellules Révolutionnaires publient un document d’analyse de la lutte du mouvement pacifiste.

février 1984 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le siège d’une compagnie de transports publics à Gelsenkirchen et le consulat général de Turquie à Cologne.

mars 1984 ● cessation de la revue ouest-berlinoise Radikal en raison de vagues de répression. ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif la Société allemande pour le travail en commun économique à Cologne. ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’Institut Fraunhofer (spécialisé en micro-électronique et lié à l’armement) à Duisbourg.

30 mai 1984 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif le pipe-line de l’OTAN à Mörfelden – « Unité dans la lutte social-révolutionnaire et anti-impérialiste ! Regroupement des prisonniers de la RAF et de la résistance ! Organiser la résistance ! Formez beaucoup de Celulles Révolutionnaires ! »

14 juin 1984 ● attaque des Cellules Révolutionnaires contre le pipe-line de l’OTAN à Lorch – « Une partie des préparations de guerre impérialiste de l’OTAN est l’expansion continue d’un réseau militaire d’approvisionnement en carburant dans toute la RFA (…). Ce sont 220 aéroports, 10 000 km de pipe-line et de réserves pour deux millions de mètres cube de carburant (…). Contre la division et l’individualisation de la résistance, pour l’organisation et la détermination dans la lutte anti-impérialiste ! (…) Construire le contre-pouvoir prolétarien, organiser le front anti-impérialiste ! »

août 1984 ● Les Cellules Révolutionnaires incendient un véhicule de l’entreprise Kreuzer à Bonn et attaquent à l’explosif l’entreprise Koch à Gütersloh, les deux étant liés à la construction de prison.

automne 1984 ● reparution clandestine de la revue ouest-berlinoise Radikal, avec un graphisme s’appuyant sur le collage et s’assumant ouvertement comme expression de la scène des groupes autonomes et des organisations de lutte armée ; des manuels de fabrication d’explosifs ou de moyens de sabotage sont régulièrement publiés, amenant entre 1984 et 1997 215 poursuites pour association terroriste.

4 septembre 1984 ● grève de la faim (jusqu’au 5 février) des prisonniers de la RAF.

14 octobre 1984 ● attaques à Francfort contre le siège du SPD et contre le Crédit Commercial de France en solidarité avec trois membres d’ETA expulsés par la France vers l’Espagne.

décembre 1984 ● grève de la faim des prisonniers de la RAF et de la résistance – « Les prisonniers de guerre en Europe de l’Ouest sont près les uns des autres. Leurs luttes sont l’antagonisme et l’offensive contre contre le système du capital et la contre-révolution de l’OTAN (…). La dialectique des luttes révolutionnaires a plus de poids que la doctrine impérialiste de la ligne dure. »

Affiche d’un meeting pour le regroupement des prisonniers de la RAF et de la Résistance le 12 décembre 1984 dans plusieurs villes

17 décembre 1984 ● attaque incendiaire à Francfort contre Siemens en soutien à la grève de la faim – « L’internationalisme prolétarien, le front anti-impérialiste se développe dans l’attaque contre l’OTAN, l’État et le capital. Siemens est une partie de la structure de pouvoir impérialiste. Son savoir-faire / ses produits apportent leur contribution à la lutte anti-insurrection (sur les plans policier et militaire). Solidarité avec les grévistes de la faim de la RAF et de la résistance. Pour le communisme. Le front anti-impérialiste se produit comme mouvement combattant. »

18 décembre 1984 ● attaque à l’explosif contre la shape-school formant des cadres de l’OTAN à Obermmergau par le commando Jan Raspe de la RAF.

22 décembre 1984 ● attaque à l’explosif contre le siège de la production de câbles électriques d’AEG-Telefunken, largement présente dans l’électronique militaire, revendiqué par « Guerre à la guerre impérialiste » – « Notre perspective est le front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest, c’est la conception d’un concept stratégique d’initiatives révolutionnaires à tous les niveaux inter-opérant et obtenus à partir de la résistance dans l’illégalité et la légalité. C’est la conception d’une interaction des forces anti-impérialistes dans la construction d’un contre-pouvoir. La guérilla est le cœur de cette conception. »

24 décembre 1984 ● attaque incendiaire contre une base de l’aviation militaire américaine à Wiesbaden – « Unité de la lutte dans le front anti-impérialiste » ● attaque contre le centre régional de recherches de Reutlingen par l’unité combattante Gudrun Ensslin des Cellules Révolutionnaires.

25 décembre 1984 ● revendication des actions contre un parking de la police le 21 décembre et le quartier général de l’armée britannique le 24 décembre – « Nous comprenons nos attaques comme expression pratique de notre solidarité avec les camarades combattants dans les prisons de Stammheim, Ankara, jusqu’à Long Kesh ! Mais également comme expression de notre résistance contre l’oppression et l’aliénation ici dans les métropoles. Contre les attaques du bloc impérialiste en Amérique centrale, qui se montre par exemple sous la forme de l’attaque contre le Nicaragua. Contre l’oppression fasciste ouverte au Chili, en Turquie, et du peuple palestinien (…). Pour un front collectif, combattant, de la résistance et de la guérilla ».

26 décembre 1984 ● sabotages contre un parking de Siemens à Cologne. « Obtenir par la lutte le regroupement comme partie du front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest ».

30 décembre 1984 ● attaque à l’explosif contre un bureau des services secrets de l’armée américaine à Düsseldorf – «  La lutte partout dans le monde pour la révolution est entrée dans une phase décisive. Dans cette situation, il est nécessaire d’établir l’unité révolutionnaire entre les luttes de libération des pays du tiers-monde et celles des métropoles. Ce n’est que dans la lutte anti-impérialiste, internationale, qu’il y a la perspective pour une percée de la révolution. Concrètement, cela signifie pour nous de faire relier notre résistance à la lutte de la guérilla. De lutter ensemble avec la guérilla dans un concept ouvert et ainsi de construire à partir d’ici un nouveau front dans la guerre de classe internationale » ● attaque à l’explosif contre une antenne-relais de l’armée américaine à Edingen – « Le front en Europe de l’Ouest est la solidarité dont ont besoin les Sandinistes, les Palestiniens, le FMLN… et qui en même temps obtient par la lutte une perspective de victoire dans la métropole. Obtenir par la lutte le regroupement des prisonniers de la RAF et de la résistance. Unité de la lutte dans le front anti-impérialiste » ● attaque à l’explosif contre la mission technique française de l’armement à Bonn – « En Europe de l’Ouest, la RFA et la France sont les pays qui poussent à la guerre et le facteur décisif de pouvoir dans la concrétisation de la stratégie impérialiste globale, avec comme but la mise en place de l’Europe de l’Ouest comme second pilier de l’OTAN (…). Unité dans l’offensive contre l’OTAN et le capital multinational. Mener la lutte en Europe de l’Ouest comme partie de la guerre de classe internationale. Guerre de classe à la guerre impérialiste. Regroupement des prisonniers de la guérilla et de la résistance. »

janvier 1985 ● multiplication de barricades devant les maisons squattées de la Hafenstrasse à Hambourg en soutien à la grève de la faim de la RAF.

Le soutien à la grève de la faim de la RAF dans la Hafenstrasse

3 janvier 1985 ● attaque à l’explosif contre le ministère de l’intérieur de la Basse-Saxe – « Avec l’attaque nous avons fait un pas en avant, nous nous sommes décidés à lutter comme partie du front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest. De la connaissance que l’impérialisme organise maintenant ici en Europe de l’Ouest son Roll-Back mondial, nous savons également quant à la possibilité de la résistance révolutionnaire ici. Avec l’offensive d’Action Directe en France, l’offensive des Cellules Communistes Combattantes en Belgique et l’offensive des commandos et des groupes de la résistance ici, nous savons que cette possibilité est saisie et le sera. »

15 janvier 1985 ● déclaration commune RAF – Action Directe – « Le projet central dans la phase actuelle de la stratégie impérialiste est la tentative de souder les Etats européens en une structure homogène, en un bloc dur, qui soit complètement intégré dans le noyau du pouvoir impérialiste: l’OTAN en tant que la structure de domination la plus avancée ici. »

16 janvier 1985 ● attaque à l’explosif contre l’antenne-relais de l’OTAN à Nettelstedt – « Après la défensive de l’impérialisme US, provoquée par la victoire des mouvements de libération au Vietnam, en Angola, au Mozambique et au Nicaragua, les Etats impérialistes cherchent maintenant avec un grand élan de faire tourner la roue de l’histoire dans le mauvais sens (…). L’expansion de l’appareil contre-révolutionnaire de l’État RFA dont le noyau dur sont les Etats-Unis donne la direction pour le développement des autres pays ouest-européens : le fascisme informatisé, la mise au pas des médias, un appareil policier unifié sous la direction de l’office fédéral de la police criminelle, l’exportation des prisons spéciales, etc. Leur volonté de destruction ne connaît pas de frontières là où à leurs objectifs que sont le dépassement de la crise et la reconstruction des rapports capitalistes internationaux sont opposés la résistance et la lutte pour la libération – le communisme (…). Construire le front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest ! »

19 janvier 1985 ● attaque à l’explosif à Karlsruhe contre les locaux d’AEG Telefunken, Brown, Boveri & Cie et l’entreprise de données Südat – « AEG et BBC appartiennent aux plus grandes entreprises d’armement en RFA. La production forcée d’armement, des projets internationaux de recherche et de planification sont essentiels pour la réalisation d’une Europe sous la coupe de l’OTAN et des Etats-Unis qui soit forte économiquement, militairement et politiquement, suivant les intérêts des plans de domination impérialiste mondiale (…). La solide expérience de ces dernières semaines est qu’à partir de la solidarité avec nos camarades prisonniers, du besoin de soi-même attaquer et de l’effet de la volonté de l’unité des luttes anti-impérialistes, des initiatives politiques très différentes et des attaques se produisent, à partir des expériences personnelles et des possibilités de chacun – et deviennent une force. Nous établissons ainsi le sol pour le processus continu, subjectivement, pratiquement, politiquement ; la résistance passe ensemble, de manière internationale, à l’attaque contre les projets impérialistes ; le front anti-impérialiste combattant en Europe de l’Ouest devient une perspective réelle. » ● début en France de la grève de la faim des prisonniers d’Action Directe – « L’OTAN c’est la guerre impérialiste ! L’OTAN c’est la programmation de la mort, que ce soit par l’oppression quotidienne ou la destruction atomique ! »

20 janvier 1985 ● attaque contre le centre d’essai spatial à Stuttgart, décès lors de l’action d’un membre du commando, Jonas Thimme.

25 janvier 1985 ● démolition à l’explosif d’un pylône électrique à Geesthacht contre le programme nucléaire et en solidarité avec la grève de la faim des prisonniers de la RAF et de la résistance.

26 janvier 1985 ● grande manifestation en soutien à la grève de la faim des prisonniers de la RAF et de la résistance à Karlsruhe, la figure de Jonas Thimme est largement mise en avant.

27 janvier 1985 ● attaque incendiaire contre des poids lourds de l’armée devant être exportés à la Turquie – « Avec la grève de la faim des prisonniers politiques en RFA et en France, un nouvelle étape de notre lutte pour la libération a commencé. Il s’agit désormais de renforcer dans toute l’Europe le front de la guérilla et de la résistance, de le faire devenir matériel. Cela signifie pour nous : nous arracher subjectivement et objectivement des structures bloquées, d’un quotidien paralysant, n’ayant pas de sens, afin d’assumer la confrontation, la lutte pour la totale. »

1er février 1985 ● le commando Patsy O’Hara de la RAF attaque Ernst Zimmermann, patron des patrons dans l’industrie aéronautique – « Le capital multinational ne peut en arriver à une nouvelle spirale dans le cycle crise – reconstruction – crise et assurer au niveau international ses conditions de valorisation qu’en planifiant, préparant et menant en une fois une agression militaire sur tous les fronts et en agglomérant en une stratégie commune contre la crise économique le bloc trilatéral USA, Europe de l’ouest, Japon. »

2 février 1985 ● la RAF demande la cessation de la grève de la faim des prisonniers de la RAF et de la résistance, le front anti-impérialiste n’ayant pas encore atteint le niveau suffisant pour la victoire de leurs revendications.

mars 1985 ● les Cellules Révolutionnaires attaquent à l’explosif l’agence patronale minière à Essen, l’entreprise Peter Döhle KG à Hambourg, le syndicat industriel mines et énergies à Bochum.

avril 1985 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre la Deutsche Bank à Düsseldorf, l’Union industrielle de la métallurgie à Cologne, Hoechst à Cologne, contre Siemens à Isernhagen ● Zora la Rouge attaque à l’explosif le parc technologique à Heidelberg.

8 avril 1985 ● l’unité combattante Jonas Thimme attaque à l’explosif les bureaux consacrés aux recherches spatiales, liées à la mise en place par huit pays de l’OTAN d’une nouvelle frégate – « La perspective, et la stratégie pour lesquelles nous luttons – détruire l’OTAN comme noyau du pouvoir impérialiste-, se développent à partir des attaques contre leurs projets existentiels de guerre en Europe de l’Ouest. » ● l’unité combattante Ulrike Meinhof des Cellules Révolutionnaires attaque à l’explosif la station de pompage du pipe-line de l’OTAN à Gmünd – « La lutte contre la politique impérialiste de l’OTAN se définit par la ligne de développement du contre-pouvoir révolutionnaire dans la métropole Europe de l’Ouest (…). Regroupement des prisonniers de la guérilla et de la résistance. Solidarité avec les prisonniers politiques dans les camps de concentration de l’OTAN. Guerre de classe contre la guerre impérialiste. Formez beaucoup d’unités combattantes des Cellules Révolutionnaires. » ● le commando action prolétarienne pour la construction du front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest attaque à l’explosif, à Cologne, les locaux de l’entreprise française TRT (Télécommunications radioélectriques et téléphoniques), liée à l’armement.

13 mai 1985 ● un groupe pour la construction de cellules anarchistes attaque l’entreprise de BTP Held à Ebersberg en raison de ses travaux pour un dépôt de l’OTAN.

août 1985 ● Zora la Rouge attaque à l’explosif l’Institut de génétique humaine à Münster.

8 août 1985 ● le commando George Jackson de la RAF attaque la base militaire américaine Rhein Main Air Base à Francfort.

août 1985 ● Zora la Rouge attaque à l’explosif l’Institut Max Planck à Cologne.

15 août 1985 ● l’unité combattante « pour la construction du front anti-impérialiste en Europe de l’Ouest » mène des attaques à l’explosif et incendiaires contre un dépôt d’armes en attente pour une situation d’intervention de renforts de l’armée américaine – « L’Europe de l’Ouest est devenu le point focal et la base de départ de la stratégie de guerre impérialiste. »

21 août 1985 ● des groupes autonomes et anti-impérialistes dévastent les locaux du quotidien TAZ, un équivalent de Libération, pour sa dénonciation de la RAF présentée comme basée à la Hafenstrasse.

Une barricade montée devant un bâtiment de la Hafenstrasse.

25 août 1985 ● la RAF justifie l’exécution d’un soldat américain pour l’obtention de sa carte d’identité afin de pouvoir mener l’attaque contre la Rhein Main Air Base, alors que toute la scène anti-impérialiste se focalise sur cette question – « Pour nous les soldats US en RFA ne sont pas en même temps des bourreaux et des victimes, nous ne portons pas sur eux ce regard faussé de travailleur social. Après le Vietnam, le Liban, Grenade et l’introduction officielle de la doctrine de guerre air-terre, la stratégie offensive pour des blitzkriegs au tiers-monde et les attaques contre les États socialistes à l’Est, chaque GI doit saisir qu’il paiera pour mener la guerre, c’est-à-dire que tous doivent saisir que c’est la guerre – et choisir (…). Les bases militaires, les installations et les centres de commandement des forces US, de l’OTAN, sont des terrains de guerre. »

septembre 1985 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre Scientic Control Systems à Hambourg et le Centre de service de programmation et de conseil à Dortmund.

8 septembre 1985 ● le commando guerre à la guerre sabote un véhicule de l’armée américaine à Stuttgart Bad Cannstatt – « Nous avons remarqué que notre slogan « guerre à la guerre » n’est pas encore devenue une décision prise concrètement tenant à saisir l’organisation et à la lutte, chacun selon ses capacités, pour attaquer continuellement cette machine de guerre. Ce n’est qu’ainsi que nous parviendrons pourtant à un rapport de forces international et au terrain pour un développement révolutionnaire (…). Regroupement des prisonniers de la RAF, de la résistance et tous les combattants en lutte ! Application des garanties minimales des conventions de Genève [sur les prisonniers de guerre] ! Yankees – ne touchez pas au Nicaragua et au Salvador ! Victoire au peuple en Afrique du Sud ! Développer la guerre révolutionnaire dans la métropole ! »

28 septembre 1985 ● manifestation antifasciste à Francfort où la police tue l’antifasciste Günter Sare, s’ensuite une semaine d’affrontements à Francfort et des manifestations et affrontements à Berlin, Hanovre, Stuttgart, Karlsruhe, Tübingen, Fribourg, Nuremberg, Hambourg, Brême.

Octobre 1985 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre l’Institut pour la génétique à Cologne.

13 octobre 1985 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre le pylône d’alimentation électrique de l’équipementier automobile ZF à Friedrichshafen et contre Daimler Benz à Schwäbisch-Gmünd.

15 octobre 1985 ● sabotage de l’alimentation électrique d’une usine de Daimler Benz à Schwäbischgmünd par les unités combattantes Ulrike Meinhof et Gudrun Ensslin des Cellules Révolutionnaires. « Unité dans la lutte pour le front en Europe de l’Ouest ! »

décembre 1985 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre l’entreprise Brüggemann & Brandt à Hagen et contre Mercedes Lueg à Bochum.

janvier 1986 ● déclaration « Construire le front révolutionnaire » de la RAF, qui trace un bilan de l’offensive anti-OTAN et reproche que la discussion sur l’exécution du GI parasite cette question principale. ● déclaration « À ceux qui luttent avec nous » de la RAF, qui fait son auto-critique pour l’exécution du GI qui aurait été une escalade sans qu’elle l’ait remarquée. ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre Daimler Benz à Wuppertal.

31 janvier – 4 février 1986 ● congrès de la résistance anti-impérialiste et anti-capitaliste à Francfort, avec un millier de participants et notamment une importante délégation espagnole, alors que se lance au même moment une grève de la faim des prisonniers du PCE(r) et des GRAPO – « Il en va de travailler à une réelle conception des conditions spécifiques dans la métropole, conditions à partir desquelles se développent les luttes et contre lesquelles nous devons en même temps nous imposer : le 24 heures sur 24 de l’exploitation, la destructivité qui occupe toutes les expressions de la vie, l’État qui avec une prétention au pouvoir total se précipite pour écraser tout ce qui s’organise de manière auto-déterminée, les mécanismes de contrôle traversant toutes les structures sociales… Ici, la racine des luttes n’est pas le besoin d’une assurance matérielle, mais le besoin de vivre – les buts subjectifs de l’auto-détermination et de la collectivité. »

début mai 1986 ● un « groupe anti-impérialiste » sabote une installation de ravitaillement de l’armée américaine à Kirchheimbolanden.

7 juin 1986 ● 50 000 personnes manifestant contre le nucléaire à Hambourg, une partie st bloquée par des barrages de police, les 30 000 prolongeant le cortège jusqu’à la centrale en construction de Brokdorf sont violemment réprimés.

Des autonomes à Brokdorf le 7 juin 1986

9 juillet 1986 ● le commando Mara Cagol de la RAF attaque Karl-Heinz Beckurts, un haut responsable technico-scientifique chez Siemens ainsi que dans les institutions concernant le nucléaire – « L’histoire de Siemens est celle de la continuité du fascisme et de l’impérialisme de l’Allemagne, de la RFA (…). Que dans le développement de l’impérialisme il arrive à une étape où il ne peut plus que produire désastres, des forces destructrices : c’est le socle objectif du processus de polarisation qui aujourd’hui, dans tous les pays du tiers-monde et des métropoles, sera politiquement efficace contre le système. Il se forme subjectivement, dans ce développement, de manière internationale, l’unité du prolétariat du front politico-militaire révolutionnaire, leur stratégie commune et leur perspective commune : la déstructuration mondialement unifiée du système impérialiste et sa destruction dans le processus révolutionnaire mondial. Il n’y a pas pour la bourgeoisie d’autre issue que la restructuration dans la métropole, en l’imposant de manière violente, et en écrasant de manière fasciste la résistance. Il n’y a pas pour elle d’autre issue que l’escalade politique et militaire contre la lutte internationale pour la libération nationale et la tentative d’obtenir la supériorité militaire sur les pays socialistes (…). Il en va maintenant de continuer à développer cette stratégie dans le processus pratique et de l’ancrer dans le mouvement révolutionnaire et l’ensemble des forces antagonistes en Europe de l’Ouest. Organiser le front révolutionnaire en Europe de l’Ouest ! »

24 juillet 1986 ● l’unité combattante Sheban Atlouf attaque à l’explosif l’institut Fraunhofer pour les lasers à Aix-la-Chapelle – « Attaquer les projets stratégiques actuels de la formation politique, économique et militaire du système impérialiste en Europe de l’Ouest! » ● l’unité combattante du nom inconnu d’une militante péruvienne décédée dans l’attaque à la roquette du congrès socialiste international attaque l’entreprise d’aéronautique Dornier. « Dans l’attaque contre les projets centraux et les structures de la formation militaire – économique – politique de l’Europe de l’Ouest comme centre de guerre contre l’antagonisme – le front anti-impérialiste développe la stratégie qui ébranle la base politique et matérielle de la restructuration impérialiste, qui fait avancer le front en Europe de l’Ouest comme facteur concret dans la confrontation internationale de classe, et est ainsi orientation dans le combat pour la vie et la libération dans la métropole. »

août 1986 ● un problème technique amène l’envoi d’une grande partie des numéros de la revue clandestine ouest-berlinoise Radikal à être envoyé du même bureau de poste, la répression le découvre, suivent jusqu’en février 1987 les perquisitions de 60 centres d’informations et 59 appartements, 192 personnes étant accusés de soutien à une association terroriste selon l’article 129a, elle reprend dès 1988 sur la base de groupes rédactionnels autonomes et compartimentés. ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre la section dédiée aux étrangers de la police de Hambourg.

11 août 1986 ● l’unité combattante Crespo « Cepa » Gallende attaque une base de la garde frontière fédérale à Swisstal-Helmerzheim – « La discussion sur le front est présente dans toutes les villes et toutes les scènes. Mais il manque souvent le noyau : trouver ce qu’on veut soi-même faire à partir de cette conception (…). Organiser le front révolutionnaire en Europe de l’Ouest ! »

13 août 1986 ● une unité combattante attaque à l’explosif l’entreprise américaine spécialisée dans le nucléaire Westinghouse – « Dans l’attaque contre les projets centraux politiques, militaires et économiques de formation du système impérialiste global, construire le front révolutionnaire ! »

18 août 1986 ● attaques incendiaires contre des véhicules de l’entreprise Dywidag construisant un tunnel aux dépens d’une forêt et s’insérant dans l’infrastructure militaire, l’entreprise participant à de multiples projets en ce sens – « Développer le front anti-impérialiste, anti-capitaliste, antifasciste en front révolutionnaire en Europe de l’Ouest ! (…) Lutter ensemble pour le communisme ! »

27 août 1986 ● attaque d’une succursale de la banque de Dresde à Marbourg – « Une fois perdu de vue l’objectif politique, les inimitiés personnelles et les petits soucis du quotidien ont vite fait de prendre le dessus et de grignoter de l’intérieur la solidarité et de la faire se briser (Action Directe) »

Septembre 1986 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre le haut tribunal administratif de Luneburg, contre la Croix-Rouge allemande à Berlin-Ouest, contre le registre central des étrangers à Cologne.

8 septembre 1986 ● attaque à l’explosif du siège des services secrets intérieurs à Cologne par l’unité combattante Christos Tsoutsouvis – « Dans l’attaque contre les projets centraux et les structures de la formation militaire – économique – politique de l’Europe de l’Ouest comme centre de guerre contre l’antagonisme – le front anti-impérialiste développe la stratégie qui ébranle la base politique et matérielle de la restructuration impérialiste, qui fait avancer le front en Europe de l’Ouest comme facteur concret dans la confrontation internationale de classe, et est ainsi orientation dans le combat pour la vie et la libération dans la métropole. »

15 septembre 1986 ● attaque à l’explosif du bâtiment abritant les entreprises œuvrant à la production d’avions de chasse par l’unité combattante Anna Maria Ludmann – « Nous continuons à développer l’offensive du front ouest-européen. »

Octobre 1986 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre la compagnie aérienne Lufthansa à Cologne et tirent dans les jambes du président de la police dédiée aux étrangers à Berlin-Ouest.

5 octobre 1986 ● le KPD/ML s’unit aux trotskystes du Gruppe Internationale Marxisten pour former le Parti Socialiste Unifié (Vereinigten Sozialistischen Partei).

10 octobre 1986 ● attaque par le commando Ingrid Schubert de la RAF contre Gerold von Braunmühl, un directeur politique du ministère des affaires étrangères – « Le mouvement révolutionnaire d’Europe Occidentale doit déjouer les plans stratégiques de domination mondiale de la bourgeoisie impérialiste, plans dont les métropoles sont les bases matérielles et politiques. Déjouer ces plans signifie les bloquer et les briser politiquement, ici même, en attaquant l’axe central et la force d’impulsion du pouvoir impérialiste, avant qu’il ne puise les mettre à exécution. »

Hafenstrasse, 1986

16 novembre 1986 ● attaque par l’unité combattante Hind Alameh du centre scientifique de IBM – « Relier la politique et la pratique dans une stratégie révolutionnaire globale pour la déstructuration du système dans le centre et pour l’unité du prolétariat métropolitain, développer le front révolutionnaire en Europe de l’Ouest dans le processus pratique, et l’ancrer dans l’ensemble des forces antagonistes en Europe de l’Ouest ! »

19 décembre 1986 ● attaque par l’unité combattante Rolando Olalia l’association allemande pour le travail économique commun à Cologne – « Ne jamais reculer devant la dimension démesurée de ses propres buts ! »

21 décembre 1986 ● attaque par l’unité combattante Mustafa « Celal » Aktas de la fondation Friedrich Ebert – « La collectivité comme structure et objectif de la guerre de libération (…). Organiser le front révolutionnaire en Europe de l’Ouest comme partie de la guerre internationale de libération ! »

cembre 1986 ● envoi d’une lettre à une quarantaine de personnes la somme d’un million de marks allemands en l’échange d’informations sur les structures de la RAF.

1er mai 1987 ● très violente manifestation à Berlin, la police doit quitter plusieurs heures le quartier de Kreuzberg.

15 février 1987 ● une cellule autonome sabote le passage d’un train d’approvisionnement de l’armée américaine à Brême.

Février 1987 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre le centre d’aide sociale pour les demandeurs d’asile à Berlin-Ouest.

23 avril 1987 ● 30 actions à Hambourg en soutien à la Hafenstrasse, ainsi qu’à Amsterdam, Copenhague.

1er mai 1987 ● la police attaque une fête de rue à Kreuzberg, les autonomes chassent la police du quartier.

Le 1er mai 1987

Juin 1987 ● Zora la Rouge attaque à l’explosif l’entreprise d’habillement Adler à Haibach.

11 juin 1987 ● violents affrontements des autonomes avec la police dans le quartier de Kreuzberg à Berlin-Ouest, entièrement bloqué pour la visite du président américain Reagan.

12 juin 1987 ● continuation des violents affrontements des autonomes avec la police dans le quartier de Kreuzberg à Berlin-Ouest, entièrement bloqué pour la visite du président américain Reagan.

septembre 1987 ● les Cellules Révolutionnaires tirent dans les jambes d’un juge du tribunal administratif fédéral à Berlin-Ouest et mènent une attaque à l’explosif contre le Centre fédéral de reconnaissance des réfugiés.

novembre 1987 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre l’entreprise REWE (qui gère des supermarchés) à Wesel.

2 novembre 1987 ● des tirs sont effectués contre la police lors d’une manifestation contre l’extension de l’aéroport à Francfort, deux policiers sont tués, sept blessés, 200 perquisitions s’ensuivent, le mouvement de contestation s’effondre dans la foulée.

18 décembre 1987 ● mille policier perquisitionnent 33 logements dans 10 villes, arrêtant 23 personnes considérées comme membres des Cellules Révolutionnaires ; les services secrets avaient remarqué que celles-ci utilisaient toujours le même type de réveil-matin pour leurs attentats et placés des numéros de série dans les réveils-matin, avec des caméras dans les magasins les vendant pour être en mesure de les attribuer.

février 1988 ● Zora la Rouge attaque à l’explosif l’Institut biotechnique de l’université technique de Berlin-Ouest.

16 février 1988 ● le groupe « pour le communisme » mène une attaque incendiaire contre un centre de formation de la Deutsche Bank à Kronberg.

1er mars 1988 ● le groupe « pour le communisme » mène une attaque incendiaire contre une succursale de Renault à Rosbach.

avril 1988 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre l’entreprise de transport Olff & Sohn à Hambourg – « Solidarité avec le soulèvement populaire en Palestine ! Solidarité avec la lutte de libération en Azanie ! »

1er mai 1988 ● très violente manifestation à Berlin.

4 mai 1988● premier numéro de l’hebdomadaire berlinois clandestin Interim, qui consiste en un rassemblement des différents tracts et documents du mouvement autonome (une trentaine de pages, 1500-2500 exemplaires).

20 septembre 1988 ● le commando Khaled Aker de la RAF attaque Hans Tietmeyer, secrétaire d’Etat du ministère des finances.

septembre 1988 ● à la suite de l’attaque par la RAF, diffusion en Italie d’une déclaration commune RAF – BR-PCC – « Le niveau historiquement atteint par la contre-révolution impérialiste a fondamentalement modifié le conflit entre l’impérialisme et les forces révolutionnaires. Cela signifie devenir conscient du poids croissant de la subjectivité dans la confrontation des classes et du fait que le terrain révolutionnaire ne peut pas être un simple réflexe aux conditions objectives. »

25 septembre 1988 ● manifestation de 80 000 personnes contre une réunion du FMI et de la Banque Mondiale à Berlin-Ouest.

27 septembre 1988 ● manifestation fortement réprimée par la police de 2 500 personnes contre une réunion du FMI et de la Banque Mondiale à Berlin-Ouest.

29 septembre 1988 ● manifestation de 8 000 personnes contre une réunion du FMI et de la Banque Mondiale à Berlin-Ouest.

1989 ● Le réseau des infoläden – les locaux alternatifs présents dans de très nombreuses villes où est vendue l’innombrable presse alternative et autonome allemande, publie le premier numéro de « Clash – Zeitung von/für Widerstand in Europa » (Clash – journal de/pour la résistance en Europe), immédiatement poursuivi ; il y aura huit numéros jusqu’en 1993, tous en version allemande (1500 exemplaires) et anglaise (500 exemplaires). les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre le tribunal administratif de Düsseldorf et le haut tribunal administratif de Münster – « Se saisir de la lutte de libération des femmes et des personnes de couleur dans les trois continents, mener la lutte anti-impérialiste au cœur de la bête ! » début des tournées du chanteur et accordéoniste Quetschenpaua reflétant la scène autonome.

1er février 1989 ● grève de la faim (jusqu’au 15 février) des prisonniers de la RAF et de la Résistance.

11 février 1989 ● 10 000 personnes manifestent à Essen en soutien à la journaliste féministe Ingrid Strobl accusée de faire partie des Cellules Révolutionnaires.

15 mars 1989 ● grève de la faim (jusqu’au 12 mai) des prisonniers de la RAF et de la Résistance.

1er mai 1989 ● très violente manifestation à Berlin, la police doit quitter plusieurs heures le quartier de Kreuzberg.

novembre 1989 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre le Centre administratif pour les Roms et les Sintis.

17 novembre 1989 ● l’antifasciste Conny Wessmann meurt en raison d’une intervention brutale de la police contre des antifascistes s’opposant à une émeute skinhead à Göttingen.

25 novembre 1989 ● 20 000 personnes manifestent à Göttingen en mémoire de Conny Wessmann.

« Conny est morte Transformez la colère et la tristesse en résistance »

1er novembre 1989 ● Occupation du bâtiment dédié au spectacle la Rote Flora à Hambourg, devenant une base des autonomes.

30 novembre 1989 ● le commando Wolfgang Beer de la RAF attaque à l’explosif la voiture du président de la Deutsche Bank Alfred Herrhausen.

1990 ● le véganisme commence à devenir la norme chez les autonomes et est hégémonique au milieu de la décennie, vague importante de squats dans la partieEst de Berlin en profitant du vide juridique.

1er mai 1990 ● manifestation pacifique à Berlin du cortège révolutionnaire de 12 000 personnes.

juin 1990 ● d’anciens membres de la RAF ayant rejoint une vie en RDA au début 1980 sont arrêtés.

27 juillet 1990 ● le commando José Manuel Sevillano de la RAF attaque le secrétaire d’État Hans Neusel – « Nous pensons qu’il est maintenant possible et qu’il peut y avoir un premier pas commun dans la reconstruction d’un mouvement révolutionnaire fort, que nous nous entendions concernant les thèmes centraux dans la confrontation impérialisme / libération, afin d’en arriver à partir de là à une intervention commune. »

14 novembre 1990 ● très violents affrontements alors que la police déloge 13 bâtiments occupés dans la Mainzerstrasse à Berlin.

La Mainzerstrasse

15 novembre1990● 10 000 personnes manifestent à Berlin en soutien à la Mainzerstrasse.

1991● début à Berlin pour trois décennies (au moins) de la « ligue des voitures de sport » : chaque année depuis plusieurs centaines de voitures chics sont incendiés dans le pays, principalement à Berlin. ● Fondation de Pour un courant de gauche (Für eine linke Strömung) sur une base post-autonome.

janvier 1991● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre la chancellerie et contre le ministère du travail à Düsseldorf.

février 1991 ● les Cellules Révolutionnaire mènent une attaque incendiaire contre la colonne de la victoire à Berlin.

13 février 1991 ● le commando Ciro Rizzato de la RAF mitraille l’ambassade américaine à Bonn dans le cadre de la guerre du Golfe.

1er avril 1991 ● le commando Ulrich Wessel de la RAF exécute Detlev Rohwedder, dirigeant de la Treuhand gérant les privatisations en Allemagne de l’Est.

1er mai 1991 ● très violents affrontements entre les autonomes et les soutiens aux soutiens du Mouvement Révolutionnaire Internationaliste (un regroupement maoïste international).

11 Juin1991 ● les Cellules Révolutionnaire mènent une attaque incendiaire contre le Reichstag à Berlin.

17 juillet1991 ● les Cellules Révolutionnaire mènent une attaque incendiaire contre l’entreprise de distribution Kaiser à Berlin et Ravensbrück.

juillet 1991 ● les Cellules Révolutionnaire publient le document « This is not a love song! » (titre d’une chanson post-punk de PIL) critiquant les attaques contre la colonne de la victoire à Berlin et contre le Reichstag.

22 août 1991 ● les Cellules Révolutionnaires mènent une attaque à l’explosif contre le centre pour les étrangers à Böblingen.

29 août 1991 ● manifestation antifasciste de 15 000 personnes à Rostock, au coeur d’une vague d’émeutes racistes.

octobre 1991 ● L’Autonome Antifa M [pour mercredi, le jour des réunions, ou marxiste, selon la légende], un groupe de cadres existant de manière parallèle aux autonomes, propose un « papier de discussion sur l’organisation autonome » de l’antifascisme, alors qu’elle est immédiatement la cible d’une accusation de soutien au terrorisme.

Le style démonstratif proposé par l’Antifa M

janvier 1992 ● un réseau des Cellules Révolutionnaires annonce sa dissolution en raison du profond changement de situation en Allemagne ; la position est critiquée immédiatement par plusieurs autres réseaux.

6 janvier 1992 ● le ministre de la Justice Klaus Kinkel parle de la capacité de l’État à la réconciliation et de commencer à libérer les prisonniers de la RAF.

4 avril 1992 ● un nazi meurt poignardé lors d’un affrontement à Berlin avec des antifascistes turcs et kurdes, l’affaire devient centrale dans le mouvement antifasciste.

10 avril 1992 ● la RAF annonce qu’elle cessera désormais de procéder à des exécutions de hauts dirigeants.

1er mai 1992 ● très violents affrontements entre les autonomes et les soutiens aux soutiens du Mouvement Révolutionnaire Internationaliste (un regroupement maoïste international), les manifestations se faisant désormais de manière séparée.

22 mai 1992 ● la Anti-imperialistiche Zelle (Cellule anti-impérialiste) publie un document affirmant la nécessité de la lutte armée.

20 juin 1992 ● 2 000 personnes manifestent à Bonn pour la libération des prisonniers de la RAF.

29 juin 1992 ● la RAF annonce la cessation des actions armées.

25 juillet 1992 ● fondation sous l’impulsion de l’Autonome antifa [M] d’une Antifaschistische Aktion/Bundesweite Organisation (Action antifasciste / Organisation au niveau fédéral) multipliant les groupes.

Lutte contre le FAP (un parti fasciste) – faire face de manière décidée au néo-fascisme

août 1992 ● long texte stratégique de la RAF – « nous devons trouver du neuf » – « Notre orientation est aujourd’hui en première ligne le développement d’un processus social, où s’organise un contre-pouvoir par en-bas, qui place à la valse répressive des frontières et la fait reculer. »

21 novembre 1992 ● la Cellule anti-impérialiste mène une attaque incendiaire contre la faculté de droit de Hambourg.

février 1993● Publication par le prisonnier du Mouvement du 2 juin Klaus Viehmann de l’ouvrage « Trois à un. Contradiction de classe, racisme et sexisme », qui a une influence majeure sur le mouvement autonome.

mars 1993 ● Klasse gegen Klasse (Classe contre classe) envoie une balle de pistolet à la rédaction berlinois du quotidien TAZ (l’équivalent de Libération) en menaçant de jambisation.

27 mars 1993 ● spectaculaire destruction de la prison en construction de Weiterstadt par le commando Katharina Hammerschmidt de la RAF.

La prison en construction de Weiterstadt

27 juin 1993 ● le membre de la RAF Wolfgang Grams est exécuté lors de son arrestation.

18 août 1993● La Cellule anti-impérialiste mène une attaque incendiaire contre l’appartement d’un membre de l’unité anti-terroriste à Solingen.

10 septembre 1993 ● Klasse gegen Klasse attaque à l’explosif le pavillon d’un propriétaire d’un immeuble de logements en location

18 octobre 1993 ● Klasse gegen Klasse attaque à la grenade un restaurant chic à Berlin.

28 octobre 1993 ● une partie des prisonniers de la RAF critique la RAF et le reste des prisonniers comme allant dans le sens d’un accord avec l’État.

17 novembre 1993● La Cellule anti-impérialiste tire sur le siège de l’Union patronale de l’industrie électronique et métallurgique à Cologne.

19 novembre 1993 ● Klasse gegen Klasse attaque à l’explosif deux pavillons, celui d’un architecte et celui du dirigeant de la planification urbaine du quartier berlinois de Kreuzberg, incendiant également leurs voitures.

5 juillet 1994 ● la Cellule anti-impérialiste attaque à l’explosif les locaux du parti chrétien-démocrate CDU à Düsseldorf. ● l’Autonome Antifa M subit 17 perquisitions.

27 juillet 1994● grève de la faim (jusqu’au 3 août) d’une partie des prisonniers de la RAF.

24 septembre 1994 ● la Cellule anti-impérialiste attaque à l’explosif le siège régional du parti libéral FDP à Brême.

27 octobre 1994 ● le K.O.M.I.T.E.E. mène une attaque incendiaire contre un bâtiment de l’armée à Bad Freienwalde.

1995● émergence de la scène « anti-deutsch » (anti-allemande) / anti-national se focalisant sur une dénonciation de l’antisémitisme allemand, critiquant l’anti-impérialisme comme anti-américanisme, puis passant sur une ligne philosophique antifasciste pro-américaine, provoquant une fracture complète dans la scène antifasciste.

22 janvier 1995 ● la Cellule anti-impérialiste attaque à l’explosif l’appartement d’un ancien secrétaire d’État à Wolfsburg.

10 avril 1995 1994 ● le K.O.M.I.T.E.E. tente de faire sauter une prison en construction destiné aux migrants avec 120 kilos d’explosif, l’action échoue et les membres passent dans la clandestinité puis se réfugient au Venezuela.

16 avril 1995● Congrès de l’Autonomie à Berlin avec un millier de participants, dernière expression des autonomes au sens strict.

23 avril 1995 ● la Cellule anti-impérialiste attaque à l’explosif l’appartement d’un parlementaire du parti chrétien-démocrate CDU à Düsseldorf.

13 juin 1995 ● cinquante perquisitions contre les réseaux clandestins autonomes et anti-impérialistes.

7 septembre 1995● la Cellule anti-impérialiste attaque à l’explosif l’appartement d’un parlementaire du parti chrétien-démocrate CDU à Siegen-Geisweid.

23 décembre 1995 ● la Cellule anti-impérialiste attaque à l’explosif le consulat du Pérou à Düsseldorf.

25 février 1996● deux membres de la Cellule anti-impérialiste sont arrêtés et se convertissent à l’Islam.

25 mars 1996● Klasse gegen Klasse attaque à l’explosif la maison d’un expert berlinois du droit du travail.

Mars 1998 ● la RAF annonce sa dissolution – « Il y a presque 28 ans, le 14 mai 1970, la RAF naissait dans une action de libération : aujourd’hui nous en terminons avec ce projet. La guérilla urbaine sous forme de la RAF fait désormais partie de l’histoire. »

1er mai 1998● 5 000 nazis à Leipzig se voient opposés un cortège antifasciste bien plus grand se heurtant violemment à la police.

30 décembre 1999 ● série d’incendies de voitures chics à Berlin.

8 décembre2000● Klasse gegen Klasse incendie une voiture diplomatique de l’ambassade indienne à Berlin.

avril 2001 ● L’Action antifasciste / Organisation au niveau fédéral annonce sa dissolution.

22 juin 2001 ● la Militante Gruppe (groupe militant) envoie des munitions aux deux représentants de la fondation pourle dédommagement des travailleurs forcés dans le national-socialisme et incendient un véhicule de la succursale de Daimler-Benz à Berlin.

25 février 2002 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre le bureau d’aide sociale d’un quartier de Berlin et envoie une lettre avec une balle et un couteau à son responsable.

29 avril 2002 ● la Militante Gruppe incendie des voitures de la succursale de Daimler-Benz à Grossziethen.

30 octobre2002● Klasse gegen Klasse incendie la voiture du conseiller municipal responsable de la construction pour le quartier de Kreuzberg à Berlin.

1er janvier 2003● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre le centre des impôts d’un quartier de Berlin.

26 février 2003 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre deux véhicules de l’armée à Petershagen.

6 août2003 ● Klasse gegen Klasse incendie la cour du centre allemand d’architecture.

18 septembre 2003 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre le tribunal régional supérieur et une voiture du procureur général à Naumburg.

octobre 2003● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre des véhicules de l’entreprise de recyclage Alba à Berlin.

1er janvier 2004● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre l’Institut allemand de recherche économique à Berlin.

30 mars 2004 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre l’agence pour l’emploi pour le nord de Berlin.

7 mai 2004● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre des véhicules de la Deutsche Telekom à Berlin.

23 septembre 2004● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre le bureau d’aides sociales d’un quartier de Berlin et une administration de traitement des réfugiés à Berlin.

1erjanvier 2005 ● fondation de la Gauche interventionniste (Interventionistische Linke) comme « organisation post-autonome multicentrique », regroupant rapidement une trentaine de groupes.

10 janvier 2005 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un nouveau magasin Lidl à Berlin.

2005 ● dans l’enquête contre la Militante Gruppe, envoi par les services secrets d’un faux texte de débat dans le milieu autonome pour obtenir des « réactions ».

29 avril 2005● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un véhicule d’un policier et des véhicules du ministère pour le développement agricole et l’écologie à Berlin.

novembre 2005● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre l’Institut allemand de recherche économique à Berlin.

17 février 2006 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre une succursale de Renault à Berlin.

février 2006● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un véhicule du Centre français de Berlin.

20 mars 2006 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un véhicule du Bureau pour l’ordre public à Berlin.

8 avril 2006 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un commissariat général à Berlin.

5 mai 2006● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre deux véhicules de police à Berlin.

24 mai 2006 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un tribunal pour petites peines à Berlin.

20 juillet 2006 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un parking à Berlin.

4 septembre 2006 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre deux véhicules de police à Berlin.

11 septembre 2006 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre quatre véhicules du Bureau pour l’ordre public à Berlin.

décembre 2006● fondation de Ums Ganze (la totale), rassemblement « post-antifasciste » de groupes anticapitalistes.

20 décembre 2006● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre le garage d’un médecin à Berlin.

15 janvier 2007 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre des véhicules de police à Oranienburg.

16 mars 2007 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre l’Union des entrepreneurs et industriels turcs et contre la chambre italienne du commerce avec l’Allemagne, à Berlin.

18 mai 2007● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre des véhicules de police à Berlin.

14 janvier 2009 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un tribunal pour petites peines à Potsdam et contre une agence pour l’emploi à Berlin.

26 février 2009 ● la Militante Gruppe mène une attaque incendiaire contre un véhicule de l’armée à Burg.

juillet 2009 ● la Militante Gruppe annonce sa dissolution.

30 septembre 2009● les Revolutionäre Aktionszellen (Cellules d’Action Révolutionnaire) attaquent à l’explosif l’agence pour l’emploi à Berlin.

4 février 2010 ● les Revolutionäre Aktionszellen attaquent à l’explosif la maison de l’économie à Berlin.

19 novembre 2010 ● les Revolutionäre Aktionszellen mènent une attaque incendiaire contre l’office administratif fédéral à Berlin.

2 février 2011● très violente éviction d’un squatt de la Liebigstrasse à Berlin.

28 mars 2011 ● les Revolutionäre Aktionszellen envoient une balle au ministre de l’intérieur et au procureur général.

avril 2011 ● les Revolutionäre Aktionszellen mènent une attaque incendiaire contre la Cour centrale des relances.

3 décembre 2011 ● les Revolutionäre Aktionszellen mènent une attaque à l’explosif contre le tribunal administratif de Göttingen.

22 mai2013 ● Vague de perquisitions dans 21 appartements à Berlin, Stuttgart et Madgebourg.

septembre 2020 ● les Revolutionäre Aktionszellen envoient une balle à toute une série de figures politiques (14 ministres régionaux, le président des services secrets intérieurs, etc.).

1er mai 2021 ● 93 policiers blessés et 354 personnes arrêtées dans le cadre de la manifestation à Berlin.

=>Retour au dossier sur la révolte allemande