La résolution du PCUS(b) sur l’opéra «La grande amitié»

Le Comité central du PCUS(b) estime que l’opéra La grande amitié, mis en scène par le Théâtre Bolchoï de l’URSS à l’occasion du 30e anniversaire de la Révolution d’octobre, est vicieux, à la fois sur le plan musical et sur le plan graphique , un travail anti-artistique.

Les principaux inconvénients de l’opéra sont principalement liés à sa musique. La musique de l’opéra est inexpressive, pauvre. Il n’y a pas une seule mélodie ou air accrocheur. C’est confus et disharmonieux, construit sur la discorde continue, sur des combinaisons sonores coupantes. 

Des lignes et des scènes séparées, prétendant être mélodiques, sont soudainement interrompues par un bruit instable, totalement étranger à l’audition humaine normale et agissant de manière déprimante. Il n’y a pas de lien organique entre l’accompagnement musical et le développement de l’action sur scène. La partie vocale de l’opéra – chant choral, solo et ensemble – fait une mauvaise impression. Pour toutes ces raisons, les possibilités de l’orchestre et des chanteurs restent inutilisées.

Le compositeur n’a pas profité de la richesse des mélodies populaires, des chansons, des airs, de la danse et des motifs de danse, qui sont si riches dans les œuvres des peuples de l’URSS et, en particulier, des œuvres des peuples du Caucase du Nord, où sont déployées les actions décrites dans l’opéra.

À la recherche de la fausse « originalité » de la musique, le compositeur Muradeli a négligé les meilleures traditions et expériences de l’opéra classique en général, l’opéra classique russe en particulier, se distinguant par son contenu interne, la richesse de ses mélodies et l’étendue de son spectre, la narodnost [la dimension populaire], la gracieuse, belle, claire forme musicale, qui fait de l’opéra russe le meilleur opéra du monde, le genre musical aimé et accessible au grand public.

L’intrigue de l’opéra est historiquement fausse et artificielle et prétend représenter la lutte pour l’instauration du pouvoir soviétique et l’amitié des peuples du Nord-Caucase de 1918-1920. Il y a dans l’opéra, l’idée fausse que des peuples du Caucase, tels que les Géorgiens et les Ossètes, étaient à ce moment-là hostiles au peuple russe, ce qui est historiquement faux, puisque ce furent les Ingouches et les Tchétchènes qui constituaient un obstacle à l’établissement de l’amitié entre les peuples à cette époque dans le Caucase du Nord.

Le Comité central du PCUS(b) estime que l’échec de l’opéra de Muradeli est le résultat d’une action fausse et destructrice pour le travail du compositeur soviétique, dans la voie empruntée par le camarade Muradeli.

Comme l’a montré la réunion de musiciens soviétiques au Comité central du PCUS(b), l’échec de l’opéra de Muradel n’est pas un cas à part, mais est étroitement lié à un état dysfonctionnel de la musique soviétique moderne, avec la propagation parmi les compositeurs soviétiques d’une direction formaliste.

Dès 1936, dans le cadre de l’apparition de l’opéra Lady Macbeth de Mzensk de Dmitri Chhostakovich , l’organe du Comité central du PCUS(b), dénonça avec véhémence les perversions formelles contre le peuple dans le travail de Dmitri Shostakovich pour le destin du développement de la musique soviétique. La Pravda, s’exprimant alors sous la direction du Comité central du PCUS(b), a clairement énoncé les revendications imposées aux compositeurs par le peuple soviétique.

En dépit de ces avertissements, et contrairement aux instructions données par le Comité central du PCUS(b) dans ses décisions sur les magazines Zvezda et Leningrad, sur le film La grande vie, sur le répertoire des théâtres dramatiques et sur les mesures prises pour améliorer le tout, il n’y a pas eu de restructuration dans la musique soviétique.

Certains succès de certains compositeurs soviétiques dans le domaine de la création de nouvelles chansons, qui ont été reconnus et largement répandus parmi le peuple, dans le domaine de la création de musique pour films, etc., ne changent pas l’image globale de la situation.

La situation est particulièrement mauvaise dans le domaine de la symphonie et de l’opéra. Nous parlons de compositeurs adhérant à une direction formaliste et anti-populaire.

Cette direction a trouvé sa pleine expression dans les œuvres de tels compositeurs, comme D. Chhostakovich, S. Prokofiev , A. Khatchatourian , V. Shebalin , G. Popov , N. Myaskovsky et d’autres, dans lesquels des distorsions formalistes, des tendances musicales antidémocratiques, étrangères au peuple soviétique et à leurs goûts artistiques, sont particulièrement bien représentées. 

Les caractéristiques de cette musique sont la négation des principes de base de la musique classique, la prédication de l’atonalité, la dissonance et la discorde, censées être une expression du « progrès » et de « l’innovation » dans le développement de la forme musicale, le rejet de fondements aussi importants d’une œuvre musicale que la mélodie et une fascination pour les combinaisons chaotiques, neuropathiques, pour transformer la musique en cacophonie, en une pile de sons chaotiques.

Cette musique reflète fortement l’esprit de la musique bourgeoise moderniste moderne en Europe et en Amérique, reflétant la folie de la culture bourgeoise.

Une caractéristique essentielle de la direction formaliste est également le rejet de la musique et du chant polyphoniques, basés sur la combinaison et le développement simultanés de plusieurs lignes mélodiques indépendantes, ainsi que sur l’enthousiasme pour la musique monophonique et un chant, souvent sans paroles, qui constitue une violation du système de chants à plusieurs voix inhérent à notre peuple, et conduit à l’appauvrissement et au déclin de la musique.

Bafouant les meilleures traditions de la musique classique russe et occidentale, rejetant ces traditions comme étant supposées être « obsolètes », « à l’ancienne », « conservatrices », piétinant avec arrogance des compositeurs qui essaient de maîtriser et de développer consciencieusement des techniques de musique classique comme étant des partisans du « traditionalisme primitif » et de « l’épigonisme », de nombreux compositeurs soviétiques, à la recherche d’innovations faussement comprises, se sont séparés des exigences et des goûts artistiques du peuple soviétique, se sont enfermés dans un cercle étroit de spécialistes et de gourmets musicaux, ont réduit le rôle social important de la musique et en ont rétréci la signification, la limitant à satisfaire les goûts pervers des individualistes esthétiques.

La tendance formaliste de la musique soviétique a généré chez une partie des compositeurs soviétiques une fascination unilatérale pour les formes complexes de musique instrumentale symphonique non textuelle et une négligence de genres musicaux tels que l’opéra, la musique chorale, la musique populaire pour petits orchestres, pour instruments folkloriques, ensembles vocaux, etc.

Tout cela mène inévitablement au fait que les fondements de la culture vocale et de la maîtrise dramatique soient perdus et que les compositeurs n’apprennent pas à écrire pour le peuple, comme le prouve le fait qu’aucun opéra soviétique créé récemment ne se situe au niveau des classiques de l’opéra russe.

La séparation de certaines personnalités de la musique soviétique du peuple a conduit à la propagation d’une « théorie » pourrie, selon laquelle l’incompréhension de la musique de nombreux compositeurs soviétiques modernes par le peuple s’expliquait par le fait que le peuple n’aurait pas suffisamment « grandi » pour comprendre leur musique complexe.

Il le comprendrait au fil des siècles et il ne faut pas être gêné si certaines œuvres musicales ne trouvent pas d’auditeurs.

Cette théorie profondément individualiste et fondamentalement anti-populaire a contribué encore plus à aider certains compositeurs et musicologues à s’isoler du peuple, de la critique du public soviétique et à s’enfermer dans leur coquille.

La culture de tous ces points de vue et de vues similaires cause le plus grand préjudice à l’art musical soviétique. Une attitude tolérante vis-à-vis de ces points de vue signifie la propagation parmi les dirigeants de la culture musicale soviétique de tendances qui lui sont étrangères, ce qui conduit à une impasse dans le développement de la musique, à l’élimination de l’art musical.

La tendance formelle vicieuse, anti-populaire et formaliste de la musique soviétique a également un effet néfaste sur la formation et l’éducation des jeunes compositeurs de nos conservatoires, et en particulier du Conservatoire de Moscou (le camarade Shebalin), où la tendance formaliste est dominante.

Les étudiants ne sont pas instillés dans le respect des meilleures traditions de la musique classique russe et occidentale, il ne leur est pas inculqué l’amour du folklore, des formes musicales démocratiques. La créativité de nombreux étudiants des conservatoires est une imitation aveugle de la musique de D. Chhostakovich, S. Prokofiev et d’autres.

Le Comité central du PCUS(b) déclare l’état complètement intolérable de la critique musicale soviétique. La position dominante parmi les critiques est occupée par les opposants à la musique réaliste russe, par les partisans de la musique formaliste décadente. Ces critiques déclarent chacune des œuvres successives de Prokofiev, Chostakovitch, Myaskovski, Shbaline comme « la nouvelle conquête de la musique soviétique » et louent la subjectivité, le constructivisme, l’individualisme extrême, la complication professionnelle de la langue, c’est-à-dire exactement ce qui doit être critiqué.

Au lieu de dissiper des théories préjudiciables et étrangères aux principes du réalisme socialiste, la critique musicale contribue elle-même à leur diffusion en les louant et en déclarant comme « avancée » de la part de ces compositeurs qui partagent de faux préceptes créatifs dans leur travail.

La critique musicale a cessé d’exprimer l’opinion du public soviétique, l’opinion du peuple et s’est transformée en porte-parole des compositeurs individuels. Certains critiques musicaux, au lieu de critiques objectives fondées sur des principes, ont commencé à être serviles à l’un ou l’autre chef musical, en raison de leurs relations amicales, en vantant de toutes les manières possibles leur travail.

Tout cela signifie que, chez certains compositeurs soviétiques, les vestiges de l’idéologie bourgeoise, alimentés par l’influence de la musique décadente moderne d’Europe occidentale et américaine, n’ont pas encore été éliminées.

Le Comité central du PCUS(b) estime que cette situation défavorable sur le front de la musique soviétique a été créée à la suite d’une mauvaise ligne dans la musique soviétique indiquée par le Comité des arts sous le Conseil des ministres de l’URSS et le Comité organisateur de l’Union des compositeurs soviétiques.

La commission des arts du Conseil des ministres de l’URSS (le camarade Khrapchenko) et le comité d’organisation de l’Union des compositeurs soviétiques (le camarade Khatchatourian) encourageaient en fait une direction formaliste, étrangère au peuple soviétique, au lieu d’élaborer une direction réaliste dans la musique soviétique, sur la base de la reconnaissance du rôle considérable joué par l’héritage classique, en particulier des traditions de l’école de musique russe, l’utilisation de cet héritage et son développement ultérieur, la combinaison dans la musique de contenu élevé avec la perfection artistique de la forme musicale, la véracité et le réalisme de la musique, sa profonde connexion organique avec les gens et leur composition musicale et musicale, la grande compétence professionnelle, la simplicité et l’accessibilité des œuvres musicales.

Le comité organisateur de l’Union des compositeurs soviétiques est devenu l’instrument d’un groupe de compositeurs formalistes et est devenu le principal foyer de perversions formalistes. Le comité d’organisation a créé une atmosphère moisie, il n’y a pas de discussions créatives.

Les dirigeants du comité organisateur et les musicologues qui les entourent font l’éloge d’œuvres anti-réalistes et modernistes qui ne méritent pas d’être soutenues. Des œuvres qui se distinguent par leur nature réaliste, le désir de continuer et de développer le patrimoine classique sont déclarées secondaires, passent inaperçues et sont gâchées.

Les compositeurs, se vantant de leur « innovation », de leur position « archirévolutionnaire » dans le domaine de la musique, agissent dans le cadre de leurs activités au sein du comité d’organisation comme des défenseurs du conservatisme le plus arriéré et le plus renfermé.

Le Comité central du PCUS(b) estime qu’une telle situation et une telle attitude vis-à-vis des tâches de la musique soviétique telles qu’elles ont été définies dans le Comité des arts sous le Conseil des ministres de l’URSS et le Comité organisateur de l’Union des compositeurs soviétiques sont préjudiciables au développement de la musique soviétique.

Ces dernières années, les exigences culturelles et les goûts artistiques du peuple soviétique ont considérablement augmenté.

Le peuple soviétique attend des compositeurs des œuvres de haute qualité et idéologiques de tous les genres – opéra, musique symphonique, composition de chansons, musique chorale et de danse.

Dans notre pays, les compositeurs disposent de possibilités créatives illimitées et toutes les conditions nécessaires au véritable épanouissement de la culture musicale sont créés.

Les compositeurs soviétiques ont un public qu’aucun compositeur n’a connu auparavant. Il serait impardonnable de ne pas utiliser toutes ces riches opportunités et de ne pas diriger nos efforts créatifs sur la bonne voie réaliste.

Le Comité central du PCUS (b) décide:

1. de condamner la tendance formaliste de la musique soviétique en tant qu’anti-populaire et conduisant en pratique à l’élimination de la musique.

2. d’inviter la Direction de la propagande et de l’agitation du Comité central et du Comité des arts à remédier à la situation de la musique soviétique, à éliminer les carences signalées dans cette résolution du Comité central et à développer de manière réaliste la musique soviétique.

3. d’encourager les compositeurs soviétiques à prendre conscience des exigences élevées de leur peuple en matière de créativité musicale et, après avoir mis de côté tout ce qui affaiblit notre musique et freine son développement, afin de garantir un tel essor de la création qui fera avancer rapidement la création dans tous les domaines de la créativité musicale d’œuvres à part entière, de grande qualité, dignes du peuple soviétique.

4. d’approuver les mesures organisationnelles de la partie concernée et des organismes soviétiques visant à améliorer la musique.

=>Retour au dossier sur le réalisme socialiste