Roman Jakobson, Claude Lévi-Strauss et les chats de Charles Baudelaire

En 1962, la revue française d’anthropologie L’Homme qui avait commencé à être publié l’année précédente publie un article écrit en commun par Roman Jakobson et Claude Lévi-Strauss, relu par le linguiste Émile Benveniste.

Cet article est consacré à un poème de Charles Baudelaire, Les chats, que l’on trouve dans Les fleurs du mal. Du point de vue du matérialiste historique, ses premières lignes, formant le début d’une introduction à l’article lui-même, sont le véritable manifeste du structuralisme moderne.

On y lit la chose suivante :

« On s’étonnera peut-être qu’une revue d’anthropologie publie une étude consacrée à un poème français du XIXe siècle.

Pourtant, l’explication est simple : si un linguiste et un ethnologue ont jugé bon d’unir leurs efforts pour tâcher de comprendre de quoi était fait un sonnet de Baudelaire, c’est qu’ils s’étaient trouvés indépendamment confrontés à des problèmes complémentaires.

Dans les œuvres poétiques, le linguiste discerne des structures dont l’analogie est frappante avec celles que l’analyse des mythes révèle à l’ethnologue.

De son côté, celui-ci ne saurait méconnaître que les mythes ne consistent pas seulement en agencements conceptuels : ce sont aussi des œuvres d’art, qui suscitent chez ceux qui les écoutent (et chez les ethnologues eux-mêmes, qui les lisent en transcription) de profondes émotions esthétiques.

Se pourrait-il que les deux problèmes n’en fissent qu’un ? »

C’est là, en effet, la prétention d’une analyse « structurelle » – « fonctionnelle » en-dehors de toute circonscription du domaine étudié. Le structuralisme se pose ici comme méthode d’analyse universellement valable.

La longue analyse du poème qui suit est une sorte de piochage d’éléments plus ou moins vrais sur le plan de la grammaire, de la syntaxe, du style, rassemblés dans une sorte de grand bricolage. En voici un exemple.

« Les deux quatrains présentent objectivement le personnage du chat, tandis que les deux tercets opèrent sa transfiguration. Cependant, le second quatrain diffère fondamentalement du premier et, en général, de toutes les autres strophes.

La formulation équivoque : ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres donne lieu à une méprise évoquée dans le septième vers du sonnet, et dénoncée dans le vers suivant. Le caractère aberrant de ce quatrain, surtout l’écart de sa dernière moitié et du septième vers en particulier, est accentué par les traits distinctifs de sa texture grammaticale et phonique (…).

La rime remarquable qui lie les deux tercets est l’unique rime homonyme de tout le sonnet et la seule, parmi ses rimes masculines, qui juxtapose des parties de discours différentes. Il y a une certaine symétrie syntactique entre les deux mots qui riment, puisque tous les deux terminent des propositions subordonnées, l’une complète et l’autre elliptique. »

Cette approche va connaître un succès gigantesque dans l’Éducation nationale auprès des professeurs de français, Gérard Genette (1930-2018) publiant de nombreux ouvrages créant un style, une approche, une lecture des textes spécifiquement propre à la caste intellectuelle des professeurs s’occupant du français.

C’est la fameuse image du professeur de français surinterprétant jusqu’au délire des textes, voyant ce qu’il n’y a pas, au grand dam des élèves voyant bien que c’est absurde, sauf qu’il s’agit pour le professeur de la découverte d’une structure.

Le texte est décomposé en petits morceaux, qui ensemble formeraient une structure de par leurs inter-relations. Gérard Genette s’est ainsi concentré sur le paratexte, les références à d’autres textes dans les textes, charcutant littéralement les textes en les découplant totalement de toute liaison avec l’histoire.

Le texte aurait une valeur en soi, chaque expression aurait un sens littéraire en soi, découplé del a société. Dans Palimpsestes, publié en 1982, Gérard Genette définit de la manière suivante ce qu’il appelle un « architexte » :

« L’ensemble des catégories générales, ou transcendantes -types de discours, modes d’énonciation, genres littéraires, etc.- dont relève chaque texte singulier. »

C’est, au sens strict, une approche résolument portée contre l’approche traditionnelle, historique et liée aux mouvements littéraires, portée par André Lagarde et Laurent Michard, auteurs d’une anthologie qui est l’un plus des grands succès de l’édition en France dans la seconde moitié du XXe siècle.

C’est l’idée d’une œuvre se baladant littéralement dans l’espace et le temps, avec des propriétés magiques. C’est la substance même du discours idéaliste de Gérard Genette, qui assume entièrement ce discours. Dans L’Œuvre de l’art, publié en 1994, il prétend ainsi que :

« Étant donné le réseau inextricable de relations qui compose le monde de l’art, aucune œuvre […] ne se suffi t à elle-même, ni ne se contient elle-même : la transcendance des œuvres est sans limites. »

Impossible par conséquent de saisir l’œuvre autrement qu’en mouvement ; un écrit peut être relu sans cesse différemment, il peut et doit être décomposé, déconstruit, au moyen de plusieurs disciplines : la linguistique, la stylistique, la sémiologie, l’analyse des discours, la logique narrative, de la thématique des genres et des époques, etc. L’ensemble formerait une « théorie générale des formes littéraires », c’est-à-dire une « poétique ».

C’est le prolongement direct de l’œuvre comme « phénomène », comme « mythe » et dans Figures I,publié en 1966, Gérard Genette affirme ainsi :

« La genèse d’une œuvre, dans le temps et dans la vie d’un auteur, est le moment le plus contingent et le plus insignifiant de sa durée.

De tous les grands livres, on peut dire ce que Borges écrit des romans de Wells : “ils s’incorporent comme la fable de Thésée ou celle d’Assuérus, à la mémoire générale de notre espèce, et fructifieront dans son sein quand aura péri la gloire de ceux qui les écrivit et la langue dans laquelle ils furent écrits”.

Le temps de œuvres n’est pas le temps défini de l’écriture, mais le temps indéfini de la lecture et de la mémoire.

Le sens des livres est devant eux et non derrière, il est en nous : un livre n’est pas un sens tout fait, une révélation que nous avons à subir, c’est une réserve de formes qui attendent leur sens, c’est l'”imminence d’une révélation que nous avons à subir, c’est une réserve de formes qui attendent leur sens, c’est l’imminence d’une révélation qui ne se produit pas” et que chacun doit produire pour lui-même. »

Il s’agit là d’une conception extrêmement élaborée, visant à détruire toute perspective historique en littérature, et à renforcer la démarche « structuraliste » en général.

>Sommaire du dossier