Derrière les barreaux

Publié en 1929 dans la revue de social-démocratie autrichienne Kuckuck

Peu importe que les prisons soient faites de bâtiments en murs ou de barreaux de fer, les deux signifient une limitation spatiale, l’esclavage de la volonté, également pour l’animal, qui est né en liberté et lutte pour elle.

Les animaux sont des créatures du moment. Ils ne vivent pas consciemment le futur, ils sont liés au présent. Aux crises de colère lorsque les vœux ne sont pas satisfaits succède une profonde tristesse, que rien ne peut initialement influencer.

Rarement le moment psychique est plus fort que le sentiment de faim physiologique. La volonté de vivre repousse l’absence de liberté corporelle et spirituelle.

La prise de nourriture, c’est-à-dire l’apparition du surveillant, devient le contenu de la vie, ce qui s’est déroulé disparaît dans le subconscient de l’intellect animal.

Des gâteries, comme un morceau de sucre, un pauvre navet ou une banane, doivent aider à dépasser beaucoup de chose.

Derrière les barreaux, ils sont tous logés à la même enseigne. L’hippopotame et l’ours polaire ont oublié leur force, les grands singes leurs forêts, les girafes leurs steppes, l’oiseau merveilleux qu’est le Bec-en-sabot du Nil son pays d’origine, les sources du Nil.

Tous deviennent un concept, un numéro dans le catalogue du zoo – un pauvre prisonnier, à qui on a volé la liberté, qu’on a dénaturé, qui a perdu son moi derrière les barreaux.

Totalement triste au zoo de Schönbrunn
Mères
Les animaux te regardent
“On reconnaît comment les animaux sont si humains

=>Retour au dossier sur l’austro-marxisme