Création de la Fédération des Cercles marxistes-léninistes (1964)

Au cours d’une réunion, tenue en juillet 1964, les représentants des Cercles marxistes-léninistes de Marseille, Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Perpignan et Saint-Savournin ont décidé unanimement :

1° LA CREATION D’UNE FEDERATION DES CERCLES MARXISTES-LENINISTES

2° La transformation du Bulletin édité par le Cercle de Marseille en BULLETIN DE LA FEDERATION, sous le titre :

” POUR LA DEFENSE DU MARXISME-LENINISME “

Organe de la Fédération des Cercles marxistes-léninistes

Cette décision est effective à partir du présent numéro.       

Résolution politique adoptée à l’unanimité des délégués

Les représentants des Cercles marxistes-léninistes de MARSEILLE, AIX-EN-PROVENCE, PERPIGNAN, BORDEAUX, GRENOBLE et SAINT-SAVOURNIN, réunis en juillet 1964, estiment que l’évolution des événements internationaux confirme la justesse de l’analyse et des principes contenus dans les deux Déclarations de 1957 et 1960 des PARTIS COMMUNISTES et OUVRIERS.

Ils réaffirment leur attachement à ces principes et approuvent les propositions présentées en 25 points par le Comité central du PARTI COMMUNISTE CHINOIS.

Sur le plan mondial la réalité démontre que l’impérialisme américain est l’ennemi principal des peuples.

La Déclaration de 1960 précise que cet impérialisme est ” le plus grand exploiteur international, le bastion principal du colonialisme actuel, la principale force d’agression et de guerre, le rempart principal de la réaction mondiale, le gendarme international, l’ennemi des peuples du monde entier “. C’est l’impérialisme américain qui est l’agresseur des peuples de CUBA, de PANAMA, du CONGO, du LAOS, du VIETNAM, etc… C’est lui qui fait peser de lourdes menaces sur la paix mondiale.

Par ailleurs, le développement du révisionnisme dans le camp socialiste a abouti à la rupture du front uni contre l’agresseur: le Traité de Moscou n’a été signé que par 8 Etats socialistes sur 13.

La publication du Rapport Souslov a développé l’offensive et la campagne antichinoise à un moment où, dans le Sud-Est asiatique, l’agression américaine se révèle de plus en plus menaçante. Les tentatives qui sont faites pour réunir une conférence internationale des partis communistes, conférence qui aurait pour but de condamner le PARTI COMMUNISTE CHINOIS et les autres PARTIS MARXISTES-LÉNINISTES, sont des tentatives de scission, préjudiciables aux intérêts du camp socialiste et à ceux des peuples du monde entier.

Les délégués considèrent comme étant d’une particulière gravité la déclaration de Valérian Zorine, Vice-Ministre des Affaires étrangères de l’U.R.S.S., selon laquelle la RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE ne pourrait plus compter sur la protection antiatomique soviétique. Cette position, contraire aux principes d’unité et de solidarité des pays socialistes exprimée dans le Déclaration des 81 PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS, ne peut être qu’un encouragement pour l’agression américaine.

Le développement du révisionnisme se fait également sentir en France au moment où la situation des travailleurs devient particulièrement difficile du fait de la dégradation du pouvoir d’achat, des atteintes multiples aux libertés et droits syndicaux. 

En prônant une évolution pacifique du capitalisme au socialisme, les dirigeants révisionnistes du PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS démobilisent la classe ouvrière et de ce fait renforcent les positions du pouvoir gaulliste, représentant des monopoles. 

Leur politique aboutit à une tactique opportuniste d’unité sans principe, contraire aux propositions formulées dans la Déclaration des 81. Ils ne tiennent pas compte de la réalité: les dirigeants sociaux-démocrates tels Guy MOLLET et Gaston DEFFERRE ne sont rien d’autres que les porteurs de l’idéologie bourgeoise dans les rangs de la classe ouvrière.

Nos dirigeants révisionnistes préconisent une ” démocratie véritable ” qui ne serait rien d’autre que le retour à une démocratie bourgeoise incapable de satisfaire les justes aspirations de la classe ouvrière et du peuple français. L’unité véritable de la classe ouvrière ne pourra se réaliser que dans l’action de tous les travailleurs unis à la base, sur des objectifs précis, correspondant à leurs intérêts de classe; et c’est derrière la classe ouvrière que les autres couches sociales de la nation se rassembleront dans la lutte nécessaire et décisive contre le pouvoir capitaliste.

Aussi les délégués se fixent-ils pour tâche de développer de grands efforts dans les mois qui viennent pour élaborer une plate-forme marxiste-léniniste, conforme aux principes révolutionnaires des DÉCLARATIONS DU MOUVEMENT COMMUNISTE ET OUVRIER INTERNATIONAL, et ADAPTÉE A LA SITUATION FRANÇAISE.

Devant la gravité de la situation tant intérieure qu’extérieure les délégués, qui n’ont rien à voir avec les les groupuscules trotskystes et autres et condamnent catégoriquement leurs agissements anti-parti, APPELLENT TOUS LEURS, CAMARADES A LUTTER CONTRE LA DEGENERESCENCE RÉVISIONNISTE.

=>Retour au dossier PCMLF, PCR(ml), VLR, UCF-ML,
Nouvelle Cause du Peuple, NAPAP, Action Directe