Enquête sur les maos en France: Fernand (1971)

[Cette enquête date de 1971, juste après l’auto-dissolution de la Gauche Prolétarienne. Les membres de la GP voulaient s’éparpiller dans les masses pour contribuer à la naissance du Parti. L’enquête consiste en des interviews des membres de l’ex-GP, sur leur parcours, leur interprétation de la ligne de masse, sur comment fonctionnent les structures, etc.]

FERNAND. – Je suis né ici, dans cette pièce où nous sommes. Mon père et mon grand-père étaient là avant moi, mais eux, à ce que j’en sais, ils ne se faisaient pas de mauvais sang.

Ils n’étaient pas endettés.

Au contraire, mes parents avaient même de l’argent placé.

Ils avaient même de l’argent dans la théière.

Ils vivaient avec moitié moins de capital.

Ils avaient moins de matériel.

Un vieux tracteur, et ça allait. Avant la guerre ce n’était pas comme maintenant, la concentration capitaliste n’était pas aussi poussée. Cette année, je vais faire mille quintaux de céréales.

Eux, ils en faisaient une centaine et ils gagnaient plus.

On vendait tout facilement.

On vendait n’importe quel produit.

Enfin, pas tellement, je me rappelle en 38, ils avaient deux ans de blé dans le grenier.

Ils n’arrivaient pas à le vendre, mais comme ils n’étaient pas endettés ça allait quand même…

Aujourd’hui ceux qui peuvent ne pas emprunter, ils ne sont pas malheureux.

Mais il faut pouvoir payer toutes les charges fixes, toutes ces dépenses qu’on ne peut pas supprimer.

La protection sociale, j’en ai pour trois cents billets.

Qu’est-ce qu’on peut y faire? Le progrès c’est le progrès!

On consomme plus de services qu’avant, et le médecin et le vétérinaire, avant, ils ne vivaient pas mieux que nous.

Le médecin de Saint-M., je le connaissais bien.

Toute sa vie il a eu une traction, et puis à la fin de sa vie il a acheté une petite baraque avec trois, quatre hectares. Tandis que le médecin, aujourd’hui, il a deux voitures, un bateau à voiles et tout le bazar.

Alors quand il va chez l’ouvrier agricole, pour une angine, c’est 2 700 balles!

Il y a maintenant des gens qui gagnent trop d’argent et d’autres pas assez.

Le vétérinaire, c’est la même chose.

Il n’achetait pas des prés, des maisons.

Celui qui s’est installé ici, au moment de la guerre d’Algérie, il a déjà acheté cinq maisons.

L’année dernière, je n’ai pas eu une seule vache malade et je lui devais 250 000 francs.

Cette année, pour six mois, je lui dois déjà 370 000 francs et je n’ai pas eu de vrai pépin.

J’ai 47 ou 50 bêtes, veaux, vaches, tout compris.

La ferme a 53 hectares. Je fais 26 hectares en céréales, le reste en prés. Mon père faisait 10 hectares en céréales, ça lui suffisait.

Pour la viande, il n’y avait pas de coopérative, maintenant il y en a une mais le prix de la viande n’est jamais garanti.

Cette année, c’est trente centimes de moins que l’année dernière.

C’est un marché difficile, la viande. Tout le monde est en difficulté.

Ceux qui administrent les S.I.C.A.V. essayent d’éponger leur déficit.

C’est nous qui faisons les frais. Peut-être que le bifteck monte chez le boucher, mais ici on a vendu trente centimes de moins. Le blé au contraire a augmenté.

Il est à cinquante balles.

Mais, c’est un risque de ne plus faire de viande.

S’il pleut toute l’année et qu’on ne ramasse pas beaucoup de céréales…

Et puis, pour le Crédit agricole, les vaches c’est une garantie.

On peut emprunter sur les vaches, sinon ils ne dorment pas tranquilles.

Quand j’ai pris la place de mon père, je n’avais rien.

Son vieux tracteur, deux juments, ça faisait peut-être cinq cent mille balles. Maintenant, qu’est-ce que j’ai? Sept enfants et des dettes.

Et encore mon loyer n’est pas cher : 850 000 par an, mais aussi ce n’est pas une bonne ferme.

La terre est moins bonne qu’ailleurs. Le propriétaire vient de temps en temps.

J’avais fait un séchoir à maïs. Il me l’a fait enlever.

Sous prétexte que ça gênait dans le paysage, même s’il n’est pas là.

J’ai labouré des prés, je n’avais pas le droit. On n’a le droit de rien. Peut-être qu’à la fin de ma vie, j’aurais payé l’emprunt au Crédit agricole, alors les vaches seront à moi.

Ici les paysans ne quittent pas la terre autant que dans d’autres régions, parce que les superficies sont plus grandes.

Les fermes en dessous de vingt hectares sont rares.

On est au-dessus de la moyenne nationale question superficie. Mes enfants,m’aident mais on n’oserait pas leur demander de rester à la ferme.

Ce serait comme vouloir les jeter dans un goufre, dans un précipice.

Mais que mon fils qui veut être comptable aille compter des billets dans une banque ou qu’il conduise un tracteur, pour moi, c’est pareil.

Non, j’aime encore mieux garder la terre que d’être enfermé dans une banque.

Enfin, si ça lui plaît, il peut y aller, je m’en fiche, moi, j’irai pas.

J’ai été en classe jusqu’à douze ans. Mes enfants peuvent bien y aller jusqu’à dix-huit ans, c’est un attrape-nigaud, ça ne leur sert à rien. Ils n’apprennent rien de plus.

Ça leur sert juste à les dégoûter de travailler la terre.

Comme malheureusement tout le monde ne sera pas intellectuel en sortant du lycée, lorsqu’il faudra que les gens prennent un manche, ils trouveront ça mauvais.

Moi ça ne m’a guère gêné de m’arrêter à douze ans. J’avais des complexes, au début quand j’étais dans les organisations syndicales, mais après je n’en avais plus parce que je voyais que j’en savais autant que les autres. Il y a des trucs que j’ai pas appris mais ça ne me gêne pas beaucoup.

Mon père ne faisait pas de politique.

Mon grand-père, lui, était d’extrême-droite.

Il était militariste, raciste, antisémite, tout quoi!

Moi, la politique, ça m’a toujours intéressé.

A la guerre d’Espagne, j’avais une dizaine d’années.

J’allais chercher le journal pour mon grand-père et pour un voisin.

Tous les deux ne prenaient pas le même journal et je voyais que sur les deux journaux ce n’était pas pareil : sur le journal de mon grand-père, on parlait des ” rouges “.

Sur l’autre journal, des ” républicains “.

Je trouvais que c’était bizarre.

On ne peut pas dire que mon père soit de gauche. Il ne s’est jamais mouillé.

Il serait plutôt du genre anarchiste. Il ne pense pas que le communisme puisse s’installer.

Ça arriverait, il serait peut-être content mais ça ne l’empêche pas de dormir!

Après la guerre, je lisais tous les journaux qui me tombaient sous la main et je trouvais qu’il y en avait qui déconnaient moins que d’autres.

J’ai adhéré au M.R.P. en 1951.

J’allais aux meetings de Maurice Schumann quand il venait par ici.

Ça nie plaisait : l’alliance avec le parti communiste et avec les catholiques, c’était l’idéal.

Je trouvais que le tripartisme était un progrès puisqu’au lieu de s’engueuler on voulait la paix.

Comme j’allais à la messe, ça m’arrangeait, je me disais que c’était un peu plus intelligent qu’avant.

J’ai quitté le M.R.P. parce qu’une expérience pour moi,
elle réussit ou elle échoue.

Si elle échoue, il faut tirer des conclusions.

Le M.R.P. a échoué parce qu’il n’a pas pu empêcher de Gaulle de reprendre le pouvoir.

Jusqu’à la construction européenne, on ne pouvait pas encore parler d’échec mais après, si.

Quand le M.R.P. s’est dissous pour être récupéré par Lecanuet, alors là, je n’étais plus d’accord. D’ailleurs, je n’ai pas quitté le M.R.P., c’est lui qui m’a quitté. Il n’existait plus.

A ce moment-là, j’étais au C.N.J.A. [Centre National des Jeunes Agriculteurs], à la fédération des exploitants. Au C.N.J.A., les trois quarts des types étaient M.R.P. et le quatrième quart était de droite.

J’y suis resté de 56 à 63 environ. Ce n’était pas comme aujourd’hui.

Quand Debatisse a pris le pouvoir, il représentait la gauche.

Nous étions la gauche. En 57, il a eu à peine 50 % des voix, et c’est seulement en 58 que nous avons été vraiment majoritaires et que nous avons liquidé les autres.

Debatisse a été tranquille, pour se battre sur le contrôle des sols, l’organisation des marchés, des trucs qui ne veulent plus rien dire aujourd’hui.

Puis il s’est rallié au régime, il croyait à Debré, à sa loi d’orientation.

Moi j’avais peine à y croire.

Je n’étais d’ailleurs pas objectif; j’étais d’avance antigaulliste alors que lui n’avait pas de préjugé.

Je ne pouvais pas digérer la prise de pouvoir en 58.

De Gaulle ne devait pas prendre le pouvoir comme ça.

C’est inacceptable.

D’ailleurs, je n’ai jamais accepté qu’on dise autant de mal de la IVe.

Les paysans devraient se souvenir que la IVe République, par rapport à avant 44, c’était vraiment une libération.

44 c’était aussi important que 36, d’après ce qu’on en sait, parce que 36, je ne m’en souviens pas.

Au lieu que ce soient les seigneurs qui commandent, pendant un petit temps, ce n’était quand même plus eux.

Ça a duré trois, quatre ans seulement, mais ça n’empêche pas qu’en 58, il fallait continuer à défendre la IVe République.

J’étais contre de Gaulle parce qu’il n’a pas cessé de faire la guerre à la République.

Ça aurait été n’importe quel autre citoyen, il se serait retrouvé en taule tout de suite.

Républicain, moi, maintenant c’est autre chose. Je ne le suis peut-être plus de la même façon.

Je ne sais pas mais la République populaire de Chine, ça fait longtemps que pour moi c’est un modèle de démocratie.

J’étais vice-président du C.N.J.A.

En 64, j’ai été élu président de la F.N.S.E.A. [Fédération Nationale des SYndicats d’Exploitants Agricoles] de la Nièvre, pour la section des fermiers et métayers.

Entre C.N.J.A. et F.N.S.E.A., la différence est seulement une question d’âge : il y a les vieux et les moins vieux.

Le C.N.J.A. a toujours paru progressiste parce qu’il n’y a pas de vieux : après trente-cinq ans on est éliminé.

Mais il n’y a pas non plus de révolutionnaires parce que dès qu’il se crée une majorité sur des conceptions vraiment nouvelles, ça dégage : tous les deux ans, il y a un groupe qui s’en va.

Alors il se refait une opposition parce que la même structure reproduit toujours le même phénomène.

Les dirigeants du C.N.J.A. sont liés au régime.

Le C.N.J.A. c’est une institution et c’est pour ça que je ne me suis jamais fait d’illusions sur les possibilités d’action.

A la F.N.S.E.A., il n’y aura jamais non plus de majorité progressiste.

Les sections les plus riches, celles qui ont le plus de moyens financiers, arrivent à se défendre mieux grâce aux associations de producteurs, voyant cela, les petits exploitants pauvres laissent tomber, ne payent même pas leur cotisation et perdent ainsi tout espoir d’être majoritaires.

Dans l’Ouest c’est différent mais exceptionnel.

Les petits paysans sont nombreux et ils ont l’impression qu’ils peuvent encore peser sur la F.N.S.E.A. même s’ils ont peu de résultats.

Seulement ils vont bien s’apercevoir un jour que ça ne les mène nulle part.

Enfin, j’espère qu’ils s’en apercevront.
Si au lieu d’avoir un seul syndicat, on en avait deux, ce serait déjà mieux.

Il y aurait les ce gros ” dans leur propre syndicat et les ” petits ” dans le leur.

Je ne m’explique pas pourquoi ça ne s’est jamais fait. Il y a eu des essais mais ça n’a jamais marché. Les paysans ont souvent peur.

C’est leur principal réflexe.

Dans les régions où il y a des petits propriétaires, comme en Bretagne, ils se sentent quand même plus libres qu’ici où il y a 60 % de fermiers et de métayers.

Dire qu’un fermier a peur du propriétaire c’est pas le mot, mais si on est anarchiste ou communiste, on aura plus de mal à trouver une ferme que si on va à la messe.

Ça pèse sur le comportement des paysans.

Ils sont toujours dans la crainte, même si ce n’est pas justifié. Le plus simple des réflexes c’est : ” On est bien plus tranquille si on ne s’occupe de rien. “

Voilà ce qu’on entend partout.

Dans les réunions on entend : ” Faut se défendre. Faut agir “, mais quand on demande un secrétaire pour le syndicat, il n’y en a point.

Personne ne veut se mouiller. J

e n’y crois d’ailleurs plus guère aux syndicats.

Et puis, je viens d’être révoqué comme président. Je ne sais pas pourquoi.

Pour indiscipline peut-être.

Je leur ai écrit une lettre.

On a manifesté une fois avec le Secours Rouge.

C’est peut-être bien la raison de ma révocation.

Je ne sais pas. Pourtant ce n’est pas défendu.

J’ai aussi écrit un article dans Le Journal du Centre pour dire pourquoi je refusais de manifester le 17 octobre.

Oui, c’était sans doute un acte d’indiscipline mais j’aurais dû être sanctionné à ce moment-là, pas maintenant.

J’avais écrit dans le journal que le syndicat se mettait à réagir quatre mois après la dévaluation alors que tout le dégât était fait, et que cette Journée nationale du 17 octobre ou rien, c’était pareil.

C’était le dernier article qu’on m’a passé dans le journal.

On a aussi fondé un groupuscule, l’A.P.T.N., l’Association des Paysans et Travailleurs de la Nièvre, mais on n’a pas dit que c’était dirigé contre le syndicalisme.

Ce n’est pas un syndicat, ce n’est pas rival de la F.N.S.E.A. Il y a une assemblée dimanche.

On a un bulletin.

On est environ une cinquantaine.

Là tout est permis.

Selon ce que décide la majorité, on peut aller jusqu’où on veut.

On peut inventer des méthodes nouvelles.

Les coopératives d’utilisation de matériel qui n’ont jamais marché sont vues sur une trop petite échelle.

Nous on voit plus grand. On voit une vraie entraide.

C’est comme ça qu’on a bien reçu l’idée des ” longues marches ” qui correspondait à un objectif qu’on se proposait : il y a toujours eu des étudiants qui venaient travailler à la campagne pendant les vacances mais nous, ce qu’on voulait à partir de ça, c’est faire venir des politiques de manière à ce que les paysans réfléchissent aux problèmes politiques.

Dans les statuts de notre association, il est dit que nous devons multiplier les rapports entre les paysans, les ouvriers, les étudiants et intellectuels.

Pourtant à l’assemblée de dimanche, on n’a pas invité les intellectuels.

Il ne faut pas qu’on puisse dire que les intellectuels ont poussé dans tel ou tel sens.

Les paysans ont toujours eu des complexes et les ouvriers aussi. Ils ont peur qu’on dise : ” Les mecs de l’A.P.T.N. ne peuvent pas se diriger tout seuls. “

II ne faut pas qu’on puisse dire : ” Les gauchistes de l’A.P.T.N. ce ne sont pas des paysans, ce sont des instituteurs. ” C’est sans doute pour ça que l’instituteur qui était notre trésorier ne peut plus rester.

Il dit que l’A.P.T.N. doit être exclusivement tenue par des paysans.

Moi, je n’y peux rien si tout le monde se méfie les uns des autres.

C’est difficile de mettre le monde ensemble.

Pour les ” longues marches ” d’étudiants, je me suis engueulé avec le P.S.U. qui voulait grouper les étudiants, les envoyer tous en Bretagne.

Pourquoi pas ailleurs?

Nous, on s’est dit, si on peut faire autrement sans s’occuper du P.S.U., on le fera. C’est comme ça que j’ai mis l’annonce dans le journal.

Je demandais aux paysans qui voulaient recevoir des étudiants de se faire connaître, sous la seule condition qu’ils ne soient pas hostiles aux idées de Mai 68.

Ça suffisait pour marquer l’idée politique.

On a fait ça tout seuls puisque tout le monde pense que la Nièvre est un désert politique. On a bien Mitterrand!

On ne peut pas dire qu’il ne s’active pas, Mitterrand, mais ses activités ne nous intéressent guère.

Moi je suis marxiste parce que le marxisme est une explication correcte de l’histoire.

Oui, je pense que je suis communiste, mais il faut être drôlement gonflé pour dire des trucs pareils.

Enfin, j’ai toujours eu de la sympathie pour le marxisme même quand j’étais catholique.

Quand j’étais responsable à la J.A.C. [Jeunesse Agricole Chrétienne], on faisait des cercles d’études sur le capitalisme, sur le marxisme, etc.

J’ai été exclu deux fois justement parce qu’au lieu de respecter le programme de l’année, on faisait les réunions avec des bouquins qu’on achetait nous-mêmes.

Ça n’allait pourtant pas très loin dans le genre :

Economie et humanisme, mais c’était déjà trop.

Ce qui m’a le plus marqué, c’est bête, c’est Jean-Jacques Rousseau.

Je l’ai lu, j’avais quatorze, quinze ans. Je lisais très vite.

J’ai toujours lu très vite.

Quand j’ai quitté l’école l’instituteur m’a dit : ” Je te laisse partir parce que tes parents ont besoin de toi, mais tu viendras le dimanche, je te passerai des livres. “

Alors chaque dimanche, j’allais chercher un plein sac de bouquins.

N’importe quoi, tout ce qu’il y avait dans ses rayons; le dimanche suivant je lui rapportais, j’avais fini.

Des fois, j’avais fini le vendredi, c’était pas pour m’instruire, j’aimais Victor Hugo, Alexandre Dumas, des conneries comme ça.

Victor Hugo, ça, ça me passionnait.

C’était de l’histoire.

Et puis un jour, je suis tombé sur Rousseau.

J’en avais entendu parler mais je croyais que c’était difficile à lire, mais après j’ai vu que c’était facile et puis c’était intéressant.

J’ai commencé par Le Discours sur l’origine de l’inégalité.

Ça tombait bien, je m’en souviendrai longtemps.

Après j’ai lu l’Emile pendant mon service militaire.

Là, j’ai pris tout mon temps et je l’ai annoté tout du long. Je ne le sais pas par cœur mais presque.

Pour moi, c’est un machin capital.

Ce que je trouvais le plus beau dans Rousseau, en dehors des idées, c’était le style.

Pour écrire comme ça, c’est pas des blagues…

Son style fait peut-être vieux aujourd’hui, mais pas tant que ça. Il faut voir comme les arguments sont balancés.

De temps en temps j’en relis encore des passages, mais j’ai de moins en moins le temps.

La doctrine de la J.A.C. c’est la doctrine de l’Église, tout le monde la connaît, ça m’était égal.

Mais sur la structure, alors là, je n’étais pas d’accord.

Ce n’était pas démocratique.

Par exemple, les responsables étaient désignés.

C’était marrant.

La première fois, le curé nous convoque, on était déjà triés d’avance, et l’aumônier fédéral nous demande s’il y a des volontaires pour être secrétaire.

J’ai levé la main.

Le curé me dit : ” Tu écris bien trop mal “, mais l’aumônier fédéral a dit : ” Ça ne fait rien “, et j’ai été secrétaire.

Après on a demandé qui voulait être responsable des gamins, on les appelait les ” Pré-J.A.C. “; comme personne n’en voulait, j’ai encore levé la main et je me suis retrouvé au bout d’un moment avec tout sur le dos alors que le précédent responsable en titre ne faisait rien.

Un jour que le curé était malade, on en a profité pour faire des élections.

On a tous démissionné et puis on a voté à bulletins secrets.

Quand le curé s’est relevé, quelle tête!

Le président qu’il avait mis c’était un gros exploitant, eh bien il n’était pas élu. Alors le curé, qu’est-ce qu’il a fait?

C’est simple. Il a interdit la J.A.C. dans sa paroisse.

A ce moment-là, je fréquentais celle qui est ma femme et le curé m’a fait venir et m’a dit que ce n’était pas une fille pour moi.

De quoi il se mêlait?

Chacun ses goûts. C’est comme ça que je me suis séparé des catholiques.

D’ailleurs le curé trouvait que j’avais trop d’influence sur les autres.

Les gens commençaient à réfléchir.

J’étais la bête noire du curé, et parce que j’étais catholique je n’avais pas la confiance du maître d’école. Il était temps que ça finisse.

Maintenant si je ne vais plus à la messe c’est parce que je n’en vois pas l’utilité.

J’en ai marre des catholiques.

J’ai travaillé avec eux jusqu’en 69.

Je ne veux plus les voir, et les catholiques organisés c’est encore pire que les autres. Moins je les vois, mieux je me porte.

J’en ai encore parmi mes copains. D. va à la messe, J. aussi. On ne se parle jamais de ça. Ils croient que je plaisante mais c’est sérieux, je n’ai plus confiance.

Les catholiques veulent toujours nous avoir.

Ils veulent nous récupérer, c’est le plus sûr.

Quand on cause, ils disent : ” Vous êtes maoïstes mais nous aussi, on l’est bien un petit peu.

Peut-être qu’on peut travailler ensemble. “

Mais ils ont toujours l’idée que les autres sont dans l’erreur et eux dans la vérité et qu’avec le temps et la patience, ils sortiront les autres de la connerie.

C’est toujours un cadeau qu’ils vous font.

Merci bien, je ne travaille pas sur ces bases-là.

Je ne suis pas devenu maoïste.

La pensée de Mao Tsé-toung est une étape de la pensée marxiste, comme la pensée de Lénine à une étape précédente.

C’est tout.

Après il y aura peut-être autre chose.

C’est un phénomène qu’on ne peut pas négliger.

Un communiste qui ne veut pas réfléchir sur la Révolution culturelle, c’est un con.

Je n’ai jamais été au P.C. mais j’ai toujours été intéressé par eux.

Je serais entré au P.C. en 68 bien que je n’en avais guère envie parce que tous les gars du P.S.U. de Nevers, c’était des catholiques!

Je me suis retrouvé quand même au P.S.U. parce que c’était avec le P.S.U. qu’on a pu le mieux travailler en 68 pour rejoindre le mouvement de Mai, avec notre petit syndicat où on était archiminoritaires.

On voulait faire la liaison étudiants-ouvriers-paysans.

Le jour de l’assemblée générale de notre syndicat, on a voulu quêter pour les grévistes.

J’ai mis mille balles dans le tronc.

Un autre copain aussi.

Quand on a ouvert le tronc il n’y avait toujours que nos deux mille balles.

Dans une salle de cent cinquante personnes!

Comme j’étais encore président j’ai organisé des collectes de lapins, légumes, pomme de terre pour les grévistes, mais je n’avais pas l’autorisation de la Fédération.

Je le faisais à titre individuel et pour avoir des contacts, des échanges; eh bien, je n’avais que les mecs du P.S.U.

Alors ma foi, à la fin de l’année, j’ai quitté la S.F.I.O., où on ne faisait absolument rien et je suis allé au P.S.U. où il y avait Bernard Lambert qui avait l’air de vouloir s’occuper des questions paysannes, mais je n’ai pas été satisfait par le P.S.U. Il n’y avait pas d’organisation.

C’est l’anarchie complète.

Chacun fait ce qu’il veut.

Le parti ne nous aide pas. Lambert nous aide en paroles de temps en temps et c’est d’ailleurs plus de sa faute que de la faute du parti.

Il était à la direction politique nationale. Il n’y allait jamais.

Le Secours Rouge, c’est trop nouveau. Qu’est-ce qu’on peut en dire?

C’est peut-être une base de regroupement mais on ne peut pas uniquement travailler contre la répression.

Je ne veux pas dire qu’il n’y a pas assez de répression pour nous occuper, mais ça ne suffit certainement pas pour satisfaire les ambitions du Secours Rouge qui voulait tenter plus que ça.
Je ne me dis pas maoïste.

Je n’en sais rien. Peut-être je le suis. Il y a de grandes chances.

Depuis le refus de la coexistence pacifique, depuis la première divergence avec l’U.R.S.S., j’étais d’accord avec la position chinoise.

En 65 je m’étais abonné à L’Humanité nouvelle que j’avais trouvée par hasard.

J’ai lu La Guerre révolutionnaire de Mao Tsé-toung et un recueil de textes chinois, mais je lis surtout les journaux; La Cause du peuple, c’est vite lu, il n’y a pas de théorie dedans.

Ça m’intéresse j’ai vite fait de l’oublier, c’est comme un quotidien.

Il y a beaucoup de gens qui ne sont pas sérieusement maoïstes.

Ils se disent maoïstes mais ils sont anarchistes ou à la mode.

Dès qu’on refuse la société actuelle, sous les prétextes les plus divers, on se figure qu’on est maoïste alors que ce n’est pas ça.

Une société communiste c’est bien plus contraignant qu’une société capitaliste.

C’est plus facile à supporter qu’une société capitaliste, parce que c’est plus juste, mais pour l’instant c’est pas le cirque : il ne faut pas compter là-dessus pour faire tout ce qu’on voudra.

Moi, c’est ce que je souhaite parce que le capitalisme, c’est aussi le désordre.

On exploite mal les richesses.

Personne n’en profite. Il y a des gens qui crèvent à côté de richesses inexploitées.

Il y a des parties de la France inondées de constructions et d’autres désertiques.

Toutes ces conneries-là, c’est le désordre, et pour moi, le communisme c’est l’ordre.

Pour changer ce système, il n’y a pas de voie légale. Ce régime s’est installé par la force, il ne s’en ira que par la force.

Même au P.S.U. je ne crois pas que personne pense autrement.

J’espère qu’il y aura un jour un parti d’extrême-gauche, et qu’il n’y en aura qu’un.

Ce ne devrait pas être trop illusoire.

Il faudra pousser le P.C. à marcher car c’est quand même lui qui a la clef.

Une grève générale, ça pourrait déjà être la révolution si c’est bien fait.

Si le P.C. n’en arrive pas à cette épreuve de force-là, on pourra bien avoir 50 000 ou 100 000 adhérents au nouveau parti d’extrême-gauche, on ne pourra pas grand-chose.

Ce que je crois, c’est que le P.C. pourra pas continuer comme il est.

Le P.C. a une base de classe ouvrière qui n’a pas confiance en nous.

Pour les ouvriers du P.C., les gauchistes peuvent bien être des braves mecs, mais c’est eux les chefs. Il faut bien se mettre ça dans la tête.

L’ouvrier moyen, il n’espère pas casser le P.C., il espère que le P.C. va redevenir ce qu’il était, c’est tout.

Là où ça ne va pas, c’est qu’il espère souvent que le P.C. va changer tout seul, par un miracle, par l’opération du Saint-Esprit.

Je me suis toujours demandé pourquoi je n’y étais pas au P.C., mais pour l’instant il y a trop de divergences entre mes idées et celles du P.C.

On ne s’entendrait pas.

Mais ça m’embête bien. Je préférerais pouvoir y entrer.

Mais je sais bien que ça ne durerait pas longtemps.

Quand je vais à leurs réunions, on ne fait que s’engueuler. Ils ne veulent pas réfléchir. Qu’est-ce que je pourrais faire là-dedans?

En Chine, à ce que j’en sais, le parti n’est pas tout.

En U.R.S.S., le parti c’est tout.

On ne remet jamais en cause les décisions du parti.

En Chine, les masses peuvent s’exprimer, si ce qu’on dit est vrai.

Et puis il y a eu la Révolution culturelle et il a dû en rester quelque chose.

Le camarade Mao Tsé-toung explique bien comment on réexamine tout, comment on fait la critique, l’autocritique quand une action a été menée.

Mais nous, dans les groupements gauchistes, on le fait avant d’agir.

Même à l’A.P.T.N. à force de réviser, de discuter, on évite d’entreprendre.

On sait bien depuis les dernières déclarations de Mansholt que les deux tiers des paysans ne sont pas ” condamnés “, ça c’est un lieu commun répété depuis vingt ans, mais qu’ils sont ” hors circuit “.

On paye des impôts, on travaille comme des cons et on sait bien qu’on a droit à aucun progrès.

Rien que la prise de conscience de ça devrait suffire à renverser la F.N.S.E.A. mais tout le monde continue à parler, discuter au lieu d’agir.

Si je travaille avec les maoïstes c’est parce qu’ils sont les plus avancés, qu’ils essayent des actions.

A l’A.P.T.N. on groupe les paysans qui viennent mais on ne fera jamais rien si les types ne transforment pas davantage leur mentalité.

Par exemple, D. il n’est pas maoïste.

Eh bien, tant qu’il ne le sera pas un peu, on n’aboutira à rien.

Les paysans doivent comprendre qu’ils ne feront pas tout seuls la révolution, qu’ils ne doivent pas rester isolés. On ne peut rien attendre d’une action menée uniquement par la paysannerie.

Dans un pays à économie entièrement agricole, peut-être, mais chez nous, c’est impossible.

Il faut se rattacher aux mouvements des villes, comme disait le camarade Trotsky : “Le paysan a le choix entre les différents partis des villes. “

C’est peut-être dommage mais c’est comme ça. La majorité des paysans veut encore posséder la terre.

Tant qu’on en est là, on n’est pas bien avancé. Le coup des viticulteurs ça ne prouve pas encore une force révolutionnaire.

C’est le Midi rouge comme on dit, avec la tradition de lutte, mais ça c’est déjà passé; ce n’est pas d’aujourd’hui.

Le gouvernement sait lâcher quelques miettes dès que ça bouge.

C’est bien calculé pour endormir.

Au printemps, ils ont augmenté le lait et le blé de quelques centimes, et ça a suffi pour tout désamorcer.

A Bruxelles, je n’y étais pas.

Mais je me méfie.

La principale organisation belge, celle qui a probablement organisé la manifestation, je connais ses dirigeants.

Ce sont des fascistes. Je sais bien que les organisateurs ont été hués par les manifestants.

Je ne peux rien dire puisque je n’y étais pas.

Des actions contre les cumulards il n’y en a jamais eu, chez
nous.

Ça se fait en Bretagne mais je me demande s’il faut s’attaquer aux marchands de bestiaux.

Pour moi, un gros exploitant est plus dangereux qu’un marchand de bestiaux parce qu’il est beaucoup plus soutenu.

Ici un marchand de bestiaux va à la commission des cumuls pour avoir l’autorisation de cumuler, il a huit chances sur dix pour qu’on lui refuse, tandis qu’un gros exploitant il a toutes les chances qu’on lui accorde.

Vous trouverez ici vingt paysans pour manifester contre un boucher, mais vous n’en trouverez point pour manifester contre un gros exploitant.

Si on porte la lutte des classes dans la paysannerie, les paysans ” tiquent ” tout de suite. Je ne sais pas si on peut voir l’attaque contre les cumulards comme une poussée révolutionnaire.

De toute façon, on n’a même pas de contact d’une région à l’autre pour expliquer les expériences des uns et des autres.

Personne ne prend la tête de rien.

Le pire c’est de rester sans bouger.

C’est pourquoi nous avons formé l’A.P.T.N.

Faut être incorrigible pour essayer encore des trucs, mais chaque fois que je veux aller à la pêche il y a un gars qui vient me trouver et qui me dit : ce Tu ne trouves pas qu’on devrait encore essayer ça? ” et je me laisse faire une fois de plus.

Si j’ai mis des panneaux sur les routes, c’est parce que l’opinion publique est encore sensible.

On avait écrit ” Paysans, victimes du Crédit agricole “, ce Le paysan ne prend jamais de vacances “, etc.

C’est toujours la même idée : que les paysans ne restent pas seuls.

L’annonce dans le journal pour faire venir les étudiants, c’est encore la même idée.

L’année prochaine, si je suis encore là, on pourra en accueillir beaucoup plus que cette année.

Je vais peut-être changer de ferme.

Il pleut dans celle-ci et le propriétaire ne veut rien arranger.

J’ai mis une bâche plastique sur le toit mais il pleut toujours, alors j’ai repéré une autre ferme mais le propriétaire est social-démocrate, et comme il sait ce que je pense de la social-démocratie, s’il me la loue, c’est qu’il ne sera pas rancunier!

J’ai témoigné au procès d’Alain Geismar parce qu’il y avait pas mal de gens qui le faisaient. J’avais autant de raisons de le faire que les autres.

Témoigner pour Geismar c’est témoigner pour tous les maoïstes.

J’ai parlé du paysan qui s’était pendu et d’un autre qui était saisi.

Depuis ce temps-là il en est arrivé bien d’autres, comme cet ouvrier agricole qui s’était laissé prendre par un marchand ambulant qui lui avait vendu une ménagère d’argent.

Sa femme savait à peine écrire.

Elle a signé les traites sans comprendre et, après, comme ils n’ont pas pu payer, on lui a saisi sa télé et son buffet.

L’ouvrier agricole travaillait chez le maire qui est socialiste mais le maire n’a même pas levé le petit doigt pour empêcher la saisie.

J’ai dit que je témoignais pour que toutes conneries-là, on puisse les empêcher.

Il va sortir quand maintenant Geismar? Faudra arroser ça !

28 septembre 1971

=>Retour au dossier sur la Gauche Prolétarienne