La mort de Gilbert Mury (1975)

[Publié dans Front Rouge, mai 1975.]

Le 16 mai 1975, le camarade Gilbert Mury est mort. Pour nous, sa vie a une valeur d’exemple. Il appartient, dans sa génération, au petit nombre de ceux qui engagé à 20 ans dans le combat de la Résistance, n’ont jamais abdiqué leur conviction communiste. Jusqu’à sa mort, il a poursuivi le combat pour la révolution.

“Dire pour quoi je vis, c’est dire pourquoi je me suis battu depuis que j’ai quitté le lit où je traînais d’opération en opération, de plâtre en béquilles, depuis bientôt sept ans. Il était parfaitement clair en ces jours d’octobre-novembre 1940, que les envahisseurs allemands occupaient le sol national et qu’il fallait les en chasser.

Mais la libération d’un territoire n’est pas nécessairement celle des hommes qui l’habitent. Et l’oppression ne prend pas toujours la forme d’un uniforme ennemi. Alors la lutte a continué. Il est arrivé que le Parti des Fusillés est devenu le parti de M. Marchais… Les combats de la Résistance ont décidé de toute ma vie.

C’est en définitive pour rester fidèle aux vivants et aux morts de la lutte armée de libération nationale que j’ai choisi la guerre de classe aux côtés du prolétariat. Et si depuis lors, j’ai commis parfois des erreurs graves dans mes analyses politiques, jamais du moins, si dure que fut la bataille engagée par mes camarades, je n’ai oublié la leçon prise dès la fin d’octobre 1940 : ne pas reculer “.

Dans son combat de résistant, Gilbert a acquis, inébranlablement deux certitudes: le rôle dirigeant de la classe ouvrière dans la révolution et la nécessité de la violence révolutionnaire.

” Venu au combat de classe par le relais de la guerre de libération nationale, je n’ai jamais pu croire que nous irions au socialisme par la voie pacifique, ni qu’au lendemain d’une victoire militaire, les classes vaincues disparaîtraient sans aucune lutte et sans tenter de reprendre le pouvoir “.

Au lendemain de la Résistance, il ne cherche pas comme certains à se prévaloir si peu que ce soit de ses titres de Résistant et de dirigeant du ” Mouvement de Libération National “. Intellectuel de formation et de profession, il aspire avant tout, à poursuivre dans les rangs du PCF, le combat au service de la classe ouvrière. Car pour lui, le socialisme n’a rien d’un but abstrait: c’est une réalité vivante, et rattachée par mille liens de solidarité et de classe aux peuples qui déjà le construisent.

” Lorsqu’à la fin d’octobre 1940, j’ai rejoint les rangs du Parti Communiste, j’ai commencé à découvrir ce que représente pour un militant, l’amour d’un pays qu’il ne connaît pas encore, mais où la révolution monte comme une flamme. Hier l’Union Soviétique, aujourd’hui la Chine.

Je n’ai jamais vécu ni dans l’une ni dans l’autre. Je n’ai jamais cru que la France de la révolution victorieuse reproduirait mécaniquement, servilement un modèle inventé à l’autre bout de l’Europe ou à l’extrémité de l’Asie. Seulement, il me semble difficile de combattre pour elle sans trouver dans cette bataille, telle qu’elle se déroule sur notre sol, toutes les raisons de chercher à connaître et à vivre le socialisme tel qu’il grandit, même loin de nous “.

C’est en luttant contre le révisionnisme en France, que Gilbert Mury a appris à aimer, d’une amitié extrêmement forte, le peuple albanais, sa révolution, son Parti. ” Camarade Mury, l’Albanie est votre seconde Patrie ” lui a dit un jour Enver Hoxha.

Et c’est vrai, il ne parlait jamais de ce pays sans émotion et il est celui qui inlassablement par ses écrits, par son action, en créant en 1972 l’Association des Amitiés Franco-Albanaises, a le plus oeuvré pour faire connaître, comprendre, pour faire aimer l’élan révolutionnaire du peuple albanais.

Chez lui, l’adhésion aux idées du communisme ne faisait qu’un avec les sentiments de classe qui l’unissaient, au plus profond de lui-même, à la révolte de tous les exploités en lutte, aux combats des peuples contre l’impérialisme. Et c’est là qu’il puise la force et la certitude pour s’opposer courageusement au déferlement du révisionnisme.

A quoi servaient les calomnies et les injures du XXème Congrès contre Staline ? Il répondait en 66 : ” discréditer le principe même de la dictature du prolétariat, c’est à dire de l’exercice du pouvoir politique par la classe ouvrière “.

Qui soutient la lutte héroïque du peuple vietnamien ? La Chine socialiste unie ” comme les lèvres et les dents ” au peuple vietnamien, selon le mot d’Ho Chi Minh, ou le P”C”F révisionniste qui interdit la diffusion du ” courrier du Vietman “.

Que devient le P”C”F ? un parti bourgeois qui considère de plus en plus les ouvriers les plus exploités comme une masse de manoeuvres électorales. Les révisionnistes ont beau lui confier d’importantes responsabilités de propagandiste, pour tenter à la fois de se le concilier et de le neutraliser.

C’est à partir de telles positions de classe que Gilbert Mury se bat au sein du P”C”F jusqu’à ce que la rupture devienne inévitable. Il rejoint alors les premières forces marxistes-léninistes regroupées dans le MCF(ml).

Portant une grande attention aux luttes ouvrières, il contribue à y mettre en avant la nécessité pour les communistes authentiques d’organiser les couches les plus exploitées de la classe ouvrière, les OS et, notamment les immigrés. Il a le mérite, rejetant tout esprit de chapelle d’engager, sur le terrain politique, la polémique avec l’UJC (ml).

Si Gilbert n’a pas participé au Congrès de Puyricard, c’est qu’il a finalement douté à l’époque, des conditions dans lesquelles pouvait s’édifier le Parti.

Mais il est resté un militant et a consacré alors notamment son énergie à lier le mouvement de solidarité pour le peuple palestinien avec la lutte des travailleurs arabes en France. Ce qui lui valut toute sorte d’attaques et de vexations de la part de la bourgeoisie.

En 1970, Gilbert est à Amann contre le sionisme, contre le racisme, il contribue de toutes ses forces à faire du soutien à la cause palestinienne, un élément indissoluble de la lutte révolutionnaire. Gilbert s’est rapproché de nous à partir du moment où il a pu apprécier la portée de notre rupture avec l’opportunisme, où il a saisi concrètement comment notre Parti se liait à la classe ouvrière. Dès lors, il n’a pas cessé malgré la fatigue, la maladie, de nous apporter une aide précieuse et multiple.

Il joua un rôle considérable dès 1972 dans la constitution des Comités Indochine Palestine, a participé au Comité de Rédaction de ” Front Rouge “, à la revue ” Octobre “, apportant à la tribune de nombreux meetings, sa force de conviction, son enthousiasme militant.

Depuis plusieurs mois, il avait accepté de donner des cours à l’Ecole Centrale du Parti : loin de se contenter de transmettre ses connaissances, philosophiques, historiques, il s’efforçait toujours de les repenser, de répondre aux questions, aux besoins, au point de vue des camarades ouvriers.

Oui, camarade Gilbert, tu étais l’un des nôtres !

Tu as consacré sans compter jusqu’au dernier souffle ton énergie, ton intelligence, ta force de conviction au service de la révolution, de l’internationalisme prolétarien. Ton courage, ta détermination, tes sentiments de classe, sont un exemple qui nous porte en avant. Ton oeuvre, ton action ne peuvent mourir avec toi : elles se poursuivent déjà dans le combat de notre Parti, dans la lutte révolutionnaire du peuple de France.

Gilbert Mury a écrit de nombreux ouvrages à caractère militant, sur des questions philosophiques, historiques ou sociologiques.

Signalons ici ceux qui, dans la dernière période, ont joué et jouent un rôle important dans la propagation des idées du marxisme-léninisme.
Albanie, terre de l’homme nouveau
Face au révisionnisme : oeuvres d’Enver Hoxha choisies et préfacées.
La Révolution Culturelle: recueil de documents précédés d’une importante introduction.
Le sang ouvrier : Etude sur les accidents du travail aujourd’hui

Message du bureau politique
du Parti Communiste
Révolutionnaire (m.l.)
à Suzanne MURY

Camarade,

La mort de Gilbert nous a profondément affectés. Il compte parmi ceux qui, en France, ont, les premiers, engagé courageusement la lutte contre le révisionnisme, ont défendu et propagé les idées du marxisme-léninisme. Il compte parmi le petit nombre de ceux qui, depuis, n’ont jamais abandonné la bataille, ont toujours cherché, malgré les difficultés, à transformer en force agissante leurs convictions révolutionnaires.

Gilbert a beaucoup aidé notre Parti: par son expérience, ses capacités de propagandiste, son intelligence, sa force de persuasion. Nous le considérons comme un des nôtres; jusqu’au dernier moment il a fait part au Parti de son énergie révolutionnaire.

Permets-nous, camarade, de partager avec toi et votre fils, votre douleur.

Nous conserverons vivante la mémoire de Gilbert, son oeuvre. Elle a fait corps avec la lutte de notre Parti, avec le développement même de la révolution en France.

Le Bureau Politique du PCR (ml.)

A tous les camarades et amis de Gilbert Mury

Vous êtes des combattants marxistes-léninistes. Vous êtes de ceux qui préparent les lendemains où les hommes sauront ce que c’est que d’être un homme.

J’ai été la compagne pendant plus de 30 ans de Gilbert Mury.

J’ai participé avec mes moyens, mes défauts et mes qualités à son oeuvre, j’ai essayé de t’aider et de le suivre.

C’était un homme intègre, c’était un homme de devoir, c’était un militant.

Il a consacré sa vie, ses loisirs, son temps, sa santé à préparer la venue de cet homme nouveau qu’il avait rencontré en Albanie socialiste. A travers les orages et les difficultés de la vie militante qui a été la sienne, un amour profond nous a toujours liés. Il est resté avec moi jusqu’à la dernière minute.

Et je vous demande camarades, je vous demande à tous, ceux qui croient en la révolution et en la possibilité d’un homme total, un homme délivré des servitudes du capitalisme et de l’aliénation dans lesquelles on retient le meilleur de lui-même, de reprendre son combat, de reprendre sa lutte et de rester toujours fermes sur les positions qui furent les siennes, à savoir le soutien aux peuples combattants, aux peuples déshérités, aux peuples en lutte.

Et je vous demande aussi de garder en vous le souvenir de ce que fut pour lui l’oeuvre de Staline, à laquelle il était profondément et fidèlement attaché. C’est avec vous que je lui donne mon dernier message fraternel et mon message d’amour.

Adieu, mon camarade. 

Suzanne MURY

=>Retour au dossier PCMLF, PCR(ml), VLR, UCF-ML,
Nouvelle Cause du Peuple, NAPAP, Action Directe