Discours de Tchang Tchouen-kiao au rassemblement pour fonder et célébrer le Comité révolutionnaire de de Pékin

Au rassemblement pour fonder et célébrer le Comité révolutionnaire de la municipalité de Pékin

20 avril 1967


Camarades révolutionnaires, compagnons de combat,

Le Comité révolutionnaire de la municipalité de Pékin est fondé solennellement aujourd’hui. C’est une grande fête pour les révolutionnaires prolétariens de Pékin, et aussi pour les révolutionnaires prolétariens de tout le pays.

En tant que membres des délégations des Comités révolutionnaires des provinces du Chansi, du Koueitcheou, du Heilongkiang, du Chantong et de la municipalité de Shanghai, invités à y participer, nous en éprouvons une très grande joie.

Comme nous en avons été chargés par les Comités révolutionnaires de ces cinq provinces et municipalité et par la population révolutionnaire de ces régions, nous adressons au Comité révolutionnaire de la municipalité de Pékin et à nos compagnons de combat révolutionnaires de la capitale nos souhaits les plus chaleureux et à vous ici présents, nos saluts de la grande révolution culturelle prolétarienne!

Camarades, compagnons de combat, Pékin est la ville où réside notre grand dirigeant le président Mao, la capitale de notre grande patrie et le cœur de notre révolution prolétarienne.

Au cours de la grande révolution culturelle prolétarienne, et sous la direction directe du Comité central ayant à sa tête le président Mao, les révolutionnaires prolétariens de Pékin, s’étant placés aux premiers rangs du combat, ont apporté une contribution toute particulière à la révolution culturelle prolétarienne dans l’ensemble du pays et acquis un mérite exceptionnel.

Avec un esprit d’audace révolutionnaire prolétarien, vous avez lancé une violente attaque contre la clique des révisionnistes contre-révolutionnaires de l’ancien Comité municipal du Parti de Pékin et remporté la première grande victoire dans la lutte contre la poignée de responsables qui, bien que du Parti, avaient pris la voie du capitalisme.

Vous avez apposé le premier grand journal mural marxiste-léniniste en gros caractères de notre pays, vous avez déclenché le mouvement des gardes rouges qui a ébranlé le monde, et accueilli avec enthousiasme plus de dix millions de jeunes combattants révolutionnaires, venus à Pékin pour échanger des expériences révolutionnaires.

Vous avez encore envoyé des milliers et des milliers de gardes rouges dans toutes les régions du pays pour y répandre l’appel du président Mao et le style de travail d’oser penser, parler, agir, frayer la voie et faire la révolution en s’unissant avec les révolutionnaires du lieu pour que la flamme ardente de la grande révolution culturelle prolétarienne se propage partout dans le pays.

Toute victoire de cette révolution remportée dans nos provinces et municipalité est liée avec le soutien total des révolutionnaires prolétariens de Pékin et la lutte héroïque des jeunes combattants de la garde rouge de la capitale.

Pour tout ceci, nous vous réitérons, camarades et compagnons de combat, nos remerciements les plus sincères. Notre grande révolution culturelle prolétarienne se trouve maintenant au paroxysme de la lutte pour la prise du pouvoir par l’union des révolutionnaires prolétariens.

La grande critique du plus haut des responsables qui, bien que du Parti, a pris la voie du capitalisme, s’élève actuellement dans l’ensemble du pays.

A ce moment décisif, la fondation du Comité révolutionnaire de la municipalité de Pékin constitue un grand encouragement pour les révolutionnaires prolétariens de notre pays.

Nous sommes convaincus que cet organe du pouvoir provisoire révolutionnaire, représentatif, possédant l’autorité révolutionnaire du prolétariat et formé dans la lutte révolutionnaire, se montrera capable de diriger les révolutionnaires prolétariens de la capitale, qu’il continuera à rester en tête des rangs des combattants dans la révolution culturelle prolétarienne du pays pour arracher la victoire totale dans cette révolution, à Pékin comme dans l’ensemble du pays, et pour y apporter une brillante contribution; nous sommes convaincus qu’il pourra édifier notre capitale en une grande école de l’étude et de l’application vivantes de la pensée de Mao Zedong, notre capitale qui ne changera jamais de couleur, grand exemple pour notre pays comme pour le monde. Compagnons de combat, nous sommes tous des combattants du président Mao, luttant contre nos ennemis communs dans la même tranchée.

Nos délégations ont appris beaucoup de bonnes expériences pendant leur séjour à Pékin.

En particulier les nouvelles expériences que vous avez créées au cours de votre réalisation de la grande alliance et de la “triple union” révolutionnaires, et celles de la Conférence des représentants des ouvriers, des Congrès des gardes rouges et de la Conférence des anciens paysans pauvres et paysans moyens de la couche inférieure que vous avez instaurés.

Nous avons entendu aujourd’hui le rapport du camarade Sié Fou-tche et les discours des camarades de diverses branches.

Nous continuerons à apprendre auprès de vous et vous nous aiderez certainement toujours comme vous l’avez déjà fait.

Sous la direction du président Mao et guidés par le grand drapeau rouge de la pensée de Mao Zedong, avançons en serrant nos rangs pour la victoire totale de la ligne révolutionnaire prolétarienne représentée par le président Mao et de la grande révolution culturelle prolétarienne, et pour de nouvelles victoires de la révolution et de l’édification socialistes !

Vive la victoire de la grande révolution culturelle prolétarienne !

Vive la dictature du prolétariat!

Vive le Parti communiste chinois!

Vive le président Mao! Qu’il vive très longtemps!

=>Revenir au dossier sur la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne