Le «rapport secret» du XXe congrès du PCUS et le rejet de l’appareil de sécurité d’Etat

Nikita Khrouchtchev se situant sur le terrain du XIXe congrès, il appuie les points relatifs à celui-ci. Le XIXe congrès ayant instauré une « direction collective » et aboli le poste de secrétaire général du Parti, il passe par là pour condamner le passé – évidemment par rapport à un présent censé être impeccable par définition même.

« Ainsi que l’ont prouvé les événements ultérieurs, l’inquiétude de Lénine était justifiée: dans la première période qui a suivi la mort de Lénine, Staline prêtait encore attention à ses conseils [à ceux de Lénine], mais plus tard il commença à ignorer les graves avertissements de Vladimir Ilitch.

Quand on analyse la façon d’agir de Staline à l’égard de la direction du Parti et du pays, quand on s’arrête à considérer tout ce que Staline a commis, il faut bien se convaincre que les craintes de Lénine étaient justifiées.

Le côté négatif de Staline, qui, du temps de Lénine, n’était encore que naissant, s’était transformé dans les dernières années en un grave abus de pouvoir par Staline, qui a causé un tort indicible à notre Parti.

Nous devons étudier sérieusement et analyser correctement cette question afin d’être à même de prévenir toute possibilité d’un retour, sous quelque forme que ce soit, de ce qui s’est produit du vivant de Staline, qui ne tolérait absolument pas la direction et le travail collectifs et qui pratiquait la violence brutale, non seulement contre tout ce qui s’opposait à lui, mais aussi contre tout ce qui paraissait, à son esprit, capricieux et despotique, contraire à ses conceptions. »

Si la critique en restait là, on aurait pu comprendre qu’il s’agit d’une rectification, Nikita Khrouchtchev asseyant son pouvoir et avec lui toute une clique opportuniste. Cependant, l’URSS de Staline était socialiste et il existait par conséquent un appareil de sécurité d’État.

La base socialiste était préservée par celui-ci, toute la société étant organisée en fonction de lui et inversement. Cela est évidemment inacceptable pour une clique désireuse d’agir comme bon lui semble.

Elle avait donc décapité dès la mort de Staline l’appareil de sécurité d’État et instauré un KGB à son service. Mais il lui fallait également idéologiquement dénoncer la lutte de classes et cela était d’autant plus important de le faire que la lutte des classes avait abouti à frapper les éléments traîtres dans le Parti lui-même.

Ces éléments traîtres étant opportunistes, ils convergeaient par définition avec la clique de Nikita Khrouchtchev. Il était d’autant plus important de se focaliser sur la période 1937-1938 où l’appareil de sécurité d’État avait été en première ligne pour assumer la lutte des classes, protéger l’État socialiste, frappant jusque dans le Parti.

Voici comment Nikita Khrouchtchev expose cela.

« Staline n’agissait pas par persuasion au moyen d’explications et de patiente collaboration avec des gens, mais en imposant ses conceptions et en exigeant une soumission absolue à son opinion. Quiconque s’opposait à sa conception ou essayait d’expliquer son point de vue et l’exactitude de sa position était destiné à être retranché de la collectivité dirigeante et voué par la suite à l’annihilation morale et physique.

Cela fut particulièrement vrai pendant la période qui a suivi le XVIIe Congrès, au moment où d’éminents dirigeants du Parti et des militants honnêtes et dévoués à la cause du communisme sont tombés, victimes du despotisme de Staline.

Nous devons affirmer que le Parti a mené un dur combat contre les trotskistes, les droitiers et les nationalistes bourgeois et qu’il a désarmé idéologiquement tous les ennemis du léninisme. Ce combat idéologique a été conduit avec succès, ce qui a eu pour résultat de renforcer et de tremper le Parti. Là, Staline a joué un rôle positif (…).

Il est intéressant de noter le fait que, même pendant que se déroulait la furieuse lutte idéologique contre les trotskistes, les zinoviévistes, les boukhariniens et les autres, on n’a jamais pris contre eux des mesures de répression extrêmes. La lutte se situait sur le terrain idéologique.

Mais quelques années plus tard, alors que le socialisme était fondamentalement édifié dans notre pays, alors que les classes exploitantes étaient généralement liquidées, alors que la structure sociale soviétique avait radicalement changé, alors que la base sociale pour les mouvements et les groupes politiques hostiles au Parti s’était extrêmement rétrécie, alors que les adversaires idéologiques du Parti étaient depuis longtemps vaincus politiquement, c’est alors que commença la répression contre eux.

C’est exactement pendant cette période (1936-19371938) qu’est née la pratique de la répression massive au moyen de l’appareil gouvernemental, d’abord contre les ennemis du léninisme – trotskistes, zinoviévistes, boukhariniens – depuis longtemps vaincus politiquement par le Parti, et également ensuite contre de nombreux communistes honnêtes, contre les cadres du Parti qui avaient porté le lourd fardeau de la guerre civile et des premières et très difficiles années de l’industrialisation et de la collectivisation, qui avaient activement lutté contre les trotskistes et les droitiers pour le triomphe de la ligne du parti léniniste.

Staline fut à l’origine de la conception d’« ennemi du peuple ».

Ce terme rendit automatiquement inutile d’établir la preuve des erreurs idéologiques de l’homme ou des hommes engagés dans une controverse; ce terme rendit possible l’utilisation de la répression la plus cruelle, violant toutes les normes de la légalité révolutionnaire contre quiconque, de quelque manière que ce soit, n’était pas d’accord avec lui; contre ceux qui étaient seulement suspects d’intentions hostiles, contre ceux qui avaient mauvaise réputation.

Ce concept d’« ennemi du peuple » éliminait en fait la possibilité d’une lutte idéologique quelconque, de faire connaître son point de vue sur telle ou telle question, même celle qui avait un caractère pratique.

Pour l’essentiel et en fait la seule preuve de culpabilité dont il était fait usage, contre toutes les normes de la science juridique actuelle, était la “confession” de l’accusé lui-même; et comme l’ont prouvé les enquêtes faites ultérieurement, les “confessions” étaient obtenues au moyen de pressions physiques contre l’accusé.

Cela a conduit à des violations manifestes de la légalité révolutionnaire et au fait que de nombreuses personnes, parfaitement innocentes, qui, dans le passé, avaient défendu la ligne du Parti, devinrent des victimes. »

C’est là une dénonciation très claire de la lutte des classes en URSS. La lutte contre les éléments capitulant dans la construction de l’URSS – les trotskystes, zinoviévistes, boukhariniens, etc. – est fort logiquement acceptée puisque la clique de Nikita Khrouchtchev est à la tête de l’URSS.

Mais elle ne peut pas accepter les luttes de classes en URSS même, parce qu’elle a désormais le pouvoir et qu’elle ne veut pas de celles-ci, mais également parce que cela impliquait la capacité de l’appareil de sécurité d’État à posséder une primauté technique sur le Parti, qui est désormais le sas de la bureaucratie formant une nouvelle bourgeoisie.

=>Retour au dossier sur le XXe congrès du PCUS