Le «rapport secret» du XXe congrès du PCUS et les affabulations sur le culte de la personnalité

L’une des affirmations essentielles de Nikita Khrouchtchev au XXe congrès est que Staline aurait organisé autour de lui un « culte de la personnalité ». Or, il n’a jamais été parlé de la personnalité de Staline au sens strict, seulement de sa réalité dirigeante aux différents niveaux (idéologique, politique, économique, militaire, etc.).

Nikita Khrouchtchev fait exprès de gommer toute la dimension éducative-propagandiste de la question de Staline. Il dresse donc un réquisitoire-catalogue, encore une fois censé être justifié par le XIXe congrès.

Il faut bien voir que comme ce congrès a supprimé le poste de secrétaire général du Parti, alors il y a un espace pour le rejet de la mise en valeur des dirigeants. Nikita Khrouchtchev cadre habilement par rapport à cet aspect, comme ici :

« Et est-ce à l’insu de Staline que de nombreuses villes et entreprises ont pris son nom?

Est-ce à son insu que des monuments à Staline ont été élevés dans tout le pays – ces « monuments commémoratifs pour un vivant »?

C’est un fait que Staline lui-même avait signé le 2 juillet 1951 une résolution du Conseil des ministres de l’URSS concernant l’érection, sur le canal Volga-Don, d’un impressionnant monument à Staline ; le 4 septembre de la même année, il avait publié un décret accordant trente-trois tonnes de cuivre pour la construction de ce monument massif.

Quiconque a visité la région de Stalingrad a certainement vu l’immense statue qui y est édifiée, et cela dans un lieu que ne fréquente presque personne. Des sommes considérables ont été dépensées pour l’édifier, alors que les gens de cette région vivaient depuis la guerre dans des huttes. »

Les accusations de Nikita Khrouchtchev sont clairement de mauvaise foi et cherchent uniquement à dresser un tableau pittoresque jusqu’au grotesque. Il dit par exemple :

« Il y a lieu de noter que Staline dressait ses plans [pour la Seconde Guerre mondiale] en utilisant un globe terrestre. (Remous dans la salle.) »

Or, les capacités de dirigeant militaire de Staline sont extrêmement connues et l’invraisemblance du propos est de toute façon évidente.

Voici un autre exemple du même type :

« C’est à travers des films qu’il connaissait la campagne et l’agriculture. Et ces films avaient beaucoup embelli la réalité dans le domaine de l’agriculture.

De nombreux films peignaient sous de telles couleurs la vie kolkhozienne, que l’on pouvait voir des tables crouler sous le poids des dindes et des oies. Évidemment, Staline croyait qu’il en était effectivement ainsi. »

La critique de Nikita Khrouchtchev vise à faire de Staline un monstre, afin de dépolitiser la question. Cela provoquera beaucoup de troubles en URSS dans les mois qui suivirent : comment une personne censée être folle et criminelle a-t-elle pu être à la tête du Parti, comme l’a affirmé Nikita Khrouchtchev ?

L’invraisemblance des propos de Nikita Khrouchtchev était ainsi très offensive, mais également source d’instabilité profonde quant à la légitimité de l’ensemble du régime. Cela sera un aspect déterminant pour sa mise de côté par la suite par la clique dirigeant l’URSS.

Un autre exemple d’affabulation est l’accusation de Nikita Khrouchtchev à l’encontre de Staline d’avoir entièrement bloqué l’attribution du Prix Lénine instauré en 1925 ; en réalité le prix a bien été attribué, jusqu’en 1935.

Mais il ne faut pas rater l’aspect principal : la remise en cause de l’appareil de sécurité d’État, au nom de la pacification bourgeoise. Beria est autant visé que Staline. Nikita Khrouchtchev dit ainsi dans son « rapport secret » :

« Un rôle spécialement bas a été joué par un ennemi féroce de notre parti, Béria, agent d’un service d’espionnage étranger dans l’organisation de certaines affaires sales et honteuses. Béria avait gagné la confiance de Staline.

De quelle manière ce provocateur parvint-il à atteindre une situation au sein du Parti et de l’État, de façon à devenir le premier vice-président du Conseil des ministres de l’Union soviétique et le membre du Bureau politique du Comité central?

Il est maintenant prouvé que ce scélérat a gravi les différents échelons du pouvoir en passant sur un nombre incalculable de cadavres.

Existait-il des indices indiquant que Béria était un ennemi du Parti? Il en existait, en effet. Déjà en 1937, lors d’un plénum du Comité central, l’ancien commissaire du Peuple à la Santé publique Kaminski, déclarait que Béria travaillait pour les services d’espionnage du Moussavat.

Le plénum du Comité central avait à peine achevé ses travaux que Kaminski était arrêté et fusillé.

Est-ce que Staline avait examiné la déclaration de Kaminski?

Non, parce que Staline avait confiance en Béria et que cela lui suffisait. Et, lorsque Staline croyait en quelqu’un ou en quelque chose, personne ne pouvait avancer une opinion contraire. Quiconque aurait osé exprimer une opinion contraire aurait subi le sort de Kaminski. »

Le noyau dur de la dynamique de Nikita Khrouchtchev, c’est l’appel général à la pacification bourgeoise :

« Camarades! Le culte de l’individu a provoqué l’emploi de principes erronés dans le travail du Parti et dans l’activité économique; il a conduit à la violation des règles de la démocratie intérieure du Parti et des soviets, à une administration stérile, à des déviations de toutes sortes, dissimulant les lacunes et fardant la réalité. Notre Nation a donné naissance à de nombreux courtisans et spécialistes du faux optimisme et de la duperie. »

=>Retour au dossier sur le XXe congrès du PCUS

One thought to “Le «rapport secret» du XXe congrès du PCUS et les affabulations sur le culte de la personnalité”

Les commentaires sont clos.