Communiqué du 28 mai 1968

Au 25eme jour de la lutte révolutionnaire des ouvriers et des étudiants et alors que le mouvement se renforce dans toute le pays, malgré les pressdms la répression et les manoeuvres du pouvoir des monopoles et de sds complices, un certain nombre de conclusions importantes peuvent d’ores et déjà être dégagées tant des aspects positifs que des aspects négatifs de la lutte en cours

1° – Les dirigeants révisionnistes du P.”C.”F. et de la C.G.T. se sont révélés au grand jour cornue la courroie de transmission du pouvoir des monopoles au sein de la classe ouvrière et les agents delà bourgeoisie à l’intérieur du mouvement des masses.

Le désaveu par les travailleurs de RENAULT, CITROEN, BERLIET, RHODIACETA, SUD AVIATION, etc… des accords de trahison conclus, sur leur dos par les bonzes révisionnistes et autres, montrent que la classe ouvrière commence à voir clair dans leur jeu, mais l’influence des bonzes et politiciens révisionnistes reste grande au sein des masses travailleuses et le pouvoir aux abois s’efforce de la renforcer, ainsi nue cela apparaît clairement à la lecture de la presse bourgeoise et à l’audition de la radio gouvernementale :

Or, ces derniers ne veulent pas la révolution et pas même l’aboutissement des revendications économiques de la classe ouvrière dans la mesure où cela mettrait en danger les fondements mêmes de la société capitaliste tant en France que dans le reste du monde.

Avant renoncé à la voie révolutionnaire, ils en sont arrivés de compromis en reniements à la trahison complète des idéaux du -prolétariat. Il est donc absolument indispensable de tout mettre en oeuvre pour nue la classe ouvrière dans sa masse soit arrachée rapidement à l’influence et à l’encadrement des dirigeants poli tiques et syndicaux révisionnistes.

De premiers et importants succès ont été obtenus dans ce domaine. Les militants de notre parti doivent constituer l’élément moteur de ce processus de libération et de démystification.

2° – Le pouvoir bourgeois n’existe plus que par l’intervention ou la menace permanente de ses forces de répression.

En face de lui se développe le pouvoir populaire révolutionnaire des ouvriers dans les usines, chantiers, services publics, etc… des étudiants dans les facultés, et des comités d’action qui s’implantent sur la base du quartier, de la localité ou du lieu de travail.

Ces comités doivent constituer la base du front uni des forces qui veulent la révolution socialiste.

Il importe donc d’impulser un développement impétueux de ce pouvoir populaire, et en particulier de faire en aorte que les comités d’action se multiplient et se consolident rapidement dans toutes les entreprises, services publics, chantiers, bureaux, etc…

Sans participation massive et active de la classe ouvrière, il n’est pas possible de mener le mouvement révolutionnaire actuel a. la victoire.

3°) Sur le plan syndical, les militants ouvriers doivent se révolter contre les bonzes révisionnistes et réformistes en déployant largement le drapeau du syndicalisme révolutionnaire, avec comme perspective l’existence en France d’une centrale révolutionnaire répondant aux besoins et aux aspirations de la classe ouvrière.

4*) Au cours de ces derniers jours il est apparu clairement que les monopoles capitalistes, se préparant à toute éventualité, envisagent une telle relève “de gauche” du pouvoir gaulliste, à la faveur par exemple d’une réponse négative au référendum plébiscite du 16 Juin prochain.

Le Parti Communiste Marxiste-Léniniste de France met en garde la classe ouvrière , la paysannerie pauvre, les étudiants révolutionnaires contre toute relève de cette nature.

Le référendum-plébiscite organisé par le pouvoir na aucune validité. Le problème pour les ouvriers, étudiants révolutionnaires et les autres forces antimonopolistes est la victoire du mouvement revendicatif et révolutionnaire actuel.

Si ce mouvement est victorieux il n’y aura pas de référendum.

En outre, avec ou sans l’alliance des dirigeants révisionnistes du P”C”F, les politiciens bourgeois sociaux-démocrates à la MITTERRAND, Guy MOLLET, MENDES-FRANCE restent des serviteurs du capital monopoliste et il importe d’avoir clairement à l’esprit que leur accession au pouvoir ne ferait que changer l’aspect du régime capitaliste en France sans remettre le moins du monde en question son existence et son contenu de classe.

En outre compte tenu de leur subordination à l’impérialisme américain elle apporterait un précieux renfort à celui-ci, au moment ou la lutte héroïque du peuple vietnamien et des autres peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine lui inflige défaite sur défaite.

5e) L’excellente situation révolutionnaire actuelle constitue une confirmation de la justesse de la pensée du camarade MAO TSE-TOUNG .

L’exemple de la grande révolution culturelle prolétarienne de Chine a été l’un des éléments déterminants de cette situation.”

Ainsi que le camarade MAO TSE-TOUNG nous l’enseigne, les étudiants et ouvriers révolutionnaires ont osé engager la lutte contre la vieille société, ses structures, son idéologie, ses hommes.

S’ils persistent dans cette voie, ils sont assurés de venir à bout de la résistance acharnée du pouvoir des monopoles et des manœuvres des dirigeants révisionnistes et des réformistes, et d’assurer le triomphe en France de la révolution socialiste.

Le Secrétariat du Comité Central du Parti Communiste Marxiste-Léniniste de France.
Paris, le 28 Mai 1968 – 15 heures.

=>Retour au dossier PCMLF, PCR(ml), VLR, UCF-ML,
Nouvelle Cause du Peuple, NAPAP, Action Directe