Molière : Le Malade imaginaire

1673

PROLOGUE.


Après les glorieuses fatigues et les exploits victorieux de notre auguste monarque, il est bien juste que tous ceux qui se mêlent d’écrire travaillent ou à ses louanges, ou à son divertissement. C’est ce qu’ici l’on a voulu faire ; et ce prologue est un essai des louanges de ce grand prince, qui donne entrée à la comédie du Malade imaginaire, dont le projet a été fait pour le délasser de ses nobles travaux.

Le théâtre représente un lieu champêtre, et néanmoins fort agréable.


ÉGLOGUE

EN MUSIQUE ET EN DANSE.


Scène I

FLORE, DEUX ZÉPHYRS, dansants.

flore.

      Quittez, quittez vos troupeaux ;
     Venez, bergers, venez, bergères ;
Accourez, accourez sous ces tendres ormeaux :
Je viens vous annoncer des nouvelles bien chères,
     Et réjouir tous ces hameaux.
      Quittez, quittez vos troupeaux ;
      Venez, bergers, venez, bergères ;
Accourez, accourez sous ces tendres ormeaux.

Scène II

FLORE, DEUX ZÉPHYRS, dansants ; CLIMÈNE, DAPHNÉ, TIRCIS, DORILAS.

climèneà Tircis ; et daphnéà Dorilas.

      Berger, laissons là tes feux :
     Voilà Flore qui nous appelle.

tircisà Climène ; et dorilasà Daphné.

      Mais au moins, dis-moi, cruelle,

tircis.

Si d’un peu d’amitié tu payeras mes vœux.

dorilas.

Si tu seras sensible à mon ardeur fidèle.

climène et daphné.

     Voilà Flore qui nous appelle.

tircis et dorilas.

Ce n’est qu’un mot, un mot, un seul mot que je veux.

tircis.

Languirai-je toujours dans ma peine mortelle ?

dorilas.

Puis-je espérer qu’un jour tu me rendras heureux ?

climène et daphné.

     Voilà Flore qui nous appelle.

Scène III

FLORE ; DEUX ZÉPHYRS, dansants ; CLIMÈNE, DAPHNÉ, TIRCIS, DORILAS ; BERGERS ET BERGÈRES de la suite de Tircis et Dorilas, chantants et dansants.

PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET.

Toute la troupe des bergers et des bergères va se placer en cadence autour de Flore.

climène.

     Quelle nouvelle parmi nous,
Déesse, doit jeter tant de réjouissance ?

daphné.

     Nous brûlons d’apprendre de vous
     Cette nouvelle d’importance.

dorilas.

     D’ardeur nous en soupirons tous.

climène, daphné, tircis, dorilas.

     Nous en mourons d’impatience.

flore.

     La voici ; silence, silence !
Vos vœux sont exaucés, LOUIS est de retour ;
Il ramène en ces lieux les plaisirs et l’amour,
Et vous voyez finir vos mortelles alarmes.
Par ses vastes exploits son bras voit tout soumis ;
     Il quitte les armes,
     Faute d’ennemis.

chœur.

   Ah ! quelle douce nouvelle !
   Qu’elle est grande ! qu’elle est belle !
Que de plaisirs ! que de ris ! que de jeux !
   Que de succès heureux !
Et que le ciel a bien rempli nos vœux !
   Ah ! quelle douce nouvelle !
   Qu’elle est grande ! qu’elle est belle !

DEUXIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Tous les bergers et bergères expriment, par des danses les transports de leur joie.

flore.

   De vos flûtes bocagères
   Réveillez les plus beaux sons ;
   LOUIS offre à vos chansons
   La plus belle des matières.
     Après cent combats,
     Où cueille son bras
     Une ample victoire,
     Formez entre vous
     Cent combats plus doux,
     Pour chanter sa gloire.

chœur.

     Formons, entre nous,
     Cent combats plus doux,
     Pour chanter sa gloire.

flore.

   Mon jeune amant, dans ce bois,
   Des présents de mon empire
   Prépare un prix à la voix
   Qui saura le mieux nous dire
   Les vertus et les exploits
   Du plus auguste des rois.

climène.

   Si Tircis a l’avantage,

daphné.

   Si Dorilas est vainqueur,

climène.

   À le chérir je m’engage.

daphné.

     Je me donne à son ardeur.

tircis.

      Ô trop chère espérance !

dorilas.

      Ô mot plein de douceur !

tircis et daphné.

  Plus beau sujet, plus belle récompense
    Peuvent-ils animer un cœur ?

Les violons jouent un air pour animer les deux bergers au combat, tandis que Flore, comme juge, va se placer au pied d’un arbre qui est au milieu du théâtre, avec deux Zéphyrs, et que le reste, comme spectateurs, va occuper les deux côtés de la scène.

tircis.

Quand la neige fondue enfle un torrent fameux,
Contre l’effort soudain de ses flots écumeux,
     Il n’est rien d’assez solide
    Digues, châteaux, villes et bois,
    Hommes et troupeaux à la fois,
    Tout cède au courant qui le guide :
    Tel, et plus fier et plus rapide,
    Marche LOUIS dans ses exploits.

TROISIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les bergers et bergères du côté de Tircis dansent autour de lui, sur une ritournelle, pour exprimer leurs applaudissements.

dorilas.

Le foudre menaçant qui perce avec fureur
L’affreuse obscurité de la nue enflammée,
      Fait, d’épouvante et d’horreur,
      Trembler le plus ferme cœur ;
     Mais, à la tête d’une armée,
     LOUIS jette plus de terreur.

QUATRIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les bergers et bergères du côté de Dorilas font de même que les autres.

tircis.

Des fabuleux exploits que la Grèce a chantés

Par un brillant amas de belles vérités
    Nous voyons la gloire effacée ;
    Et tous ces fameux demi-dieux,
    Que vante l’histoire passée,
    Ne sont point à notre pensée
    Ce que LOUIS est à nos yeux.

CINQUIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les bergers et bergères du côté de Tircis font encore la même chose.

dorilas.

LOUIS fait à nos temps, par ses faits inouïs,
Croire tous les beaux faits que nous chante l’histoire
      Des siècles évanouis ;
      Mais nos neveux, dans leur gloire,
      N’auront rien qui fasse croire
      Tous les beaux faits de LOUIS.

SIXIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les bergers et bergères du côté de Dorilas font encore de même.

SEPTIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les bergers et bergères du côté de Tircis et de celui de Dorilas se mêlent et dansent ensemble.

Scène IV

FLORE, PAN ; DEUX ZÉPHYRS, dansants ; CLIMÈNE, DAPHNÉ ; TIRCIS, DORILAS ; FAUNES, dansants ; BERGERS ET BERGÈRES, chantants et dansants.

pan.

Laissez, laissez, bergers, ce dessein téméraire ;
       Hé ! que voulez vous faire ?
      Chanter sur vos chalumeaux
      Ce qu’Apollon sur sa lyre,
      Avec ses chants les plus beaux,
      N’entreprendroit pas de dire :
C’est donner trop d’essor au feu qui vous inspire ;
C’est monter vers les cieux sur des ailes de cire,
     Pour tomber dans le fond des eaux.

Pour chanter de LOUIS l’intrépide courage,

     Il n’est point d’assez docte voix,
Point de mots assez grands pour en tracer l’image ;
      Le silence est le langage
      Qui doit louer ses exploits.
Consacrez d’autres soins à sa pleine victoire ;
Vos louanges n’ont rien qui flatte ses désirs :
      Laissez, laissez là sa gloire,
      Ne songez qu’à ses plaisirs.

chœur.

Laissons, laissons là sa gloire,
Ne songeons qu’à ses plaisirs.

floreà Tircis et à Dorilas.

Bien que, pour étaler ses vertus immortelles,
    La force manque à vos esprits,
Ne laissez pas tous deux de recevoir le prix,
    Dans les choses grandes et belles,
    Il suffit d’avoir entrepris.

HUITIÈME ENTRÉE DE BALLET

Les deux Zéphyrs dansent avec deux couronnes de fleurs à la main, qu’ils viennent donner ensuite aux deux bergers.

climène et daphnédonnant la main à leurs amants.

    Dans les choses grandes et belles,
    Il suffit d’avoir entrepris.

tircis et dorilas.

Ah ! que d’un doux succès notre audace est suivie !

flore et pan.

Ce qu’on fait pour LOUIS, on ne le perd jamais.

climène, daphné, tircis, dorilas.

Au soin de ses plaisirs donnons-nous désormais.

flore et pan.

Heureux, heureux qui peut lui consacrer sa vie !

chœur.

    Joignons tous dans ces bois
    Nos flûtes et nos voix :

        Ce jour nous y convie ;
Et faisons aux échos redire mille fois :
       LOUIS est le plus grand des rois ;
Heureux, heureux qui peut lui consacrer sa vie !

NEUVIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Faunes, bergers et bergères, tous se mêlent, et il se fait entre eux des jeux de danse ; après quoi ils se vont préparer pour la comédie.


AUTRE PROLOGUE.


Scène I

UNE BERGÈRE, chantante.

Votre plus haut savoir n’est que pure chimère,
    Vains et peu sages médecins ;
Vous ne pouvez guérir, par vos grands mots latins
    La douleur qui me désespère :
Votre plus haut savoir n’est que pure chimère.

  Hélas ! hélas ! je n’ose découvrir
      Mon amoureux martyre
    Au berger pour qui je soupire,
    Et qui seul peut me secourir.
    Ne prétendez pas le finir,
Ignorants médecins ; vous ne sauriez faire :
Votre plus haut savoir n’est que pure chimère.
Ces remèdes peu sûrs, dont le simple vulgaire
Croit que vous connoissez l’admirable vertu,
Pour les maux que je sens n’ont rien de salutaire ;
Et tout votre caquet ne peut être reçu
     Que d’un malade imaginaire.

Votre plus haut savoir n’est que pure chimère,
    Vains et peu sages médecins, etc.

Le théâtre change et représente une chambre.


ACTE PREMIER.


Scène I

ARGAN, assis, une table devant lui, comptant des jetons les parties de son apothicaire.

Trois et deux font cinq, et cinq font dix, et dix font vingt ; trois et deux font cinq. « Plus, du vingt-quatrième, un petit clystère insinuatif, préparatif et rémollient, pour amollir, humecter et rafraîchir les entrailles de monsieur. » Ce qui me plaît de monsieur Fleurant, mon apothicaire, c’est que ses parties sont toujours fort civiles. « Les entrailles de monsieur, trente sols. » Oui ; mais, monsieur Fleurant, ce n’est pas tout que d’être civil ; il faut être aussi raisonnable, et ne pas écorcher les malades. Trente sols un lavement ! Je suis votre serviteur, je vous l’ai déjà dit ; vous ne me les avez mis dans les autres parties qu’à vingt sols ; et vingt sols en langage d’apothicaire, c’est-à-dire dix sols ; les voilà, dix sols. « Plus, dudit jour, un bon clystère détersif, composé avec catholicon double, rhubarbe, miel rosat, et autres, suivant l’ordonnance, pour balayer, laver et nettoyer le bas-ventre de monsieur, trente sols. » Avec votre permission, dix sols. « Plus, dudit jour, le soir, un julep hépatique, soporatif et somnifère, composé pour faire dormir monsieur, trente-cinq sols. » Je ne me plains pas de celui-là ; car il me fit bien dormir. Dix, quinze, seize, et dix-sept sols six deniers. « Plus, du vingt-cinquième, une bonne médecine purgative et corroborative, composée de casse récente avec séné levantin, et autres, suivant l’ordonnance de monsieur Purgon, pour expulser et évacuer la bile de monsieur, quatre livres. » Ah ! monsieur Fleurant, c’est se moquer : il faut vivre avec les malades. Monsieur Purgon ne vous a pas ordonné de mettre quatre francs. Mettez, mettez trois livres, s’il vous plaît. Vingt et trente sols. « Plus, dudit jour, une potion anodine et astringente, pour faire reposer monsieur, trente sols. » Bon, dix et quinze sols. « Plus, du vingt-sixième, un clystère carminatif, pour chasser les vents de monsieur, trente sols. » Dix sols, monsieur Fleurant. « Plus, le clystère de monsieur, réitéré le soir, comme dessus, trente sols. » Monsieur Fleurant, dix sols. « Plus, du vingt-septième, une bonne médecine, composée pour hâter d’aller et chasser dehors les mauvaises humeurs de monsieur, trois livres. » Bon, vingt et trente sols ; je suis bien aise que vous soyez raisonnable. « Plus, du vingt-huitième, une prise de petit lait clarifié et dulcoré pour adoucir, lénifier, tempérer et rafraîchir le sang de monsieur, vingt sols. » Bon, dix sols. « Plus, une potion cordiale et préservative, composée avec douze grains de bézoar, sirop de limon et grenades, et autres, suivant l’ordonnance, cinq livres. » Ah ! monsieur Fleurant, tout doux, s’il vous plaît ; si vous en usez comme cela, on ne voudra plus être malade : contentez-vous de quatre francs, vingt et quarante sols. Trois et deux font cinq et cinq font dix, et dix font vingt. Soixante et trois livres quatre sols six deniers. Si bien donc que, de ce mois, j’ai pris une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept et huit médecines ; et un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze et douze lavements ; et, l’autre mois, il y avoit douze médecines et vingt lavements. Je ne m’étonne pas si je ne me porte pas si bien ce mois-ci que l’autre. Je le dirai à monsieur Purgon, afin qu’il mette ordre à cela. Allons, qu’on m’ôte tout ceci. (Voyant que personne ne vient, et qu’il n’y a aucun de ses gens dans sa chambre.) Il n’y a personne. J’ai beau dire : on me laisse toujours seul ; il n’y a pas moyen de les arrêter ici. (Après avoir sonné une sonnette qui est sur la table.) Ils n’entendent point, et ma sonnette ne fait pas assez de bruit. Drelin, drelin, drelin. Point d’affaire. Drelin, drelin, drelin. Ils sont sourds… Toinette. Drelin, drelin, drelin. Tout comme si je ne sonnois point. Chienne ! coquine ! Drelin, drelin, drelin. J’enrage. (Il ne sonne plus, mais il crie.) Drelin, drelin, drelin. Carogne, à tous les diables ! Est-il possible qu’on laisse comme cela un pauvre malade tout seul ? Drelin drelin, drelin. Voilà qui est pitoyable ! Drelin, drelin, drelin ! Ah ! mon Dieu ! Ils me laisseront ici mourir. Drelin, drelin, drelin.

Scène II

ARGAN, TOINETTE.

toinetteen entrant.

On y va.

argan.

Ah ! chienne ! ah ! carogne !

toinettefaisant semblant de s’être cogné la tête.

Diantre soit fait de votre impatience ! Vous pressez si fort les personnes, que je me suis donné un grand coup de la tête contre la carne d’un volet.

arganen colère.

Ah ! traîtresse !…

toinetteinterrompant Argan.

Ah !

argan.

Il y a…

toinette.

Ah !

argan.

Il y a une heure…

toinette.

Ah !

argan.

Tu m’as laissé…

toinette.

Ah !

argan.

Tais-toi donc, coquine, que je te querelle.

toinette.

Çamon, ma foi, j’en suis d’avis, après ce que je me suis fait.

argan.

Tu m’as fait égosiller, carogne.

toinette.

Et vous m’avez fait, vous, casser la tête : l’un vaut bien l’autre. Quitte à quitte, si vous voulez.

argan.

Quoi ! coquine…

toinette.

Si vous querellez, je pleurerai.

argan.

Me laisser, traîtresse…

toinetteinterrompant encore Argan.

Ah !

argan.

Chienne ! tu veux…

toinette.

Ah !

argan.

Quoi ! il faudra encore que je n’aie pas le plaisir de la quereller ?

toinette.

Querellez tout votre soûl : je le veux bien.

argan.

Tu m’en empêches, chienne, en m’interrompant à tous coups.

toinette.

Si vous avez le plaisir de quereller, il faut bien que, de mon côté, j’aie le plaisir de pleurer : chacun le sien, ce n’est pas trop. Ah !

argan.

Allons ; il faut en passer par là. Ôte-moi ceci, coquine, ôte-moi ceci. (Après s’être levé.) Mon lavement d’aujourd’hui a-t-il bien opéré ?

toinette.

Votre lavement ?

argan.

Oui. Ai-je bien fait de la bile ?

toinette.

Ma foi ! je ne me mêle point de ces affaires-là ; c’est à monsieur Fleurant à y mettre le nez, puisqu’il en a le profit.

argan.

Qu’on ait soin de me tenir un bouillon prêt, pour l’autre que je dois tantôt prendre.

toinette.

Ce monsieur Fleurant-là et ce monsieur Purgon s’égaient sur votre corps ; ils ont en vous une bonne vache à lait, et je voudrois bien leur demander quel mal vous avez, pour faire tant de remèdes.

argan.

Taisez-vous, ignorante ; ce n’est pas à vous à contrôler les ordonnances de la médecine. Qu’on me fasse venir ma fille Angélique : j’ai à lui dire quelque chose.

toinette.

La voici qui vient d’elle-même ; elle a deviné votre pensée.

Scène III

ARGAN, ANGÉLIQUE, TOINETTE.

argan.

Approchez, Angélique : vous venez à propos ; je voulois vous parler.

angélique.

Me voilà prête à vous ouïr.

argan.

Attendez. (À Toinette.) Donnez-moi mon bâton. Je vais revenir tout à l’heure.

toinette.

Allez vite, monsieur, allez. Monsieur Fleurant nous donne des affaires.

Scène IV

ANGÉLIQUE, TOINETTE.

angélique.

Toinette !

toinette.

Quoi ?

angélique.

Regarde-moi un peu.

toinette.

Hé bien ! je vous regarde.

angélique.

Toinette !

toinette.

Hé bien ! quoi, Toinette ?

angélique.

Ne devines-tu point de quoi je veux parler ?

toinette.

Je m’en doute assez : de notre jeune amant ; car c’est sur lui depuis six jours que roulent tous nos entretiens ; et vous n’êtes point bien, si vous n’en parlez à toute heure.

angélique.

Puisque tu connois cela, que n’es-tu donc la première à m’en entretenir ? Et que ne m’épargnes-tu la peine de te jeter sur ce discours ?

toinette.

Vous ne m’en donnez pas le temps ; et vous avez des soins là-dessus qu’il est difficile de prévenir.

angélique.

Je t’avoue que je ne saurois me lasser de te parler de lui, et que mon cœur profite avec chaleur de tous les moments de s’ouvrir à toi. Mais, dis-moi, condamnes-tu, Toinette, les sentiments que j’ai pour lui ?

toinette.

Je n’ai garde.

angélique.

Ai-je tort de m’abandonner à ces douces impressions ?

toinette.

Je ne dis pas cela.

angélique.

Et voudrois-tu que je fusse insensible aux tendres protestations de cette passion ardente qu’il témoigne pour moi ?

toinette.

À Dieu ne plaise !

angélique.

Dis-moi un peu : ne trouves-tu pas, comme moi, quelque chose du ciel, quelque effet du destin, dans l’aventure inopinée de notre connoissance ?

toinette.

Oui.

angélique.

Ne trouves-tu pas que cette action d’embrasser ma défense, sans me connoître, est tout à fait d’un honnête homme ?

toinette.

Oui.

angélique.

Que l’on ne peut pas en user plus généreusement ?

toinette.

D’accord.

angélique.

Et qu’il fit tout cela de la meilleure grace du monde ?

toinette.

Oh ! oui.

angélique.

Ne trouves-tu pas, Toinette, qu’il est bien fait de sa personne ?

toinette.

Assurément.

angélique.

Qu’il a l’air le meilleur du monde ?

toinette.

Sans doute.

angélique.

Que ses discours, comme ses actions, ont quelque chose de noble ?

toinette.

Cela est sûr.

angélique.

Qu’on ne peut rien entendre de plus passionné que tout ce qu’il me dit ?

toinette.

Il est vrai.

angélique.

Et qu’il n’est rien de plus fâcheux que la contrainte où l’on me tient, qui bouche tout commerce aux doux empressements de cette mutuelle ardeur que le ciel nous inspire ?

toinette.

Vous avez raison.

angélique.

Mais, ma pauvre Toinette, crois-tu qu’il m’aime autant qu’il me le dit ?

toinette.

Hé ! hé ! ces choses-là parfois sont un peu sujettes à caution. Les grimaces d’amour ressemblent fort à la vérité ; et j’ai vu de grands comédiens là-dessus.

angélique.

Ah ! Toinette, que dis-tu là ? Hélas ! de la façon qu’il parle, seroit-il bien possible qu’il ne me dît pas vrai ?

toinette.

En tout cas, vous en serez bientôt éclaircie ; et la résolution où il vous écrivit hier qu’il étoit de vous faire demander en mariage, est une prompte voie à vous faire connoître s’il vous dit vrai ou non. C’en sera là la bonne preuve.

angélique.

Ah ! Toinette, si celui-là me trompe, je ne croirai de ma vie aucun homme.

toinette.

Voilà votre père qui revient.

Scène V

ARGAN, ANGÉLIQUE, TOINETTE.

argan.

Oh çà, ma fille, je vais vous dire une nouvelle, où peut-être ne vous attendez-vous pas. On vous demande en mariage. Qu’est-ce que cela ? Vous riez ? Cela est plaisant oui, ce mot de mariage ! Il n’y a rien de plus drôle pour les jeunes filles. Ah ! nature, nature ! À ce que je puis voir, ma fille, je n’ai que faire de vous demander si vous voulez bien vous marier.

angélique.

Je dois faire, mon père, tout ce qu’il vous plaira de m’ordonner.

argan.

Je suis bien aise d’avoir une fille si obéissante : la chose est donc conclue, et je vous ai promise.

angélique.

C’est à moi, mon père, de suivre aveuglément toutes vos volontés.

argan.

Ma femme, votre belle-mère, avoit envie que je vous fisse religieuse, et votre petite sœur Louison aussi, et de tout temps elle a été aheurtée à cela.

toinetteà part.

La bonne bête a ses raisons.

argan.

Elle ne vouloit point consentir à ce mariage ; mais je l’ai emporté, et ma parole est donnée.

angélique.

Ah ! mon père, que je vous suis obligée de toutes vos bontés !

toinetteà Argan.

En vérité, je vous sais bon gré de cela ; et voilà l’action la plus sage que vous ayez faite de votre vie.

argan.

Je n’ai point encore vu la personne : mais on m’a dit que j’en serois content, et toi aussi.

angélique.

Assurément, mon père.

argan.

Comment ! l’as-tu vu ?

angélique.

Puisque votre consentement m’autorise à vous pouvoir ouvrir mon cœur, je ne feindrai point de vous dire que le hasard nous a fait connoître il y a six jours, et que la demande qu’on vous a faite est un effet de l’inclination que, dès cette première vue, nous avons prise l’un pour l’autre.

argan.

Ils ne m’ont pas dit cela ; mais j’en suis bien aise, et c’est tant mieux que les choses soient de la sorte. Ils disent que c’est un grand jeune garçon bien fait.

angélique.

Oui, mon père.

argan.

De belle taille.

angélique.

Sans doute.

argan.

Agréable de sa personne.

angélique.

Assurément.

argan.

De bonne physionomie.

angélique.

Très bonne.

argan.

Sage et bien né.

angélique.

Tout à fait.

argan.

Fort honnête.

angélique.

Le plus honnête du monde.

argan.

Qui parle bien latin et grec.

angélique.

C’est ce que je ne sais pas.

argan.

Et qui sera reçu médecin dans trois jours.

angélique.

Lui, mon père ?

argan.

Oui. Est-ce qu’il ne te l’a pas dit ?

angélique.

Non, vraiment. Qui vous l’a dit, à vous ?

argan.

Monsieur Purgon.

angélique.

Est-ce que monsieur Purgon le connoît ?

argan.

La belle demande ! Il faut bien qu’il le connoisse puisque c’est son neveu.

angélique.

Cléante, neveu de monsieur Purgon ?

argan.

Quel Cléante ? Nous parlons de celui pour qui l’on t’a demandée en mariage.

angélique.

Hé ! oui.

argan.

Hé bien ! c’est le neveu de monsieur Purgon, qui est le fils de son beau-frère le médecin, monsieur Diafoirus ; et ce fils s’appelle Thomas Diafoirus, et non pas Cléante ; et nous avons conclu ce mariage-là ce matin, monsieur Purgon, monsieur Fleurant, et moi ; et demain, ce gendre prétendu doit m’être amené par son père. Qu’est-ce ? Vous voilà tout ébaubie !

angélique.

C’est, mon père, que je connois que vous avez parlé d’une personne, et que j’ai entendu une autre.

toinette.

Quoi ! monsieur, vous auriez fait ce dessein burlesque ? Et, avec tout le bien que vous avez, vous voudriez marier votre fille avec un médecin ?

argan.

Oui. De quoi te mêles-tu, coquine, impudente que tu es ?

toinette.

Mon Dieu ! tout doux. Vous allez d’abord aux invectives. Est-ce que nous ne pouvons pas raisonner ensemble sans nous emporter ? Là, parlons de sang-froid. Quelle est votre raison, s’il vous plaît, pour un tel mariage ?

argan.

Ma raison est que, me voyant infirme et malade comme je le suis, je veux me faire un gendre et des alliés médecins, afin de m’appuyer de bons secours contre ma maladie, d’avoir dans ma famille les sources des remèdes qui me sont nécessaires, et d’être à même des consultations et des ordonnances.

toinette.

Hé bien ! voilà dire une raison, et il y a du plaisir à se répondre doucement les uns aux autres. Mais, monsieur, mettez la main à la conscience ; est-ce que vous êtes malade ?

argan.

Comment, coquine ! si je suis malade ! Si je suis malade, impudente !

toinette.

Hé bien ! oui, monsieur, vous êtes malade ; n’ayons point de querelle là-dessus. Oui, vous êtes fort malade, j’en demeure d’accord, et plus malade que vous ne pensez : voilà qui est fait. Mais votre fille doit épouser un mari pour elle ; et, n’étant point malade, il n’est pas nécessaire de lui donner un médecin.

argan.

C’est pour moi que je lui donne ce médecin ; et une fille de bon naturel doit être ravie d’épouser ce qui est utile à la santé de son père.

toinette.

Ma foi, monsieur, voulez-vous qu’en amie je vous donne un conseil ?

argan.

Quel est-il, ce conseil ?

toinette.

De ne point songer à ce mariage-là.

argan.

Et la raison ?

toinette.

La raison, c’est que votre fille n’y consentira point.

argan.

Elle n’y consentira point ?

toinette.

Non.

argan.

Ma fille ?

toinette.

Votre fille. Elle vous dira qu’elle n’a que faire de monsieur Diafoirus, de son fils Thomas Diafoirus, ni de tous les Diafoirus du monde.

argan.

J’en ai affaire, moi, outre que le parti est plus avantageux qu’on ne pense. Monsieur Diafoirus n’a que ce fils-là pour tout héritier ; et, de plus, monsieur Purgon, qui n’a ni femme ni enfants, lui donne tout son bien en faveur de ce mariage ; et monsieur Purgon est un homme qui a huit mille bonnes livres de rente.

toinette.

Il faut qu’il ait tué bien des gens, pour s’être fait si riche.

argan.

Huit mille livres de rente sont quelque chose, sans compter le bien du père.

toinette.

Monsieur, tout cela est bel et bon ; mais j’en reviens toujours là : je vous conseille, entre nous, de lui choisir un autre mari ; et elle n’est point faite pour être madame Diafoirus.

argan.

Et je veux, moi, que cela soit.

toinette.

Hé, fi ! ne dites pas cela.

argan.

Comment ! que je ne dise pas cela ?

toinette.

Hé, non.

argan.

Et pourquoi ne le dirai-je pas ?

toinette.

On dira que vous ne songez pas à ce que vous dites.

argan.

On dira ce qu’on voudra ; mais je vous dis que je veux qu’elle exécute la parole que j’ai donnée.

toinette.

Non ; je suis sûre qu’elle ne le fera pas.

argan.

Je l’y forcerai bien.

toinette.

Elle ne le fera pas, vous dis-je.

argan.

Elle le fera, ou je la mettrai dans un couvent.

toinette.

Vous ?

argan.

Moi.

toinette.

Bon.

argan.

Comment, bon ?

toinette.

Vous ne la mettrez point dans un couvent.

argan.

Je ne la mettrai point dans un couvent ?

toinette.

Non.

argan.

Non ?

toinette.

Non.

argan.

Ouais ! Voici qui est plaisant ! Je ne mettrai pas ma fille dans un couvent, si je veux ?

toinette.

Non, vous dis-je.

argan.

Qui m’en empêchera ?

toinette.

Vous-même.

argan.

Moi ?

toinette.

Oui. Vous n’aurez pas ce cœur-là.

argan.

Je l’aurai.

toinette.

Vous vous moquez.

argan.

Je ne me moque point.

toinette.

La tendresse paternelle vous prendra.

argan.

Elle ne me prendra point.

toinette.

Une petite larme ou deux, des bras jetés au cou, un Mon petit papa mignon, prononcé tendrement, sera assez pour vous toucher.

argan.

Tout cela ne fera rien.

toinette.

Oui, oui.

argan.

Je vous dis que je n’en démordrai point.

toinette.

Bagatelles.

argan.

Il ne faut point dire, Bagatelles.

toinette.

Mon Dieu ! je vous connois, vous êtes bon naturellement.

arganavec emportement.

Je ne suis point bon, et je suis méchant quand je veux.

toinette.

Doucement, monsieur. Vous ne songez pas que vous êtes malade.

argan.

Je lui commande absolument de se préparer à prendre le mari que je dis.

toinette.

Et moi, je lui défends absolument d’en faire rien.

argan.

Où est-ce donc que nous sommes ? et quelle audace est-ce là, à une coquine de servante, de parler de la sorte devant son maître ?

toinette.

Quand un maître ne songe pas à ce qu’il fait, une servante bien sensée est en droit de le redresser.

argancourant après Toinette.

Ah ! insolente, il faut que je t’assomme.

toinetteévitant Argan, et mettant la chaise entre elle et lui.

Il est de mon devoir de m’opposer aux choses qui vous peuvent déshonorer.

argancourant après Toinette autour de la chaise avec son bâton.

Viens, viens, que je t’apprenne à parler.

toinettese sauvant du côté où n’est point Argan.

Je m’intéresse, comme je dois, à ne vous point laisser faire de folie.

argande même.

Chienne !

toinettede même.

Non, je ne consentirai jamais à ce mariage.

argande même.

Pendarde !

toinettede même.

Je ne veux point qu’elle épouse votre Thomas Diafoirus.

argande même.

Carogne !

toinettede même.

Et elle m’obéira plutôt qu’à vous.

argans’arrêtant.

Angélique, tu ne veux pas m’arrêter cette coquine-là ?

angélique.

Hé ! mon père, ne vous faites point malade.

arganà Angélique.

Si tu ne me l’arrêtes, je te donnerai ma malédiction.

toinetteen s’en allant.

Et moi, je la déshériterai, si elle vous obéit.

arganse jetant dans sa chaise.

Ah ! ah ! je n’en puis plus. Voilà pour me faire mourir.

Scène VI

BÉLINE, ARGAN.

argan.

Ah ! ma femme, approchez.

béline.

Qu’avez-vous, mon pauvre mari ?

argan.

Venez-vous-en ici à mon secours.

béline.

Qu’est-ce que c’est donc qu’il y a, mon petit fils ?

argan.

Ma mie !

béline.

Mon ami !

argan.

On vient de me mettre en colère.

béline.

Hélas ! pauvre petit mari ! Comment donc, mon ami ?

argan.

Votre coquine de Toinette est devenue plus insolente que jamais.

béline.

Ne vous passionnez donc point.

argan.

Elle m’a fait enrager, ma mie.

béline.

Doucement, mon fils.

argan.

Elle a contrecarré, une heure durant, les choses que je veux faire.

béline.

Là, là, tout doux !

argan.

Et a eu l’effronterie de me dire que je ne suis point malade.

béline.

C’est une impertinente.

argan.

Vous savez, mon cœur, ce qui en est.

béline.

Oui, mon cœur ; elle a tort.

argan.

M’amour, cette coquine-là me fera mourir.

béline.

Hé là, hé là !

argan.

Elle est cause de toute la bile que je fais.

béline.

Ne vous fâchez point tant.

argan.

Et il y a je ne sais combien que je vous dis de me la chasser.

béline.

Mon Dieu ! mon fils, il n’y a point de serviteurs et de servantes qui n’aient leurs défauts. On est contraint parfois de souffrir leurs mauvaises qualités, à cause des bonnes. Celle-ci est adroite, soigneuse, diligente, et surtout fidèle ; et vous savez qu’il faut maintenant de grandes précautions pour les gens que l’on prend. Holà ! Toinette !

Scène VII

ARGAN, BÉLINE, TOINETTE.

toinette.

Madame.

béline.

Pourquoi donc est-ce que vous mettez mon mari en colère ?

toinetted’un ton doucereux.

Moi, madame ? Hélas ! je ne sais pas ce que vous me voulez dire, et je ne songe qu’à complaire à monsieur en toutes choses.

argan.

Ah ! la traitresse !

toinette.

Il nous a dit qu’il vouloit donner sa fille en mariage au fils de monsieur Diafoirus : je lui ai répondu que je trouvois le parti avantageux pour elle, mais que je croyois qu’il feroit mieux de la mettre dans un couvent.

béline.

Il n’y a pas grand mal à cela, et je trouve qu’elle a raison.

argan.

Ah ! m’amour, vous la croyez ? C’est une scélérate ; elle m’a dit cent insolences.

béline.

Hé bien ! je vous crois, mon ami. Là, remettez-vous. Écoutez, Toinette : si vous fâchez jamais mon mari, je vous mettrai dehors. Çà, donnez-moi son manteau fourré et des oreillers, que je l’accommode dans sa chaise. Vous voilà je ne sais comment. Enfoncez bien votre bonnet jusque sur vos oreilles : il n’y a rien qui enrhume tant que de prendre l’air par les oreilles.

argan.

Ah ! ma mie, que je vous suis obligé de tous les soins que vous prenez de moi !

béline, accommodant les oreillers qu’elle met autour d’Argan.

Levez-vous, que je mette ceci sous vous. Mettons celui-ci pour vous appuyer, et celui-là de l’autre côté. Mettons celui-ci derrière votre dos, et cet autre-là pour soutenir votre tête.

toinettelui mettant rudement un oreiller sur la tête.

Et celui-ci pour vous garder du serein.

arganse levant en colère, et jetant tous ses oreillers à Toinette, qui s’enfuit.

Ah ! coquine, tu veux m’étouffer !

Scène VIII

ARGAN, BÉLINE.

béline.

Hé là, hé là ! Qu’est-ce que c’est donc ?

arganse jetant dans sa chaise.

Ah, ah, ah ! je n’en puis plus.

béline.

Pourquoi vous emporter ainsi ? Elle a cru faire bien.

argan.

Vous ne connoissez pas, m’amour, la malice de la pendarde. Ah ! elle m’a mis tout hors de moi ; et il faudra plus de huit médecines et de douze lavements pour réparer tout ceci.

béline.

Là, là, mon petit ami, apaisez-vous un peu.

argan.

Ma mie, vous êtes toute ma consolation.

béline.

Pauvre petit fils !

argan.

Pour tâcher de reconnoître l’amour que vous me portez, je veux, mon cœur, comme je vous ai dit, faire mon testament.

béline.

Ah ! mon ami, ne parlons point de cela, je vous prie : je ne saurois souffrir cette pensée ; et le seul mot de testament me fait tressaillir de douleur.

argan.

Je vous avois dit de parler pour cela à votre notaire.

béline.

Le voilà là dedans, que j’ai amené avec moi.

argan.

Faites-le donc entrer, m’amour.

béline.

Hélas ! mon ami, quand on aime bien un mari, on n’est guère en état de songer à tout cela.

Scène IX

MONSIEUR DE BONNEFOI, BÉLINE, ARGAN.

argan.

Approchez, monsieur de Bonnefoi, approchez. Prenez un siège, s’il vous plaît. Ma femme m’a dit, monsieur, que vous étiez fort honnête homme, et tout à fait de ses amis ; et je l’ai chargée de vous parler pour un testament que je veux faire.

béline.

Hélas ! je ne suis point capable de parler de ces choses-là.

monsieur de bonnefoi.

Elle m’a, monsieur, expliqué vos intentions, et le dessein où vous êtes pour elle ; et j’ai à vous dire là-dessus que vous ne sauriez rien donner à votre femme par votre testament.

argan.

Mais pourquoi ?

monsieur de bonnefoi.

La coutume y résiste. Si vous étiez en pays de droit écrit, cela se pourroit faire : mais, à Paris et dans les pays coutumiers, au moins dans la plupart, c’est ce qui ne se peut ; et la disposition seroit nulle. Tout l’avantage qu’homme et femme conjoints par mariage se peuvent faire l’un à l’autre, c’est un don mutuel entre vifs ; encore faut-il qu’il n’y ait enfants, soit des deux conjoints, ou de l’un d’eux, lors du décès du premier mourant.

argan.

Voilà une coutume bien impertinente, qu’un mari ne puisse rien laisser à une femme dont il est aimé tendrement, et qui prend de lui tant de soin ! J’aurois envie de consulter mon avocat, pour voir comment je pourrois faire.

monsieur de bonnefoi.

Ce n’est point à des avocats qu’il faut aller, car ils sont d’ordinaire sévères là-dessus, et s’imaginent que c’est un grand crime que de disposer en fraude de la loi : ce sont gens de difficultés, et qui sont ignorants des détours de la conscience. Il y a d’autres personnes à consulter, qui sont bien plus accommodantes, qui ont des expédients pour passer doucement par-dessus la loi, et rendre juste ce qui n’est pas permis ; qui savent aplanir les difficultés d’une affaire et trouver des moyens d’éluder la coutume par quelque avantage indirect. Sans cela, où en serions-nous tous les jours ? Il faut de la facilité dans les choses ; autrement nous ne ferions rien, et je ne donnerois pas un sol de notre métier.

argan.

Ma femme m’avoit bien dit, monsieur, que vous étiez fort habile et fort honnête homme. Comment puis-je faire, s’il vous plaît, pour lui donner mon bien et en frustrer mes enfants ?

monsieur de bonnefoi.

Comment vous pouvez faire ? Vous pouvez choisir doucement un ami intime de votre femme, auquel vous donnerez en bonne forme, par votre testament, tout ce que vous pouvez ; et cet ami ensuite lui rendra tout. Vous pouvez encore contracter un grand nombre d’obligations non suspectes au profit de divers créanciers qui prêteront leur nom à votre femme, et entre les mains de laquelle ils mettront leur déclaration que ce qu’ils en ont fait n’a été que pour lui faire plaisir. Vous pouvez aussi, pendant que vous êtes en vie, mettre entre ses mains de l’argent comptant, ou des billets que vous pourrez avoir payables au porteur.

béline.

Mon Dieu ! il ne faut point vous tourmenter de tout cela. S’il vient faute de vous, mon fils, je ne veux plus rester au monde.

argan.

Ma mie !

béline.

Oui, mon ami, si je suis assez malheureuse pour vous perdre…

argan.

Ma chère femme !

béline.

La vie ne me sera plus de rien.

argan.

M’amour !

béline.

Et je suivrai vos pas, pour vous faire connoître la tendresse que j’ai pour vous.

argan.

Ma mie, vous me fendez le cœur ! Consolez-vous, je vous en prie.

monsieur de bonnefoià Béline.

Ces larmes sont hors de saison ; et les choses n’en sont point encore là.

béline.

Ah ! monsieur, vous ne savez pas ce que c’est qu’un mari qu’on aime tendrement.

argan.

Tout le regret que j’aurai, si je meurs, ma mie, c’est de n’avoir point un enfant de vous. Monsieur Purgon m’avoit dit qu’il m’en feroit faire un.

monsieur de bonnefoi.

Cela pourra venir encore.

argan.

Il faut faire mon testament, m’amour, de la façon que monsieur dit ; mais, par précaution, je veux vous mettre entre les mains vingt mille francs en or que j’ai dans le lambris de mon alcôve, et deux billets payables au porteur, qui me sont dus, l’un par monsieur Damon, et l’autre par monsieur Gérante.

béline.

Non, non, je ne veux point de tout cela. Ah !… Combien dites-vous qu’il y a dans votre alcôve ?

argan.

Vingt mille francs, m’amour.

béline.

Ne me parlez point de bien, je vous prie. Ah !… De combien sont les deux billets ?

argan.

Ils sont, ma mie, l’un de quatre mille francs, et l’autre de six.

béline.

Tous les biens du monde, mon ami, ne me sont rien au prix de vous.

monsieur de bonnefoi.

Voulez-vous que nous procédions au testament ?

argan.

Oui, monsieur ; mais nous serons mieux dans mon petit cabinet. M’amour, conduisez-moi, je vous prie.

béline.

Allons, mon pauvre petit fils.

Scène X

ANGÉLIQUE, TOINETTE.

toinette.

Les voilà avec un notaire, et j’ai ouï parler de testament. Votre belle-mère ne s’endort point : et c’est sans doute quelque conspiration contre vos intérêts, où elle pousse votre père.

angélique.

Qu’il dispose de son bien à sa fantaisie, pourvu qu’il ne dispose point de mon cœur. Tu vois, Toinette, les desseins violents que l’on fait sur lui. Ne m’abandonne point, je te prie, dans l’extrémité où je suis.

toinette.

Moi, vous abandonner ! J’aimerois mieux mourir. Votre belle-mère a beau me faire sa confidente, et me vouloir jeter dans ses intérêts, je n’ai jamais pu avoir l’inclination pour elle ; et j’ai toujours été de votre parti. Laissez-moi faire, j’emploierai toute chose pour vous servir ; mais, pour vous servir avec plus d’effet, je veux changer de batterie, couvrir le zèle que j’ai pour vous, et feindre d’entrer dans les sentiments de votre père et de votre belle-mère.

angélique.

Tâche, je t’en conjure, de faire donner avis à Cléante du mariage qu’on a conclu.

toinette.

Je n’ai personne à employer à cet office, que le vieux usurier Polichinelle, mon amant ; et il m’en coûtera pour cela quelques paroles de douceur, que je veux bien dépenser pour vous. Pour aujourd’hui, il est trop tard ; mais demain, de grand matin, je l’envoierai querir, et il sera ravi de…

Scène XI

BÉLINE, dans la maison ; ANGÉLIQUE, TOINETTE.

béline.

Toinette !

toinetteà Angélique.

Voilà qu’on m’appelle. Bonsoir. Reposez-vous sur moi.


PREMIER INTERMÈDE.

Le théâtre change, et représente une ville.


Polichinelle, dans la nuit, vient pour donner une sérénade à sa maîtresse. Il est interrompu d’abord par des violons contre lesquels il se met en colère, et ensuite par le guet, composé de musiciens et de danseurs.

POLICHINELLE, seul.

Ô amour, amour, amour, amour ! Pauvre Polichinelle, quelle diable de fantaisie t’es-tu allé mettre dans la cervelle ? À quoi t’amuses-tu, misérable insensé que tu es ? Tu quittes le soin de ton négoce, et tu laisses aller tes affaires à l’abandon ; tu ne manges plus, tu ne bois presque plus, tu perds le repos de la nuit ; et tout cela, pour qui ? Pour une dragonne, franche dragonne ; une diablesse qui te rembarre, et se moque de tout ce que tu peux lui dire. Mais il n’y a point à raisonner là-dessus. Tu le veux, amour : il faut être fou comme beaucoup d’autres. Cela n’est pas le mieux du monde à un homme de mon âge ; mais qu’y faire ? On n’est pas sage quand on veut ; et les vieilles cervelles se démontent comme les jeunes. Je viens voir si je ne pourrai point adoucir ma tigresse par une sérénade. Il n’y a rien parfois qui soit si touchant qu’un amant qui vient chanter ses doléances aux gonds et aux verrous de la porte de sa maîtresse. (Après avoir pris sont luth.) Voici de quoi accompagner ma voix. Ô nuit ! ô chère nuit ! porte mes plaintes amoureuses jusque dans le lit de mon inflexible.

        Notte e dì v’ amo e v’ adoro.
        Cerco un sì per mio ristoro ;

        Ma se voi dite di nò,
        Bella ingrata, io morirò.

             Frà la speranza
             S’ afflige il cuore,
             In lontananza
             Consuma l’ hore ;
             Si dolce inganno
             Che mi figura
             Breve l’ affanno,
             Ahi ! troppo dura.
Così per troppo amar languisco e muoro.

        Notte e dì v’ amo e v’ adoro.
        Cerco un sì per mio ristoro ;
        Ma se voi dite di nò,
        Bella ingrata, io moriro.

             Se non dormite,
             Almen pensate
             Alle ferite
             Ch’ al cuor mi fate.
             Deh ! almen fingete,
             Per mio conforto,
             Se m’ uccidete,
             D’ haver il torto ;
Vostra pietà mi scemarà il martoro.

        Notte e dì v’ amo e v’ adoro.
        Cerco un sì per mio ristoro ;
        Ma se voi dite di nò,
        Bella ingrata, io morirò.

Scène II

POLICHINELLE ; UNE VIEILLE, se présentant à la fenêtre, en répondant à Polichinelle pour se moquer de lui.

la vieille chante.

Zerbinetti, ch’ ogn’ hor con finti sguardi,
        Mentiti desiri,
        Fallaci sospiri,
        Accenti buggiardi,
       Di fede vi pregiate,
       Ah ! che non m’ ingannate.
         Che già so per prova,
         Ch’ in voi non si trova
         Costanza nè fede.

   Oh ! quanto è pazza colei che vi crede !

      Quei sguardi languidi
      Non m’ innamorano,
      Quei sospir fervidi
      Più non m’ infiammano,
        Vel giuro a fe.
      Zerbino misero,
      Del vostro piangere
      Il mio cuor libero
      Vuol sempre ridere ;
        Credete a me
      Che già so per prova,
      Ch’ in voi non si trova
      Costanza nè fede.

Oh ! quanto è pazza colei che vi crede.

Scène III

POLICHINELLE, VIOLONS, derrière le théâtre.

les violons commencent un air.

polichinelle.

Quelle impertinente harmonie vient interrompre ici ma voix !

les violons continuant à jouer.

polichinelle.

Paix là ! taisez-vous, violons. Laissez-moi me plaindre à mon aise des cruautés de mon inexorable.

les violonsde même.

polichinelle.

Taisez-vous, vous dis-je ; c’est moi qui veux chanter.

les violons.

polichinelle.

Paix donc !

les violons.

polichinelle.

Ouais !

les violons.

polichinelle.

Ahi !

les violons.

polichinelle.

Est-ce pour rire ?

les violons.

polichinelle.

Ah ! que de bruit !

les violons.

polichinelle.

Le diable vous emporte !

les violons.

polichinelle.

J’enrage !

les violons.

polichinelle.

Vous ne vous tairez pas ? Ah ! Dieu soit loué.

les violons.

polichinelle.

Encore ?

les violons.

polichinelle.

Peste des violons !

les violons.

polichinelle.

La sotte musique que voilà.

les violons.

polichinellechantant pour se moquer des violons.

La, la, la, la, la, la.

les violons.

polichinellede même.

La, la, la, la, la, la.

les violons.

polichinellede même.

La, la, la, la, la, la.

les violons.

polichinellede même.

La, la, la, la, la, la.

les violons.

polichinellede même.

La, la, la, la, la, la.

les violons.

polichinelle.

Par ma foi, cela me divertit. Poursuivez, messieurs les violons ; vous me ferez plaisir. (N’entendant plus rien.) Allons donc, continuez, je vous en prie.

Scène IV

POLICHINELLE, seul.

Voilà le moyen de les faire taire. La musique est accoutumée à ne point faire ce qu’on veut. Oh sus, à nous. Avant que de chanter, il faut que je prélude un peu, et joue quelque pièce, afin de mieux prendre mon ton. (Il prend son luth, dont il fait semblant de jouer, en imitant avec les lèvres et la langue le son de cet instrument.) Plan, plan, plan, plin, plin, plin. Voilà un temps fâcheux pour mettre un luth d’accord. Plin, plin, plin. Plin, tan, plan. Plin, plan. Les cordes ne tiennent point par ce temps-là. Plin, plin. J’entends du bruit. Mettons mon luth contre la porte.

Scène V

POLICHINELLE ; ARCHERS, passant dans la rue, et accourant au bruit qu’ils entendent.

un archerchantant.

Qui va là ? qui va là ?

polichinellebas.

Qui diable est-ce là ? Est-ce que c’est la mode de parler en musique ?

l’archer.

Qui va là ? qui va là ? qui va là ?

polichinelleépouvanté.

Moi, moi, moi.

l’archer.

Qui va là ? qui va là ? vous dis-je.

polichinelle.

Moi, moi, vous dis-je.

l’archer.

Et qui toi ? et qui toi ?

polichinelle.

Moi, moi, moi, moi, moi, moi.

l’archer.

    Dis ton nom, dis ton nom, sans davantage attendre.

polichinellefeignant d’être bien hardi.

       Mon nom est Va te faire pendre.

l’archer.

       Ici, camarades, ici.
  Saisissons l’insolent qui nous répond ainsi.

PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET.

Tout le guet vient, qui cherche Polichinelle dans la nuit.

violons et danseurs.

polichinelle.

  Qui va là ?

violons et danseurs.

polichinelle.

        Qui sont les coquins que j’entends ?

violons et danseurs.

polichinelle.

  Euh ?

violons et danseurs.

polichinelle.

     Holà ! mes laquais, mes gens !

violons et danseurs.

polichinelle.

Par la mort !

violons et danseurs.

polichinelle.

        Par le sang !

violons et danseurs.

polichinelle.

                 J’en jetterai par terre !

violons et danseurs.

polichinelle.

Champagne, Poitevin, Picard, Basque, Breton !

violons et danseurs.

polichinelle.

   Donnez-moi mon mousqueton…

violons et danseurs.

polichinellefaisant semblant de tirer un coup de pistolet.

    Poue.

(Ils tombent tous, et s’enfuient.)

Scène VI

POLICHINELLE, seul.

Ah, ah, ah, ah ! comme je leur ai donné l’épouvante ! Voilà de sottes gens, d’avoir peur de moi, qui ai peur des autres. Ma foi, il n’est que de jouer d’adresse en ce monde. Si je n’avois tranché du grand seigneur et n’avois fait le brave, ils n’auroient pas manqué de me happer. Ah, ah, ah !

(Les archers se rapprochent, et, ayant entendu ce qu’il disoit, ils le saisissent au collet.)

Scène VII

POLICHINELLE ; ARCHERS, chantants.

les archerssaisissant Polichinelle.

   Nous le tenons. À nous, camarades, à nous !
           Dépêchez ; de la lumière.

(Tout le guet vient avec des lanternes.)

Scène VII

POLICHINELLE ; ARCHERS, chantants et dansants.

archers.

       Ah ! traître ; ah ! fripon ! c’est donc vous ?
   Faquin, maraud, pendard, impudent, téméraire,
   Insolent, effronté, coquin, filou, voleur,
       Vous osez nous faire peur !

polichinelle.

       Messieurs, c’est que j’étois ivre.

archers.

       Non, non, non, point de raison ;
       Il faut vous apprendre à vivre.
       En prison, vite en prison.

polichinelle.

Messieurs, je ne suis point voleur.

archers.

En prison.

polichinelle.

Je suis un bourgeois de la ville.

archers.

En prison.

polichinelle.

Qu’ai-je fait ?

archers.

En prison, vite, en prison.

polichinelle.

Messieurs, laissez-moi aller.

archers.

Non.

polichinelle.

Je vous prie !

archers.

Non.

polichinelle.

Hé !

archers.

Non.

polichinelle.

De grace !

archers.

Non, non.

polichinelle.

Messieurs !

archers.

Non, non, non.

polichinelle.

S’il vous plaît.

archers.

Non, non.

polichinelle.

Par charité !

archers.

Non, non.

polichinelle.

Au nom du ciel !

archers.

Non, non.

polichinelle.

Miséricorde !

archers.

       Non, non, non, point de raison ;
       Il faut vous apprendre à vivre.
       En prison, vite en prison.

polichinelle.

Hé ! n’est-il rien, messieurs, qui soit capable d’attendrir vos ames ?

archers.

        Il est aisé de nous toucher ;
    Et nous sommes humains, plus qu’on ne sauroit croire.
    Donnez-nous seulement six pistoles pour boire
          Nous allons vous lâcher.

polichinelle.

Hélas ! messieurs, je vous assure que je n’ai pas un sol sur moi.

archers.

          Au défaut de six pistoles,
          Choisissez donc, sans façon,
          D’avoir trente croquignoles,
          Ou douze coups de bâton.

polichinelle.

Si c’est une nécessité, et qu’il faille en passer par là, je choisis les croquignoles.

archers.

          Allons, préparez-vous,
          Et comptez bien les coups.

DEUXIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les archers danseurs lui donnent des croquignoles en cadence.

polichinellependant qu’on lui donne des croquignoles.

Un et deux, trois et quatre, cinq et six, sept et huit, neuf et dix, onze et douze, et treize, et quatorze et quinze.

archers.

        Ah ! ah ! vous en voulez passer !
        Allons, c’est à recommencer.

polichinelle.

Ah ! messieurs, ma pauvre tête n’en peut plus, et vous venez de me la rendre comme une pomme cuite. J’aime mieux encore les coups de bâton que de recommencer.

archers.

    Soit, puisque le bâton est pour vous plus charmant,
        Vous aurez contentement.

TROISIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les archers danseurs lui donnent des coups de bâton en cadence.

polichinellecomptant les coups de bâton.

Un, deux, trois, quatre, cinq, six. Ah, ah, ah ! je n’y saurois plus résister. Tenez, messieurs, voilà six pistoles que je vous donne.

archers.

       Ah ! l’honnête homme ! Ah ! l’ame noble et belle !
     Adieu, seigneur ; adieu, seigneur Polichinelle.

polichinelle.

Messieurs, je vous donne le bonsoir.

archers.

     Adieu, seigneur ; adieu, seigneur Polichinelle.

polichinelle.

Votre serviteur.

archers.

     Adieu, seigneur ; adieu, seigneur Polichinelle.

polichinelle.

Très humble valet.

archers.

     Adieu, seigneur ; adieu, seigneur Polichinelle.

polichinelle.

Jusqu’au revoir.

QUATRIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Ils dansent tous, en réjouissance de l’argent qu’ils ont reçu.

FIN DU PREMIER ACTE.

ACTE SECOND.

(Le théâtre représente la chambre d’Argan.)


Scène I

CLÉANTE, TOINETTE.

toinettene reconnoissant pas Cléante.

Que demandez-vous, monsieur ?

cléante.

Ce que je demande ?

toinette.

Ah ! ah ! c’est vous ! Quelle surprise ! Que venez-vous faire céans ?

cléante.

Savoir ma destinée, parler à l’aimable Angélique, consulter les sentiments de son cœur, et lui demander ses résolutions sur ce mariage fatal dont on m’a averti.

toinette.

Oui ; mais on ne parle pas comme cela de but en blanc à Angélique : il faut des mystères, et l’on vous a dit l’étroite garde où elle est retenue ; qu’on ne la laisse ni sortir, ni parler à personne ; et que ce ne fut que la curiosité d’une vieille tante qui nous fit accorder la liberté d’aller à cette comédie, qui donna lieu à la naissance de votre passion ; et nous nous sommes bien gardées de parler de cette aventure.

cléante.

Aussi ne viens-je pas ici comme Cléante, et sous l’apparence de son amant ; mais comme ami de son maître de musique, dont j’ai obtenu le pouvoir de dire qu’il m’envoie à sa place.

toinette.

Voici son père. Retirez-vous un peu, et me laissez lui dire que vous êtes là.

Scène II

ARGAN, TOINETTE.

arganse croyant seul, et sans voir Toinette.

Monsieur Purgon m’a dit de me promener le matin, dans ma chambre, douze allées et douze venues ; mais j’ai oublié à lui demander si c’est en long ou en large.

toinette.

Monsieur, voilà un…

argan.

Parle bas, pendarde ! tu viens m’ébranler tout le cerveau, et tu ne songes pas qu’il ne faut point parler si haut à des malades.

toinette.

Je voulois vous dire, monsieur…

argan.

Parle bas, te dis-je.

toinette.

Monsieur…

(Elle fait semblant de parler.)

argan.

Hé ?

toinette.

Je vous dis que…

(Elle fait encore semblant de parler.)

argan.

Qu’est-ce que tu dis ?

toinettehaut.

Je dis que voilà un homme qui veut parler à vous.

argan.

Qu’il vienne.

Toinette fait signe à Cléante d’avancer.

Scène III

ARGAN, CLÉANTE, TOINETTE.

cléante.

Monsieur…

toinetteà Cléante.

Ne parlez pas si haut, de peur d’ébranler le cerveau de monsieur.

cléante.

Monsieur, je suis ravi de vous trouver debout, et de voir que vous vous portez mieux.

toinettefeignant d’être en colère.

Comment ! qu’il se porte mieux ! cela est faux. Monsieur se porte toujours mal.

cléante.

J’ai ouï dire que monsieur étoit mieux ; et je lui trouve bon visage.

toinette.

Que voulez-vous dire avec votre bon visage ? Monsieur l’a fort mauvais ; et ce sont des impertinents qui vous ont dit qu’il étoit mieux. Il ne s’est jamais si mal porté.

argan.

Elle a raison.

toinette.

Il marche, dort, mange et boit tout comme les autres ; mais cela n’empêche pas qu’il ne soit fort malade.

argan.

Cela est vrai.

cléante.

Monsieur, j’en suis au désespoir. Je viens de la part du maître à chanter de mademoiselle votre fille ; il s’est vu obligé d’aller à la campagne pour quelques jours ; et, comme son ami intime, il m’envoie à sa place pour lui continuer ses leçons, de peur qu’en les interrompant, elle ne vînt à oublier ce qu’elle sait déjà.

argan.

Fort bien. (À Toinette.) Appelez Angélique.

toinette.

Je crois, monsieur, qu’il sera mieux de mener monsieur à sa chambre.

argan.

Non. Faites-la venir.

toinette.

Il ne pourra lui donner leçon comme il faut, s’ils ne sont en particulier.

argan.

Si fait, si fait.

toinette.

Monsieur, cela ne fera que vous étourdir ; et il ne faut rien pour vous émouvoir en l’état où vous êtes, et vous ébranler le cerveau.

argan.

Point, point : j’aime la musique ; et je serai bien aise de… Ah ! la voici. (À Toinette.) Allez-vous-en voir, vous, si ma femme est habillée.

Scène IV

ARGAN, ANGÉLIQUE, CLÉANTE.

argan.

Venez, ma fille. Votre maître de musique est allé aux champs ; et voilà une personne qu’il envoie à sa place pour vous montrer.

angéliquereconnoissant Cléante.

Ah ciel !

argan.

Qu’est-ce ? D’où vient cette surprise ?

angélique.

C’est…

argan.

Quoi ! qui vous émeut de la sorte ?

angélique.

C’est, mon père, une aventure surprenante qui se rencontre ici.

argan.

Comment ?

angélique.

J’ai songé cette nuit que j’étois dans le plus grand embarras du monde, et qu’une personne, faite tout comme monsieur, s’est présentée à moi, à qui j’ai demandé secours, et qui m’est venue tirer de la peine où j’étois ; et ma surprise a été grande de voir inopinément, en arrivant ici, ce que j’ai eu dans l’idée toute la nuit.

cléante.

Ce n’est pas être malheureux que d’occuper votre pensée, soit en dormant, soit en veillant ; et mon bonheur seroit grand sans doute, si vous étiez dans quelque peine dont vous me jugeassiez digne de vous tirer, et il n’y a rien que je ne fisse pour…

Scène V

ARGAN, ANGÉLIQUE, CLÉANTE, TOINETTE.

toinetteà Argan.

Ma foi, monsieur, je suis pour vous maintenant ; et je me dédis de tout ce que je disois hier. Voici monsieur Diafoirus le père et monsieur Diafoirus le fils, qui viennent vous rendre visite. Que vous serez bien engendré ! Vous allez voir le garçon le mieux fait du monde, et le plus spirituel. Il n’a dit que deux mots, qui m’ont ravie ; et votre fille va être charmée de lui.

arganà Cléante, qui feint de vouloir s’en aller.

Ne vous en allez point, monsieur. C’est que je marie ma fille ; et voilà qu’on lui amène son prétendu mari, qu’elle n’a point encore vu.

cléante.

C’est m’honorer beaucoup, monsieur, de vouloir que je sois témoin d’une entrevue si agréable.

argan.

C’est le fils d’un habile médecin ; et le mariage se fera dans quatre jours.

cléante.

Fort bien.

argan.

Mandez-le un peu à son maître de musique, afin qu’il se trouve à la noce.

cléante.

Je n’y manquerai pas.

argan.

Je vous y prie aussi.

cléante.

Vous me faites beaucoup d’honneur.

argan.

Allons, qu’on se range : les voici.

Scène VI

MONSIEUR DIAFOIRUS, THOMAS DIAFOIRUS, ARGAN, ANGÉLIQUE, CLÉANTE, TOINETTE, LAQUAIS.

arganmettant la main à son bonnet, sans l’ôter.

Monsieur Purgon, monsieur, m’a défendu de découvrir ma tête. Vous êtes du métier : vous savez les conséquences.

monsieur diafoirus.

Nous sommes dans toutes nos visites pour porter secours aux malades, et non pour leur porter de l’incommodité.

(Argan et monsieur Diafoirus parlent en même temps.)

argan.

Je reçois, monsieur,

monsieur diafoirus.

Nous venons ici, monsieur,

argan.

Avec beaucoup de joie,

monsieur diafoirus.

Mon fils Thomas et moi,

argan.

L’honneur que vous me faites,

monsieur diafoirus.

Vous témoigner, monsieur,

argan.

Et j’aurois souhaité…

monsieur diafoirus.

Le ravissement où nous sommes…

argan.

De pouvoir aller chez vous…

monsieur diafoirus.

De la grace que vous nous faites…

argan.

Pour vous en assurer.

monsieur diafoirus.

De vouloir bien nous recevoir…

argan.

Mais vous savez, monsieur…

monsieur diafoirus.

Dans l’honneur, monsieur,

argan.

Ce que c’est qu’un pauvre malade,

monsieur diafoirus.

De votre alliance ;

argan.

Qui ne peut faire autre chose…

monsieur diafoirus.

Et vous assurer…

argan.

Que de vous dire ici…

monsieur diafoirus.

Que, dans les choses qui dépendront de notre métier

argan.

Qu’il cherchera toutes les occasions

monsieur diafoirus.

De même qu’en toute autre,

argan.

De vous faire connoître, monsieur,

monsieur diafoirus.

Nous serons toujours prêts, monsieur,

argan.

Qu’il est tout à votre service.

monsieur diafoirus.

À vous témoigner notre zèle. (À son fils.) Allons, Thomas, avancez. Faites vos compliments.

thomas diafoirusà monsieur Diafoirus.

N’est-ce pas par le père qu’il convient de commencer ?

monsieur diafoirus.

Oui.

thomas diafoirusà Argan.

Monsieur, je viens saluer, reconnoître, chérir et révérer en vous un second père, mais un second père auquel j’ose dire que je me trouve plus redevable qu’au premier. Le premier m’a engendré ; mais vous m’avez choisi. Il m’a reçu par nécessité ; mais vous m’avez accepté par grace. Ce que je tiens de lui est un ouvrage de son corps ; mais ce que je tiens de vous est un ouvrage de votre volonté ; et, d’autant plus que les facultés spirituelles sont au-dessus des corporelles, d’autant plus je vous dois, et d’autant plus je tiens précieuse cette future filiation, dont je viens aujourd’hui vous rendre, par avance, les très humbles et très respectueux hommages.

toinette.

Vivent les collèges d’où l’on sort si habile homme !

thomas diafoirusà Monsieur Diafoirus.

Cela a-t-il bien été, mon père ?

monsieur diafoirus.

Optime.

arganà Angélique.

Allons, saluez monsieur.

thomas diafoirusà monsieur Diafoirus.

Baiserai-je ?

monsieur diafoirus.

Oui, oui.

thomas diafoirusà Angélique.

Madame, c’est avec justice que le ciel vous a concédé le nom de belle-mère, puisque l’on…

arganà Thomas Diafoirus.

Ce n’est pas ma femme, c’est ma fille à qui vous parlez.

thomas diafoirus.

Où donc est-elle ?

argan.

Elle va venir.

thomas diafoirus.

Attendrai-je, mon père, qu’elle soit venue ?

monsieur diafoirus.

Faites toujours le compliment de mademoiselle.

thomas diafoirus.

Mademoiselle, ne plus ne moins que la statue de Memnon rendoit un son harmonieux lorsqu’elle venoit à être éclairée des rayons du soleil, tout de même me sens-je animé d’un doux transport à l’apparition du soleil de vos beautés ; et, comme les naturalistes remarquent que la fleur nommée héliotrope tourne sans cesse vers cet astre du jour, aussi mon cœur dores-en-avant tournera-t-il toujours vers les astres resplendissants de vos yeux adorables, ainsi que vers son pôle unique. Souffrez donc, mademoiselle, que j’appende aujourd’hui à l’autel de vos charmes l’offrande de ce cœur qui ne respire et n’ambitionne autre gloire que d’être toute sa vie, mademoiselle, votre très humble, très obéissant, et très fidèle serviteur et mari.

toinette.

Voilà ce que c’est que d’étudier ! on apprend à dire de belles choses.

arganà Cléante.

Hé ! que dites-vous de cela ?

cléante.

Que monsieur fait merveilles, et que, s’il est aussi bon médecin qu’il est bon orateur, il y aura plaisir à être de ses malades.

toinette.

Assurément. Ce sera quelque chose d’admirable, s’il fait d’aussi belles cures qu’il fait de beaux discours.

argan.

Allons, vite, ma chaise, et des sièges à tout le monde. (Des laquais donnent des sièges.) Mettez-vous là, ma fille. (À monsieur Diafoirus.) Vous voyez, monsieur, que tout le monde admire monsieur votre fils ; et je vous trouve bien heureux de vous voir un garçon comme cela.

monsieur diafoirus.

Monsieur, ce n’est pas parceque je suis son père ; mais je puis dire que j’ai sujet d’être content de lui, et que tous ceux qui le voient en parlent comme d’un garçon qui n’a point de méchanceté. Il n’a jamais eu l’imagination bien vive, ni ce feu d’esprit qu’on remarque dans quelques-uns ; mais c’est par là que j’ai toujours bien auguré de sa judiciaire, qualité requise pour l’exercice de notre art. Lorsqu’il étoit petit, il n’a jamais été ce qu’on appelle mièvre et éveillé. On le voyoit toujours doux, paisible et taciturne, ne disant jamais mot, et ne jouant jamais à tous ces petits jeux que l’on nomme enfantins. On eut toutes les peines du monde à lui apprendre à lire ; et il avoit neuf ans, qu’il ne connoissoit pas encore ses lettres. Bon, disois-je en moi-même : les arbres tardifs sont ceux qui portent les meilleurs fruits. On grave sur le marbre bien plus malaisément que sur le sable ; mais les choses y sont conservées bien plus longtemps ; et cette lenteur à comprendre, cette pesanteur d’imagination, est la marque d’un bon jugement à venir. Lorsque je l’envoyai au collège, il trouva de la peine ; mais il se roidissoit contre les difficultés ; et ses régents se louoient toujours à moi de son assiduité et de son travail. Enfin, à force de battre le fer, il en est venu glorieusement à avoir ses licences ; et je puis dire, sans vanité, que, depuis deux ans qu’il est sur les bancs, il n’y a point de candidat qui ait fait plus de bruit que lui dans toutes les disputes de notre école. Il s’y est rendu redoutable ; et il ne s’y passe point d’acte où il n’aille argumenter à outrance pour la proposition contraire. Il est ferme dans la dispute, fort comme un Turc sur ses principes, ne démord jamais de son opinion, et poursuit un raisonnement jusque dans les derniers recoins de la logique. Mais, sur toute chose, ce qui me plaît en lui, et en quoi il suit mon exemple, c’est qu’il s’attache aveuglément aux opinions de nos anciens, et que jamais il n’a voulu comprendre ni écouter les raisons et les expériences des prétendues découvertes de notre siècle, touchant la circulation du sang, et autres opinions de même farine.

thomas diafoirustirant de sa poche une grande thèse roulée, qu’il présente à Angélique.

J’ai, contre les circulateurs, soutenu une thèse, qu’avec la permission (saluant Argan) de monsieur, j’ose présenter à mademoiselle, comme un hommage que je lui dois des prémices de mon esprit.

angélique.

Monsieur, c’est pour moi un meuble inutile, et je ne me connois pas à ces choses-là.

toinetteprenant la thèse.

Donnez, donnez. Elle est toujours bonne à prendre pour l’image : cela servira à parer notre chambre.

thomas diafoirussaluant encore Argan.

Avec la permission aussi de monsieur, je vous invite à venir voir, l’un de ces jours, pour vous divertir, la dissection d’une femme, sur quoi je dois raisonner.

toinette.

Le divertissement sera agréable. Il y en a qui donnent la comédie à leurs maîtresses ; mais donner une dissection est quelque chose de plus galant.

monsieur diafoirus.

Au reste, pour ce qui est des qualités requises pour le mariage et la propagation, je vous assure que, selon les règles de nos docteurs, il est tel qu’on le peut souhaiter ; qu’il possède en un degré louable la vertu prolifique, et qu’il est du tempérament qu’il faut pour engendrer et procréer des enfants bien conditionnés.

argan.

N’est-ce pas votre intention, monsieur, de le pousser à la cour, et d’y ménager pour lui une charge de médecin ?

monsieur diafoirus.

À vous en parler franchement, notre métier auprès des grands ne m’a jamais paru agréable ; et j’ai toujours trouvé qu’il valoit mieux pour nous autres demeurer au public. Le public est commode. Vous n’avez à répondre de vos actions à personne ; et, pourvu que l’on suive le courant des règles de l’art, on ne se met point en peine de tout ce qui peut arriver. Mais ce qu’il y a de fâcheux auprès des grands, c’est que, quand ils viennent à être malades, ils veulent absolument que leurs médecins les guérissent.

toinette.

Cela est plaisant ! et ils sont bien impertinents de vouloir que, vous autres messieurs, vous les guérissiez. Vous n’êtes point auprès d’eux pour cela ; vous n’y êtes que pour recevoir vos pensions et leur ordonner des remèdes ; c’est à eux à guérir s’ils peuvent.

monsieur diafoirus.

Cela est vrai. On n’est obligé qu’à traiter les gens dans les formes.

arganà Cléante.

Monsieur, faites un peu chanter ma fille devant la compagnie.

cléante.

J’attendois vos ordres, monsieur ; et il m’est venu en pensée, pour divertir la compagnie, de chanter avec mademoiselle une scène d’un petit opéra qu’on a fait depuis peu. (À Angélique, lui donnant un papier.) Tenez, voilà votre partie.

angélique.

Moi ?

cléantebas, à Angélique.

Ne vous défendez point, s’il vous plaît, et me laissez vous faire comprendre ce que c’est que la scène que nous devons chanter. (Haut.) Je n’ai pas une voix à chanter ; mais ici il suffit que je me fasse entendre ; et l’on aura la bonté de m’excuser, par la nécessité où je me trouve de faire chanter mademoiselle.

argan.

Les vers en sont-ils beaux ?

cléante.

C’est proprement ici un petit opéra impromptu ; et vous n’allez entendre chanter que de la prose cadencée, ou des manières de vers libres, tels que la passion et la nécessité peuvent faire trouver à deux personnes qui disent les choses d’eux-mêmes, et parlent sur-le-champ.

argan.

Fort bien. Écoutons.

cléante.

Voici le sujet de la scène. Un berger étoit attentif aux beautés d’un spectacle qui ne faisoit que de commencer, lorsqu’il fut tiré de son attention par un bruit qu’il entendit à ses côtés. Il se retourne, et voit un brutal qui, de paroles insolentes, maltraitoit une bergère. D’abord il prend les intérêts d’un sexe à qui tous les hommes doivent hommage ; et, après avoir donné au brutal le châtiment de son insolence, il vient à la bergère, et voit une jeune personne qui, des deux plus beaux yeux qu’il eût jamais vus, versoit des larmes qu’il trouva les plus belles du monde. Hélas ! dit-il en lui-même, est-on capable d’outrager une personne si aimable ! Et quel inhumain, quel barbare ne seroit touché par de telles larmes ? Il prend soin de les arrêter, ces larmes qu’il trouve si belles ; et l’aimable bergère prend soin, en même temps, de le remercier de son léger service, mais d’une manière si charmante, si tendre et si passionnée, que le berger n’y peut résister ; et chaque mot, chaque regard, est un trait plein de flamme dont son cœur se sent pénétré. Est-il, disoit-il, quelque chose qui puisse mériter les aimables paroles d’un tel remercîment ? Et que ne voudroit-on pas faire, à quels services, à quels dangers ne seroit-on pas ravi de courir, pour s’attirer un seul moment, des touchantes douceurs d’une ame si reconnoissante ? Tout le spectacle passe sans qu’il y donne aucune attention ; mais il se plaint qu’il est trop court, parcequ’en finissant il le sépare de son adorable bergère ; et, de cette première vue, de ce premier moment, il emporte chez lui tout ce qu’un amour de plusieurs années peut avoir de plus violent. Le voilà aussitôt à sentir tous les maux de l’absence, et il est tourmenté de ne plus voir ce qu’il a si peu vu. Il fait tout ce qu’il peut pour se redonner cette vue, dont il conserve nuit et jour une si chère idée ; mais la grande contrainte où l’on tient sa bergère lui en ôte tous les moyens. La violence de sa passion le fait résoudre à demander en mariage l’adorable beauté sans laquelle il ne peut plus vivre ; et il en obtient d’elle la permission, par un billet qu’il a l’adresse de lui faire tenir. Mais, dans le même temps, on l’avertit que le père de cette belle a conclu son mariage avec un autre, et que tout se dispose pour en célébrer la cérémonie. Jugez quelle atteinte cruelle au cœur de ce triste berger ! Le voilà accablé d’une mortelle douleur ; il ne peut souffrir l’effroyable idée de voir tout ce qu’il aime entre les bras d’un autre ; et son amour, au désespoir, lui fait trouver moyen de s’introduire dans la maison de sa bergère pour apprendre ses sentiments, et savoir d’elle la destinée à laquelle il doit se résoudre. Il y rencontre les apprêts de tout ce qu’il craint ; il y voit venir l’indigne rival que le caprice d’un père oppose aux tendresses de son amour ; il le voit triomphant, ce rival ridicule, auprès de l’aimable bergère, ainsi qu’auprès d’une conquête qui lui est assurée ; et cette vue le remplit d’une colère dont il a peine à se rendre le maître. Il jette de douloureux regards sur celle qu’il adore ; et son respect et la présence de son père l’empêchent de lui rien dire que des yeux. Mais enfin il force toute contrainte, et le transport de son amour l’oblige à lui parler ainsi :

(Il chante.)

  Belle Philis, c’est trop, c’est trop souffrir ;
Rompons ce dur silence, et m’ouvrez vos pensées.
    Apprenez-moi ma destinée :
    Faut-il vivre ? Faut-il mourir ?

angéliqueen chantant.

Vous me voyez, Tircis, triste et mélancolique,
Aux apprêts de l’hymen dont vous vous alarmez :

Je lève au ciel les yeux, je vous regarde, je soupire :
       C’est vous en dire assez.

argan.

Ouais ! je ne croyois pas que ma fille fût si habile, que de chanter ainsi à livre ouvert, sans hésiter.

cléante.

       Hélas ! belle Philis,
  Se pourroit-il que l’amoureux Tircis
       Eût assez de bonheur
  Pour avoir quelque place dans votre cœur ?

angélique.

Je ne m’en défends point dans cette peine extrême :

       Oui, Tircis, je vous aime.

cléante.

     Ô parole pleine d’appas !
     Ai-je bien entendu ? Hélas !
   Redites-la, Philis ; que je n’en doute pas.

angélique.

       Oui, Tircis, je vous aime.

cléante.

       De grace, encor, Philis !

angélique.

          Je vous aime.

cléante.

Recommencez cent fois ; ne vous en lassez pas.

angélique.

     Je vous aime, je vous aime ;
       Oui, Tircis, je vous aime.

cléante.

Dieux, rois, qui sous vos pieds regardez tout le monde,
Pouvez-vous comparer votre bonheur au mien ?
     Mais, Philis, une pensée
     Vient troubler ce doux transport.
      Un rival, un rival…

angélique.

    Ah ! je le hais plus que la mort ;
    Et sa présence, ainsi qu’à vous,
      M’est un cruel supplice.

cléante.

Mais un père à ses vœux vous veut assujettir.

angélique.

    Plutôt, plutôt mourir,
  Que de jamais y consentir ;
Plutôt, plutôt mourir, plutôt mourir !

argan.

Et que dit le père à tout cela ?

cléante.

Il ne dit rien.

argan.

Voilà un sot père que ce père-là, de souffrir toutes ces sottises-là sans rien dire !

cléantevoulant continuer à chanter.

      Ah ! mon amour…

argan.

Non, non ; en voilà assez. Cette comédie-là est de fort mauvais exemple. Le berger Tircis est un impertinent, et la bergère Philis une impudente de parler de la sorte devant son père. (À Angélique.) Montrez-moi ce papier. Ah ! ah ! où sont donc les paroles que vous avez dites ? Il n’y a là que de la musique écrite.

cléante.

Est-ce que vous ne savez pas, monsieur, qu’on a trouvé, depuis peu, l’invention d’écrire les paroles avec les notes mêmes ?

argan.

Fort bien. Je suis votre serviteur, monsieur ; jusqu’au revoir. Nous nous serions bien passés de votre impertinent d’opéra.

cléante.

J’ai cru vous divertir.

argan.

Les sottises ne divertissent point. Ah ! voici ma femme.

Scène 6

BÉLINE, ARGAN, ANGÉLIQUE, MONSIEUR DIAFOIRUS, THOMAS DIAFOIRUS, TOINETTE.

argan.

M’amour, voilà le fils de monsieur Diafoirus.

thomas diafoirus.

Madame, c’est avec justice que le ciel vous a concédé le nom de belle-mère, puisque l’on voit sur votre visage…

béline.

Monsieur, je suis ravie d’être venue ici à propos, pour avoir l’honneur de vous voir.

thomas diafoirus.

Puisque l’on voit sur votre visage… puisque l’on voit sur votre visage… Madame, vous m’avez interrompu dans le milieu de ma période, et cela m’a troublé la mémoire.

monsieur diafoirus.

Thomas, réservez cela pour une autre fois.

argan.

Je voudrois, ma mie, que vous eussiez été ici tantôt.

toinette.

Ah ! madame, vous avez bien perdu de n’avoir point été au second père, à la statue de Memnon, et à la fleur nommée héliotrope.

argan.

Allons, ma fille, touchez dans la main de monsieur, et lui donnez votre foi, comme à votre mari.

angélique.

Mon père !

argan.

Hé bien ! mon père ! Qu’est-ce que cela veut dire ?

angélique.

De grace, ne précipitez pas les choses. Donnez-nous au moins le temps de nous connoître, et de voir naître en nous, l’un pour l’autre, cette inclination si nécessaire à composer une union parfaite.

thomas diafoirus.

Quant à moi, mademoiselle, elle est déjà toute née en moi ; et je n’ai pas besoin d’attendre davantage.

angélique.

Si vous êtes si prompt, monsieur, il n’en est pas de même de moi ; et je vous avoue que votre mérite n’a pas encore assez fait d’impression dans mon ame.

argan.

Oh ! bien, bien ; cela aura tout le loisir de se faire quand vous serez mariés ensemble.

angélique.

Hé ! mon père, donnez-moi du temps, je vous prie. Le mariage est une chaîne où l’on ne doit jamais soumettre un cœur par force ; et, si monsieur est honnête homme, il ne doit point vouloir accepter une personne qui seroit à lui par contrainte.

thomas diafoirus.

Nego consequentiam, mademoiselle ; et je puis être honnête homme, et vouloir bien vous accepter des mains de monsieur votre père.

angélique.

C’est un méchant moyen de se faire aimer de quelqu’un, que de lui faire violence.

thomas diafoirus.

Nous lisons des anciens, mademoiselle, que leur coutume étoit d’enlever par force, de la maison des pères, les filles qu’on menoit marier, afin qu’il ne semblât pas que ce fût de leur consentement qu’elles convoloient dans les bras d’un homme.

angélique.

Les anciens, monsieur, sont les anciens ; et nous sommes les gens de maintenant. Les grimaces ne sont point nécessaires dans notre siècle ; et, quand un mariage nous plaît, nous savons fort bien y aller, sans qu’on nous y traîne. Donnez-vous patience ; si vous m’aimez, monsieur, vous devez vouloir tout ce que je veux.

thomas diafoirus.

Oui, mademoiselle, jusqu’aux intérêts de mon amour exclusivement.

angélique.

Mais la grande marque d’amour, c’est d’être soumis aux volontés de celle qu’on aime.

thomas diafoirus.

Distinguo, mademoiselle. Dans ce qui ne regarde point sa possession, concedo ; mais dans ce qui la regarde, nego.

toinetteà Angélique.

Vous avez beau raisonner. Monsieur est frais émoulu du collège ; et il vous donnera toujours votre reste. Pourquoi tant résister, et refuser la gloire d’être attachée au corps de la Faculté ?

béline.

Elle a peut-être quelque inclination en tête.

angélique.

Si j’en avois, madame, elle seroit telle que la raison et l’honnêteté pourroient me la permettre.

argan.

Ouais ! je joue ici un plaisant personnage !

béline.

Si j’étois que de vous, mon fils, je ne la forcerois point de se marier ; et je sais bien ce que je ferois.

angélique.

Je sais, madame, ce que vous voulez dire, et les bontés que vous avez pour moi ; mais peut-être que vos conseils ne seront pas assez heureux pour être exécutés.

béline.

C’est que les filles bien sages et bien honnêtes, comme vous, se moquent d’être obéissantes et soumises aux volontés de leurs pères. Cela étoit bon autrefois.

angélique.

Le devoir d’une fille a des bornes, madame ; et la raison et les lois ne l’étendent point à toutes sortes de choses.

béline.

C’est-à-dire que vos pensées ne sont que pour le mariage ; mais vous voulez choisir un époux à votre fantaisie.

angélique.

Si mon père ne veut pas me donner un mari qui me plaise, je le conjurerai, au moins, de ne me point forcer à en épouser un que je ne puisse pas aimer.

argan.

Messieurs, je vous demande pardon de tout ceci.

angélique.

Chacun a son but en se mariant. Pour moi, qui ne veux un mari que pour l’aimer véritablement, et qui prétends en faire tout l’attachement de ma vie, je vous avoue que j’y cherche quelque précaution. Il y en a d’aucunes qui prennent des maris seulement pour se tirer de la contrainte de leurs parents, et se mettre en état de faire tout ce qu’elles voudront. Il y en a d’autres, madame, qui font du mariage un commerce de pur intérêt ; qui ne se marient que pour gagner des douaires, que pour s’enrichir par la mort de ceux qu’elles épousent, et courent sans scrupules de mari en mari, pour s’approprier leurs dépouilles. Ces personnes-là, à la vérité, n’y cherchent pas tant de façons, et regardent peu à la personne.

béline.

Je vous trouve aujourd’hui bien raisonnante, et je voudrois bien savoir ce que vous voulez dire par là.

angélique.

Moi, madame ? Que voudrois-je dire que ce que je dis ?

béline.

Vous êtes si sotte, ma mie, qu’on ne sauroit plus vous souffrir.

angélique.

Vous voudriez bien, madame, m’obliger à vous répondre quelque impertinence ; mais je vous avertis que vous n’aurez pas cet avantage.

béline.

Il n’est rien d’égal à votre insolence.

angélique.

Non, madame, vous avez beau dire.

béline.

Et vous avez un ridicule orgueil, une impertinente présomption qui fait hausser les épaules à tout le monde.

angélique.

Tout cela, madame, ne servira de rien. Je serai sage en dépit de vous ; et, pour vous ôter l’espérance de pouvoir réussir dans ce que vous voulez, je vais m’ôter de votre vue.

Scène VIII

ARGAN, BÉLINE, MONSIEUR DIAFOIRUS, THOMAS DIAFOIRUS, TOINETTE.

arganà Angélique, qui sort.

Écoute. Il n’y a point de milieu à cela : choisis d’épouser dans quatre jours ou monsieur, ou un couvent. (À Béline.) Ne vous mettez pas en peine : je la rangerai bien.

béline.

Je suis fâchée de vous quitter, mon fils ; mais j’ai une affaire en ville, dont je ne puis me dispenser. Je reviendrai bientôt.

argan.

Allez, m’amour ; et passez chez votre notaire, afin qu’il expédie ce que vous savez.

béline.

Adieu, mon petit ami.

argan.

Adieu, ma mie.

Scène IX

ARGAN, MONSIEUR DIAFOIRUS, THOMAS DIAFOIRUS, TOINETTE.

argan.

Voilà une femme qui m’aime… cela n’est pas croyable.

monsieur diafoirus.

Nous allons, monsieur, prendre congé de vous.

argan.

Je vous prie, monsieur, de me dire un peu comment je suis.

monsieur diafoirustâtant le pouls d’Argan.

Allons, Thomas, prenez l’autre bras de monsieur, pour voir si vous saurez porter un bon jugement de son pouls. Quid dicis ?

thomas diafoirus.

Dico que le pouls de monsieur est le pouls d’un homme qui ne se porte point bien.

monsieur diafoirus.

Bon.

thomas diafoirus.

Qu’il est duriuscule, pour ne pas dire dur.

monsieur diafoirus.

Fort bien.

thomas diafoirus.

Repoussant.

monsieur diafoirus.

Bene.

thomas diafoirus.

Et même un peu caprisant.

monsieur diafoirus.

Optime.

thomas diafoirus.

Ce qui marque une intempérie dans le parenchyme splénique, c’est-à-dire la rate.

monsieur diafoirus.

Fort bien.

argan.

Non : monsieur Purgon dit que c’est mon foie qui est malade.

monsieur diafoirus.

Eh oui : qui dit parenchyme dit l’un et l’autre, à cause de l’étroite sympathie qu’ils ont ensemble par le moyen du vas breve, du pylore, et souvent des méats cholidoques. Il vous ordonne sans doute de manger force rôti.

argan.

Non ; rien que du bouilli.

monsieur diafoirus.

Eh oui : rôti, bouilli, même chose. Il vous ordonne fort prudemment, et vous ne pouvez être entre de meilleures mains.

argan.

Monsieur, combien est-ce qu’il faut mettre de grains de sel dans un œuf ?

monsieur diafoirus.

Six, huit, dix, par les nombres pairs, comme dans les médicaments, par les nombres impairs.

argan.

Jusqu’au revoir, monsieur.

Scène X

BÉLINE, ARGAN.

béline.

Je viens, mon fils, avant que de sortir, vous donner avis d’une chose, à laquelle il faut que vous preniez garde. En passant par devant la chambre d’Angélique, j’ai vu un jeune homme avec elle qui s’est sauvé d’abord qu’il m’a vue.

argan.

Un jeune homme avec ma fille !

béline.

Oui. Votre petite fille Louison étOit avec eux, qui pourra vous en dire des nouvelles.

argan.

Envoyez-la ici, m’amour, envoyez-la ici. Ah ! l’effrontée ! (Seul.) Je ne m’étonne plus de sa résistance.

Scène XI

ARGAN, LOUISON.

louison.

Qu’est-ce que vous voulez, mon papa ? ma belle-maman m’a dit que vous me demandez.

argan.

Oui. Venez çà. Avancez là. Tournez-vous. Levez les yeux. Regardez-moi. Hé ?

louison.

Quoi, mon papa ?

argan.

Là.

louison.

Quoi ?

argan.

N’avez-vous rien à me dire ?

louison.

Je vous dirai, si vous voulez, pour vous désennuyer, le conte de Peau d’Âne, ou bien la fable du Corbeau et du Renard, qu’on m’a apprise depuis peu.

argan.

Ce n’est pas là ce que je demande.

louison.

Quoi donc ?

argan.

Ah ! rusée, vous savez bien ce que je veux dire !

louison.

Pardonnez-moi, mon papa.

argan.

Est-ce là comme vous m’obéissez ?

louison.

Quoi ?

argan.

Ne vous ai-je pas recommandé de me venir dire d’abord tout ce que vous voyez ?

louison.

Oui, mon papa.

argan.

L’avez-vous fait ?

louison.

Oui, mon papa. Je vous suis venue dire tout ce que j’ai vu.

argan.

Et n’avez-vous rien vu aujourd’hui ?

louison.

Non, mon papa.

argan.

Non ?

louison.

Non, mon papa.

argan.

Assurément ?

louison.

Assurément.

argan.

Oh çà, je m’en vais vous faire voir quelque chose, moi.

louisonvoyant une poignée de verges qu’Argan a été prendre.

Ah ! mon papa !

argan.

Ah ! ah ! petite masque, vous ne me dites pas que vous avez vu un homme dans la chambre de votre sœur !

louisonpleurant.

Mon papa !

arganprenant Louison par le bras.

Voici qui vous apprendra à mentir.

louisonse jetant à genoux.

Ah ! mon papa, je vous demande pardon. C’est que ma sœur m’avoit dit de ne pas vous le dire ; mais je m’en vais vous dire tout.

argan.

Il faut premièrement que vous ayez le fouet pour avoir menti. Puis après nous verrons au reste.

louison.

Pardon, mon papa.

argan.

Non, non.

louison.

Mon pauvre papa, ne me donnez pas le fouet.

argan.

Vous l’aurez.

louison.

Au nom de Dieu, mon papa, que je ne l’aie pas !

arganvoulant la fouetter.

Allons, allons.

louison.

Ah ! mon papa, vous m’avez blessée. Attendez : je suis morte.

(Elle contrefait la morte.)

argan.

Holà ! Qu’est-ce là ? Louison, Louison ! Ah ! mon Dieu ! Louison ! Ah ! ma fille ! Ah ! malheureux ! ma pauvre fille est morte ! Qu’ai-je fait, misérable ! Ah ! chiennes de verges ! La peste soit des verges ! Ah ! ma pauvre fille, ma pauvre petite Louison !

louison.

Là, là, mon papa, ne pleurez point tant : je ne suis pas morte tout à fait.

argan.

Voyez-vous la petite rusée ? Oh çà, çà, je vous pardonne pour cette fois-ci, pourvu que vous me disiez bien tout.

louison.

Oh ! oui, mon papa.

argan.

Prenez-y bien garde, au moins ; car voilà un petit doigt qui sait tout, et qui me dira si vous mentez.

louison.

Mais, mon papa, ne dites pas à ma sœur que je vous l’ai dit.

argan.

Non, non.

louisonaprès avoir écouté si personne n’écoute.

C’est, mon papa, qu’il est venu un homme dans la chambre de ma sœur comme j’y étois.

argan.

Hé bien ?

louison.

Je lui ai demandé ce qu’il demandoit, et il m’a dit qu’il étoit son maître à chanter.

arganà part.

Hom ! hom ! voilà l’affaire. (À Louison.) Hé bien ?

louison.

Ma sœur est venue après.

argan.

Hé bien ?

louison.

Elle lui a dit : Sortez, sortez, sortez. Mon Dieu, sortez ; vous me mettez au désespoir.

argan.

Hé bien ?

louison.

Et lui, il ne vouloit pas sortir.

argan.

Qu’est-ce qu’il lui disoit ?

louison.

Il lui disoit je ne sais combien de choses.

argan.

Et quoi encore ?

louison.

Il lui disoit tout-ci, tout-ça, qu’il l’aimoit bien, et qu’elle étoit la plus belle du monde.

argan.

Et puis après ?

louison.

Et puis après, il se mettoit à genoux devant elle.

argan.

Et puis après ?

louison.

Et puis après, il lui baisoit les mains.

argan.

Et puis après ?

louison.

Et puis après, ma belle-maman est venue à la porte, et il s’est enfui.

argan.

Il n’y a point autre chose ?

louison.

Non, mon papa.

argan.

Voilà mon petit doigt pourtant qui gronde quelque chose. (Mettant son doigt à son oreille.) Attendez. Hé ! Ah, ah ! Oui ? Oh, oh ! Voilà mon petit doigt qui me dit quelque chose que vous avez vu, et que vous ne m’avez pas dit.

louison.

Ah ! mon papa, votre petit doigt est un menteur.

argan.

Prenez garde.

louison.

Non, mon papa ; ne le croyez pas : il ment, je vous assure.

argan.

Oh bien, bien, nous verrons cela. Allez-vous-en, et prenez bien garde à tout : allez. (Seul.) Ah ! il n’y a plus d’enfants ! Ah ! que d’affaires ! Je n’ai pas seulement le loisir de songer à ma maladie. En vérité, je n’en puis plus.

(Il se laisse tomber dans une chaise.)

Scène XII

BÉRALDE, ARGAN

béralde.

Hé bien, mon frère ! qu’est-ce ? Comment vous portez-vous ?

argan.

Ah ! mon frère, fort mal.

béralde.

Comment ! fort mal ?

argan.

Oui, je suis dans une foiblesse si grande, que cela n’est pas croyable.

béralde.

Voilà qui est fâcheux.

argan.

Je n’ai pas seulement la force de pouvoir parler.

béralde.

J’étois venu ici, mon frère, vous proposer un parti pour ma nièce Angélique.

arganparlant avec emportement, et se levant de sa chaise.

Mon frère, ne me parlez point de cette coquine-là. C’est une friponne, une impertinente, une effrontée, que je mettrai dans un couvent avant qu’il soit deux jours.

béralde.

Ah ! voilà qui est bien ! Je suis bien aise que la force vous revienne un peu, et que ma visite vous fasse du bien. Oh çà, nous parlerons d’affaires tantôt. Je vous amène ici un divertissement que j’ai rencontré, qui dissipera votre chagrin, et vous rendra l’ame mieux disposée aux choses que nous avons à dire. Ce sont des Égyptiens vêtus en Mores, qui font des danses mêlées de chansons, où je suis sûr que vous prendrez plaisir ; et cela vaudra bien une ordonnance de monsieur Purgon. Allons.


SECOND INTERMÈDE.


Le frère du Malade imaginaire lui amène, pour le divertir, plusieurs Égyptiens et Égyptiennes, vêtus en Mores, qui font des danses entremêlées de chansons.

première femme more.

            Profitez du printemps
              De vos beaux ans,
             Aimable jeunesse ;
            Profitez du printemps
              De vos beaux ans ;
          Donnez-vous à la tendresse.

          Les plaisirs les plus charmants,
            Sans l’amoureuse flamme,
          Pour contenter une ame,
        N’ont point d’attraits assez puissants.

            Profitez du printemps
              De vos beaux ans,
             Aimable jeunesse ;
            Profitez du printemps
              De vos beaux ans ;
          Donnez-vous à la tendresse.
        Ne perdez point ces précieux moments.

               La beauté passe,
               Le temps l’efface ;
               L’âge de glace
               Vient à sa place,
        Qui nous ôte le goût de ces doux passe-temps.

            Profitez du printemps
              De vos beaux ans,

             Aimable jeunesse ;
            Profitez du printemps
              De vos beaux ans ;
          Donnez-vous à la tendresse.

PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET.

Danse des Égyptiens et des Égyptiennes.

seconde femme more.

          Quand d’aimer on nous presse,
            À quoi songez-vous ?
          Nos cœurs, dans la jeunesse,
            N’ont vers la tendresse
            Qu’un penchant trop doux.
          L’amour a, pour nous prendre,
            De si doux attraits,
          Que, de soi, sans attendre,
            On voudroit se rendre
           À ses premiers traits ;
          Mais tout ce qu’on écoute
           Des vives douleurs
          Et des pleurs qu’il nous coûte,
           Fait qu’on en redoute
           Toutes les douceurs.

troisième femme more.

          Il est doux, à notre âge,
           D’aimer tendrement
              Un amant
              Qui s’engage ;
           Mais, s’il est volage,
           Hélas ! quel tourment !

quatrième femme more.

          L’amant qui se dégage
           N’est pas le malheur ;
             La douleur
             Et la rage,
           C’est que le volage
           Garde notre cœur.

seconde femme more.

          Quel parti faut-il prendre
           Pour nos jeunes cœurs ?

quatrième femme more.

          Devons-nous nous y rendre,
           Malgré ses rigueurs ?

ensemble.

          Oui, suivons ses ardeurs,
          Ses transports, ses caprices,

          Ses douces langueurs :
         S’il a quelques supplices,
          Il a cent délices
          Qui charment les cœurs.

DEUXIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Tous les Mores dansent ensemble, et font sauter des singes qu’ils ont amenés avec eux.

FIN DU SECOND ACTE.


ACTE TROISIÈME.


Scène I

BÉRALDE, ARGAN, TOINETTE.

béralde.

Hé bien ! mon frère, qu’en dites-vous ? Cela ne vaut-il pas bien une prise de casse ?

toinette.

Hom ! de bonne casse est bonne.

béralde.

Oh çà ! voulez-vous que nous parlions un peu ensemble ?

argan.

Un peu de patience, mon frère : je vais revenir.

toinette.

Tenez, monsieur, vous ne songez pas que vous ne sauriez marcher sans bâton.

argan.

Tu as raison.

Scène II

BÉRALDE, TOINETTE.

toinette.

N’abandonnez pas, s’il vous plaît, les intérêts de votre nièce.

béralde.

J’emploierai toutes choses pour lui obtenir ce qu’elle souhaite.

toinette.

Il faut absolument empêcher ce mariage extravagant qu’il s’est mis dans la fantaisie ; et j’avois songé en moi-même que ç’auroit été une bonne affaire, de pouvoir introduire ici un médecin à notre poste, pour le dégoûter de son monsieur Purgon, et lui décrier sa conduite. Mais, comme nous n’avons personne en main pour cela, j’ai résolu de jouer un tour de ma tête.

béralde.

Comment ?

toinette.

C’est une imagination burlesque. Cela sera peut-être plus heureux que sage. Laissez-moi faire. Agissez de votre côté. Voici notre homme.

Scène III

ARGAN, BÉRALDE.

béralde.

Vous voulez bien, mon frère, que je vous demande, avant toute chose, de ne vous point échauffer l’esprit dans notre conversation ?

argan.

Voilà qui est fait.

béralde.

De répondre sans nulle aigreur aux choses que je pourrai vous dire ?

argan.

Oui.

béralde.

Et de raisonner ensemble sur les affaires dont nous avons à parler, avec un esprit détaché de toute passion.

argan.

Mon Dieu ! oui. Voilà bien du préambule.

béralde.

D’où vient, mon frère, qu’ayant le bien que vous avez et n’ayant d’enfants qu’une fille, car je ne compte pas la petite ; d’où vient, dis-je, que vous parlez de la mettre dans un couvent ?

argan.

D’où vient, mon frère, que je suis maître dans ma famille, pour faire ce que bon me semble ?

béralde.

Votre femme ne manque pas de vous conseiller de vous défaire ainsi de vos deux filles ; et je ne doute point que, par un esprit de charité, elle ne fût ravie de les voir toutes deux bonnes religieuses.

argan.

Oh çà ! nous y voici. Voilà tout d’abord la pauvre femme en jeu. C’est elle qui fait tout le mal, et tout le monde lui en veut.

béralde.

Non, mon frère ; laissons-la là : c’est une femme qui a les meilleures intentions du monde pour votre famille, et qui est détachée de toute sorte d’intérêt ; qui a pour vous une tendresse merveilleuse, et qui montre pour vos enfants une affection et une bonté qui n’est pas concevable : cela est certain. N’en parlons point, et revenons à votre fille. Sur quelle pensée, mon frère, la voulez-vous donner en mariage au fils d’un médecin ?

argan.

Sur la pensée, mon frère, de me donner un gendre tel qu’il me faut.

béralde.

Ce n’est point là, mon frère, le fait de votre fille ; et il se présente un parti plus sortable pour elle.

argan.

Oui ; mais celui-ci, mon frère, est plus sortable pour moi.

béralde.

Mais le mari qu’elle doit prendre doit-il être, mon frère, ou pour elle, ou pour vous ?

argan.

Il doit être, mon frère, et pour elle et pour moi ; et je veux mettre dans ma famille les gens dont j’ai besoin.

béralde.

Par cette raison-là, si votre petite étoit grande, vous lui donneriez en mariage un apothicaire.

argan.

Pourquoi non ?

béralde.

Est-il possible que vous serez toujours embéguiné de vos apothicaires et de vos médecins, et que vous vouliez être malade en dépit des gens et de la nature !

argan.

Comment l’entendez-vous, mon frère ?

béralde.

J’entends, mon frère, que je ne vois point d’homme qui soit moins malade que vous, et que je ne demanderois point une meilleure constitution que la vôtre. Une grande marque que vous vous portez bien, et que vous avez un corps parfaitement bien composé, c’est qu’avec tous les soins que vous avez pris, vous n’avez pu parvenir encore à gâter la bonté de votre tempérament, et que vous n’êtes point crevé de toutes les médecines qu’on vous a fait prendre.

argan.

Mais savez-vous, mon frère, que c’est cela qui me conserve ; et que monsieur Purgon dit que je succomberois, s’il étoit seulement trois jours sans prendre soin de moi ?

béralde.

Si vous n’y prenez garde, il prendra tant de soin de vous, qu’il vous envoiera en l’autre monde.

argan.

Mais raisonnons un peu, mon frère. Vous ne croyez donc point à la médecine ?

béralde.

Non, mon frère ; et je ne vois pas que, pour son salut, il soit nécessaire d’y croire.

argan.

Quoi ! vous ne tenez pas véritable une chose établie par tout le monde, et que tous les siècles ont révérée ?

béralde.

Bien loin de la tenir véritable, je la trouve, entre nous, une des plus grandes folies qui soient parmi les hommes ; et, à regarder les choses en philosophe, je ne vois point une plus plaisante momerie, je ne vois rien de plus ridicule, qu’un homme qui se veut mêler d’en guérir un autre.

argan.

Pourquoi ne voulez-vous pas, mon frère, qu’un homme en puisse guérir un autre ?

béralde.

Par la raison, mon frère, que les ressorts de notre machine sont des mystères, jusques ici, où les hommes ne voient goutte ; et que la nature nous a mis au-devant des yeux des voiles trop épais pour y connoître quelque chose.

argan.

Les médecins ne savent donc rien, à votre compte ?

béralde.

Si fait, mon frère. Ils savent la plupart de fort belles humanités, savent parler en beau latin, savent nommer en grec toutes les maladies, les définir et les diviser ; mais, pour ce qui est de les guérir, c’est ce qu’ils ne savent pas du tout.

argan.

Mais toujours faut-il demeurer d’accord que, sur cette matière, les médecins en savent plus que les autres.

béralde.

Ils savent, mon frère, ce que je vous ai dit, qui ne guérit pas de grand’chose : et toute l’excellence de leur art consiste en un pompeux galimatias, en un spécieux babil, qui vous donne des mots pour des raisons, et des promesses pour des effets.

argan.

Mais enfin, mon frère, il y a des gens aussi sages et aussi habiles que vous ; et nous voyons que, dans la maladie, tout le monde a recours aux médecins.

béralde.

C’est une marque de la foiblesse humaine, et non pas de la vérité de leur art.

argan.

Mais il faut bien que les médecins croient leur art véritable, puisqu’ils s’en servent pour eux-mêmes.

béralde.

C’est qu’il y en a parmi eux qui sont eux-mêmes dans l’erreur populaire, dont ils profitent ; et d’autres qui en profitent sans y être. Votre monsieur Purgon, par exemple, n’y sait point de finesse ; c’est un homme tout médecin, depuis la tête jusqu’aux pieds ; un homme qui croit à ses règles plus qu’à toutes les démonstrations des mathématiques, et qui croiroit du crime à les vouloir examiner ; qui ne voit rien d’obscur dans la médecine, rien de douteux, rien de difficile ; et qui, avec une impétuosité de prévention, une roideur de confiance, une brutalité de sens commun et de raison, donne au travers des purgations et des saignées, et ne balance aucune chose. Il ne lui faut point vouloir mal de tout ce qu’il pourra vous faire : c’est de la meilleure foi du monde qu’il vous expédiera ; et il ne fera, en vous tuant, que ce qu’il a fait à sa femme et à ses enfants, et ce qu’en un besoin il feroit à lui-même.

argan.

C’est que vous avez, mon frère, une dent de lait contre lui. Mais, enfin, venons au fait. Que faire donc quand on est malade ?

béralde.

Rien, mon frère.

argan.

Rien ?

béralde.

Rien. Il ne faut que demeurer en repos. La nature, d’elle-même, quand nous la laissons faire, se tire doucement du désordre où elle est tombée. C’est notre inquiétude, c’est notre impatience qui gâte tout ; et presque tous les hommes meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs maladies.

argan.

Mais il faut demeurer d’accord, mon frère, qu’on peut aider cette nature par de certaines choses.

béralde.

Mon Dieu, mon frère, ce sont de pures idées dont nous aimons à nous repaître ; et de tout temps il s’est glissé parmi les hommes de belles imaginations que nous venons à croire, parcequ’elles nous flattent et qu’il seroit à souhaiter qu’elles fussent véritables. Lorsqu’un médecin vous parle d’aider, de secourir, de soulager la nature, de lui ôter ce qui lui nuit, et lui donner ce qui lui manque, de la rétablir, et de la remettre dans une pleine facilité de ses fonctions ; lorsqu’il vous parle de rectifier le sang, de tempérer les entrailles et le cerveau, de dégonfler la rate, de raccommoder la poitrine, de réparer le foie, de fortifier le cœur, de rétablir et conserver la chaleur naturelle, et d’avoir des secrets pour étendre la vie à de longues années, il vous dit justement le roman de la médecine. Mais, quand vous en venez à la vérité et à l’expérience, vous ne trouvez rien de tout cela ; et il en est comme de ces beaux songes, qui ne vous laissent au réveil que le déplaisir de les avoir crus.

argan.

C’est-à-dire que toute la science du monde est renfermée dans votre tête ; et vous voulez en savoir plus que tous les grands médecins de notre siècle.

béralde.

Dans les discours et dans les choses, ce sont deux sortes de personnes que vos grands médecins. Entendez-les parler, les plus habiles gens du monde ; voyez-les faire, les plus ignorants de tous les hommes.

argan.

Ouais ! vous êtes un grand docteur, à ce que je vois ; et je voudrois bien qu’il y eût ici quelqu’un de ces messieurs, pour rembarrer vos raisonnements, et rabaisser votre caquet.

béralde.

Moi, mon frère, je ne prends point à tâche de combattre la médecine ; et chacun, à ses périls et fortune, peut croire tout ce qu’il lui plaît. Ce que j’en dis n’est qu’entre nous ; et j’aurois souhaité de pouvoir un peu vous tirer de l’erreur où vous êtes, et, pour vous divertir, vous mener voir, sur ce chapitre, quelqu’une des comédies de Molière.

argan.

C’est un bon impertinent que votre Molière, avec ses comédies ! et je le trouve bien plaisant d’aller jouer d’honnêtes gens comme les médecins !

béralde.

Ce ne sont point les médecins qu’il joue, mais le ridicule de la médecine.

argan.

C’est bien à lui à faire, de se mêler de contrôler la médecine ! Voilà un bon nigaud, un bon impertinent, de se moquer des consultations et des ordonnances, de s’attaquer au corps des médecins, et d’aller mettre sur son théâtre des personnes vénérables comme ces messieurs-là !

béralde.

Que voulez-vous qu’il y mette, que les diverses professions des hommes ? On y met bien tous les jours les princes et les rois, qui sont d’aussi bonne maison que les médecins.

argan.

Par la mort non de diable ! si j’étois que des médecins, je me vengerois de son impertinence ; et, quand il sera malade, je le laisserois mourir sans secours. Il auroit beau faire et beau dire, je ne lui ordonnerois pas la moindre petite saignée, le moindre petit lavement ; et je lui dirois : Crève, crève ; cela t’apprendra une autre fois à te jouer à la Faculté.

béralde.

Vous voilà bien en colère contre lui.

argan.

Oui. C’est un malavisé ; et si les médecins sont sages, ils feront ce que je dis.

béralde.

Il sera encore plus sage que vos médecins, car il ne leur demandera point de secours.

argan.

Tant pis pour lui, s’il n’a point recours aux remèdes.

béralde.

Il a ses raisons pour n’en point vouloir, et il soutient que cela n’est permis qu’aux gens vigoureux et robustes, et qui ont des forces de reste pour porter les remèdes avec la maladie ; mais que pour lui, il n’a justement de la force que pour porter son mal.

argan.

Les sottes raisons que voilà ! Tenez, mon frère, ne parlons point de cet homme-là davantage ; car cela m’échauffe la bile, et vous me donneriez mon mal.

béralde.

Je le veux bien, mon frère ; et, pour changer de discours, je vous dirai que, sur une petite répugnance que vous témoigne votre fille, vous ne devez point prendre les résolutions violentes de la mettre dans un couvent ; que, pour le choix d’un gendre, il ne faut pas suivre aveuglément la passion qui vous emporte ; et qu’on doit, sur cette matière, s’accommoder un peu à l’inclination d’une fille, puisque c’est pour toute la vie, et que de là dépend tout le bonheur d’un mariage.

Scène IV

MONSIEUR FLEURANT, une seringue à la main, ARGAN, BÉRALDE.

argan.

Ah ! mon frère, avec votre permission…

béralde.

Comment ? Que voulez-vous faire ?

argan.

Prendre ce petit lavement-là : ce sera bientôt fait.

béralde.

Vous vous moquez. Est-ce que vous ne sauriez être un moment sans lavement ou sans médecine ? Remettez cela à une autre fois, et demeurez un peu en repos.

argan.

Monsieur Fleurant, à ce soir, ou à demain au matin.

monsieur fleurantà Béralde.

De quoi vous mêlez-vous, de vous opposer aux ordonnances de la médecine, et d’empêcher monsieur de prendre mon clystère ? Vous êtes bien plaisant d’avoir cette hardiesse-là !

béralde.

Allez, monsieur ; on voit bien que vous n’avez pas accoutumé de parler à des visages.

monsieur fleurant.

On ne doit point ainsi se jouer des remèdes, et me faire perdre mon temps. Je ne suis venu ici que sur une bonne ordonnance ; et je vais dire à monsieur Purgon comme on m’a empêché d’exécuter ses ordres, et de faire ma fonction. Vous verrez, vous verrez…

Scène V

ARGAN, BÉRALDE.

argan.

Mon frère, vous serez cause ici de quelque malheur.

béralde.

Le grand malheur de ne pas prendre un lavement que monsieur Purgon a ordonné ! Encore un coup, mon frère, est-il possible qu’il n’y ait pas moyen de vous guérir de la maladie des médecins, et que vous vouliez être toute votre vie enseveli dans leurs remèdes ?

argan.

Mon Dieu ! mon frère, vous en parlez comme un homme qui se porte bien ; mais, si vous étiez à ma place, vous changeriez bien de langage. Il est aisé de parler contre la médecine, quand on est en pleine santé.

béralde.

Mais quel mal avez-vous ?

argan.

Vous me feriez enrager. Je voudrois que vous l’eussiez, mon mal, pour voir si vous jaseriez tant. Ah ! voici monsieur Purgon.

Scène VI

MONSIEUR PURGON, ARGAN, BÉRALDE, TOINETTE.

monsieur purgon.

Je viens d’apprendre là-bas, à la porte, de jolies nouvelles ; qu’on se moque ici de mes ordonnances, et qu’on a fait refus de prendre le remède que j’avois prescrit.

argan.

Monsieur, ce n’est pas…

monsieur purgon.

Voilà une hardiesse bien grande, une étrange rébellion d’un malade contre son médecin !

toinette.

Cela est épouvantable.

monsieur purgon.

Un clystère que j’avois pris plaisir à composer moi-même.

argan.

Ce n’est pas moi…

monsieur purgon.

Inventé et formé dans toutes les règles de l’art.

toinette.

Il a tort.

monsieur purgon.

Et qui devoit faire dans les entrailles un effet merveilleux.

argan.

Mon frère…

monsieur purgon.

Le renvoyer avec mépris !

arganmontrant Béralde.

C’est lui…

monsieur purgon.

C’est une action exorbitante.

toinette.

Cela est vrai.

monsieur purgon.

Un attentat énorme contre la médecine.

arganmontrant Béralde.

Il est cause…

monsieur purgon.

Un crime de lèse-Faculté, qui ne se peut assez punir.

toinette.

Vous avez raison.

monsieur purgon.

Je vous déclare que je romps commerce avec vous.

argan.

C’est mon frère…

monsieur purgon.

Que je ne veux plus d’alliance avec vous.

toinette.

Vous ferez bien.

monsieur purgon.

Et que, pour finir toute liaison avec vous, voilà la donation que je faisois à mon neveu, en faveur du mariage.

(Il déchire la donation, et en jette les morceaux avec fureur.)

argan.

C’est mon frère qui a fait tout le mal.

monsieur purgon.

Mépriser mon clystère !

argan.

Faites-le venir ; je m’en vais le prendre.

monsieur purgon.

Je vous aurois tiré d’affaire avant qu’il fût peu.

toinette.

Il ne le mérite pas.

monsieur purgon.

J’allois nettoyer votre corps, et en évacuer entièrement les mauvaises humeurs.

argan.

Ah ! mon frère !

monsieur purgon.

Et je ne voulois plus qu’une douzaine de médecines pour vider le fond du sac.

toinette.

Il est indigne de vos soins.

monsieur purgon.

Mais, puisque vous n’avez pas voulu guérir par mes mains…

argan.

Ce n’est pas ma faute.

monsieur purgon.

Puisque vous vous êtes soustrait de l’obéissance que l’on doit à son médecin…

toinette.

Cela crie vengeance.

monsieur purgon.

Puisque vous vous êtes déclaré rebelle aux remèdes que je vous ordonnois…

argan.

Hé ! point du tout.

monsieur purgon.

J’ai à vous dire que je vous abandonne à votre mauvaise constitution, à l’intempérie de vos entrailles, à la corruption de votre sang, à l’âcreté de votre bile, et à la féculence de vos humeurs.

toinette.

C’est fort bien fait.

argan.

Mon Dieu !

monsieur purgon.

Et je veux qu’avant qu’il soit quatre jours vous deveniez dans un état incurable ;

argan.

Ah ! miséricorde !

monsieur purgon.

Que vous tombiez dans la bradypepsie,

argan.

Monsieur Purgon !

monsieur purgon.

De la bradypepsie dans la dyspepsie,

argan.

Monsieur Purgon !

monsieur purgon.

De la dyspepsie dans l’apepsie,

argan.

Monsieur Purgon !

monsieur purgon.

De l’apepsie dans la lienterie,

argan.

Monsieur Purgon !

monsieur purgon.

De la lienterie dans la dyssenterie,

argan.

Monsieur Purgon !

monsieur purgon.

De la dyssenterie dans l’hydropisie.

argan.

Monsieur Purgon !

monsieur purgon.

Et de l’hydropisie dans la privation de la vie, où vous aura conduit votre folie.

Scène VII

ARGAN, BÉRALDE.

argan.

Ah, mon Dieu ! je suis mort. Mon frère, vous m’avez perdu.

béralde.

Quoi ! qu’y a-t-il ?

argan.

Je n’en puis plus. Je sens déjà que la médecine se venge.

béralde.

Ma foi, mon frère, vous êtes fou ; et je ne voudrois pas, pour beaucoup de choses, qu’on vous vît faire que ce vous faites. Tâtez-vous un peu, je vous prie ; revenez à vous-même, et ne donnez point tant à votre imagination.

argan.

Vous voyez, mon frère, les étranges maladies dont il m’a menacé.

béralde.

Le simple homme que vous êtes !

argan.

Il dit que je deviendrai incurable avant qu’il soit quatre jours.

béralde.

Et ce qu’il dit, que fait-il à la chose ? Est-ce un oracle qui a parlé ? Il semble, à vous entendre, que monsieur Purgon tienne dans ses mains le filet de vos jours, et que, d’autorité suprême, il vous l’allonge et vous le raccourcisse comme il lui plaît. Songez que les principes de votre vie sont en vous-même, et que le courroux de monsieur Purgon est aussi peu capable de vous faire mourir que ses remèdes de vous faire vivre. Voici une aventure, si vous voulez, à vous défaire des médecins ; ou, si vous êtes né à ne pouvoir vous en passer, il est aisé d’en avoir un autre, avec lequel, mon frère, vous puissiez courir un peu moins de risque.

argan.

Ah ! mon frère, il sait tout mon tempérament, et la manière dont il faut me gouverner.

béralde.

Il faut vous avouer que vous êtes un homme d’une grande prévention, et que vous voyez les choses avec d’étranges yeux.

Scène VIII

ARGAN, BÉRALDE, TOINETTE.

toinetteà Argan.

Monsieur, voilà un médecin qui demande à vous voir.

argan.

Et quel médecin ?

toinette.

Un médecin de la médecine.

argan.

Je te demande qui il est.

toinette.

Je ne le connois pas, mais il me ressemble comme deux gouttes d’eau ; et, si je n’étois sûre que ma mère étoit honnête femme, je dirois que ce seroit quelque petit frère qu’elle m’auroit donné depuis le trépas de mon père.

argan.

Fais-le venir.

Scène IX

ARGAN, BÉRALDE.

béralde.

Vous êtes servi à souhait. Un médecin vous quitte ; un autre se présente.

argan.

J’ai bien peur que vous ne soyez cause de quelque malheur.

béralde.

Encore ! Vous en revenez toujours là.

argan.

Voyez-vous, j’ai sur le cœur toutes ces maladies-là que je ne connois point, ces…

Scène X

ARGAN, BÉRALDE ; TOINETTE, en médecin.

toinette.

Monsieur, agréez que je vienne vous rendre visite, et vous offrir mes petits services pour toutes les saignées et les purgations dont vous aurez besoin.

argan.

Monsieur, je vous suis fort obligé. (À Béralde.) Par ma foi, voilà Toinette elle-même.

toinette.

Monsieur, je vous prie de m’excuser : j’ai oublié de donner une commission à mon valet ; je reviens tout à l’heure.

Scène XI

ARGAN, BÉRALDE.

argan.

Hé ! ne diriez-vous pas que c’est effectivement Toinette ?

béralde.

Il est vrai que la ressemblance est tout à fait grande ; mais ce n’est pas la première fois qu’on a vu de ces sortes de choses, et les histoires ne sont pleines que de ces jeux de la nature.

argan.

Pour moi j’en suis surpris ; et…

Scène XII

ARGAN, BÉRALDE, TOINETTE.

toinette.

Que voulez-vous, monsieur ?

argan.

Comment ?

toinette.

Ne m’avez-vous pas appelée ?

argan.

Moi ? non.

toinette.

Il faut donc que les oreilles m’aient corné.

argan.

Demeure un peu ici pour voir comme ce médecin te ressemble.

toinette.

Oui, vraiment ! J’ai affaire là-bas ; et je l’ai assez vu.

Scène XIII

ARGAN, BÉRALDE.

argan.

Si je ne les voyois tous deux, je croirois que ce n’est qu’un.

béralde.

J’ai lu des choses surprenantes de ces sortes de ressemblances ; et nous en avons vu, de notre temps, où tout le monde s’est trompé.

argan.

Pour moi, j’aurois été trompé à celle-là ; et j’aurois juré que c’est la même personne.

Scène XIV

ARGAN, BÉRALDE ; TOINETTE, en médecin.

toinette.

Monsieur, je vous demande pardon de tout mon cœur.

argan.

Cela est admirable.

toinette.

Vous ne trouverez pas mauvais, s’il vous plaît, la curiosité que j’ai eue de voir un illustre malade comme vous êtes ; et votre réputation, qui s’étend partout, peut excuser la liberté que j’ai prise.

argan.

Monsieur, je suis votre serviteur.

toinette.

Je vois, monsieur, que vous me regardez fixement. Quel âge croyez-vous bien que j’aie ?

argan.

Je crois que tout au plus vous pouvez avoir vingt-six ou vingt-sept ans.

toinette.

Ah, ah, ah, ah, ah ! j’en ai quatre-vingt-dix.

argan.

Quatre-vingt-dix !

toinette.

Oui. Vous voyez en effet des secrets de mon art, de me conserver ainsi frais et vigoureux.

argan.

Par ma foi, voilà un beau jeune vieillard pour quatre-vingt-dix ans !

toinette.

Je suis médecin passager, qui vais de ville en ville, de province en province, de royaume en royaume, pour chercher d’illustres matières à ma capacité, pour trouver des malades dignes de m’occuper, capables d’exercer les grands et beaux secrets que j’ai trouvés dans la médecine. Je dédaigne de m’amuser à ce menus fatras de maladies ordinaires, à ces bagatelles de rhumatismes et de fluxions, à ces fiévrotes, à ces vapeurs, et à ces migraines. Je veux des maladies d’importance, de bonnes fièvres continues, avec des transports au cerveau, de bonnes fièvres pourprées, de bonnes pestes, de bonnes hydropisies formées, de bonnes pleurésies avec des inflammations de poitrine ; c’est là que je me plais, c’est là que je triomphe ; et je voudrois, monsieur, que vous eussiez toutes les maladies que je viens de dire, que vous fussiez abandonné de tous les médecins, désespéré, à l’agonie, pour vous montrer l’excellence de mes remèdes et l’envie que j’aurois de vous rendre service.

argan.

Je vous suis obligé, monsieur, des bontés que vous avez pour moi.

toinette.

Donnez-moi votre pouls. Allons donc, que l’on batte comme il faut. Ah ! je vous ferai bien aller comme vous devez. Ouais ! ce pouls-là fait l’impertinent ; je vois bien que vous ne me connoissez pas encore. Qui est votre médecin ?

argan.

Monsieur Purgon.

toinette.

Cet homme-là n’est point écrit sur mes tablettes entre les grands médecins. De quoi dit-il que vous êtes malade ?

argan.

Il dit que c’est du foie, et d’autres disent que c’est de la rate.

toinette.

Ce sont tous des ignorants. C’est du poumon que vous êtes malade.

argan.

Du poumon ?

toinette.

Oui. Que sentez-vous ?

argan.

Je sens de temps en temps des douleurs de tête.

toinette.

Justement, le poumon.

argan.

Il me semble parfois que j’ai un voile devant les yeux.

toinette.

Le poumon.

argan.

J’ai quelquefois des maux de cœur.

toinette.

Le poumon.

argan.

Je sens parfois des lassitudes par tous les membres.

toinette.

Le poumon.

argan.

Et quelquefois il me prend des douleurs dans le ventre, comme si c’étoient des coliques.

toinette.

Le poumon. Vous avez appétit à ce que vous mangez ?

argan.

Oui, monsieur.

toinette.

Le poumon. Vous aimez à boire un peu de vin ?

argan.

Oui, monsieur.

toinette.

Le poumon. Il vous prend un petit sommeil après le repas, et vous êtes bien aise de dormir ?

argan.

Oui, monsieur.

toinette.

Le poumon, le poumon, vous dis-je. Que vous ordonne votre médecin pour votre nourriture ?

argan.

Il m’ordonne du potage,

toinette.

Ignorant !

argan.

De la volaille,

toinette.

Ignorant !

argan.

Du veau,

toinette.

Ignorant !

argan.

Des bouillons,

toinette.

Ignorant !

argan.

Des œufs frais ;

toinette.

Ignorant !

argan.

Et le soir, de petits pruneaux pour lâcher le ventre ;

toinette.

Ignorant !

argan.

Et surtout de boire mon vin fort trempé.

toinette.

Ignorantus, ignoranta, Ignorantum. Il faut boire votre vin pur ; et, pour épaissir votre sang, qui est trop subtil, il faut manger de bon gros bœuf, de bon gros porc, de bon fromage de Hollande ; du gruau et du riz, et des marrons et des oublies, pour coller et conglutiner. Votre médecin est une bête. Je veux vous en envoyer un de ma main ; et je viendrai vous voir de temps en temps, tandis que je serai en cette ville.

argan.

Vous m’obligerez beaucoup.

toinette.

Que diantre faites-vous de ce bras-là ?

argan.

Comment ?

toinette.

Voilà un bras que je me ferois couper tout à l’heure, si j’étois que de vous.

argan.

Et pourquoi ?

toinette.

Ne voyez-vous pas qu’il tire à soi toute la nourriture, et qu’il empêche ce côté-là de profiter ?

argan.

Oui ; mais j’ai besoin de mon bras.

toinette.

Vous avez là aussi un œil droit que je me ferois crever, si j’étois en votre place.

argan.

Crever un œil ?

toinette.

Ne voyez-vous pas qu’il incommode l’autre, et lui dérobe sa nourriture ? Croyez-moi, faites-vous-le crever au plus tôt : vous en verrez plus clair de l’œil gauche.

argan.

Cela n’est pas pressé.

toinette.

Adieu. Je suis fâché de vous quitter sitôt ; mais il faut que je me trouve à une grande consultation qui doit se faire pour un homme qui mourut hier.

argan.

Pour un homme qui mourut hier ?

toinette.

Oui : pour aviser et voir ce qu’il auroit fallu lui faire pour le guérir. Jusqu’au revoir.

argan.

Vous savez que les malades ne reconduisent point.

Scène XV

ARGAN, BÉRALDE.

béralde.

Voilà un médecin, vraiment, qui paroît fort habile !

argan.

Oui ; mais il va un peu bien vite.

béralde.

Tous les grands médecins sont comme cela.

argan.

Me couper un bras et me crever un œil, afin que l’autre se porte mieux ! J’aime bien mieux qu’il ne se porte pas si bien. La belle opération, de me rendre borgne et manchot !

Scène XV

ARGAN, BÉRALDE, TOINETTE.

toinettefeignant de parler à quelqu’un.

Allons, allons, je suis votre servante. Je n’ai pas envie de rire.

argan.

Qu’est ce que c’est ?

toinette.

Votre médecin, ma foi, qui me vouloit tâter le pouls.

argan.

Voyez un peu, à l’âge de quatre-vingt-dix ans !

béralde.

Oh cà ! mon frère, puisque voilà votre monsieur Purgon brouillé avec vous, ne voulez-vous pas bien que je vous parle du parti qui s’offre pour ma nièce ?

argan.

Non, mon frère : je veux la mettre dans un couvent, puisqu’elle s’est opposée à mes volontés. Je vois bien qu’il y a quelque amourette là-dessous, et j’ai découvert certaine entrevue secrète qu’on ne sait pas que j’aie découverte.

béralde.

Hé bien ! mon frère, quand il y auroit quelque petite inclination, cela seroit-il si criminel ? Et rien peut-il vous offenser, quand tout ne va qu’à des choses honnêtes, comme le mariage ?

argan.

Quoi qu’il en soit, mon frère, elle sera religieuse ; c’est une chose résolue.

béralde.

Vous voulez faire plaisir à quelqu’un.

argan.

Je vous entends. Vous en revenez toujours là, et ma femme vous tient au cœur.

béralde.

Hé bien ! oui, mon frère ; puisqu’il faut parler à cœur ouvert, c’est votre femme que je veux dire ; et, non plus que l’entêtement de la médecine, je ne puis vous souffrir l’entêtement où vous êtes pour elle, et voir que vous donniez, tête baissée, dans tous les pièges qu’elle vous tend.

toinette.

Ah ! monsieur, ne parlez point de madame ; c’est une femme sur laquelle il n’y a rien à dire, une femme sans artifice, et qui aime monsieur, qui l’aime… On ne peut pas dire cela.

argan.

Demandez-lui un peu les caresses qu’elle me fait ;

toinette.

Cela est vrai.

argan.

L’inquiétude que lui donne ma maladie ;

toinette.

Assurément.

argan.

Et les soins et les peines qu’elle prend autour de moi.

toinette.

Il est certain. (À Béralde.) Voulez vous que je vous convainque, et vous fasse voir tout à l’heure comme madame aime monsieur ? (À Argan.) Monsieur, souffrez que je lui montre son bec jaune et le tire d’erreur.

argan.

Comment ?

toinette.

Madame s’en va revenir. Mettez-vous tout étendu dans cette chaise, et contrefaites le mort. Vous verrez la douleur où elle sera quand je lui dirai la nouvelle.

argan.

Je le veux bien.

toinette.

Oui ; mais ne la laissez pas longtemps dans le désespoir, car elle en pourroit bien mourir.

argan.

Laisse-moi faire.

toinetteà Béralde.

Cachez-vous, vous, dans ce coin-là.

Scène XVII

ARGAN, TOINETTE.

argan.

N’y a-t-il point quelque danger à contrefaire le mort ?

toinette.

Non, non. Quel danger y auroit-il ? Étendez-vous là seulement. (Bas.) Il y aura plaisir à confondre votre frère. Voici madame. Tenez-vous bien.

Scène XVIII

BÉLINE ; ARGAN, étendu dans sa chaise ; TOINETTE.

toinettefeignant de ne pas voir Béline

Ah ! mon Dieu ! Ah ! malheur ! quel étrange accident !

béline.

Qu’est-ce, Toinette ?

toinette.

Ah ! madame !

béline.

Qu’y a-t-il ?

toinette.

Votre mari est mort.

béline.

Mon mari est mort ?

toinette.

Hélas ! oui ! le pauvre défunt est trépassé.

béline.

Assurément ?

toinette.

Assurément ; personne ne sait encore cet accident-là ; et je me suis trouvée ici toute seule. Il vient de passer entre mes bras. Tenez, le voilà tout de son long dans cette chaise.

béline.

Le ciel en soit loué ! Me voilà délivrée d’un grand fardeau. Que tu es sotte, Toinette, de t’affliger de cette mort !

toinette.

Je pensois, madame, qu’il fallût pleurer.

béline.

Va, va, cela n’en vaut pas la peine. Quelle perte est-ce que la sienne ? et de quoi servoit-il sur la terre ? Un homme incommode à tout le monde, malpropre, dégoûtant, sans cesse un lavement ou une médecine dans le ventre, mouchant, toussant, crachant toujours ; sans esprit, ennuyeux, de mauvaise humeur, fatiguant sans cesse les gens, et grondant jour et nuit servantes et valets.

toinette.

Voilà une belle oraison funèbre !

béline.

Il faut, Toinette, que tu m’aides à exécuter mon dessein ; et tu peux croire qu’en me servant, ta récompense est sûre. Puisque, par un bonheur, personne n’est encore averti de la chose, portons-le dans son lit, et tenons cette mort cachée, jusqu’à ce que j’aie fait mon affaire. Il y a des papiers, il y a de l’argent, dont je veux me saisir ; et il n’est pas juste que j’aie passé sans fruit auprès de lui mes plus belles années. Viens, Toinette ; prenons auparavant toutes ses clefs.

arganse levant brusquement.

Doucement.

béline.

Ahi !

argan.

Oui, madame ma femme, c’est ainsi que vous m’aimez ?

toinette.

Ah ! ah ! le défunt n’est pas mort.

arganà Béline, qui sort.

Je suis bien aise de voir votre amitié, et d’avoir entendu le beau panégyrique que vous avez fait de moi. Voilà un avis au lecteur, qui me rendra sage à l’avenir, et qui m’empêchera de faire bien des choses.

Scène XIX

BÉRALDE, sortant de l’endroit où il s’étoit caché ; ARGAN, TOINETTE.

béralde.

Hé bien ! mon frère, vous le voyez.

toinette.

Par ma foi, je n’aurois jamais cru cela. Mais j’entends votre fille. Remettez-vous comme vous étiez, et voyons de quelle manière elle recevra votre mort. C’est une chose qu’il n’est pas mauvais d’éprouver ; et, puisque vous êtes en train, vous connoîtrez par là les sentiments que votre famille a pour vous.

(Béralde va se cacher.)

Scène XIX

ARGAN, ANGÉLIQUE, TOINETTE.

toinettefeignant de ne pas voir Angélique.

Ô ciel ! ah ! fâcheuse aventure ! Malheureuse journée !

angélique.

Qu’as-tu, Toinette ? et de quoi pleures-tu ?

toinette.

Hélas ! j’ai de tristes nouvelles à vous donner.

angélique.

Hé ! quoi ?

toinette.

Votre père est mort.

angélique.

Mon père est mort, Toinette ?

toinette.

Oui. Vous le voyez là, il vient de mourir tout à l’heure d’une foiblesse qui lui a pris.

angélique.

Ô ciel ! quelle infortune ! quelle atteinte cruelle ! Hélas ! faut-il que je perde mon père, la seule chose qui me restoit au monde ; et qu’encore, pour un surcroît de désespoir, je le perde dans un moment où il étoit irrité contre moi ! Que deviendrai-je, malheureuse ? et quelle consolation trouver après une si grande perte ?

Scène XXI

ARGAN, ANGÉLIQUE, CLÉANTE, TOINETTE.

cléante.

Qu’avez-vous donc, belle Angélique ? et quel malheur pleurez-vous ?

angélique.

Hélas ! je pleure tout ce que dans la vie je pouvois perdre de plus cher et de plus précieux ; je pleure la mort de mon père.

cléante.


Ô ciel ! quel accident ! quel coup inopiné ! Hélas ! après la demande que j’avois conjuré votre oncle de lui faire pour moi, je venois me présenter à lui, et tâcher, par mes respects et par mes prières, de disposer son cœur à vous accorder à mes vœux.

angélique.

Ah ! Cléante, ne parlons plus de rien. Laissons là toutes les pensées du mariage. Après la perte de mon père, je ne veux plus être du monde, et j’y renonce pour jamais. Oui, mon père, si j’ai résisté tantôt à vos volontés, je veux suivre du moins une de vos intentions, et réparer par là le chagrin que je m’accuse de vous avoir donné. (Se jetant à ses genoux.) Souffrez, mon père, que je vous en donne ici ma parole, et que je vous embrasse pour vous témoigner mon ressentiment.

arganembrassant Angélique.

Ah ! ma fille !

angélique.

Ahi !

argan.

Viens. N’aie point de peur, je ne suis pas mort. Va, tu es mon vrai sang, ma véritable fille ; et je suis ravi d’avoir vu ton bon naturel.

Scène XXII

ARGAN, BÉRALDE, ANGÉLIQUE, CLÉANTE, TOINETTE.

angélique.

Ah ! quelle surprise agréable ! Mon père, puisque, par un bonheur extrême, le ciel vous redonne à mes vœux, souffrez qu’ici je me jette à vos pieds, pour vous supplier d’une chose. Si vous n’êtes pas favorable au penchant de mon cœur, si vous me refusez Cléante pour époux, je vous conjure au moins de ne me point forcer d’en épouser un autre. C’est toute la grace que je vous demande.

cléantese jetant aux genoux d’Argan.

Hé ! monsieur, laissez-vous toucher à ses prières et aux miennes ; et ne vous montrez point contraire aux mutuels empressements d’une si belle inclination.

béralde.

Mon frère, pouvez-vous tenir là contre ?

toinette.

Monsieur, serez-vous insensible à tant d’amour ?

argan.

Qu’il se fasse médecin, je consens au mariage. (À Cléante.) Oui, faites-vous médecin, je vous donne ma fille.

cléante.

Très volontiers, monsieur. S’il ne tient qu’à cela pour être votre gendre, je me ferai médecin, apothicaire même, si vous voulez. Ce n’est pas une affaire que cela, et je ferois bien d’autres choses pour obtenir la belle Angélique.

béralde.

Mais, mon frère, il me vient une pensée. Faites-vous médecin vous-même. La commodité sera encore plus grande, d’avoir en vous tout ce qu’il vous faut.

toinette.

Cela est vrai. Voilà le vrai moyen de vous guérir bientôt ; et il n’y a point de maladie si osée que de se jouer à la personne d’un médecin.

argan.

Je pense, mon frère, que vous vous moquez de moi. Est-ce que je suis en âge d’étudier ?

béralde.

Bon, étudier ! Vous êtes assez savant ; et il y en a beaucoup parmi eux qui ne sont pas plus habiles que vous.

argan.

Mais il faut savoir bien parler latin, connoître les maladies, et les remèdes qu’il y faut faire.

béralde.

En recevant la robe et le bonnet de médecin, vous apprendrez tout cela ; et vous serez après plus habile que vous ne voudrez.

argan.

Quoi ! l’on sait discourir sur les maladies quand on a cet habit-là ?

béralde.

Oui. L’on n’a qu’à parler avec une robe et un bonnet, tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison.

toinette.

Tenez, monsieur, quand il n’y auroit que votre barbe, c’est déjà beaucoup ; et la barbe fait plus de la moitié d’un médecin.

cléante.

En tout cas, je suis prêt à tout.

béraldeà Argan.

Voulez-vous que l’affaire se fasse tout à l’heure ?

argan.

Comment, tout à l’heure ?

béralde.

Oui, et dans votre maison.

argan.

Dans ma maison ?

béralde.

Oui. Je connois une Faculté de mes amies, qui viendra tout à l’heure en faire la cérémonie dans votre salle. Cela ne vous coûtera rien.

argan.

Mais moi, que dire ? que répondre ?

béralde.

On vous instruira en deux mots, et l’on vous donnera par écrit ce que vous devez dire. Allez-vous-en vous mettre en habit décent. Je vais les envoyer querir.

argan.

Allons, voyons cela.

Scène XXIII

BÉRALDE, ANGÉLIQUE, CLÉANTE, TOINETTE.

cléante.

Que voulez-vous dire ? et qu’entendez-vous avec cette Faculté de vos amies ?

toinette.

Quel est votre dessein ?

béralde.

De vous divertir un peu ce soir. Les comédiens ont fait un petit intermède de la réception d’un médecin, avec des danses et de la musique ; je veux que nous en prenions ensemble le divertissement, et que mon frère y fasse le premier personnage.

angélique.

Mais, mon oncle, il me semble que vous vous jouez un peu beaucoup de mon père.

béralde.

Mais, ma nièce, ce n’est pas tant le jouer, que s’accommoder à ses fantaisies. Tout ceci n’est qu’entre nous. Nous y pouvons aussi prendre chacun un personnage, et nous donner ainsi la comédie les uns aux autres. Le carnaval autorise cela. Allons vite préparer toutes choses.

cléanteà Angélique.

Y consentez-vous ?

angélique.

Oui, puisque mon oncle nous conduit.


TROISIÈME INTERMÈDE.

C’est une cérémonie burlesque d’un homme qu’on fait médecin, en récit, chant, et danse. Plusieurs tapissiers viennent préparer la salle, et placer les bancs en cadence. En suite de quoi, toute l’assemblée, composée de huit porte-seringues, six apothicaires, vingt-deux docteurs, et celui qui se fait recevoir médecin, huit chirurgiens dansants, et deux chantants, entrent, et prennent place, chacun selon son rang.


PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET.

præses.

          Savantissimi doctores,
          Medicinæ professores,
          Qui hic assemblati estis ;
          Et vos, altri messiores,
          Sententiarum Facultatis
          Fideles executores,
        Chirurgiani et apothicari,

        Atque tota compania aussi,
          Salus, honor et argentum,
          Atque bonum appetitum.

          Non possum, docti confreri,
          En moi satis admirari
           Qualis bona inventio
          Est medici professio;
       Quam bella chosa est et bene trovata,
        Medicina illa benedicta,
          Quæ, suo nomine solo,
          Surprenanti miraculo,
          Depuis si longo tempore,
          Facit à gogo vivere
          Tant de gens omni genere.

          Per totam terram videmus,
          Grandam vogam ubi sumus ;
          Et quod grandes et petiti
          Sunt de nobis infatuti.
       Totus mundus, currens ad nostros remedios
          Nos regardat sicut deos;
          Et nostris ordonnanciis
       Principes et reges soumissos videtis.

       Doncque il est nostræ sapientiæ,
       Boni sensus atque prudentiæ,
          De fortement travaillare
          A nos bene conservare
      In tali credito, voga, et honore;
      Et prendere gardam a non recevere
          In nostro docto corpore,
          Quam personas capabiles,
          Et totas dignas remplire
          Has plaças honorabiles.

     C’est pour cela que nunc convocati estis ;
          Et credo quod trovabitis
          Dignam matieram medici
       In savanti homine que voici ;
          Lequel, in chosis omnibus,
          Dono ad interrogandum,
          Et à fond examinandum
          Vostris capacitatibus.

primus doctor.

    Si mihi licentiam dat dominus præses,
          Et tanti docti doctores,
          Et assistantes illustres,
          Très savanti bacheliero,
          Quem estimo et honoro,
    Domandabo causam et rationem quare
          Opium facit dormire.

bachelierus.

          Mihi a docto doctore
    Domandatur causam et rationem quare

          Opium facit dormire.
            A quoi respondeo,
            Quia est in eo
            Vertus dormitiva,
            Cujus est natura
            Sensus assoupire.

chorus.

   Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.
      Bene, bene respondere.

secundus doctor.

      [Proviso quod non displiceat,
   Domino præsidi, lequel n’est pas fat,
        Me benigne annuat,
      Cum totis doctoribus savantibus,
      Et assistantibus bienveillantibus,
   Dicat mihi un peu dominus prætendens,
      Raison a priori et evidens
        Cur rhubarba et le séne
        Per nos semper est ordonne
        Ad purgandum l’utramque bile.
        Si dicit hoc, erit valde habile.

bachelierus.

   A docto doctore mihi, qui sum prætendens,
   Domandatur raison a priori et evidens
        Cur rhubarba et le séne
        Per nos semper est ordonne
        Ad purgandum l’utramque bile.
         Respondeo vobis,
         Quia est in illis
         Vertus purgativa,
         Cujus est natura
        Istas duas biles evacuare.

chorus.

   Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

tertius doctor.

   Ex responsis, il paraît jam sole clarius
   Quod lepidum iste caput bachelierus
 Non passavit suam vitam ludendo au trictrac,
       Nec in prenando du tabac ;
 Sed explicit pourquoi furfur macrum et parvum lac,
 Cum phlebotomia et purgatione humorum,
 Appelantur a medisantibus idolæ medicorum,
       Nec non pontus asinorum ?
 Si premièrement grata sit domino præsidi
      Nostra libertas quæstionandi,
      Pariter dominis doctoribus
 Atque de tous ordres benignis auditoribus.

bachelierus.

      Quærit a me dominus doctor

         Chrysologos, id est, qui dit d’or,
     Quare parvum lac et furfur macrum,
     Phlebotomia et purgatio humorum
   Appelantur a medisantibus idolæ medicorum,
         Atque pontus asinorum.
           Respondeo quia :
Ista ordonnando non requiritur magna scientia,
         Et ex illis quatuor rebus
Medici faciunt ludovicos, pistolas, et des quarts d’écus.

chorus.

   Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

quartus doctor.

   Cum permissione domini præsidis,
      Doctissimæ Facultatis,
      Et totius his nostris actis
      Companiæ assistantis,
   Domandabo tibi, docte bacheliere,
        Quæ sunt remedia
  [Tam in homine quam in muliere]
        Quæ, in maladia
        Ditta hydropisia,
[In malo caduco, apoplexia, convulsione et paralysia,]
        Convenit facere.

bachelierus.

        Clysterium donare,
        Postea seignare,
        Ensuita purgare.

chorus.

 
   Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

quintus doctor.

   Si bonum semblatur domino præsidi,
      Doctissimæ Facultati,
      Et companiæ ecoutanti,
   Domandabo tibi, erudite bacheliere,
   [Ut revenir un jour à la maison gravis ægre,
   Quæ remedia colicosis, fievrosis,
   Maniacis, nefreticis, freneticis,
     Melancolicis, demoniacis,
     Asthmaticis atque pulmonicis,
     Catharrosis, tussicolisis,
     Guttosis, ladris atque gallosis,
     In apostemasis plagis et ulcéré,
   In omni membro demis aut fracturé
        Covenit facere.]

bachelierus.

        Clysterium donare,
        Postea seignare,
        Ensuita purgare.

chorus.

 
   Bene, bene, bene, bene respondere.

      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

sextus doctor.

    [Cum bona venia reverendi præsidis,
       Filiorum Hippocratis,
    Et totius coronæ nos admirantis,
    Petam tibi, resolute bacheliere,
    Non indignus alumnus di Monspeliere,
      Quæ remedia cæcis, surdis, mutis,
  Manchotis, claudis, atque omnibus estropiatis,
Pro coris pedum, malum de dentibus, pesta, rabie
Et nimis magna commotione in omni novo marie.
         Convenit facere.

bachelierus.

         Clysterium donare,
         Postea seignare,
         Ensuita purgare.

chorus.

 
  Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

septimus doctor.

 
        Super illas maladias,
     Dominus bachelierus dixit maravillas ;
  Mais, si non ennuyo doctissimam facultatem
     Et totam honorabilem companiam
Tam corporaliter quam mentaliter hic præsentem,
       Faciam illi unam quaestionem ;
        De hiero maladus unus
        Tombavit in meas manus,
  Homo qualitatis et dives comme un Crésus.
  Habet grandam fievram cum redoublamentis,
        Grandam dolorem capitis,
  Cum troublatione spiriti et laxamento ventris ;
     Grandum insuper malum au côté,]
        Cum granda difficultate
        Et pena a respirare.
          Veuillas mihi dire,
          Docte bacheliere,
          Quid illi facere.

bachelierus.

         Clysterium donare,
         Postea seignare,
         Ensuita purgare.

chorus.

   Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

idem doctor.

         Mais, si maladia
         Opiniatria
       [Ponendo medicum a quia]
         Non vult se guarire,
         Quid illi facere ?

bachelierus.

         Clysterium donare,
         Postea seignare,
         Ensuita purgare.
   Reseignare, repurgare, et reclysterizare.

chorus.

   Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

octavus doctor.

     [Impetro favorabile congé
       A domino præside,
     Ab electa trouppa doctorum,
  Tam practicantium quam practica avidorum,
     Et a curiosa turba badodorum.
        Ingeniose bacheliere
    Qui non potuit esse jusqu’ici déferré,
 Faciam tibi unam questionem de importantia.
   Messiores, detur nobis audiencia.
     Isto die bene mane,
    Paulo ante mon déjeuné,
   Venit ad me una domicella
      Italiana jadis bella,
   Et ut penso encore un peu pucella,
     Quæ habebat pallidos colores,
 Fievram blancam dicunt magis fini doctores,
     Quia plaigniebat se de migraina,
         De curta halena,
      De granda oppressione,
 Jambarum enflatura, et effroyabili lassitudine ;
         De batimento cordis,
      De strangulamento matris,
    Alio nomine vapor bystérique,
 Quæ, sicut omnes maladiæ terminatæ en ique,
      Facit a Galien la nique.
 Visagium apparebat bouffietum, et coloris
   Tantum vertæ quantum merda anseris,
 Ex pulsu petito valde frequens, et urina mala
     Quam apportaverat in fiola
 Non videbatur exempta de febricules ;

    Au reste, tam debilis quod venerat
            De son grabat
       In cavallo sur une mule,
       Non habuerat menses suos
    Ab illa die qui dicitur des grosses eaux ;
       Sed contabat mihi à l’oreille
    Che si non era morta, c’était grand merveille
       Perché in suo negotio
    Era un poco d’amore, et troppo di cordoglio,
    Che suo galanto sen era andato in Allemagna
    Servire al signor Brandeburg una campagna.
    Usque ad maintenant multi charlatani,
    Medici, apothicari, et chirurgiani
    Pro sua maladia in vano travaillaverunt,
Juxta même las novas gripas istius bouru Van Helmont
    Amploiantes ab oculis cancri, ad Alcahest ;
       Veuillas mihi dire quid superest,
       Juxta orthodoxos, illi facere.

bachelierus.

         Clysterium donare,
         Postea seignare,
         Ensuita purgare.

chorus.

   Bene, bene, bene, bene respondere.
      Dignus, dignus est intrare
      In nostro docto corpore.

idem doctor.

     Mais si tam grandum bouchamentum
         Partium naturalium,
         Mortaliter obstinatum,
         Per clysterium donare,
             Seignare
       Et reiterando cent fois purgare,
       Non potest se guarire,
  Finaliter quid trovaris à propos illi facere ?

bachelierus.

 
In nomine Hippocratis benedictam cum bono
     Garçone conjunctionem imperare.]

præses.

       Juras gardare statuta
       Per Facultatem præscripta,
       Cum sensu et jugeamento ?

bachelierus.

               Juro.

præses.

       Essere in omnibus
       Consultationibus
        Ancieni aviso,
         Aut bono,
        Aut mauvaiso !

bachelierus.

 
               Juro.

præses.

     De non jamais te servire

     De remediis aucunis,
  Quam de ceux seulement almæ Facultatis,
     Maladus dût-il crevare,
     Et mori de suo malo ?

bachelierus.

               Juro.

præses.

     Ego, cum isto boneto
     Venerabili et docto,
     Dono tibi et concedo
 [Puissanciam, vertutem atque licentiam
 Medicinam cum methodo faciendi :
               Id est,
           Clysterizandi,
             Seignandi,
             Purgandi,
            Sangsuandi,
            Ventousandi,
           Scarificandi,
             Perçandi,
             Taillandi,
              Coupandi,
             Trepanandi,
              Brulandi,
Uno verbo, selon les formes, atque impune occidendi
   Parisiis et per totam terram ;
Rendes, Domine, his messioribus gratiam.

DEUXIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Tous les chirurgiens et apothicaires viennent lui faire la révérence en cadence.

bachelierus.

       Grandes doctores doctrinæ
       De la rhubarbe et du séne,
  Ce seroit sans douta à moi chosa folla,
       Inepta et ridicula,
       Si j’alloibam m’engageare
       Vobis louangeas donare,
     Et entreprenoibam ajoutare
       Des lumieras au soleillo,
       Des etoilas au cielo,
       Des flammas à l’inferno

       Des ondas à l’oceano,
       Et des rosas au printano,
     Agreate qu’avec uno moto,
       Pro toto remercimento,
     Rendam gratias corpori tam docto.
         Vobis, vobis debeo
   Bien plus qu’à nature et qu’à patri meo :
       Natura et pater meus
       Hominem me habent factum ;
       Mais vos me (ce qui est bien plus)
       Avetis factum medicum :
       Honor, favor et gratia,
       Qui, in hoc corde que voilà,
       Imprimant ressentimenta
       Qui dureront in secula.

chorus.

   Vivat, vivat, vivat, vivat, cent fois vivat,
     Novus doctor, qui tam bene parlat !
   Mille, mille annis, et manget et bibat,
          Et seignet et tuat !

TROISIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Tous les chirurgiens et les apothicaires dansent au son des instruments et des voix, et des battements de mains, et des mortiers d’apothicaires.

chirurgus.

       Puisse-t-il voir doctas
       Suas ordonnancias,
       Omnium chirurgorum
       Et apothicarum
       Remplire boutiquas !

chorus.

   Vivat, vivat, vivat, vivat, cent fois vivat,
     Novus doctor, qui tam bene parlat !
   Mille, mille annis, et manget et bibat,
          Et seignet et tuat !

apothicarius.

 
        [Puissent toti anni
        Lui essere boni
        Et favorabiles
        Et n’habere jamais
     Entre ses mains, pestas, epidemias
        Quæ sunt malas bestias ;
       Mais semper pluresias, pulmonias
      In renibus et vessia pierras,
Rhumatismos d’un anno, et omnis generis fievras,
 Fluxus de sanguine, gouttas diabolicas.
Mala de sancto Joanne, Poitevinorum colicas

Scorbutum de Hollandia, verolas parvas et grossas
    Bonos chancros atque longas callidopissas.

bachelierus.

             Amen.]

chorus.

   Vivat, vivat, vivat, vivat, cent fois vivat,
     Novus doctor, qui tam bene parlat !
   Mille, mille annis, et manget et bibat,
          Et seignet et tuat !

QUATRIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les médecins, les chirurgiens et les apothicaires sortent tous, selon leur rang, en cérémonie, comme ils sont entrés.

FIN DU MALADE IMAGINAIRE

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : Les Femmes savantes

1672

ACTE PREMIER.

Scène I.

Armande, Henriette.


Armande.
Quoi ! le beau nom de fille est un titre, ma sœur,
Dont vous voulez quitter la charmante douceur ?
Et de vous marier vous osez faire fête ?
Ce vulgaire dessein vous peut monter en tête ?

Henriette.
Oui, ma sœur.

Armande.
 Ah ! ce oui se peut-il supporter ?
Et sans un mal de cœur sauroit-on l’écouter ?

Henriette.
Qu’a donc le mariage en soi qui vous oblige,
Ma sœur… ?

Aramande.
 Ah ! mon Dieu ! fi !

Henriette.
Comment ?

Armande.
Ah ! fi ! vous dis-je.
Ne concevez-vous point ce que, dès qu’on l’entend,
Un tel mot à l’esprit offre de dégoûtant,
De quelle étrange image on est par lui blessée,
Sur quelle sale vue il traîne la pensée ?
N’en frissonnez-vous point ? et pouvez-vous, ma sœur,
Aux suites de ce mot résoudre votre cœur ?

Henriette.
Les suites de ce mot, quand je les envisage,
Me font voir un mari, des enfants, un ménage ;
Et je ne vois rien là, si j’en puis raisonner,
Qui blesse la pensée, et fasse frissonner.

Armande.
De tels attachements, ô ciel ! sont pour vous plaire ?

Henriette.
Et qu’est-ce qu’à mon âge on a de mieux à faire
Que d’attacher à soi, par le titre d’époux,
Un homme qui vous aime et soit aimé de vous ;
Et, de cette union de tendresse suivie,
Se faire les douceurs d’une innocente vie ?
Ce nœud bien assorti n’a-t-il pas des appas ?

Armande.
Mon Dieu, que votre esprit est d’un étage bas !
Que vous jouez au monde un petit personnage,
De vous claquemurer aux choses du ménage,
Et de n’entrevoir point de plaisirs plus touchants
Qu’une idole d’époux et des marmots d’enfants !
Laissez aux gens grossiers, aux personnes vulgaires,

Les bas amusements de ces sortes d’affaires.
À de plus hauts objets élevez vos desirs,
Songez à prendre un goût des plus nobles plaisirs,
Et, traitant de mépris les sens et la matière,
À l’esprit, comme nous, donnez-vous tout entière
Vous avez notre mère en exemple à vos yeux,
Que du nom de savante on honore en tous lieux :
Tâchez, ainsi que moi, de vous montrer sa fille :
Aspirez aux clartés qui sont dans la famille,
Et vous rendez sensible aux charmantes douceurs
Que l’amour de l’étude épanche dans les cœurs.
Loin d’être aux lois d’un homme en esclave asservie,
Mariez-vous, ma sœur, à la philosophie,
Qui nous monte au-dessus de tout le genre humain,
Et donne à la raison l’empire souverain,
Soumettant à ses lois la partie animale,
Dont l’appétit grossier aux bêtes nous ravale.
Ce sont là les beaux feux, les doux attachements
Qui doivent de la vie occuper les moments ;
Et les soins où je vois tant de femmes sensibles
Me paroissent aux yeux des pauvretés horribles.

Henriette.
Le ciel, dont nous voyons que l’ordre est tout-puissant,
Pour différents emplois nous fabrique en naissant ;
Et tout esprit n’est pas composé d’une étoffe
Qui se trouve taillée à faire un philosophe.
Si le vôtre est né propre aux élévations
Où montent des savants les spéculations,
Le mien est fait, ma sœur, pour aller terre à terre,
Et dans les petits soins son foible se resserre.
Ne troublons point du ciel les justes règlements ;
Et de nos deux instincts suivons les mouvements.
Habitez, par l’essor d’un grand et beau génie,
Les hautes régions de la philosophie,
Tandis que mon esprit, se tenant ici-bas,
Goûtera de l’hymen les terrestres appas.
Ainsi, dans nos desseins l’une à l’autre contraire,
Nous saurons toutes deux imiter notre mère :
Vous, du côté de l’âme et des nobles desirs ;

Moi, du côté des sens et des grossiers plaisirs ;
Vous, aux productions d’esprit et de lumière ;
Moi, dans celles, ma sœur, qui sont de la matière.

Armande.
Quand sur une personne on prétend se régler,
C’est par les beaux côtés qu’il lui faut ressembler,
Et ce n’est point du tout la prendre pour modèle,
Ma sœur, que de tousser et de cracher comme elle !

Henriette.
Mais vous ne seriez pas ce dont vous vous vantez,
Si ma mère n’eût eu que de ces beaux côtés ;
Et bien vous prend, ma sœur, que son noble génie
N’ait pas vaqué toujours à la philosophie.
De grace souffrez-moi par un peu de bonté
Des bassesses à qui vous devez la clarté ;
Et ne supprimez point, voulant qu’on vous seconde,
Quelque petit savant qui veut venir au monde.

Armande.
Je vois que votre esprit ne peut être guéri
Du fol entêtement de vous faire un mari :
Mais sachons, s’il vous plaît, qui vous songez à prendre ?
Votre visée au moins n’est pas mise à Clitandre.

Henriette.
Et par quelle raison n’y seroit-elle pas ?
Manque-t-il de mérite ? est-ce un choix qui soit bas ?

Armande.
Non ; mais c’est un dessein qui seroit malhonnête,
Que de vouloir d’une autre enlever la conquête ;
Et ce n’est pas un fait dans le monde ignoré,
Que Clitandre ait pour moi hautement soupiré.

Henriette.
Oui ; mais tous ces soupirs chez vous sont choses vaines,
Et vous ne tombez point aux bassesses humaines ;
Votre esprit à l’hymen renonce pour toujours,
Et la philosophie a toutes vos amours.

Ainsi, n’ayant au cœur nul dessein pour Clitandre,
Que vous importe-t-il qu’on y puisse prétendre ?

Armande.
Cet empire que tient la raison sur les sens
Ne fait pas renoncer aux douceurs des encens ;
Et l’on peut pour époux refuser un mérite
Que pour adorateur on veut bien à sa suite.

Henriette.
Je n’ai pas empêché qu’à vos perfections
Il n’ait continué ses adorations ;
Et je n’ai fait que prendre, au refus de votre ame,
Ce qu’est venu m’offrir l’hommage de sa flamme.

Armande.
Mais à l’offre des vœux d’un amant dépité
Trouvez-vous, je vous prie, entière sûreté ?
Croyez-vous pour vos yeux sa passion bien forte,
Et qu’en son cœur pour moi toute flamme soit morte ?

Henriette.
Il me l’a dit, ma sœur ; et, pour moi, je le croi.

Armande.
Ne soyez pas, ma sœur, d’une si bonne foi ;
Et croyez, quand il dit qu’il me quitte et vous aime,
Qu’il n’y songe pas bien, et se trompe lui-même.

Henriette.
Je ne sais ; mais enfin, si c’est votre plaisir,
Il nous est bien aisé de nous en éclaircir :
Je l’aperçois qui vient ; et sur cette matière,
Il pourra nous donner une pleine lumière.

Scène II.

Clitandre, Armande, Henriette.


Henriette.
Pour me tirer d’un doute où me jette ma sœur,
Entre elle et moi, Clitandre, expliquez votre cœur,
Découvrez-en le fond, et nous daignez apprendre
Qui de nous à vos vœux est en droit de prétendre.

Armande.
Non, non, je ne veux point à votre passion
Imposer la rigueur d’une explication :
Je ménage les gens, et sais comme embarrasse
Le contraignant effort de ces aveux en face.


Clitandre.
Non, Madame, mon cœur qui dissimule peu,
Ne sent nulle contrainte à faire un libre aveu.
Dans aucun embarras un tel pas ne me jette ;
Et j’avouerai tout haut d’une âme franche et nette,
Que les tendres liens où je suis arrêté,

(Montrant Henriette.)

Mon amour et mes vœux, sont tout de ce côté.
Qu’à nulle émotion cet aveu ne vous porte ;
Vous avez bien voulu les choses de la sorte.
Vos attraits m’avoient pris, et mes tendres soupirs
Vous ont assez prouvé l’ardeur de mes desirs ;
Mon cœur vous consacroit une flamme immortelle :
Mais vos yeux n’ont pas cru leur conquête assez belle
J’ai souffert sous leur joug cent mépris différents ;
Ils régnoient sur mon ame en superbes tyrans ;
Et je me suis cherché, lassé de tant de peines,
Des vainqueurs plus humains, et de moins rudes chaînes.

(Montrant Henriette.)

Je les ai rencontrés, Madame, dans ces yeux,
Et leurs traits à jamais me seront précieux ;
D’un regard pitoyable ils ont séché mes larmes,
Et n’ont pas dédaigné le rebut de vos charmes ;
De si rares bontés m’ont si bien su toucher,
Qu’il n’est rien qui me puisse à mes fers arracher,
Et j’ose maintenant vous conjurer, Madame,
De ne vouloir tenter nul effort sur ma flamme,
De ne point essayer à rappeler un cœur
Résolu de mourir dans cette douce ardeur.

Armande.
Hé ! qui vous dit, monsieur, que l’on ait cette envie,
Et que de vous enfin si fort on se soucie ?
Je vous trouve plaisant, de vous le figurer,
Et bien impertinent de me le déclarer.

Henriette.
Hé ! doucement, ma sœur. Où donc est la morale

Qui sait si bien régir la partie animale,
Et retenir la bride aux efforts du courroux ?

Armande.
Mais vous qui m’en parlez, où la pratiquez-vous,
De répondre à l’amour que l’on vous fait paraître,
Sans le congé de ceux qui vous ont donné l’être ?
Sachez que le devoir vous soumet à leurs lois,
Qu’il ne vous est permis d’aimer que par leur choix,
Qu’ils ont sur votre cœur l’autorité suprême,
Et qu’il est criminel d’en disposer vous-même.

Henriette.
Je rends grâce aux bontés que vous me faites voir,
De m’enseigner si bien les choses du devoir ;
Mon cœur sur vos leçons veut régler sa conduite,
Et pour vous faire voir, ma sœur, que j’en profite,
Clitandre, prenez soin d’appuyer votre amour
De l’agrément de ceux dont j’ai reçu le jour,
Faites-vous sur mes vœux un pouvoir légitime,
Et me donnez moyen de vous aimer sans crime.

Clitandre.
J’y vais de tous mes soins travailler hautement,
Et j’attendais de vous ce doux consentement.

Armande.
Vous triomphez, ma sœur, et faites une mine
À vous imaginer que cela me chagrine.

Henriette.
Moi, ma sœur, point du tout ; je sais que sur vos sens
Les droits de la raison sont toujours tout-puissants,
Et que par les leçons qu’on prend dans la sagesse,
Vous êtes au-dessus d’une telle faiblesse.
Loin de vous soupçonner d’aucun chagrin, je croi
Qu’ici vous daignerez vous employer pour moi,
Appuyer sa demande, et de votre suffrage
Presser l’heureux moment de notre mariage.
Je vous en sollicite, et pour y travailler…

Armande.
Votre petit esprit se mêle de railler,
Et d’un cœur qu’on vous jette on vous voit toute fière.

Henriette.
Tout jeté qu’est ce cœur, il ne vous déplaît guère ;
Et si vos yeux sur moi le pouvaient ramasser,

Ils prendroient aisément le soin de se baisser.

Armande.
À répondre à cela je ne daigne descendre ;
Et ce sont sots discours qu’il ne faut pas entendre.

Henriette.
C’est fort bien fait à vous, et vous nous faites voir
Des modérations qu’on ne peut concevoir.

Scène III.

Clitandre, Henriette.

Henriette.
Votre sincère aveu ne l’a pas peu surprise.

Clitandre.
Elle mérite assez une telle franchise ;
Et toutes les hauteurs de sa folle fierté
Sont dignes, tout au moins de ma sincérité.
Mais, puisqu’il m’est permis, je vais à votre père,
Madame…

Henriette.
 Le plus sûr est de gagner ma mère.
Mon père est d’une humeur à consentir à tout ;
Mais il met peu de poids aux choses qu’il résout ;
Il a reçu du ciel certaine bonté d’ame,
Qui le soumet d’abord à ce que veut sa femme.
C’est elle qui gouverne, et, d’un ton absolu,
Elle dicte pour loi ce qu’elle a résolu.
Je voudrois bien vous voir pour elle et pour ma tante,
Une ame, je l’avoue, un peu plus complaisante,
Un esprit qui, flattant les visions du leur,
Vous pût de leur estime attirer la chaleur.

Clitandre.
Mon cœur n’a jamais pu, tant il est né sincère,
Même dans votre sœur flatter leur caractère ;
Et les femmes docteurs ne sont point de mon goût.
Je consens qu’une femme ait des clartés de tout :
Mais je ne lui veux point la passion choquante
De se rendre savante afin d’être savante ;
Et j’aime que souvent, aux questions qu’on fait,
Elle sache ignorer les choses qu’elle sait :
De son étude enfin je veux qu’elle se cache ;
Et qu’elle ait du savoir sans vouloir qu’on le sache,

Sans citer les auteurs, sans dire de grands mots
Et clouer de l’esprit à ses moindres propos.
Je respecte beaucoup madame votre mère ;
Mais je ne puis du tout approuver sa chimère,
Et me rendre l’écho des choses qu’elle dit,
Aux encens qu’elle donne à son héros d’esprit.
Son monsieur Trissotin me chagrine, m’assomme ;
Et j’enrage de voir qu’elle estime un tel homme.
Qu’elle nous mette au rang des grands et beaux esprits
Un benêt dont partout on siffle les écrits,
Un pédant dont on voit la plume libérale
D’officieux papiers fournir toute la halle.

Henriette.
Ses écrits, ses discours, tout m’en semble ennuyeux,
Et je me trouve assez votre goût et vos yeux ;
Mais, comme sur ma mère il a grande puissance,
Vous devez vous forcer à quelque complaisance.
Un amant fait sa cour où s’attache son cœur ;
Il veut de tout le monde y gagner la faveur ;
Et, pour n’avoir personne à sa flamme contraire,
Jusqu’au chien du logis il s’efforce de plaire.

Clitandre.
Oui, vous avez raison ; mais Monsieur Trissotin
M’inspire au fond de l’âme un dominant chagrin.
Je ne puis consentir, pour gagner ses suffrages,
À me déshonorer, en prisant ses ouvrages :
C’est par eux qu’à mes yeux il a d’abord paru,
Et je le connoissois avant que l’avoir vu.
Je vis, dans le fatras des écrits qu’il nous donne,
Ce qu’étale en tous lieux sa pédante personne,
La constante hauteur de sa présomption,
Cette intrépidité de bonne opinion,
Cet indolent état de confiance extrême,
Qui le rend en tout temps si content de soi-même,
Qui fait qu’à son mérite incessamment il rit,
Qu’il se sait si bon gré de tout ce qu’il écrit,

Et qu’il ne voudroit pas changer sa renommée
Contre tous les honneurs d’un général d’armée.

Henriette.
C’est avoir de bons yeux que de voir tout cela.

Clitandre.
Jusques à sa figure encor la chose alla,
Et je vis, par les vers qu’à la tête il nous jette,
De quel air il falloit que fût fait le poète ;
Et j’en avois si bien deviné tous les traits,
Que, rencontrant un homme un jour dans le Palais,
Je gageai que c’étoit Trissotin en personne,
Et je vis qu’en effet la gageure étoit bonne.

Henriette.
Quel conte !

Clitandre.
Non ; je dis la chose comme elle est.
Mais je vois votre tante. Agréez, s’il vous plait,
Que mon cœur lui déclare ici notre mystère,
Et gagne sa faveur auprès de votre mère.

Scène IV.

Clitandre, Bélise.

Clitandre.
Souffrez, pour vous parler, madame, qu’un amant
Prenne l’occasion de cet heureux moment,
Et se découvre à vous de la sincère flamme…

Bélise.
Ah ! tout beau : gardez-vous de m’ouvrir trop votre ame.
Si je vous ai su mettre au rang de mes amants,
Contentez-vous des yeux pour vos seuls truchements,
Et ne m’expliquez point, par un autre langage,
Des desirs qui chez moi passent pour un outrage.
Aimez-moi, soupirez, brûlez pour mes appas ;
Mais qu’il me soit permis de ne le savoir pas.
Je puis fermer les yeux sur vos flammes secrètes,
Tant que vous vous tiendrez aux muets interprètes ;
Mais, si la bouche vient à s’en vouloir mêler,

Pour jamais de ma vue il vous faut exiler.

Clitandre.
Des projets de mon cœur ne prenez point d’alarme.
Henriette, madame, est l’objet qui me charme ;
Et je viens ardemment conjurer vos bontés
De seconder l’amour que j’ai pour ses beautés.

Bélise.
Ah ! certes, le détour est d’esprit, je l’avoue :
Ce subtil faux-fuyant mérite qu’on le loue ;
Et, dans tous les romans où j’ai jeté les yeux,
Je n’ai rien rencontré de plus ingénieux.

Clitandre.
Ceci n’est point du tout un trait d’esprit, madame ;
Et c’est un pur aveu de ce que j’ai dans l’ame.
Les cieux, par les liens d’une immuable ardeur,
Aux beautés d’Henriette ont attaché mon cœur ;
Henriette me tient sous son aimable empire,
Et l’hymen d’Henriette est le bien où j’aspire.
Vous y pouvez beaucoup, et tout ce que je veux,
C’est que vous y daigniez favoriser mes vœux.

Bélise.
Je vois où doucement veut aller la demande,
Et je sais sous ce nom ce qu’il faut que j’entende.
La figure est adroite ; et, pour n’en point sortir,
Aux choses que mon cœur m’offre à vous repartir,
Je dirai qu’Henriette à l’hymen est rebelle,
Et que, sans rien prétendre, il faut brûler pour elle.

Clitandre.
Eh ! madame, à quoi bon un pareil embarras ?
Et pourquoi voulez-vous penser ce qui n’est pas ?

Bélise.
Mon Dieu ! point de façons. Cessez de vous défendre
De ce que vos regards m’ont souvent fait entendre.
Il suffit que l’on est contente du détour
Dont s’est adroitement avisé votre amour,
Et que, sous la figure où le respect l’engage,
On veut bien se résoudre à souffrir son hommage,
Pourvu que ses transports par l’honneur éclairés
N’offrent à mes autels que des vœux épurés.

Clitandre.
Mais…

Bélise.
 Adieu, pour ce coup ceci doit vous suffire,
Et je vous ai plus dit que je ne voulois dire.

Clitandre.
Mais votre erreur…

Bélise.
 Laissez. Je rougis maintenant,
Et ma pudeur s’est fait un effort surprenant.

Clitandre.
Je veux être pendu, si je vous aime ; et sage…

Bélise.
Non, non, je ne veux rien entendre davantage.

Scène V.


Clitandre, seul.
Diantre soit de la folle avec ses visions !
A-t-on rien vu d’égal à ces préventions ?
Allons commettre un autre au soin que l’on me donne,
Et prenons le secours d’une sage personne.


fin du premier acte.

ACTE SECOND.

Scène I.


Ariste, quittant Clitandre, et lui parlant encore.
Oui, je vous porterai la réponse au plus tôt ;
J’appuierai, presserai, ferai tout ce qu’il faut.
Qu’un amant, pour un mot, a de choses à dire !
Et qu’impatiemment il veut ce qu’il desire !
Jamais…

Scène II.

Chrysale, Ariste.

Ariste.
 Ah ! Dieu vous gard’, mon frère !

Chrysale.
Et vous aussi,
Mon frère !

Ariste.
Savez-vous ce qui m’amène ici ?

Chrysale.
Non ; mais, si vous voulez, je suis prêt à l’entendre.

Ariste.
Depuis assez longtemps vous connoissez Clitandre ?

Chrysale.
Sans doute, et je le vois qui fréquente chez nous.

Ariste.
En quelle estime est-il, mon frère, auprès de vous ?

Chrysale.
D’homme d’honneur, d’esprit, de cœur, et de conduite ;
Et je vois peu de gens qui soient de son mérite.

Ariste.
Certain desir qu’il a conduit ici mes pas,
Et je me réjouis que vous en fassiez cas.

Chrysale.
Je connus feu son père en mon voyage à Rome.

Ariste.
Fort bien.

Chrysale.
 C’étoit, mon frère, un fort bon gentilhomme.

Ariste.
On le dit.

Chrysale.
 Nous n’avions alors que vingt-huit ans,
Et nous étions, ma foi, tous deux de verts galants.

Ariste.
Je le crois.

Chrysale.
 Nous donnions chez les dames romaines,
Et tout le monde, là, parlait de nos fredaines :
Nous faisions des jaloux.

Ariste.
 Voilà qui va des mieux ;
Mais venons au sujet qui m’amène en ces lieux.

Scène III.

Bélise, entrant doucement, et écoutant ; Chrysale, Ariste.

Ariste.
Clitandre auprès de vous me fait son interprète,
Et son cœur est épris des grâces d’Henriette.

Chrysale.
Quoi ! de ma fille ?

Ariste.
 Oui ; Clitandre en est charmé,
Et je ne vis jamais amant plus enflammé.

Bélise.
Non, non ; je vous entends. Vous ignorez l’histoire,
Et l’affaire n’est pas ce que vous pouvez croire.

Ariste.
Comment, ma sœur ?

Bélise.
 Clitandre abuse vos esprits ;
Et c’est d’un autre objet que son cœur est épris.

Ariste.
Vous raillez. Ce n’est pas Henriette qu’il aime ?

Bélise.
Non ; j’en suis assurée.

Ariste.
 Il me l’a dit lui-même.

Bélise.
Hé ! oui.

Ariste.
 Vous me voyez, ma sœur, chargé par lui
D’en faire la demande à son père aujourd’hui.

Bélise.
Fort bien.

Ariste.
 Et son amour même m’a fait instance
De presser les moments d’une telle alliance.

Bélise.
Encor mieux. On ne peut tromper plus galamment.
Henriette entre nous est un amusement,
Un voile ingénieux, un prétexte, mon frère,
À couvrir d’autres feux dont je sais le mystère ;
Et je veux bien, tous deux, vous mettre hors d’erreur.

Ariste.
Mais puisque vous savez tant de choses, ma sœur,
Dites-nous, s’il vous plait, cet autre objet qu’il aime.

Bélise.
Vous le voulez savoir ?

Ariste.
 Oui. Quoi ?

Bélise.
 Moi.

Ariste.
 Vous ?

Bélise.
 Moi-même.

Ariste.
Hai, ma sœur !

Bélise.
Qu’est-ce donc que veut dire ce hai ?
Et qu’a de surprenant le discours que je fai ?
On est faite d’un air, je pense, à pouvoir dire
Qu’on n’a pas pour un cœur soumis à son empire ;
Et Dorante, Damis, Cléonte, et Lycidas,
Peuvent bien faire voir qu’on a quelques appas.

Ariste.
Ces gens vous aiment ?

Bélise.
 Oui, de toute leur puissance.

Ariste.
Ils vous l’ont dit ?

Bélise.
 Aucun n’a pris cette licence,
Ils m’ont su révérer si fort jusqu’à ce jour,
Qu’ils ne m’ont jamais dit un mot de leur amour.
Mais pour m’offrir leur cœur et vouer leur service,
Les muets truchements ont tous fait leur office.

Ariste.
On ne voit presque point céans venir Damis.

Bélise.
C’est pour me faire voir un respect plus soumis.

Ariste.
De mots piquants, partout, Dorante vous outrage.

Bélise.
Ce sont emportements d’une jalouse rage.

Ariste.
Cléonte et Lycidas ont pris femme tous deux.

Bélise.
C’est par un désespoir où j’ai réduit leurs feux.

Ariste.
Ma foi, ma chère sœur, vision toute claire.

Chrysale, à Bélise.
De ces chimères-là vous devez vous défaire.

Bélise.
Ah ! chimères ! ce sont des chimères, dit-on.
Chimères, moi ! Vraiment, chimères est fort bon !
Je me réjouis fort de chimères, mes frères ;
Et je ne savois pas que j’eusse des chimères.

Scène IV.

Chrysale, Ariste.

Chrysale.
Notre sœur est folle, oui.

Ariste.
 Cela croît tous les jours.
Mais, encore une fois, reprenons le discours.

Clitandre vous demande Henriette pour femme ;
Voyez quelle réponse on doit faire à sa flamme.

Chrysale.
Faut-il le demander ? J’y consens de bon cœur,
Et tiens son alliance à singulier honneur.

Ariste.
Vous savez que de bien il n’a pas l’abondance,
Que…

Chrysale.
 C’est un intérêt qui n’est pas d’importance ;
Il est riche en vertu, cela vaut des trésors :
Et puis son père et moi n’étions qu’un en deux corps.

Ariste.
Parlons à votre femme, et voyons à la rendre
Favorable…

Chrysale.
 Il suffit, je l’accepte pour gendre.

Ariste.
Oui, mais, pour appuyer votre consentement,
Mon frère, il n’est pas mal d’avoir son agrément.
Allons…

Chrysale.
 Vous moquez-vous ? Il n’est pas nécessaire.
Je réponds de ma femme, et prends sur moi l’affaire.

Ariste.
Mais…

Chrysale.
 Laissez faire, dis-je, et n’appréhendez pas.
Je la vais disposer aux choses de ce pas.

Ariste.
Soit. Je vais là-dessus sonder votre Henriette,
Et reviendrai savoir…

Chrysale.
 C’est une affaire faite ;
Et je vais à ma femme en parler sans délai.

Scène V.

Martine, Chrysale.

Martine.
Me voilà bien chanceuse ! Hélas ! l’en dit bien vrai,

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ;
Et service d’autrui n’est pas un héritage.

Chrysale.
Qu’est-ce donc ? Qu’avez-vous, Martine ?

Martine.
Ce que j’ai ?

Chrysale.
Oui.

Martine.
J’ai que l’en me donne aujourd’hui mon congé,
Monsieur.

Chrysale.
 Votre congé ?

Martine.
Oui. Madame me chasse.

Chrysale.
Je n’entends pas cela. Comment ?

Martine.
On me menace,
Si je ne sors d’ici, de me bailler cent coups.

Chrysale.
Non, vous demeurerez ; je suis content de vous.
Ma femme bien souvent a la tête un peu chaude ;
Et je ne veux pas, moi…

Scène VI.

Philaminte, Bélise, Chrysale, Martine.


Philaminte, apercevant Martine.
 Quoi ! je vous vois, maraude !
Vite, sortez, friponne ; allons, quittez ces lieux ;
Et ne vous présentez jamais devant mes yeux.

Chrysale.
Tout doux.

Philaminte.
 Non, c’en est fait.

Chrysale.
 Hé !

Philaminte.
 Je veux qu’elle sorte.

Chrysale.
Mais qu’a-t-elle commis, pour vouloir de la sorte… ?

Philaminte.
Quoi ! vous la soutenez ?

Chrysale.
 En aucune façon.

Philaminte.
Prenez-vous son parti contre moi ?

Chrysale.
 Mon Dieu ! non,
Je ne fais seulement que demander son crime.

Philaminte.
Suis-je pour la chasser sans cause légitime ?

Chrysale.
Je ne dis pas cela, mais il faut de nos gens…

Philaminte.
Non ; elle sortira, vous dis-je, de céans.

Chrysale.
Hé bien ! oui. Vous dit-on quelque chose là contre ?

Philaminte.
Je ne veux point d’obstacle aux desirs que je montre.

Chrysale.
D’accord.

Philaminte.
 Et vous devez, en raisonnable époux,
Être pour moi contre elle, et prendre mon courroux.

Chrysale.
Aussi fais-je.
(Se tournant vers Martine.)
 Oui, ma femme avec raison vous chasse
Coquine, et votre crime est indigne de grace.

Martine.
Qu’est-ce donc que j’ai fait ?

Chrysale, bas.
 Ma foi, je ne sais pas.

Philaminte.
Elle est d’humeur encore à n’en faire aucun cas.

Chrysale.
A-t-elle, pour donner matière à votre haine,
Cassé quelque miroir ou quelque porcelaine ?

Philaminte.
Voudrois-je la chasser, et vous figurez-vous
Que pour si peu de chose on se mette en courroux ?

Chrysale.
(À Martine.)
Qu’est-ce à dire ?
(À Philaminte.)
 L’affaire est donc considérable ?

Philaminte.
Sans doute. Me voit-on femme déraisonnable ?

Chrysale.
Est-ce qu’elle a laissé, d’un esprit négligent,
Dérober quelque aiguière ou quelque plat d’argent ?

Philaminte.
Cela ne seroit rien.

Chrysale, à Martine.
 Oh ! oh ! peste, la belle !
(À Philaminte.)
Quoi ? l’avez-vous surprise à n’être pas fidèle ?

Philaminte.
C’est pis que tout cela.

Chrysale.
 Pis que tout cela !

Philaminte.
 Pis !

Chrysale.
(À Martine.)
Comment ! diantre, friponne !
(À Philaminte.)
 Euh ! a-t-elle commis… ?

Philaminte.
Elle a, d’une insolence à nulle autre pareille,
Après trente leçons, insulté mon oreille
Par l’impropriété d’un mot sauvage et bas
Qu’en termes décisifs condamne Vaugelas.

Chrysale.
Est-ce là… ?

Philaminte.
 Quoi ! toujours, malgré nos remontrances,

Heurter le fondement de toutes les sciences,
La grammaire, qui sait régenter jusqu’aux rois,
Et les fait, la main haute obéir à ses lois !

Chrysale.
Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.

Philaminte.
Quoi ! vous ne trouvez pas ce crime impardonnable ?

Chrysale.
Si fait.

Philaminte.
 Je voudrois bien que vous l’excusassiez.

Chrysale.
Je n’ai garde.

Bélise.
 Il est vrai que ce sont des pitiés.
Toute construction est par elle détruite ;
Et des lois du langage on l’a cent fois instruite.

Martine.
Tout ce que vous prêchez est, je crois, bel et bon,
Mais je ne saurois, moi, parler votre jargon.

Philaminte.
L’impudente ! appeler un jargon le langage
Fondé sur la raison et sur le bel usage !

Martine.
Quand on se fait entendre, on parle toujours bien,
Et tous vos biaux dictons ne servent pas de rien.

Philaminte.
Hé bien ! ne voilà pas encore de son style ?
Ne servent-pas de rien !

Bélise.
Ô cervelle indocile !
Faut-il qu’avec les soins qu’on prend incessamment,
On ne te puisse apprendre à parler congrûment ?
De pas mis avec rien tu fais la récidive ;
Et c’est, comme on t’a dit, trop d’une négative.

Martine.
Mon Dieu, je n’avons pas étugué comme vous,
Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.

Philaminte.
Ah ! peut-on y tenir ?

Bélise.
 Quel solécisme horrible !

Philaminte.
En voilà pour tuer une oreille sensible.

Bélise.
Ton esprit, je l’avoue, est bien matériel !
Je n’est qu’un singulier ; avons, est pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?

Martine.
Qui parle d’offenser grand’mère ni grand-père ?

Philaminte.
Ô Ciel !

Bélise.
Grammaire est prise à contre-sens par toi,
Et je t’ai dit déjà d’où vient ce mot.

Martine.
 Ma foi,
Qu’il vienne de Chaillot, d’Auteuil, ou de Pontoise,
Cela ne me fait rien.

Bélise.
 Quelle âme villageoise !
La grammaire, du verbe et du nominatif,
Comme de l’adjectif avec le substantif,
Nous enseigne les lois.

Martine.
 J’ai, madame, à vous dire
Que je ne connois point ces gens-là.

Philaminte.
 Quel martyre !

Bélise.
Ce sont les noms des mots ; et l’on doit regarder
En quoi c’est qu’il les faut faire ensemble accorder.

Martine.
Qu’ils s’accordent entre eux, ou se gourment, qu’importe ?

Philaminte, à Bélise.
Hé ! mon Dieu ! finissez un discours de la sorte.
(À Chrysale.)
Vous ne voulez pas, vous, me la faire sortir ?

Chrysale.
Si fait.
(À part.)
 À son caprice il me faut consentir.
Va, ne l’irrite point ; retire-toi, Martine.

Philaminte.
Comment ! vous avez peur d’offenser la coquine !
Vous lui parlez d’un ton tout à fait obligeant !

Chrysale, bas.
Moi ? Point.
(D’un ton ferme.)
 Allons, sortez.
(D’un ton plus doux.)
 Va-t’en, ma pauvre enfant.

Scène VII.

Philaminte, Chrysale, Bélise.

Chrysale.
Vous êtes satisfaite, et la voilà partie ;
Mais je n’approuve point une telle sortie :
C’est une fille propre aux choses qu’elle fait,
Et vous me la chassez pour un maigre sujet.

Philaminte.
Vous voulez que toujours je l’aie à mon service,
Pour mettre incessamment mon oreille au supplice,
Pour rompre toute loi d’usage et de raison,
Par un barbare amas de vices d’oraison,
De mots estropiés, cousus, par intervalles,
De proverbes traînés dans les ruisseaux des halles ?

Bélise.
Il est vrai que l’on sue à souffrir ses discours ;
Elle y met Vaugelas en pièces tous les jours ;
Et les moindres défauts de ce grossier génie
Sont ou le pléonasme, ou la cacophonie.

Chrysale.
Qu’importe qu’elle manque aux lois de Vaugelas,
Pourvu qu’à la cuisine elle ne manque pas ?
J’aime bien mieux, pour moi, qu’en épluchant ses herbes,
Elle accommode mal les noms avec les verbes,
Et redise cent fois un bas ou méchant mot,
Que de brûler ma viande ou saler trop mon pot.
Je vis de bonne soupe, et non de beau langage.
Vaugelas n’apprend point à bien faire un potage ;
Et Malherbe et Balzac, si savants en beaux mots,
En cuisine peut-être auroient été des sots.

Philaminte.
Que ce discours grossier terriblement assomme !
Et quelle indignité pour ce qui s’appelle homme,
D’être baissé sans cesse aux soins matériels,
Au lieu de se hausser vers les spirituels !
Le corps, cette guenille, est-il d’une importance,
D’un prix à mériter seulement qu’on y pense ?
Et ne devons-nous pas laisser cela bien loin ?

Chrysale.
Oui, mon corps est moi-même, et j’en veux prendre soin :
Guenille, si l’on veut ; ma guenille m’est chère.

Bélise.
Le corps avec l’esprit fait figure, mon frère ;
Mais, si vous en croyez tout le monde savant,
L’esprit doit sur le corps prendre le pas devant ;
Et notre plus grand soin, notre première instance,
Doit être à le nourrir du suc de la science.

Chrysale.
Ma foi, si vous songez à nourrir votre esprit,
C’est de viande bien creuse, à ce que chacun dit ;
Et vous n’avez nul soin, nulle sollicitude
Pour…

Philaminte.
 Ah ! sollicitude à mon oreille est rude ;

Il put étrangement son ancienneté.

Bélise.
Il est vrai que le mot est bien collet monté.

Chrysale.
Voulez-vous que je dise ? il faut qu’enfin j’éclate,
Que je lève le masque, et décharge ma rate :
De folles on vous traite, et j’ai fort sur le cœur…

Philaminte.
Comment donc ?

Chrysale, à Bélise.
 C’est à vous que je parle, ma sœur.
Le moindre solécisme en parlant vous irrite ;
Mais vous en faites, vous, d’étranges en conduite.
Vos livres éternels ne me contentent pas ;
Et, hors un gros Plutarque à mettre mes rabats,
Vous devriez brûler tout ce meuble inutile,
Et laisser la science aux docteurs de la ville ;
M’ôter, pour faire bien, du grenier de céans,
Cette longue lunette à faire peur aux gens,
Et cent brimborions dont l’aspect importune ;
Ne point aller chercher ce qu’on fait dans la lune,
Et vous mêler un peu de ce qu’on fait chez vous,
Où nous voyons aller tout sens dessus dessous.
Il n’est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes,
Qu’une femme étudie et sache tant de choses.
Former aux bonnes mœurs l’esprit de ses enfants,
Faire aller son ménage, avoir l’œil sur ses gens,
Et régler la dépense avec économie,
Doit être son étude et sa philosophie.
Nos pères, sur ce point, étoient gens bien sensés,
Qui disoient qu’une femme en sait toujours assez
Quand la capacité de son esprit se hausse
À connoitre un pourpoint d’avec un haut de chausse.

Les leurs ne lisoient point, mais elles vivoient bien ;
Leurs ménages étoient tout leur docte entretien ;
Et leurs livres, un dé, du fil et des aiguilles,
Dont elles travaillaient au trousseau de leurs filles.
Les femmes d’à présent sont bien loin de ces mœurs :
Elles veulent écrire, et devenir auteurs.
Nulle science n’est pour elles trop profonde,
Et céans beaucoup plus qu’en aucun lieu du monde :
Les secrets les plus hauts s’y laissent concevoir,
Et l’on sait tout chez moi, hors ce qu’il faut savoir.
On y sait comme vont lune, étoile polaire,
Vénus, Saturne et Mars, dont je n’ai point affaire ;
Et, dans ce vain savoir, qu’on va chercher si loin,
On ne sait comme va mon pot, dont j’ai besoin.
Mes gens à la science aspirent pour vous plaire,
Et tous ne font rien moins que ce qu’ils ont à faire.
Raisonner est l’emploi de toute ma maison,
Et le raisonnement en bannit la raison… !
L’un me brûle mon rôt, en lisant quelque histoire ;
L’autre rêve à des vers, quand je demande à boire :
Enfin, je vois par eux votre exemple suivi,
Et j’ai des serviteurs, et ne suis point servi.
Une pauvre servante au moins m’étoit restée,
Qui de ce mauvais air n’étoit point infectée ;
Et voilà qu’on la chasse avec un grand fracas,
À cause qu’elle manque à parler Vaugelas.
Je vous le dis, ma sœur, tout ce train-là me blesse ;
Car c’est, comme j’ai dit, à vous que je m’adresse.
Je n’aime point céans tous vos gens à latin,
Et principalement ce Monsieur Trissotin :
C’est lui qui, dans des vers, vous a tympanisées ;
Tous les propos qu’il tient sont des billevesées.
On cherche ce qu’il dit après qu’il a parlé ;
Et je lui crois, pour moi, le timbre un peu fêlé.


Philaminte.
Quelle bassesse, ô ciel ! et d’ame et de langage !

Bélise.
Est-il de petits corps un plus lourd assemblage,
Un esprit composé d’atomes plus bourgeois ?
Et de ce même sang se peut-il que je sois ?
Je me veux mal de mort d’être de votre race ;
Et, de confusion, j’abandonne la place.

Scène VIII.

Philaminte, Chrysale.


Philaminte.
Avez-vous à lâcher encore quelque trait ?

Chrysale.
Moi ? Non. Ne parlons plus de querelle ; c’est fait.
Discourons d’autre affaire. À votre fille aînée
On voit quelque dégoût pour les nœuds d’hyménée ;
C’est une philosophe enfin, je n’en dis rien ;
Elle est bien gouvernée, et vous faites fort bien :
Mais de toute autre humeur se trouve sa cadette ;
Et je crois qu’il est bon de pourvoir Henriette,
De choisir un mari…

Philaminte.
C’est à quoi j’ai songé,
Et je veux vous ouvrir l’intention que j’ai.
Ce Monsieur Trissotin, dont on nous fait un crime,
Et qui n’a pas l’honneur d’être dans votre estime,
Est celui que je prends pour l’époux qu’il lui faut ;
Et je sais mieux que vous juger de ce qu’il vaut.
La contestation est ici superflue ;
Et de tout point chez moi l’affaire est résolue.
Au moins ne dites mot du choix de cet époux ;
Je veux à votre fille en parler avant vous.
J’ai des raisons à faire approuver ma conduite,
Et je connoitrai bien si vous l’aurez instruite.

Scène IX.

Ariste, Chrysale.

Ariste.
Hé bien ! la femme sort, mon frère, et je vois bien
Que vous venez d’avoir ensemble un entretien.

Chrysale.
Oui.

Ariste.
Quel est le succès ? Aurons-nous Henriette ?
A-t-elle consenti ? l’affaire est-elle faite ?

Chrysale.
Pas tout à fait encor.

Ariste.
Refuse-t-elle ?

Chrysale.
Non.

Ariste.
Est-ce qu’elle balance ?

Chrysale.
En aucune façon.

Ariste.
Quoi donc ?

Chrysale.
C’est que pour gendre elle m’offre un autre homme.

Ariste.
Un autre homme pour gendre ?

Chrysale.
Un autre.

Ariste.
Qui se nomme ?

Chrysale.
Monsieur Trissotin.

Ariste.
Quoi ? ce Monsieur Trissotin… ?

Chrysale.
Oui, qui parle toujours de vers et de latin.

Ariste.
Vous l’avez accepté ?

Chrysale.
Moi, point : à Dieu ne plaise !

Ariste.
Qu’avez-vous répondu ?

Chrysale.
Rien ; et je suis bien aise
De n’avoir point parlé, pour ne m’engager pas.

Ariste.
La raison est fort belle, et c’est faire un grand pas.
Avez-vous su du moins lui proposer Clitandre ?

Chrysale.
Non ; car, comme j’ai vu qu’on parloit d’autre gendre,
J’ai cru qu’il étoit mieux de ne m’avancer point.

Ariste.
Certes, votre prudence est rare au dernier point.
N’avez-vous point de honte, avec votre mollesse ?
Et se peut-il qu’un homme ait assez de foiblesse
Pour laisser à sa femme un pouvoir absolu,
Et n’oser attaquer ce qu’elle a résolu ?

Ariste.
Mon Dieu ! vous en parlez, mon frère, bien à l’aise,
Et vous ne savez pas comme le bruit me pèse.
J’aime fort le repos, la paix et la douceur,
Et ma femme est terrible avecque son humeur ;
Du nom de philosophe elle fait grand mystère :
Mais elle n’en est pas pour cela moins colère ;
Et sa morale, faite à mépriser le bien,
Sur l’aigreur de sa bile opère comme rien.
Pour peu que l’on s’oppose à ce que veut sa tête,
On en a pour huit jours d’effroyable tempête.
Elle me fait trembler dès qu’elle prend son ton ;
Je ne sais où me mettre, et c’est un vrai dragon ;
Et cependant, avec toute sa diablerie,
Il faut que je l’appelle et mon cœur et ma mie.

Ariste.
Allez, c’est se moquer. Votre femme, entre nous,
Est, par vos lâchetés, souveraine sur vous.
Son pouvoir n’est fondé que sur votre foiblesse.
C’est de vous qu’elle prend le titre de maîtresse.
Vous-même à ses hauteurs vous vous abandonnez,
Et vous faites mener en bête par le nez.
Quoi ! vous ne pouvez pas, voyant comme on vous nomme,
Vous résoudre une fois à vouloir être un homme,

À faire condescendre une femme à vos vœux,
Et prendre assez de cœur pour dire un Je le veux !
Vous laisserez, sans honte, immoler votre fille
Aux folles visions qui tiennent la famille,
Et de tout votre bien revêtir un nigaud,
Pour six mots de latin qu’il leur fait sonner haut ;
Un pédant qu’à tous coups votre femme apostrophe
Du nom de bel esprit, et de grand philosophe,
D’homme qu’en vers galants jamais on n’égala,
Et qui n’est, comme on sait, rien moins que tout cela ?
Allez, encore un coup, c’est une moquerie ;
Et votre lâcheté mérite qu’on en rie.

Chrysale.
Oui, vous avez raison, et je vois que j’ai tort.
Allons, il faut enfin montrer un cœur plus fort,
Mon frère !

Ariste.
C’est bien dit.

Chrysale.
C’est une chose infâme,
Que d’être si soumis au pouvoir d’une femme.

Ariste.
Fort bien.

Chrysale.
De ma douceur elle a trop profité.

Ariste.
Il est vrai.

Chrysale.
Trop joui de ma facilité.

Ariste.
Sans doute.

Chrysale.
Et je lui veux faire aujourd’hui connoître
Que ma fille est ma fille, et que j’en suis le maître,
Pour lui prendre un mari qui soit selon mes vœux.

Ariste.
Vous voilà raisonnable, et comme je vous veux.

Chrysale.
Vous êtes pour Clitandre, et savez sa demeure ;
Faites-le-moi venir, mon frère, tout à l’heure.

Ariste.
J’y cours tout de ce pas.

Chrysale.
C’est souffrir trop longtemps,
Et je m’en vais être homme à la barbe des gens.


fin du second acte.

ACTE TROISIÈME.

Scène I.

Philaminte, Armande, Bélise, Trissotin, l’Épine.

Philaminte.
Ah ! mettons-nous ici pour écouter à l’aise
Ces vers, que mot à mot il est besoin qu’on pèse.

Armande.
Je brûle de les voir.

Bélise.
Et l’on s’en meurt chez nous.

Philaminte, à Trissotin.
Ce sont charmes pour moi que ce qui part de vous.

Armande.
Ce m’est une douceur à nulle autre pareille.

Bélise.
Ce sont repas friands qu’on donne à mon oreille.

Philaminte.
Ne faites point languir de si pressants desirs.

Armande.
Dépêchez.

Bélise.
Faites tôt, et hâtez nos plaisirs.

Philaminte.
À notre impatience offrez votre épigramme.

Trissotin.
Hélas ! c’est un enfant tout nouveau né madame ;

Son sort assurément a lieu de vous toucher,
Et c’est dans votre cour que j’en viens d’accoucher.

Philaminte.
Pour me le rendre cher, il suffit de son père.

Trissotin.
Votre approbation lui peut servir de mère.

Bélise.
Qu’il a d’esprit !

Scène II.

Henriette, Philaminte, Armande, Bélise, Trissotin, l’Épine.


Philaminte, à Henriette, qui veut se retirer.
Holà ! pourquoi donc fuyez-vous ?

Henriette.
C’est de peur de troubler un entretien si doux.

Philaminte.
Approchez, et venez, de toutes vos oreilles
Prendre part au plaisir d’entendre des merveilles.

Henriette.
Je sais peu les beautés de tout ce qu’on écrit,
Et ce n’est pas mon fait que les choses d’esprit.

Philaminte.
Il n’importe : aussi bien ai-je à vous dire ensuite
Un secret dont il faut que vous soyez instruite.

Trissotin, à Henriette.
Les sciences n’ont rien qui vous puisse enflammer,
Et vous ne vous piquez que de savoir charmer.

Henriette.
Aussi peu l’un que l’autre ; et je n’ai nulle envie…

Bélise.
Ah ! songeons à l’enfant nouveau-né, je vous prie.

Philaminte, à Lépine.
Allons, petit garçon, vite de quoi s’asseoir.

Lépine se laisse tomber.

Voyez l’impertinent ! Est-ce que l’on doit choir,
Après avoir appris l’équilibre des choses ?

Bélise.
De ta chute, ignorant, ne vois-tu pas les causes,
Et qu’elle vient d’avoir, du point fixe, écarté
Ce que nous appelons centre de gravité ?

l’Épine.
Je m’en suis aperçu, madame, étant par terre.

Philaminte, à Lépine, qui sort.
Le lourdaud !

Trissotin.
Bien lui prend de n’être pas de verre.

Armande.
Ah de l’esprit partout !

Bélise.
Cela ne tarit pas.

(Ils s’asseyent.)


Philaminte.
Servez-nous promptement votre aimable repas.

Trissotin.
Pour cette grande faim qu’à mes yeux on expose,
Un plat seul de huit vers me semble peu de chose,
Et je pense qu’ici je ne ferai pas mal,
De joindre à l’épigramme, ou bien au madrigal,
Le ragoût d’un sonnet qui, chez une princesse,
A passé pour avoir quelque délicatesse.
Il est de sel attique assaisonné partout,
Et vous le trouverez, je crois, d’assez bon goût.

Armande.
Ah ! je n’en doute point.

Philaminte.
Donnons vite audience.

Bélise, interrompant Trissotin chaque fois qu’il se dispose à lire.
Je sens d’aise mon cœur tressaillir par avance.
J’aime la poésie avec entêtement.
Et surtout quand les vers sont tournés galamment.

Philaminte.
Si nous parlons toujours, il ne pourra rien dire.

Trissotin.
So…
Bélise, à Henriette.
Silence, ma nièce.

Armande.
Ah ! laissez le donc lire.

Trissotin.
Sonnet à la princesse Uranie, sur sa fievre.
Votre prudence est endormie,
De traiter magnifiquement,
Et de loger superbement
Votre plus cruelle ennemie.

Bélise.
Ah ! le joli début !

Armande.
Qu’il a le tour galant !

Philaminte.
Lui seul des vers aisés possède le talent !

Armande.
À prudence endormie il faut rendre les armes.

Bélise.
Loger son ennemie est pour moi plein de charmes.

Philaminte.
J’aime superbement et magnifiquement ;
Ces deux adverbes joints font admirablement.

Bélise.
Prêtons l’oreille au reste.

Trissotin.
Votre prudence est endormie,
De traiter magnifiquement,

Et de loger superbement
Votre plus cruelle ennemie.

Armande.
Prudence endormie !

Bélise.
Loger son ennemie !

Philaminte.
Superbement et magnifiquement !

Trissotin.
Faites-la sortir, quoi qu’on die,
De votre riche appartement,
Où cette ingrate insolemment
Attaque votre belle vie.

Bélise.
Ah ! tout doux ! laissez-moi, de grace, respirer.

Armande.
Donnez-nous, s’il vous plaît, le loisir d’admirer.

Philaminte.
On se sent à ces vers, jusques au fond de l’ame,
Couler je ne sais quoi qui fait que l’on se pâme.

Armande.
Faites-la sortir, quoi qu’on die,
De votre riche appartement.
Que riche appartement est là joliment dit !
Et que la métaphore est mise avec esprit !

Philaminte.
Faites-la sortir, quoi qu’on die.
Ah ! que ce quoi qu’on die est d’un goût admirable !
C’est, à mon sentiment, un endroit impayable.

Armande.
De quoi qu’on die aussi mon cœur est amoureux.

Bélise.
Je suis de votre avis, quoi qu’on die est heureux.

Armande.
Je voudrois l’avoir fait.

Bélise.
Il vaut toute une pièce.

Philaminte.
Mais en comprend-on bien, comme moi, la finesse ?

Armande et Bélise.
Oh ! oh !

Philaminte.
Faites-la sortir, quoi qu’on die.
Que de la fièvre on prenne ici les intérêts,
N’ayez aucun égard, moquez-vous des caquets.
Faites-la sortir, quoi qu’on die.
Quoi qu’on die, quoi qu’on die.
Ce quoi qu’on die en dit beaucoup plus qu’il ne semble.
Je ne sais pas, pour moi, si chacun me ressemble ;
Mais j’entends là-dessous un million de mots.

Bélise.
Il est vrai qu’il dit plus de choses qu’il n’est gros.

Philaminte, à Trissotin.
Mais quand vous avez fait ce charmant quoi qu’on die,
Avez-vous compris, vous, toute son énergie ?
Songiez-vous bien vous-même à tout ce qu’il nous dit ?
Et pensiez-vous alors y mettre tant d’esprit ?

Trissotin.
Hai ! hay !

Armande.
 J’ai fort aussi l’ingrate dans la tête,
Cette ingrate de fièvre, injuste, malhonnête,
Qui traite mal les gens qui la logent chez eux.

Philaminte.
Enfin les quatrains sont admirables tous deux.
Venons-en promptement aux tiercets, je vous prie.

Armande.
Ah ! s’il vous plaît, encore une fois quoi qu’on die.

Trissotin.
Faites-la sortir, quoi qu’on die,

Philaminte, Armande et Bélise.
Quoi qu’on die !

Trissotin.
De votre riche appartement,

Philaminte, Armande et Bélise.
Riche appartement !

Trissotin.
Où cette ingrate insolemment,

Philaminte, Armande et Bélise.
Cette ingrate de fièvre !

Trissotin.
Attaque votre belle vie.

Philaminte.
Votre belle vie !

Armande et Bélise.
Ah !

Trissotin.
Quoi ! sans respecter votre rang,
Elle se prend à votre sang,

Philaminte, Armande et Bélise.
Ah !

Trissotin.
Et nuit et jour vous fait outrage !
Si vous la conduisez aux bains,
Sans la marchander davantage,
Noyez-la de vos propres mains.

Philaminte.
On n’en peut plus.

Bélise.
 On pâme.

Armande.
On se meurt de plaisir.

Philaminte.
De mille doux frissons vous vous sentez saisir.

Armande.
Si vous la conduisez aux bains,

Bélise.
Sans la marchander davantage,

Philaminte.
Noyez-la de vos propres mains.
De vos propres mains, là, noyez-la dans les bains.

Armande.
Chaque pas dans vos vers rencontre un trait charmant.

Bélise.
Partout on s’y promène avec ravissement.

Philaminte.
On n’y sauroit marcher que sur de belles choses.

Armande.
Ce sont petits chemins tout parsemés de roses.

Trissotin.
Le sonnet donc vous semble…

Philaminte.
Admirable, nouveau :
Et personne jamais n’a rien fait de si beau.

Bélise.
Quoi ! sans émotion pendant cette lecture !
Vous faites là, ma nièce, une étrange figure !

Henriette.
Chacun fait ici-bas la figure qu’il peut,
Ma tante ; et bel esprit, il ne l’est pas qui veut.

Trissotin.
Peut-être que mes vers importunent madame.

Henriette.
Point. Je n’écoute pas.

Philaminte.
Ah ! voyons l’épigramme.

Trissotin.
Sur un carrosse de couleur amarante donné à une dame de ses amis.

Philaminte. Ces titres ont toujours quelque chose de rare.

Armande.
À cent beaux traits d’esprit leur nouveauté prépare.

Trissotin.
L’amour si chèrement m’a vendu son lien,

Bélise, Armande et Philaminte.
Ah !

Trissotin.
Qu’il m’en coûte déjà la moitié de mon bien ;
Et quand tu vois ce beau carrosse,
Où tant d’or se relève en bosse,
Qu’il étonne tout le pays,
Et fait pompeusement triompher ma Laïs…

Philaminte.
Ah ! ma Laïs ! voilà de l’érudition.

Bélise.
L’enveloppe est jolie, et vaut un million.

Trissotin.
Et quand tu vois ce beau carrosse,
Où tant d’or se relève en bosse,
Qu’il étonne tout le pays,
Et fait pompeusement triompher ma Laïs,
Ne dis plus qu’il est amarante,
Dis plutôt qu’il est de ma rente.

Armande.
Oh ! oh ! oh ! celui-là ne s’attend point du tout.

Philaminte.
On n’a que lui qui puisse écrire de ce goût.

Bélise.
Ne dis plus qu’il est amarante :
Dis plutôt qu’il est de ma rente.
Voilà qui se décline : ma rentede ma renteà ma rente.

Philaminte.
Je ne sais, du moment que je vous ai connu,
Si, sur votre sujet, j’eus l’esprit prévenu,
Mais j’admire partout vos vers et votre prose.

Trissotin, à Philaminte.
Si vous vouliez de vous nous montrer quelque chose,
À notre tour aussi nous pourrions admirer.

Philaminte.
Je n’ai rien fait en vers ; mais j’ai lieu d’espérer
Que je pourrai bientôt vous montrer, en amie,
Huit chapitres du plan de notre académie.
Platon s’est au projet simplement arrêté,
Quand de sa République il a fait le traité ;
Mais à l’effet entier je veux pousser l’idée
Que j’ai sur le papier en prose accommodée.
Car enfin, je me sens un étrange dépit
Du tort que l’on nous fait du côté de l’esprit,
Et je veux nous venger, toutes tant que nous sommes,
De cette indigne classe où nous rangent les hommes,
De borner nos talents à des futilités,
Et nous fermer la porte aux sublimes clartés.

Armande.
C’est faire à notre sexe une trop grande offense,
De n’étendre l’effort de notre intelligence
Qu’à juger d’une jupe, et de l’air d’un manteau,
Ou des beautés d’un point, ou d’un brocart nouveau.

Bélise.
Il faut se relever de ce honteux partage,
Et mettre hautement notre esprit hors de page.

Trissotin.
Pour les dames on sait mon respect en tous lieux ;
Et, si je rends hommage aux brillants de leurs yeux,
De leur esprit aussi j’honore les lumières.

Philaminte.
Le sexe aussi vous rend justice en ces matières ;
Mais nous voulons montrer à de certains esprits,
Dont l’orgueilleux savoir nous traite avec mépris,
Que de science aussi les femmes sont meublées,
Qu’on peut faire, comme eux, de doctes assemblées,
Conduites en cela par des ordres meilleurs ;
Qu’on y veut réunir ce qu’on sépare ailleurs,
Mêler le beau langage et les hautes sciences,
Découvrir la nature en mille expériences ;
Et, sur les questions qu’on pourra proposer,
Faire entrer chaque secte, et n’en point épouser.

Trissotin.
Je m’attache pour l’ordre au péripatétisme.

Philaminte.
Pour les abstractions, j’aime le platonisme.

Armande.
Épicure me plaît, et ses dogmes sont forts.

Bélise.
Je m’accommode assez, pour moi, des petits corps ;
Mais le vide à souffrir me semble difficile,
Et je goûte bien mieux la matière subtile.

Trissotin.
Descartes, pour l’aimant, donne fort dans mon sens.

Armande.
J’aime ses tourbillons.

Philaminte.
Moi, ses mondes tombants.

Armande.
Il me tarde de voir notre assemblée ouverte,
Et de nous signaler par quelque découverte.

Trissotin.
On en attend beaucoup de vos vives clartés ;
Et pour vous la nature a peu d’obscurités.


Philaminte.
Pour moi, sans me flatter, j’en ai déjà fait une ;
Et j’ai vu clairement des hommes dans la lune.

Bélise.
Je n’ai point encor vu d’hommes, comme je crois ;
Mais j’ai vu des clochers tout comme je vous vois.

Armande.
Nous approfondirons, ainsi que la physique,
Grammaire, histoire, vers, morale, et politique.

Philaminte.
La morale a des traits dont mon cœur est épris,
Et c’étoit autrefois l’amour des grands esprits ;
Mais aux stoïciens je donne l’avantage,
Et je ne trouve rien de si beau que leur sage.

Armande.
Pour la langue, on verra dans peu nos règlements,
Et nous y prétendons faire des remuements.
Par une antipathie, ou juste, ou naturelle,
Nous avons pris chacune une haine mortelle
Pour un nombre de mots, soit ou verbes, ou noms,
Que mutuellement nous nous abandonnons ;
Contre eux nous préparons de mortelles sentences,
Et nous devons ouvrir nos doctes conférences
Par les proscriptions de tous ces mots divers,
Dont nous voulons purger et la prose et les vers.

Philaminte.
Mais le plus beau projet de notre académie,
Une entreprise noble, et dont je suis ravie,
Un dessein plein de gloire, et qui sera vanté
Chez tous les beaux esprits de la postérité,

C’est le retranchement de ces syllabes sales,
Qui dans les plus beaux mots produisent des scandales ;
Ces jouets éternels des sots de tous les temps ;
Ces fades lieux communs de nos méchants plaisants ;
Ces sources d’un amas d’équivoques infames,
Dont on vient faire insulte à la pudeur des femmes.

Trissotin.
Voilà certainement d’admirables projets !

Bélise.
Vous verrez nos statuts quand ils seront tous faits.

Trissotin.
Ils ne sauraient manquer d’être tous beaux et sages.

Armande.
Nous serons, par nos lois, les juges des ouvrages ;
Par nos lois, prose et vers, tout nous sera soumis :
Nul n’aura de l’esprit, hors nous et nos amis.
Nous chercherons partout à trouver à redire,
Et ne verrons que nous qui sachent bien écrire.

Scène III.

Philaminte, Bélise, Armande, Henriette, Trissotin, Lépine.

l’Épine, à Trissotin.
Monsieur, un homme est là qui veut parler à vous,
Il est vêtu de noir, et parle d’un ton doux.

(Ils se lèvent.)


Trissotin.
C’est cet ami savant qui m’a fait tant d’instance
De lui donner l’honneur de votre connoissance.

Philaminte.
Pour le faire venir, vous avez tout crédit.

Scène IV.

Philaminte, Bélise, Armande, Henriette.


Philaminte, à Armande et à Bélise.
Faisons bien les honneurs au moins de notre esprit.
(À Henriette, qui veut sortir.)
Holà ! Je vous ai dit, en paroles bien claires,
Que j’ai besoin de vous.

Henriette.
Mais pour quelles affaires ?

Philaminte.
Venez : on va dans peu vous les faire savoir.

Scène V.

Trissotin, Vadius, Philaminte, Bélise, Armande, Henriette.

Trissotin, présentant Vadius.
Voici l’homme qui meurt du desir de vous voir ;
En vous le produisant, je ne crains point le blâme
D’avoir admis chez vous un profane, madame,
Il peut tenir son coin parmi de beaux esprits.

Philaminte.
La main qui le présente en dit assez le prix.

Trissotin.
Il a des vieux auteurs la pleine intelligence,
Et sait du grec, madame, autant qu’homme de France.

Philaminte, à Bélise.
Du grec, ô Ciel ! du grec ! Il sait du grec, ma sœur !

Bélise, à Armande.
Ah ! ma nièce, du grec !

Armande.
Du grec ! quelle douceur !

Philaminte.
Quoi ! monsieur sait du grec ? Ah ! permettez, de grace,
Que, pour l’amour du grec, monsieur, on vous embrasse.
(Vadius embrasse aussi Bélise et Armande.)

Henriette, à Vadius, qui veut aussi l’embrasser.
Excusez-moi, Monsieur, je n’entends pas le grec.

(Ils s’asseyent.)

Philaminte.
J’ai pour les livres grecs un merveilleux respect.

Vadius.
Je crains d’être fâcheux par l’ardeur qui m’engage
À vous rendre aujourd’hui, madame, mon hommage ;
Et j’aurai pu troubler quelque docte entretien.

Philaminte.
Monsieur, avec du grec on ne peut gâter rien.

Trissotin.
Au reste, il fait merveille en vers ainsi qu’en prose,
Et pourroit, s’il vouloit, vous montrer quelque chose.

Vadius.
Le défaut des auteurs, dans leurs productions,
C’est d’en tyranniser les conversations,
D’être au Palais, au Cours, aux ruelles, aux tables,
De leurs vers fatigants lecteurs infatigables.
Pour moi, je ne vois rien de plus sot, à mon sens,
Qu’un auteur qui partout va gueuser des encens,
Qui, des premiers venus saisissant les oreilles,
En fait le plus souvent le martyr de ses veilles.
On ne m’a jamais vu ce fol entêtement ;
Et d’un Grec, là-dessus, je suis le sentiment,
Qui, par un dogme exprès, défend à tous ses sages
L’indigne empressement de lire leurs ouvrages.
Voici de petits vers pour de jeunes amants,
Sur quoi je voudrois bien avoir vos sentiments.

Trissotin.
Vos vers ont des beautés que n’ont point tous les autres.

Vadius.
Les Graces et Vénus règnent dans tous les vôtres.

Trissotin.
Vous avez le tour libre, et le beau choix des mots.

Vadius.
On voit partout chez vous l’ithos et le pathos.

Trissotin.
Nous avons vu de vous des églogues d’un style
Qui passe en doux attraits Théocrite et Virgile.

Vadius.
Vos odes ont un air noble, galant et doux,
Qui laisse de bien loin votre Horace après vous.

Trissotin.
Est-il rien d’amoureux comme vos chansonnettes ?

Vadius.
Peut-on voir rien d’égal aux sonnets que vous faites ?

Trissotin.
Rien qui soit plus charmant que vos petits rondeaux ?

Vadius.
Rien de si plein d’esprit que tous vos madrigaux ?

Trissotin.
Aux ballades surtout vous êtes admirable.

Vadius.
Et dans les bouts-rimés je vous trouve adorable.

Trissotin.
Si la France pouvait connoître votre prix,

Vadius.
Si le siècle rendoit justice aux beaux esprits,

Trissotin.
En carrosse doré vous iriez par les rues.

Vadius.
On verroit le public vous dresser des statues.

(À Trissotin.)

Hom ! C’est une ballade, et je veux que tout net
Vous m’en…
Trissotin, à Vadius.
Avez-vous vu certain petit sonnet
Sur la fièvre qui tient la princesse Uranie ?

Vadius.
Oui ; hier il me fut lu dans une compagnie.

Trissotin.
Vous en savez l’auteur ?

Vadius.
Non ; mais je sais fort bien,
Qu’à ne le point flatter, son sonnet ne vaut rien.

Trissotin.
Beaucoup de gens pourtant le trouvent admirable.

Vadius.
Cela n’empêche pas qu’il ne soit misérable.
Et, si vous l’avez vu, vous serez de mon goût.

Trissotin.
Je sais que là-dessus je n’en suis point du tout
Et que d’un tel sonnet peu de gens sont capables.

Vadius.
Me préserve le Ciel d’en faire de semblables !

Trissotin.
Je soutiens qu’on ne peut en faire de meilleur ;

Et ma grande raison, c’est que j’en suis l’auteur.

Vadius.
Vous ?

Trissotin.
Moi.

Vadius.
Je ne sais donc comment se fit l’affaire.

Trissotin.
C’est qu’on fut malheureux de ne pouvoir vous plaire.

Vadius.
Il faut qu’en écoutant j’aie eu l’esprit distrait,
Ou bien que le lecteur m’ait gâté le sonnet.
Mais laissons ce discours, et voyons ma ballade.

Trissotin.
La ballade, à mon goût, est une chose fade :
Ce n’en est plus la mode ; elle sent son vieux temps.

Vadius.
La ballade pourtant charme beaucoup de gens.

Trissotin.
Cela n’empêche pas qu’elle ne me déplaise.

Vadius.
Elle n’en reste pas pour cela plus mauvaise.

Trissotin.
Elle a pour les pédants de merveilleux appas.

Vadius.
Cependant nous voyons qu’elle ne vous plaît pas.

Trissotin.
Vous donnez sottement vos qualités aux autres.

(Ils se lèvent tous.)


Vadius.
Fort impertinemment vous me jetez les vôtres.

Trissotin.
Allez, petit grimaud, barbouilleur de papier.

Vadius.
Allez, rimeur de balle, opprobre du métier.

Trissotin.
Allez, fripier d’écrits, impudent plagiaire.

Vadius.
Allez, cuistre…

Philaminte.
Eh ! messieurs, que prétendez-vous faire ?

Trissotin, à Vadius.
Va, va restituer tous les honteux larcins
Que réclament sur toi les Grecs et les Latins.

Vadius.
Va, va-t’en faire amende honorable au Parnasse,
D’avoir fait à tes vers estropier Horace.

Trissotin.
Souviens-toi de ton livre, et de son peu de bruit.

Vadius.
Et toi, de ton libraire à l’hôpital réduit.

Trissotin.
Ma gloire est établie ; en vain tu la déchires.

Vadius.
Oui, oui, je te renvoie à l’auteur des Satires.

Trissotin.
Je t’y renvoie aussi.

Vadius.
J’ai le contentement,
Qu’on voit qu’il m’a traité plus honorablement.
Il me donne en passant une atteinte légère.
Parmi plusieurs auteurs qu’au Palais on révère ;
Mais jamais dans ses vers il ne te laisse en paix,
Et l’on t’y voit partout être en butte à ses traits.

Trissotin.
C’est par là que j’y tiens un rang plus honorable.

Il te met dans la foule ainsi qu’un misérable ;
Il croit que c’est assez d’un coup pour t’accabler,
Et ne t’a jamais fait l’honneur de redoubler.
Mais il m’attaque à part comme un noble adversaire
Sur qui tout son effort lui semble nécessaire ;
Et ses coups, contre moi redoublés en tous lieux,
Montrent qu’il ne se croit jamais victorieux.

Vadius.
Ma plume t’apprendra quel homme je puis être.

Trissotin.
Et la mienne saura te faire voir ton maître.

Vadius.
Je te défie en vers, prose, grec, et latin.

Trissotin.
Hé bien ! nous nous verrons seul à seul chez Barbin.

Scène VI.

Trissotin, Philaminte, Armande, Bélise, Henriette.


Trissotin.
À mon emportement ne donnez aucun blâme ;
C’est votre jugement que je défends, madame,
Dans le sonnet qu’il a l’audace d’attaquer.

Philaminte.
À vous remettre bien je me veux appliquer ;
Mais parlons d’autre affaire. Approchez, Henriette ;
Depuis assez longtemps mon âme s’inquiète
De ce qu’aucun esprit en vous ne se fait voir ;
Mais je trouve un moyen de vous en faire avoir.

Henriette.
C’est prendre un soin pour moi qui n’est pas nécessaire :
Les doctes entretiens ne sont point mon affaire ;
J’aime à vivre aisément ; et, dans tout ce qu’on dit,
Il faut se trop peiner, pour avoir de l’esprit ;
C’est une ambition que je n’ai point en tête.

Je me trouve fort bien, ma mère, d’être bête ;
Et j’aime mieux n’avoir que de communs propos,
Que de me tourmenter pour dire de beaux mots.

Philaminte.
Oui ; mais j’y suis blessée, et ce n’est pas mon compte
De souffrir dans mon sang une pareille honte.
La beauté du visage est un frêle ornement,
Une fleur passagère, un éclat d’un moment,
Et qui n’est attaché qu’à la simple épiderme ;
Mais celle de l’esprit est inhérente et ferme.
J’ai donc cherché longtemps un biais de vous donner
La beauté que les ans ne peuvent moissonner,
De faire entrer chez vous le desir des sciences,
De vous insinuer les belles connoissances ;
Et la pensée enfin où mes vœux ont souscrit,
C’est d’attacher à vous un homme plein d’esprit.
(Montrant Trissotin.)
Et cet homme est monsieur, que je vous détermine
À voir comme l’époux que mon choix vous destine.

Henriette.
Moi ! ma mère ?

Philaminte.
Oui, vous. Faites la sotte un peu.

Bélise, à Trissotin.
Je vous entends ; vos yeux demandent mon aveu
Pour engager ailleurs un cœur que je possède.
Allez ; je le veux bien. À ce nœud je vous cède ;
C’est un hymen qui fait votre établissement.

Trissotin, à Henriette.
Je ne sais que vous dire, en mon ravissement,
Madame ; et cet hymen, dont je vois qu’on m’honore,
Me met…

Henriette.
Tout beau ! monsieur ; il n’est pas fait encore :
Ne vous pressez pas tant.

Philaminte.
Comme vous répondez !
Savez-vous bien que si… ? Suffit. Vous m’entendez.
(À Trissotin.)
Elle se rendra sage. Allons, laissons-la faire.

Scène VII.

Henriette, Armande.

Armande.
On voit briller pour vous les soins de notre mère ;
Et son choix ne pouvoit d’un plus illustre époux…

Henriette.
Si le choix est si beau, que ne le prenez-vous ?

Armande.
C’est à vous, non à moi, que sa main est donnée.

Henriette.
Je vous le cède tout, comme à ma sœur aînée.

Armande.
Si l’hymen, comme à vous, me paroissoit charmant,
J’accepterois votre offre avec ravissement.

Henriette.
Si j’avois, comme vous, les pédants dans la tête,
Je pourrois le trouver un parti fort honnête.

Armande.
Cependant, bien qu’ici nos goûts soient différents,
Nous devons obéir, ma sœur, à nos parents.
Une mère a sur nous une entière puissance ;
Et vous croyez en vain, par votre résistance…

Scène VIII.

Chrysale, Ariste, Clitandre, Henriette, Armande.


Chrysale, à Henriette, lui présentant Clitandre.
Allons, ma fille, il faut approuver mon dessein.
Ôtez ce gant. Touchez à monsieur dans la main,
Et le considérez désormais dans votre ame
En homme dont je veux que vous soyez la femme.

Armande.
De ce côté, ma sœur, vos penchants sont fort grands.

Henriette.
Il nous faut obéir, ma sœur, à nos parents :
Un père a sur nos vœux une entière puissance.

Armande.
Une mère a sa part à notre obéissance.

Chrysale.
Qu’est-ce à dire ?

Armande.
Je dis que j’appréhende fort

Qu’ici ma mère et vous ne soyez pas d’accord ;
Et c’est un autre époux…

Chrysale.
Taisez-vous, péronnelle ;
Allez philosopher tout le soûl avec elle,
Et de mes actions ne vous mêlez en rien.
Dites-lui ma pensée, et l’avertissez bien
Qu’elle ne vienne pas m’échauffer les oreilles :
Allons vite.

Scène IX.

Chrysale, Ariste, Henriette, Clitandre.

Ariste.
Fort bien. Vous faites des merveilles.

Clitandre.
Quel transport ! quelle joie ! Ah ! que mon sort est doux !

Chrysale, à Clitandre.
Allons, prenez sa main, et passez devant nous,
Menez-la dans sa chambre. Ah ! les douces caresses !
(À Ariste.)
Tenez, mon cœur s’émeut à toutes ces tendresses,
Cela ragaillardit tout à fait mes vieux jours ;
Et je me ressouviens de mes jeunes amours.


fin du troisième acte.

ACTE QUATRIÈME.

Scène I.

Philaminte, Armande.

Armande.
Oui, rien n’a retenu son esprit en balance ;
Elle a fait vanité de son obéissance ;
Son cœur, pour se livrer, à peine devant moi
S’est-il donné le temps d’en recevoir la loi,
Et sembloit suivre moins les volontés d’un père,
Qu’affecter de braver les ordres d’une mère.

Philaminte.
Je lui montrerai bien aux lois de qui des deux
Les droits de la raison soumettent tous ses vœux
Et qui doit gouverner ou sa mère, ou son père,
Ou l’esprit ou le corps, la forme ou la matière.

Armande.
On vous en devoit bien, au moins, un compliment ;
Et ce petit Monsieur en use étrangement
De vouloir, malgré vous, devenir votre gendre.

Philaminte.
Il n’en est pas encore où son cœur peut prétendre.
Je le trouvois bien fait, et j’aimois vos amours ;
Mais, dans ses procédés, il m’a déplu toujours.
Il sait que, Dieu merci, je me mêle d’écrire ;
Et jamais il ne m’a prié de lui rien lire.

Scène II.

Clitandre, entrant doucement, et écoutant sans se montrer ; Armande, Philaminte.


Armande.
Je ne souffrirois point, si j’étois que de vous,
Que jamais d’Henriette il pût être l’époux.
On me feroit grand tort d’avoir quelque pensée,
Que là-dessus je parle en fille intéressée,
Et que le lâche tour que l’on voit qu’il me fait,
Jette au fond de mon cœur quelque dépit secret.
Contre de pareils coups, l’ame se fortifie
Du solide secours de la philosophie,
Et par elle on se peut mettre au-dessus de tout ;
Mais vous traiter ainsi, c’est vous pousser à bout.
Il est de votre honneur d’être à ses vœux contraire ;
Et c’est un homme enfin qui ne doit point vous plaire.
Jamais je n’ai connu, discourant entre nous,
Qu’il eût au fond du cœur de l’estime pour vous.

Philaminte.
Petit sot !

Armande.
Quelque bruit que votre gloire fasse,
Toujours à vous louer il a paru de glace.

Philaminte.
Le brutal !

Armande.
Et vingt fois, comme ouvrages nouveaux,
J’ai lu des vers de vous qu’il n’a point trouvés beaux.

Philaminte.
L’impertinent !

Armande.
Souvent nous en étions aux prises ;
Et vous ne croiriez point de combien de sottises…

Clitandre, à Armande.
Hé ! doucement, de grace. Un peu de charité,
Madame, ou, tout au moins, un peu d’honnêteté.
Quel mal vous ai-je fait ? et quelle est mon offense,
Pour armer contre moi toute votre éloquence,
Pour vouloir me détruire, et prendre tant de soin
De me rendre odieux aux gens dont j’ai besoin ?
Parlez, dites, d’où vient ce courroux effroyable ?
Je veux bien que madame en soit juge équitable.

Armande.
Si j’avois le courroux dont on veut m’accuser,
Je trouverois assez de quoi l’autoriser.
Vous en seriez trop digne ; et les premières flammes
S’établissent des droits si sacrés sur les ames.
Qu’il faut perdre fortune, et renoncer au jour,
Plutôt que de brûler des feux d’un autre amour.
Au changement de vœux nulle horreur ne s’égale ;
Et tout cœur infidèle est un monstre en morale.

Clitandre.
Appelez-vous, madame, une infidélité,
Ce que m’a de votre ame ordonné la fierté ?
Je ne fais qu’obéir aux lois qu’elle m’impose,
Et si je vous offense, elle seule en est cause.
Vos charmes ont d’abord possédé tout mon cœur.
Il a brûlé deux ans d’une constante ardeur ;
Il n’est soins empressés, devoirs, respects, services,
Dont il ne vous ait fait d’amoureux sacrifices.
Tous mes feux, tous mes soins ne peuvent rien sur vous,
Je vous trouve contraire à mes vœux les plus doux :
Ce que vous refusez, je l’offre au choix d’une autre.
Voyez. Est-ce, madame, ou ma faute, ou la vôtre ?
Mon cœur court-il au change, ou si vous l’y poussez ?
Est-ce moi qui vous quitte, ou vous qui me chassez ?

Armande.
Appelez-vous, monsieur, être à vos vœux contraire,
Que de leur arracher ce qu’ils ont de vulgaire,
Et vouloir les réduire à cette pureté
Où du parfait amour consiste la beauté ?
Vous ne sauriez pour moi tenir votre pensée
Du commerce des sens nette et débarrassée ;
Et vous ne goûtez point, dans ses plus doux appas,
Cette union des cœurs, où les corps n’entrent pas.
Vous ne pouvez aimer que d’une amour grossière,
Qu’avec tout l’attirail des nœuds de la matière ;
Et, pour nourrir les feux que chez vous on produit,
Il faut un mariage, et tout ce qui s’ensuit.
Ah ! quel étrange amour ! et que les belles ames
Sont bien loin de brûler de ces terrestres flammes !
Les sens n’ont point de part à toutes leurs ardeurs ;
Et ce beau feu ne veut marier que les cœurs.
Comme une chose indigne, il laisse là le reste ;
C’est un feu pur et net comme le feu céleste :
On ne pousse avec lui que d’honnêtes soupirs,
Et l’on ne penche point vers les sales desirs.
Rien d’impur ne se mèle au but qu’on se propose ;
On aime pour aimer, et non pour autre chose ;
Ce n’est qu’à l’esprit seul que vont tous les transports,
Et l’on ne s’aperçoit jamais qu’on ait un corps.

Clitandre.
Pour moi par un malheur, je m’aperçois, madame,
Que j’ai, ne vous déplaise, un corps tout comme une ame.
Je sens qu’il y tient trop, pour le laisser à part :
De ces détachements je ne connais point l’art ;
Le ciel m’a dénié cette philosophie,
Et mon âme et mon corps marchent de compagnie.
Il n’est rien de plus beau, comme vous avez dit,
Que ces vœux épurés qui ne vont qu’à l’esprit,
Ces unions de cœurs, et ces tendres pensées,
Du commerce des sens si bien débarrassées ;
Mais ces amours pour moi sont trop subtilisés :
Je suis un peu grossier, comme vous m’accusez ;
J’aime avec tout moi-même, et l’amour qu’on me donne,
En veut, je le confesse, à toute la personne.
Ce n’est pas là matière à de grands châtiments ;

Et sans faire de tort à vos beaux sentiments,
Je vois que, dans le monde, on suit fort ma méthode,
Et que le mariage est assez à la mode,
Passe pour un lien assez honnête et doux,
Pour avoir desiré de me voir votre époux,
Sans que la liberté d’une telle pensée
Ait dû vous donner lieu d’en paraître offensée.

Armande.
Hé bien ! monsieur, hé bien ! puisque, sans m’écouter,
Vos sentiments brutaux veulent se contenter ;
Puisque, pour vous réduire à des ardeurs fidèles,
Il faut des nœuds de chair, des chaînes corporelles,
Si ma mère le veut, je résous mon esprit
À consentir pour vous à ce dont il s’agit.

Clitandre.
Il n’est plus temps, madame ; une autre a pris la place ;
Et, par un tel retour, j’aurois mauvaise grace
De maltraiter l’asile et blesser les bontés
Où je me suis sauvé de toutes vos fiertés.

Philaminte.
Mais enfin comptez-vous, monsieur, sur mon suffrage,
Quand vous vous promettez cet autre mariage ?
Et, dans vos visions, savez-vous, s’il vous plaît,
Que j’ai pour Henriette un autre époux tout prêt ?

Clitandre.
Hé ! madame, voyez votre choix, je vous prie ;
Exposez-moi, de grace, à moins d’ignominie,
Et ne me rangez pas à l’indigne destin
De me voir le rival de Monsieur Trissotin.
L’amour des beaux esprits qui chez vous m’est contraire
Ne pouvoit m’opposer un moins noble adversaire.
Il en est, et plusieurs, que, pour le bel esprit
Le mauvais goût du siècle a su mettre en crédit,
Mais Monsieur Trissotin n’a pu duper personne,
Et chacun rend justice aux écrits qu’il nous donne.
Hors céans, on le prise en tous lieux ce qu’il vaut ;
Et ce qui m’a vingt fois fait tomber de mon haut,
C’est de vous voir au ciel élever des sornettes,
Que vous désavoueriez si vous les aviez faites.

Philaminte.
Si vous jugez de lui tout autrement que nous,
C’est que nous le voyons par d’autres yeux que vous.

Scène III.

Trissotin, Philaminte, Armande, Clitandre.


Trissotin, à Philaminte.
Je viens vous annoncer une grande nouvelle :
Nous l’avons, en dormant, madame, échappé belle.
Un monde près de nous a passé tout du long,
Est chu tout au travers de notre tourbillon ;
Et s’il eût en chemin rencontré notre terre,
Elle eût été brisée en morceaux comme verre.

Philaminte.
Remettons ce discours pour une autre saison,
Monsieur n’y trouveroit ni rime ni raison,
Il fait profession de chérir l’ignorance,
Et de haïr, surtout, l’esprit et la science.

Clitandre.
Cette vérité veut quelque adoucissement.
Je m’explique, madame ; et je hais seulement
La science et l’esprit qui gâtent les personnes.
Ce sont choses, de soi, qui sont belles et bonnes ;
Mais j’aimerois mieux être au rang des ignorants,
Que de me voir savant comme certaines gens.

Trissotin.
Pour moi, je ne tiens pas, quelque effet qu’on suppose,
Que la science soit pour gâter quelque chose.

Clitandre.
Et c’est mon sentiment qu’en faits comme en propos
La science est sujette à faire de grands sots.

Trissotin.
Le paradoxe est fort.

Clitandre.
Sans être fort habile,
La preuve m’en seroit, je pense, assez facile.
Si les raisons manquoient, je suis sûr qu’en tout cas

Les exemples fameux ne me manqueroient pas.

Trissotin.
Vous en pourriez citer qui ne concluroient guère.

Clitandre.
Je n’irois pas bien loin pour trouver mon affaire.

Trissotin.
Pour moi, je ne vois pas ces exemples fameux.

Clitandre.
Moi, je les vois si bien, qu’ils me crèvent les yeux.

Trissotin.
J’ai cru jusques ici que c’étoit l’ignorance
Qui faisoit les grands sots, et non pas la science.

Clitandre.
Vous avez cru fort mal, et je vous suis garant
Qu’un sot savant est sot plus qu’un sot ignorant.

Trissotin.
Le sentiment commun est contre vos maximes,
Puisque « ignorant » et « sot » sont termes synonymes.

Clitandre.
Si vous le voulez prendre aux usages du mot,
L’alliance est plus forte entre pédant et sot.

Trissotin.
La sottise, dans l’un, se fait voir toute pure.

Clitandre.
Et l’étude, dans l’autre, ajoute à la nature.

Trissotin.
Le savoir garde en soi son mérite éminent.

Clitandre.
Le savoir, dans un fat, devient impertinent.

Trissotin.
Il faut que l’ignorance ait pour vous de grands charmes,
Puisque pour elle ainsi vous prenez tant les armes.

Clitandre.
Si pour moi l’ignorance a des charmes bien grands,
C’est depuis qu’à mes yeux s’offrent certains savants.

Trissotin.
Ces certains savants-là peuvent, à les connoître
Valoir certaines gens que nous voyons paroître.

Clitandre.
Oui, si l’on s’en rapporte à ces certains savants ;
Mais on n’en convient pas chez ces certaines gens.

Philaminte, à Clitandre.
Il me semble, monsieur…

Clitandre.
Hé ! madame, de grace ;
Monsieur est assez fort, sans qu’à son aide on passe :
Je n’ai déjà que trop d’un si rude assaillant ;
Et, si je me défends, ce n’est qu’en reculant.

Armande.
Mais l’offensante aigreur de chaque repartie
Dont vous…

Clitandre.
Autre second ? Je quitte la partie.

Philaminte.
On souffre aux entretiens ces sortes de combats,
Pourvu qu’à la personne on ne s’attaque pas.

Clitandre.
Hé ! mon Dieu ! tout cela n’a rien dont il s’offense.
Il entend raillerie autant qu’homme de France ;
Et de bien d’autres traits il s’est senti piquer,
Sans que jamais sa gloire ait fait que s’en moquer.

Trissotin.
Je ne m’étonne pas, au combat que j’essuie,
De voir prendre à monsieur la thèse qu’il appuie ;
Il est fort enfoncé dans la cour, c’est tout dit.
La cour, comme l’on sait, ne tient pas pour l’esprit.
Elle a quelque intérêt d’appuyer l’ignorance ;
Et c’est en courtisan qu’il en prend la défense.

Clitandre.
Vous en voulez beaucoup à cette pauvre cour ;
Et son malheur est grand de voir que, chaque jour,
Vous autres beaux esprits vous déclamiez contre elle ;
Que de tous vos chagrins vous lui fassiez querelle,
Et, sur son méchant goût lui faisant son procès,
N’accusiez que lui seul de vos méchants succès.
Permettez-moi, monsieur Trissotin, de vous dire,
Avec tout le respect que votre nom m’inspire ;
Que vous feriez fort bien, vos confrères et vous,
De parler de la cour d’un ton un peu plus doux ;
Qu’à le bien prendre, au fond, elle n’est pas si bête

Que, vous autres messieurs, vous vous mettez en tête ;
Qu’elle a du sens commun pour se connaître à tout ;
Que chez elle on se peut former quelque bon goût,
Et que l’esprit du monde y vaut, sans flatterie,
Tout le savoir obscur de la pédanterie.

Trissotin.
De son bon goût, monsieur, nous voyons des effets.

Clitandre.
Où voyez-vous, monsieur, qu’elle l’ait si mauvais ?

Trissotin.
Ce que je vois, monsieur ? c’est que pour la science
Rasius et Baldus font honneur à la France ;
Et que tout leur mérite exposé fort au jour,
N’attire point les yeux et les dons de la cour.

Clitandre.
Je vois votre chagrin, et que, par modestie,
Vous ne vous mettez point, monsieur, de la partie,
Et, pour ne vous point mettre aussi dans le propos,
Que font-ils pour l’État, vos habiles héros ?
Qu’est-ce que leurs écrits lui rendent de service,
Pour accuser la cour d’une horrible injustice,
Et se plaindre en tous lieux que sur leurs doctes noms
Elle manque à verser la faveur de ses dons ?
Leur savoir à la France est beaucoup nécessaire !
Et des livres qu’ils font la Cour a bien affaire !
Il semble à trois gredins, dans leur petit cerveau,
Que pour être imprimés et reliés en veau,
Les voilà dans l’État d’importantes personnes ;
Qu’avec leur plume ils font les destins des couronnes ;
Qu’au moindre petit bruit de leurs productions,
Ils doivent voir chez eux voler les pensions ;
Que sur eux l’univers a la vue attachée ;
Que partout de leur nom la gloire est épanchée ;
Et qu’en science ils sont des prodiges fameux,
Pour savoir ce qu’ont dit les autres avant eux,
Pour avoir eu trente ans des yeux et des oreilles,
Pour avoir employé neuf ou dix mille veilles
À se bien barbouiller de grec et de latin,
Et se charger l’esprit d’un ténébreux butin
De tous les vieux fatras qui traînent dans les livres.
Gens qui de leur savoir paraissent toujours ivres ;

Riches, pour tout mérite, en babil importun :
Inhabiles à tout, vides de sens commun,
Et pleins d’un ridicule et d’une impertinence
À décrier partout l’esprit et la science.

Philaminte.
Votre chaleur est grande ; et cet emportement
De la nature en vous marque le mouvement.
C’est le nom de rival qui dans votre âme excite !…

Scène IV

Trissotin, Philaminte, Clitandre, Armande, Julien.


Julien.
Le savant qui tantôt vous a rendu visite,
Et de qui j’ai l’honneur de me voir le valet,
Madame, vous exhorte à lire ce billet.

Philaminte.
Quelque important que soit ce qu’on veut que je lise,
Apprenez, mon ami, que c’est une sottise
De se venir jeter au travers d’un discours ;
Et qu’aux gens d’un logis il faut avoir recours,
Afin de s’introduire en valet qui sait vivre.

Julien.
Je noterai cela, madame, dans mon livre.

Philaminte, lit.
« Trissotin s’est vanté, madame, qu’il épouseroit votre fille. Je vous donne avis que sa philosophie n’en veut qu’à vos richesses, et que vous ferez bien de ne point conclure ce mariage, que vous n’ayez vu le poëme que je compose contre lui. En attendant cette peinture, où je prétends vous le dépeindre de toutes ses couleurs, je vous envoie Horace, Virgile, Térence, et Catulle, où vous verrez notés en marge tous les endroits qu’il a pillés. »
Voilà sur cet hymen que je me suis promis,
Un mérite attaqué de beaucoup d’ennemis ;
Et ce déchaînement aujourd’hui me convie
À faire une action qui confonde l’envie,

Qui lui fasse sentir que l’effort qu’elle fait,
De ce qu’elle veut rompre, aura pressé l’effet.
(À Julien)
Reportez tout cela sur l’heure à votre maître,
Et lui dites qu’afin de lui faire connoître
Quel grand état je fais de ses nobles avis,
Et comme je les crois dignes d’être suivis,
(Montrant Trissotin.)
Dès ce soir à monsieur je marierai ma fille.

Scène V.

Philaminte, Armande, Clitandre.

Philaminte, à Clitandre.
Vous, monsieur, comme ami de toute la famille,
À signer leur contrat vous pourrez assister ;
Et je vous y veux bien, de ma part, inviter.
Armande, prenez soin d’envoyer au notaire,
Et d’aller avertir votre sœur de l’affaire.

Armande.
Pour avertir ma sœur, il n’en est pas besoin ;
Et monsieur que voilà saura prendre le soin
De courir lui porter bientôt cette nouvelle,
Et disposer son cœur à vous être rebelle.

Philaminte.
Nous verrons qui sur elle aura plus de pouvoir,
Et si je la saurai réduire à son devoir.

Scène VI.

Armande, Clitandre.

Armande.
J’ai grand regret, monsieur, de voir qu’à vos visées,
Les choses ne soient pas tout à fait disposées.

Clitandre.
Je m’en vais travailler, madame, avec ardeur,
À ne vous point laisser ce grand regret au cœur.

Armande.
J’ai peur que votre effort n’ait pas trop bonne issue.

Clitandre.
Peut-être verrez-vous votre crainte déçue.

Armande.
Je le souhaite ainsi.

Clitandre.
J’en suis persuadé ;
Et que de votre appui je serai secondé.

Armande.
Oui ; je vais vous servir de toute ma puissance.

Clitandre.
Et ce service est sûr de ma reconnoissance.

Scène VII.

Chrysale, Ariste, Henriette, Clitandre.


Clitandre.
Sans votre appui, monsieur, je serai malheureux ;
Madame votre femme a rejeté mes vœux,
Et son cœur prévenu, veut Trissotin pour gendre.

Chrysale.
Mais quelle fantaisie a-t-elle donc pu prendre ?
Pourquoi diantre vouloir ce monsieur Trissotin ?

Ariste.
C’est par l’honneur qu’il a de rimer à latin,
Qu’il a sur son rival emporté l’avantage.

Clitandre.
Elle veut dès ce soir faire ce mariage.

Chrysale.
Dès ce soir ?

Clitandre.
Dès ce soir.

Chrysale.
Et dès ce soir je veux,
Pour la contrecarrer, vous marier tous deux.

Clitandre.
Pour dresser le contrat, elle envoie au notaire.

Chrysale.
Et je vais le quérir pour celui qu’il doit faire.

Clitandre, montrant Henriette.
Et madame doit être instruite par sa sœur,
De l’hymen où l’on veut qu’elle apprête son cœur.

Chrysale.
Et moi je lui commande, avec pleine puissance,
De préparer sa main à cette autre alliance.
Ah ! je leur ferai voir, si pour donner la loi,

Il est dans ma maison d’autre maître que moi.
(À Henriette.)
Nous allons revenir : songez à nous attendre.
Allons, suivez mes pas, mon frère, et vous, mon gendre.

Henriette, à Ariste.
Hélas ! dans cette humeur conservez-le toujours.

Ariste.
J’emploierai toute chose à servir vos amours.

Scène VIII.

Henriette, Clitandre.

Clitandre.
Quelque secours puissant qu’on promette à ma flamme,
Mon plus solide espoir, c’est votre cœur, madame.

Henriette.
Pour mon cœur, vous pouvez vous assurer de lui.

Clitandre.
Je ne puis qu’être heureux, quand j’aurai son appui.

Henriette.
Vous voyez à quels nœuds on prétend le contraindre.

Clitandre.
Tant qu’il sera pour moi, je ne vois rien à craindre.

Henriette.
Je vais tout essayer pour nos vœux les plus doux ;
Et si tous mes efforts ne me donnent à vous,
Il est une retraite où notre âme se donne,
Qui m’empêchera d’être à toute autre personne.

Clitandre.
Veuille le juste ciel me garder en ce jour,
De recevoir de vous cette preuve d’amour !

fin du quatrième acte.

ACTE CINQUIÈME.

Scène I.

Henriette, Trissotin.

Henriette.
C’est sur le mariage où ma mère s’apprête
Que j’ai voulu, monsieur, vous parler tête à tête ;
Et j’ai cru, dans le trouble où je vois la maison,
Que je pourrois vous faire écouter la raison.
Je sais qu’avec mes vœux vous me jugez capable
De vous porter en dot un bien considérable ;
Mais l’argent, dont on voit tant de gens faire cas,
Pour un vrai philosophe a d’indignes appas ;
Et le mépris du bien et des grandeurs frivoles
Ne doit point éclater dans vos seules paroles.

Trissotin.
Aussi n’est-ce point là ce qui me charme en vous ;
Et vos brillants attraits, vos yeux perçants et doux,
Votre grace et votre air sont les biens, les richesses,
Qui vous ont attiré mes vœux et mes tendresses :
C’est de ces seuls trésors que je suis amoureux.

Henriette.
Je suis fort redevable à vos feux généreux.
Cet obligeant amour a de quoi me confondre,
Et j’ai regret, monsieur, de n’y pouvoir répondre.
Je vous estime autant qu’on sauroit estimer,
Mais je trouve un obstacle à vous pouvoir aimer.
Un cœur, vous le savez, à deux ne sauroit être ;
Et je sens que du mien Clitandre s’est fait maître.
Je sais qu’il a bien moins de mérite que vous,
Que j’ai de méchants yeux pour le choix d’un époux ;
Que par cent beaux talents vous devriez me plaire :
Je vois bien que j’ai tort, mais je n’y puis que faire ;
Et tout ce que sur moi peut le raisonnement,
C’est de me vouloir mal d’un tel aveuglement.

Trissotin.
Le don de votre main où l’on me fait prétendre,

Me livrera ce cœur que possède Clitandre ;
Et par mille doux soins, j’ai lieu de présumer
Que je pourrai trouver l’art de me faire aimer.

Henriette.
Non : à ses premiers vœux mon âme est attachée
Et ne peut de vos soins, monsieur, être touchée.
Avec vous librement j’ose ici m’expliquer,
Et mon aveu n’a rien qui vous doive choquer.
Cette amoureuse ardeur qui dans les cœurs s’excite,
N’est point, comme l’on sait, un effet du mérite :
Le caprice y prend part ; et, quand quelqu’un nous plaît,
Souvent nous avons peine à dire pourquoi c’est.
Si l’on aimoit, monsieur, par choix et par sagesse,
Vous auriez tout mon cœur et toute ma tendresse ;
Mais on voit que l’amour se gouverne autrement.
Laissez-moi, je vous prie, à mon aveuglement,
Et ne vous servez point de cette violence
Que, pour vous, on veut faire à mon obéissance.
Quand on est honnête homme, on ne veut rien devoir
À ce que des parents ont sur nous de pouvoir :
On répugne à se faire immoler ce qu’on aime,
Et l’on veut n’obtenir un cœur que de lui-même.
Ne poussez point ma mère à vouloir, par son choix,
Exercer sur mes vœux la rigueur de ses droits.
Ôtez-moi votre amour, et portez à quelque autre
Les hommages d’un cœur aussi cher que le vôtre.

Trissotin.
Le moyen que ce cœur puisse vous contenter ?
Imposez-lui des lois qu’il puisse exécuter.
De ne vous point aimer peut-il être capable,
À moins que vous cessiez, madame, d’être aimable,
Et d’étaler aux yeux les célestes appas… ?

Henriette.
Eh ! monsieur, laissons là ce galimatias.
Vous avez tant d’Iris, de Philis, d’Amarantes,
Que partout dans vos vers vous peignez si charmantes,
Et pour qui vous jurez tant d’amoureuse ardeur…

Trissotin.
C’est mon esprit qui parle, et ce n’est pas mon cœur.
D’elles on ne me voit amoureux qu’en poète,
Mais j’aime tout de bon l’adorable Henriette.

Henriette.
Eh ! de grâce, monsieur…

Trissotin.
Si c’est vous offenser,
Mon offense envers vous n’est pas prête à cesser.
Cette ardeur, jusqu’ici de vos yeux ignorée,
Vous consacre des vœux d’éternelle durée.
Rien n’en peut arrêter les aimables transports ;
Et, bien que vos beautés condamnent mes efforts,
Je ne puis refuser le secours d’une mère
Qui prétend couronner une flamme si chère ;
Et, pourvu que j’obtienne un bonheur si charmant,
Pourvu que je vous aie, il n’importe comment.

Henriette.
Mais savez-vous qu’on risque un peu plus qu’on ne pense,
À vouloir sur un cœur user de violence ;
Qu’il ne fait pas bien sûr, à vous le trancher net,
D’épouser une fille en dépit qu’elle en ait ;
Et qu’elle peut aller en se voyant contraindre,
À des ressentiments que le mari doit craindre ?

Trissotin.
Un tel discours n’a rien dont je sois altéré :
À tous événements le sage est préparé.
Guéri, par la raison, des foiblesses vulgaires,
Il se met au-dessus de ces sortes d’affaires,
Et n’a garde de prendre aucune ombre d’ennui
De tout ce qui n’est pas pour dépendre de lui.

Henriette.
En vérité, monsieur, je suis de vous ravie ;
Et je ne pensois pas que la philosophie
Fût si belle qu’elle est, d’instruire ainsi les gens
À porter constamment de pareils accidents.
Cette fermeté d’ame, à vous si singulière,
Mérite qu’on lui donne une illustre matière,
Est digne de trouver qui prenne avec amour

Les soins continuels de la mettre en son jour ;
Et comme, à dire vrai, je n’oserois me croire
Bien propre à lui donner tout l’éclat de sa gloire,
Je le laisse à quelque autre, et vous jure, entre nous,
Que je renonce au bien de vous voir mon époux.

Trissotin, en sortant.
Nous allons voir bientôt comment ira l’affaire ;
Et l’on a là dedans fait venir le notaire.

Scène II

Chrysale, Clitandre, Henriette, Martine.


Chrysale.
Ah ! ma fille, je suis bien aise de vous voir ;
Allons, venez-vous-en faire votre devoir,
Et soumettre vos vœux aux volontés d’un père.
Je veux, je veux apprendre à vivre à votre mère ;
Et, pour la mieux braver, voilà, malgré ses dents,
Martine que j’amène et rétablis céans.

Henriette.
Vos résolutions sont dignes de louange.
Gardez que cette humeur, mon père, ne vous change ;
Soyez ferme à vouloir ce que vous souhaitez ;
Et ne vous laissez point séduire à vos bontés.
Ne vous relâchez pas, et faites bien en sorte
D’empêcher que sur vous ma mère ne l’emporte.

Chrysale.
Comment ! Me prenez-vous ici pour un benêt ?

Henriette.
M’en préserve le ciel.

Chrysale.
Suis-je un fat, s’il vous plaît ?

Henriette.
Je ne dis pas cela.

Chrysale.
Me croit-on incapable
Des fermes sentiments d’un homme raisonnable ?

Henriette.
Non, mon père.

Chrysale.
Est-ce donc qu’à l’âge où je me voi,
Je n’aurois pas l’esprit d’être maître chez moi ?

Henriette.
Si fait.

Chrysale.
Et que j’aurois cette faiblesse d’ame,
De me laisser mener par le nez à ma femme ?

Henriette.
Eh ! non, mon père.

Chrysale.
Ouais. Qu’est-ce donc que ceci ?
Je vous trouve plaisante à me parler ainsi.

Henriette.
Si je vous ai choqué, ce n’est pas mon envie.

Chrysale.
Ma volonté céans doit être en tout suivie.

Henriette.
Fort bien, mon père.

Chrysale.
Aucun, hors moi, dans la maison,
N’a droit de commander.

Henriette.
Oui ; vous avez raison.

Chrysale.
C’est moi qui tiens le rang de chef de la famille.

Henriette.
D’accord.

Chrysale.
C’est moi qui dois disposer de ma fille.

Henriette.
Eh ! oui.

Chrysale.
Le ciel me donne un plein pouvoir sur vous.

Henriette.
Qui vous dit le contraire ?

Chrysale.
Et, pour prendre un époux,
Je vous ferai bien voir que c’est à votre père
Qu’il vous faut obéir, non pas à votre mère.

Henriette.
Hélas ! vous flattez là les plus doux de mes vœux ;
Veuillez être obéi, c’est tout ce que je veux.

Chrysale.
Nous verrons si ma femme à mes desirs rebelle…

Clitandre.
La voici qui conduit le notaire avec elle.

Chrysale.
Secondez-moi bien tous.

Martine.
Laissez-moi, j’aurai soin
De vous encourager, s’il en est de besoin.

Scène III.

Philaminte, Bélise, Armande, Trissotin, un notaire, Chrysale, Clitandre, Henriette, Martine.


Philaminte, au notaire.
Vous ne sauriez changer votre style sauvage,
Et nous faire un contrat qui soit en beau langage ?

le notaire.
Notre style est très bon ; et je serois un sot,
Madame, de vouloir y changer un seul mot.

Bélise.
Ah ! quelle barbarie au milieu de la France !
Mais au moins en faveur, monsieur, de la science,
Veuillez, au lieu d’écus, de livres, et de francs,
Nous exprimer la dot en mines et talents ;
Et dater par les mots d’ides et de calendes.

le notaire.
Moi ? Si j’allois, madame, accorder vos demandes,
Je me ferois siffler de tous mes compagnons.

Philaminte.
De cette barbarie en vain nous nous plaignons.
Allons, monsieur, prenez la table pour écrire.
(Apercevant Martine.)
Ah ! ah ! cette impudente ose encor se produire ?
Pourquoi donc, s’il vous plaît, la ramener chez moi ?

Chrysale.
Tantôt avec loisir on vous dira pourquoi.
Nous avons maintenant autre chose à conclure.

le notaire.
Procédons au contrat. Où donc est la future ?

Philaminte.
Celle que je marie est la cadette.

le notaire.
Bon.

Chrysale, montrant Henriette.
Oui, la voilà, monsieur : Henriette est son nom.

le notaire.
Fort bien. Et le futur ?

Philaminte, montrant Trissotin.
L’époux que je lui donne
Est monsieur.

Chrysale, montrant Clitandre.
Et celui, moi, qu’en propre personne
Je prétends qu’elle épouse est monsieur.

le notaire.
Deux époux !
C’est trop pour la coutume.

Philaminte, au notaire.
Où vous arrêtez-vous ?
Mettez, mettez, monsieur Trissotin pour mon gendre.

Chrysale.
Pour mon gendre mettez, mettez, monsieur Clitandre.

le notaire.
Mettez-vous donc d’accord, et, d’un jugement mûr
Voyez à convenir entre vous du futur.

Philaminte.
Suivez, suivez, monsieur, le choix où je m’arrête.

Chrysale.
Faites, faites, monsieur, les choses à ma tête.

le notaire.
Dites-moi donc à qui j’obéirai des deux

Philaminte, à Chrysale.
Quoi donc ? vous combattrez les choses que je veux !

Chrysale.
Je ne saurois souffrir qu’on ne cherche ma fille
Que pour l’amour du bien qu’on voit dans ma famille.


Philaminte.
Vraiment, à votre bien on songe bien ici !
Et c’est là pour un sage, un fort digne souci !

Chrysale.
Enfin, pour son époux, j’ai fait choix de Clitandre.

Philaminte.
Et moi, pour son époux, (Montrant Trissotin.) voici qui je veux prendre :
Mon choix sera suivi ; c’est un point résolu.

Chrysale.
Ouais ! Vous le prenez là d’un ton bien absolu ?

Martine.
Ce n’est point à la femme à prescrire, et je sommes
Pour céder le dessus en toute chose aux hommes.

Chrysale.
C’est bien dit.

Martine.
Mon congé cent fois me fût-il hoc,
La poule ne doit point chanter devant le coq.

Chrysale.
Sans doute.

Martine.
Et nous voyons que d’un homme on se gausse,
Quand sa femme, chez lui, porte le haut-de-chausse.

Chrysale.
Il est vrai.

Martine.
Si j’avois un mari, je le dis,
Je voudrois qu’il se fît le maître du logis ;
Je ne l’aimerois point, s’il faisoit le Jocrisse ;
Et si je contestois contre lui par caprice,

Si je parlois trop haut, je trouverois fort bon
Qu’avec quelques soufflets il rabaissât mon ton.

Chrysale.
C’est parler comme il faut.

Martine.
Monsieur est raisonnable,
De vouloir pour sa fille un mari convenable.

Chrysale.
Oui.

Martine.
Par quelle raison, jeune et bien fait qu’il est,
Lui refuser Clitandre ? Et pourquoi, s’il vous plaît,
Lui bailler un savant, qui sans cesse épilogue ?
Il lui faut un mari, non pas un pédagogue ;
Et, ne voulant savoir le grais ni le latin,
Elle n’a pas besoin de monsieur Trissotin.

Chrysale.
Fort bien.

Philaminte.
Il faut souffrir qu’elle jase à son aise.

Martine.
Les savants ne sont bons que pour prêcher en chaise ;
Et, pour mon mari, moi, mille fois je l’ai dit,
Je ne voudrois jamais prendre un homme d’esprit.
L’esprit n’est point du tout ce qu’il faut en ménage.
Les livres cadrent mal avec le mariage ;
Et je veux, si jamais on engage ma foi,
Un mari qui n’ait point d’autre livre que moi ;
Qui ne sache A, ne B, n’en déplaise à madame,
Et ne soit, en un mot, docteur que pour sa femme.

Philaminte, à Chrysale.
Est-ce fait ? et, sans trouble, ai-je assez écouté
Votre digne interprète ?

Chrysale.
Elle a dit vérité.


Philaminte.
Et moi, pour trancher court toute cette dispute,
Il faut qu’absolument mon desir s’exécute.
(Montrant Trossotin.)
Henriette, et monsieur seront joints de ce pas.
Je l’ai dit, je le veux : ne me répliquez pas ;
Et, si votre parole à Clitandre est donnée,
Offrez-lui le parti d’épouser son aînée.

Chrysale.
Voilà dans cette affaire un accommodement.
(À Henriette et à Clitandre.)
Voyez ; y donnez-vous votre consentement ?

Henriette.
Hé ! mon père !

Clitandre.
Hé ! monsieur !

Bélise.
On pourroit bien lui faire
Des propositions qui pourraient mieux lui plaire ;
Mais nous établissons une espèce d’amour
Qui doit être épuré comme l’astre du jour ;
La substance qui pense y peut être reçue ;
Mais nous en bannissons la substance étendue.

Scène IV.

Ariste, Chrysale, Philaminte, Bélise, Henriette, Armande, Trissotin, un notaire, Clitandre, Martine.


Ariste.
J’ai regret de troubler un mystère joyeux,
Par le chagrin qu’il faut que j’apporte en ces lieux.
Ces deux lettres me font porteur de deux nouvelles
Dont j’ai senti pour vous les atteintes cruelles :
(À Philaminte.)
L’une, pour vous, me vient de votre procureur ;
(À Chrysale.)
L’autre pour vous, me vient de Lyon.

Philaminte.
Quel malheur,
Digne de nous troubler, pourrait-on nous écrire ?

Ariste.
Cette lettre en contient un que vous pouvez lire.

Philaminte.
« Madame, j’ai prié monsieur votre frère de vous rendre cette lettre, qui vous dira ce que je n’ai osé vous aller dire. La grande négligence que vous avez pour vos affaires a été cause que le clerc de votre rapporteur ne m’a point averti, et vous avez perdu absolument votre procès que vous deviez gagner. »

Chrysale, À Philaminte.
Votre procès perdu !

Philaminte, À Chrysale.
Vous vous troublez beaucoup !
Mon cœur n’est point du tout ébranlé de ce coup.
Faites, faites paraître une âme moins commune
À braver comme moi les traits de la fortune.

« Le peu de soin que vous avez vous coûte quarante mille écus, et c’est à payer cette somme, avec les dépens, que vous êtes condamnée par arrêt de la cour. »

Condamnée ! Ah ce mot est choquant, et n’est fait
Que pour les criminels.

Ariste.
Il a tort, en effet ;
Et vous vous êtes là justement récriée.
Il devoit avoir mis que vous êtes priée,
Par arrêt de la cour, de payer au plus tôt
Quarante mille écus, et les dépens qu’il faut.

Philaminte
Voyons l’autre.

Chrysale
« Monsieur, l’amitié qui me lie à monsieur votre frère me fait prendre intérêt à tout ce qui vous touche. Je sais que vous avez mis votre bien entre les mains d’Argante et de

Damon, et je vous donne avis qu’en même jour ils ont fait tous deux banqueroute. »

Ô ciel ! tout à la fois perdre ainsi tout mon bien !

Philaminte, à Chrysale.
Ah ! quel honteux transport ! Fi ! tout cela n’est rien :
Il n’est pour le vrai sage aucun revers funeste ;
Et, perdant toute chose, à soi-même il se reste.
Achevons notre affaire, et quittez votre ennui.
(Montrant Trossotin.)
Son bien nous peut suffire et pour nous et pour lui.

Trissotin.
Non, madame, cessez de presser cette affaire.
Je vois qu’à cet hymen tout le monde est contraire ;
Et mon dessein n’est point de contraindre les gens.

Philaminte.
Cette réflexion vous vient en peu de temps ;
Elle suit de bien près, monsieur, notre disgrace.

Trissotin.
De tant de résistance à la fin je me lasse.
J’aime mieux renoncer à tout cet embarras,
Et ne veux point d’un cœur qui ne se donne pas.

Philaminte.
Je vois, je vois de vous, non pas pour votre gloire,
Ce que jusques ici j’ai refusé de croire.

Trissotin.
Vous pouvez voir de moi tout ce que vous voudrez,
Et je regarde peu comment vous le prendrez :
Mais je ne suis point homme à souffrir l’infamie
Des refus offensants qu’il faut qu’ici j’essuie.
Je vaux bien que de moi l’on fasse plus de cas ;
Et je baise les mains à qui ne me veut pas.

Scène V.

Ariste, Chrysale, Philaminte, Bélise, Armande, Henriette, Clitandre, un notaire, Martine.

Philaminte.
Qu’il a bien découvert son âme mercenaire !
Et que peu philosophe est ce qu’il vient de faire !

Clitandre.
Je ne me vante point de l’être ; mais enfin

Je m’attache, madame, à tout votre destin ;
Et j’ose vous offrir, avecque ma personne,
Ce qu’on sait que de bien la fortune me donne.

Philaminte.
Vous me charmez, monsieur, par ce trait généreux,
Et je veux couronner vos desirs amoureux.
Oui, j’accorde Henriette à l’ardeur empressée…

Henriette.
Non, ma mère : je change à présent de pensée.
Souffrez que je résiste à votre volonté.

Clitandre.
Quoi ! vous vous opposez à ma félicité ?
Et, lorsqu’à mon amour je vois chacun se rendre…

Henriette.
Je sais le peu de bien que vous avez, Clitandre ;
Et je vous ai toujours souhaité pour époux,
Lorsqu’en satisfaisant à mes vœux les plus doux,
J’ai vu que mon hymen ajustoit vos affaires ;
Mais lorsque nous avons les destins si contraires,
Je vous chéris assez dans cette extrémité,
Pour ne vous charger point de notre adversité.

Clitandre.
Tout destin, avec vous, me peut être agréable ;
Tout destin me seroit, sans vous, insupportable.

Henriette.
L’amour, dans son transport, parle toujours ainsi.
Des retours importuns évitons le souci.
Rien n’use tant l’ardeur de ce nœud qui nous lie,
Que les fâcheux besoins des choses de la vie ;
Et l’on en vient souvent à s’accuser tous deux
De tous les noirs chagrins qui suivent de tels feux !

Ariste, à Henriette.
N’est-ce que le motif que nous venons d’entendre,
Qui vous fait résister à l’hymen de Clitandre ?

Henriette.
Sans cela vous verriez tout mon cœur y courir ;
Et je ne fuis sa main que pour le trop chérir.

Ariste.
Laissez-vous donc lier par des chaînes si belles.
Je ne vous ai porté que de fausses nouvelles ;
Et c’est un stratagème, un surprenant secours,

Que j’ai voulu tenter pour servir vos amours,
Pour détromper ma sœur, et lui faire connoître
Ce que son philosophe à l’essai pouvoit être.

Chrysale.
Le ciel en soit loué !

Philaminte.
J’en ai la joie au cœur,
Par le chagrin qu’aura ce lâche déserteur.
Voilà le châtiment de sa basse avarice,
De voir qu’avec éclat cet hymen s’accomplisse.

Chrysale, à Clitandre.
Je le savois bien, moi, que vous l’épouseriez.

Armande, à Philaminte.
Ainsi donc à leurs vœux vous me sacrifiez ?

Philaminte.
Ce ne sera point vous que je leur sacrifie ;
Et vous avez l’appui de la philosophie,
Pour voir d’un œil content couronner leur ardeur.

Bélise.
Qu’il prenne garde au moins que je suis dans son cœur.
Par un prompt désespoir souvent on se marie,
Qu’on s’en repent après tout le temps de sa vie.

Chrysale, au notaire.
Allons, monsieur, suivez l’ordre que j’ai prescrit,
Et faites le contrat ainsi que je l’ai dit.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : Les Fourberies de Scapin

1671

La scène est à Naples.

ACTE PREMIER.

Scène I

OCTAVE, SYLVESTRE.

Octave.

Ah ! fâcheuses nouvelles pour un cœur amoureux ! Dures extrémités où je me vois réduit ! Tu viens, Sylvestre, d’apprendre au port, que mon père revient ?

Sylvestre

Oui.

Octave

Qu’il arrive ce matin même ?

Sylvestre

Ce matin même.

Octave

Et qu’il revient dans la résolution de me marier ?

Sylvestre

Oui.

Octave

Avec une fille du seigneur Géronte ?

Sylvestre Du seigneur Géronte.

Octave

Et que cette fille est mandée de Tarente ici pour cela ?

Sylvestre

Oui.

Octave

Et tu tiens ces nouvelles de mon oncle ?

Sylvestre

De votre oncle.

Octave

À qui mon père les a mandées par une lettre ?

Sylvestre

Par une lettre.

Octave

Et cet oncle, dis-tu, sait toutes nos affaires ?

Sylvestre.

Toutes nos affaires.

Octave.

Ah ! parle, si tu veux, et ne te fais point, de la sorte, arracher les mots de la bouche.

Sylvestre.

Qu’ai-je à parler davantage ? Vous n’oubliez aucune circonstance, et vous dites les choses tout justement comme elles sont.

Octave.

Conseille-moi, du moins, et me dis ce que je dois faire dans ces cruelles conjonctures.

Sylvestre.

Ma foi ! je m’y trouve autant embarrassé que vous ; et j’aurais bon besoin que l’on me conseillât moi-même.

Octave.

Je suis assassiné par ce maudit retour.

Sylvestre.

Je ne le suis pas moins.

Octave.

Lorsque mon père apprendra les choses, je vais voir fondre sur moi un orage soudain d’impétueuses réprimandes.

Sylvestre.

Les réprimandes ne sont rien ; et plût au Ciel que j’en fusse quitte à ce prix ! Mais j’ai bien la mine, pour moi, de payer plus cher vos folies ; et je vois se former, de loin un nuage de coups de bâton qui crèvera sur mes épaules.

Octave.

Ô Ciel ! par où sortir de l’embarras où je me trouve ?

Sylvestre.

C’est à quoi vous deviez songer avant que de vous y jeter.

Octave.

Ah ! tu me fais mourir par tes leçons hors de saison.

Sylvestre.

Vous me faites bien plus mourir par vos actions étourdies.

Octave.

Que dois-je faire ? Quelle résolution prendre ? À quel remède recourir ?

Scène II.

OCTAVE, SCAPIN, SYLVESTRE.

Scapin

Qu’est-ce, Seigneur Octave ? Qu’avez-vous ? Qu’y a-t-il ? Quel désordre est-ce là ? Je vous vois tout troublé.

Octave

Ah ! mon pauvre Scapin, je suis perdu ; je suis désespéré ; je suis le plus infortuné de tous les hommes.

Scapin

Comment ?

Octave

N’as-tu rien appris de ce qui me regarde ?

Scapin

Non.

Octave

Mon père arrive avec le seigneur Géronte, et ils me veulent marier.

Scapin

Hé bien ! qu’y a-t-il là de si funeste ?

Octave

Hélas ! tu ne sais pas la cause de mon inquiétude.

Scapin

Non ; mais il ne tiendra qu’à vous que je la sache bientôt ; et je suis homme consolatif, homme à m’intéresser aux affaires des jeunes gens.

Octave

Ah ! Scapin, si tu pouvais trouver quelque invention, forger quelque machine, pour me tirer de la peine où je suis, je croirais t’être redevable de plus que de la vie.

Scapin

À vous dire la vérité, il y a peu de choses qui me soient impossibles, quand je m’en veux mêler. J’ai sans doute reçu du Ciel un génie assez beau pour toutes les fabriques de ces gentillesses d’esprit, de ces galanteries ingénieuses à qui le vulgaire ignorant donne le nom de fourberies ; et je puis dire, sans vanité, qu’on n’a guère vu d’homme qui fût plus habile ouvrier de ressorts et d’intrigues, qui ait acquis plus de gloire que moi dans ce noble métier. Mais, ma foi ! le mérite est trop maltraité aujourd’hui ; et j’ai renoncé à toutes choses depuis certain chagrin d’une affaire qui m’arriva.

Octave.

Comment ? Quelle affaire, Scapin ?

Scapin.

Une aventure où je me brouillai avec la justice.

Octave.

La justice ?

Scapin.

Oui, nous eûmes un petit démêlé ensemble.

Sylvestre.

Toi et la justice ?

Scapin.

Oui. Elle en usa fort mal avec moi ; et je me dépitai de telle sorte contre l’ingratitude du siècle, que je résolus de ne plus rien faire. Baste ! Ne laissez pas de me conter votre aventure.

Octave.

Tu sais, Scapin, qu’il y a deux mois que le seigneur Géronte et mon père s’embarquèrent ensemble pour un voyage qui regarde certain commerce où leurs intérêts sont mêlés.

Scapin

Je sais cela.

Octave.

Et que Léandre et moi nous fûmes laissés par nos pères, moi sous la conduite de Sylvestre, et Léandre sous ta direction.

Scapin.

Oui. Je me suis fort bien acquitté de ma charge.

Octave.

Quelque temps après, Léandre fit rencontre d’une jeune Égyptienne dont il devint amoureux.

Scapin.

Je sais cela encore.

Octave.

Comme nous sommes grands amis, il me fit aussitôt confidence de son amour, et me mena voir cette fille, que je trouvai belle, à la vérité, mais non pas tant qu’il vouloit que je la trouvasse. Il ne m’entretenoit que d’elle chaque jour, m’exagéroit à tous moments sa beauté et sa grâce ; me louoit son esprit, et me parloit avec transport des charmes de son entretien, dont il me rapportoit jusqu’aux moindres paroles, qu’il s’efforçoit toujours de me faire trouver les plus spirituelles du monde. Il me querelloit quelquefois de n’être pas assez sensible aux choses qu’il me venoit dire, et me blâmoit sans cesse de l’indifférence où j’étois pour les feux de l’amour.

Scapin.

Je ne vois pas encore où ceci veut aller.

Octave.

Un jour que je l’accompagnois pour aller chez les gens qui gardent l’objet de ses vœux, nous entendîmes dans une petite maison d’une rue écartée, quelques plaintes mêlées de beaucoup de sanglots. Nous demandons ce que c’est ; Une femme nous dit en soupirant, que nous pouvions voir là quelque chose de pitoyable en des personnes étrangères, et qu’à moins que d’être insensibles, nous en serions touchés.

Scapin.

Où est-ce que cela nous mène ?

Octave.

La curiosité me fit presser Léandre de voir ce que c’étoit. Nous entrons dans une salle, où nous voyons une vieille femme mourante, assistée d’une servante qui faisoit des regrets, et d’une jeune fille toute fondante en larmes, la plus belle et la plus touchante qu’on puisse jamais voir.

Scapin.

Ah, ah !

Octave.

Une autre auroit paru effroyable en l’état où elle étoit ; car elle n’avoit pour habillement qu’une méchante petite jupe, avec des brassières de nuit qui étaient de simple futaine ; et sa coiffure étoit une cornette jaune, retroussée au haut de sa tête, qui laissoit tomber en désordre ses cheveux sur ses épaules ; et cependant, faite comme cela, elle brilloit de mille attraits, et ce n’étoit qu’agréments et que charmes que toute sa personne.

Scapin.

Je sens venir les choses.

Octave.

Si tu l’avois vue, Scapin, en l’état que je dis, tu l’aurois trouvée admirable.

Scapin.

Oh ! je n’en doute point ; et sans l’avoir vue, je vois bien qu’elle étoit tout à fait charmante.

Octave.

Ses larmes n’étoient point de ces larmes désagréables qui défigurent un visage ; elle avoit à pleurer une grâce touchante, et sa douleur étoit la plus belle du monde.

Scapin.

Je vois tout cela.

Octave.

Elle faisoit fondre chacun en larmes, en se jetant amoureusement sur le corps de cette mourante, qu’elle appeloit sa chère mère ; et il n’y avoit personne qui n’eût l’âme percée de voir un si bon naturel.

Scapin.

En effet, cela est touchant ; et je vois bien que ce bon naturel-là vous la fit aimer.

Octave.

Ah ! Scapin, un barbare l’auroit aimée.

Scapin.

Assurément : Le moyen de s’en empêcher ?

Octave.

Après quelques paroles, dont je tâchai d’adoucir la douleur de cette charmante affligée, nous sortîmes de là ; et demandant à Léandre ce qu’il lui sembloit de cette personne, il me répondit froidement qu’il la trouvoit assez jolie. Je fus piqué de la froideur avec laquelle il m’en parlait, et je ne voulus point lui découvrir l’effet que ses beautés avoient fait sur mon âme.

Sylvestre.

Si vous n’abrégez ce récit, nous en voilà pour jusqu’à . demain. Laissez-le-moi finir en deux mots. (À Scapin.) Son cœur prend feu dès ce moment : Il ne sauroit plus vivre, qu’il n’aille consoler son aimable affligée. Ses fréquentes visites sont rejetées de la servante, devenue la gouvernante par le trépas de la mère : voilà mon homme au désespoir ; il presse, supplie, conjure : point d’affaire. On lui dit que la fille, quoique sans bien et sans appui, est de famille honnête, et qu’à moins que de l’épouser, on ne peut souffrir ses poursuites. Voilà son amour augmenté par les difficultés. Il consulte dans sa tête, agite, raisonne, balance, prend sa résolution : le voilà marié avec elle depuis trois jours.

Scapin.

J’entends.

Sylvestre.

Maintenant, mets avec cela le retour imprévu du père, qu’on n’attendoit que dans deux mois ; la découverte que l’oncle a faite du secret de notre mariage, et l’autre mariage qu’on veut faire de lui avec la fille que le seigneur Géronte a eue d’une seconde femme qu’on dit qu’il a épousée à Tarente.

Octave.

Et par-dessus tout cela, mets encore l’indigence où se trouve cette aimable personne, et l’impuissance où je me vois d’avoir de quoi la secourir.

Scapin.

Est-ce là tout ? Vous voilà bien embarrassés tous deux pour une bagatelle ! C’est bien là de quoi se tant alarmer ! N’as-tu point de honte, toi, de demeurer court à si peu de chose ? Que diable ! te voilà grand et gros comme père et mère, et tu ne saurois trouver dans ta tête, forger dans ton esprit quelque ruse galante, quelque honnête petit stratagème, pour ajuster vos affaires ! Fi ! Peste soit du butor ! Je voudrais bien que l’on m’eût donné autrefois nos vieillards à duper ; je les aurois joués tous deux par-dessous la jambe ; et je n’étois pas plus grand que cela, que je me signalois déjà par cent tours d’adresse jolis. Sylvestre
J’avoue que le Ciel ne m’a pas donné tes talents, et que je n’ai pas l’esprit, comme toi, de me brouiller avec la justice.

Octave
Voici mon aimable Hyacinte.

Scène 3

Hyacinte, Octave, Scapin, Silvestre.

Hyacinte
Ah ! Octave, est-il vrai ce que Silvestre vient de dire à Nérine ? que votre père est de retour, et qu’il veut vous marier ?

Octave
Oui, belle Hyacinte, et ces nouvelles m’ont donné une atteinte cruelle. Mais que vois-je ? vous pleurez ! Pourquoi ces larmes ? Me soupçonnez-vous, dites-moi, de quelque infidélité, et n’êtes-vous pas assurée de l’amour que j’ai pour vous ?

Hyacinte
Oui, Octave, je suis sûre que vous m’aimez ; mais je ne le suis pas que vous m’aimiez toujours.

Octave
Eh ! peut-on vous aimer qu’on ne vous aime toute sa vie ?

Hyacinte
J’ai ouï dire, Octave, que votre sexe aime moins longtemps que le nôtre, et que les ardeurs que les hommes font voir sont des feux qui s’éteignent aussi facilement qu’ils naissent.

Octave
Ah ! ma chère Hyacinte, mon cœur n’est donc pas fait comme celui des autres hommes, et je sens bien pour moi que je vous aimerai jusqu’au tombeau.

Hyacinte
Je veux croire que vous sentez ce que vous dites, et je ne doute point que vos paroles ne soient sincères ; mais je crains un pouvoir qui combattra dans votre cœur les tendres sentiments que vous pouvez avoir pour moi. Vous dépendez d’un père, qui veut vous marier à une autre personne ; et je suis sûre que je mourrai, si ce malheur m’arrive.

Octave
Non, belle Hyacinte, il n’y a point de père qui puisse me contraindre à vous manquer de foi, et je me résoudrai à quitter mon pays, et le jour même, s’il est besoin, plutôt qu’à vous quitter. J’ai déjà pris, sans l’avoir vue, une aversion effroyable pour celle que l’on me destine ; et, sans être cruel, je souhaiterais que la mer l’écartât d’ici pour jamais. Ne pleurez donc point, je vous prie, mon aimable Hyacinte, car vos larmes me tuent, et je ne les puis voir sans me sentir percer le cœur.

Hyacinte
Puisque vous le voulez, je veux bien essuyer mes pleurs, et j’attendrai d’un œil constant ce qu’il plaira au Ciel de résoudre de moi.

Octave
Le Ciel nous sera favorable.

Hyacinte
Il ne saurait m’être contraire, si vous m’êtes fidèle.

Octave
Je le serai assurément.

Hyacinte
Je serai donc heureuse.

Scapin, à part.
Elle n’est point tant sotte, ma foi ! et je la trouve assez passable.

Octave, montrant Scapin.
Voici un homme qui pourrait bien, s’il le voulait, nous être dans tous nos besoins, d’un secours merveilleux.

Scapin
J’ai fait de grands serments de ne me mêler plus du monde ; mais, si vous m’en priez bien fort tous deux, peut-être…

Octave
Ah ! s’il ne tient qu’à te prier bien fort pour obtenir ton aide, je te conjure de tout mon cœur de prendre la conduite de notre barque.

Scapin
Et vous, ne me dites-vous rien ?

Hyacinte
Je vous conjure, à son exemple, par tout ce qui vous est le plus cher au monde, de vouloir servir notre amour.

Scapin
Il faut se laisser vaincre, et avoir de l’humanité. Allez, je veux m’employer pour vous.

Octave
Crois que…

Scapin
Chut ! À Hyacinte. Allez-vous-en, vous, et soyez en repos. À Octave. Et vous, préparez-vous à soutenir avec fermeté l’abord de votre père.

Octave
Je t’avoue que cet abord me fait trembler par avance, et j’ai une timidité naturelle que je ne saurais vaincre.

Scapin
Il faut pourtant paraître ferme au premier choc, de peur que, sur votre faiblesse, il ne prenne le pied de vous mener comme un enfant. Là, tâchez de vous composer par étude un peu de hardiesse, et songez à répondre résolument sur tout ce qu’il pourra vous dire.

Octave
Je ferai du mieux que je pourrai.

Scapin
Çà, essayons un peu, pour vous accoutumer. Répétons un peu votre rôle et voyons si vous ferez bien. Allons. La mine résolue, la tête haute, les regards assurés.

Octave
Comme cela ?

Scapin
Encore un peu davantage.

Octave
Ainsi ?

Scapin
Bon. Imaginez-vous que je suis votre père qui arrive, et répondez-moi fermement comme si c’était à lui-même. « Comment, pendard, vaurien, infâme, fils indigne d’un père comme moi, oses-tu bien paraître devant mes yeux après tes bons déportements, après le lâche tour que tu m’as joué pendant mon absence ? Est-ce là le fruit de mes soins, maraud ? est-ce là le fruit de mes soins ? le respect qui m’est dû ? le respect que tu me conserves ? » Allons donc. « Tu as l’insolence, fripon, de t’engager sans le consentement de ton père, de contracter un mariage clandestin ? Réponds-moi, coquin, réponds-moi. Voyons un peu tes belles raisons. » Oh ! que diable ! vous demeurez interdit !

Octave
C’est que je m’imagine que c’est mon père que j’entends.

Scapin
Eh ! oui. C’est par cette raison qu’il ne faut pas être comme un innocent.

Octave
Je m’en vais prendre plus de résolution, et je répondrai fermement.

Scapin
Assurément ?

Octave
Assurément.

Silvestre
Voilà votre père qui vient.

Octave
Ô Ciel ! je suis perdu.

Scapin
Holà ! Octave, demeurez. Octave ! Le voilà enfui. Quelle pauvre espèce d’homme ! Ne laissons pas d’attendre le vieillard.

Silvestre
Que lui dirai-je ?

Scapin
Laisse-moi dire, moi, et ne fais que me suivre.

Scène 4

Argante, Scapin, Silvestre.

Argante, se croyant seul.
A-t-on jamais ouï parler d’une action pareille à celle-là ?

Scapin, à Silvestre.
Il a déjà appris l’affaire, et elle lui tient si fort en tête que tout seul il en parle haut.

Argante, se croyant seul.
Voilà une témérité bien grande !

Scapin
Écoutons-le un peu.

Argante, se croyant seul.
Je voudrais bien savoir ce qu’ils me pourront dire sur ce beau mariage.

Scapin, à part.
Nous y avons songé.

Argante, se croyant seul.
Tâcheront-ils de me nier la chose ?

Scapin, à part.
Non, nous n’y pensons pas.

Argante, se croyant seul.
Ou s’ils entreprendront de l’excuser ?

Scapin, à part.
Celui-là se pourra faire.

Argante, se croyant seul.
Prétendront-ils m’amuser par des contes en l’air ?

Scapin, à part.
Peut-être.

Argante, se croyant seul.
Tous leurs discours seront inutiles.

Scapin, à part.
Nous allons voir.

Argante, se croyant seul.
Ils ne m’en donneront point à garder.

Scapin, à part.
Ne jurons de rien.

Argante, se croyant seul.
Je saurai mettre mon pendard de fils en lieu de sûreté.

Scapin, à part.
Nous y pourvoirons.

Argante, se croyant seul.
Et pour le coquin de Silvestre, je le rouerai de coups.

Silvestre, à Scapin.
J’étais bien étonné s’il m’oubliait.

Argante, apercevant Silvestre.
Ah ! ah ! vous voilà donc, sage gouverneur de famille, beau directeur de jeunes gens.

Scapin
Monsieur, je suis ravi de vous voir de retour.

Argante
Bonjour, Scapin. À Silvestre. Vous avez suivi mes ordres vraiment d’une belle manière, et mon fils s’est comporté fort sagement pendant mon absence.

Scapin
Vous vous portez bien, à ce que je vois ?

Argante
Assez bien. À Silvestre. Tu ne dis mot, coquin, tu ne dis mot.

Scapin
Votre voyage a-t-il été bon ?

Argante
Mon Dieu ! fort bon. Laisse-moi un peu quereller en repos.

Scapin
Vous voulez quereller ?

Argante
Oui, je veux quereller.

Scapin
Et qui, Monsieur ?

Argante
Ce maraud-là.

Scapin
Pourquoi ?

Argante
Tu n’as pas ouï parler de ce qui s’est passé dans mon absence ?

Scapin
J’ai bien ouï parler de quelque petite chose.

Argante
Comment quelque petite chose ! Une action de cette nature ?

Scapin
Vous avez quelque raison.

Argante
Une hardiesse pareille à celle-là ?

Scapin
Cela est vrai.

Argante
Un fils qui se marie sans le consentement de son père ? Scapin
Oui, il y a quelque chose à dire à cela. Mais je serais d’avis que vous ne fissiez point de bruit.

Argante
Je ne suis pas de cet avis, moi, et je veux faire du bruit tout mon soûl. Quoi, tu ne trouves pas que j’aie tous les sujets du monde d’être en colère ?

Scapin
Si fait, j’y ai d’abord été, moi, lorsque j’ai su la chose, et je me suis intéressé pour vous, jusqu’à quereller votre fils. Demandez-lui un peu quelles belles réprimandes je lui ai faites, et comme je l’ai chapitré sur le peu de respect qu’il gardait à un père dont il devrait baiser les pas. On ne peut pas lui mieux parler, quand ce serait vous-même. Mais quoi ? je me suis rendu à la raison, et j’ai considéré que dans le fond, il n’a pas tant de tort qu’on pourrait croire.

Argante
Que me viens-tu conter ? Il n’a pas tant de tort de s’aller marier de but en blanc avec une inconnue ?

Scapin
Que voulez-vous ? il y a été poussé par sa destinée.

Argante
Ah ! ah ! voici une raison la plus belle du monde. On n’a plus qu’à commettre tous les crimes imaginables, tromper, voler, assassiner, et dire pour excuse qu’on y a été poussé par sa destinée.

Scapin
Mon Dieu ! vous prenez mes paroles trop en philosophe. Je veux dire qu’il s’est trouvé fatalement engagé dans cette affaire.

Argante
Et pourquoi s’y engageait-il ?

Scapin
Voulez-vous qu’il soit aussi sage que vous ? Les jeunes gens sont jeunes, et n’ont pas toute la prudence qu’il leur faudrait, pour ne rien faire que de raisonnable : témoin notre Léandre, qui malgré toutes mes leçons, malgré toutes mes remontrances, est allé faire de son côté pis encore que votre fils. Je voudrais bien savoir si vous-même n’avez pas été jeune, et n’avez pas dans votre temps, fait des fredaines comme les autres. J’ai ouï dire, moi, que vous avez été autrefois un compagnon parmi les femmes, que vous faisiez de votre drôle avec les plus galantes de ce temps-là, et que vous n’en approchiez point que vous ne poussassiez à bout.

Argante
Cela est vrai. J’en demeure d’accord ; mais je m’en suis toujours tenu à la galanterie, et je n’ai point été jusqu’à faire ce qu’il a fait.

Scapin
Que vouliez-vous qu’il fît ? Il voit une jeune personne qui lui veut du bien (car il tient de vous, d’être aimé de toutes les femmes). Il la trouve charmante. Il lui rend des visites, lui conte des douceurs, soupire galamment, fait le passionné. Elle se rend à sa poursuite. Il pousse sa fortune. Le voilà surpris avec elle par ses parents, qui, la force à la main, le contraignent de l’épouser.

Silvestre, à part.
L’habile fourbe que voilà !

Scapin
Eussiez-vous voulu qu’il se fût laissé tuer ? Il vaut mieux encore être marié qu’être mort.

Argante
On ne m’a pas dit que l’affaire se soit ainsi passée.

Scapin
Demandez-lui plutôt : Il ne vous dira pas le contraire.

Argante
C’est par force qu’il a été marié ?

Silvestre
Oui, Monsieur.

Scapin
Voudrais-je vous mentir ?

Argante
Il devait donc aller tout aussitôt protester de violence chez un notaire.

Scapin
C’est ce qu’il n’a pas voulu faire.

Argante
Cela m’aurait donné plus de facilité à rompre ce mariage.

Scapin
Rompre ce mariage !

Argante
Oui.

Scapin
Vous ne le romprez point.

Argante
Je ne le romprai point ?

Scapin
Non.

Argante
Quoi ? je n’aurai pas pour moi les droits de père, et la raison de la violence qu’on a faite à mon fils ?

Scapin
C’est une chose dont il ne demeurera pas d’accord.

Argante
Il n’en demeurera pas d’accord ?

Scapin
Non.

Argante
Mon fils ?

Scapin
Votre fils. Voulez-vous qu’il confesse qu’il ait été capable de crainte, et que ce soit par force qu’on lui ait fait faire les choses ? Il n’a garde d’aller avouer cela. Ce serait se faire tort, et se montrer indigne d’un père comme vous.

Argante
Je me moque de cela.

Scapin
Il faut, pour son honneur, et pour le vôtre, qu’il dise dans le monde que c’est de bon gré qu’il l’a épousée.

Argante
Et je veux moi, pour mon honneur et pour le sien, qu’il dise le contraire.

Scapin
Non, je suis sûr qu’il ne le fera pas.

Argante
Je l’y forcerai bien.

Scapin
Il ne le fera pas, vous dis-je.

Argante
Il le fera, ou je le déshériterai.

Scapin
Vous ?

Argante
Moi.

Scapin
Bon.

Argante
Comment, bon ?

Scapin
Vous ne le déshériterez point.

Argante
Je ne le déshériterai point ?

Scapin
Non.

Argante
Non ?

Scapin
Non.

Argante
Hoy ! Voici qui est plaisant : je ne déshériterai pas mon fils.

Scapin
Non, vous dis-je.

Argante
Qui m’en empêchera ?

Scapin
Vous-même.

Argante
Moi ?

Scapin
Oui. Vous n’aurez pas ce cœur-là.

Argante
Je l’aurai.

Scapin
Vous vous moquez.

Argante
Je ne me moque point.

Scapin
La tendresse paternelle fera son office.

Argante
Elle ne fera rien.

Scapin
Oui, oui.

Argante
Je vous dis que cela sera.

Scapin
Bagatelles.

Argante
Il ne faut point dire bagatelles.

Scapin
Mon Dieu ! je vous connais, vous êtes bon naturellement.

Argante
Je ne suis point bon, et je suis méchant quand je veux. Finissons ce discours qui m’échauffe la bile. (À Silvestre) Va-t’en, pendard, va-t’en me chercher mon fripon, tandis que j’irai rejoindre le seigneur Géronte, pour lui conter ma disgrâce.

Scapin
Monsieur, si je vous puis être utile en quelque chose, vous n’avez qu’à me commander.

Argante
Je vous remercie. (À part) Ah ! pourquoi faut-il qu’il soit fils unique ! et que n’ai-je à cette heure la fille que le Ciel m’a ôtée, pour la faire mon héritière !

Scène 5

Scapin, Silvestre.

Silvestre
J’avoue que tu es un grand homme, et voilà l’affaire en bon train ; mais l’argent d’autre part nous presse pour notre subsistance, et nous avons de tous côtés des gens qui aboient après nous.

Scapin
Laisse-moi faire, la machine est trouvée. Je cherche seulement dans ma tête un homme qui nous soit affidé, pour jouer un personnage dont j’ai besoin. Attends. Tiens-toi un peu. Enfonce ton bonnet en méchant garçon. Campe-toi sur un pied. Mets la main au côté. Fais les yeux furibonds. Marche un peu en roi de théâtre. Voilà qui est bien. Suis-moi. J’ai des secrets pour déguiser ton visage et ta voix.

Silvestre
Je te conjure au moins de ne m’aller point brouiller avec la justice.

Scapin
Va, va : nous partagerons les périls en frères ; et trois ans de galère de plus ou de moins, ne sont pas pour arrêter un noble cœur.

ACTE II

Scène 1

Géronte, Argante.

Géronte
Oui, sans doute, par le temps qu’il fait, nous aurons ici nos gens aujourd’hui ; et un matelot qui vient de Tarente m’a assuré qu’il avait vu mon homme qui était près de s’embarquer. Mais l’arrivée de ma fille trouvera les choses mal disposées à ce que nous nous proposions ; et ce que vous venez de m’apprendre de votre fils rompt étrangement les mesures que nous avions prises ensemble.

Argante
Ne vous mettez pas en peine : je vous réponds de renverser tout cet obstacle, et j’y vais travailler de ce pas.

Géronte
Ma foi ! seigneur Argante, voulez-vous que je vous dise ? l’éducation des enfants est une chose à quoi il faut s’attacher fortement.

Argante
Sans doute. À quel propos cela ?

Géronte
À propos de ce que les mauvais déportements des jeunes gens viennent le plus souvent de la mauvaise éducation que leurs pères leur donnent.

Argante
Cela arrive parfois. Mais que voulez-vous dire par là ?

Géronte
Ce que je veux dire par là ?

Argante
Oui.

Géronte
Que si vous aviez en brave père, bien morigéné votre fils, il ne vous aurait pas joué le tour qu’il vous a fait.

Argante
Fort bien. De sorte donc que vous avez bien mieux morigéné le vôtre ?

Géronte
Sans doute, et je serais bien fâché qu’il m’eût rien fait approchant de cela.

Argante
Et si ce fils que vous avez, en brave père, si bien morigéné, avait fait pis encore que le mien ? eh ?

Géronte
Comment ?

Argante
Comment ?

Géronte
Qu’est-ce que cela veut dire ?

Argante
Cela veut dire, Seigneur Géronte, qu’il ne faut pas être si prompt à condamner la conduite des autres ; et que ceux qui veulent gloser doivent bien regarder chez eux s’il n’y a rien qui cloche.

Géronte
Je n’entends point cette énigme.

Argante
On vous l’expliquera.

Géronte
Est-ce que vous auriez ouï dire quelque chose de mon fils ?

Argante
Cela se peut faire.

{{Personnage|Gér onte}}
Et quoi encore ?

Argante
Votre Scapin, dans mon dépit, ne m’a dit la chose qu’en gros ; et vous pourrez de lui, ou de quelque autre, être instruit du détail. Pour moi, je vais vite consulter un avocat, et aviser des biais que j’ai à prendre. Jusqu’au revoir.

Scène 2

Léandre, Géronte.

Géronte, seul.
Que pourrait-ce être que cette affaire-ci ? Pis encore que le sien ? Pour moi, je ne vois pas ce que l’on peut faire de pis ; et je trouve que se marier sans le consentement de son père est une action qui passe tout ce qu’on peut s’imaginer. Ah ! vous voilà.

Léandre, en courant à lui pour l’embrasser.
Ah ! mon père, que j’ai de joie de vous voir de retour !

Géronte, refusant de l’embrasser.
Doucement. Parlons un peu d’affaire.

Léandre
Souffrez que je vous embrasse, et que…

Géronte, le repoussant encore.
Doucement, vous dis-je.

Léandre
Quoi ? vous me refusez, mon père, de vous exprimer mon transport par mes embrassements !

Géronte
Oui, nous avons quelque chose à démêler ensemble.

Léandre
Et quoi ?

Géronte
Tenez-vous, que je vous voie en face.

Léandre
Comment ?

Géronte
Regardez-moi entre deux yeux.

Léandre
Hé bien ?

{{Personnage|Gér onte}}
Qu’est-ce donc qui s’est passé ici ?

Léandre
Ce qui s’est passé ?

Géronte
Oui. Qu’avez-vous fait pendant mon absence ?

Léandre
Que voulez-vous, mon père, que j’aie fait ?

Géronte
Ce n’est pas moi qui veux que vous ayez fait, mais qui demande ce que c’est que vous avez fait.

Léandre
Moi, je n’ai fait aucune chose dont vous ayez lieu de vous plaindre.

Géronte
Aucune chose ?

Léandre
Non.

Géronte
Vous êtes bien résolu.

Léandre
C’est que je suis sûr de mon innocence.

Géronte
Scapin pourtant a dit de vos nouvelles.

Léandre
Scapin !

Géronte
Ah ! ah ! ce mot vous fait rougir.

Léandre
Il vous a dit quelque chose de moi ?

Géronte
Ce lieu n’est pas tout à fait propre à vider cette affaire, et nous allons l’examiner ailleurs. Qu’on se rende au logis. J’y vais revenir tout à l’heure. Ah ! traître, s’il faut que tu me déshonores, je te renonce pour mon fils, et tu peux bien pour jamais te résoudre à fuir de ma présence.

Scène 3

Octave, Scapin, Léandre.

Léandre
Me trahir de cette manière ! Un coquin, qui doit par cent raisons, être le premier à cacher les choses que je lu i confie, est le premier à les aller découvrir à mon père. Ah ! je jure le Ciel que cette trahison ne demeurera pas impunie.

Octave
Mon cher Scapin, que ne dois-je point à tes soins ! Que tu es un homme admirable ! et que le Ciel m’est favorable, de t’envoyer à mon secours !

Léandre
Ah ! ah ! vous voilà. Je suis ravi de vous trouver, Monsieur le coquin.

Scapin
Monsieur, votre serviteur. C’est trop d’honneur que vous me faites.

Léandre, en mettant l’épée à la main.
Vous faites le méchant plaisant. Ah ! je vous apprendrai…

Scapin, se mettant à genoux.
Monsieur.

Octave, se mettant entre-deux, pour empêcher Léandre de le frapper.
Ah ! Léandre.

Léandre
Non, Octave, ne me retenez point, je vous prie.

Scapin
Eh ! Monsieur.

Octave, le retenant.
De grâce !

Léandre, voulant frapper Scapin.
Laissez-moi contenter mon ressentiment.

Octave
Au nom de l’amitié, Léandre, ne le maltraitez point.

Scapin
Monsieur, que vous ai-je fait ?

Léandre, voulant le frapper.
Ce que tu m’as fait, traître ?

Octave, le retenant.
Eh ! doucement.

Léandre
Non, Octave, je veux qu’il me confesse lui-même tout à l’heure la perfidie qu’il m’a faite. Oui, coquin, je sai s le trait que tu m’as joué, on vient de me l’apprendre ; et tu ne croyais pas peut-être que l’on me dût révéler ce secret ; mais je veux en avoir la confession de ta propre bouche, ou je vais te passer cette épée au travers du corps.

Scapin
Ah ! Monsieur, auriez-vous bien ce cœur-là ?

Léandre
Parle donc.

Scapin
Je vous ai fait quelque chose, Monsieur ?

Léandre
Oui, coquin, et ta conscience ne te dit que trop ce que c’est.

Scapin
Je vous assure que je l’ignore.

Léandre, s’avançant pour le frapper.
Tu l’ignores !

Octave, le retenant.
Léandre.

Scapin
Hé bien ! Monsieur, puisque vous le voulez, je vous confesse que j’ai bu avec mes amis ce petit quartaut de vin d’Espagne dont on vous fit présent il y a quelques jours ; et que c’est moi qui fis une fente au tonneau, et répandis de l’eau autour, pour faire croire que le vin s’était échappé.

Léandre
C’est toi, pendard, qui m’as bu mon vin d’Espagne, et qui as été cause que j’ai tant querellé la servante, croyant que c’était elle qui m’avait fait le tour ?

Scapin
Oui, Monsieur : je vous en demande pardon.

Léandre
Je suis bien aise d’apprendre cela ; mais ce n’est pas l’affaire dont il est question maintenant.

Scapin
Ce n’est pas cela, Monsieur ?

Léandre
Non : c’est une autre affaire qui me touche bien plus, et je veux que tu me la dises.

Scapin
Monsieur, je ne me souviens pas d’avoir fait autre chose.

Léandre, le voulant frapper.
Tu ne veux pas parler ?

Scapin
Eh !

Octave
Tout doux.

Scapin
Oui, Monsieur, il est vrai qu’il y a trois semaines que vous m’envoyâtes porter, le soir, une petite montre à la jeune Égyptienne que vous aimez. Je revins au logis mes habits tout couverts de boue, et le visage plein de sang, et vous dis que j’avais trouvé des voleurs qui m’avaient bien battu, et m’avaient dérobé la montre. C’était moi, Monsieur, qui l’avais retenue.

Léandre
C’est toi qui as retenu ma montre ?

Scapin
Oui, Monsieur, afin de voir quelle heure il est.

Léandre
Ah ! ah ! j’apprends ici de jolies choses, et j’ai un serviteur fort fidèle vraiment. Mais ce n’est pas encore cela que je demande.

Scapin
Ce n’est pas cela ?

Léandre
Non, infâme : c’est autre chose encore que je veux que tu me confesses.

Scapin
Peste !

Léandre
Parle vite, j’ai hâte.

Scapin
Monsieur, voilà tout ce que j’ai fait.

Léandre, voulant frapper Scapin.
Voilà tout ?

Octave
Eh !

Scapin
Hé bien ! oui, Monsieur, vous vous souvenez de ce loup-garou, il y a six mois, qui vous donna tant de coups de bâton la nuit et vous pensa faire rompre le cou dans une cave où vous tombâtes en fuyant.

Léandre
Hé bien ?

Scapin
C’était moi, Monsieur, qui faisais le loup-garou.

Léandre
C’était toi, traître, qui faisais le loup-garou ?

Scapin
Oui, Monsieur, seulement pour vous faire peur, et vous ôter l’envie de nous faire courir toutes les nuits comme vous aviez de coutume.

Léandre
Je saurai me souvenir en temps et lieu de tout ce que je viens d’apprendre. Mais je veux venir au fait, et que tu me confesses ce que tu as dit à mon père.

Scapin
À votre père ?

Léandre
Oui, fripon, à mon père.

Scapin
Je ne l’ai pas seulement vu depuis son retour.

Léandre
Tu ne l’as pas vu ?

Scapin
Non, Monsieur.

Léandre
Assurément ?

Scapin
Assurément. C’est une chose que je vais vous faire dire par lui-même.

Léandre
C’est de sa bouche que je le tiens pourtant.

Scapin
Avec votre permission, il n’a pas dit la vérité.

Scène 4

Carle, Scapin, Léandre, Octave.

Carle
Monsieur, je vous apporte une nouvelle qui est fâcheuse pour votre amour.

Léandre
Comment ?

Carle
Vos Égyptiens sont sur le point de vous enlever Zerbinette, et elle-même, les larmes aux yeux, m’a chargé de venir promptement vous dire que si, dans deux heures, vous ne songez à leur porter l’argent qu’ils vous ont demandé pour elle, vous l’allez perdre pour jamais.

Léandre
Dans deux heures ?

Carle
Dans deux heures.

Léandre
Ah ! mon pauvre Scapin, j’implore ton secours.

Scapin
« Ah ! mon pauvre Scapin. » Je suis « mon pauvre Scapin » à cette heure qu’on a besoin de moi.

Léandre
Va, je te pardonne tout ce que tu viens de me dire, et pis encore, si tu me l’as fait.

Scapin
Non, non, ne me pardonnez rien. Passez-moi votre épée au travers du corps. Je serai ravi que vous me tuiez.

Léandre
Non. Je te conjure plutôt de me donner la vie, en servant mon amour.

Scapin
Point, point : vous ferez mieux de me tuer.

Léandre
Tu m’es trop précieux ; et je te prie de vouloir employer pour moi ce génie admirable, qui vient à bout de toute chose.

Scapin
Non : tuez-moi, vous dis-je.

Léandre
Ah ! de grâce, ne songe plus à tout cela, et pense à me donner le secours que je te demande.

Octave
Scapin, il faut faire quelque chose pour lui.

Scapin
Le moyen, après une avanie de la sorte ?

Léandre
Je te conjure d’oublier mon emportement et de me prêter ton adresse.

Octave
Je joins mes prières aux siennes.

Scapin
J’ai cette insulte-là sur le cœur.

Octave
Il faut quitter ton ressentiment.

Léandre
Voudrais-tu m’abandonner, Scapin, dans la cruelle extrémité où se voit mon amour ?

Scapin
Me venir faire, à l’improviste, un affront comme celui-là !

Léandre
J’ai tort, je le confesse.

Scapin
Me traiter de coquin, de fripon, de pendard, d’infâme !

Léandre
J’en ai tous les regrets du monde.

Scapin
Me vouloir passer son épée au travers du corps !

Léandre
Je t’en demande pardon de tout mon cœur ; et s’il ne tient qu’à me jeter à tes genoux, tu m’y vois, Scapin, pour te conjurer encore une fois de ne me point abandonner.

Octave
Ah ! ma foi ! Scapin, il se faut rendre à cela.

{{Personnage|ScapinLevez-vous. Une autre fois, ne soyez point si prompt.

Léandre
Me promets-tu de travailler pour moi ?

Scapin
On y songera.

Léandre
Mais tu sais que le temps presse.

Scapin
Ne vous mettez pas en peine. Combien est-ce qu’il vous faut ?

Léandre
Cinq cents écus.

Scapin
Et à vous ?

Octave
Deux cents pistoles.

Scapin
Je veux tirer cet argent de vos pères. À Octave. Pour ce qui est du vôtre, la machine est déjà toute trouvée ; à Léandre et quant au vôtre, bien qu’avare au dernier degré, il y faudra moins de façon encore, car vous savez que pour l’esprit, il n’en a pas grâces à Dieu ! grande provision, et je le livre pour une espèce d’homme à qui l’on fera toujours croire tout ce que l’on voudra. Cela ne vous offense point : il ne tombe entre lui et vous aucun soupçon de ressemblance ; et vous savez assez l’opinion de tout le monde, qui veut qu’il ne soit votre père que pour la forme.

Léandre
Tout beau, Scapin.

Scapin
Bon, bon ; on fait bien scrupule de cela : vous moquez-vous ? Mais j’aperçois venir le père d’Octave. Commençons par lui, puisqu’il se présente. Allez-vous-en tous deux. À Octave. Et vous, avertissez votre Silvestre de venir vite jouer son rôle.

Scène 5

Argante, Scapin.

Scapin, à part.
Le voilà qui rumine.

Argante, se croyant seul.
Avoir si peu de conduite et de considération ! S’aller jeter dans un engagement comme celui-là ! Ah ! ah ! jeunesse impertinente.

Scapin
Monsieur, votre serviteur.

Argante
Bonjour, Scapin.

Scapin
Vous rêvez à l’affaire de votre fils.

Argante
Je t’avoue que cela me donne un furieux chagrin.

Scapin
Monsieur, la vie est mêlée de traverses. Il est bon de s’y tenir sans cesse préparé ; et j’ai ouï dire, il y a longtemps, une parole d’un ancien que j’ai toujours retenue.

Argante
Quoi ?

Scapin
Que pour peu qu’un père de famille ait été absent de chez lui, il doit promener son esprit sur tous les fâcheux accidents que son retour peut rencontrer : se figurer sa maison brûlée, son argent dérobé, sa femme morte, son fils estropié, sa fille subornée ; et ce qu’il trouve qui ne lui est point arrivé, l’imputer à bonne fortune. Pour moi, j’ai pratiqué toujours cette leçon dans ma petite philosophie ; et je ne suis jamais revenu au logis, que je ne me sois tenu prêt à la colère de mes maîtres, aux réprimandes, aux injures, aux coups de pied au cul, aux bastonnades, aux étrivières ; et ce qui a manqué à m’arriver, j’en ai rendu grâce à mon bon destin.

Argante
Voilà qui est bien. Mais ce mariage impertinent qui trouble celui que nous voulons faire est une chose qu e je ne puis souffrir, et je viens de consulter des avocats pour le faire casser.

Scapin
Ma foi ! Monsieur, si vous m’en croyez, vous tâcherez, par quelque autre voie, d’accommoder l’affaire. Vous savez ce que c’est que les procès en ce pays-ci, et vous allez vous enfoncer dans d’étranges épines.

Argante
Tu as raison, je le vois bien. Mais quelle autre voie ?

Scapin
Je pense que j’en ai trouvé une. La compassion que m’a donnée tantôt votre chagrin, m’a obligé à chercher dans ma tête quelque moyen pour vous tirer d’inquiétude ; car je ne saurais voir d’honnêtes pères chagrinés par leurs enfants que cela ne m’émeuve ; et de tout temps, je me suis senti pour votre personne une inclination particulière.

Argante
Je te suis obligé.

Scapin
J’ai donc été trouver le frère de cette fille qui a été épousée. C’est un de ces braves de profession, de ces gens qui sont tous coups d’épée, qui ne parlent que d’échiner, et ne font non plus de conscience de tuer un homme que d’avaler un verre de vin. Je l’ai mis sur ce mariage, lui ai fait voir quelle facilité offrait la raison de la violence pour le faire casser, vos prérogatives du nom de père, et l’appui que vous donnerait auprès de la justice et votre droit, et votre argent, et vos amis. Enfin je l’ai tant tourné de tous les côtés, qu’il a prêté l’oreille aux propositions que je lui ai faites d’ajuster l’affaire pour quelque somme ; et il donnera son consentement à rompre le mariage, pourvu que vous lui donniez de l’argent.

Argante
Et qu’a-t-il demandé ?

Scapin
Oh ! d’abord, des choses par-dessus les maisons.

Argante
Et quoi ?

Scapin
Des choses extravagantes.

Argante
Mais encore ?

Scapin
Il ne parlait pas moins que de cinq ou six cents pistoles.

Argante
Cinq ou six cents fièvres quartaines qui le puissent serrer. Se moque-t-il des gens ?

Scapin
C’est ce que je lui ai dit. J’ai rejeté bien loin de pareilles propositions, et je lui ai bien fait entendre que vous n’étiez point une dupe, pour vous demander des cinq ou six cents pistoles. Enfin, après plusieurs discours, voici où s’est réduit le résultat de notre conférence. « Nous voilà au temps, m’a-t-il dit, que je dois partir pour l’armée. Je suis après à m’équiper ; et le besoin que j’ai de quelque argent, me fait consentir, malgré moi, à ce qu’on me propose. Il me faut un cheval de service, et je n’en saurais avoir un qui soit tant soit peu raisonnable à moins de soixante pistoles. »

Argante
Hé bien ! pour soixante pistoles, je les donne.

Scapin
« Il faudra le harnais, et les pistolets ; et cela ira bien à vingt pistoles encore. »

Argante
Vingt pistoles, et soixante, ce serait quatre-vingts.

Scapin
Justement.

Argante
C’est beaucoup ; mais soit, je consens à cela.

Scapin
« Il me faut aussi un cheval pour monter mon valet, qui coûtera bien trente pistoles. »

Argante
Comment diantre ! Qu’il se promène ! il n’aura rien du tout.

Scapin
Monsieur.

Argante
Non, c’est un impertinent.

{{Personnage|Sc apin}}
Voulez-vous que son valet aille à pied ?

Argante
Qu’il aille comme il lui plaira, et le maître aussi.

Scapin
Mon Dieu ! Monsieur, ne vous arrêtez point à peu de chose. N’allez point plaider, je vous prie, et donnez tout pour vous sauver des mains de la justice.

Argante
Hé bien ! soit, je me résous à donner encore ces trente pistoles.

Scapin
« Il me faut encore, a-t-il dit, un mulet pour porter… »

Argante
Oh ! qu’il aille au diable avec son mulet ! c’en est trop, et nous irons devant les juges.

Scapin
De grâce, Monsieur…

Argante
Non, je n’en ferai rien.

Scapin
Monsieur, un petit mulet.

Argante
Je ne lui donnerais pas seulement un âne.

Scapin
Considérez…

Argante
Non, j’aime mieux plaider.

Scapin
Eh ! Monsieur, de quoi parlez-vous là, et à quoi vous résolvez-vous ? Jetez les yeux sur les détours de la justice ; voyez combien d’appels et de degrés de juridiction, combien de procédures embarrassantes, combien d’animaux ravissants par les griffes desquels il vous faudra passer, sergents, procureurs, avocats, greffiers, substituts, rapporteurs, juges, et leurs clercs. Il n’y a pas un de tous ces gens-là, qui pour la moindre chose, ne soit capable de donner un soufflet au meilleur droit du monde. Un sergent baillera de faux exploits, sur quoi vous serez condamné sans que vous le sachiez. Votre procureur s’entendra avec votre partie, et vous vendra à beaux deniers comptants. Votre avocat, gagné de même, ne se trouvera point lorsqu’on plaidera votre cause, ou dira des raisons qui ne feront que battre la campagne, et n’iront point au fait. Le greffier délivrera par contumace des sentences et arrêts contre vous. Le clerc du rapporteur soustraira des pièces, ou le rapporteur même ne dira pas ce qu’il a vu. Et quand, par les plus grandes précautions du monde, vous aurez paré tout cela, vous serez ébahi que vos juges auront été sollicités contre vous, ou par des gens dévots, ou par des femmes qu’ils aimeront. Eh ! Monsieur, si vous le pouvez, sauvez-vous de cet enfer-là. C’est être damné dès ce monde, que d’avoir à plaider ; et la seule pensée d’un procès serait capable de me faire fuir jusqu’aux Indes.

Argante
À combien est-ce qu’il fait monter le mulet ?

Scapin
Monsieur, pour le mulet, pour son cheval, et celui de son homme, pour le harnais et les pistolets, et pour payer quelque petite chose qu’il doit à son hôtesse, il demande en tout deux cents pistoles.

Argante
Deux cents pistoles ?

Scapin
Oui.

Argante, se promenant en colère le long du théâtre.
Allons, allons, nous plaiderons.

Scapin
Faites réflexion…

Argante
Je plaiderai.

Scapin
Ne vous allez point jeter…

Argante
Je veux plaider.

Scapin
Mais pour plaider, il vous faudra de l’argent. Il vous en faudra pour l’exploit ; il vous en faudra pour le contrôle ; il vous en faudra pour la procuration, pour la présentation, conseils, productions, et journées du procureur ; il vous en faudra pour les consultations et plaidoiries des avocats ; pour le droit de retirer le sac, et pour les grosses d’écrituresil vous en faudra pour le rapport des substituts ; pour les épices de conclusion ; pour l’enregistrement du greffier, façon d’appointements, sentences et arrêts, contrôles, signatures, et expéditions de leurs clercs, sans parler de tous les présents qu’il vous faudra faire. Donnez cet argent-là à cet homme-ci, vous voilà hors d’affaire.

Argante
Comment, deux cents pistoles ?

Scapin
Oui, vous y gagnerez. J’ai fait un petit calcul en moi-même de tous les frais de la justice ; et j’ai trouvé qu’en donnant deux cents pistoles à votre homme, vous en aurez de reste pour le moins cent cinquante, sans compter les soins, les pas, et les chagrins que vous épargnerez. Quand il n’y aurait à essuyer que les sottises que disent devant tout le monde de méchants plaisants d’avocats, j’aimerais mieux donner trois cents pistoles, que de plaider.

Argante
Je me moque de cela, et je défie les avocats de rien dire de moi.

Scapin
Vous ferez ce qu’il vous plaira ; mais si j’étais que de vous, je fuirais les procès.

Argante
Je ne donnerai point deux cents pistoles.

Scapin
Voici l’homme dont il s’agit.

Scène 6

Silvestre, Argante, Scapin.

Silvestre
Scapin, faites-moi connaître un peu cet Argante, qui est père d’Octave.

Scapin

Pourquoi, Monsieur ?

Silvestre

Je viens d’apprendre qu’il veut me mettre en procès, et faire rompre par justice le mariage de ma sœur.

Scapin

Je ne sais pas s’il a cette pensée ; mais il ne veut point consentir aux deux cents pistoles que vous voulez, et il dit que c’est trop.

Silvestre

Par la mort ! par la tête ! par la ventre ! si je le trouve, je le veux échiner, dussé-je être roué tout vif.

Argante, pour n’être point vu, se tient en tremblant couvert de Scapin.

Scapin

Monsieur, ce père d’Octave a du cœur, et peut-être ne vous craindra-t-il point.

Silvestre

Lui ? lui ? Par la sang ! par la tête ! s’il était là, je lui donnerais tout à l’heure de l’épée dans le ventre. Qui est cet homme-là ?

Scapin

Ce n’est pas lui, Monsieur, ce n’est pas lui.

Silvestre

N’est-ce point quelqu’un de ses amis ?

Scapin

Non, Monsieur, au contraire, c’est son ennemi capital.

Silvestre

Son ennemi capital ?

Scapin

Oui.

Silvestre

Ah ! parbleu ! j’en suis ravi. Vous êtes ennemi, Monsieur, de ce faquin d’Argante ; eh ?

Scapin

Oui, oui, je vous en réponds.

Silvestre, lui prend rudement la main.

Touchez là, touchez. Je vous donne ma parole, et vous jure sur mon honneur, par l’épée que je porte, par tous les serments que je saurais faire, qu’avant la fin du jour je vous déferai de ce maraud fieffé, de ce faquin d’Argante. Reposez-vous sur moi.

Scapin

Monsieur, les violences en ce pays-ci ne sont guère souffertes.

Silvestre

Je me moque de tout, et je n’ai rien à perdre.

Scapin

Il se tiendra sur ses gardes assurément ; et il a des parents, des amis, et des domestiques, dont il se fera un secours contre votre ressentiment.

Silvestre

C’est ce que je demande, morbleu ! c’est ce que je demande. Il met l’épée à la main, et pousse de tous les côtés, comme s’il y avait plusieurs personnes devant lui. Ah, tête ! ah, ventre ! Que ne le trouvé-je à cette heure avec tout son secours ! Que ne paraît-il à mes yeux au milieu de trente personnes ! Que ne les vois-je fondre sur moi les armes à la main ! Comment, marauds, vous avez la hardiesse de vous attaquer à moi ? Allons, morbleu ! tue, point de quartier. Donnons. Ferme. Poussons. Bon pied, bon œil. Ah ! coquins, ah ! canaille, vous en voulez par là ; je vous en ferai tâter votre soûl. Soutenez, marauds, soutenez. Allons. À cette botte. À cette autre. À celle-ci. À celle-là. Comment, vous reculez ? Pied ferme, morbleu ! pied ferme.

Scapin

Eh, eh, eh ! Monsieur, nous n’en sommes pas.

Silvestre

Voilà qui vous apprendra à vous oser jouer à moi.

Scapin

Hé bien, vous voyez combien de personnes tuées pour deux cents pistoles. Oh sus ! je vous souhaite une bonne fortune.

Argante, tout tremblant.

Scapin.

Scapin

Plaît-il ?

Argante

Je me résous à donner les deux cents pistoles.

Scapin

J’en suis ravi, pour l’amour de vous.

Argante

Allons le trouver, je les ai sur moi.

Scapin

Vous n’avez qu’à me les donner. Il ne faut pas pour votre honneur que vous paraissiez là, après avoir passé ici pour autre que ce que vous êtes ; et de plus, je craindrais qu’en vous faisant connaître, il n’allât s’aviser de vous demander davantage.

Argante

Oui ; mais j’aurais été bien aise de voir comme je donne mon argent.

Scapin

Est-ce que vous vous défiez de moi ?

Argante

Non pas, mais…

Scapin

Parbleu, Monsieur, je suis un fourbe, ou je suis honnête homme : c’est l’un des deux. Est-ce que je voudrais vous tromper, et que dans tout ceci j’ai d’autre intérêt que le vôtre, et celui de mon maître, à qui vous voulez vous allier ? Si je vous suis suspect, je ne me mêle plus de rien, et vous n’avez qu’à chercher, dès cette heure, qui accommodera vos affaires.

Argante

Tiens donc.

Scapin

Non, Monsieur, ne me confiez point votre argent. Je serai bien aise que vous vous serviez de quelque autre.

Argante

Mon Dieu ! tiens.

Scapin
Non, vous dis-je, ne vous fiez point à moi. Que sait-on si je ne veux point vous attraper votre argent ?

Argante
Tiens, te dis-je, ne me fais point contester davantage. Mais songe à bien prendre tes sûretés avec lui.

Scapin
Laissez-moi faire, il n’a pas affaire à un sot.

Argante
Je vais t’attendre chez moi.

Scapin
Je ne manquerai pas d’y aller. Seul. Et un. Je n’ai qu’à chercher l’autre. Ah !, ma foi, le voici. Il semble que le Ciel, l’un après l’autre, les amène dans mes filets.

Scène 7

Géronte, Scapin.

Scapin
Ô Ciel ! ô disgrâce imprévue ! ô misérable père ! Pauvre Géronte, que feras-tu ?

Géronte
Que dit-il là de moi, avec ce visage affligé ?

Scapin
N’y a-t-il personne qui puisse me dire où est le seigneur Géronte ?

Géronte
Qu’y a-t-il, Scapin ?

Scapin
Où pourrai-je le rencontrer, pour lui dire cette infortune ?

Géronte
Qu’est-ce que c’est donc ?

Scapin
En vain je cours de tous côtés pour le pouvoir trouver.

Géronte
Me voici.

Scapin
Il faut qu’il soit caché en quelque endroit qu’on ne puisse point deviner.

Géronte
Holà ! es-tu aveugle, que tu ne me vois pas ?

Scapin
Ah ! Monsieur, il n’y a pas moyen de vous rencontrer.

Géronte
Il y a une heure que je suis devant toi. Qu’est-ce que c’est donc qu’il y a ?

Scapin
Monsieur…

Géronte
Quoi ?

Scapin
Monsieur, votre fils…

Géronte
Hé bien ! mon fils…

Scapin
Est tombé dans une disgrâce la plus étrange du monde.

Géronte
Et quelle ?

Scapin
Je l’ai trouvé tantôt tout triste, de je ne sais quoi que vous lui avez dit, où vous m’avez mêlé assez mal à propos ; et cherchant à divertir cette tristesse, nous nous sommes allés promener sur le port. Là, entre autres plusieurs choses, nous avons arrêté nos yeux sur une galère turque assez bien équipée. Un jeune Turc de bonne mine nous a invités d’y entrer, et nous a présenté la main. Nous y avons passé ; il nous a fait mille civilités, nous a donné la collation, où nous avons mangé des fruits les plus excellents qui se puissent voir, et bu du vin que nous avons trouvé le meilleur du monde.

Géronte
Qu’y a-t-il de si affligeant en tout cela ?

Scapin
Attendez, Monsieur, nous y voici. Pendant que nous mangions, il a fait mettre la galère en mer, et, se voyant éloigné du port, il m’a fait mettre dans un esquif, et m’envoie vo us dire que si vous ne lui envoyez par moi tout à l’heure cinq cents écus, il va vous emmener votre fils en Alger.

Géronte
Comment, diantre ! cinq cents écus ?

Scapin
Oui, Monsieur ; et de plus, il ne m’a donné pour cela que deux heures.

Géronte
Ah ! le pendard de Turc, m’assassiner de la façon !

Scapin
C’est à vous, Monsieur, d’aviser promptement aux moyens de sauver des fers un fils que vous aimez avec tant de tendresse.

Géronte
Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin
Il ne songeait pas à ce qui est arrivé.

Géronte
Va-t’en, Scapin, va-t’en vite dire à ce Turc que je vais envoyer la justice après lui.

Scapin
La justice en pleine mer ! Vous moquez-vous des gens ?

Géronte
Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin
Une méchante destinée conduit quelquefois les personnes.

Géronte
Il faut, Scapin, il faut que tu fasses ici l’action d’un serviteur fidèle.

Scapin
Quoi, Monsieur ?

Géronte
Que tu ailles dire à ce Turc, qu’il me renvoie mon fils, et que tu te mets à sa place jusqu’à ce que j’aie amassé la somme qu’il demande.

Scapin
Eh ! Monsieur, songez-vous à ce que vous dites ? et vous figurez-vous que ce Turc ait si peu de sens que d’aller recevoir un misérable comme moi à la place de votre fils ?

Géronte
Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin
Il ne devinait pas ce malheur. Songez, Monsieur, qu’il ne m’a donné que deux heures.

Géronte
Tu dis qu’il demande…

Scapin
Cinq cents écus.

Géronte
Cinq cents écus ! N’a-t-il point de conscience ?

Scapin
Vraiment oui, de la conscience à un Turc.

Géronte
Sait-il bien ce que c’est que cinq cents écus ?

Scapin
Oui, Monsieur, il sait que c’est mille cinq cents livres.

Géronte
Croit-il, le traître, que mille cinq cents livres se trouvent dans le pas d’un cheval ?

Scapin
Ce sont des gens qui n’entendent point de raison.

Géronte
Mais que diable allait-il faire à cette galère ?

Scapin
Il est vrai ; mais quoi ? on ne prévoyait pas les choses. De grâce, Monsieur, dépêchez.

Géronte
Tiens, voilà la clef de mon armoire.

Scapin
Bon.

Géronte
Tu l’ouvriras.

Scapin
Fort bien.

{{Personnage|Géronte} }
Tu trouveras une grosse clef du côté gauche, qui est celle de mon grenier.

Scapin
Oui.

Géronte
Tu iras prendre toutes les hardes qui sont dans cette grande manne, et tu les vendras aux fripiers, pour aller racheter mon fils.

Scapin, en lui rendant la clef.
Eh, Monsieur ! rêvez-vous ? Je n’aurais pas cent francs de tout ce que vous dites ; et de plus, vous savez le peu de temps qu’on m’a donné.

Géronte
Mais que diable allait-il faire à cette galère ?

Scapin
Oh ! que de paroles perdues ! Laissez là cette galère, et songez que le temps presse, et que vous courez risque de perdre votre fils. Hélas ! mon pauvre maître, peut-être que je ne te verrai de ma vie, et qu’à l’heure que je parle, on t’emmène esclave en Alger. Mais le Ciel me sera témoin que j’ai fait pour toi tout ce que j’ai pu ; et que si tu manques à être racheté, il n’en faut accuser que le peu d’amitié d’un père.

Géronte
Attends, Scapin, je m’en vais quérir cette somme.

Scapin
Dépêchez donc vite, Monsieur, je tremble que l’heure ne sonne.

Géronte
N’est-ce pas quatre cents écus que tu dis ?

Scapin
Non : cinq cents écus.

Géronte
Cinq cents écus ?

{{Personnage|Scapin} }
Oui.

Géronte
Que diable allait-il faire à cette galère ?

Scapin
Vous avez raison, mais hâtez-vous.

Géronte
N’y avait-il point d’autre promenade ?

Scapin
Cela est vrai. Mais faites promptement.

Géronte
Ah ! maudite galère !

Scapin
Cette galère lui tient au cœur.

Géronte
Tiens, Scapin, je ne me souvenais pas que je viens justement de recevoir cette somme en or, et je ne croyais pas qu’elle dût m’être si tôt ravie. Il lui présente sa bourse, qu’il ne laisse pourtant pas aller ; et, dans ses transports il fait aller son bras de côté et d’autre, et Scapin le sien pour avoir la bourse. Tiens. Va-t’en racheter mon fils.

Scapin
Oui, Monsieur.

Géronte
Mais dis à ce Turc que c’est un scélérat.

Scapin
Oui.

Géronte
Un infâme.

Scapin
Oui.

Géronte
Un homme sans foi, un voleur.

Scapin
Laissez-moi faire.

Géronte
Qu’il me tire cinq cents écus contre toute sorte de droit.

Scapin
Oui.

Géronte
Que je ne les lui donne ni à la mort, ni à la vie.

Scapin
Fort bien.

Géronte
Et que si jamais je l’attrape, je saurai me venger de lui.

Scapin
Oui.

Géronte, remet la bourse dans sa poche, et s’en va.
Va, va vite requérir mon fils.

Scapin, allant après lui.
Holà ! Monsieur.

Géronte
Quoi ?

Scapin
Où est donc cet argent ?

Géronte
Ne te l’ai-je pas donné ?

Scapin
Non vraiment, vous l’avez remis dans votre poche.

Géronte
Ah ! c’est la douleur qui me trouble l’esprit.

Scapin
Je le vois bien.

Géronte
Que diable allait-il faire dans cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc à tous les diables !

Scapin
Il ne peut digérer les cinq cents écus que je lui arrache ; mais il n’est pas quitte envers moi, et je veux qu’il me paye en une autre monnaie l’imposture qu’il m’a faite auprès de son fils.

Scène 8

Octave, Léandre, Scapin.

{{Personnage|Octav e}}
Hé bien ! Scapin, as-tu réussi pour moi dans ton entreprise ?

Léandre
As-tu fait quelque chose pour tirer mon amour de la peine où il est ?

Scapin
Voilà deux cents pistoles que j’ai tirées de votre père.

Octave
Ah ! que tu me donnes de joie !

Scapin
Pour vous, je n’ai pu faire rien.

Léandre, veut s’en aller.
Il faut donc que j’aille mourir ; et je n’ai que faire de vivre, si Zerbinette m’est ôtée.

Scapin
Holà ! holà ! tout doucement. Comme diantre vous allez vite.

Léandre
Que veux-tu que je devienne ?

Scapin
Allez, j’ai votre affaire ici.

Léandre
Ah ! tu me redonnes la vie.

Scapin
Mais à condition que vous me permettrez à moi une petite vengeance contre votre père, pour le tour qu’il m’a fait.

Léandre
Tout ce que tu voudras.

Scapin
Vous me le promettez devant témoin.

Léandre
Oui.

Scapin
Tenez, voilà cinq cents écus.

Léandre
Allons en promptement acheter celle que j’adore.

ACTE III

Scène 1

Zerbinette, Hyacinte, Scapin, Silvestre.

Silvestre
Oui, vos amants ont arrêté entre eux que vous fussiez ensemble ; et nous nous acquittons de l’ordre qu’ils nous ont donné.

Hyacinte
Un tel ordre n’a rien qui ne me soit fort agréable. Je reçois avec joie une compagne de la sorte ; et il ne tiendra pas à moi, que l’amitié qui est entre les personnes que nous aimons ne se répande entre nous deux.

Zerbinette
J’accepte la proposition, et ne suis point personne à reculer, lorsqu’on m’attaque d’amitié.

Scapin
Et lorsque c’est d’amour qu’on vous attaque ?

Zerbinette
Pour l’amour, c’est une autre chose ; on y court un peu plus de risque, et je n’y suis pas si hardie.

Scapin
Vous l’êtes, que je crois, contre mon maître maintenant ; et ce qu’il vient de faire pour vous doit vous donner du cœur pour répondre comme il faut à sa passion.

Zerbinette
Je ne m’y fie encore que de la bonne sorte ; et ce n’est pas assez pour m’assurer entièrement que ce qu’il vient de faire. J’ai l’humeur enjouée, et sans cesse je ris ; mais tout en riant, je suis sérieuse sur de certains chapitres ; et ton maître s’abusera, s’il croit qu’il lui suffise de m’avoir achetée pour me voir toute à lui. Il doit lui en coûter autre chose que de l’argent ; et pour répondre à son amour de la manière qu’il souhaite, il me faut un don de sa foi qui soit assaisonné de certaines cérémonies qu’on trouve nécessaires.

Scapin
C’est là aussi comme il l’entend. Il ne prétend à vous qu’en tout bien et en tout honneur ; et je n’aurais pas été homme à me mêler de cette affaire, s’il avait une autre pensée.

Zerbinette
C’est ce que je veux croire, puisque vous me le dites ; mais, du côté du père, j’y prévois des empêchements.

Scapin
Nous trouverons moyen d’accommoder les choses.

Hyacinte
La ressemblance de nos destins doit contribuer encore à faire naître notre amitié ; et nous nous voyons toutes deux dans les mêmes alarmes, toutes deux exposées à la même infortune.

Zerbinette
Vous avez cet avantage, au moins, que vous savez de qui vous êtes née ; et que l’appui de vos parents, que vous pouvez faire connaître, est capable d’ajuster tout, peut assurer votre bonheur, et faire donner un consentement au mariage qu’on trouve fait. Mais pour moi, je ne rencontre aucun secours dans ce que je puis être, et l’on me voit dans un état qui n’adoucira pas les volontés d’un père qui ne regarde que le bien.

Hyacinte
Mais aussi avez-vous cet avantage, que l’on ne tente point par un autre parti celui que vous aimez.

Zerbinette
Le changement du cœur d’un amant n’est pas ce qu’on peut le plus craindre. On se peut naturellement croire assez de mérite pour garder sa conquête ; et ce que je vois de plus redoutable dans ces sortes d’affaires, c’est la puissance paternelle, auprès de qui tout le mérite ne sert de rien.

Hyacinte
Hélas ! pourquoi faut-il que de justes inclinations se trouvent traversées ? La douce chose que d’aimer, lorsque l’on ne voit point d’obstacle à ces aimables chaînes dont deux cœurs se lient ensemble !

Scapin
Vous vous moquez ; la tranquillité en amour est un calme désagréable ; un bonheur tout uni nous devient ennuyeux ; il faut du haut et du bas dans la vie ; et les difficultés qui se mêlent aux choses réveillent les ardeurs, augmentent les plaisirs.

Zerbinette
Mon Dieu, Scapin, fais-nous un peu ce récit, qu’on m’a dit qui est si plaisant, du stratagème dont tu t’es avisé pour tirer de l’argent de ton vieillard avare. Tu sais qu’on ne perd point sa peine lorsqu’on me fait un conte, et que je le paye assez bien par la joie qu’on m’y voit prendre.

Scapin
Voilà Silvestre qui s’en acquittera aussi bien que moi. J’ai dans la tête certaine petite vengeance, dont je vais goûter le plaisir.

Silvestre
Pourquoi, de gaieté de cœur, veux-tu chercher à t’attirer de méchantes affaires ?

Scapin
Je me plais à tenter des entreprises hasardeuses.

Silvestre
Je te l’ai déjà dit, tu quitterais le dessein que tu as, si tu m’en voulais croire.

Scapin
Oui, mais c’est moi que j’en croirai.

Silvestre
À quoi diable te vas-tu amuser ?

Scapin
De quoi diable te mets-tu en peine ?

Silvestre
C’est que je vois que sans nécessité, tu vas courir risque de t’attirer une venue de coups de bâton.

Scapin
Hé bien ! c’est aux dépens de mon dos, et non pas du tien.

Silvestre
Il est vrai que tu es maître de tes épaules, et tu en disposeras comme il te plaira.

Scapin
Ces sortes de périls ne m’ont jamais arrêté, et je hais ces cœurs pusillanimes qui, pour trop prévoir les suites des choses, n’osent rien entreprendre.

Zerbinette
Nous aurons besoin de tes soins.

Scapin
Allez : je vous irai bientôt rejoindre. Il ne sera pas dit qu’impunément on m’ait mis en état de me trahir moi-même, et de découvrir des secrets qu’il était bon qu’on ne sût pas.

Scène 2

Géronte, Scapin.

Géronte
Hé bien, Scapin, comment va l’affaire de mon fils ?

Scapin
Votre fils, Monsieur, est en lieu de sûreté ; mais vous courez maintenant, vous, le péril le plus grand du monde, et je voudrais pour beaucoup que vous fussiez dans votre logis.

Géronte
Comment donc ?

Scapin
À l’heure que je parle, on vous cherche de toutes parts pour vous tuer.

Géronte
Moi ?

Scapin
Oui.

Géronte
Et qui ?

Scapin
Le frère de cette personne qu’Octave a épousée. Il croit que le dessein que vous avez de mettre votre fille à la place que tient sa sœur est ce qui pousse le plus fort à faire rompre leur mariage ; et, dans cette pensée, il a résolu hautement de décharger son désespoir sur vous et vous ôter la vie pour venger son honneur. Tous ses amis, gens d’épée comme lui, vous cherchent de tous les côtés, et demandent de vos nouvelles. J’ai vu même deçà et delà, des so ldats de sa compagnie qui interrogent ceux qu’ils trouvent, et occupent par pelotons toutes les avenues de votre maison. De sorte que vous ne sauriez aller chez vous, vous ne sauriez faire un pas ni à droit, ni à gauche, que vous ne tombiez dans leurs mains.

Géronte
Que ferai-je, mon pauvre Scapin ?

Scapin
Je ne sais pas, Monsieur, et voici une étrange affaire. Je tremble pour vous depuis les pieds jusqu’à la tête, et… Attendez.

Il se retourne, et fait semblant d’aller voir au bout du théâtre s’il n’y a personne.

Géronte, en tremblant.
Eh ?

Scapin, en revenant.
Non, non, non, ce n’est rien.

Géronte
Ne saurais-tu trouver quelque moyen pour me tirer de peine ?

Scapin
J’en imagine bien un ; mais je courrais risque moi, de me faire assommer.

Géronte
Eh ! Scapin, montre-toi serviteur zélé : ne m’abandonne pas, je te prie.

Scapin
Je le veux bien. J’ai une tendresse pour vous qui ne saurait souffrir que je vous laisse sans secours.

Géronte
Tu en seras récompensé, je t’assure ; et je te promets cet habit-ci, quand je l’aurai un peu usé.

Scapin
Attendez. Voici une affaire que je me suis trouvée fort à propos pour vous sauver. Il faut que vous vous mettiez dans ce sac et que…

Géronte
Ah !

Scapin
Non, non, non, non, ce n’est personne. Il faut, dis-je, que vous vous mettiez là dedans, et que vous gardiez de remuer en aucune façon. Je vous chargerai sur mon dos, com me un paquet de quelque chose, et je vous porterai ainsi au travers de vos ennemis, jusque dans votre maison, où quand nous serons une fois, nous pourrons nous barricader, et envoyer quérir main-forte contre la violence.

Géronte
L’invention est bonne.

Scapin
La meilleure du monde. Vous allez voir. À part. Tu me payeras l’imposture.

Géronte
Eh ?

Scapin
Je dis que vos ennemis seront bien attrapés. Mettez-vous bien jusqu’au fond, et surtout prenez garde de ne vous point montrer, et de ne branler pas, quelque chose qui puisse arriver.

Géronte
Laisse-moi faire. Je saurai me tenir…

Scapin
Cachez-vous. Voici un spadassin qui vous cherche. En contrefaisant sa voix. « Quoi ? Jé n’aurai pas l’abantage dé tuer cé Geronte, et quelqu’un par charité né m’enseignera pas où il est ? » À Géronte avec sa voix ordinaire. Ne branlez pas. Reprenant son ton contrefait. « Cadédis, jé lé trouberai, sé cachât-il au centre dé la terre. » À Géronte avec son ton naturel. Ne vous montrez pas. Tout le langage gascon est supposé de celui qu’il contrefait, et le reste de lui. « Oh, l’homme au sac ! » Monsieur. « Jé té vaille un louis, et m’enseigne où put être Géronte. » Vous cherchez le seigneur Géronte ? « Oui, mordi ! Jé lé cherche. » Et pour quelle affaire, Monsieur ? « Pour quelle affaire ? » Oui. « Jé beux, cadédis, lé faire mourir sous les coups de vaton. » Oh ! Monsieur, les coups de bâton ne se donnent point à des gens comme lui, et ce n’est pas un homme à être traité de la sorte. « Qui, cé fat dé Geronte, cé maraut, cé velître ? » Le seigneur Géronte, Monsieur, n’est ni fat, ni maraud, ni bel ître, et vous devriez, s’il vous plaît, parler d’autre façon. « Comment, tu mé traites, à moi, avec cette hautur ? » Je défends, comme je dois, un homme d’honneur qu’on offense. « Est-ce que tu es des amis dé cé Geronte ? » Oui, Monsieur, j’en suis. « Ah ! Cadédis, tu es de ses amis, à la vonne hure. » Il donne plusieurs coups de bâton sur le sac. « Tiens. Boilà cé que jé té vaille pour lui. » Ah, ah, ah ! Ah, Monsieur ! Ah, ah, Monsieur ! Tout beau. Ah, doucement, ah, ah, ah ! « Va, porte-lui cela de ma part. Adiusias. » Ah ! diable soit le Gascon ! Ah ! En se plaignant et remuant le dos, comme s’il avait reçu les coups de bâton.

Géronte
Ah ! Scapin, je n’en puis plus !

Scapin
Ah ! Monsieur, je suis tout moulu, et les épaules me font un mal épouvantable.

Géronte
Comment ? c’est sur les miennes qu’il a frappé.

Scapin
Nenni, Monsieur, c’était sur mon dos qu’il frappait.

Géronte
Que veux-tu dire ? J’ai bien senti les coups, et les sens bien encore.

Scapin
Non, vous dis-je, ce n’est que le bout du bâton qui a été jusque sur vos épaules.

Géronte
Tu devais donc te retirer un peu plus loin, pour m’épargner…

Scapin
Prenez garde. En voici un autre qui a la mine d’un étranger. Cet endroit est de même celui du Gascon, pour le changement de langage, et le jeu de théâtre. « Parti ! Moi courir comme une Basque, et moi ne pouvre point troufair de tout le jour sti tiable de Gironte ? » Cachez-vous bien. « Dites-moi un peu fous, monsir l’homme, s’il ve plaist, fous savoir point où l’est sti Gironte que moi cherchair ? » Non, Monsieur, je ne sais point où est Géronte. « Dites-moi-le vous frenchemente, moi li fouloir pas grande chose à lui. L’est seulemente pour li donnair un petite régale sur le dos d’un douzaine de coups de bastonne, et de trois ou quatre petites coups d’épée au trafers de son poitrine. » Je vous assure, Monsieur, que je ne sais pas où il est. « Il me semble que j’y foi remuair quelque chose dans sti sac. » Pardonnez-moi, Monsieur. « Li est assurément quelque histoire là tetans. » Point du tout, Monsieur. « Moi l’avoir enfie de tonner ain coup d’épée dans ste sac. » Ah ! Monsieur, gardez-vous-en bien. « Montre-le-moi un peu fous ce que c’estre là. » Tout beau, Monsieur. « Quement, tout beau ? » Vous n’avez que faire de vouloir voir ce que je porte. « Et moi, je le fouloir foir, moi. » Vous ne le verrez point. « Ahi que de badinemente ! » Ce sont hardes qui m’appartiennent. « Montre-moi fous, te dis-je. » Je n’en ferai rien. « Toi ne faire rien ? » Non. « Moi pailler de ste bastonne dessus les épaules de toi. » Je me moque de cela. « Ah ! toi faire le trole. » Ahi, ahi, ahi ; ah, Monsieur, ah, ah, ah, ah. « Jusqu’au refoir : l’estre là un petit leçon pour li apprendre à toi à parlair insolentemente ! » Ah ! peste soit du baragouineux. Ah !

Géronte, sortant sa tête du sac.
Ah ! je suis roué !

Scapin
Ah ! je suis mort !

Géronte
Pourquoi diantre faut-il qu’ils frappent sur mon dos ?

Scapin
Prenez garde, voici une demi-douzaine de soldats tout ensemble. Il contrefait plusieurs personnes ensemble. « Allons, tâchons à trouver ce Géronte, cherchons partout. N’épargnons point nos pas. Courons toute la ville. N’oublions aucun lieu. Visitons tout. Furetons de tous les côtés. Par où irons-nous ? Tournons par là. Non, par ici. À gauche. À droit. Nenni. Si fait. » Cachez-vous bien. « Ah ! camarades, voici son valet. Allons, coquin, il faut que tu nous enseignes où est ton maître. » Eh ! Messieurs, ne me maltraitez point. « Allons, dis-nous où il est. Parle. Hâte-toi. Expédions. Dépêche vite. Tôt. » Eh ! Messieurs, doucement. Géronte met doucement la tête hors du sac, et aperçoit la fourberie de Scapin. « Si tu ne nous fais trouver ton maître tout à l’ heure, nous allons faire pleuvoir sur toi une ondée de coups de bâton. » J’aime mieux souffrir toute chose que de vous découvrir mon maître. « Nous allons t’assommer. » Faites tout ce qu’il vous plaira. « Tu as envie d’être battu. » Je ne trahirai point mon maître. « Ah ! tu en veux tâter ? » Oh !

Comme il est prêt de frapper, Géronte sort du sac, et Scapin s’enfuit.

Géronte
Ah, infâme ! ah, traître ! ah, scélérat ! C’est ainsi que tu m’assassines !

Scène 3

Zerbinette, Géronte.

Zerbinette, riant, sans voir Géronte.
Ah, ah, je veux prendre un peu l’air.

Géronte, à part, sans voir Zerbinette.
Tu me le paieras, je te jure.

Zerbinette, sans voir Géronte.
Ah ! ah, ah, ah, la plaisante histoire ! et la bonne dupe que ce vieillard !

Géronte
Il n’y a rien de plaisant à cela, et vous n’avez que faire d’en rire.

Zerbinette
Quoi ? que voulez-vous dire, Monsieur ?

Géronte
Je veux dire que vous ne devez pas vous moquer de moi.

Zerbinette
De vous ?

Géronte
Oui.

Zerbinette
Comment ? qui songe à se moquer de vous ?

Géronte
Pourquoi venez-vous ici me rire au nez ?

Zerbinette
Cela ne vous regarde point, et je ris toute seule d’un conte qu’on vient de me faire, le plus plaisant qu’on puisse entendre. Je ne sais pas si c’est parce que je suis intéressée dans la chose ; mais je n’ai jamais trouvé rien de si drôle qu’un tour qui vient d’être joué par un fils à son père, pour en attraper de l’argent.

Géronte
Par un fils à son père, pour en attraper de l’argent ?

Zerbinette
Oui. Pour peu que vous me pressiez, vous me trouverez assez disposée à vous dire l’affaire, et j’ai une démangeaison naturelle à faire part des contes que je sais.

Géronte
Je vous prie de me dire cette histoire.

Zerbinette
Je le veux bien. Je ne risquerai pas grand’chose à vous la dire, et c’est une aventure qui n’est pas pour être longtemps secrète. La destinée a voulu que je me trouvasse parmi une bande de ces personnes qu’on appelle Égyptiens, et qui rôdant de province en province, se mêlent de dire la bonne fortune, et quelquefois de beaucoup d’autres choses. En arrivant dans cette ville, un jeune homme me vit, et conçut pour moi de l’amour. Dès ce moment il s’attache à mes pas, et le voilà d’abord comme tous les jeunes gens, qui croient qu’il n’y a qu’à parler, et qu’au moindre mot qu’ils nous disent, leurs affaires sont faites ; mais il trouva une fierté qui lui fit un peu corriger ses premières pensées. Il fit connaître sa passion aux gens qui me tenaient, et il les trouva disposés à me laisser à lui, moyennant quelque somme. Mais le mal de l’affaire était que mon amant se trouvait dans l’état où l’on voit très souvent la plupart des fils de famille, c’est-à-dire qu’il était un peu dénué d’argent ; et il a un père qui, quoique riche, est un avaricieux fieffé, le plus vilain homme du monde. Attendez. Ne me saurais-je souvenir de son nom ? Haye. Aidez-moi un peu. Ne pouvez-vous me nommer quelqu’un de cette ville qui soit connu pour être avare au dernier point ?

Géronte
Non.

Zerbinette
Il y a à son nom du ron… ronte. Or… Oronte. Non. Gé… Géronte ; oui Géronte justement ; voilà mon vilai n, je l’ai trouvé, c’est ce ladre-là que je dis. Pour venir à notre conte, nos gens ont voulu aujourd’hui partir de cette ville ; et mon amant m’allait perdre faute d’argent, si pour en tirer de son père, il n’avait trouvé du secours dans l’industrie d’un serviteur qu’il a. Pour le nom du serviteur, je le sais à merveille : il s’appelle Scapin ; c’est un homme incomparable, et il mérite toutes les louanges qu’on peut donner.

Géronte
Ah coquin que tu es !

Zerbinette
Voici le stratagème dont il s’est servi pour attraper sa dupe. Ah, ah, ah, ah. Je ne saurais m’en souvenir, que je ne rie de tout mon cœur. Ah, ah, ah. Il est allé trouver ce chien d’avare, ah, ah ah ; et lui a dit, qu’en se promenant sur le port avec son fils, hi, hi, ils avaient vu une galère turque où on les avait invités d’entrer ; qu’un jeune Turc leur y avait donné la collation, ah ; que, tandis qu’ils mangeaient, on avait mis la galère en mer ; et que le Turc l’avait renvoyé lui seul à terre dans un esquif, avec ordre de dire au père de son maître qu’il emmenait son fils en Alger, s’il ne lui envoyait tout à l’heure cinq cents écus. Ah, ah, ah. Voilà mon ladre, mon vilain dans de furieuses angoisses ; et la tendresse qu’il a pour son fils fait un combat étrange avec son avarice. Cinq cents écus qu’on lui demande sont justement cinq cents coups de poignard qu’on lui donne. Ah, ah, ah. Il ne peut se résoudre à tirer cette somme de ses entrailles ; et la peine qu’il souffre lui fait trouver cent moyens ridicules pour ravoir son fils. Ah, ah, ah. Il veut envoyer la justice en mer après la galère du Turc. Ah, ah, ah. Il sollicite son valet de s’aller offrir à tenir la place de son fils, jusqu’à ce qu’il ait amassé l’argent qu’il n’a pas envie de donner. Ah, ah, ah. Il abandonne, pour faire les cinq cents écus, quatre ou cinq vieux habits qui n’en valent pas trente. Ah, ah, ah. Le valet lui fait comprendre, à tous coups, l’impertinence de ses propositions, et chaque réflexion est douloureusement accompagnée d’un : « Mais que diable allait-il faire à cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc ! » Enfin après plusieurs détours, après avoir longtemps gémi et soupiré… Mais il me semble que vous ne riez point de mon conte. Qu’en dites-vous ?

Géronte
Je dis que le jeune homme est un pendard, un insolent, qui sera puni par son père du tour qu’il lui a fait ; que l’Égyptienne est une malavisée, une impertinente, de dire des injures à un homme d’honneur, qui saura lui apprendre à venir ici débaucher les enfants de famille ; et que le valet est un scélérat, qui sera par Géronte envoyé au gibet avant qu’il soit demain.

Scène 4

Silvestre, Zerbinette.

Silvestre
Où est-ce donc que vous vous échappez ? Savez-vous bien que vous venez de parler là au père de votre amant ?

Zerbinette
Je viens de m’en douter, et je me suis adressée à lui-même sans y penser, pour lui conter son histoire.

Silvestre
Comment, son histoire ?

Zerbinette
Oui, j’étais toute remplie du conte, et je brûlais de le redire. Mais qu’importe ? Tant pis pour lui. Je ne vois pas que les choses pour nous en puissent être ni pis ni mieux.

Silvestre
Vous aviez grande envie de babiller ; et c’est avoir bien de la langue que de ne pouvoir se taire de ses propres affaires.

Zerbinette
N’aurait-il pas appris cela de quelque autre ?

Scène 5

Argante, Silvestre.

Argante
Holà ! Silvestre.

Silvestre, à Zerbinette.
Rentrez dans la maison. Voilà mon maître qui m’appelle.

Argante
Vous vous êtes donc accordés, coquin ; vous vous êtes accordés, Scapin, vous, et mon fils, pour me fourber et vous croyez que je l’endure ?

Silvestre
Ma foi ! Monsieur, si Scapin vous fourbe, je m’en lave les mains, et vous assure que je n’y trempe en aucune façon.

Argante
Nous verrons cette affaire, pendard, nous verrons cette affaire, et je ne prétends pas qu’on me fasse passer la plume par le bec.

Scène 6

Géronte, Argante, Silvestre.

Géronte
Ah ! seigneur Argante, vous me voyez accablé de disgrâce.

Argante
Vous me voyez aussi dans un accablement horrible.

Géronte
Le pendard de Scapin, par une fourberie, m’a attrapé cinq cents écus.

Argante
Le même pendard de Scapin, par une fourberie aussi, m’a attrapé deux cents pistoles.

Géronte
Il ne s’est pas contenté de m’attraper cinq cents écus : il m’a traité d’une manière que j’ai honte de dire. Mais il me la paiera.

Argante
Je veux qu’il me fasse raison de la pièce qu’il m’a jouée.

Géronte
Et je prétends faire de lui une vengeance exemplaire.

Silvestre
Plaise au Ciel, que dans tout ceci je n’aie point ma part !

Géronte
Mais ce n’est pas encore tout, seigneur Argante, et un malheur nous est toujours l’avant-coureur d’un autre. Je me réjouissais aujourd’hui de l’espérance d’avoir ma fille, dont je faisais toute ma consolation ; et je viens d’apprendre de mon homme qu’elle est partie il y a longtemps de Tarente, et qu’on y croit qu’elle a péri dans le vaisseau où elle s’embarqua.

Argante
Mais pourquoi, s’il vous plaît, la tenir à Tarente, et ne vous être pas donné la joie de l’avoir avec vous ?

Géronte
J’ai eu mes raisons pour cela ; et des intérêts de famille m’ont obligé jusques ici à tenir fort secret ce second mariage. Mais que vois-je ?

Scène 7

Nérine, Argante, Géronte, Silvestre.

Géronte
Ah ! te voilà, nourrice.

Nérine, se jetant à ses genoux.
Ah ! seigneur Pandolphe, que…

Géronte
Appelle-moi Géronte, et ne te sers plus de ce nom. Les raisons ont cessé qui m’avaient obligé à le prendre parmi vous à Tarente.

Nérine
Las ! que ce changement de nom nous a causé de troubles et d’inquiétudes dans les soins que nous avons pris de vous venir chercher ici !

Géronte
Où est ma fille, et sa mère ?

Nérine
Votre fille, Monsieur, n’est pas loin d’ici. Mais avant que de vous la faire voir, il faut que je vous demande pardon de l’avoir mariée, dans l’abandonnement où, faute de vous rencontrer, je me suis trouvée avec elle.

Géronte
Ma fille mariée !

Nérine
Oui, Monsieur.

Géronte
Et avec qui ?

Nérine
Avec un jeune homme nommé Octave, fils d’un certain seigneur Argante.

Géronte
Ô Ciel !

Argante
Quelle rencontre !

Géronte
Mène-nous, mène-nous promptement où elle est.

Nérine
Vous n’avez qu’à entrer dans ce logis.

Géronte
Passe devant. Suivez-moi, suivez-moi, seigneur Argante.

Silvestre
Voilà une aventure qui est tout à fait surprenante !

Scène 8

Scapin, Silvestre.

Scapin
Hé bien ! Silvestre, que font nos gens ?

Silvestre
J’ai deux avis à te donner. L’un, que l’affaire d’Octave est accommodée. Notre Hyacinte s’est trouvée la fille du seigneur Géronte ; et le hasard a fait, ce que la prudence des pères avait délibéré. L’autre avis, c’est que les deux vieillards font contre toi des menaces épouvantables, et surtout le seigneur Géronte.

Scapin
Cela n’est rien. Les menaces ne m’ont jamais fait mal ; et ce sont des nuées qui passent bien loin sur nos têtes.

Silvestre
Prends garde à toi : les fils se pourraient bien raccommoder avec les pères, et toi demeurer dans la nasse.

Scapin
Laisse-moi faire, je trouverai moyen d’apaiser leur courroux, et…

Silvestre
Retire-toi, les voilà qui sortent.

Scène 9

Géronte, Argante, Silvestre, Nérine, Hyacinte.

Géronte
Allons, ma fille, venez chez moi. Ma joie aurait été parfaite, si j’y avais pu voir votre mère avec vous.

Argante
Voici Octave tout à propos.

Scène 10

Octave, Argante, Géronte, Hyacinte, Nérine, Zerbinette, Silvestre.

Argante
Venez, mon fils, venez vous réjouir avec nous de l’heureuse aventure de votre mariage. Le Ciel…

Octave
Non, mon père, toutes vos propositions de mariage ne serviront de rien. Je dois lever le masque avec vous, et l’on vous a dit mon engagement.

Argante
Oui ; mais tu ne sais pas…

Octave
Je sais tout ce qu’il faut savoir.

Argante}}
Je veux te dire que la fille du seigneur Géronte…

Octave
La fille du seigneur Géronte ne me sera jamais de rien.

Géronte
C’est elle…

Octave
Non, Monsieur, je vous demande pardon, mes résolutions sont prises.

Silvestre
Écoutez…

Octave
Non : tais-toi, je n’écoute rien.

Argante
Ta femme…

Octave
Non, vous dis-je, mon père, je mourrai plutôt que de quitter mon aimable Hyacinte. Traversant le théâtre pour aller à elle. Oui, vous avez beau faire, la voilà celle à qui ma foi est engagée ; je l’aimerai toute ma vie, et je ne veux point d’autre femme.

Argante
Hé bien ! c’est elle qu’on te donne. Quel diable d’étourdi, qui suit toujours sa pointe.

Hyacinte
Oui, Octave, voilà mon père que j’ai trouvé, et nous nous voyons hors de peine.

Géronte
Allons chez moi : nous serons mieux qu’ici pour nous entretenir.

Hyacinte
Ah ! mon père, je vous demande par grâce que je ne sois point séparée de l’aimable personne que vous voyez ; elle a un mérite qui vous fera concevoir de l’estime pour elle, quand il sera connu de vous.

Géronte
Tu veux que je tienne chez moi une personne qui est aimée de ton frère, et qui m’a dit tantôt au nez mille sottises de moi-même ?

Zerbinette
Monsieur, je vous prie de m’excuser. Je n’aurais pas parlé de la sorte, si j’avais su que c’était vous, et je ne vous connaissais que de réputation.

Géronte
Comment, que de réputation ?

Hyacinte
Mon père, la passion que mon frère a pour elle n’a rien de criminel, et je réponds de sa vertu.

Géronte
Voilà qui est fort bien. Ne voudrait-on point que je mariasse mon fils avec elle ? Une fille inconnue, qui fait le métier de coureuse.

Scène 11

Léandre, Octave, Hyacinte, Zerbinette, Argante, Géronte, Silvestre, Nérine.

Léandre
Mon père, ne vous plaignez point que j’aime une inconnue, sans naissance et sans bien. Ceux de qui je l’ai rachetée viennent de me découvrir qu’elle est de cette ville, et d’honnête famille ; que ce sont eux qui l’y ont dérobée à l’âge de quatre ans ; et voici un bracelet qu’ils m’ont donné, qui pourra nous aider à trouver ses parents.

Argante
Hélas ! à voir ce bracelet, c’est ma fille, que je perdis à l’âge que vous dites.

Géronte
Votre fille ?

Argante
Oui, ce l’est, et j’y vois tous les traits qui m’en peuvent rendre assuré.

Hyacinte
Ô Ciel ! que d’aventures extraordinaires !

Scène 12

Carle, Léandre, Octave, Géronte, Argante, Hyacinte, Zerbinette, Silvestre, Nérine.

Carle
Ah ! Messieurs, il vient d’arriver un accident étrange.

Géronte
Quoi ?

Carle
Le pauvre Scapin…

Géronte
C’est un coquin que je veux faire pendre.

Carle
Hélas ! Monsieur, vous ne serez pas en peine de cela. En passant contre un bâtiment, il lui est tombé sur la tête un marteau de tailleur de pierre, qui lui a brisé l’os, et découvert toute la cervelle. Il se meurt, et il a prié qu’on l’apportât ici pour vous pouvoir parler avant que de mourir.

Argante
Où est-il ?

Carle
Le voilà.

Scène 13

Scapin, Carle, Géronte, Argante, etc.

Scapin
Ahi, ahi. Messieurs, vous me voyez… ahi, vous m e voyez dans un étrange état. Ahi. Je n’ai pas voulu mourir sans venir demander pardon à toutes les personnes que je puis avoir offensées. Ahi. Oui, messieurs, avant que de rendre le dernier soupir, je vous conjure de tout mon cœur de vouloir me pardonner tout ce que je puis vous avoir fait, et principalement le seigneur Argante, et le seigneur Géronte. Ahi.

Argante
Pour moi, je te pardonne ; va, meurs en repos.

Scapin
C’est vous, Monsieur, que j’ai le plus offensé, par les coups de bâton que…

Géronte
Ne parle point davantage, je te pardonne aussi.

Scapin
Ç’a été une témérité bien grande à moi, que les coups de bâton que je…

Géronte
Laissons cela.

Scapin
J’ai, en mourant, une douleur inconcevable des coups de bâton que…

Géronte
Mon Dieu ! tais-toi.

Scapin
Les malheureux coups de bâton que je vous…

Géronte
Tais-toi, te dis-je, j’oublie tout.

Scapin
Hélas ! quelle bonté ! Mais est-ce de bon cœur, Monsieur, que vous me pardonnez ces coups de bâton que…

Géronte
Eh ! oui. Ne parlons plus de rien ; je te pardonne tout, voilà qui est fait.

Scapin
Ah ! Monsieur, je me sens tout soulagé depuis cette parole.

Géronte
Oui ; mais je te pardonne, à la charge que tu mourras.

Scapin
Comment, Monsieur ?

Géronte
Je me dédis de ma parole, si tu réchappes.

Scapin
Ahi, ahi. Voilà mes faiblesses qui me reprennent.

Argante
Seigneur Géronte, en faveur de notre joie, il faut lui pardonner sans condition.

Géronte
Soit.

Argante
Allons souper ensemble, pour mieux goûter notre plaisir.

Scapin
Et moi, qu’on me porte au bout de la table, en attendant que je meure.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : Le Bourgeois gentilhomme

La scène est à Paris, dans la maison de M. Jourdain.

ACTE PREMIER.

L’ouverture se fait par un grand assemblage d’instruments ; et dans le milieu du théâtre on voit un élève du maître de musique qui compose sur une table un air que le bourgeois a demandé pour une sérénade.


Scène I.

UN MAITRE DE MUSIQUE, UN MAITRE À DANSER, TROIS MUSICIENS. DEUX VIOLONS, QUATRE DANSEURS.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE, aux musiciens.

Venez, entrez dans cette salle, et vous reposez là, en attendant qu’il vienne.

LE MAÎTRE À DANSER, aux danseurs.

Et vous aussi, de ce côté.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE, à son élève.

Est-ce fait ?

L’ÉLÈVE.

Oui.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Voyons… Voilà qui est bien.

LE MAÎTRE À DANSER.

Est-ce quelque chose de nouveau ?

LE MAITRE DE MUSIQUE.

Oui, c’est un air pour une sérénade, que je lui ai fait composer ici, en attendant que notre homme fût éveillé.

LE MAÎTRE À DANSER.

Peut-on voir ce que c’est ?

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Vous l’allez entendre avec le dialogue, quand il viendra. Il ne tardera guère.

LE MAÎTRE À DANSER.

Nos occupations, à vous et à moi, ne sont pas petites maintenant.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Il est vrai. Nous avons trouvé ici un homme comme il nous le faut à tous deux. Ce nous est une douce rente que ce monsieur Jourdain, avec les visions de noblesse et de galanterie qu’il est allé se mettre en tête, et votre danse et ma musique auroient à souhaiter que tout le monde lui ressemblât.

LE MAÎTRE À DANSER.

Non pas entièrement ; et je voudrois, pour lui, qu’il se connût mieux qu’il ne fait aux choses que nous lui donnons.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Il est vrai qu’il les connoît mal, mais il les paie bien ; et c’est de quoi maintenant nos arts ont plus besoin que de toute autre chose.

LE MAÎTRE À DANSER.

Pour moi, je vous l’avoue, je me repais un peu de gloire. Les applaudissements me touchent, et je tiens que, dans tous les beaux-arts, c’est un supplice assez fâcheux que de se produire à des sots, que d’essuyer, sur des compositions, la barbarie d’un stupide. Il y a plaisir, ne m’en parlez point, à travailler pour des personnes qui soient capables de sentir les délicatesses d’un art, qui sachent faire un doux accueil aux beautés d’un ouvrage, et, par de chatouillantes approbations, vous régaler de votre travail. Oui, la récompense la plus agréable qu’on puisse recevoir des choses que l’on fait, c’est de les voir connues, de les voir caressées d’un applaudissement qui vous honore. Il n’y a rien, à mon avis, qui nous paie mieux que cela de toutes nos fatigues ; et ce sont des douceurs exquises que des louanges éclairées.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

J’en demeure d’accord, et je les goûte comme vous. Il n’y a rien assurément qui chatouille davantage que les applaudissements que vous dites ; mais cet encens ne fait pas vivre. Des louanges toutes pures ne mettent point un homme à son aise : il y faut mêler du solide ; et la meilleure façon de louer, c’est de louer avec les mains. C’est un homme, à la vérité, dont les lumières sont petites, qui parle à tort et à travers de toutes choses, et n’applaudit qu’à contre-sens ; mais son argent redresse les jugements de son esprit ; il a du discernement dans sa bourse ; ses louanges sont monnoyées ; et ce bourgeois ignorant nous vaut mieux, comme vous voyez, que le grand seigneur éclairé qui nous a introduits ici.

LE MAÎTRE À DANSER.

Il y a quelque chose de vrai dans ce que vous dites ; mais je trouve que vous appuyez un peu trop sur l’argent ; et l’intérêt est quelque chose de si bas, qu’il ne faut jamais qu’un honnête homme montre pour lui de l’attachement.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Vous recevez fort bien pourtant l’argent que notre homme vous donne.

LE MAÎTRE À DANSER.

Assurément ; mais je n’en fais pas tout mon bonheur ; et je voudrois qu’avec son bien il eût encore quelque bon goût des choses.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Je le voudrois aussi ; et c’est à quoi nous travaillons tous deux autant que nous pouvons. Mais, en tout cas, il nous donne moyen de nous faire connoître dans le monde ; et il paiera pour les autres ce que les autres loueront pour lui.

LE MAÎTRE À DANSER.

Le voilà qui vient.

Scène II.

MONSIEUR JOURDAIN, en robe de chambre et en bonnet de nuit ; LE MAITRE DE MUSIQUE, LE MAITRE À DANSER, L’ÉLÈVE du maître de musique, UNE MUSICIENNE, DEUX MUSICIENS, DANSEURS, DEUX LAQUAIS.

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé bien, messieurs ? Qu’est-ce ? Me ferez-vous voir votre petite drôlerie ?

LE MAÎTRE À DANSER.

Comment ? Quelle petite drôlerie ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé ! la… Comment appelez-vous cela ? Votre prologue ou dialogue de chansons et de danse.

LE MAÎTRE À DANSER.

Ah ! ah !

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Vous nous y voyez préparés.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je vous ai fait un peu attendre ; mais c’est que je me fais habiller aujourd’hui comme les gens de qualité ; et mon tailleur m’a envoyé des bas de soie que j’ai pensé ne mettre jamais.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Nous ne sommes ici que pour attendre votre loisir.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je vous prie tous deux de ne vous point en aller qu’on ne m’ait apporté mon habit, afin que vous me puissiez voir.

LE MAÎTRE À DANSER.

Tout ce qu’il vous plaira.

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous me verrez équipé comme il faut, depuis les pieds jusqu’à la tête.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Nous n’en doutons point.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je me suis fait faire cette indienne-ci.

LE MAÎTRE À DANSER.

Elle est fort belle.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mon tailleur m’a dit que les gens de qualité étoient comme cela le matin.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Cela vous sied à merveille.

MONSIEUR JOURDAIN.

Laquais ! holà, mes deux laquais !

PREMIER LAQUAIS.

Que voulez-vous, monsieur ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Rien. C’est pour voir si vous m’entendez bien. (Au maître de musique et au maitre à danser.) Que dites-vous de mes livrées ?

LE MAÎTRE À DANSER.

Elles sont Magnifiques.

MONSIEUR JOURDAIN, entr’ouvrant sa robe, et faisant voir son haut-de-chausses étroit de velours rouge, et sa camisole de velours vert.

Voici encore un petit déshabillé pour faire le matin mes exercices.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Il est galant

MONSIEUR JOURDAIN.

Laquais !

PREMIER LAQUAIS.

Monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN.

L’autre laquais !

SECOND LAQUAIS.

Monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN, ôtant sa robe de chambre.

Tenez ma robe. (Au maître de musique et au maître à danser.) Me trouvez-vous bien comme cela ?

LE MAÎTRE À DANSER.

Fort bien. On ne peut pas mieux.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voyons un peu votre affaire.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Je voudrois bien auparavant vous faire entendre un air (montrant son élève) qu’il vient de composer pour la sérénade que vous m’avez demandée. C’est un de mes écoliers, qui a pour ces sortes de choses un talent admirable.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, mais il ne falloit pas faire faire cela par un écolier ; et vous n’étiez pas trop bon vous-même pour cette besogne-là.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Il ne faut pas, monsieur, que le nom d’écolier vous abuse. Ces sortes d’écoliers en savent autant que les plus grands maîtres ; et l’air est aussi beau qu’il s’en puisse faire. Écoutez seulement.

MONSIEUR JOURDAIN, à ses laquait.

Donnez-moi ma robe, pour mieux entendre… Attendez, je crois que je serai mieux sans robe. Non, redonnez-la-moi ; cela ira mieux.

LA MUSICIENNE.

Je languis nuit et jour, et mon mal est extrême
Depuis qu’à vos rigueurs vos beaux yeux m’ont soumis.
Si vous traitez ainsi, belle Iris, qui vous aime,
Hélas ! que pourriez-vous faire à vos ennemis ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Cette chanson me semble un peu lugubre ; elle endort, et je voudrois que vous la pussiez un peu ragaillardir par-ci par-là.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Il faut, monsieur, que l’air soit accommodé aux paroles.

MONSIEUR JOURDAIN.

On m’en apprit un tout à fait joli, il y a quelque temps. Attendez… la… Comment est-ce qu’il dit ?

LE MAÎTRE À DANSER.

Par ma foi, je ne sais.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il y a du mouton dedans.

LE MAÎTRE À DANSER.

Du mouton ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui. Ah !

(Il chante.)

Je croyois Jeanneton
Aussi douce que belle ;
Je croyois Jeanneton
Plus douce qu’un mouton.
Hélas ! hélas !
Elle est cent fois, mille fois plus cruelle
Que n’est le tigre aux bois.

N’est-il pas joli ?

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Le plus joli du monde.

LE MAÎTRE À DANSER.

Et vous le chantez bien.

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est sans avoir appris la musique.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Vous devriez l’apprendre, monsieur, comme vous faites la danse. Ce sont deux arts qui ont une étroite liaison ensemble.

LE MAÎTRE À DANSER.

El qui ouvrent l’esprit d’un homme aux belles choses.

MONSIEUR JOURDAIN.

Est-ce que les gens de qualité apprennent aussi la musique ?

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Oui, monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je l’apprendrai donc. Mais je ne sais quel temps je pourrai prendre ; car, outre le maître d’armes qui me montre, j’ai arrêté encore un maître de philosophie qui doit commencer ce matin.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

La philosophie est quelque chose ; mais la musique, monsieur, la musique…

MAITRE À DANSER.

La musique et la danse… La musique et la danse, c’est là tout ce qu’il faut.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Il n’y a rien qui soit si utile dans un État que la musique.

LE MAÎTRE À DANSER.

Il n’y a rien qui soit si nécessaire aux hommes que la danse.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Sans la musique, un État ne peut subsister,

LE MAÎTRE À DANSER.

Sans la danse, un homme ne sauroit rien faire.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Tous les désordres, toutes les guerres qu’on voit dans le monde, n’arrivent que pour n’apprendre pas la musique.

LE MAÎTRE À DANSER.

Tous les malheurs des hommes, tous les revers funestes dont les histoires sont remplies, les bévues des politiques, et les manquements des grands capitaines, tout cela n’est venu que faute de savoir danser.

MONSIEUR JOURDAIN.

Comment cela ?

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

La guerre ne vient-elle pas d’un manque d’union entra les hommes ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Cela est vrai.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Et si tous les hommes apprenoient la musique, ne seroit-ce pas le moyen de s’accorder ensemble, et de voir dans le monde la paix universelle ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous avez raison.

LE MAÎTRE À DANSER.

Lorsqu’un homme a commis un manquement dans sa conduite, soit aux affaires de sa famille, ou au gouvernement d’un État, ou au commandement d’une armée, ne dit-on pas toujours : Un tel a fait un mauvais pas dans telle affaire ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, on dit cela.

LE MAÎTRE À DANSER.

Et faire un mauvais pas peut-il procéder d’autre chose que de ne savoir pas danser ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Cela est vrai, et vous avez raison tous deux.

LE MAÎTRE À DANSER.

C’est pour vous faire voir l’excellence et l’utilité de la danse et de la musique.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je comprends cela à cette heure.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Voulez-vous voir nos deux affaires ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Je vous l’ai déjà dit, c’est un petit essai que j’ai fait autrefois des diverses passions que peut exprimer la musique.

MONSIEUR JOURDAIN.

Fort bien.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE, aux musiciens.

Allons, avancez, (À monsieur Jourdain.) Il faut vous figurer qu’ils sont habillés en bergers.

MONSIEUR JOURDAIN.

Pourquoi toujours des bergers ? On ne voit que cela partout.

LE MAÎTRE À DANSER.

Lorsqu’on a des personnes à faire parler en musique, il faut bien que, pour la vraisemblance, on donne dans la bergerie. Le chant a été de tout temps affecté aux bergers ; et il n’est guère naturel, en dialogue, que des princes ou des bourgeois chantent leurs passions.

MONSIEUR JOURDAIN.

Passe, passe. Voyons.

DIALOGUE EN MUSIQUE.

UNE MUSICIENNE ET DEUX MUSICIENS.

LA MUSICIENNE.

Un cœur, dans l’amoureux empire,
De mille soins est toujours agité.
On dit qu’avec plaisir on languit, on soupire,
Mais quoi qu’on puisse dire,
Il n’est rien de si doux que notre liberté.

PREMIER MUSICIEN.

Il n’est rien de si doux que les tendres ardeurs
Qui font vivre deux cœurs
Dans une même envie ;
On ne peut être heureux sans amoureux désirs.
Ôtez l’amour de la vie,
Vous en ôtez les plaisirs.

SECOND MUSICIEN.

Il seroit doux d’entrer sous l’amoureuse loi,
Si l’on trouvoit en amour de la foi ;
Mais, hélas ! ô rigueur cruelle !
On ne voit point de bergère fidèle ;
Et ce sexe inconstant, trop indigne du jour,
Doit faire pour jamais renoncer à l’amour.

PREMIER MUSICIEN.

Aimable ardeur !

LA MUSICIENNE.

Franchise heureuse !

SECOND MUSICIEN.

Sexe trompeur !

PREMIER MUSICIEN.

Que tu m’es précieuse !

LA MUSICIENNE.

Que tu plais à mon cœur !

SECOND MUSICIEN.

Que tu me fais d’horreur !

PREMIER MUSICIEN.

Ah ! quitte, pour aimer cette haine mortelle !

LA MUSICIENNE.

On peut, on peut te montrer
Une bergère fidèle.

SECOND MUSICIEN.

Hélas ! où la rencontrer ?

LA MUSICIENNE.

Pour défendre notre gloire,
Je te veux offrir mon cœur.

SECOND MUSICIEN.

Mais, bergère, puis-je croire
Qu’il ne sera point trompeur ?

LA MUSICIENNE.

Voyons, par expérience,
Qui des deux aimera mieux.

SECOND MUSICIEN.

Qui manquera de constance,
Le puissent perdre les dieux !

TOUS TROIS ENSEMBLE.

À des ardeurs si belles
Laissons-nous enflammer ;
Ah ! qu’il est doux d’aimer
Quand deux cœurs sont fidèles ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Est-ce tout ?

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Oui.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je trouve cela bien troussé, et il y a là dedans de petits dictons assez jolis.

LE MAÎTRE À DANSER.

Voici, pour mon affaire, un petit essai des plus beaux mouvements et des plus belles attitudes dont une danse puisse être variée.

MONSIEUR JOURDAIN.

Sont-ce encore des bergers ?

LE MAÎTRE À DANSER.

C’est ce qu’il vous plaira, (Aux danseurs.) Allons,

ENTRÉE DE BALLET.

Quatre danseurs exécutent tous les mouvements différents et toutes les sortes de pas que le maître à danser leur commande.

fin du premier acte.


ACTE SECOND.

Scène I.

MONSIEUR JOURDAIN, LE MAITRE DE MUSIQUE, LE MAITRE À DANSER.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà qui n’est point sot, et ces gens-là se trémoussent bien.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Lorsque la danse sera mêlée avec la musique, cela fera plus d’effet encore ; et vous verrez quelque chose de galant dans le petit ballet que nous avons ajusté pour vous.

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est pour tantôt, au moins ; et la personne pour qui j’ai fait faire tout cela me doit faire l’honneur de venir dîner céans.

LE MAÎTRE À DANSER.

Tout est prêt.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Au reste, monsieur, ce n’est pas assez ; il faut qu’une personne comme vous, qui êtes magnifique, et qui avez de l’inclination pour les belles choses, ait un concert de musique chez soi tous les mercredis ou tous les jeudis.

MONSIEUR JOURDAIN.

Est-ce que les gens de qualité en ont ?

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Oui. monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN.

J’en aurai donc. Cela sera-t-il beau ?

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Sans doute. Il vous faudra trois voix, un dessus, une haute-contre, et une basse, qui seront accompagnées d’une basse de viole, d’un téorbe, et d’un clavecin pour les basses continues, avec deux dessus de violon pour jouer les ritournelles.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il y faudra mettre aussi une trompette marine. La trompette marine est un instrument qui me plaît, et qui est harmonieux.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Laissez-nous gouverner les choses.

MONSIEUR JOURDAIN.

Au moins, n’oubliez pas tantôt de m’envoyer des musiciens pour chanter à table.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Vous aurez tout ce qu’il vous faut.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mais, surtout, que le ballet soit beau.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Vous en serez content, et, entre autres choses, de certains menuets que vous y verrez.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ah ! les menuets sont ma danse, et je veux que vous me les voyiez danser. Allons, mon maître.

LE MAÎTRE À DANSER.

Un chapeau, monsieur, s’il vous plaît. (Monsieur Jourdain va prendre le chapeau de son laquais, et le met par-dessus son bonnet de nuit. Son maître lui prend les mains, et le fait danser sur un air de menuet qu’il chante.) La, la, la, la, la, la ; la, la, la, la, la, la, la ; la, la, la, la, la, la ; la, la, la, la, la, la ; la, la, la, la, la. En cadence, s’il vous plaît. La, la, la, la, la. La jambe droite, la, la, la. Ne remuez point tant les épaules. La, la, la, la, la, la, la, la, la, la. Vos deux bras sont estropiés. La, la, la, la, la. haussez la tête. Tournez la pointe du pied en dehors. La, la, la. Dressez votre corps.

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé !

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Voilà qui est le mieux du monde.

MONSIEUR JOURDAIN.

À propos ! apprenez-moi comme il faut faire une révèrence pour saluer une marquise ; j’en aurai besoin tantôt.

LE MAÎTRE À DANSER.

Une révérence pour saluer une marquise ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui. Une marquise qui s’appelle Dorimène.

LE MAÎTRE À DANSER.

Donnez-moi la main.

MONSIEUR JOURDAIN.

Non. Vous n’avez qu’à faire ; je le retiendrai bien.

LE MAÎTRE À DANSER.

Si vous voulez la saluer avec beaucoup de respect, il faut faire d’abord une révérence en arrière, puis marcher vers elle avec trois révérences en avant, et à la dernière vous baisser jusqu’à ses genoux.

MONSIEUR JOURDAIN.

Faites un peu. (Après que le maître à danser a fait trois révérences.) Bon.

Scène II.

MONSIEUR JOURDAIN, LE MAÎTRE DE MUSIQUE, LE MAÎTRE À DANSER, UN LAQUAIS.

LE LAQUAIS.

Monsieur, voilà votre maître d’armes qui est là.

MONSIEUR JOURDAIN.

Dis-lui qu’il entre ici pour me donner leçon. (Au maître de musiqne et au maître à danser.) Je veux que vous me voyiez faire.

Scène III.

MONSIEUR JOURDAIN, UN MAÎTRE D’ARMES, LE MAÎTRE DE MUSIQUE, LE MAÎTRE À DANSER, UN LAQUAIS, tenant deux fleurets.

LE MAÎTRE D’ARMES, après avoir pris les deux fleurets de la main du laquais, et en avoir présenté un à monsieur Jourdain.

Allons, monsieur, la révérence. Votre corps droit. Un peu penché sur la cuisse gauche. Les jambes point tant écartées. Vos pieds sur une même ligne. Votre poignet à l’opposite de votre hanche. La pointe de votre épée vis-à-vis de votre épaule. Le bras pas tout à fait si tendu. La main gauche à la hauteur de l’œil. L’épaule gauche plus quartée. La tête droite. Le regard assuré. Avancez. Le corps ferme. Touchez-moi l’épée de quarte, et achevez de même. Une, deux. Remettez-vous. Redoublez de pied ferme. Un saut en arrière. Quand vous portez la botte, monsieur, il faut que l’épée parte la première, et que le corps soit bien effacé. Une, deux. Allons, touchez-moi l’épée de tierce, et achevez de même. Avancez. Le corps ferme. Avancez. Partez de là. Une, deux. Remettez-vous. Redoublez. Une, deux. Un saut en arrière. En garde, monsieur, en garde.

(Le maître d’armes lui pousse deux ou trois bottes, en lui disant : En garde.)

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé !

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Vous faites des merveilles.

LE MAÎTRE D’ARMES.

Je vous l’ai déjà dit, tout le secret des armes ne consiste qu’en deux choses, à donner et à ne point recevoir ; et, comme je vous fis voir l’autre jour par raison démonstrative, il est impossible que vous receviez si vous savez détourner l’épée de votre ennemi de la ligne de votre corps ; ce qui ne dépend seulement que d’un petit mouvement du poignet, ou en dedans, ou en dehors.

MONSIEUR JOURDAIN.

De cette façon, donc, un homme, sans avoir de cœur, est sur de tuer son homme, et de n’être point tué ?

LE MAÎTRE D’ARMES.

Sans doute ; n’en vîtes-vous pas la démonstration ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui.

LE MAÎTRE D’ARMES.

Et c’est en quoi l’on voit de quelle considération nous autres nous devons être dans un État ; et combien la science des armes l’emporte hautement sur toutes les autres science inutiles, comme la danse, la musique, la…

LE MAÎTRE À DANSER.

Tout beau, monsieur le tireur d’armes ; ne parlez de la danse qu’avec respect.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Apprenez, je vous prie, à mieux traiter l’excellence de la musique.

LE MAÎTRE D’ARMES.

Vous êtes de plaisantes gens, de vouloir comparer vos sciences à la mienne !

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Voyez un peu l’homme d’importance !

LE MAÎTRE À DANSER.

Voilà un plaisant animal, avec son plastron !

LE MAÎTRE D’ARMES.

Mon petit maître à danser, je vous ferois danser comme il faut. Et vous, mon petit musicien, je vous ferois chanter de la belle manière.

LE MAÎTRE À DANSER.

Monsieur le batteur de fer, je vous apprendrai votre métier.

MONSIEUR JOURDAIN, au maître à danser.

Êtes-vous fou de l’aller quereller, lui qui entend la tierce et la quarte, et qui sait tuer un homme par raison démonstrative ?

LE MAÎTRE À DANSER.

Je me moque de sa raison démonstrative, et de sa tierce et de sa quarte.

MONSIEUR JOURDAIN, au maître à danser.

Tout doux, vous dis-je.

LE MAÎTRE D’ARMES, au maître à danser.

Comment ! petit impertinent !

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé ! mon maître d’armes !

LE MAÎTRE À DANSER, au maître d’armes.

Comment ! grand cheval de carrosse !

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé ! mon maître à danser !

LE MAÎTRE D’ARMES.

Si je me jette sur vous…

MONSIEUR JOURDAIN, au maître d’armes.

Doucement.

LE MAÎTRE À DANSER.

Si je mets sur vous la main…

MONSIEUR JOURDAIN, au maître d’armes.

Tout beau !

LE MAÎTRE D’ARMES.

Je vous étrillerai d’un air…

MONSIEUR JOURDAIN, au maître d’armes.

De grace !

LE MAÎTRE À DANSER.

Je vous rosserai d’une manière…

MONSIEUR JOURDAIN, au maître à danser.

Je vous prie…

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Laissez-nous un peu lui apprendre à parler.

MONSIEUR JOURDAIN, au maître de musique.

Mon Dieu ! arrêtez-vous !

Scène IV.

UN MAITRE DE PHILOSOPHIE, MONSIEUR JOURDAIN, LE MAITRE DE MUSIQUE, LE MAITRE À DANSER, LE MAITRE D’ARMES, UN LAQUAIS.

MONSIEUR JOURDAIN.

Holà ! monsieur le philosophe, vous arrivez tout à propos avec votre philosophie. Venez un peu mettre la paix entre ces personnes-ci.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Qu’est-ce donc ? qu’y a-t-il, messieurs ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Ils se sont mis en colère pour la préférence de leurs professions, jusqu’à se dire des injures, et en vouloir venir aux mains.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Hé quoi, messieurs ! faut-il s’emporter de la sorte ? et n’avez-vous point lu le docte traité que Sénèque a composé de la colère ? Y a-t-il rien de plus bas et de plus honteux que cette passion, qui fait d’un homme une bête féroce ? et la raison ne doit-elle pas être maîtresse de tous nos mouvements ?

LE MAÎTRE À DANSER.

Comment, monsieur ! il vient nous dire des injures à tous deux, en méprisant la danse, que j’exerce, et la musique, dont il fait profession.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Un homme sage est au-dessus de toutes les injures qu’on lui peut dire ; et la grande réponse qu’on doit faire aux outrages, c’est la modération et la patience.

LE MAÎTRE D’ARMES.

Ils ont tous deux l’audace de vouloir comparer leurs professions à la mienne !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Faut-il que cela vous émeuve ! Ce n’est pas de vaine gloire et de condition que les hommes doivent disputer entre eux ; et ce qui nous distingue parfaitement les uns des autres, c’est la sagesse et la vertu.

LE MAÎTRE À DANSER.

Je lui soutiens que la danse est une science à laquelle on ne peut faire assez d’honneur.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Et moi, que la musique en est une que tous les siècles ont révérée.

LE MAÎTRE D’ARMES.

Et moi, je leur soutiens à tous deux que la science de tirer des armes est la plus belle et la plus nécessaire de toutes les sciences.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Et que sera donc la philosophie ? Je vous trouve tous trois bien impertinents de parler devant moi avec cette arrogance, et de donner impudemment le nom de science à des choses que l’on ne doit pas même honorer du nom d’art, et qui ne peuvent être comprises que sous le nom de métier misérable de gladiateur, de chanteur, et de baladin !

LE MAÎTRE D’ARMES.

Allez, philosophe de chien.

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Allez, bélître de pédant.

LE MAÎTRE À DANSER.

Allez, cuistre fieffé.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Comment ! marauds que vous êtes…

(Le philosophe se jette sur eux, et tous trois le chargent de coups.)

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur le philosophe !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Infames, coquins, insolents !

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur le philosophe !

LE MAÎTRE D’ARMES.

La peste de l’animal !

MONSIEUR JOURDAIN.

Messieurs !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Impudents !

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur le philosophe !

LE MAÎTRE À DANSER.

Diantre soit de l’âne bâté !

MONSIEUR JOURDAIN.

Messieurs !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Scélérats !

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur le philosophe !

LE MAÎTRE DE MUSIQUE.

Au diable l’impertinent !

MONSIEUR JOURDAIN.

Messieurs !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Fripons, gueux, traîtres, imposteurs !

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur le philosophe ! Messieurs ! Monsieur le philosophe ! Messieurs ! Monsieur le philosophe !

(Ils sortent en se battant.)

Scène V.

MONSIEUR JOURDAIN, UN LAQUAIS.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oh ! battez-vous tant qu’il vous plaira : je n’y saurai que faire, et je n’irai pas gâter ma robe pour vous séparer. Je serois bien fou de m’aller fourrer parmi eux, pour recevoir quelque coup qui me feroit mal.

Scène VI.

LE MAITRE DE PHILOSOPHIE. MONSIEUR JOURDAIN, UN LAQUAIS.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE, raccommodant son collet.

Venons à notre leçon.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ah ! monsieur, je suis fâché des coups qu’ils vous ont donnés.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Cela n’est rien. Un philosophe sait recevoir comme il faut les choses ; et je vais composer contre eux une satire du style de Juvènal, qui les déchirera de la belle façon. Laissons cela. Que voulez-vous apprendre ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Tout ce que je pourrai ; car j’ai toutes les envies du monde d’être savant ; et j’enrage que mon père et ma mère ne m’aient pas fait bien étudier dans toutes les sciences, quand j’étois jeune.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Ce sentiment est raisonnable ; nam, sine doctrina, vita, est quasi mortis imago. Vous entendez cela, et vous savez le latin, sans doute.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui ; mais faites comme si je ne le savois pas. Expliquez-moi ce que cela veut dire.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Cela veut dire que, sans la science, la vie est presque une image de la mort.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ce latin-là a raison.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

N’avez-vous point quelques principes, quelques commencements des sciences ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oh ! oui, je sais lire et écrire.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Par où vous plaît-il que nous commencions ? Voulez-vous que je vous apprenne la logique ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Qu’est-ce que c’est que cette logique ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

C’est elle qui enseigne les trois opérations de l’esprit.

MONSIEUR JOURDAIN.

Qui sont-elles, ces trois opérations de l’esprit ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

La première, la seconde, et la troisième. La première est de bien concevoir, par le moyen des universaux ; la seconde, de bien juger, par le moyen des catégories ; et la troisième, de bien tirer une conséquence, par le moyen, des figures : Barbara, Celarent, Darii, Ferio, Baralipton.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà des mots qui sont trop rébarbatifs. Cette logique-là ne me revient point. Apprenons autre chose qui soit plus joli.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Voulez-vous apprendre la morale ?

MONSIEUR JOURDAIN.

La morale ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Oui.

MONSIEUR JOURDAIN.

Qu’est-ce qu’elle dit, cette morale ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Elle traite de la félicité, enseigne aux hommes à modérer leurs passions, et…

MONSIEUR JOURDAIN.

Non ; laissons cela. Je suis bilieux comme tous les diables, et il n’y a morale qui tienne : je me veux mettre en colère tout mon soûl, quand il m’en prend envie.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Est-ce la physique que vous voulez apprendre ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Qu’est-ce qu’elle chante, cette physique ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

La physique est celle qui explique les principes des choses naturelles, et les propriétés des corps ; qui discourt de la nature des éléments, des métaux, des minéraux, des pierres, des plantes et des animaux, et nous enseigne les causes de tous les météores, l’arc-en-ciel, les feux volants, les comètes, les éclairs, le tonnerre, la foudre, la pluie, la neige, la grêle, les vents, et les tourbillons.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il y a trop de tintamarre là dedans, trop de brouillamini.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Que voulez-vous donc que je vous apprenne ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Apprenez-moi l’orthographe.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Très volontiers.

MONSIEUR JOURDAIN.

Après, vous m’apprendrez l’almanach, pour savoir quand il y a de la lune, et quand il n’y en a point.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Soit. Pour bien suivre votre pensée, et traiter cette matière en philosophe, il faut commencer, selon l’ordçe des choses, par une exacte connoissance de la nature des lettres, et de la différente manière de les prononcer toutes. Et là-dessus j’ai à vous dire que les lettres sont divisées en voyelles, ainsi dites voyelles, parcequ’elles expriment les voix ; et en consonnes, ainsi appelées consonnes, parce qu’elles sonnent avec les voyelles, et ne font que marquer les diverses articulations des voix. Il y a cinq voyelles, ou voix : A, E, I, 0, U.

MONSIEUR JOURDAIN.

J’entends tout cela.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

La voix A se forme en ouvrant fort la bouche : A.

MONSIEUR JOURDAIN.

A, A. Oui.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

La voix E se forme en rapprochant la mâchoire d’en bas de celle d’en haut : A, E.

MONSIEUR JOURDAIN.

A, E ; A, E. Ma foi, oui. Ah ! que cela est beau !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Et la voix I, eu rapprochant encore davantage les mâchoires l’une de l’autre, et écartant les deux coins de la bouche vers les oreilles : A, E, I.

MONSIEUR JOURDAIN.

A, E, I, I, I, I. Cela est vrai. Vive la science !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

La voix O se forme en rouvrant les mâchoires, et rapprochant les lèvres par les deux coins, le haut et le bas : O.

MONSIEUR JOURDAIN.

O, O. Il n’y a rien de plus juste : A, E, I, O, I, O. Cela est admirable ! I, O ; I, O.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

L’ouverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui représente un O.

MONSIEUR JOURDAIN.

O, O, O. Vous avez raison. O. Ah ! la belle chose que de savoir quelque chose !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

La voix U se forme en rapprochant les dents sans les joindre entièrement, et allongeant les deux lèvres en dehors, les approchant aussi l’une de l’autre, sans les joindre tout à fait : U.

MONSIEUR JOURDAIN.

U, U Il n’y a rien de plus véritable : U.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Vos deux lèvres s’allongent comme si vous faisiez la moue : d’où vient que si vous la voulez faire à quelqu’un et vous moquer de lui, vous ne sauriez lui dire que U.

MONSIEUR JOURDAIN.

U, U. Cela est vrai. Ah ! que n’ai-je étudié plus tôt, pour savoir tout cela !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Demain, nous verrons les autres lettres, qui sont les consonnes.

MONSIEUR JOURDAIN.

Est-ce qu’il y a des choses aussi curieuses qu’à celles-ci ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Sans doute. La consonne D, par exemple, se prononce en donnant du bout de la langue au-dessus des dents d’en haut : DA.

MONSIEUR JOURDAIN.

DA, DA. Oui ! Ah ! les belles choses ! les belles choses !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

L’F, en appuyant les dents d’en haut sur la lèvre de dessous : FA.

MONSIEUR JOURDAIN.

FA, FA. C’est la vérité. Ah ! mon père et ma mère, que je vous veux de mal !

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Et l’R, eu portant le bout de la langue jusqu’au haut du palais ; de sorte qu’étant frôlée par l’air qui sort avec force, elle lui cède, et revient toujours au même endroit, faisant une maniére de tremblement : R, RA.

MONSIEUR JOURDAIN.

R. R, RA ; R, R, R, R, R, RA. Cela est vrai. Ah ! l’habile homme que vous êtes, et que j’ai perdu de temps ! R, R, R, RA.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Je vous expliquerai à fond toutes ces curiosités.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je vous en prie. Au reste, il faut que je vous fasse une confidence. Je suis amoureux d’une personne de grande qualité, et je souhaiterois que vous m’aidassiez à lui écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser tomber à ses pieds.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Fort bien !

MONSIEUR JOURDAIN.

Cela sera galant, oui.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Sans doute. Sont-ce des vers que vous lui voulez ecrire ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, non ; point de vers.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Vous ne voulez que de la prose ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, je ne veux ni prose ni vers.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Il faut bien que ce soit l’un ou l’autre.

MONSIEUR JOURDAIN.

Pourquoi ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Par la raison, monsieur, qu’il n’y a, pour s’exprimer, que la prose ou les vers.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il n’y a que la prose ou les vers ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Non, monsieur. Tout ce qui n’est point prose est vers, et tout ce qui n’esL point vers est prose.

MONSIEUR JOURDAIN.

Et comme l’on parle, qu’est-ce que c’est donc que cela ?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

De la prose.

MONSIEUR JOURDAIN.

Quoi ! quand je dis : Nicole, apportez-moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet de nuit, c’est de la prose ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Oui, monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN.

Par ma foi, il y a plus de quarante ans que je dis de la prose, sans que j’en susse rien ; et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela. Je voudrois donc lui mettre dans un billet : Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour ; mais je voudrois que cela fût mis d’une manière galante, que cela fût tourné gentiment.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Mettre que les feux de ses yeux réduisent votre cœur en cendres ; que vous souffrez nuit et jour pour les les violences d’un…

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, non, non, je ne veux point tout cela. Je ne veux que ce que je vous ai dit : Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Il faut bien étendre un peu la chose.

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, vous dis-je. Je ne veux que ces seules paroles-là dans le billet, mais tournées à la mode, bien arrangées comme il faut. Je vous prie de me dire un peu, pour voir, les diverses manières dont on les peut mettre.

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

On les peut mettre premièrement comme vous avez dit : Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour. Ou bien : D’amour mourir me font, belle marquise, vos beaux yeux. Ou bien : Vos yeux beaux d’amour me font belle marquise, mourir. Ou bien : Mourir vos beaux yeux, belle marquise, d’amour me font. Ou bien : Me font vos yeux beaux mourir, belle marquise, d’amour.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mais de toutes ces façons-là, laquelle est la meilleure ?

LE MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.

Celle que vous avez dite : Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour.

MONSIEUR JOURDAIN.

Cependant je n’ai point étudié, et j’ai fait cela tout du premier coup. Je vous remercie de tout mon cœur, et vous prie de venir demain de bonne heure.

LE MAÎTRE DF PHILOSOPHIE.

Je n’y manquerai pas.

Scène VII.

MONSIEUR JOURDAIN, UN LAOUAIS.

MONSIEUR JOURDAIN, à son laquais.

Comment ! mon habit n’est point encore arrivé ?

LE LAQUAIS.

Non, monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ce maudit tailleur me fait bien attendre pour un jour où j’ai tant d’affaires. J’enrage. Que la fiévre quartaine puisse serrer bien fort le bourreau de tailleur ! au diable le tailleur ! la peste étouffe le tailleur ! Si je le tenois maintenant, ce tailleur détestable, ce chien de tailleur-là, ce traître de tailleur, je…

Scène VIII.

MONSIEUR JOURDAIN, UN MAITRE TAILLEUR, UN GAUÇON TAILLEUIR portant l’habit de monsieur Jourdain ; UN LAQUAIS.

MONSIEUR. JOURDAIN.

Ah ! vous voilà#1 je m’allois mettre en colère contre vous.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Je n’ai pas pu venir plus tôt, et j’ai mis vingt garçons après votre habit.

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous m’avez envoyé des bas de soie si étroits, que j’ai eu toutes les peines du monde à les mettre, et il y a déjà deux mailles de rompues.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Ils ne s’élargiront que trop.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, si je romps toujours des mailles. Vous m’avez aussi fait faire des souliers qui me blessent furieusement.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Point du tout, monsieur.

MONSiEUR JOUROAIN.

Comment ! point du tout ?

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Non, ils ne vous blessent point.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je vous dis qu’ils me blessent, moi.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Vous vous imaginez cela.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je me l’imagine parceque je le sens. Voyez la belle maison !

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Tenez, voilà le plus bel habit de la cour, et le mieux assorti. C’est un chef-d’œuvre que d’avoir inventé un hahit sérieux qui ne fût pas noir ; et je le donne en six coups aux tailleurs les plus éclairés.

MONSIEUR JOURDAIN.

Qu’est-ce que c’est que ceci ? vous avez mis les fleurs en en bas.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Vous ne m’avez pas dit que vous les vouliez en en haut.

MONSIEUR JOURDAIN.

Est-ce qu’il faut dire cela ?

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Oui, vraiment. Toutes les personnes de qualité les portent de la sorte.

MONSIEUR JOURDAIN.

Les personnes de qualité poilent les fleurs en bas.

MAÎTRE TAILLEUR.

Oui, monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oh ! voilà qui est donc bien.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Si vous voulez, je les mettrai en en haut.

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, non.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Vous n’avez qu’à dire.

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, vous dis-je ; vous avez bien fait. Croyez-vous que mon habit m’aille bien ?

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Belle demande ! Je défie un peintre, avec son pinceau, de vous faire rien de plus juste. J’ai chez moi un garçon qui, pour monter une ringrave, est le plus grand génie du monde ; et un autre qui, pour assembler un pourpoint, est le héro de notre temps.

MONSIEUR JOURDAIN.

La perruque et les plumes sont-elles comme il faut ?

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Tout est bien.

MONSIEUR JOURDAIN, regardant le maître tailleur.

Ah ! ah ! monsieur le tailleur, voilà de mon étoffe du dernier habit que vous m’avez fait. Je la reconnois bien.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

C’est que l’étoffe me sembla si belle, que j’en ai voulu lever un habit pour moi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui : mais il ne falloit pas le lever avec le mien.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Voulez-vous mettre votre habit ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui : donnez-le-moi.

LE MAÎTRE TAILLEUR.

Attendez. Cela ne va pas comme cela. J’ai amené des gens pour vous habiller en cadence, et ces sortes d’habits se mettent avec cérémonie. Holà ! entrez, vous autres.

Scène IX.

MONSIEUR JOURDAIN, LE MAÎTRE TAILLEUR, LE GARÇON TAILLEUR, GARÇONS TAILLEURS dansants, UN LAQUAIS.

LE MAÎTRE TAILLEUR, à ses garçons.

Mettez cet habit à monsieur, de la manière que vous faites aux personnes de qualité.

PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET.

Les quatre, garçons tailleurs dansants s’approchent de monsieur Jourdain. Deux lui arrachent le haut-de-chaasses de ses exercices ; les deux autres lui ôtent la camisole ; après quoi, toujours en cadence, ils lui mettent son habit neuf. Monsieuf Jourdain se promène au milieu d’eux, et leur montre son habit pour voir s’il est bien.

GARÇON TAILLEUR.

Mon gentilhomme, donnez, s’il vous plait, aux garçons quelque chose pour boire.

MONSIEUR JOURDAIN.

Comment m’appelez-vous ?

GARÇON TAILLEUR.

Mon gentilhomme.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mon gentilhomme ! Voilà ce que c’est que de se mettre en personne de qualité ! Allez-vous en demeurer toujours habillé en bourgeois, on ne vous dira point : Mon gentilhomme (Donnant de l’argent.) Tenez, voilà pour Mon gentilhomme.

GARÇON TAILLEUR.

Monseigneur, nous vous sommes bien obligés.

MONSIEUR JOURDAIN.

Monseigneur ! Oh ! oh ! Monseigneur ! Attendez, mon ami ; Monseigneur mérite quelque chose, et ce n’est pas une petite parole que Monseigneur ! Tenez, voilà ce que Monseigneur vous donne.

GARÇON TAILLEUR.

Monseigneur, nous allons boire tous à la santé de Votre Grandeur.

MONSIEUR JOURDAIN.

Votre Grandeur ! Oh ! oh ! oh ! Attendez ; ne vous en allez pas. À moi, Votre Grandeur ! (Bas, à part.) Ma foi, s’il va jusqu’à l’Altesse, il aura toute la bourse. (Haut.) Tenez, voilà pour ma grandeur.

GARÇON TAILLEUR.

Monseigneur, nous la remercions très humblement de ses libéralités.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il a bien fait, je lui allois tout donner.

DEUXIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les quatre garçons tailleurs se réjouissent, en dansant, de la libéralité de monsieur Jourdain.

fin du second acte.

ACTE TROISIÈME.

Scène I.

MONSIEUR JOURDAIN, DEUX LAQUAIS.

MONSIEUR JOURDAIN.

Suivez-moi, que j’aille un peu montrer mon habit par la ville ; et surtout ayez soin tous deux de marcher immédiatement sur mes pas, afin qu’on voie bien que vous êtes à moi.

LAQUAIS.

Oui, monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN.

Appelez-moi Nicole, que je lui donne quelques ordres. Ne bougez : la voilà.

Scène II.

MONSIEUR JOURDAIN, NICOLE, DEUX LAQUAIS.

MONSIEUR JOURDAIN.

Nicole !

NICOLE.

Plaît-il ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Écoutez.

NICOLE, riant.

Hi, hi, hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Qu’as-tu à rire ?

NICOLE.

Hi, hi, hi, hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Que veut dire cette coquine-là ?

NICOLE.

Hi, hi, hi. Comme vous voilà bâti ! Hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Comment donc ?

NICOLE.

Ah ! ah ! mon Dieu ! Hi, hi, hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Quelle friponne est-ce là ! Te moques-tu de moi ?

NICOLE.

Nenni, monsieur ; j’en serois bien fâchée. Hi, hi, hi, hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je te baillerai sur le nez, si tu ris davantage.

NICOLE.

Monsieur, je ne puis pas m’en empêcher. Hi, hi, hi, hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Tu ne t’arrêteras pas ?

NICOLE.

Monsieur, je vous demande pardon ; mais vous êtes si plaisant, que je ne saurois me tenir de rire. Hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mais voyez quelle insolence !

NICOLE.

Vous êtes tout à fait drôle comme cela. Hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je te…

NICOLE.

Je vous prie de m’excuser. Hi, hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Tiens, si tu ris encore le moins du monde, je te jure que je t’appliquerai sur la joue le plus grand soufflet qui se soit jamais donné.

NICOLE.

Hé bien ! monsieur, voilà qui est fait : je ne rirai plus.

MONSIEUR JOURDAIN.

Prends-y bien garde. Il faut que, pour tantôt, tu nettoies…

NICOLE.

Hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Que tu nettoies comme il faut…

NICOLE.

Hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il faut, dis-je, que tu nettoies la salle, et…

NICOLE.

Hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Encore ?

NICOLE, tombant à force de rire.

Tenez, monsieur, battez-moi plutôt, et me laissez rire tout mon soûl ; cela me fera plus de bien. Hi, hi, hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

J’enrage !

NICOLE.

De grace, monsieur, je vous prie de me laisser rire. Hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Si je te prends…

NICOLE.

Monsieur, eur, je crèverai, ai, si je ne ris. Hi, hi, hi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mais a-t-on jamais vu une pendarde comme celle-là, qui me vient rire insolemment au nez, au lieu de recevoir mes ordres ?

NICOLE.

Que voulez-vous que je fasse, monsieur ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Que tu songes, coquine, à préparer ma maison pour la compagnie qui doit venir tantôt.

NICOLE, se relevant.

Ah ! par ma foi, je n’ai plus envie de rire ; et toutes vos compagnies font tant de désordre céans, que ce mot est assez pour me mettre en mauvaise humeur.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ne dois-je point pour toi fermer ma porte à tout le monde ?

NICOLE.

Vous devriez au moins la fermer à certaines gens.

Scène III.

MADAME JOURDAIN, MONSIEUR JOURDAIN, NICOLE, DEUX LAQUAIS.

MADAME JOURDAIN.

Ah ! ah ! voici une nouvelle histoire ! Qu’est-ce que c’est donc, mon mari, que cet équipage-là ? Vous moquez-vous du monde, de vous être fait enharnacher de la sorte ? et avez-vous envie qu’on se raille partout de vous ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Il n’y a que des sots et des sottes, ma femme, qui se railleront de moi.

MADAME JOURDAIN.

Vraiment, on n’a pas attendu jusqu’à cette heure ; et il y a longtemps que vos façons de faire donnent à rire à tout le monde.

MONSIEUR JOURDAIN.

Qui est donc tout ce monde-là, s’il vous plaît ?

MADAME JOURDAIN.

Tout ce monde-là est un monde qui a raison, et qui est plus sage que vous. Pour moi, je suis scandalisée de la vie que vous menez. Je ne sais plus ce que c’est que notre maison. On diroit qu’il est céans carême-prenant tous les jours ; et dès le matin, de peur d’y manquer, on y entend des vacarmes de violons et de chanteurs dont tout le voisinage se trouve incommodé.

NICOLE.

Madame parle bien. Je ne saurois plus voir mon ménage propre avec cet attirail de gens que vous faites venir chez vous. Ils ont des pieds qui vont chercher de la boue dans tous les quartiers de la ville, pour l’apporter ici ; et la pauvre Françoise est presque sur les dents, à frotter les planchers que vos biaux maîtres viennent crotter régulièrement tous les jours.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ouais ! notre servante Nicole, vous avez le caquet bien affilé pour une paysanne !

MADAME JOURDAIN.

Nicole a raison ; et son sens est meilleur que le vôtre. Je voudrois bien savoir ce que vous pensez faire d’un maître à danser, à l’âge que vous avez.

NICOLE.

Et d’un grand maître tireur d’armes, qui vient, avec ses battements de pied, ébranler toute la maison, et nous déraciner tous les carriaux de notre salle.

MONSIEUR JOURDAIN.

Taisez-vous, ma servante et ma femme.

MADAME JOURDAIN.

Est-ce que vous voulez apprendre à danser pour quand vous n’aurez plus de jambes ?

NICOLE.

Est-ce que vous avez envie de tuer quelqu’un ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Taisez-vous, vous dis-je : vous êtes des ignorantes l’une et l’autre ; et vous ne savez pas les prérogatives de tout cela.

MADAME JOURDAIN.

Vous devriez bien plutôt songer à marier votre fille, qui est en âge d’être pourvue.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je songerai à marier ma fille quand il se présentera un parti pour elle ; mais je veux songer aussi à apprendre les belles choses.

NICOLE.

J’ai encore ouï dire, madame, qu’il a pris aujourd’hui, pour renfort de potage, un maître de philosophie.

MONSIEUR JOURDAIN.

Fort bien. Je veux avoir de l’esprit, et savoir raisonner des choses parmi les honnêtes gens.

MADAME JOURDAIN.

N’irez-vous point, l’un de ces jours, au collège, vous faire donner le fouet, à votre âge ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Pourquoi non ? Plût à Dieu l’avoir tout à l’heure, le fouet, devant tout le monde, et savoir ce qu’on apprend au collège !

NICOLE.

Oui, ma foi, cela vous rendroit la jambe bien mieux faite.

MONSIEUR JOURDAIN.

Sans doute.

MADAME JOURDAIN.

Tout cela est fort nécessaire pour conduire votre maison !

MONSIEUR JOURDAIN.

Assurément. Vous parlez toutes deux comme des bêtes, et j’ai honte de votre ignorance, (À madame Jourdain.) Par exemple, savez-vous, vous, ce que c’est que vous dites à cette heure ?

MADAME JOURDAIN.

Oui. Je sais que ce que je dis est fort bien dit, et que vous devriez songer à vivre d’autre sorte.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je ne parle pas de cela. Je vous demande ce que c’est que les paroles que vous dites ici.

MADAME JOURDAIN.

Ce sont des paroles bien sensées, et votre conduite ne l’est guère.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je ne parle pas de cela, vous dis-je. Je vous demande, ce que je parle avec vous, ce que je vous dis à cette heure, qu’est-ce que c’est ?

MADAME JOURDAIN.

Des chansons.

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé ! non, ce n’est pas cela. Ce que nous disons tous deux, le langage que nous parlons à celle heure ?

MADAME JOURDAIN.

Hé bien ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Comment est-ce que cela s’appelle ?

MADAME JOURDAIN.

Cela s’appelle comme on veut l’appeler.

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est de la prose, ignorante.

MADAME JOURDAIN.

De la prose ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, de la prose. Tout ce qui est prose n’est point vers ; et tout ce qui n’est point vers est prose. Heu ! voilà ce que c’est que d’étudier. (À Nicole.) Et toi, sais-tu bien comme il faut faire pour dire un U ?

NICOLE.

Comment ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui. Qu’est-ce que tu fais quand tu dis U ?

NICOLE.

Quoi ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Dis un peu U, pour voir.

NICOLE.

Hé bien ! U.

MONSIEUR JOURDAIN.

Qu’est-ce que tu fais ?

NICOLE.

Je dis U.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui ; mais quand tu dis U, qu’est-ce que tu fais ?

NICOLE.

Je fais ce que vous me dites.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oh ! l’étrange chose que d’avoir affaire à des bêtes ! Tu allonges les lèvres en dehors, et approches la mâchoire d’en haut de celle d’en has ; U, vois-tu ? Je fais la moue : U.

NICOLE.

Oui, cela est biau.

MADAME JOURDAIN.

Voilà qui est admirable !

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est bien autre chose, si vous aviez vu O, et DA, DA, et FA, FA !

MADAME JOURDAIN.

Qu’est-ce que c’est donc que tout ce galimatias-là ?

NICOLE.

De quoi est-ce que tout cela guérit ?

MONSIEUR JOURDAIN.

J’enrage quand je vois des femmes ignorantes.

MADAME JOURDAIN.

Allez, vous devriez envoyer promener tous ces gens-là, avec leurs fariboles.

NICOLE.

Et surtout ce grand escogriffe de maître d’armes, qui remplit de poudre tout mon ménage.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ouais ! ce maître d’armes vous tient au cœur ! Je te veux faire voir ton impertinence tout à l’heure. (Après avoir fait apporter des fleurets, et en avoir donné un à Nicole.) Tiens, raison démonstrative, la ligne du corps. Quand on pousse en quarte, on n’a qu’à faire cela, et, quand on pousse en tierce, on n’a qu’à faire cela. Voilà le moyen de n’être jamais tué ; et cela n’est-il pas beau, d’être assuré de son fait quand on se bat contre quelqu’un ? Là, pousse-moi un peu, pour voir.

NICOLE.

Hé bien ! quoi !

(Nicole pousse plusieurs bottes à monsieur Jourdain.)

MONSIEUR JOURDAIN.

Tout beau ! Holà ! ho ! Doucement Diantre soit la coquine !

NICOLE.

Vous me dites de pousser.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui ; mais tu me pousses en tierce avant que de me pousser en quarte, et tu n’as pas la patience que je pare.

MADAME JOURDAIN.

Vous êtes fou, mon mari, avec toutes vos fantaisies ; et cela vous est venu depuis que vous vous mêlez de hanter la noblesse.

MONSIEUR JOURDAIN.

Lorsque je hante la noblesse, je fais paroître mon jugement ; et cela est plus beau que de hanter votre bourgeoisie.

MADAME JOURDAIN.

Çamon vraiment ! il y a fort à gagner à fréquenter vos nobles, et vous avez bien opéré avec ce beau monsieur le comte, dont vous vous êtes embéguiné !

MONSIEUR JOURDAIN.

Paix ; songez à ce que vous dites. Savez-vous bien, ma femme, que vous ne savez pas de qui vous parlez, quand vous parlez de lui ? C’est une personne d’importance plus que vous ne pensez, un seigneur que l’on considère à la cour, et qui parle au roi tout comme je vous parle. N’est-ce pas une chose qui m’est tout à fait honorable, que l’on voie venir chez moi si souvent une personne de cette qualité, qui m’appelle son cher ami, et me traite comme si j’étois son égal ? Il a pour moi des bontés qu’on ne devineroit jamais ; et, devant tout le monde, il me fait des caresses dont je suis moi-même confus.

MADAME JOURDAIN.

Oui, il a des bontés pour vous, et vous fait des caresses ; mais il vous emprunte votre argent.

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé bien ! ne m’est-ce pas de l’honneur, de prêter de l’argent à un homme de cette condition-là ? et puis-je faire moins pour un seigneur qui m’appelle son cher ami ?

MADAME JOURDAIN.

Et ce seigneur, que fait-il pour vous ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Des choses dont on seroit étonné, si on les savoit.

MADAME JOURDAIN.

Et quoi ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Baste ! je ne puis pas m’expliquer. Il suffit que si je lui ai prêté de l’argent, il me le rendra bien, et avant qu’il soit peu.

MADAME JOURDAIN

Oui. Attendez-vous à cela.

MONSIEUR JOURDAIN.

Assurément. Ne me l’a-t-il pas dit ?

MADAME JOURDAIN.

Oui, oui, il ne manquera pas d’y faillir.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il m’a juré sa foi de gentilhomme.

MADAME JOURDAIN.

Chansons !

MONSIEUR JOURDAIN.

Ouais ! Vous êtes bien obstinée, ma femme ! Je vous dis qu’il me tiendra sa parole ; j’en suis sûr.

MADAME JOURDAIN.

Et moi, je suis sûre que non, et que toutes les caresses qu’il vous fait ne sont que pour vous enjôler.

MONSIEUR JOURDAIN.

Taisez-vous. Le voici.

MADAME JOURDAIN.

Il ne nous faut plus que cela. Il vient peut-être encore nous faire quelque emprunt ; et il me semble que j’ai dîné quand je le vois.

MONSIEUR JOURDAIN.

Taisez-vous, vous dis-je.

Scène IV.

DORANTE, MONSIEUR JOURDAIN, MADAME JOURDAIN, NICOLE.

DORANTE.

Mon cher ami monsieur Jourdain, comment vous portez-vous ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Fort bien, monsieur, pour vous rendre mes petits services.

DORANTE.

Et madame Jourdain, que voilà, comment se porte-t-elle ?

MADAME JOURDAIN.

Madame Jourdain se porte comme elle peut.

DORANTE.

Comment ! monsieur Jourdain ! vous voilà le plus propre du monde !

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous voyez.

DORANTE.

Vous avez tout à fait bon air avec cet habit ; et nous n’avons point de jeunes gens à la cour qui soient mieux faits que vous.

MONSIEUR JOURDAIN.

Hai, hai.

MADAME JOURDAIN, à part.

Il le gratte par où il se démangce.

DORANTE.

Tournez-vous. Cela est tout à fait galant.

MADAME JOURDAIN, a part.

Oui, aussi sot par derrière que par devant.

DORANTE.

Ma foi, monsieur Jourdain, j’avois une impatience étrange de vous voir. Vous êtes l’homme du monde que j’estime le plus ; et je parlois de vous encore, ce matin, dans la chambre du roi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous me faites beaucoup d’honneur, monsieur. (À madame Jourdain.) Dans la chambre du roi !

DORANTE.

Allons, mettez.

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur, je sais le respect que je vous dois.

DORANTE.

Mon Dieu ! mettez. Point de cérémonie entre nous, je vous prie.

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur…

DORANTE.

Mettez, vous dis-je, monsieur Jourdain ; vous êtes mon ami.

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur, je suis votre serviteur.

DORANTE.

Je ne me couvrirai point, si vous ne vous couvrez.

MONSIEUR JOURDAIN, se couvrant.

J’aime mieux être incivil qu’importun.

DORANTE.

Je suis votre débiteur, comme vous le savez.

MADAME JOURDAIN, à part.

Oui : nous ne le savons que trop.

DORANTE.

Vous m’avez généreusement prêté de l’argent en plusieurs occasions, et m’avez obligé de la meilleure grace du monde, assurément.

MONSIEUR JOURDAIN.

Monsieur, vous vous moquez.

DORANTE.

Mais je sais rendre ce qu’on me prête, et reconnoitre les plaisirs qu’on me fait.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je n’en doute point, monsieur.

DORANTE.

Je veux sortir d’affaire avec vous ; et je viens ici pour faire nos comptes ensemble.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Hé bien ! vous voyez votre impertinence, ma femme.

DORANTE.

Je suis homme qui aime à m’acquitter le plus tôt que je puis.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Je vous le disois bien.

DORANTE.

Voyons un peu ce que je vous dois.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Vous voilà, avec vos soupçons ridicules.

DORANTE.

Vous souvenez-vous bien de tout l’argent que vous m’ayez prêté ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Je crois que oui. J’en ai fait un polit mémoire. Le voici. Donné à vous une fois deux cents louis.

DORANTE.

Cela est vrai.

MONSIEUR JOURDAIN.

Une autre fois six vingts.

DORANTE.

Oui.

MONSIEUR JOURDAIN.

Et une autre fois cent quarante.

DORANTE.

Vous avez raison.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ces trois articles font quatre cent soixante louis, qui valent cinq mille soixante livres.

DORANTE.

Le compte est fort bon. Cinq mille soixante livres.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mille huit cent trente-deux livres à votre plumassier.

DORANTE.

Justement.

MONSIEUR JOURDAIN.

Deux mille sept cent quatre-vingts livres à votre tailleur.

DORANTE.

Il est vrai.

MONSIEUR JOURDAIN.

Quatre mille trois cent septante-neuf livres douze sous huit deniers à votre marchand.

DORANTE.

Fort bien. Douze sous huit deniers ; le compte est juste.

MONSIEUR JOURDAIN.

Et mille sept cent quarante-huit livres sept sous quatre deniers à votre sellier.

DORANTE.

Tout cela est véritable. Qu’est-ce que cela fait ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Somme totale, quinze mille huit cents livres.

DORANTE.

Somme totale est juste. Quinze mille huit cents livres. Mettez encore deux cents pistoles que vous m’allez donner : cela fera justement dix-huit mille francs, que je vous paierai au premier jour.

MADAME JOURDAIN, bas, à monsieur Jourdain.

Hé bien ! ne l’avois-je pas bien deviné ?

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Paix.

DORANTE.

Cela vous incommodera-t-il, de me donner ce que je vous dis ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé ! non.

MADAME JOURDAIN, bas, à monsieur Jourdain.

Cet homme-là fait de vous une vache à lait.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Taisez-vous.

DORANTE.

Si cela vous incommode, j’en irai chercher ailleurs.

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, monsieur.

MADAME JOURDAIN, bas, à monsieur Jourdain.

Il ne sera pas content qu’il ne vous ait ruiné.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Taisez-vous, vous dis-je.

DORANTE.

Vous n’avez qu’à me dire si cela vous embarrasse.

MONSIEUR JOURDAIN.

Point, monsieur.

MADAME JOURDAIN, bas, à monsieur Jourdain.

C’est un vrai enjôleux.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Taisez-vous donc.

MADAME JOURDAIN, bas, à monsieur Jourdain.

Il vousS sucera jusqu’au dernier sou.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Vous tairez-vous ?

DORANTE.

J’ai force gens qui m’en prèteroient avec joie ; mais comme vous êtes mon meilleur ami, j’ai cru que je vous ferois tort si j’en demandois à quelque autre.

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est trop d’honneur, monsieur, que vous me faites. Je vais quérir votre affaire.

MADAME JOURDAIN, bas, à monsieur Jourdain.

Quoi ! vous allez encore lui donner cela ?

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à madame Jourdain.

Que faire ? voulez-vous que je refuse un homme de cette condition-là, qui a parlé de moi ce matin dans la chambre du roi ?

MADAME JOURDAIN, bas, à monsieur Jourdain.

Allez, vous êtes ime vraie dupe.

Scène V.

DORANTE, MADAME JOURDAIN, NICOLE.

DORANTE.

Vous me semblez toute mélancolique. Qu’avez-vous, madame Jourdain ?

MADAME JOURDAIN.

J’ai la tête plus grosse que le poing, et si elle n’est pas enflée.

DORANTE.

Mademoiselle votre fille, où est-elle, que je ne la vois point ?

MADAME JOURDAIN.

Mademoiselle ma fille est bien où elle est.

DORANTE.

Comment se porte-t-elle ?

MADAME JOURDAIN.

Elle se porte sur ses deux jambes.

DORANTE.

Ne voulez-vous point, un de ces jours, venir voir avec elle le ballet et la comédie que l’on fait chez le roi ?

MADAME JOURDAIN.

Oui, vraiment ! nous avons fort envie de rire, fort envie de rire nous avons.

DORANTE.

Je pense, madame Jourdain, que vous avez eu bien des amants dans votre jeune âge, belle et d’agréable humeur comme vous étiez.

MADAME JOURDAIN.

Tredame ! monsieur, est-ce que madame Jourdain est décrépite, et la tête lui grouille-t-elle déjà ?

DORANTE.

Ah ! ma foi, madame Jourdain, je vous demande pardon ! je ne songeois pas que vous êtes jeune ; et je rêve le plus souvent. Je vous prie d’excuser mon impertinence.

Scène VI.

MONSIEUR JOURDAIN, MADAME JOURDAIN, DORANTE, NICOLE.

MONSIEUR JOURDAIN, à Dorante.

Voilà deux cents louis bien comptés.

DORANTE.

Je vous assure, monsieur Jourdain, que je suis tout à vous, et que je brûle de vous rendre un service à la cour.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je vous suis trop obligé.

DORANTE.

Si madame Jourdain veut voir le divertissement royal, je lui ferai donner les meilleures places de la salle.

MADAME JOURDAIN.

Madame Jourdain vous baise les mains.

DORANTE, bas, à monsieur Jourdain.

Notre belle marquise, comme je vous ai mandé par mon billet, viendra tantôt ici pour le ballet et le repas ; et je l’ai fait consentir enfin au cadeau que vous lui voulez donner.

MONSIEUR JOURDAIN.

Tirons-nous un peu plus loin, pour causer.

DORANTE.

Il y a huit jours que je ne vous ai vu ; et je ne vous ai point mandé de nouvelles du diamant que vous me mîtes entre les mains pour lui en faire présent de votre part ; mais c’est que j’ai eu toutes les peines du monde à vaincre son scrupule ; et ce n’est que d’aujourd’hui qu’elle s’est résolue à l’accepter.

MONSIEUR JOURDAIN.

Comment l’a-t-elle trouvé ?

DORANTE.

Merveilleux ; et je me trompe fort, ou la beauté de ce diamant fera pour vous sur son esprit un effet admirable.

MONSIEUR JOURDAIN.

Plût au ciel !

MADAME JOURDAIN, à Nicole.

Quand il est une fois avec lui, il ne peut le quitter.

DORANTE.

Je lui ai fait valoir comme il faut la richesse de ce présent, et la grandeur de votre amour.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ce sont, monsieur, des bontés qui m’accablent ; et je suis dans une confusion la plus grande du monde, de voir une personne de votre qualité s’abaisser pour moi à ce que vous faites.

DORANTE.

Vous moquez-vous ? est-ce qu’entre amis on s’arrête à ces sortes de scrupules ? et ne feriez-vous pas pour moi la même chose, si l’occasion s’en offroit ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oh ! assurément, et de très grand cœur !

MADAME JOURDAIN, à Nicole.

Que sa présence me pèse sur les épaules !

DORANTE.

Pour moi, je ne regarde rien quand il faut servir un ami ; et lorsque vous me fîtes confidence de l’ardeur que vous aviez prise pour cette marquise agréable, chez qui j’avois commerce, vous vîtes que d’abord je m’offris de moi-même à servir votre amour.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il est vrai. Ce sont des bontés qui me confondent.

MADAME JOURDAIN, à Nicole.

Est-ce qu’il ne s’en ira point ?

NICOLE.

Ils se trouvent bien ensemble.

DORANTE.

Vous avez pris le bon biais pour toucher son cœur. Les femmes aiment surtout les dépenses qu’on fait pour elles ; et vos fréquentes sérénades, et vos bouquets continuels, ce superbe feu d’artifice qu’elle trouva sur l’eau, le diamant qu’elle a reçu de votre part, et le cadeau que vous lui préparez, tout cela lui parle bien mieux en faveur de votre amour que toutes les paroles que vous auriez pu lui dire vous-même.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il n’y a point de dépenses que je ne fisse, si par là je pouvois trouver le chemin de son cœur. Une femme de qualité a pour moi des charmes ravissants ; et c’est un honneur que j’achèterois au prix de toutes choses.

MADAME JOURDAIN, bas, à Nicole.

Que peuvent-ils tant dire ensemble ? Va-t’en un peu tout doucement prêter l’oreille.

DORANTE.

Ce sera tantôt que vous jouirez à votre aise du plaisir de sa vue ; et vos yeux auront tout le temps de se satisfaire.

MONSIEUR JOURDAIN.

Pour être en pleine liberté, j’ai fait en sorte que ma femme ira dîner chez ma sœur, où elle passera toute l’après-dînée.

DORANTE.

Vous avez fait prudemment, et votre femme auroit pu nous embarrasser. J’ai donné pour vous l’ordre qu’il faut au cuisinier et à toutes les choses qui sont nécessaires pour le ballet. Il est de mon invention ; et pourvu que l’exécution puisse répondre à l’idée, je suis sûr qu’il sera trouvé…

MONSIEUR JOURDAIN, s’apercevant que Nicole écoute, et lui donnant un soufflet.

Ouais ! vous êtes bien impertinente ! (À Dorante.) Sortons, s’il vous plaît.

Scène VII.

MADAME JOURDAIN, NICOLE.

NICOLE.

Ma foi, madame, la curiosité m’a couté quelque chose ; mais je crois qu’il y a quelque anguille sous roche, et ils parlent de quelque affaire où ils ne veulent pas que vous soyez.

MADAME JOURDAIN.

Ce n’est pas d’aujourd’hui, Nicole, que j’ai conçu des soupçons de mon mari. Je suis la plus trompée du monde, ou il y a quelque amour en campagne ; et je travaille à découvrir ce que ce peut être. Mais songeons à ma fille. Tu sais l’amour que Cléonte a pour elle : c’est un homme qui me revient ; et je veux aider sa recherche, et lui donner Lucile, si je puis.

NICOLE.

En vérité, madame, je suis la plus ravie du monde de vous voir dans ces sentiments ; car si le maître vous revient, le valet ne me revient pas moins, et je souhaiterois que notre mariage se pût faire à l’ombre du leur.

MADAME JOURDAIN.

Va-t’en lui en parler de ma part, et lui dire que tout à l’heure il me vienne trouver, pour faire ensemble, à mon mari, la demande de ma fille.

NICOLE.

J’y cours, madame, avec joie, et je ne pouvois recevoir une commission plus agréable. (Seule.) Je vais, je pense, bien réjouir les gens.

Scène VIII.

CLÉONTE, COVIELLE, NICOLE.

NICOLE, à Cléonte.

Ah ! vous voilà tout à propos ! Je suis une ambassadrice de joie, et je viens…

CLÉONTE.

Retire-toi, perfide, et ne me viens point amuser avec tes traîtresses paroles.

NICOLE.

Est-ce ainsi que vous recevez…

CLÉONTE.

Retire-toi, te dis-je, et va-t’en dire, de ce pas, à ton infidèle maîtresse qu’elle n’abusera de sa vie le trop simple Cléonte.

NICOLE.

Quel vertigo est-ce donc là ? Mon pauvre Covielle, dis-moi un peu ce que cela veut dire.

COVIELLE.

Ton pauvre Covielle, petite scélérate ! Allons, vite, ôte-toi de mes yeux, vilaine, et me laisse en repos.

NICOLE.

Quoi ! tu me viens aussi…

COVIELLE.

Ôte-toi de mes yeux, te dis-je, et ne me parle pas de ta vie.

NICOLE, à part.

Ouais ! Quelle mouche les a piqués tous deux ? Allons de cette belle histoire informer ma maîtresse.

Scène IX.

CLÉONTE, COVIELLE.

CLÉONTE.

Quoi ! traiter un amant de la sorte, et un amant le plus fidèle et le plus passionné de tous les amants !

COVIELLE.

C’est une chose épouvantable que ce qu’on nous a fait à tous deux.

CLÉONTE.

Je fais voir pour une personne toute l’ardeur et toute la tendresse qu’on peut imaginer ; je n’aime rien au monde qu’elle, et je n’ai qu’elle dans l’esprit ; elle fait tous mes soins, tous mes désirs, toute ma joie ; je ne parle que d’elle, je ne pense qu’à elle, je ne fais des songes que d’elle, je ne respire que par elle, mon cœur vit tout en elle ; et voilà de tant d’amitié la digne récompense ! Je suis deux jours sans la voir, qui sont pour moi deux siècles effroyables : je la rencontre par hasard ; mon cœur, à cette vue, se sent tout transporté, ma joie éclate sur mon visage, je vole avec raissement vers elle, et l’infidèle détourne de moi ses regards, et passe brusquement, comme si de sa vie elle ne m’avoit vu !

COVIELLE.

Je dis les mêmes choses que vous.

CLÉONTE.

Peut-on rien voir d’égal, Covielle, à cette perfidie de l’ingrate Lucile ?

COVIELLE.

Et à celle, monsieur, de la pendarde de Nicole ?

CLÉONTE.

Après tant de sacrifices ardents, de soupirs et de vœux que j’ai faits à ses charmes !

COVIELLE.

Après tant d’assidus hommages, de soins et de services que je lui ai rendus dans sa cuisine !

CLÉONTE.

Tant de larmes que j’ai versées à ses genoux !

COVIELLE.

Tant de seaux d’eau que j’ai tirés au puits pour elle !

CLÉONTE.

Tant d’ardeur que j’ai fait paroître à la chérir plus que moi-même !

COVIELLE.

Tant de chaleur que j’ai soufferte à tourner la broche à sa place !

CLÉONTE.

Elle me fuit avec mépris !

COVIELLE.

Elle me tourne le dos avec effronterie !

CLÉONTE.

C’est une perfidie digne des plus grands châtiments.

COVIELLE.

C’est une trahison à mériter mille soufflets.

CLÉONTE.

Ne t’avise point, je te prie, de me parler jamais pour elle.

COVIELLE.

Moi, monsieur ? Dieu m’en garde !

CLÉONTE.

Ne viens point m’excuser l’action de cette infidèle.

COVIELLE.

N’ayez pas peur.

CLÉONTE.

Non, vois-tu, tous tes discours pour la défendre ne serviront de rien.

COVIELLE.

Qui songe à cela ?

CLÉONTE.

Je veux contre elle conserver mon ressentiment, et rompre ensemble tout commerce.

COVIELLE.

J’y consens.

CLÉONTE.

Ce monsieur le comte qui va chez elle lui donne peut-être dans la vue ; et son esprit, je le vois bien, se laisse éblouir à la qualité. Mais il me faut, pour mon honneur, prévenir l’éclat de son inconstance. Je veux faire autant de pas qu’elle au changement où je la vois courir, et ne lui laisser pas toute la gloire de me quitter.

COVIELLE.

C’est fort bien dit, et j’entre pour mon compte dans tous vos sentiments.

CLÉONTE.

Donne la main à mon dépit, et soutiens ma résolution contre tous les restes d’amour qui me pourroient parler pour elle. Dis-m’en, je t’en conjure, tout le mal que tu pourras. Fais-moi de sa personne une peinture qui me la rende méprisable, et marque-moi bien, pour m’en dégoûter, tous les défauts que tu peux voir en elle.

COVIELLE.

Elle, monsieur ? voilà une belle mijaurée, une pimpesouée bien bâtie, pour vous donner tant d’amour ! Je ne lui vois rien que de très médiocre ; et vous trouverez cent personnes qui seront plus dignes de vous. Premièrement, elle a les yeux petits.

CLÉONTE.

Cela est vrai, elle a les yeux petits, mais elle les a pleins de feu, les plus brillants, les plus perçants du monde, les plus touchauts qu’on puisse voir.

COVIELLE.

Elle a la bouche grande.

CLÉONTE.

Oui ; mais on y voit des graces qu’on ne voit point aux autres bouches ; et cette bouche, en la voyant, inspire des désirs, est la plus attrayante, la plus amoureuse du monde.

COVIELLE.

Pour sa taille, elle n’est pas grande.

CLÉONTE.

Non ; mais elle est aisée et bien prise.

COVIELLE.

Elle affecte une nonchalance dans son parler et dans ses actions…

CLÉONTE.

Il est vrai ; mais elle a grace à tout cela ; et ses manières sont engageantes, ont je ne sais quel charme à s’insinuer dans les cœurs.

COVIELLE.

Pour de l’esprit…

CLÉONTE.

Ah ! elle en a, Covielle, du plus fin, du plus délicat.

COVIELLE.

Sa conversation…

CLEONTE.

Sa conversation est charmante.

COVIELLE.

Elle est toujours sérieuse.

CLÉONTE.

Veux-tu de ces enjouements épanouis, de ces joies toujours ouvertes ? et vois-tu rien de plus impertinent que les femmes qui rient à tout propos ?

COVIELLE.

Mais, enfin, elle est capricieuse autant que personne du monde.

CLÉONTE.

Oui, elle est capricieuse, j’en demeure d’accord ; mais tout sied bien aux belles, on souffre tout des belles.

COVIELLE.

Puisque cela va comme cela, je vois bien que vous avez envie de l’aimer toujours.

CLÉONTE.

Moi ? j’aimerois mieux mourir ; et je vais la haïr autant que je l’ai aimée.

COVIELLE.

Le moyen, si vous la trouvez si parfaite ?

CLÉONTE.

C’est en quoi ma vengeance sera plus éclatante, en quoi je veux faire mieux voir la force de mon cœur à la haïr, à la quitter, toute belle, toute pleine d’attraits, tout aimable que je la trouve. La voici.

Scène X.

LUCILE, CLÉONTE, COVIELLE, NICOLE.

NICOLE, à Lucile.

Pour moi, j’en ai été toute scandalisée.

LUCILE.

Ce ne peut être, Nicole, que ce que je te dis. Mais le voilà.

CLÉONTE, à Covielle.

Je ne veux pas seulement lui parler.

COVIELLE.

Je veux vous imiter.

LUCILE.

Qu’est-ce donc, Cléonte ? qu’avez-vous ?

NICOLE.

Qu’as-tu donc, Covielle ?

LUCILE.

Quel chagrin vous possède ?

NICOLE.

Quelle mauvaise humeur te tient ?

LUCILE.

Êtes-vous muet, Cléonte ?

NICOLE.

As-tu perdu la parole, Covielle ?

CLÉONTE.

Que voilà qui est scélérat !

COVIELLE.

Que cela est Judas !

LUCILE.

Je vois bien que la rencontre de tantôt a troublé votre esprit.

CLÉONTE, à Covielle

Ah ! ah ! On voit ce qu’on a fait.

NICOLE.

Notre accueil de ce matin t’a fait prendre la chèvre.

COVIELLE, à Cléonte.

On a deviné l’enclouure.

LUCILE.

N’est-il pas vrai, Cléonte, que c’est là le sujet de votre dépit ?

CLÉONTE.

Oui, perfide, ce l’est, puisqu’il faut parler ; et j’ai à vous dire que vous ne triompherez pas, comme vous pensez, de votre infidélité ; que je veux être le premier à rompre avec vous, et que vous n’aurez pas l’avantage de me chasser. J’aurai de la peine, sans doute, à vaincre l’amour que j’ai pour vous ; cela me causera des chagrins, je souffrirai un temps ; mais j’en viendrai à bout, et je me percerai plutôt le cœur, que d’avoir la foiblesse de retourner à vous.

COVIELLE, à Nicole.

Queussi, queumi.

LUCILE.

Voilà bien du bruit pour un rien ! Je veux vous dire, Cléonte, le sujet qui m’a fait ce matin éviter votre abord.

CLEONTE, voulant s’en aller pour éviter Lucile.

Non, je ne veux rien écouter.

NICOLE, à Covielle.

Je te veux apprendre la cause qui nous a fait passer si vite.

COVIELLE, voulant aussi s’en aller pour éviter Nicole.

Je ne veux rien entendre.

LUCILE, suivant Cléonte.

Sachez que ce matin…

CLÉONTE, marchant toujours sans regarder Lucile.

Non, vous dis-je.

NICOLE, suivant Covielle.

Apprends que…

COVIELLE, marchant aussi sans regarder Nicole.

Non, traîtresse !

LUCILE.

Écoutez !

CLEONTE.

Point d’affaire.

NICOLE.

Laisse-moi dire.

COVIELLE.

Je suis sourd.

LUCILE.

Cléonte !

CLÉONTE.

Non.

NICOLE.

Covielle !

COVIELLE.

Point.

LUCILE.

Arrêtez.

CLÉONTE.

Chansons.

NICOLE.

Entends-moi.

COVIELLE.

Bagatelle.

LUCILE.

Un moment.

CLÉONTE.

Point du tout.

NICOLE.

Un peu de patience.

COVIELLE.

Tarare.

LUCILE.

Deux paroles.

CLÉONTE.

Non : c’en est fait.

NICOLE.

Un mot.

COVIELLE.

Plus de commerce.

LUCILE, s’arrêtant.

Hé bien ! puisque vous ne voulez pas m’écouter, demeurez dans votre pensée, et faites ce qu’il vous plaira.

NICOLE, s’arrêtant aussi.

Puisque tu fais comme cela, prends-le tout comme tu voudras.

CLÉONTE, se tournant vers Lucile.

Sachons donc le sujet d’un si bel accueil.

LUCILE, s’en allant à son tour pour éviter Cléonte.

Il ne me plaît plus de le dire.

COVIELLE, se tournant vers Nicole.

Apprends-nous un peu cette histoire.

NICOLE, s’en allant aussi pour éviter Covielle.

Je ne veux plus, moi, te l’apprendre.

CLÉONTE, suivant Lucile.

Dites-moi…

LUCILE, marchant toujours sans regarder Cléonte.

Non, je ne veux rien dire.

COVIELLE, suivant Nicole.

Conte-moi…

NICOLE, marchant aussi sans regarder Covielle.

Non, je ne conte rien.

CLÉONTE.

De grace !

NICOLE.

Non, vous dis-je.

COVIELLE.

Par charité.

NICOLE.

Point d’affaire.

CLÉONTE.

Je vous en prie.

NICOLE.

Laissez-moi.

COVIELLE.

Je t’en conjure.

NICOLE.

Ôte-toi de là.

CLÉONTE.

Lucile !

LUCILE.

Non.

COVIELLE.

Nicole !

NICOLE.

Point.

CLÉONTE.

Au nom des dieux !

LUCILE.

Je ne veux pas.

COVIELLE.

Parle-moi.

NICOLE.

Point du tout.

CLÉONTE.

Éclaircissez mes doutes.

LUCILE.

Non : je n’en ferai rien.

COVIELLE.

Guéris-moi l’esprit.

NICOLE.

Non : il ne me plaît pas.

CLÉONTE.

Hé bien ! puisque vous vous souciez si peu de me tirer de peine, et de vous justifier du traitement indigne que vous avez fait à ma flamme, vous me voyez, ingrate, pour la dernière fois ; et je vais, loin de vous, mourir de douleur et d’amour.

COVIELLE, à Nicole.

Et moi, je vais suivre ses pas.

LUCILE, à Cléonte, qui veut sortir.

Cléonte !

NICOLE, à Covielle, qui suit son maître.

Covielle !

CLÉONTE, s’arrêtant.

Hé ?

COVIELLE, s’arrêtant aussi.

Plaît-il ?

LUCILE.

Où allez-vous ?

CLÉONTE.

Où je vous ai dit.

COVIELLE.

Nous allons mourir.

LUCILE.

Vous allez mourir, Cléonte ?

CLÉONTE.

Oui, cruelle, puisque vous le voulez.

LUCILE.

Moi ! je veux que vous mouriez !

CLÉONTE.

Oui, vous le voulez.

LUCILE.

Qui vous le dit ?

CLÉONTE, s’approchant de Lucile.

N’est-ce pas le vouloir, que de ne vouloir pas éclaircir mes soupçons ?

LUCILE.

Est-ce ma faute ? et, si vous aviez voulu m’écouter, ne vous aurois-je pas dit que l’aventure dont vous vous plaignez a été causée ce matin par la présence d’une vieille tante, qui veut à toute force que la seule approche d’un homme déshonore une fille, qui perpétuellement nous sermonne sur ce chapitre, et nous figure tous les hommes comme des diables qu’il faut fuir ?

NICOLE, à Covielle.

Voilà le secret de l’affaire.

CLÉONTE.

Ne me trompez-vous point, Lucile ?

COVIELLE, à Nicole.

Ne m’en donnes-tu point à garder ?

LUCILE, à Cléonte.

Il n’est rien de plus vrai.

NICOLE, à Covielle.

C’est la chose comme elle est.

COVIELLE, a Cléonte.

Nous rendrons-nous à cela ?

CLEONTE.

Ah ! Lucile, qu’avec un mot de votre bouche vous savez apaiser de choses dans mon cœur, et que facilement on se laisse persuader aux personnes qu’on aime !

COVIELLE.

Qu’on est aisément amadoué par ces diantres d’animaux-là !

Scène XI.

MADAME JOURDAIN, CLÉONTE, LUCILE, COVIELLE, NICOLE.

MADAME JOURDAIN.

je suis bien aise de vous voir, Cléonte, et vous voilà tout à propos. Mon mari vient ; prenez vite votre temps pour lui demander Lucile en mariage.

CLÉONTE.

Ah ! madame, que cette parole m’est douce, et qu’elle flatte mes désirs ! Pouvois-je recevoir un ordre plus charmant, une faveur plus précieuse ?

Scène XII.

CLÉONTE, MONSIEUR JOURDAIN, MADAME JOURDAIN, LUCILE, COVIELLE, NICOLE.

CLÉONTE.

Monsieur, je n’ai voulu prendre personne pour vous faire une demande que je médite il y a longtemps. Elle me touche assez pour m’en charger moi-même, et, sans autre détour, je vous dirai que l’honneur d’être votre gendre est une faveur glorieuse que je vous prie de m’accorder.

MONSIEUR JOURDAIN.

Avant que de vous rendre réponse, monsieur, je vous prie de me dire si vous êtes gentilhomme.

CLÉONTE.

Monsieur, la plupart des gens, sur cette question, n’hésitent pas beaucoup ; on tranche le mot aisément. Ce nom ne fait aucun scrupule à prendre, et l’usage aujourd’hui semble en autoriser le vol. Pour moi, je vous l’avoue, j’ai les sentiments, sur cette matière, un peu plus délicats. Je trouve que toute imposture est indigne d’un honnête homme, et qu’il y a de la lâcheté à déguiser ce que le ciel nous a fait naître, à se parer aux yeux du monde d’un titre dérobé, à se vouloir donner pour ce qu’on n’est pas. Je suis né de parents, sans doute, qui ont tenu des charges honorables ; je me suis acquis, dans les armes, l’honneur de six ans de services, et je me trouve assez de bien pour tenir dans le monde un rang assez passable ; mais, avec tout cela, je ne veux point me donner un nom où d’autres en ma place croiroient pouvoir prétendre, et je vous dirai franchement que je ne suis point gentilhomme.

MONSIEUR JOURDAIN.

Touchez là, monsieur ; ma fille n’est pas pour vous.

CLÉONTE.

Comment ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous n’êtes pont gentilhomme, vous n’aurez pas ma fille.

MADAME JOURDAIN.

Que voulez-vous donc dire avec votre gentilhomme ? est-ce que nous sommes, nous autres, de la côte de saint Louis ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Taisez-vous, ma femme ; je vous vois venir.

MADAME JOURDAIN.

Descendons-nous tous deux que de bonne bourgeoisie ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà pas le coup de langue ?

MADAME JOURDAIN.

Et votre père n’étoit-il pas marchand aussi bien que le mien ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Peste soit de la femme ! elle n’y a jamais manqué. Si votre père a été marchand, tant pis pour lui ; mais pour le mien, ce sont des malavisés qui disent cela. Tout ce que j’ai à vous dire, moi, c’est que je veux avoir un gendre gentilhomme.

MADAME JOURDAIN.

Il faut à votre fille un mari qui lui soit propre ; et il vaut mieux, pour elle, un honnête homme riche et bien fait, qu’un gentilhomme gueux et mal bâti.

NICOLE.

Cela est vrai : nous avons le fils du gentilhomme de notre village, qui est le plus grand malitorne et le plus sot dadais que j’aie jamais vu.

MONSIEUR JOURDAIN, à Nicole.

Taisez-vous, impertinente ; vous vous fourrez toujours dans la conversation. J’ai du bien assez pour ma fille ; je n’ai besoin que d’honneurs, et je la veux faire marguise.

MADAME JOURDAIN.

Marquise ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, marquise.

MADAME JOURDAIN.

Hélas ! Dieu m’en garde !

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est une chose que j’ai résolue.

MADAME JOURDAIN.

C’est une chose, moi, où je ne consentirai point. Les alliances avec plus grand que soi sont sujettes toujours à de fâcheux inconvénients. Je ne veux point qu’un gendre puisse à ma fille reprocher ses parents, et qu’elle ait des enfants qui aient honte de m’appeler leur grand’maman. S’il falloit qu’elle me vînt visiter en équipage de grande dame, et qu’elle manquât, par mégarde, à saluer quelqu’un du quartier, on ne manqueroit pas aussitôt de dire cent sottises. Voyez-vous, diroit-on, cette madame la marquise qui fait tant la glorieuse ? c’est la fille de monsieur Jourdain, qui étoit trop heureuse, étant petite, de jouer à la madame avec nous. Elle n’a pas toujours été si relevée que la voilà, et ses deux grands-pères vendoient du drap auprès de la porte Saint-Innocent. Ils ont amassé du bien à leurs enfants, qu’ils paient maintenant, peut-être, bien cher en l’autre monde ; et l’on ne devient guère si riches à être honnêtes gens. Je ne veux point tous ces caquets, et je veux un homme, en un mot, qui m’ait obligation de ma fille, et à qui je puisse dire : Mettez-vous là, mon gendre, et dînez avec moi.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà bien les sentiments d’un petit esprit, de vouloir demeurer toujours dans la bassesse. Ne me répliquez pas davantage : ma fille sera marquise, en dépit de tout le monde ; et, si vous me mettez en colère, je la ferai duchesse.

Scène XIII.

MADAME JOURDAIN. LUCILE, CLÉONTE, NICOLE, COVIELLE.

MADAME JOURDAIN.

Cléonte, ne perdez point courage encore. (À Lucile.) Suivez-moi, ma fille ; et venez dire résolument à votre père que si vous ne l’avez, vous ne voulez épouser personne.

Scène XIV.

CLÉONTE, COVIELLE.

COVIELLE.

Vous avez fait de belles affaires, avec vos beaux sentiments !

CLÉONTE.

Que veux-tu ? j’ai un scrupule là-dessus que l’exemple ne sauroit vaincre.

COVIELLE.

Vous moquez-vous, de le prendre sérieusement avec un homme comme cela ? Ne voyez-vous pas qu’il est fou ? et vous coûtoit-il quelque chose de vous accommoder à ses chimères ?

CLÉONTE.

Tu as raison ; mais je ne croyois pas qu’il fallût faire ses preuves de noblesse pour être gendre de monsieur Jourdain.

COVIELLE, riant

Ah ! fih ! ah !

CLÉONTE.

De quoi ris-tu ?

COVIELLE.

D’une pensée qui me vient pour jouer notre homme, et vous faire obtenir ce que vous souhaitez.

CLÉONTE.

Comment ?

COVIELLE.

L’idée est tout h fait plaisante.

CLÉONTE.

Quoi donc ?

COVIELLE.

Il s’est fait depuis peu une certaine mascarade qui vient le mieux du monde ici, et que je prétends faire entrer dans une bourle que je veux faire à notre ridicule. Tout cela sent un peu sa comédie ; mais, avec lui, on peut hasarder toute chose ; il n’y faut point chercher tant de façons, et il est homme à y jouer son rôle à merveille, et à donner aisément dans toutes les fariboles qu’on s’avisera de lui dire. J’ai les acteurs, j’ai les habits tout prêts ; laissez-moi faire seulement.

CLÉONTE.

Mais apprends-moi…

COVIELLE.

Je vais vous instruire de tout. Retirons-nous ; le voilà qui revient.

Scène XV.

MONSIEUR JOURDAIN, seul.

Que diable est-ce là ? ils n’ont rien que les grands seigneurs à me reprocher, et moi je ne vois rien de si beau que de hanter les grands seigneurs ; il n’y a qu’honneur et que civilité avec eux ; et je voudrois qu’il m’eût coûté deux doigts de la main, et être né comte ou marquis.

Scène XVI.

MONSIEUR JOURDAIN, UN LAQUAIS.

LE LAQUAIS.

Monsieur, voici monsieur le comte, et une dame qu’il mène par la main.

MONSIEUR JOURDAIN.

Hé ! mon Dieu ! j’ai quelques ordres à donner. Dis-leur que je vais venir ici tout à l’heure.

Scène XVII.

DORIMÈNE, DORANTE, UN LAQUAIS.

LE LAQUAIS.

Monsieur dit comme cela qu’il va venir ici tout à l’heure.

DORANTE.

Voilà qui est bien.

Scène XVIII.

DORIMÈNE, DORANTE.

DORIMÈNE.

Je ne sais pas, Dorante, je fais encore ici une étrange démarche, de me laisser amener par vous dans une maison où je ne connois personne.

DORANTE.

Quel lieu voulez-vous donc, madame, que mon amour choisisse pour vous régaler, puisque, pour fuir l’éclat, vous ne voulez ni votre maison ni la mienne ?

DORIMÈNE.

Mais vous ne dites pas que je m’engage insensiblement chaque jour, à recevoir de trop grands témoignages de votre passion. J’ai beau me défendre des choses, vous fatiguez ma résistance, et vous avez une civile opiniâtreté qui me fait venir doucement à tout ce qu’il vous plaît. Les visites fréquentes ont commencé, les déclarations sont venues ensuite, qui, après elles, ont traîné les sérénades et les cadeaux que les présents ont suivis. Je me suis opposée à tout cela ; mais vous ne vous rebutez point, et, pied à pied, vous gagnez mes résolutions. Pour moi, je ne puis plus répondre de rien, et je crois qu’à la fin vous me ferez venir au mariage, dont je me suis tant éloignée.

DORANTE.

Ma foi, madame, vous y devriez déjà être : vous êtes veuve, et ne dépendez que de vous ; je suis maître de moi, et je vous aime plus que ma vie : à quoi tient-il que dès aujourd’hui vous ne fassiez tout mon bonheur ?

DORIMÈNE.

Mon Dieu ! Dorante, il faut des deux parts bien des qualités pour vivre heureusement ensemble ; et les deux plus raisonnables personnes du monde ont souvent peine à composer une union dont ils soient satisfaits.

DORANTE.

Vous vous moquez, madame, de vous y figurer tant de difficultés ; et l’expérience que vous avez faite ne conclut rien pour tous les autres.

DORIMENE.

Enfin j’en reviens toujours là ; les dépenses que je vous vois faire pour moi m’inquiètent par deux raisons : l’une, qu’elles m’engagent plus que je ne voudrois ; et l’autre, que je suis sûre, sans vous déplaire, que vous ne les faites point que vous ne vous incommodiez ; et je ne veux point cela.

DORANTE.

Ah ! madame, ce sont des bagatelles ; et ce n’est pas par là…

DORIMÈNE.

Je sais ce que je dis ; et, entre autres, le diamant que vous m’avez forcée à prendre est d’un prix…

DORANTE.

Hé ! madame, de grace, ne faites point tant valoir une chose que mon amour trouve indigne de vous ; et souffrez… Voici le maître du logis.

Scène XIX.

MONSIEUR JOURDAIN, DORIMÈNE, DORANTE.

MONSIEUR JOURDAIN, après avoir fait deux révérences, se trouvant trop près de Dorimène.

Un peu plus loin, madame.

DORIMÈNE.

Comment ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Un pas, s’il vous plaît.

DORIMÈNE.

Quoi donc ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Reculez un peu, pour la troisième.

DORANTE.

Madame, monsieur Jourdain sait son monde.

MONSIEUR JOURDAIN.

Madame, ce m’est une gloire bien grande de me voir assez fortuné, pour être si heureux, que d’avoir le bonheur que vous ayez eu la bonté de m’accorder la grace, de me faire l’honneur de m’honorer de la faveur de votre présence ; et si j’avois aussi le mérite, pour mériter un mérite comme le vôtre, et que le ciel… envieux de mon bien… m’eût accordé… l’avantage de me voir digne… des…

DORANTE.

Monsieur Jourdain, en voilà assez. Madame n’aime pas les grands compliments, et elle sait que vous êtes homme d’esprit. (Bas, à Dorimène.) C’est un bon bourgeois assez ridicule, comme vous voyez, dans toutes ses manières.

DORIMÈNE, bas, à Dorante.

Il n’est pas malaisé de s’en apercevoir.

DORANTE.

Madame, voilà le meilleur de mes amis.

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est trop d’houneur que vous me faites.

DORANTE.

Galant homme tout à fait.

DORIMÈNE.

J’ai beaucoup d’estime pour lui.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je n’ai rien fait encore, madame, pour mériter cette grace.

DORANTE, bas, à monsieur Jourdain.

Prenez bien garde, au moins, à ne lui point parler du diamant que vous lui avez donné.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à Dorante.

Ne pourrois-je pas seulement lui demander comment elle le trouve ?

DORANTE, bas, à monsieur Jourdain.

Comment ? gardez-vous-en bien ! cela seroit vilain à vous ; et, pour agir en galant homme, il faut que vous fassiez comme si ce n’étoit pas vous qui lui eussiez fait ce présent. (Haut.) Monsieur Jourdain, madame, dit qu’il est ravi de vous voir chez lui.

DORIMÈNE.

Il m’honore beaucoup.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à Dorante.

Que je vous suis obligé, monsieur, de lui parler ainsi pour moi !

DORANTE, bas, à monsieur Jourdain.

J’ai eu une peine effroyable à la faire venir ici.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à Dorante.

Je ne sais quelles graces vous en rendre.

DORANTE.

Il dit, madame, qu’il vous trouve la plus belle personne du monde.

DORIMÈNE.

C’est bien de la grace qu’il me fait.

MONSIEUR JOURDAIN.

Madame, c’est vous qui faites les graces ; et…

DORANTE.

Songeons à manger.

Scène XX.

MONSIEUR JOURDAIN, DORIMÈNE, DORANTE, UN LAQUAIS.

LE LAQUAIS, à monsieur Jourdain.

Tout est prêt, monsieur.

DORANTE.

Allons donc nous mettre à table, et qu’on fasse venir les musiciens.

Scène XXI.

ENTRÉE DE BALLET.

Six cuisiniers, qui ont préparé le festin, dansent ensemble, et font le troisième intermède, après quoi ils apportent une table couverte de plusieurs mets.

fin du troisième acte.


ACTE QUATRIÈME.

Scène I.

DORIMÈNE, MONSIEUR JOURDAIN, DORANTE, TROIS MUSICIENS, UN LAQUAIS.

DORIMÈNE.

Comment ! Dorante, voilà un repas tout à fait magnifique !

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous vous moquez, madame ; et je voudrois qu’il fût plus digne de vous être offert.

(Dorimène, monsieur Jourdain, Dorante et les trois musiciens se mettent à table.)

DORANTE.

Monsieur Jourdain a raison, madame, de parler de la sorte ; et il m’oblige de vous faire si bien les honneurs de chez lui. Je demeure d’accord avec lui que le repas n’est pas digne de vous. Comme c’est moi qui l’ai ordonné, et que je n’ai pas sur cette matière les lumières de nos amis, vous n’avez pas ici un repas fort savant, et vous y trouverez des incongruités de bonne chère, et des barbarismes de bon goût. Si Damis, notre ami, s’en étoit mêlé, tout seroit dans les règles, il y auroit partout de l’élégance et de l’érudition, et il ne manqueroit pas de vous exagérer lui-même toutes les pièces du repas qu’il vous donneroit, et de vous faire tomber d’accord de sa haute capacité dans la science des bons morceaux, de vous parler d’un pain de rive biseau doré, relevé de croûte partout, croquant tendrement sous la dent ; d’un vin à sève veloutée, armé d’un vert qui n’est point trop commandant ; d’un carré de mouton gourmandé de persil ; d’une longe de veau de rivière, longue comme cela, blanche, délicate, et qui, sous les dents, est une vraie pâte d’amande ; de perdrix relevées d’un fumet surprenant ; et, pour son opéra, d’une soupe à bouillon perlé, soutenue d’un jeune gros dindon cantonné de pigeonneaux, et couronnée d’oignons blancs mariés avec la chicorée. Mais, pour moi, je vous avoue mon ignorance ; et, comme monsieur Jourdain a fort bien dit, je voudrois que le repas fût plus digne de vous être offert.

DORIMÈNE.

Je ne réponds à ce compliment qu’en mangeant comme je fais.

MONSIEUR JOORDAIN.

Ah ! que voilà de belles mains !

DORIMÈNE.

Les mains sont médiocres, monsieur Jourdain ; mais vous voulez parler du diamant, qui est fort beau.

MONSIEUR JOURDAIN.

Moi, madame ? Dieu me garde d’en vouloir parler ! ce ne seroit pas agir en galant homme ; et le diamant est fort peu de chose.

DORIMÈNE.

Vous êtes bien dégouté.

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous avez trop de bonté…

DORANTE, après avoir fait un signe à monsieur Jourdain.

Allons, qu’on donne du vin à monsieur Jourdain et à ces messieurs, qui nous feront la grace de nous chanter quelque air à boire.

DORIMÈNE.

C’est merveilleusement assaisonner la bonne chère, que d’y mêler la musique ; et je me vois ici admirablement régalée.

, MONSIEUR JOURDAIN.

Madame, ce n’est pas…

DORANTE.

Monsieur Jourdain, prêtons silence à ces messieurs ; ce qu’ils nous feront entendre vaudra mieux que tout ce que nous pourrions dire.

PREMIER ET SECOND MUSICIEN ENSEMBLE, un verre à la main.

Un petit doigt, Philis, pour commencer le tour :
Ah ! qu’un verre en vos mains a d’agréables charmes !
Vous et le vin vous vous prêtez des armes,
Et je sens pour tous deux redoubler mon amour :
Entre lui, vous et moi, jurons, jurons, ma belle,
Une ardeur éternelle.

Qu’en mouillant votre bouche il en reçoit d’attraits !
Et que l’on voit par lui votre bouche embellie !
Ah ! l’un de l’autre ils me donnent envie,
Et de vous et de lui je m’enivre à longs traits.
Entre lui, vous et moi, jurons, jurons, ma belle,
Une ardeur éternelle.

SECOND ET TROISIÈME MUSICIEN ENSEMBLE.

Buvons, chers amis, buvons !
Le temps qui fuit nous y convie :
Profitons de la vie
Autant que nous pouvons.

Quand on a passé l’onde noire,
Adieu, le bon vin, nos amours.
Dépêchons-nous de boire ;
On ne boit pas toujours.

Laissons raisonner les sots
Sur le vrai bonheur de la vie ;
Notre philosophie
Le met parmi les pots.

Les biens, le savoir et la gloire,
N’ôtent point les soucis fâcheux ;
Et ce n’est qu’à bien boire
Que l’on peut être heureux.

TOUS TROIS ENSEMBLE.

Sus, sus ; du vin partout : versez, garçon, versez.
Versez, versez toujours, tant qu’on vous dise, Assez.

DORIMÈNE.

Je ne crois pas qu’on puisse mieux chanter ; et cela est tout à fait beau.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je vois encore ici, madame, quelque chose de plus beau.

DORIMÈNE.

Ouais ! monsieur Jourdain est galant plus que je ne pensois.

DORANTE.

Comment, madame ! pour qui prenez-vous monsieur Jourdain ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Je voudrois bien qu’elle me prît pour ce que je dirois.

DORIMÈNE.

Encore ?

DORANTE, à Dorimène.

Vous ne le connoissez pas.

MONSIEUR JOURDAIN.

Elle me connoîtra quand il lui plaira.

DORIMÈNE.

Oh ! je le quitte.

DORANTE.

Il est homme qui a toujours la riposte en main. Mais vous ne voyez pas que monsieur Jourdain, madame, mange tous les morceaux que vous touchez.

DORIMÈNE.

Monsieur Jourdain est un homme qui me ravit.

MONSIEUR JOURDAIN.

Si je pouvois ravir votre cœur, je serois…

Scène II.

MADAME JOURDAIN, MONSIEUR JOURDAIN, DORIMÈNE, DORANTE, MUSICIENS, LAQUAIS.

MADAME JOURDAIN.

Ah ! ah ! je trouve ici bonne compagnie, et je vois bien qu’on ne m’y attendoit pas. C’est donc pour cette belle affaire-ci, monsieur mon mari, que vous avez eu tant d’empressement à m’envoyer dîner chez ma sœur ? Je viens de voir un théâtre là-bas, et je vois ici un banquet à faire noces. Voilà comme vous dépensez votre bien ; et c’est ainsi que vous festinez les dames en mon absence, et que vous leur donnez la musique et la comédie, tandis que vous m’envoyez promener.

DORANTE.

Que voulez-vous dire, madame Jourdain ? et quelles fantaisies sont les vôtres, de vous aller mettre en tête que votre mari dépense son bien, et que c’est lui qui donne ce régal à madame ? Apprenez que c’est moi, je vous prie ; qu’il ne fait seulement que me prêter sa maison, et que vous devriez un peu mieux regarder aux choses que vous dites.

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, impertinente, c’est monsieur le comte qui donne tout ceci à madame, qui est une personne de qualité. Il me fait l’honneur de prendre ma maison, et de vouloir que je sois avec lui.

MADAME JOURDAIN.

Ce sont des chansons que cela ; je sais ce que je sais.

DORANTE.

Prenez, madame Jourdain, prenez de meilleures lunettes.

MADAME JOURDAIN.

Je n’ai que faire de lunettes, monsieur, et je vois assez clair. Il y a longtemps que je sens les choses, et je ne suis pas une bête. Cela est fort vilain à vous, pour un grand seigneur, de prêter la main comme vous faites aux sottises de mon mari. Et vous, madame, pour une grande dame, cela n’est ni beau, ni honnête à vous, de mettre de la dissension dans un ménage, et de souffrir que mon mari soit amoureux de vous.

DORIMÈNE.

Que veut donc dire tout ceci ? Allez, Dorante, vous vous moquez, de m’exposer aux sottes visions de cette extravagante.

DORANTE, suivant Dorimène, qui sort.

Madame, holà ! madame, où courez-vous ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Madame… Monsieur le comte, faites-lui mes excuses, et tâchez de la ramener.

Scène III.

MADAME JOURDAIN, MONSIEUR JOURDAIN, LAQUAIS.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ah ! impertinente que vous êtes, voilà de vos beaux faits ! Vous me venez faire des affronts devant tout le monde ; et vous chassez de chez moi des personnes de qualité !

MADAME JOURDAIN.

Je me moque de leur qualité.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je ne sais qui me tient, maudite, que je ne vous fende la tête avec les pièces du repas que vous êtes venue troubler.

(Les laquais ennportent la table.)

MADAME JOURDAIN, sortant.

Je me moque de cela. Ce sont mes droits que je défends, et j’aurai pour moi toutes les femmes.

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous faites bien d’éviter ma colère.

Scène IV.

MONSIEUR JOURDAIN, seul.

Elle est arrivée là bien malheureusement. J’étois en humeur de dire de jolies choses ; et jamais je ne m’étois senti tant d’esprit. Qu’est-ce que c’est que cela ?

Scène V.

MONSIEUR JOURDAIN ; COVIELLE, déguisé.

COVIELLE.

Monsieur, je ne sais pas si j’ai l’honneur d’être connu de vous.

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, monsieur.

COVIELLE, étendant la main à un pied de terre.

Je vous ai vu que vous n’étiez pas plus grand que cela.

MONSIEUR JOURDAIN.

Moi ?

COVIELLE.

Oui. Vous étiez le plus bel enfant du monde, et toutes les dames vous prenoient dans leurs bras pour vous baiser.

MONSIEUR JOURDAIN.

Pour me baiser ?

COVIELLE.

Oui. J’étois grand ami de feu monsieur vofre pére.

MONSIEUR JOURDAIN.

De feu monsieur mon père ?

COVIELLE.

Oui. C’étoit un fort honnête gentilhomme.

MONSIEUR JOURDAIN.

Comment dites-vous ?

COVIELLE.

Je dis que c’étoit un fort honnête gentilhomme.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mon père ?

COVIELLE.

Oui.

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous l’avez fort connu ?

COVIELLE.

Assurément.

MONSIEUR JOURDAIN.

Et vous l’avez connu pour gentilhomme ?

COVIELLE.

Sans doute.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je ne sais donc pas comment le monde est fait ?

COVIELLE.

Comment ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Il y a de sottes gens qui me veulent dire qu’il a été marchand.

COVIELLE.

Lui, marchand ! C’est pure médisance, il ne l’a jamais été. Tout ce qu’il faisoit, c’est qu’il étoit fort obligeant, fort officieux ; et, comme il se connoissoit fort bien en étoffes, il en alloit choisir de tous les côtés, les faisoit apporter chez lui, et en donnoit à ses amis pour de l’argent.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je suis ravi de vous connoitre, afin que vous rendiez ce témoignage-là, que mon père étoit gentilhomme.

COVIELLE.

Je le soutiendrai devant tout le monde.

MONSIEUR JOURDAIN.

Vous m’obligerez. Quel sujet vous amène ?

COVIELLE.

Depuis avoir connu feu monsieur votre père, honnête gentilhomme, comme je vous ai-dit, j’ai voyagé par tout le monde.

MONSIEUR JOURDAIN.

Par tout le monde ?

COVIELLE.

Oui.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je pense qu’il y a bien loin en ce pays-là.

COVIELLE.

Assurément. Je ne suis revenu de tous mes longs voyages que depuis quatre jours ; et, par l’intérêt que je prends à tout ce qui vous touche, je viens vous annoncer la meilleure nouvelle du monde.

MONSIEUR JOURDAIN.

Quelle ?

COVIELLE.

Vous savez que le fils du Grand Turc est ici ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Moi ? Non.

COVIELLE.

Comment ! il a un train tout à fait magnifique ; tout le monde le va voir, et il a été reçu en ce pays comme un seigneur d’importance.

MONSIEUR JOURDAIN.

Par ma foi, je ne savois pas cela.

COVIELLE.

Ce qu’il y a d’avantageux pour vous, c’est qu’il est amoureux de votre fille.

MONSIEUR JOURDAIN.

Le fils du Grand Turc ?

COVIELLE.

Oui ; et il veut être votre gendre.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mon gendre, le fils du Grand Turc !

COVIELLE.

Le fils du Grand Turc votre gendre. Comme je le fus voir, et que j’entends parfaitement sa langue, il s’entretint avec moi ; et, après quelques autres discours, il me dit : Acciam croc soler onch alla mouslaph gidelum amanahem varahini oussere carbulath, c’est-à-dire : N’as-tu point vu une jeune belle personne, qui est la fille de monsieur Jourdain, gentilhomme parisien ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Le fils du Grand Turc dit cela de moi ?

COVIELLE.

Oui. Comme je lui eus répondu que je vous connoissois particulièrement, et que j’avois vu votre fille : Ah ! me dit-il, marababa sahem ! c’est-à-dire : Ah ! que je suis amoureux d’elle !

MONSIEUR JOURDAIN.

Marababa sahem veut dire : Ah ! que je suis amoureux d’elle ?

COVIELLE.

Oui.

MONSIEUR JOURDAIN.

Par ma foi, vous faites bien de me le dire ; car, pour moi, je n’aurois jamais cru que marababa sahem eût voulu dire : Ah, que je suis amoureux d’elle ! Voilà une langue admirable que ce turc !

COVIELLE.

Plus admirable qu’on ne peut croire. Savez-vous bien ce que veut dire cacaracamouchen ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Cacaracamouchen ? Non.

COVIELLE.

C’est-à-dire, Ma chère ame.

MONSIEUR JOURDAIN.

Cacaracamouchen veut dire, Ma chère ame ?

COVIELLE.

Oui

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà qui est merveilleux ! Cacaracamouchen, Ma chère ame. Diroit-on jamais cela ? Voilà qui me confond.

COVIELLE.

Enfin, pour achever mon ambassade, il vient vous demander votre fille en mariage ; et, pour avoir un beau-père qui soit digue de lui, il veut vous faire mamamouchi, qui est une certaine grande dignité de son pays.

MONSIEUR JOURDAIN.

Mamamouchi ?

COVIELLE.

Oui, mamamouchi ; c’est-à-dire, en notre langue, paladin. Paladin, ce sont de ces anciens… Paladin, enfin. Il n’y a rien de plus noble que cela dans le monde, et vous irez de pair avec les plus grands seigneurs de la terre.

MONSIEUR JOURDAIN.

Le fils du Grand Turc m’honore beaucoup ; et je vous prie de me mener chez lui pour lui faire mes remercîments.

COVIELLE.

Comment ! le voilà qui va venir ici.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il va venir ici ?

COVIELLE.

Oui ; et il amène toutes choses pour la cérémonie de votre dignité.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà qui est bien prompt.

COVIELLE.

Son amour ne peut souffrir aucun retardement.

MONSIEUR JOURDAIN.

Tout ce qui m’embarrasse ici, c’est que ma fille est une opiniâtre qui s’est allée mettre dans la tête un certain Cléonte, et elle jure de n’épouser personne que celui-là.

COVIELLE.

Elle changera de sentiment quand elle verra le fils du Grand Turc ; et puis il se rencontre ici une aventure merveilleuse : c’est que le fils du Grand Turc ressemble à ce Cléonte, à peu de chose prés. Je viens de le voir, on me l’a montré ; et l’amour qu’elle a pour l’un pourra passer aisément à l’autre, et… Je lentends venir ; le voilà.

Scène VI.

CLÉONTE, en Turc ; TROIS PAGES, portant la veste de Cléonte ; MONSIEUR JOURDAIN, COVIELLE.

CLÉONTE.

Ambousahim oqui boraf, Jordina, salamalequi.

COVIELLE, à monsieur Jourdain.

C’est-à-dire : Monsieur Jourdain, votre cœur soit toute l’année comme un rosier fleuri. Ce sont façons de parler obligeantes de ces pays-là.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je suis très humble serviteur de Son Altesse turque.

COVIELLE.

Carigar camboto oustin moraf.

CLÉONTE.

Oustin yoc catamalequi basum base alla moran.

COVIELLE.

Il dit : Que le ciel vous donne la force des lions et la prudence des serpents.

MONSIEUR JOURDAIN.

Son Altesse turque m’honore trop, et je lui souhaite toutes sortes de prospérités.

COVIELLE.

Ossa binamen sadoc babally oracaf ouram.

CLÉONTE.

Belmen.

COVIELLE.

Il dit que vous alliez vite avec lui vous préparer pour la cérémonie, afin de voir ensuite votre fille, et de conclure le mariage.

MONSIEUR JOURDAIN.

Tant de choses en deux mots ?

COVIELLE.

Oui. La langue turque est comme cela, elle dit beaucoup en peu de paroles. Allez vite où il souhaite.

Scène VII.

COVIELLE, seul.

Ah ! ah ! ah ! Ma foi, cela est tout à fait drôle. Quelle dupe ! quand il auroit appris son rôle par cœur, il ne pourroit pas le mieux jouer. Ah ! ah !

Scène VIII.

DORANTE, COVIELLE.

COVIELLE.

Je vous prie, monsieur, de nous vouloir aider céans dans une affaire qui s’y passe.

DORANTE.

Ah ! ah ! Covielle, qui t’auroit reconnu ? Comme te voilà ajusté !

COVIELLE.

Vous voyez. Ah ! ah !

DORANTE.

De quoi ris-tu ?

COVIELLE.

D’une chose, monsieur, qui le mérite bien.

DORANTE.

Comment ?

COVIELLE.

Je vous le donnerois en bien des fois, monsieur, à deviner le stratagème dont nous nous servons auprès de monsieur Jourdain, pour porter son esprit à donner sa fille à mon maître.

DORANTE.

Je ne devine point le stratagème ; mais je devine qu’il ne manquera pas de faire son effet, puisque tu l’entreprends.

COVIELLE.

Je sais, monsieur, que la bête vous est connue.

DORANTE.

Apprends-moi ce que c’est.

COVIELLE.

Prenez la peine de vous tirer un peu plus loin, pour faire place à ce que j’aperçois venir. Vous pourrez voir une partie de l’histoire, tandis que je vous conterai le reste.

Scène IX.

cérémonie turque.

LE MUPHTI, DERVIS, TURCS. assistants du muphti, chantants et dansants.

PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET.

Six Turcs entrent gravement deux à deux, au son des instruments. Ils portent trois tapis qu’ils lèvent fort haut, après en avoir fait, en dansant, plusieurs figures. Lès Turcs chantants passent par-dessous ces tapis pour s’aller ranger aux deux côtés du théâtre. Le muphti, accompagné des dervis, ferme cette marche.

Alors les Turcs étendent les tapis par terre, et se mettent dessus à genoux. Le muphti et les dervis restent debout au milieu d’eux ; et, pendant que le muphti invoque Mahomet, en faisant beaucoup de contorsions et de grimaces, sans proférer une seule parole, les Turcs assistants se prosternent jusqn’à terre, chantant Alli, lèvent les bras au ciel, en chantant Alla ; ce qu’ils continuent jusqu’à la fin de l’invocation, après laquelle ils se lèvent tous, chantant Alla eckber ; et deux dervis vont chercher monsieur Jourdain.

Scène X.

LE MUPHTI, DERVIS, TURCS chantants et dansants ; MONSIEUR JOURDAIN vêtu à la turque, la tèle rasée. Sans turban et sans sabre.

LE MUPHTI, à monsieur Jourdain.

Se ti sabir,
Ti respondir ;
Se non sabir,
Tazir, tazir.

Mi star muphti,
Ti qui star si ?

Non intendir ;
Tazir, tazir.

(Deux dervis font retirer monsieur Jourdain.)

Scène XI.

LE MUPHTI, DERVIS, TURCS chantants et dansant.

LE MUPHTI.

Dice, Turque, qui star quista ? Anabatista ? anabatista ?

LES TURCS.

Ioc.

LE MUPHTI.

Zuinglista ?

LES TURCS.

Ioc.

LE MUPHTI.

Coffita ?

LES TURCS.

Ioc.

LE MUPHTI.

Hussita ? Morista ? Fronista ?

LES TURCS.

Ioc, ioc, ioc.

LE MUPHTI.

Ioc, ioc, ioc. Star pagana ?

LES TURCS.

Ioc.

LES MUPHTI.

Luterana ?

LES TURCS.

Ioc.

LE MUPHTI.

Puritana ?

LES TURCS.

Ioc.

LE MUPHTI.

Bramina ? Moffina ? Zurina ?

LES TURCS.

Ioc, ioc, ioc.

LE MUPHTI.

Ioc, ioc, ioc. Mahametana ? Mahametana ?

LES TURCS.

Hi Valla. Hi Valla.

LE MUPHTI.

Como chamara ? Como chamara ?

LES TURCS.

Giourdina, Giourdina.

LE MUPHTI, sautant.

Giourdina, Giourdina

LES TURCS.

Giourdina, Giourdina.

LE MUPHTI.

Mahameta, per Giourdina,
Mi pregar sera e matina.
Voler far un paladina
De Giourdina, de Giourdina,
Dar turbanta, e dar scarrina,
Con galera, e brigantina,
Per deffender Palestina.
Mahameta, per Giourdina,
Mi pregar sera e matina.

(Aux Turcs.)

Star bon Turca Giourdina ?

LES TURCS.

Hi Valla. Hi Yalla.

LE MUPHTI, chantant et dansant.

Ha la ba, ba la chou, ba la ba, ba la da.

LES TURCS.

Ha la ba, ba la chou, ba la ba, ba la da.

Scène XII.

TURCS, chantants et dansants.

DEUXIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Scène XIII.

LE MUPHTI, DERVIS, MONSIEUR JOURDAIN, TURCS chantants et dansants.

Le muphti revient coiffé avec son turban de cérémonie, qui est d’une grosseur démesurée, et garni de bougies allumées à quatre ou cinq rangs ; il est accompagné de deux dervis qui portent l’Alcoran, et qui ont des bonnets pointus, garnis aussi de bougies allumées.

Les deux autres dervis amènent monsieur Jourdain, et le font mettre à genoux, les mains parterre, de façon que son dos, sur lequel est mis l’Alcoran, sert de pupitre au muphti, qui fait une seconde invocation burlesque, fronçant le sourcil, frappant de temps en temps sur l’Alcoran, et tournant les feuillets avec précipitation ; après quoi, en levant les bras au ciel, le muphti crie à haute voix ; Hou.

Pendant cette seconde invocation, les Turcs assistants, s’inclinant et se relevant alternativement, chantent aussi Hou, hou, hou.

MONSIEUR JOURDAIN, après qu’on lui a ôté l’Alcoran de dessus le dos.

Ouf.

LE MUPHTI, à monsieur Jourdain.

Ti non star furba ?

LES TURCS. No, no, no

LE MUPHTI.

Non star forfanta ?

LES TURCS.

No, no, no.

LE MUFTI, aux Turcs.

Donar turbanta.

LES TURCS.

Ti non star furba ? No, no, no.

Non star forfanta ? No, no, no. Donar turbanta.

TROISIÈME ENTREE DE BALLET.

Les Turcs dansants mettent le turban sur la tête de mosieur Jourdain au son des instruments.

LE MUPHTI, donnant le sabre à monsieur Jourdain.

Ti star nobile, non star fabbola. Pigliar schiabbola.

LES TURCS, mettant le sabre à la main.

Ti star nobile, non star fabbola Pigliar schiabbola.

QUATRIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les Turcs dansants donnent en cadence plusieurs coups de sabre à monsieur Jourdain.

LE MUPHTI.

Dara, dara Bastonnara. Dara, dara Bastonnara.

CINQUIÈME ENTRÉE DE BALLET.

Les Turcs dansants donnent à monsieur Jourdain des coups de bâton en cadence.

LE MUPHTI. Non tener honta,

Questa star l’ultima affronta.

LES TURCS. Non tener honta,

Questa star l’ultima affronta. Le muphti commence une troisième invocation. Les dervis le soutiennent par-dessous les bras avec respect ; après quoi les Turcs chantants et dansants, sautant autour du muphti, se retirent avec lui et emmènent monsieur Jourdain.

fin du quatrième acte.

ACTE CINQUIÈME.

Scène I.

MADAME JOURDAIN, MONSIEUR JOURDAIN.

MADAME JOURDAIN.

Ah ! mon Dieu, miséricorde ! Qu’est-ce que c’est donc que cela ? Quelle figure ! Est-ce un momon que vous allez porter, et est-il temps d’aller en masque ? Parlez donc, qu’est-ce que c’est que ceci ? Qui vous a fagoté comme cela ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Voyez l’impertinente, de parler de la sorte à un mamamouchi !

MADAME JOURDAIN.

Comment donc ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, il me faut porter du respect maintenant, et l’on vient de me faire mamamouchi.

MADAME JOURDAIN.

Que voulez-vous dire avec votre mamamouchi ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Mamamouchi, vous dis-je. Je suis mamamouchi.

MADAME JOURDAIN.

Quelle bête est-ce là ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Mamamouchi, c’est-à-dire, en notre langue, paladin.

MADAME JOURDAIN.

Baladin ! Etes-vous en âge de danser des ballets ?

MONSIEuR JOURDAIN.

Quelle ignorante ! Je dis paladin : c’est une dignité dont on vient de me faire la cérémonie.

MADAME JOURDAIN.

Quelle cérémonie donc ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Mahameta per Jordina.

MADAME JOURDAIN.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Jordina, c’est-à-dire Jourdain.

MADAME JOURDAIN.

Hé bien ? quoi, Jourdain ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Voler far un paladina de Jordina.

MADAME JOURDAIN.

Comment ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Dar turbanta con galera.

MADAME JOURDAIN.

Qu’est-ce à dire, cela ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Per deffender Palestina.

MADAME JOURDAIN.

Que voulez-vous donc dire ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Dara, dara bastonnara.

MADAME JOURDAIN.

Qu’est-ce donc que ce jargon-là ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Non tener honta, questa star l’ultima affronta.

MADAME JOURDAIN.

Qu’est-ce que c’est donc que tout cela ?

MONSIEUR JOURDAIN, chantant et dansant.

Hou la ba, ba la chou, ba la ba, ba la da.

(Il tombe par terre.)

MADAME JOURDAIN.

Hélas ! mon Dieu ! mon mari est devenu fou !

MONSIEUR JOURDAIN, se relevant et s’en allant.

Paix, insolente. Portez respect à monsieur le mamamouchi.

MADAME JOURDAIN, seule.

Où est-ce donc qu’il a perdu l’esprit ? Courons l’empêcher de sortir. (Apercevant Dorimène et Dorante.) Ah ! ah ! voici justement le reste de notre écu. Je ne vois que chagrin de tous côtés.

Scène II.

DORANTE, DORIMÈNE.

DORANTE.

Oui, madame, vous verrez la plus plaisante chose qu’on puisse voir ; et je ne crois pas que dans tout le monde il soit possible de trouver encore un homme aussi fou que celui-là. Et puis, madame, il faut tâcher de servir l’amour de Cléonte, et d’appuyer toute sa mascarade. C’est un fort galant homme, et qui mérite que l’on s’intéresse pour lui.

DORIMÈNE.

J’en fais beaucoup de cas, et il est digne d’une bonne fortune.

DORANTE.

Outre cela, nous avons ici, madame, un ballet qui nous revient, que nous ne devons pas laisser perdre ; et il faut bien voir si mon idée pourra réussir.

DORIMÈNE.

J’ai vu là des apprêts magnifiques, et ce sont des choses, Dorante, que je ne puis plus souffrir. Oui, je veux enfin vous empêcher vos profusions ; et, pour rompre le cours à toutes les dépenses que je vous vois faire pour moi, j’ai résolu de me marier promptement avec vous. C’en est le vrai secret, et toutes ces choses unissent avec le mariage, comme vous savez.

DORANTE.

Ah ! madame, est-il possible que vous ayez pu prendre pour moi une si douce résolution ?

DORIMÈNE.

Ce n’est que pour vous empêcher de vous ruiner ; et, sans cela, je vois bien qu’avant qu’il fût peu vous n’auriez pas un sou.

DORANTE.

Que j’ai d’obligation, madame, aux soins que vous avez de conserver mon bien ! Il est entièrement à vous, aussi bien que mon cœur ; et vous en userez de la façon qu’il vous plaira.

DORIMENE.

J’userai bien de tous les deux. Mais voici votre homme : la figure en est admirable.

Scène III.

MONSIEUR JOURDAIN, DORIMÈNE, DORANTE.

DORANTE.

Monsieur, nous venons rendre hommage, madame et moi, à votre nouvelle dignité, et nous réjouir avec vous du mariage que vous faites de votre fille avec le fils du Grand Turc.

MONSIEUR JOURDAIN, après avoir fait les révérences à la turque.

Monsieur, je vous souhaite la force des serpents et la prudence des lions.

DORIMÈNE.

J’ai été bien aise d’être des premières, monsieur, à venir vous féliciter du haut degré de gloire où vous êtes monté.

MONSIEUR JOURDAIN.

Madame, je vous souhaite toute l’année votre rosier fleuri. Je vous suis infiniment obligé de prendre part aux honneurs qui m’arrivent ; et j’ai beaucoup de joie de vous voir revenue ici, pour vous faire les très humbles excuses de l’extravagance de ma femme.

DORIMÈNE.

Cela n’est rien ; j’excuse en elle un pareil mouvement : votre cœur lui doit être précieux ; et il n’est pas étrange que la possession d’un homme comme vous puisse inspirer quelques alarmes.

MONSIEUR JOURDAIN.

La possession de mon cœur est une chose qui vous est tout acquise.

DORANTE.

Vous voyez, madame, que monsieur Jourdain n’est pas de ces gens que les prospérités aveuglent, et qu’il sait, dans sa grandeur, connoître encore ses amis.

DORIMÈNE.

C’est la marque d’une ame tout à fait généreuse.

DORANTE.

Où est donc Son Altesse turque ? nous voudrions bien, comme vos amis, lui rendre nos devoirs.

MONSIEUR JOURDAIN.

Le voilà qui vient ; et j’ai envoyé quérir ma fille pour lui donner la main.

Scène IV.

MONSIEUR JOURDAIN, DORIMÈNE, DORANTE, CLÉONTE, habillé en Turc.

DORANTE, à Cléonte.

Monsieur, nous venons faire la révérence à Voire Altesse, comme amis de monsieur votre beau-père, et l’assurer avec respect de nos très humbles services.

MONSIEUR JOURDAIN.

Où est le truchement, pour lui dire qui vous êtes, et lui faire entendre ce que vous dites ? Vous verrez qu’il vous répondra ; et il parle turc à merveille, (À cléonte.) Holà ! où diantre est-il allé ? Strouf, strif, strof, straf. Monsieur est un grande segnore, grande segnore, grande segnore ; et madame, une granda dama, granda dama(Voyant qu’il ne se fait point entendre.) Ah ! (À Cléonte, montrant Dorante.) Monsieur, lui mamamouchi françois, et madame mamamouchie françoise. Je ne puis pas parler plus clairement. Bon ! voici l’interprète.

Scène V.

MONSIEUR JOURDAIN, DORIMÈNE, DORANTE ; CLÉONTE, habillé en Turc ; COVIELLE, déguisé.

MONSIEUR JOURDAIN.

OÙ allez-vous donc ? nous ne saurions rien dire sans vous. (Montrant Cléonte.) Dites-lui un peu que monsieur et madame sont des personnes de grande qualité, qui lui viennent faire la révérence, comme mes amis, et l’assurer de leurs services. (À Doriméne et à Dorante.) Vous allez voir comme il va répondre.

COVIELLE.

Alabala crociam acci boram alabamen.

CLÉONTE.

Catalequi tubal ourin soter amalouchan.

MONSIEUR JOURDAIN, à Dorimène et à Dorante.

Voyez-vous ?

COVIELLE.

Il dit que la pluie des prospérités arrose en tout temps le jardin de votre famille.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je vous l’avois bien dit, qu’il parle turc.

DORANTE.

Cela est admirable.

Scène VI.

LUCILE, CLÉONTE, MONSIEUR JOURDAIN, DORIMÈNE, DORANTE, COVIELLE.

MONSIEUR JOURDAIN.

Venez, ma fille ; approchez-vous, et venez donner votre main à monsieur, qui vous fait l’honneur de vous demander en mariage.

LUCILE.

Comment ! mon père, comme vous voilà fait ! est-ce une comédie que vous jouez ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Non, non, ce n’est pas une comédie ; c’est une affaire fort sérieuse, et la plus pleine d’honneur pour vous qui se peut souhaiter. (Montrant cléonte.) Voilà le mari que je vous donne.

LUCILE.

À moi, mon père ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Oui, à vous. Allons, touchez-lui dans la main, et rendez graces au ciel de votre bonheur.

LUCILE.

Je ne veux point me marier.

MONSIEUR JOURDAIN.

Je le veux, moi, qui suis votre père.

LUCILE.

Je n’en ferai rien.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ah ! que de bruit ! Allons, vous dis-je. Çà, votre main.

LUCILE.

Non, mon père ; je vous l’ai dit, il n’est point de pouvoir qui me puisse obliger à prendre un autre mari que Cléonte ; et je me résoudrai plutôt à toutes les extrémités, que de… (Reconnoissant Cléonte.) Il est vrai que vous êtes mon père ; je vous dois entière obéissance ; et c’est à vous à disposer de moi selon vos volontés.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ah ! je suis ravi de vous voir si promptement revenue dans votre devoir ; et voilà qui me plaît, d’avoir une fille obéissante.

Scène VII.

MADAME JOURDAIN, CLÉONTE, MONSIEUR JOURDAIN, LUCILE, DORANTE, DORIMÈNE, COVIELLE.

MADAME JOURDAIN.

Comment donc ? qu’est-ce que c’est que ceci ? on dit que vous voulez donner votre fille en mariage à un carême-prenant.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voulez-vous vous taire, impertinente ? Vous venez toujours mêler vos extravagances à toutes choses ; et il n’y a pas moyen de vous apprendre à être raisonnable.

MADAME JOURDAIN.

C’est vous qu’il n’y a pas moyen de rendre sage ; et vous allez de folie en folie. Quel est votre dessein, et que voulez-vous faire avec cet assemblage ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Je veux marier notre fille avec le fils du Grand Turc.

MADAME JOURDAIN.

Avec le fils du Grand Turc ?

MONSIEUR JOURDAIN, montrant Covielle.

Oui. Faites-lui faire vos compliments par le truchemenent que voilà.

MADAME JOURDAIN.

Je n’ai que faire du truchement, et je lui dirai bien, moi-même, à son nez, qu’il n’aura point ma fille.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voulez-vous vous taire, encore une fois ?

DORANTE.

Comment ! madame Jourdain, vous vous opposez à un honneur comme celui-là ? vous refusez Son Altesse turque pour gendre ?

MADAME JOURDAIN.

Mon Dieu ! monsieur, mélez-vous de vos affaires.

DORIMÈNE.

C’est une grande gloire qui n’est pas à rejeter.

MADAME JOURDAIN.

Madame, je vous prie aussi de ne vous point embarrasser de ce qui ne vous touche pas.

DORANTE.

C’est l’amitié que nous avons pour vous qui nous fait intéresser dans vos avantages.

MADAME JOURDAIN.

Je me passerai bien de votre amitié.

DORANTE.

Voilà voire fille qui consent aux volontés de son père.

MADAME JOURDAIN.

Ma fille consent à épouser un Turc ?

DORANTE.

Sans doute.

MADAME JOURDAIN.

Elle peut oublier Cléonte ?

DORANTE.

Que ne fait-on pas pour être grand’dame ?

MADAME JOURDAIN.

Je l’étranglerois de mes mains, si elle avoit fait un coup comme celui-là.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà bien du caquet ! Je vous dis que ce mariage-le se fera.

MADAME JOURDAIN.

Je vous dis, moi, qu’il ne se fera point.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ah ! que de bruit !

LUICLE.

Ma mère !

MADAME JOURDAIN.

Allez ! vous êtes une coquine.

MONSIEUR JOURDAIN, à madame Jourdain.

Quoi ! vous la querellez de ce qu’elle, m’obéit ?

MADAME JOURDAIN.

Oui ; elle est à moi aussi bien qu’à vous.

COVIELLE, à madame Jourdain.

Madame !

MADAME JOURDAIN.

Que me voulez-vous conter, vous ?

COVIELLE.

Un mot.

MADAME JOURDAIN.

Je n’ai que faire de votre mot.

COVIELLE, à monsieur Jourdain.

Monsieur, si elle veut écouter une parole en païticulier, je vous promets de la faire consentir à ce que vous voulez.

MADAME JOURDAIN.

Je n’y consentirai point.

COVIELLE.

Écoutez-moi seulement.

MADAME JOURDAIN.

Non.

MONSIEUR JOURDAIN, à madame Jourdain.

Écoutez-le.

MADAME JOURDAIN.

Non ; je ne veux pas l’écouter.

MONSIEUR JOURDAIN.

Il vous dira…

MADAME JOURDAIN.

Je ne veux point qu’il me dise rien.

MONSIEUR JOURDAIN.

Voilà une grande obstination de femme ! Cela vous fera-t-il mal de l’entendre ?

COVIELLE.

Ne faites que m’écouter ; vous ferez après ce qu’il vous plaira.

MADAME JOURDAIN.

Hé bien ! quoi ?

COVIELLE, bas, à madame Jourdain.

Il y a une heure, madame, que nous vous faisons signe. Ne voyez-vous pas bien que tout ceci n’est fait que pour nous ajuster aux visions de votre mari ; que nous l’abusons sous ce déguisement, et que c’est Cléonte lui-même qui est le fils du Grand Turc ?…

MADAME JOURDAIN, bas, a Covielle.

Ah ! ah !

COVIELLE, bas, à madame Jourdain.

Et moi, Covielle, qui suis le truchement.

MADAME JOURDAIN, bas, à Covielle.

Ah ! comme cela, je me rends.

COVIELLE, bas, à madame Jourdain.

Ne faites pas semblant de rien.

MADAME JOURDAIN, haut.

Oui, voilà qui est fait, je consens au mariage.

MONSIEUR JOURDAIN.

Ah ! voilà tout le monde raisonnable, (à madame Jourdain.) Vous ne vouliez pas l’écouter. Je savois bien qu’il vous expliqueroit ce que c’est que le fils du Grand Turc.

MADAME JOURDAIN.

Il me l’a expliqué comme il faut, et j’en suis satisfaite. Envoyons quérir un notaire.

DORANTE.

C’est fort bien dit. Et afin, madame Jourdain, que vous puissiez avoir l’esprit tout à fait content, et que vous perdiez aujourd’hui toute la jalousie que vous pourriez avoir conçue de monsieur votre mari, c’est que nous nous servirons du même notaire pour nous marier, madame et moi.

MADAME JOURDAIN.

Je consens aussi à cela.

MONSIEUR JOURDAIN, bas, à Dorante.

C’est pour lui faire accroire.

DORANTE, bas, à monsieur Jourdain.

Il faut bien l’amuser avec cette feinte.

MONSIEUR JOURDAIN, bas.

Bon, bon ! (Haut.) Qu’on aille quérir le notaire.

DORANTE.

Tandis qu’il viendra et qu’il dressera les contrats, voyons notre ballet, et donnons-en le divertissement à Son Altesse turque.

MONSIEUR JOURDAIN.

C’est fort bien avisé. Allons prendre nos places.

MADAME JOURDAIN.

Et Nicole ?

MONSIEUR JOURDAIN.

Je la donne au truchement ; et ma femme, à qui la voudra.

COVIELLE.

Monsieur, je vous remercie, (À part.) Si l’on en peut voir un plus fou, je l’irai dire à Rome.

(La comédie finit par un petit ballet qui avoit été préparé.)

PREMIÈRE ENTRÉE.

Un homme vient donner les livres du ballet, qui d’abord est fatigué par une multitude de gens de provinces différentes, qui crient en musique pour en avoir, et par trois importuns qu’il trouve toujours sur ses pas.

DIALOGUE DES GENS.

qui en musique demandent des livres.

TOUS.

À moi, monsieur, à moi, de grace, à moi monsieur :
Un livre, s’il vous plaît, à votre serviteur.

HOMME DU BEL AIR.

Monsieur, distinguer-nous parmi les gens qui crient.
Quelques livres ici ; les dames vous en prient.

UN AUTRE HOMME DU BEL AIR.

Holà, monsieur ! monsieur, ayez la charité
D’en jeter de notre coté.

FEMME DU BEL AIR.

Mon Dieu, qu’aux personnes bien faites
On sait peu rendre honneur céans !

AUTRE FEMME DU BEL AIR.

Ils n’ont des livres et des bancs
Que pour mesdames les grisettes.

GASCON.

Ah ! l’homme aux libres, qu’on m’en vaille.
J’ai déjà lé poumon usé.
Bous boyez qué chacun mé raille ;
Et jé suis escandalisé.

Dé boie es mains de la canaille
Ce qui m’est par bous réfusé.

AUTRE GASCON.

Hé ! cadédis, monseu, boyez qui l’on pût être.
Un libret, je bous prie, au varon d’Asbarat.
Jé pensé, mordi, que lé fat
N’a pas l’honneur dé mé connoître.

LE SUISSE.

Montsir le donner de papieir,
Que vuel dire sti façon de fifre ?
Moi l’écorchair tout mon gosieir
À crieir,
Sans que je pouvre afoir ein lifre
Pardi, mon foi, montsir, je pense fous l’être ifre.

VIEUX BOURGEOIS BABILLARD.

De tout ceci, franc et net,
Je suis mal satisfait.
Et cela sans doute est laid,
Que notre fille
Si bien faite et si gentille,
De tant d’amoureux l’objet,
N’ait pas à son souhait
Un livre de ballet,
Pour lire le sujet
Du divertissement qu’on fait ;
Et que toute notre famille
Si proprement s’habille
Pour être placée au sommet
De la salle où l’on met
Les gens de l’entriguet !
De tout ceci, franc et net,
Je suis mal satisfait ;
Et cela sans doute est laid.

VIEILLE BOURGEOISE BABILLARDE.

Il est vrai que c’est une honte ;
Le sang au visage me monte ;
Et ce jeteur de vers, qui manque au capital.
L’entend fort mal :
C’est un brutal,
Un vrai cheval,
Franc animal,

De faire si peu de compte
D’une fille qui fait l’ornement principal
Du quartier du Palais-Royal,
Et que, ces jours passés, un comte
Fut prendre la première au bal.
Il l’entend mal,
C’est un brutal,
Un vrai cheval,
Franc animal.

HOMMES ET FEMMES DU BEL AIR.

Ah ! quel bruit !
Quel fracas !
Quel chaos !
Quel mélange !
Quelle confusion !
Quelle cohue étrange !
Quel désordre !
Quel embarras !
On y sèche.
L’on n’y tient pas.

GASCON.

Bentré ! je suis à vout.

AUTRE GASCON.

J’enrage, Diou mé damne.

LE SUISSE.

Ah ! que l’y faire saif dans sti sal de cians !

GASCON.

Je murs !

AUTRE GASCON.

Je perds la tramontane !

LE SUISSE.

Mon foi, moi le foudrois être hors de dedans.

VIEUX BOURGEOIS BABILLARD.

Allons, ma mie,
Suivez mes pas,
Je vous en prie,
Et ne me quittez pas.
On fait de nous trop peu de cas,
Et je suis las
De ce tracas.
Tout ce fracas,

Cet embarras,
Me pèse par trop sur les bras.
S’il me prend jamais envie
De retourner de ma vie
À ballet ni comédie,
Je veux bien qu’on m’estropie.
Allons, ma mie,
Suivez mes pas,
Je vous en prie,
Et ne me quittez pas.
On fait de nous trop peu de cas.

VIEILLE BOURGEOISE BABILLARDE.

Allons, mon mignon, mon fils,
Regagnons notre logis ;
Et sortons de ce taudis,
Où l’on ne peut être assis.
Ils seront bien ébaubis.
Quand ils nous verront partis.
Trop de confusion règne dans cette salle,
Et j’aimerois mieux être au milieu de la Halle.
Si jamais je reviens à semblable régale,
Je veux bien recevoir des soufflets plus de six.
Allons, mon mignon, mon fils,
Regagnons notre logis ;
Et sortons de ce taudis,
Où l’on ne peut être assis.

TOUS.

À moi, monsieur, à moi, de grace, à moi, monsieur ;
Un livre, s’il vous plaît, à vôtre serviteur.

DEUXIÈME ENTREE.

Les trois importuns dansent.

TROISIÈME ENTREE.

TROIS ESPAGNOLS, chantants.

Se que me muero de amor
Y solicito el dolor.
Aun muriendo de querer,
De tan buen ayre adolezce

Que es mas de lo que padexco,
Lo que quiero padecer,
Y no pudiendo excéder
A mi deseo el rigor.

Sé que me muero de amor
Y solicito el dolor.

Lisonxeame la fuerte
Con piedad tan advertida,
Que me assegura la vida
En el riesgo de la muerte.
Vivir de su golpe fuerte
Es de mi salud primor.

Sé que me muero de amor
Y solicito el dolor.

(Six Espagnoms dansent)

TROIS MUSICIENS ESPAGNOLS.

Ay ! que locura, con tanto rigor
Quexarse de Amor,
Del nino benito
Que todo es dulzura.
Ay ! que locura !
Ay ! que locura !

ESPAGNOL, chantant.

El dolor solicita,
El que al dolor se da :
Y nadie de amor muere,
Sino quien no save amar.

DEUX ESPAGNOLS.

Dulce muerte es el amor
Con correspondencia igual ;
Y si esta gozamos hoy,
Porque la quieres turbar ?

UN ESPAGNOL.

Alegrese enamorado
Y tome mi parecer,
Que en esto de querer,
Todo. es hallar el vado.

TOUS TROIS ENSEMBLE.

Vaya, vaya de fiestas !
Vaya de bayle !
Alegria, alegria, alegria !
Que esto de dolor es fantasia.

QUATRIÈME ENTRÉE.

italiens.

UNE MUSICIENNE ITALIENNE fait le premier récit dont voici les paroles :

Di rigori armata il seno,
Contro Amor mi ribellai ;
Ma fui vinta in un baleno,
In mirar due vaghi rai.
Ahi ! che résiste puoco
Cor di gelo a stral di fuocse ?

Ma si caro è’l mio tormento,
Dolce è si la piaga mia,
Ch’il penare è’l mio contento,
Ahi ! sanarmi è tirannia.
Ahi ! che più giova e piace,
Quanto amor è più vivace !

Après l’air que la musicienne a chanté, deux Scaramouches, deux Trivelins et un Arlequin, représentent une nuit à la manière des comédiens italiens, en cadence. Un musicien italien se joint à la musicienne italienne, et chante avec elle les paroles qui suivent :

LE MUSICIEN ITALIEN.

Bel tempo che vole
Rapisce il contento :
D’Amor ne la scola
si coglie il momento.

LA MUSICIENNES.

Insin che florida
Ride l’ età,
Che pur tropp’orrida,
Da noi sen va :

TOUS DEUX.

Sù cantiamo,
Sù godiamo
Ne’ bei di di gioventù ;
Perduto ben non si racquista più.

MUSICIEN.

Pupilla ch’è vaga
Mill’ alme ineatena,
Fa dolce la piaga,
Felice la pena.

MUSICIENNE.

Ma poichè frigida
Langue l’ età,
Più l’ alma rigida
Fiamme non ha.

TOUS DEUX.

Sù cantiamo,
Su godiamo
Ne’ bei di di gioventù ;
Perduto ben non si racquista più#1.

Après les dialogues italiens, les Scaramouches et Trivelins dansent une réjouissance. 

CINQUIÉME ENTRÉE.

françois.

DEUX MUSICIENS POITEVINS dansent, et chantent les paroles qui suivent.

PREMIER MENUET.

Ah ! qu’il fait beau dans ces bocages !
Ah ! que le ciel donne un beau jour !

AUTRE MUSICIEN.

Le rossignol, sous ces tendres feuillages.
Chante aux échos son doux retour ;
Ce beau séjour,
Ces doux ramages
Ce beau séjour
Nous invite à l’amour.

DEUXIEME MENUET. — TOUS DEUX ENSEMBLES.

Vois ma Climéne,
Vois, sous ce chêne.
S’entre-baiser ces oiseaux amoureux :
Ils n’ont rien dans leurs vœux
Qui les gêne ;
De leurs doux feux
Leur ame est pleine.
Qu’ils sont heureux !
Nous pouvons tous deux

Si tu le veux,
Etre comme eux.

Six autres François viennent après, vêtus galamment à la poitevine, trois en hommes et trois en femmes, accompagnés de huit flûtes et de hautbois, et dansent les menuets.

SIXIÈME ENTRÉE.

Tout cla finit par le mélange des trois nations, et les applaudissements en danse et en musique de toute l’assistance, qui chante les deux vers qui suivent :

Quels spectacles charmants ! quels plaisirs goûtons-nous ;
Les dieux mêmes, les dieux n’en ont point de plus doux.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : L’Avare

1669

ACTE premier

Scène I

VALÈRE, ÈLISE.

Valère

Hé quoi ! charmante Élise, vous devenez mélancolique, après les obligeantes assurances que vous avez eu la bonté de me donner de votre foi ? Je vous vois soupirer, hélas ! au milieu de ma joie ! Est-ce du regret, dites-moi, de m’avoir fait heureux ? et vous repentez-vous de cet engagement où mes feux ont pu vous contraindre ?

Élise

Non, Valère, je ne puis pas me repentir de tout ce que je fais pour vous. Je m’y sens entraîner par une trop douce puissance, et je n’ai pas même la force de souhaiter que les choses ne fussent pas. Mais, à vous dire vrai, le succès me donne de l’inquiétude ; et je crains fort de vous aimer un peu plus que je ne devrais.

Valère

Eh ! que pouvez-vous craindre, Élise, dans les bontés que vous avez pour moi ?

Élise

Hélas ! cent choses à la fois : l’emportement d’un père, les reproches d’une famille, les censures du monde ; mais plus que tout, Valère, le changement de votre cœur, et cette froideur criminelle dont ceux de votre sexe payent le plus souvent les témoignages trop ardents d’un innocent amour.

Valère

Ah ! ne me faites pas ce tort, de juger de moi par les autres ! Soupçonnez-moi de tout, Élise, plutôt que de manquer à ce que je vous dois. Je vous aime trop pour cela ; et mon amour pour vous durera autant que ma vie.

Élise

Ah ! Valère, chacun tient les mêmes discours ! Tous les hommes sont semblables par les paroles ; et ce n’est que les actions qui les découvrent différents.

Valère

Puisque les seules actions font connaître ce que nous sommes, attendez donc, au moins, à juger de mon cœur par elles, et ne me cherchez point des crimes dans les injustes craintes d’une fâcheuse prévoyance. Ne m’assassinez point, je vous prie, par les sensibles coups d’un soupçon outrageux ; et donnez-moi le temps de vous convaincre, par mille et mille preuves, de l’honnêteté de mes feux.

Élise.

Hélas ! qu’avec facilité on se laisse persuader par les personnes que l’on aime ! Oui, Valère, je tiens votre cœur incapable de m’abuser. Je crois que vous m’aimez d’un véritable amour, et que vous me serez fidèle : je n’en veux point du tout douter, et je retranche mon chagrin aux appréhensions du blâme qu’on pourra me donner.

Valère

Mais pourquoi cette inquiétude ?

Élise

Je n’aurais rien à craindre si tout le monde vous voyait des yeux dont je vous vois ; et je trouve en votre personne de quoi avoir raison aux choses que je fais pour vous. Mon cœur, pour sa défense, a tout votre mérite, appuyé du secours d’une reconnaissance où le ciel m’engage envers vous. Je me représente à toute heure ce péril étonnant qui commença de nous offrir aux regards l’un de l’autre ; cette générosité surprenante qui vous fit risquer votre vie, pour dérober la mienne à la fureur des ondes ; ces soins pleins de tendresse que vous me fîtes éclater après m’avoir tirée de l’eau, et les hommages assidus de cet ardent amour que ni le temps ni les difficultés n’ont rebuté, et qui, vous faisant négliger et parents et patrie, arrête vos pas en ces lieux, y tient en ma faveur votre fortune déguisée, et vous a réduit, pour me voir, à vous revêtir de l’emploi de domestique de mon père. Tout cela fait chez moi, sans doute, un merveilleux effet ; et c’en est assez, à mes yeux, pour me justifier l’engagement où j’ai pu consentir ; mais ce n’est pas assez peut-être pour le justifier aux autres, et je ne suis pas sûre qu’on entre dans mes sentiments.

Valère

De tout ce que vous avez dit, ce n’est que par mon seul amour que je prétends auprès de vous mériter quelque chose ; et quant aux scrupules que vous avez, votre père lui-même ne prend que trop de soin de vous justifier à tout le monde, et l’excès de son avarice, et la manière austère dont il vit avec ses enfants, pourraient autoriser des choses plus étranges. Pardonnez-moi, charmante Élise, si j’en parle ainsi devant vous. Vous savez que, sur ce chapitre, on n’en peut pas dire de bien. Mais enfin, si je puis, comme je l’espère, retrouver mes parents, nous n’aurons pas beaucoup de peine à nous les rendre favorables. J’en attends des nouvelles avec impatience, et j’en irai chercher moi-même, si elles tardent à venir.

Élise

Ah ! Valère, ne bougez d’ici, je vous prie, et songez seulement à vous bien mettre dans l’esprit de mon père.

Valère

Vous voyez comme je m’y prends, et les adroites complaisances qu’il m’a fallu mettre en usage pour m’introduire à son service ; sous quel masque de sympathie et de rapports de sentiments je me déguise pour lui plaire, et quel personnage je joue tous les jours avec lui, afin d’acquérir sa tendresse. J’y fais des progrès admirables ; et j’éprouve que, pour gagner les hommes, il n’est point de meilleure voie que de se parer à leurs yeux de leurs inclinations, que de donner dans leurs maximes, encenser leurs défauts, et applaudir à ce qu’ils font. On n’a que faire d’avoir peur de trop charger la complaisance ; et la manière dont on les joue a beau être visible, les plus fins toujours sont de grandes dupes du côté de la flatterie, et il n’y a rien de si impertinent et de si ridicule qu’on ne fasse avaler, lorsqu’on l’assaisonne en louanges. La sincérité souffre un peu au métier que je fais ; mais, quand on a besoin des hommes, il faut bien s’ajuster à eux, et puisqu’on ne saurait les gagner que par là, ce n’est pas la faute de ceux qui flattent, mais de ceux qui veulent être flattés.

Élise

Mais que ne tâchez-vous aussi de gagner l’appui de mon frère, en cas que la servante s’avisât de révéler notre secret ?

Valère

On ne peut pas ménager l’un et l’autre ; et l’esprit du père et celui du fils sont des choses si opposées, qu’il est difficile d’accommoder ces deux confidences ensemble. Mais vous, de votre part, agissez auprès de votre frère, et servez-vous de l’amitié qui est entre vous deux pour le jeter dans nos intérêts. Il vient. Je me retire. Prenez ce temps pour lui parler, et ne lui découvrez de notre affaire que ce que vous jugerez à propos.

Élise

Je ne sais si j’aurai la force de lui faire cette confidence.

Scène II

CLÉANTE, ÉLISE.

Cléante

Je suis bien aise de vous trouver seule, ma sœur ; et je brûlais de vous parler, pour m’ouvrir à vous d’un secret.

Élise

Me voilà prête à vous ouïr, mon frère. Qu’avez-vous à me dire ?

Cléante

Bien des choses, ma sœur, enveloppées dans un mot. J’aime.

Élise

Vous aimez ?

Cléante

Oui, j’aime. Mais, avant que d’aller plus loin, je sais que je dépends d’un père, et que le nom de fils me soumet à ses volontés ; que nous ne devons point engager notre foi sans le consentement de ceux dont nous tenons le jour ; que le ciel les a faits les maîtres de nos vœux, et qu’il nous est enjoint de n’en disposer que par leur conduite ; que, n’étant prévenus d’aucune folle ardeur, ils sont en état de se tromper bien moins que nous et de voir beaucoup mieux ce qui nous est propre ; qu’il en faut plutôt croire les lumières de leur prudence que l’aveuglement de notre passion ; et que l’emportement de la jeunesse nous entraîne le plus souvent dans des précipices fâcheux. Je vous dis tout cela, ma sœur, afin que vous ne vous donniez pas la peine de me le dire ; car enfin mon amour ne veut rien écouter, et je vous prie de ne me point faire de remontrances.

Élise

Vous êtes-vous engagé, mon frère, avec celle que vous aimez ?

Cléante

Non ; mais j’y suis résolu, et je vous conjure encore une fois de ne me point apporter de raisons pour m’en dissuader.

Élise

Suis-je, mon frère, une si étrange personne ?

Cléante

Non, ma sœur ; mais vous n’aimez pas ; vous ignorez la douce violence qu’un tendre amour fait sur nos cœurs, et j’appréhende votre sagesse.

Élise

Hélas ! mon frère, ne parlons point de ma sagesse : il n’est personne qui n’en manque, du moins une fois en sa vie ; et, si je vous ouvre mon cœur, peut-être serai-je à vos yeux bien moins sage que vous.

Cléante

Ah ! plût au ciel que votre âme, comme la mienne… !

Élise

Finissons auparavant votre affaire, et me dites qui est celle que vous aimez.

Cléante

Une jeune personne qui loge depuis peu en ces quartiers, et qui semble être faite pour donner de l’amour à tous ceux qui la voient. La nature, ma sœur, n’a rien formé de plus aimable ; et je me sentis transporté dès le moment que je la vis. Elle se nomme Mariane et vit sous la conduite d’une bonne femme de mère qui est presque toujours malade, et pour qui cette aimable fille a des sentiments d’amitié qui ne sont pas imaginables. Elle la sert, la plaint et la console avec une tendresse qui vous toucherait l’âme. Elle se prend d’un air le plus charmant du monde aux choses qu’elle fait ; et l’on voit briller mille grâces en toutes ses actions, une douceur pleine d’attraits, une bonté toute engageante, une honnêteté adorable, une… Ah ! ma sœur, je voudrais que vous l’eussiez vue.

Élise

J’en vois beaucoup, mon frère, dans les choses que vous me dites ; et, pour comprendre ce qu’elle est, il me suffit que vous l’aimez.

Cléante

J’ai découvert sous main qu’elles ne sont pas fort accommodées, et que leur discrète conduite a de la peine à étendre à tous leurs besoins le bien qu’elles peuvent avoir. Figurez-vous, ma sœur, quelle joie ce peut être que de relever la fortune d’une personne que l’on aime ; que de donner adroitement quelques petits secours aux modestes nécessités d’une vertueuse famille ; et concevez quel déplaisir ce m’est de voir que, par l’avarice d’un père, je sois dans l’impuissance de goûter cette joie, et de faire éclater à cette belle aucun témoignage de mon amour.

Élise

Oui, je conçois assez, mon frère, quel doit être votre chagrin.

Cléante

Ah ! ma sœur, il est plus grand qu’on ne peut croire. Car, enfin, peut-on rien voir de plus cruel que cette rigoureuse épargne qu’on exerce sur nous, que cette sécheresse étrange où l’on nous fait languir ? Hé ! que nous servira d’avoir du bien, s’il ne nous vient que dans le temps que nous ne serons plus dans le bel âge d’en jouir, et si, pour m’entretenir même, il faut que maintenant je m’engage de tous côtés ; si je suis réduit avec vous à chercher tous les jours le secours des marchands, pour avoir moyen de porter des habits raisonnables ? Enfin, j’ai voulu vous parler pour m’aider à sonder mon père sur les sentiments où je suis ; et, si je l’y trouve contraire, j’ai résolu d’aller en d’autres lieux, avec cette aimable personne, jouir de la fortune que le ciel voudra nous offrir. Je fais chercher partout pour ce dessein de l’argent à emprunter ; et, si vos affaires, ma sœur, sont semblables aux miennes, et qu’il faille que notre père s’oppose à nos désirs, nous le quitterons là tous deux, et nous affranchirons de cette tyrannie où nous tient depuis si longtemps son avarice insupportable.

Élise

Il est bien vrai que tous les jours il nous donne de plus en plus sujet de regretter la mort de notre mère, et que…

Cléante

J’entends sa voix ; éloignons-nous un peu pour achever notre confidence ; et nous joindrons après nos forces pour venir attaquer la dureté de son humeur.

Scène III

HARPAGON, LA FLÈCHE.

Harpagon

Hors d’ici tout à l’heure, et qu’on ne réplique pas. Allons, que l’on détale de chez moi, maître juré filou, vrai gibier de potence !

La Flèche, à part.

Je n’ai jamais rien vu de si méchant que ce maudit vieillard, et je pense, sauf correction, qu’il a le diable au corps.

Harpagon

Tu murmures entre tes dents ?

La Flèche

Pourquoi me chassez-vous ?

Harpagon

C’est bien à toi, pendard, à me demander des raisons ! Sors vite, que je ne t’assomme.

La Flèche

Qu’est-ce que je vous ai fait ?

Harpagon

Tu m’as fait que je veux que tu sortes.

La Flèche

Mon maître, votre fils, m’a donné ordre de l’attendre.

Harpagon

Va-t’en l’attendre dans la rue, et ne sois point dans ma maison planté tout droit comme un piquet, à observer ce qui se passe et faire ton profit de tout. Je ne veux point avoir sans cesse devant moi un espion de mes affaires, un traître dont les yeux maudits assiègent toutes mes actions, dévorent ce que je possède, et furètent de tous côtés pour voir s’il n’y a rien à voler.

La Flèche

Comment diantre voulez-vous qu’on fasse pour vous voler ? Êtes-vous un homme volable, quand vous renfermez toutes choses, et faites sentinelle jour et nuit ?

Harpagon

Je veux renfermer ce que bon me semble, et faire sentinelle comme il me plaît. Ne voilà pas de mes mouchards, qui prennent garde à ce qu’on fait ? (Bas, à part.) Je tremble qu’il n’ait soupçonné quelque chose de mon argent. (Haut.) Ne serois-tu point homme à aller faire courir le bruit que j’ai chez moi de l’argent caché ?

La Flèche

Vous avez de l’argent caché ?

Harpagon

Non, coquin, je ne dis pas cela. (Bas.) J’enrage ! (Haut.) Je demande si, malicieusement, tu n’irois point faire courir le bruit que j’en ai.

La Flèche

Hé ! que nous importe que vous en ayez, ou que vous n’en ayez pas, si c’est pour nous la même chose ?

Harpagon, levant la main pour donner un soufflet à la Flèche.

Tu fais le raisonneur ! Je te baillerai de ce raisonnement-ci par les oreilles. Sors d’ici, encore une fois.

La Flèche

Eh bien ! je sors.

Harpagon

Attends : ne m’emportes-tu rien ?

La Flèche Que vous emporterois-je ?

Harpagon

Tiens, viens çà, que je voie. Montre-moi tes mains.

La Flèche

Les voilà.

Harpagon

Les autres.

La Flèche

Les autres ?

Harpagon

Oui.

La Flèche

Les voilà.

Harpagon, montrant les hauts-de-chausses de la Flèche.

N’as-tu rien mis ici dedans ?

La Flèche

Voyez vous-même.

Harpagon, tâtant le bas des hauts-de-chausses de la Flèche.

Ces grands hauts-de-chausses sont propres à devenir les recéleurs des choses qu’on dérobe ; et je voudrais qu’on en eût fait pendre quelqu’un.

La Flèche, à part.

Ah ! qu’un homme comme cela mériterait bien ce qu’il craint ! Et que j’aurais de joie à le voler !

Harpagon

Euh ?

15

ACTE I, SCÈNE III.

La Flèche

Quoi ?

Harpagon

Qu’est-ce que tu parles de voler ?

La Flèche

Je vous dis que vous fouillez bien partout, pour voir si je vous ai volé.

Harpagon

C’est ce que je veux faire.

Harpagon fouille dans les poches de La Flèche.

La Flèche, à part.

La peste soit de l’avarice et des avaricieux !

Harpagon

Comment ? que dis-tu ?

La Flèche

Ce que je dis ?

Harpagon

Oui ; qu’est-ce que tu dis d’avarice et d’avaricieux ?

La Flèche

Je dis que la peste soit de l’avarice et des avaricieux.

Harpagon

De qui veux-tu parler ?

La Flèche

Des avaricieux.

Harpagon

Et qui sont-ils, ces avaricieux ?

La Flèche

Des vilains et des ladres.

Harpagon

Mais qui est-ce que tu entends par là ?

La Flèche

De quoi vous mettez-vous en peine ?

Harpagon

Je me mets en peine de ce qu’il faut.

La Flèche

Est-ce que vous croyez que je veux parler de vous ?

Harpagon

Je crois ce que je crois ; mais je veux que tu me dises à qui tu parles quand tu dis cela.

La Flèche

Je parle… je parle à mon bonnet.

16

L’AVARE.

Harpagon

Et moi, je pourrois bien parler à ta barrette.

La Flèche

M’empêcherez-vous de maudire les avaricieux ?

Harpagon

Non ; mais je t’empêcherai de jaser et d’être insolent. Tais-toi.

La Flèche

Je ne nomme personne.

Harpagon

Je te rosserai si tu parles.

La Flèche

Qui se sent morveux, qu’il se mouche.

Harpagon

Te tairas-tu ?

La Flèche

Oui, malgré moi.

Harpagon

Ah ! ah !

La Flèche, montrant à Harpagon une poche de son justaucorps.

Tenez, voilà encore une poche : êtes-vous satisfait ?

Harpagon

Allons, rends-le-moi sans te fouiller.

La Flèche

Quoi ?

Harpagon

Ce que tu m’as pris.

La Flèche

Je ne vous ai rien pris du tout.

Harpagon

Assurément ?

La Flèche

Assurément.

Harpagon

Adieu. Va-t-en à tous les diables !

La Flèche, à part

Me voilà fort bien congédié.

Harpagon

Je te mets sur ta conscience, au moins.

Scène IV

HARPAGON, seul.

Voilà un pendard de valet qui m’incommode fort ; et je ne me plais point à voir ce chien de boiteux-là. Certes, ce n’est pas une petite peine que de garder chez soi une grande somme d’argent ; et bienheureux qui a tout son fait bien placé, et ne conserve seulement que ce qu’il faut pour sa dépense ! On n’est pas peu embarrassé à inventer, dans toute une maison, une cache fidèle ; car pour moi, les coffres-forts me sont suspects et je ne veux jamais m’y fier. Je les tiens justement une franche amorce à voleurs, et c’est toujours la première chose que l’on va attaquer.

Scène V

HARPAGON, ÉLISE et CLÉANTE, parlant ensemble, et restant dans le fond du théâtre.

Harpagon, se croyant seul.

Cependant, je ne sais si j’aurai bien fait d’avoir enterré dans mon jardin dix mille écus qu’on me rendit hier. Dix mille écus en or, chez soi, est une somme assez… (À part, apercevant Élise et Cléante.) Ô ciel ! je me serai trahi moi-même ! la chaleur m’aura emporté, et je crois que j’ai parlé haut en raisonnant tout seul. (À Cléante et Élise.) Qu’est-ce ?

Cléante

Rien, mon père.

Harpagon

Y a-t-il longtemps que vous êtes là ?

Élise

Nous ne venons que d’arriver.

Harpagon

Vous avez entendu…

Cléante

Quoi, mon père ?

Harpagon

Là…

Élise

Quoi ?

Harpagon

Ce que je viens de dire ?

Cléante

Non.

Harpagon

Si fait, si fait.

Élise

Pardonnez-moi.

Harpagon

Je vois bien que vous en avez ouï quelques mots. C’est que je m’entretenois en moi-même de la peine qu’il y a aujourd’hui à trouver de l’argent, et je disais qu’il est bien heureux qui peut avoir dix mille écus chez soi.

Cléante

Nous feignions à vous aborder, de peur de vous interrompre.

Harpagon

Je suis bien aise de vous dire cela, afin que vous n’alliez pas prendre les choses de travers, et vous imaginer que je dise que c’est moi qui ai dix mille écus.

Cléante

Nous n’entrons point dans vos affaires.

Harpagon

Plût à Dieu que je les eusse, dix mille écus !

Cléante

Je ne crois pas…

Harpagon

Ce serait une bonne affaire pour moi.

Élise.

Ces sont des choses…

Harpagon

J’en aurois bon besoin.

Cléante

Je pense que…

Harpagon

Cela m’accommoderait fort.

Élise

Vous êtes…

Harpagon

Et je ne me plaindrais pas, comme je le fais, que le temps est misérable#1.

Cléante

Mon Dieu ! mon père, vous n’avez pas lieu de vous plaindre et l’on sait que vous avez assez de bien.

Harpagon

Comment, j’ai assez de bien ! Ceux qui le disent en ont menti. Il n’y a rien de plus faux ; et ce sont des coquins qui font courir tous ces bruits-là.

Élise

Ne vous mettez point en colère.

Harpagon

Cela est étrange, que mes propres enfants me trahissent, et deviennent mes ennemis.

Cléante

Est-ce être votre ennemi que de dire que vous avez du bien ?

Harpagon

Oui. De pareils discours, et les dépenses que vous faites, seront cause qu’un de ces jours on me viendra chez moi me couper la gorge, dans la pensée que je suis tout cousu de pistoles.

Cléante

Quelle grande dépense est-ce que je fais ?

Harpagon

Quelle ? Est-il rien de plus scandaleux que ce somptueux équipage que vous promenez par la ville ? Je querellois hier votre sœur ; mais c’est encore pis. Voilà qui crie vengeance au ciel ; et, à vous prendre depuis les pieds jusqu’à la tête, il y auroit là de quoi faire une bonne constitution. Je vous l’ai dit vingt fois, mon fils, toutes vos manières me déplaisent fort ; vous donnez furieusement dans le marquis ; et, pour aller ainsi vêtu, il faut bien que vous me dérobiez.

Cléante

Hé ! comment vous dérober ?

Harpagon

Que sais-je, moi ? Où pouvez-vous donc prendre de quoi entretenir l’état que vous portez ?

Cléante

Moi, mon père ? C’est que je joue ; et, comme je suis fort heureux, je mets sur moi tout l’argent que je gagne.

Harpagon

C’est fort mal fait. Si vous êtes heureux au jeu, vous en devriez profiter, et mettre à honnête intérêt l’argent que vous gagnez, afin de le trouver un jour. Je voudrois bien savoir, sans parler du reste, à quoi servent tous ces rubans dont vous voilà lardé depuis les pieds jusqu’à la tête, et si une demi-douzaine d’aiguillettes ne suffit pas pour attacher un haut-de-chausses. Il est bien nécessaire d’employer de l’argent à des perruques, lorsque l’on peut porter des cheveux de son cru, qui ne coûtent rien ! Je vais gager qu’en perruques et rubans il y a du moins vingt pistoles ; et vingt pistoles rapportent par année dix-huit livres six sols huit deniers, à ne les placer qu’au denier douze.

Cléante

Vous avez raison.

Harpagon

Laissons cela, et parlons d’autre affaire. Euh ? (Apercevant Cléante et Élise qui se font des signes.) Hé ! (Bas, à part.) Je crois qu’ils se font signe l’un à l’autre de me voler ma bourse. (Haut.) Que veulent dire ces gestes-là ?

Élise

Nous marchandons, mon frère et moi, à qui parlera le premier ; et nous avons tous deux quelque chose à vous dire.

Harpagon

Et moi, j’ai quelque chose aussi à vous dire à tous deux.

Cléante

C’est de mariage, mon père, que nous désirons vous parler.

Harpagon

Et c’est de mariage aussi que je veux vous entretenir.

Élise

Ah ! mon père !

Harpagon

Pourquoi ce cri ? Est-ce le mot, ma fille, ou la chose, qui vous fait peur ?

Cléante

Le mariage peut nous faire peur à tous deux, de la façon que vous pouvez l’entendre ; et nous craignons que nos sentiments ne soient pas d’accord avec votre choix.

Harpagon

Un peu de patience ; ne vous alarmez point. Je sais ce qu’il faut à tous deux, et vous n’aurez, ni l’un ni l’autre, aucun lieu de vous plaindre de tout ce que je prétends faire ; et, pour commencer par un bout, (À Cléante.) avez-vous vu, dites-moi, une jeune personne appelée Mariane, qui ne loge pas loin d’ici ?

Cléante

Oui, mon père.

Harpagon

Et vous ?

Élise

J’en ai ouï parler.

Harpagon

Comment, mon fils, trouvez-vous cette fille ?

Cléante

Une fort charmante personne.

Harpagon

Sa physionomie ?

Cléante

Tout honnête et pleine d’esprit.

Harpagon

Son air et sa manière ?

Cléante

Admirables, sans doute.

Harpagon

Ne croyez-vous pas qu’une fille comme cela mériteroit assez que l’on songeât à elle ?

Cléante

Oui, mon père.

Harpagon

Que ce serait un parti souhaitable ?

Cléante

Très souhaitable.

Harpagon

Qu’elle a toute la mine de faire un bon ménage ?

Cléante

Sans doute.

Harpagon

Et qu’un mari auroit satisfaction avec elle ?

Cléante

Assurément.

Harpagon

Il y a une petite difficulté : c’est que j’ai peur qu’il n’y ait pas, avec elle, tout le bien qu’on pourrait prétendre.

Cléante

Ah ! mon père, le bien n’est pas considérable, lorsqu’il est question d’épouser une honnête personne.

Harpagon

Pardonnez-moi, pardonnez-moi. Mais ce qu’il y a à dire, c’est que, si l’on n’y trouve pas tout le bien qu’on souhaite, on peut tâcher de regagner cela sur autre chose.

Cléante

Cela s’entend.

Harpagon

Enfin je suis bien aise de vous voir dans mes sentiments ; car son maintien honnête et sa douceur m’ont gagné l’âme, et je suis résolu de l’épouser, pourvu que j’y trouve quelque bien.

Cléante

Euh ?

Harpagon

Comment ?

Cléante

Vous êtes résolu, dites-vous… ?

Harpagon

D’épouser Mariane.

Cléante

Qui ? Vous, vous ?

Harpagon

Oui, moi, moi, moi. Que veut dire cela ?

Cléante

Il m’a pris tout à coup un éblouissement, et je me retire d’ici.

Harpagon

Cela ne sera rien. Allez vite boire dans la cuisine un grand verre d’eau claire.

Scène VI.

HARPAGON, ÉLISE.

Harpagon

Voilà de mes damoiseaux flouets, qui n’ont non plus de vigueur que des poules. C’est là, ma fille, ce que j’ai résolu pour moi. Quant à ton frère, je lui destine une certaine veuve dont, ce matin, on m’est venu parler ; et, pour toi, je te donne au seigneur Anselme.

Élise

Au seigneur Anselme ?

Harpagon

Oui, Un homme mûr, prudent et sage, qui n’a pas plus de cinquante ans, et dont on vante les grands biens.

Élise, faisant une révérence.

Je ne veux point me marier, mon père, s’il vous plaît.

Harpagon, contrefaisant Élise.

Et moi, ma petite fille, ma mie, je veux que vous vous mariiez, s’il vous plaît.

Élise, faisant encore la révérence.

Je vous demande pardon, mon père.

Harpagon, contrefaisant Élise.

Je vous demande pardon, ma fille.

Élise

Je suis très humble servante au seigneur Anselme ; mais (Faisant encore la révérence.) avec votre permission, je ne l’épouserai point.

Harpagon

Je suis votre très humble valet ; mais, (Contrefaisant Élise.) avec votre permission, vous l’épouserez dès ce soir.

Élise

Dès ce soir ?

Harpagon

Dès ce soir.

Élise, faisant encore la révérence.

Cela ne sera pas, mon père.

Harpagon, contrefaisant encore Élise.

Cela sera, ma fille.

Élise

Non.

Harpagon

Si.

Élise

Non, vous dis-je.

Harpagon

Si, vous dis-je.

Élise

C’est une chose où vous ne me réduirez point.

Harpagon

C’est une chose où je te réduirai.

Élise

Je me tuerai plutôt que d’épouser un tel mari.

Harpagon

Tu ne te tueras point, et tu l’épouseras. Mais voyez quelle audace ! A-t-on jamais vu une fille parler de la sorte à son père ?

Élise

Mais a-t-on jamais vu un père marier sa fille de la sorte ?

Harpagon

C’est un parti où il n’y a rien à redire ; et je gage que tout le monde approuvera mon choix.

Élise

Et moi, je gage qu’il ne sauroit être approuvé d’aucune personne raisonnable.

Harpagon, apercevant Valère de loin.

Voilà Valère. Veux-tu qu’entre nous deux nous le fassions juge de cette affaire ?

Élise

J’y consens.

Harpagon

Te rendras-tu à son jugement ?

Élise

Oui. J’en passerai par ce qu’il dira.

Harpagon

Voilà qui est fait.

Scène VII.

VALÈRE, HARPAGON, ÉLISE.

Harpagon

Ici, Valère. Nous t’avons élu pour nous dire qui a raison de ma fille ou de moi.

Valère

C’est vous, monsieur, sans contredit.

Harpagon

Sais-tu bien de quoi nous parlons ?

Valère

Non ; mais vous ne sauriez avoir tort, et vous êtes toute raison.

Harpagon

Je veux ce soir lui donner pour époux un homme aussi riche que sage ; et la coquine me dit au nez qu’elle se moque de le prendre. Que dis-tu de cela ?

Valère

Ce que j’en dis ?

Harpagon

Oui.

Valère

Hé ! hé !

Harpagon

Quoi !

Valère

Je dis que, dans le fond, je suis de votre sentiment ; et vous ne pouvez pas que vous n’ayez raison. Mais aussi n’a-t-elle pas tort tout à fait, et…

Harpagon

Comment ? Le seigneur Anselme est un parti considérable ; c’est un gentilhomme qui est noble, doux, posé, sage et fort accommodé, et auquel il ne reste aucun enfant de son premier mariage. Sauroit-elle mieux rencontrer ?

Valère

Cela est vrai. Mais elle pourroit vous dire que c’est un peu précipiter les choses, et qu’il faudrait au moins quelque temps pour voir si son inclination pourra s’accommoder avec.

Harpagon

C’est une occasion qu’il faut prendre vite aux cheveux. Je trouve ici un avantage qu’ailleurs je ne trouverois pas ; et il s’engage à la prendre sans dot.

Valère

Sans dot ?

Harpagon

Oui.

Valère

Ah ! je ne dis plus rien. Voyez-vous ? voilà une raison tout à fait convaincante ; il se faut rendre à cela.

Harpagon

C’est pour moi une épargne considérable.

Valère

Assurément ; cela ne reçoit point de contradiction. Il est vrai que votre fille vous peut représenter que le mariage est une plus grande affaire qu’on ne peut croire ; qu’il y va d’être heureux ou malheureux toute sa vie ; et qu’un engagement qui doit durer jusqu’à la mort ne se doit jamais faire qu’avec de grandes précautions.

Harpagon

Sans dot !

Valère

Vous avez raison : voilà qui décide tout ; cela s’entend. Il y a des gens qui pourraient vous dire qu’en de telles occasions l’inclination d’une fille est une chose, sans doute, où l’on doit avoir de l’égard ; et que cette grande inégalité d’âge, d’humeur et de sentiments, rend un mariage sujet à des accidents fâcheux.

Harpagon

Sans dot !

Valère

Ah ! il n’y a pas de réplique à cela ; on le sait bien ! Qui diantre peut aller là contre ? Ce n’est pas qu’il n’y ait quantité de pères qui aimeroient mieux ménager la satisfaction de leurs filles, que l’argent qu’ils pourroient donner ; qui ne les voudroient point sacrifier à l’intérêt, et chercheroient, plus que toute autre chose, à mettre dans un mariage cette douce conformité qui, sans cesse, y maintient l’honneur, la tranquillité et la joie ; et que…

Harpagon

Sans dot !

Valère

Il est vrai ; cela ferme la bouche à tout. Sans dot ! Le moyen de résister à une raison comme celle-là ?

Harpagon, à part, regardant du côté le jardin.

Ouais ! Il me semble que j’entends un chien qui aboie. N’est-ce point qu’on en voudroit à mon argent ? (À Valère.) Ne bougez ; je reviens tout à l’heure.

Scène VIII.

ÉLISE, VALÈRE.

Élise

Vous moquez-vous, Valère, de lui parler comme vous faites ?

Valère

C’est pour ne point l’aigrir, et pour en venir mieux à bout. Heurter de front ses sentiments est le moyen de tout gater ; et il y a de certains esprits qu’il ne faut prendre qu’en biaisant ; des tempéraments ennemis de toute résistance ; des naturels rétifs, que la vérité fait cabrer, qui toujours se roidissent contre le droit chemin de la raison, et qu’on ne mène qu’en tournant où l’on veut les conduire. Faites semblant de consentir à ce qu’il veut, vous en viendrez mieux à vos fins ; et…

Élise

Mais ce mariage, Valère !

Valère

On cherchera des biais pour le rompre.

Élise

Mais quelle invention trouver, s’il se doit conclure ce soir ?

Valère

Il faut demander un délai, et feindre quelque maladie.

Élise

Mais on découvrira la feinte, si l’on appelle des médecins.

Valère

Vous moquez-vous ? Y connoissent-ils quelque chose ? Allez, allez, vous pourrez avec eux avoir quel mal il vous plaira, ils vous trouveront des raisons pour vous dire d’où cela vient.

Scène IX.

HARPAGON, VALÈRE, ÉLISE.

Harpagon, à part, dans le fond du théâtre.

Ce n’est rien, Dieu merci.

Valère, sans voir Harpagon.

Enfin notre dernier recours, c’est que la fuite nous peut mettre à couvert de tout ; et, si votre amour, belle Élise, est capable d’une fermeté… (Apercevant Harpagon.) Oui, il faut qu’une fille obéisse à son père. Il ne faut point qu’elle regarde comme un mari est fait ; et lorsque la grande raison de sans dot s’y rencontre, elle doit être prête à prendre tout ce qu’on lui donne.

Harpagon

Bon : voilà bien parlé, cela !

Valère

Monsieur, je vous demande pardon si je m’emporte un peu, et prends la hardiesse de lui parler comme je fais.

Harpagon

Comment ! j’en suis ravi, et je veux que tu prennes sur elle un pouvoir absolu. (À Élise.) Oui, tu as beau fuir, je lui donne l’autorité que le ciel me donne sur toi, et j’entends que tu fasses tout ce qu’il te dira.

Valère, à Élise.

Après cela, résistez à mes remontrances.

Scène X.

HARPAGON, VALÈRE.

Valère

Monsieur, je vais la suivre, pour continuer les leçons que je lui faisois.

Harpagon

Oui, tu m’obligeras. Certes…

Valère

Il est bon de lui tenir un peu la bride haute.

Harpagon

Cela est vrai. Il faut…

Valère

Ne vous mettez pas en peine, je crois que j’en viendrai à bout.

Harpagon

Fais, fais. Je m’en vais faire un petit tour en ville, et reviens tout à l’heure.

Valère, adressant la parole à Élise, en s’en allant du côté par où elle est sortie.

Oui, l’argent est plus précieux que toutes les choses du monde, et vous devez rendre grâce au ciel, de l’honnête homme de père qu’il vous a donné. Il sait ce que c’est que de vivre. Lorsqu’on s’offre de prendre une fille sans dot, on ne doit point regarder plus avant. Tout est renfermé là-dedans ; et sans dot tient lieu de beauté, de jeunesse, de naissance, d’honneur, de sagesse, et de probité.

Harpagon

Ah ! le brave garçon ! Voilà parlé comme un oracle. Heureux qui peut avoir un domestique de la sorte !

fin du premier acte.

ACTE SECOND.

Scène I.

CLÉANTE, LA FLÈCHE.

Cléante.

Ah ! traître que tu es ! où t’es-tu donc allé fourrer ? Ne t’avois-je pas donné ordre…

La Flèche

Oui, Monsieur ; et je m’étois rendu ici pour vous attendre de pied ferme ; mais monsieur votre père, le plus malgracieux des hommes, m’a chassé dehors malgré moi, et j’ai couru le risque d’être battu.

Cléante

Comment va notre affaire ? Les choses pressent plus que jamais ; et, depuis que je t’ai vu, j’ai découvert que mon père est mon rival.

La Flèche

Votre père amoureux ?

Cléante

Oui ; et j’ai eu toutes les peines du monde à lui cacher le trouble où cette nouvelle m’a mis.

La Flèche

Lui, se mêler d’aimer ! De quoi diable s’avise-t-il ? Se moque-t-il du monde ? Et l’amour a-t-il été fait pour des gens bâtis comme lui ?

Cléante

Il a fallu, pour mes péchés, que cette passion lui soit venue en tête.

La Flèche

Mais par quelle raison lui faire un mystère de votre amour ?

Cléante

Pour lui donner moins de soupçon, et me conserver, au besoin, des ouvertures plus aisées pour détourner ce mariage. Quelle réponse t’a-t-on faite ?

La Flèche

Ma foi, Monsieur, ceux qui empruntent sont bien malheureux ; et il faut essuyer d’étranges choses lorsqu’on en est réduit à passer, comme vous, par les mains des fesse-matthieux.

Cléante.

L’affaire ne se fera point ?

La Flèche

Pardonnez-moi. Notre maître Simon, le courtier qu’on nous a donné, homme agissant et plein de zèle, dit qu’il a fait rage pour vous, et il assure que votre seule physionomie lui a gagné le cœur.

Cléante

J’aurai les quinze mille francs que je demande ?

La Flèche

Oui ; mais à quelques petites conditions qu’il faudra que vous acceptiez, si vous avez dessein que les choses se fassent.

Cléante

T’a-t-il fait parler à celui qui doit prêter l’argent ?

La Flèche

Ah ! vraiment, cela ne va pas de la sorte. Il apporte encore plus de soin à se cacher que vous, et ce sont des mystères bien plus grands que vous ne pensez. On ne veut point du tout dire son nom ; et l’on doit aujourd’hui l’aboucher avec vous dans une maison empruntée, pour être instruit par votre bouche de votre bien et de votre famille ; et je ne doute point que le seul nom de votre père ne rende les choses faciles.

Cléante

Et principalement notre mère étant morte, dont on ne peut m’ôter le bien.

La Flèche

Voici quelques articles qu’il a dictés lui-même à notre entremetteur, pour vous être montrés avant que de rien faire.

« Supposé que le prêteur voie toutes ses sûretés, et que l’emprunteur soit majeur, et d’une famille où le bien soit ample, solide, assuré, clair, et net de tout embarras, on fera une bonne et exacte obligation par-devant un notaire, le plus honnête homme qu’il se pourra, et qui, pour cet effet sera choisi par le prêteur, auquel il importe le plus que l’acte soit dûment dressé. »

Cléante

Il n’y a rien à dire à cela.

La Flèche.

« Le prêteur, pour ne charger sa conscience d’aucun scrupule, prétend ne donner son argent qu’au denier dix-huit. »

Cléante

Au denier dix-huit ? Parbleu ! voilà qui est honnête. Il n’y a pas lieu de se plaindre.

La Flèche

Cela est vrai.

« Mais, comme ledit prêteur n’a pas chez lui la somme dont il est question, et que, pour faire plaisir à l’emprunteur, il est contraint lui-même de l’emprunter d’un autre sur le pied du denier cinq, il conviendra que ledit premier emprunteur paye cet intérêt, sans préjudice du reste, attendu que ce n’est que pour l’obliger que ledit prêteur s’engage à cet emprunt. »

Cléante

Comment diable ! Quel Juif, quel Arabe est-ce là ? C’est plus qu’au denier quatre.

La Flèche

Il est vrai ; c’est ce que j’ai dit. Vous avez à voir là-dessus.

Cléante

Que veux-tu que je voie ? J’ai besoin d’argent, et il faut bien que je consente à tout.

La Flèche

C’est la réponse que j’ai faite.

Cléante

Il y a encore quelque chose ?

La Flèche

Ce n’est plus qu’un petit article.

« Des quinze mille francs qu’on demande, le prêteur ne pourra compter en argent que douze mille livres ; et, pour les mille écus restants, il faudra que l’emprunteur prenne les hardes, nippes, bijoux, dont s’ensuit le mémoire, et que ledit prêteur a mis, de bonne foi, au plus modique prix qu’il lui a été possible. »

Cléante.

Que veut dire cela ?

La Flèche

Ecoutez le mémoire

« Premièrement, un lit de quatre pieds à bandes de point de Hongrie, appliquées fort proprement sur un drap de couleur d’olive, avec six chaises et la courte-pointe de même : le tout bien conditionné, et doublé d’un petit taffetas changeant rouge et bleu.

» Plus, un pavillon à queue, d’une bonne serge d’Aumale rose sèche, avec le mollet et les franges de soie. »

Cléante

Que veut-il que je fasse de cela ?

La Flèche

Attendez.

« Plus une tenture de tapisserie des amours de Gombaud et de Macée.

» Plus, une grande table de bois de noyer, à douze colonnes ou piliers tournés, qui se tire par les deux bouts, et garnie, par le dessous, de ses six escabelles. »

Cléante

Qu’ai-je affaire, morbleu… ?

La Flèche

Donnez-vous patience.

« Plus trois gros mousquets tout garnis de nacre de perle, avec les trois fourchettes assortissantes.

» Plus un fourneau de brique, avec deux cornues et trois récipients, fort utiles à ceux qui sont curieux de distiller. »

Cléante

J’enrage !

La Flèche

Doucement.

« Plus, un luth de Bologne, garni de toutes ses cordes, ou peu s’en faut.

» Plus, un trou-madame et un damier, avec un jeu de l’oie, renouvelé des Grecs, fort propres à passer le temps lorsque l’on n’a que faire. « Plus, une peau d’un lézard de trois pieds et demi, remplie de foin : curiosité agréable pour pendre au plancher d’une chambre.

» Le tout, ci-dessus mentionné, valant loyalement plus de quatre mille cinq cents livres, et rabaissé à la valeur de mille écus, par la discrétion du prêteur. »

Cléante

Que la peste l’étouffe avec sa discrétion, le traître, le bourreau qu’il est ! A-t-on jamais parlé d’une usure semblable ? et n’est-il pas content du furieux intérêt qu’il exige, sans vouloir encore m’obliger à prendre pour trois mille livres les vieux rogatons qu’il ramasse ? Je n’aurai pas deux cents écus de tout cela ; et cependant il faut bien me résoudre à consentir à ce qu’il veut ; car il est en état de me faire tout accepter, et il me tient, le scélérat, le poignard sur la gorge.

La Flèche

Je vous vois, Monsieur, ne vous en déplaise, dans le grand chemin justement que tenoit Panurge pour se ruiner, prenant argent d’avance, achetant cher, vendant à bon marché, et mangeant son blé en herbe.

Cléante.

Que veux-tu que j’y fasse ? Voilà où les jeunes gens sont réduits par la maudite avarice des pères ; et on s’étonne, après cela, que les fils souhaitent qu’ils meurent !

La Flèche

Il faut convenir que le vôtre animeroit contre sa vilenie le plus posé homme du monde. Je n’ai pas, Dieu merci, les inclinations fort patibulaires ; et, parmi mes confrères que je vois se mêler de beaucoup de petits commerces, je sais tirer adroitement mon épingle du jeu, et me démêler prudemment de toutes les galanteries qui sentent tant soit peu l’échelle ; mais, à vous dire vrai, il me donneroit, par ses procédés, des tentations de le voler ; et je croirais, en le volant, faire une action méritoire.

Cléante

Donne-moi un peu ce mémoire, que je le voie encore.

Scène II.

HARPAGON, MAÎTRE SIMON ; CLÉANTE et LA FLÈCHE, dans le fond du théâtre.

Maître Simon

Oui, Monsieur, c’est un jeune homme qui a besoin d’argent ; ses affaires le pressent d’en trouver, et il en passera par tout ce que vous en prescrirez.

Harpagon

Mais croyez-vous, maître Simon, qu’il n’y ait rien à péricliter ? et savez-vous le nom, les biens et la famille de celui pour qui vous parlez ?

Maître Simon

Non. Je ne puis pas bien vous en instruire à fond ; et ce n’est que par aventure que l’on m’a adressé à lui ; mais vous serez de toutes choses éclairci par lui-même, et son homme m’a assuré que vous serez content quand vous le connoîtrez. Tout ce que je saurais vous dire, c’est que sa famille est fort riche, qu’il n’a plus de mère déjà, et qu’il s’obligera, si vous voulez, que son père mourra avant qu’il soit huit mois.

Harpagon

C’est quelque chose que cela. La charité, maître Simon, nous oblige à faire plaisir aux personnes, lorsque nous le pouvons.

Maître Simon.

Cela s’entend.

La Flèche, bas, à Cléante, reconnaissant maître Simon.

Que veut dire ceci ? Notre maître Simon qui parle à votre père !

Cléante, bas, à La Flèche.

Lui auroit-on appris qui je suis ? et serais-tu pour nous trahir ?

Maître Simon, à Cléante et à La Flèche.

Ah ! ah ! vous êtes bien pressés ! Qui vous a dit que c’était céans ? (À Harpagon.) Ce n’est pas moi, Monsieur, au moins, qui leur ai découvert votre nom et votre logis ; mais, à mon avis, il n’y a pas grand mal à cela ; ce sont des personnes discrètes, et vous pouvez ici vous expliquer ensemble.

Harpagon

Comment ?

Maître Simon, montrant Cléante.

Monsieur est la personne qui veut vous emprunter les quinze mille livres dont je vous ai parlé.

Harpagon

Comment, pendard ! c’est toi qui t’abandonnes à ces coupables extrémités !

Cléante

Comment, mon père ! c’est vous qui vous portez à ces honteuses actions !

Maître Simon s’enfuit, et La Flèche va se cacher.

Scène III

HARPAGON, CLÉANTE.

Harpagon

C’est toi qui te veux ruiner par des emprunts si condamnables !

Cléante

C’est vous qui cherchez à vous enrichir par des usures si criminelles !

Harpagon

Oses-tu bien, après cela, paroître devant moi ?

Cléante

Osez-vous bien, après cela, vous présenter aux yeux du monde ?

Harpagon

N’as-tu point de honte, dis-moi, d’en venir à ces débauches-là, de te précipiter dans des dépenses effroyables, et de faire une honteuse dissipation du bien que tes parents t’ont amassé avec tant de sueurs ?

Cléante

Ne rougissez-vous point de déshonorer votre condition par les commerces que vous faites ; de sacrifier gloire et réputation au désir insatiable d’entasser écu sur écu, et de renchérir, en fait d’intérêts, sur les plus infâmes subtilités qu’aient jamais inventées les plus célèbres usuriers ?

Harpagon

Ôte-toi de mes yeux, coquin ; ôte-toi de mes yeux !

Cléante

Qui est plus criminel, à votre avis, ou celui qui achète un argent dont il a besoin, ou bien celui qui vole un argent dont il n’a que faire ?

Harpagon.

Retire-toi, te dis-je, et ne m’échauffe pas les oreilles. (Seul.) Je ne suis pas fâché de cette aventure ; et ce m’est un avis de tenir l’œil plus que jamais sur toutes ses actions.

Scène IV

FROSINE, HARPAGON.

Frosine

Monsieur…

Harpagon

Attendez un moment ; Je vais revenir vous parler. (À part.) Il est à propos que je fasse un petit tour à mon argent.

Scène V

LA FLÈCHE, FROSINE.

La Flèche, sans voir Frosine.

L’aventure est tout à fait drôle ! Il faut bien qu’il ait quelque part un ample magasin de hardes ; car nous n’avons rien reconnu au mémoire que nous avons.

Frosine

Hé ! c’est toi, mon pauvre la Flèche ! D’où vient cette rencontre ?

La Flèche

Ah ! ah ! c’est toi, Frosine ! Que viens-tu faire ici ?

Frosine

Ce que je fais partout ailleurs : m’entremettre d’affaires, me rendre serviable aux gens, et profiter, du mieux qu’il m’est possible, des petits talents que je puis avoir. Tu sais que, dans ce monde, il faut vivre d’adresse, et qu’aux personnes comme moi le ciel n’a donné d’autres rentes que l’intrigue et que l’industrie.

La Flèche

As-tu quelque négoce avec le patron du logis ?

Frosine

Oui, je traite pour lui quelque petite affaire dont j’espère récompense.

La Flèche

De lui ? Ah ! ma foi, tu seras bien fine, si tu en tires quelque chose ; et je te donne avis que l’argent céans est fort cher.

Frosine

Il y a de certains services qui touchent merveilleusement.

La Flèche

Je suis votre valet ; et tu ne connois pas encore le seigneur Harpagon. Le seigneur Harpagon est, de tous les humains, l’humain le moins humain, le mortel de tous les mortels le plus dur et le plus serré. Il n’est point de service qui pousse sa reconnoissance jusqu’à lui faire ouvrir les mains. De la louange, de l’estime, de la bienveillance en paroles, et de l’amitié, tant qu’il vous plaira ; mais de l’argent, point d’affaires. Il n’est rien de plus sec et de plus aride que ses bonnes grâces et ses caresses ; et donner est un mot pour qui il a tant d’aversion, qu’il ne dit jamais, Je vous donne, mais Je vous prête le bonjour.

Frosine

Mon Dieu ! je sais l’art de traire les hommes ; j’ai le secret de m’ouvrir leur tendresse, de chatouiller leurs cœurs, de trouver les endroits par où ils sont sensibles.

La Flèche

Bagatelles ici. Je te défie d’attendrir du côté de l’argent l’homme, dont il est question. Il est Turc là-dessus, mais d’une turquerie à désespérer tout le monde ; et l’on pourroit crever, qu’il n’en branleroit pas. En un mot, il aime l’argent plus que réputation, qu’honneur, et que vertu ; et la vue d’un demandeur lui donne des convulsions : c’est le frapper par son endroit mortel, c’est lui percer le cœur, c’est lui arracher les entrailles ; et si… Mais il revient : je me retire.

Scène VI

HARPAGON, FROSINE.

Harpagon, bas.

Tout va comme il faut. (Haut.) Hé bien ! qu’est-ce, Frosine ?

Frosine

Ah ! mon Dieu, que vous vous portez bien, et que vous avez là un vrai visage de santé !

Harpagon

Qui ? moi ?

Frosine

Jamais je ne vous vis un teint si frais et si gaillard.

Harpagon

Tout de bon ?

Frosine.

Comment ! vous n’avez de votre vie été si jeune que vous êtes ; et je vois des gens de vingt-cinq ans qui sont plus vieux que vous.

Harpagon.

Cependant, Frosine, j’en ai soixante bien comptés.

Frosine.

Eh bien ! qu’est-ce que cela, soixante ans ? Voilà bien de quoi ! C’est la fleur de l’âge, cela ; et vous entrez maintenant dans la belle saison de l’homme.

Harpagon.

Il est vrai ; mais vingt années de moins, pourtant, ne me feraient point de mal, que je crois.

Frosine.

Vous moquez-vous ? Vous n’avez pas besoin de cela, et vous êtes d’une pâte à vivre jusques à cent ans.

Harpagon.

Tu le crois ?

Frosine.

Assurément. Vous en avez toutes les marques. Tenez-vous un peu. Oh ! que voilà bien là, entre vos deux yeux, un signe de longue vie !

Harpagon.

Tu te connois à cela ?

Frosine.

Sans doute. Montrez-moi votre main. Mon Dieu, quelle ligne de vie !

Harpagon.

Comment !

Frosine.

Ne voyez-vous pas jusqu’où va cette ligne-là ?

Harpagon.

Eh bien ! qu’est-ce que cela veut dire ?

Frosine

Par ma foi, je disais cent ans ; mais vous passerez les six-vingts.

Harpagon

Est-il possible ?

Frosine

Il faudra vous assommer, vous dis-je ; et vous mettrez en terre et vos enfants, et les enfants de vos enfants.

Harpagon

Tant mieux ! Comment va notre affaire ?

Frosine

Faut-il le demander ? et me voit-on mêler de rien dont je ne vienne à bout ? J’ai, surtout pour les mariages, un talent merveilleux. Il n’est point de partis au monde que je ne trouve en peu de temps le moyen d’accoupler ; et je crois, si je me l’étois mis en tête, que je marierois le Grand Turc avec la République de Venise. Il n’y avoit pas, sans doute, de si grandes difficultés à cette affaire-ci. Comme j’ai commerce chez elles, je les ai à fond l’une et l’autre entretenues de vous ; et j’ai dit à la mère le dessein que vous aviez conçu pour Mariane, à la voir passer dans la rue, et prendre l’air à sa fenêtre.

Harpagon

Qui a fait réponse…

Frosine

Elle a reçu la proposition avec joie ; et quand je lui ai témoigné que vous souhaitiez fort que sa fille assistât ce soir au contrat de mariage qui se doit faire de la vôtre, elle y a consenti sans peine, et me l’a confiée pour cela.

Harpagon

C’est que je suis obligé, Frosine, de donner à souper au seigneur Anselme ; et je serai bien aise qu’elle soit du régal.

Frosine

Vous avez raison. Elle doit, après dîner, rendre visite à votre fille, d’où elle fait son compte d’aller faire un tour à la foire, pour venir ensuite au souper.

Harpagon

Eh bien ! elles iront ensemble dans mon carrosse, que je leur prêterai.

Frosine

Voilà justement son affaire.

Harpagon.

Mais, Frosine, as-tu entretenu la mère touchant le bien qu’elle peut donner à sa fille ? Lui as-tu dit qu’il falloit qu’elle s’aidât un peu, qu’elle fît quelque effort, qu’elle se saignât pour une occasion comme celle-ci ? Car encore n’épouse-t-on point une fille sans qu’elle apporte quelque chose.

Frosine

Comment ! C’est une fille qui vous apportera douze mille livres de rente.

Harpagon

Douze mille livres de rente ?

Frosine

Oui. Premièrement, elle est nourrie et élevée dans une grande épargne de bouche. C’est une fille accoutumée à vivre de salade, de lait, de fromage et de pommes, et à laquelle, par conséquent, il ne faudra ni table bien servie, ni consommés exquis, ni orges mondés perpétuels, ni les autres délicatesses qu’il faudroit pour une autre femme ; et cela ne va pas à si peu de chose, qu’il ne monte bien tous les ans, à trois mille francs pour le moins. Outre cela, elle n’est curieuse que d’une propreté fort simple, et n’aime point les superbes habits, ni les riches bijoux, ni les meubles somptueux, où donnent ses pareilles avec tant de chaleur ; et cet article-là vaut plus de quatre mille livres par an. De plus, elle a une aversion horrible pour le jeu, ce qui n’est pas commun aux femmes d’aujourd’hui ; et j’en sais une de nos quartiers qui a perdu, à trente-et-quarante, vingt mille francs cette année. Mais n’en prenons rien que le quart. Cinq mille francs au jeu par an, et quatre mille francs en habits et bijoux, cela fait neuf mille livres ; et mille écus que nous mettons pour la nourriture : ne voilà-t-il pas par année vos douze mille francs bien comptés ?

Harpagon

Oui ; cela n’est pas mal ; mais ce compte-là n’est rien de réel.

Frosine

Pardonnez-moi. N’est-ce pas quelque chose de réel, que de vous apporter en mariage une grande sobriété, l’héritage d’un grand amour de simplicité de parure, et l’acquisition d’un grand fonds de haine pour le jeu ?

Harpagon.

C’est une raillerie que de vouloir me constituer son dot de toutes les dépenses qu’elle ne fera point. Je n’irai point donner quittance de ce que je ne reçois pas ; et il faut bien que je touche quelque chose.

Frosine

Mon Dieu ! vous toucherez assez ; et elles m’ont parlé d’un certain pays où elles ont du bien, dont vous serez le maître.

Harpagon

Il faudra voir cela. Mais Frosine, il y a encore une chose qui m’inquiète. La fille est jeune, comme tu vois, et les jeunes gens, d’ordinaire, n’aiment que leurs semblables, ne cherchent que leur compagnie : j’ai peur qu’un homme de mon âge ne soit pas de son goût, et que cela ne vienne à produire chez moi certains petits désordres qui ne m’accommoderaient pas.

Frosine

Ah ! que vous la connaissez mal ! C’est encore une particularité que j’avais à vous dire. Elle a une aversion épouvantable pour tous les jeunes gens, et n’a de l’amour que pour les vieillards.

Harpagon

Elle ?

Frosine

Oui, elle. Je voudrois que vous l’eussiez entendue parler là-dessus. Elle ne peut souffrir du tout la vue d’un jeune homme ; mais elle n’est point plus ravie, dit-elle, que lorsqu’elle peut voir un beau vieillard avec une barbe majestueuse. Les plus vieux sont pour elle les plus charmants ; et je vous avertis de n’aller pas vous faire plus jeune que vous êtes. Elle veut tout au moins qu’on soit sexagénaire ; et il n’y a pas quatre mois encore, qu’étant prête d’être mariée, elle rompit tout net le mariage, sur ce que son amant fit voir qu’il n’avait que cinquante-six ans, et qu’il ne prit point de lunettes pour signer le contrat.

Harpagon

Sur cela seulement ?

Frosine

Oui. Elle dit que ce n’est pas contentement pour elle que cinquante-six ans ; et surtout elle est pour les nez qui portent des lunettes.

Harpagon

Certes, tu me dis là une chose toute nouvelle.

Frosine

Cela va plus loin qu’on ne vous peut dire. On lui voit dans sa chambre quelques tableaux et quelques estampes ; mais que pensez-vous que ce soit ? Des Adonis, des Céphales, des Pâris, et des Apollons ? Non : de beaux portraits de Saturne, du roi Priam, du vieux Nestor, et du bon père Anchise, sur les épaules de son fils.

Harpagon

Cela est admirable. Voilà ce que je n’aurois jamais pensé, et je suis bien aise d’apprendre qu’elle est de cette humeur. En effet, si j’avois été femme, je n’aurois point aimé les jeunes hommes.

Frosine

Je le crois bien. Voilà de belles drogues que des jeunes gens, pour les aimer ! Ce sont de beaux morveux, de beaux godelureaux, pour donner envie de leur peau ! et je voudrois bien savoir quel ragoût il y a à eux !

Harpagon

Pour moi, je n’y en comprends point, et je ne sais pas comment il y a des femmes qui les aiment tant.

Frosine

Il faut être folle fieffée. Trouver la jeunesse aimable, est-ce avoir le sens commun ? Sont-ce des hommes que de jeunes blondins, et peut-on s’attacher à ces animaux-là ?

Harpagon

C’est ce que je dis tous les jours : avec leur ton de poule laitée, et leurs trois petits brins de barbe relevés en barbe de chat, leurs perruques d’étoupes, leurs hauts-de-chausses tombants, et leurs estomacs débraillés !

Frosine

Hé ! cela est bien bâti, auprès d’une personne comme vous ! Voilà un homme, cela ; il y a là de quoi satisfaire à la vue ; et c’est ainsi qu’il faut être fait et vêtu pour donner de l’amour.

Harpagon

Tu me trouves bien ?

Frosine.

Comment ! vous êtes à ravir, et votre figure est à peindre. Tournez-vous un peu, s’il vous plaît. Il ne se peut pas mieux. Que je vous voie marcher. Voilà un corps taillé, libre, et dégagé comme il faut, et qui ne marque aucune incommodité.

Harpagon

Je n’en ai pas de grandes, Dieu merci. Il n’y a que ma fluxion qui me prend de temps en temps.

Frosine

Cela n’est rien. Votre fluxion ne vous sied point mal, et vous avez grâce à tousser.

Harpagon

Dis-moi un peu : Mariane ne m’a-t-elle point encore vu ? N’a-t-elle point pris garde à moi en passant ?

Frosine

Non ; mais nous nous sommes fort entretenues de vous. Je lui ai fait un portrait de votre personne, et je n’ai pas manqué de lui vanter votre mérite, et l’avantage que ce lui seroit d’avoir un mari comme vous.

Harpagon

Tu as bien fait, et je t’en remercie.

Frosine

J’aurois, monsieur, une petite prière à vous faire. J’ai un procès que je suis sûr le point de perdre, faute d’un peu d’argent (Harpagon prend un air sérieux.) et vous pourriez facilement me procurer le gain de ce procès, si vous aviez quelque bonté pour moi. Vous ne sauriez croire le plaisir qu’elle aura de vous voir. (Harpagon reprend un air gai.) Ah ! que vous lui plairez, et que votre fraise à l’antique fera sur son esprit un effet admirable ! Mais surtout elle sera charmée de votre haut-de-chausses attaché au pourpoint avec des aiguillettes. C’est pour la rendre folle de vous ; et un amant aiguilleté sera pour elle un ragoût merveilleux.

Harpagon

Certes, tu me ravis de me dire cela.

Frosine

En vérité, Monsieur, ce procès m’est d’une conséquence tout a fait grande. (Harpagon reprend son air sérieux.) Je suis ruinée si je le perds ; et quelque petite assistance me rétabliroit mes affaires… Je voudrais que vous eussiez vu le ravissement où elle étoit à m’entendre parler de vous. (Harpagon reprend son air gai.) La joie éclatoit dans ses yeux au récit de vos qualités, et je l’ai mise enfin dans une impatience extrême de voir ce mariage entièrement conclu.

Harpagon

Tu m’as fait grand plaisir, Frosine ; et je t’en ai, je te l’avoue, toutes les obligations du monde.

Frosine

Je vous prie, Monsieur, de me donner le petit secours que je vous demande. (Harpagon reprend encore un air sérieux.) Cela me remettra sur pied, et je vous en serai éternellement obligée.

Harpagon

Adieu. Je vais achever mes dépêches.

Frosine

Je vous assure, Monsieur, que vous ne sauriez jamais me soulager dans un plus grand besoin.

Harpagon

Je mettrai ordre que mon carrosse soit tout prêt pour vous mener à la foire.

Frosine

Je ne vous importunerois pas si je ne m’y voyois forcée par la nécessité.

Harpagon

Et j’aurai soin qu’on soupe de bonne heure, pour ne vous point faire malades.

Frosine

Ne me refusez pas la grâce dont je vous sollicite. Vous ne sauriez croire, Monsieur, le plaisir que…

Harpagon

Je m’en vais. Voilà qu’on m’appelle. Jusqu’à tantôt.

Frosine, seule.

Que la fièvre te serre, chien de vilain, à tous les diables ! Le ladre a été ferme à toutes mes attaques ; mais il ne me faut pas pourtant quitter la négociation ; et j’ai l’autre côté, en tout cas, d’où je suis assurée de tirer bonne récompense.

fin du second acte.

ACTE TROISIÈME.


Scène I.

HARPAGON, CLÉANTE, ÉLISE, VALÈRE, DAME CLAUDE, tenant un balai ; MAÎTRE JACQUES, LA MERLUCHE, BRINDAVOINE.

Harpagon

Allons, venez çà tous ; que je vous distribue mes ordres pour tantôt, et règle à chacun son emploi. Approchez, dame Claude ; commençons par vous. (Elle tient un balai) Bon, vous voilà les armes à la main. Je vous commets au soin de nettoyer partout ; et surtout prenez garde de ne point frotter les meubles trop fort, de peur de les user. Outre cela, je vous constitue, pendant le souper, au gouvernement des bouteilles ; et, s’il s’en écarte quelqu’une, et qu’il se casse quelque chose, je m’en prendrai à vous, et le rabattrai sur vos gages.

Maître Jacques, à part.

Châtiment politique.

Harpagon, à Dame Claude.

Allez.

Scène II.

HARPAGON, CLÉANTE, ÉLISE, VALÈRE, MAÎTRE JACQUES, BRINDAVOINE, LA MERLUCHE.

Harpagon

Vous, Brindavoine, et vous, la Merluche, je vous établis dans la charge de rincer les verres et de donner à boire, mais seulement lorsque l’on aura soif, et non pas selon la coutume de certains impertinents de laquais, qui viennent provoquer les gens, et les faire aviser de boire lorsqu’on n’y songe pas. Attendez qu’on vous en demande plus d’une fois, et vous ressouvenez de porter toujours beaucoup d’eau.

Maître Jacques, à part.

Oui. Le vin pur monte à la tête.

La Merluche

Quitterons-nous nos siquenilles, monsieur ?

Harpagon

Oui, quand vous verrez venir les personnes ; et gardez bien de gâter vos habits.

Brindavoine

Vous savez bien, Monsieur, qu’un des devants de mon pourpoint est couvert d’une grande tache de l’huile de la lampe.

La Merluche

Et, moi, Monsieur, que j’ai mon haut-de-chausses tout troué par-derrière, et qu’on me voit, révérence parler…

Harpagon, à la Merluche.

Paix ! Rangez cela adroitement du côté de la muraille, et présentez toujours le devant au monde. (À Brindavoine, en lui montrant comment il doit mettre son chapeau au-devant de son pourpoint, pour cacher la tache d’huile.) Et vous, tenez toujours votre chapeau ainsi, lorsque vous servirez.

Scène III.

HARPAGON, CLÉANTE, ÉLISE, VALÈRE, MAÎTRE JACQUES.

Harpagon

Pour vous, ma fille, vous aurez l’œil sur ce que l’on desservira, et prendrez garde qu’il ne s’en fasse aucun dégât. Cela sied bien aux filles. Mais cependant préparez-vous à bien recevoir ma maîtresse, qui vous doit venir visiter, et vous mener avec elle à la foire. Entendez-vous ce que je vous dis ?

Élise

Oui, mon père.

Harpagon

Oui, nigaude.

Scène IV

HARPAGON, CLÉANTE, VALÈRE, MAÎTRE JACQUES.

Harpagon

Et vous, mon fils le damoiseau, à qui j’ai la bonté de pardonner l’histoire de tantôt, ne vous allez pas aviser non plus de lui faire mauvais visage.

Cléante

Moi, mon père ? mauvais visage ! Et par quelle raison ?

Harpagon

Mon Dieu, nous savons le train des enfants dont les pères se remarient, et de quel œil ils ont coutume de regarder ce qu’on appelle belle-mère. Mais si vous souhaitez que je perde le souvenir de votre dernière fredaine, je vous recommande surtout de régaler d’un bon visage cette personne-là, et de lui faire enfin tout le meilleur accueil qu’il vous sera possible.

Cléante

À vous dire le vrai, mon père, je ne puis pas vous promettre d’être bien aise qu’elle devienne ma belle-mère. Je mentirois, si je vous le disois ; mais, pour ce qui est de la bien recevoir et de lui faire bon visage, je vous promets de vous obéir ponctuellement sur ce chapitre.

Harpagon

Prenez-y garde au moins.

Cléante

Vous verrez que vous n’aurez pas sujet de vous en plaindre.

Harpagon

Vous ferez sagement.

Scène V.

HARPAGON, VALÈRE, MAÎTRE JACQUES.

Harpagon

Valère, aide-moi à ceci. Or çà, maître Jacques, approchez-vous, je vous ai gardé pour le dernier.

Maître Jacques

Est-ce à votre cocher, Monsieur, ou bien à votre cuisinier, que vous voulez parler ? car je suis l’un et l’autre.

Harpagon

C’est à tous les deux.

Maître Jacques

Mais à qui des deux le premier ?

Harpagon

Au cuisinier.

Maître Jacques

Attendez donc, s’il vous plaît.

Maître Jacques ôte sa casaque de cocher, et paraît vêtu en cuisinier.

Harpagon

Quelle diantre de cérémonie est-ce là ?

Maître Jacques

Vous n’avez qu’à parler.

Harpagon

Je me suis engagé, maître Jacques, à donner ce soir à souper.

Maître Jacques, à part.

Grande merveille !

Harpagon

Dis-moi un peu : nous feras-tu bonne chère ?

Maître Jacques

Oui, Si vous me donnez bien de l’argent.

Harpagon

Que diable, toujours de l’argent ! Il semble qu’ils n’aient autre chose à dire : De l’argent, de l’argent, de l’argent ! Ah ! ils n’ont que ce mot à la bouche, de l’argent ! toujours parler d’argent ! Voilà leur épée de chevet, de l’argent#1 !

Valère

Je n’ai jamais vu de réponse plus impertinente que celle-là. Voilà une belle merveille de faire bonne chère avec bien de l’argent ! c’est une chose la plus aisée du monde, et il n’y a si pauvre esprit qui n’en fît bien autant ; mais, pour agir en habile homme, il faut parler de faire bonne chère avec peu d’argent.

Maître Jacques

Bonne chère avec peu d’argent !

Valère

Oui.

Maître Jacques, à Valère.

Par ma foi, Monsieur l’intendant, vous nous obligerez de nous faire voir ce secret, et de prendre mon office de cuisinier ; aussi bien vous mêlez-vous céans d’être le factoton.

Harpagon

Taisez-vous. Qu’est-ce qu’il nous faudra ?

Maître Jacques

Voilà monsieur votre intendant, qui vous fera bonne chère pour peu d’argent.

Harpagon

Haye ! Je veux que tu me répondes.

Maître Jacques

Combien serez-vous de gens à table ?

Harpagon

Nous serons huit ou dix ; mais il ne faut prendre que huit. Quand il y a à manger pour huit, il y en a bien pour dix.

Valère

Cela s’entend.

Maître Jacques

Eh bien ! il faudra quatre grands potages et cinq assiettes… Potages… Entrées.

Harpagon

Que diable ! voilà pour traiter toute une ville entière.

Maître Jacques

Rôt…

Harpagon, mettant la main sur la bouche de maître Jacques.

Ah ! traître, tu manges tout mon bien.

Maître Jacques

Entremets.

Harpagon, mettant encore la main sur la bouche de maître Jacques. Encore ?

Valère, à maître Jacques. Est-ce que vous avez envie de faire crever tout le monde ? et Monsieur a-t-il invité des gens pour les assassiner à force de mangeaille ? Allez-vous-en lire un peu les préceptes de la santé, et demander aux médecins s’il y a rien de plus préjudiciable à l’homme que de manger avec excès.

Harpagon

Il a raison.

Valère

Apprenez, maître Jacques, vous et vos pareils, que c’est un coupe-gorge qu’une table remplie de trop de viandes ; que pour se bien montrer ami de ceux que l’on invite, il faut que la frugalité règne dans les repas qu’on donne ; et que, suivant le dire d’un ancien, il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger.

Harpagon

Ah ! que cela est bien dit ! Approche, que je t’embrasse pour ce mot. Voilà la plus belle sentence que j’aie entendue de ma vie : Il faut vivre pour manger, et non pas manger pour vi… Non, ce n’est pas cela. Comment est-ce que tu dis ?

Valère

Qu’il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger.

Harpagon, à maître Jacques.

Oui. Entends-tu ? (À Valère.) Qui est le grand homme qui a dit cela ?

Valère

Je ne me souviens pas maintenant de son nom.

Harpagon

Souviens-toi de m’écrire ces mots : je les veux faire graver en lettres d’or sur la cheminée de ma salle.

Valère

Je n’y manquerai pas. Et, pour votre souper, vous n’avez qu’à me laisser faire ; je réglerai tout cela comme il faut.

Harpagon

Fais donc.

Maître Jacques

Tant mieux ! j’en aurai moins de peine.

Harpagon, à Valère.

Il faudra de ces choses dont on ne mange guère, et qui rassasient d’abord ; quelque bon haricot bien gras, avec quelque pâté en pot bien garni de marrons. Là, que cela foisonne.

Valère

Reposez-vous sur moi.

Harpagon

Maintenant, maître Jacques, il faut nettoyer mon carrosse.

Maître Jacques

Attendez. Ceci s’adresse au cocher. (Il remet sa casaque.) Vous dites…

Harpagon

Qu’il faut nettoyer mon carrosse, et tenir mes chevaux tout prêts pour conduire à la foire…

Maître Jacques.

Vos chevaux, Monsieur ? Ma foi, ils ne sont point du tout en état de marcher. Je ne vous dirai point qu’ils sont sur la litière : les pauvres bêtes n’en ont point, et ce serait fort mal parler ; mais vous leur faites observer des jeûnes si austères, que ce ne sont plus rien que des idées ou des fantômes, des façons de chevaux.

Harpagon

Les voilà bien malades ! ils ne font rien.

Maître Jacques

Et, pour ne faire rien, Monsieur, est-ce qu’il ne faut rien manger ? Il leur vaudroit bien mieux, les pauvres animaux, de travailler beaucoup, de manger de même. Cela me fend le cœur de les voir ainsi exténués. Car, enfin, j’ai une tendresse pour mes chevaux, qu’il me semble que c’est moi-même, quand je les vois pâtir. Je m’ôte tous les jours pour eux les choses de la bouche ; et c’est être, Monsieur, d’un naturel trop dur, que de n’avoir nulle pitié de son prochain.

Harpagon

Le travail ne sera pas grand d’aller jusqu’à la foire.

Maître Jacques

Non, Monsieur, je n’ai pas le courage de les mener, et je ferois conscience de leur donner des coups de fouet, en l’état où ils sont. Comment voudriez-vous qu’ils traînassent un carrosse, qu’ils ne peuvent pas se traîner eux-mêmes ?

Valère

Monsieur, j’obligerai le voisin Picard à se charger de les conduire ; aussi bien nous fera-t-il ici besoin pour apprêter le souper.

Maître Jacques

Soit. J’aime mieux encore qu’ils meurent sous la main d’un autre que sous la mienne.

Valère

Maître Jacques fait bien le raisonnable !

Maître Jacques

Monsieur l’intendant fait bien le nécessaire !

Harpagon

Paix.

Maître Jacques

Monsieur, je ne saurois souffrir les flatteurs ; et je vois que ce qu’il en fait, que ses contrôles perpétuels sur le pain et le vin, le bois, le sel et la chandelle, ne sont rien que pour vous gratter et vous faire sa cour. J’enrage de cela, et je suis fâché tous les jours d’entendre ce qu’on dit de vous : car, enfin, je me sens pour vous de la tendresse, en dépit que j’en aie ; et, après mes chevaux, vous êtes la personne que j’aime le plus.

Harpagon

Pourrais-je savoir de vous, maître Jacques, ce que l’on dit de moi ?

Maître Jacques

Oui, monsieur, si j’étois assuré que cela ne vous fâchât point.

Harpagon

Non, en aucune façon.

Maître Jacques

Pardonnez-moi ; je sais fort bien que je vous mettrois en colère.

Harpagon

Point du tout. Au contraire, c’est me faire plaisir, et je suis bien aise d’apprendre comme on parle de moi.

Maître Jacques

Monsieur, puisque vous le voulez, je vous dirai franchement qu’on se moque partout de vous, qu’on nous jette de tous côtés cent brocards à votre sujet, et que l’on n’est point plus ravi que de vous tenir au cul et aux chausses, et de faire sans cesse des contes de votre lésine. L’un dit que vous faites imprimer des almanachs particuliers, où vous faites doubler les quatre-temps et les vigiles, afin de profiter des jeûnes où vous obligez votre monde ; l’autre, que vous avez toujours une querelle toute prête à faire à vos valets dans le temps des étrennes ou de leur sortie d’avec vous, pour vous trouver une raison de ne leur donner rien. Celui-là conte qu’une fois vous fîtes assigner le chat d’un de vos voisins, pour vous avoir mangé un reste d’un gigot de mouton ; celui-ci, que l’on vous surprit, une nuit, en venant dérober vous-même l’avoine de vos chevaux ; et que votre cocher, qui étoit celui d’avant moi, vous donna, dans l’obscurité, je ne sais combien de coups de bâton, dont vous ne voulûtes rien dire. Enfin, voulez-vous que je vous dise ? On ne sauroit aller nulle part où l’on ne vous entende accommoder de toutes pièces. Vous êtes la fable et la risée de tout le monde ; et jamais on ne parle de vous que sous les noms d’avare, de ladre, de vilain et de fesse-matthieu.

Harpagon, en battant maître Jacques.

Vous êtes un sot, un maraud, un coquin, et un impudent.

Maître Jacques

Eh bien ! ne l’avais-je pas deviné ? Vous ne m’avez pas voulu croire. Je vous l’avais bien dit que je vous fâcherois de vous dire la vérité.

Harpagon

Apprenez à parler.

Scène VI.

VALÈRE, MAÎTRE JACQUES.

Valère, riant.

À ce que je puis voir, maître Jacques, on paie mal votre franchise.

Maître Jacques

Morbleu ! Monsieur le nouveau venu, qui faites l’homme d’importance, ce n’est pas votre affaire. Riez de vos coups de bâton quand on vous on donnera, et ne venez point rire des miens.

Valère

Ah ! Monsieur maître Jacques, ne vous fâchez pas, je vous prie.

Maître Jacques, à part.

Il file doux. Je veux faire le brave, et, s’il est assez sot pour me craindre, le frotter quelque peu. (Haut.) Savez-vous bien, Monsieur le rieur, que je ne ris pas, moi, et que, si vous m’échauffez la tête, je vous ferai rire d’une autre sorte ?

Maître Jacques pousse Valère jusqu’au bout du théâtre en le menaçant.

Valère

Hé ! doucement.

Maître Jacques

Comment, doucement ? Il ne me plaît pas, moi.

Valère.

De grâce !

Maître Jacques

Vous êtes un impertinent.

Valère

Monsieur maître Jacques…

Maître Jacques

Il n’y a point de monsieur maître Jacques pour un double. Si je prends un bâton, je vous rosserai d’importance.

Valère

Comment ! un bâton ?

Valère fait reculer maître Jacques à sont tour.

Maître Jacques

Hé ! je ne parle pas de cela.

Valère

Savez-vous bien, Monsieur le fat, que je suis homme à vous rosser vous-même ?

Maître Jacques

Je n’en doute pas.

Valère

Que vous n’êtes, pour tout potage, qu’un faquin de cuisinier ?

Maître Jacques

Je le sais bien.

Valère

Et que vous ne me connoissez pas encore ?

Maître Jacques

Pardonnez-moi.

Valère

Vous me rosserez, dites-vous ?

Maître Jacques

Je le disois en raillant.

Valère

Et moi, je ne prends point de goût à votre raillerie. (Donnant des coups de bâton à maître Jacques.) Apprenez que vous êtes un mauvais railleur.

Maître Jacques, seul.

Peste soit la sincérité ! c’est un mauvais métier : désormais j’y renonce, et je ne veux plus dire vrai. Passe encore pour mon maître : il a quelque droit de me battre ; mais, pour ce monsieur l’intendant, je m’en vengerai si je le puis.

Scène VII

MARIANE, FROSINE, MAÎTRE JACQUES.

Frosine

Savez-vous, maître Jacques, si votre maître est au logis ?

Maître Jacques

Oui, vraiment il y est ; je ne le sais que trop.

Frosine

Dites-lui, je vous prie, que nous sommes ici.

Maître Jacques

Ah ! nous voilà pas mal !

Scène VII.

MARIANE, FROSINE.

Mariane Ah ! que je suis, Frosine, dans un étrange état, et, s’il faut dire ce que je sens, que j’appréhende cette vue !

Frosine

Mais pourquoi, et quelle est votre inquiétude ?

Mariane

Hélas ! me le demandez-vous ? Et ne vous figurez-vous point les alarmes d’une personne toute prête à voir le supplice où l’on veut l’attacher ?

Frosine

Je vois bien que, pour mourir agréablement, Harpagon n’est pas le supplice que vous voudriez embrasser ; et je connais, à votre mine, que le jeune blondin dont vous m’avez parlé vous revient un peu dans l’esprit.

Mariane

Oui. C’est une chose, Frosine, dont je ne veux pas me défendre ; et les visites respectueuses qu’il a rendues chez nous ont fait, je vous l’avoue, quelque effet dans mon âme.

Frosine

Mais avez-vous su quel il est ?

Mariane

Non, je ne sais point quel il est. Mais je sais qu’il est fait d’un air à se faire aimer ; que, si l’on pouvait mettre les choses à mon choix, je le prendrois plutôt qu’un autre ; et qu’il ne contribue pas peu à me faire trouver un tourment effroyable dans l’époux qu’on veut me donner.

Frosine.

Mon Dieu ! tous ces blondins sont agréables, et débitent fort bien leur fait ; mais la plupart sont gueux comme des rats ; il vaut mieux, pour vous, de prendre un vieux mari qui vous donne beaucoup de bien. Je vous avoue que les sens ne trouvent pas si bien leur compte du côté que je dis, et qu’il y a quelques petits dégoûts à essuyer avec un tel époux ; mais cela n’est pas pour durer ; et sa mort, croyez-moi, vous mettra bientôt en état d’en prendre un plus aimable, qui réparera toutes choses.

Mariane

Mon Dieu ! Frosine, c’est une étrange affaire, lorsque, pour être heureuse, il faut souhaiter ou attendre le trépas de quelqu’un ; et la mort ne suit pas tous les projets que nous faisons.

Frosine

Vous moquez-vous ? Vous ne l’épousez qu’aux conditions de vous laisser veuve bientôt ; et ce doit être là un des articles du contrat. Il seroit bien impertinent de ne pas mourir dans trois mois ! Le voici en propre personne.

Mariane

Ah ! Frosine, quelle figure !

Scène IX.

HARPAGON, MARIANE, FROSINE.

Harpagon, à Mariane.

Ne vous offensez pas, ma belle, si je viens à vous avec des lunettes. Je sais que vos appas frappent assez les yeux, sont assez visibles d’eux-mêmes, et qu’il n’est pas besoin de lunettes pour les apercevoir ; mais enfin, c’est avec des lunettes qu’on observe les astres ; et je maintiens et garantis que vous êtes un astre, mais un astre, le plus bel astre qui soit dans le pays des astres. Frosine, elle ne répond mot, et ne témoigne, ce me semble, aucune joie de me voir.

Frosine

C’est qu’elle est encore toute surprise ; et, puis, les filles ont toujours honte à témoigner d’abord ce qu’elles ont dans l’âme.

Harpagon, à Frosine.

Tu as raison. (à Mariane.) Voilà, belle mignonne, ma fille qui vient vous saluer.

Scène 10

HARPAGON, ÉLISE, MARIANE, FROSINE.

Mariane

Je m’acquitte bien tard, Madame, d’une telle visite.

Élise

Vous avez fait, Madame, ce que je devois faire, et c’étoit à moi de vous prévenir.

Harpagon

Vous voyez qu’elle est grande ; mais mauvaise herbe croît toujours.

Mariane, bas, à Frosine.

Oh ! l’homme déplaisant !

Harpagon, bas, à Frosine.

Que dit la belle ?

Frosine

Qu’elle vous trouve admirable.

Harpagon

C’est trop d’honneur que vous me faites, adorable mignonne.

Mariane, à part.

Quel animal !

Harpagon

Je vous suis trop obligé de ces sentiments.

Mariane, à part.

Je n’y puis plus tenir.

Scène XI.

HARPAGON, MARIANE, ÉLISE, CLÉANTE, VALÈRE, FROSINE, BRINDAVOINE.

Harpagon

Voici mon fils aussi qui vous vient faire la révérence.

Mariane, bas, à Frosine.

Ah ! Frosine, quelle rencontre ! C’est justement celui dont je t’ai parlé.

Frosine, à Mariane.

L’aventure est merveilleuse.

Harpagon

Je vois que vous vous étonnez de me voir de si grands enfants ; mais je serai bientôt défait et de l’un et de l’autre.

Cléante, à Mariane.

Madame, à vous dire le vrai, c’est ici une aventure où, sans doute, je ne m’attendois pas ; et mon père ne m’a pas peu surpris lorsqu’il m’a dit tantôt le dessein qu’il avoit formé.

Mariane

Je puis dire la même chose. C’est une rencontre imprévue qui m’a surprise autant que vous ; et je n’étois point préparée à une pareille aventure.

Cléante

Il est vrai que mon père, Madame, ne peut pas faire un plus beau choix, et que ce m’est une sensible joie que l’honneur de vous voir ; mais, avec tout cela, je ne vous assurerai point que je me réjouis du dessein où vous pourriez être de devenir ma belle-mère. Le compliment, je vous l’avoue, est trop difficile pour moi ; et c’est un titre, s’il vous plaît, que je ne vous souhaite point. Ce discours paroîtra brutal aux yeux de quelques-uns ; mais je suis assuré que vous serez personne à le prendre comme il faudra ; que c’est un mariage, Madame, où vous vous imaginez bien que je dois avoir de la répugnance ; que vous n’ignorez pas, sachant ce que je suis, comme il choque mes intérêts, et que vous voulez bien enfin que je vous dise, avec la permission de mon père, que, si les choses dépendaient de moi, cet hymen ne se ferait point.

Harpagon

Voilà un compliment bien impertinent ! Quelle belle confession à lui faire !

Mariane

Et moi, pour vous répondre, j’ai à vous dire que les choses sont fort égales ; et que, si vous auriez de la répugnance à me voir votre belle-mère, je n’en aurois pas moins, sans doute, à vous voir mon beau-fils. Ne croyez pas, je vous prie, que ce soit moi qui cherche à vous donner cette inquiétude. Je serois fort fâchée de vous causer du déplaisir ; et, si je ne m’y vois forcée par une puissance absolue, je vous donne ma parole que je ne consentirai point au mariage qui vous chagrine.

Harpagon

Elle a raison. À sot compliment, il faut une réponse de même. Je vous demande pardon, ma belle, de l’impertinence de mon fils ; c’est un jeune sot qui ne sait pas encore la conséquence des paroles qu’il dit.

Mariane

Je vous promets que ce qu’il m’a dit ne m’a point du tout offensée ; au contraire, il m’a fait plaisir de m’expliquer ainsi ses véritables sentiments. J’aime de lui un aveu de la sorte ; et s’il avoit parlé d’autre façon, je l’en estimerois bien moins.

Harpagon

C’est beaucoup de bonté à vous, de vouloir ainsi excuser ses fautes. Le temps le rendra plus sage, et vous verrez qu’il changera de sentiments.

Cléante

Non, mon père, je ne suis pas capable d’en changer, et je prie instamment Madame de le croire.

Harpagon

Mais voyez quelle extravagance ! il continue encore plus fort.

Cléante

Voulez-vous que je trahisse mon cœur ?

Harpagon

Encore ! Avez-vous envie de changer de discours ?

Cléante

Eh bien, puisque vous voulez que je parle d’autre façon, souffrez, Madame, que je me mette ici à la place de mon père, et que je vous avoue que je n’ai rien vu dans le monde de si charmant que vous ; que je ne conçois rien d’égal au bonheur de vous plaire, et que le titre de votre époux est une gloire, une félicité que je préférerois aux destinées des plus grands princes de la terre. Oui, Madame, le bonheur de vous posséder est, à mes regards, la plus belle de toutes les fortunes ; c’est où j’attache toute mon ambition. Il n’y a rien que je ne sois capable de faire pour une conquête si précieuse ; et les obstacles les plus puissants…

Harpagon

Doucement, mon fils, s’il vous plaît.

Cléante

C’est un compliment que je fais pour vous à Madame.

Harpagon

Mon Dieu, j’ai une langue pour m’expliquer moi-même, et je n’ai pas besoin d’un interprète comme vous. Allons, donnez des sièges.

Frosine.

Non ; il vaut mieux que, de ce pas nous allions à la foire, afin d’en revenir plus tôt, et d’avoir tout le temps ensuite de nous entretenir.

Harpagon, à Brindavoine.

Qu’on mette donc les chevaux au carrosse.

Scène XII.

HARPAGON, MARIANE, ÉLISE, CLÉANTE, VALÈRE, FROSINE.

Harpagon, à Mariane.

Je vous prie de m’excuser, ma belle, si je n’ai pas songé a vous donner un peu de collation avant que de partir.

Cléante

J’y ai pourvu, mon père, et j’ai fait apporter ici quelques bassins d’oranges de la Chine, de citrons doux, et de confitures, que j’ai envoyé quérir de votre part.

Harpagon, bas, à Valère.

Valère !

Valère, à Harpagon.

Il a perdu le sens.

Cléante

Est-ce que vous trouvez, mon père, que ce ne soit pas assez ? Madame aura la bonté d’excuser cela, s’il vous plaît.

Mariane

C’est une chose qui n’étoit pas nécessaire.

Cléante

Avez-vous jamais vu, madame, un diamant plus vif que celui que vous voyez que mon père a au doigt ?

Mariane

Il est vrai qu’il brille beaucoup.

Cléante, ôtant du doigt de son père le diamant, et le donnant à Mariane.

Il faut que vous le voyiez de près.

Mariane

Il est fort beau, sans doute, et jette quantité de feux.

Cléante, se mettant au-devant de Mariane, qui veut rendre le diamant.

Non, madame, il est en de trop belles mains. C’est un présent que mon père vous fait.

Harpagon

Moi !

Cléante

N’est-il pas vrai, mon père, que vous voulez que Madame le garde pour l’amour de vous ?

Harpagon, bas, à son fils.

Comment ?

Cléante, à Mariane.

Belle demande ! Il me fait signe de vous le faire accepter.

Mariane

Je ne veux point…

Cléante, à Mariane.

Vous moquez-vous ? Il n’a garde de le reprendre.

Harpagon, à part.

J’enrage !

Mariane

Ce seroit…

Cléante, empêchant toujours Mariane de rendre la bague.

Non, vous dis-je, c’est l’offenser.

Mariane

De grâce.

Cléante

Point du tout.

Harpagon, à part.

Peste soit…

Cléante

Le voilà qui se scandalise de votre refus.

Harpagon, bas, à son fils.

Ah ! traître !

Cléante, à Mariane.

Vous voyez qu’il se désespère.

Harpagon, bas, à son fils, en le menaçant.

Bourreau que tu es !

Cléante

Mon père, ce n’est pas ma faute. Je fais ce que je puis pour l’obliger à la garder ; mais elle est obstinée.

Harpagon, bas, à son fils en le menaçant.

Pendard !

Cléante

Vous êtes cause, Madame, que mon père me querelle.

Harpagon, bas, à son fils, avec les mêmes gestes.

Le coquin !

Cléante, à Mariane.

Vous le ferez tomber malade. De grâce, Madame, ne résistez point davantage.

Frosine, à Mariane.

Mon Dieu ! que de façons ! Gardez la bague, puisque monsieur le veut.

Mariane, à Harpagon.

Pour ne vous point mettre en colère, je la garde maintenant, et je prendrai un autre temps pour vous la rendre.

Scène XIII.

HARPAGON, MARIANE, ÉLISE, CLÉANTE, VALÈRE, FROSINE, BRINDAVOINE.

Brindavoine

Monsieur, il y a là un homme qui veut vous parler.

Harpagon

Dis-lui que je suis empêché, et qu’il revienne une autre fois.

Brindavoine

Il dit qu’il vous apporte de l’argent.

Harpagon

Je vous demande pardon. Je reviens tout à l’heure.

Scène XIV.

HARPAGON, MARIANE, ÉLISE, CLÉANTE, VALÈRE, FROSINE, LA MERLUCHE.

La Merluche, courant et faisant tomber Harpagon.

Monsieur…

Harpagon

Ah ! je suis mort.

Cléante

Qu’est-ce, mon père ? Vous êtes-vous fait mal ?

Harpagon

Le traître assurément a reçu de l’argent de mes débiteurs pour me faire rompre le cou.

Valère, à Harpagon.

Cela ne sera rien.

Merluche, à Harpagon.

Monsieur, je vous demande pardon ; je croyais bien faire d’accourir vite.

Harpagon

Que viens-tu faire ici, bourreau ?

La Merluche

Vous dire que vos deux chevaux sont déferrés.

Harpagon

Qu’on les mène promptement chez le maréchal.

Cléante

En attendant qu’ils soient ferrés, je vais faire pour vous, mon père, les honneurs de votre logis, et conduire madame dans le jardin, où je ferai porter la collation.

Scène XV.

HARPAGON, VALÈRE.

Harpagon

Valère, aie un peu l’œil à tout cela, et prends soin, je te prie, de m’en sauver le plus que tu pourras, pour le renvoyer au marchand.

Valère

C’est assez.

Harpagon, seul.

Ô fils impertinent ! as-tu envie de me ruiner ?

fin du troisième acte.


ACTE QUATRIÈME.

Scène I.

CLÉANTE, MARIANE, ÉLISE, FROSINE.

Cléante

Rentrons ici ; nous serons beaucoup mieux. Il n’y a plus autour de nous personne de suspect, et nous pouvons parler librement.

Élise

Oui, Madame, mon frère m’a fait confidence de la passion qu’il a pour vous. Je sais les chagrins et les déplaisirs que sont capables de causer de pareilles traverses ; et c’est, je vous assure, avec une tendresse extrême, que je m’intéresse à votre aventure.

Mariane

C’est une douce consolation que de voir dans ses intérêts une personne comme vous ; et je vous conjure, Madame, de me garder toujours cette généreuse amitié, si capable de m’adoucir les cruautés de la fortune.

Frosine

Vous êtes, par ma foi, de malheureuses gens l’un et l’autre, de ne m’avoir point, avant tout ceci, avertie de votre affaire. Je vous aurois, sans doute, détourné cette inquiétude, et n’aurois point amené les choses où l’on voit qu’elles sont.

Cléante

Que veux-tu ? c’est ma mauvaise destinée qui l’a voulu ainsi. Mais, belle Mariane, quelles résolutions sont les vôtres ?

Mariane

Hélas ! suis-je en pouvoir de faire des résolutions ? et, dans la dépendance où je me vois, puis-je former que des souhaits ?

Cléante

Point d’autre appui pour moi dans votre cœur que de simples souhaits ? Point de pitié officieuse ? Point de secourable bonté ? Point d’affection agissante ?

Mariane

Que saurois-je vous dire ? Mettez-vous en ma place, et voyez ce que je puis faire. Avisez, ordonnez vous-même : je m’en remets à vous ; et je vous crois trop raisonnable pour vouloir exiger de moi que ce qui peut m’être permis par l’honneur et la bienséance.

Cléante

Hélas ! où me réduisez-vous que de me renvoyer à ce que voudront me permettre les fâcheux sentiments d’un rigoureux honneur et d’une scrupuleuse bienséance ?

Mariane

Mais que voulez-vous que je fasse ? Quand je pourrois passer sur quantité d’égards où notre sexe est obligé, j’ai de la considération pour ma mère. Elle m’a toujours élevée avec une tendresse extrême, et je ne saurois me résoudre à lui donner du déplaisir. Faites, agissez auprès d’elle ; employez tous vos soins à gagner son esprit. Vous pouvez faire et dire tout ce que vous voudrez ; je vous en donne la licence ; et, s’il ne tient qu’à me déclarer en votre faveur, je veux bien consentir à lui faire un aveu, moi-même, de tout ce que je sens pour vous.

Cléante

Frosine, ma pauvre Frosine, voudrois-tu nous servir ?

Frosine

Par ma foi, faut-il le demander ? Je le voudrois de tout mon cœur. Vous savez que, de mon naturel, je suis assez humaine. Le ciel ne m’a point fait l’âme de bronze, et je n’ai que trop de tendresse à rendre de petits services, quand je vois des gens qui s’entr’aiment en tout bien et en tout honneur. Que pourrions-nous faire à ceci ?

Cléante

Songe un peu, je te prie.

Mariane

Ouvre-nous des lumières.

Élise

Trouve quelque invention pour rompre ce que tu as fait.

Frosine

Ceci est assez difficile. (À Mariane.) Pour votre mère, elle n’est pas tout à fait déraisonnable, et peut-être pourroit-on la gagner et la résoudre à transporter au fils le don qu’elle veut faire au père. (À Cléante.) Mais le mal que j’y trouve, c’est que votre père est votre père.

Cléante

Cela s’entend.

Frosine

Je veux dire qu’il conservera du dépit si l’on montre qu’on le refuse, et qu’il ne sera point d’humeur ensuite à donner son consentement à votre mariage. Il faudroit, pour bien faire, que le refus vînt de lui-même, et tâcher, par quelque moyen, de le dégoûter de votre personne.

Cléante

Tu as raison.

Frosine

Oui, j’ai raison, je le sais bien. C’est là ce qu’il faudroit, mais le diantre est d’en pouvoir trouver les moyens. Attendez : si nous avions quelque femme un peu sur l’âge qui fût de mon talent, et jouât assez bien pour contrefaire une dame de qualité, par le moyen d’un train fait à la hâte et d’un bizarre nom de marquise ou de vicomtesse, que nous supposerions de la Basse-Bretagne, j’aurois assez d’adresse pour faire accroire à votre père que ce serait une personne riche, outre ses maisons, de cent mille écus en argent comptant ; qu’elle seroit éperdument amoureuse de lui, et souhaiterait de se voir sa femme, jusqu’à lui donner tout son bien par contrat de mariage ; et je ne doute point qu’il ne prêtât l’oreille à la proposition. Car, enfin, il vous aime fort, je le sais, mais il aime un peu plus l’argent ; et quand, ébloui de ce leurre, il auroit une fois consenti à ce qui vous touche, il importeroit peu ensuite qu’il se désabusât, en venant à vouloir voir clair aux effets de notre marquise.

Cléante

Tout cela est fort bien pensé.

Frosine

Laissez-moi faire. Je viens de me ressouvenir d’une de mes amies qui sera notre fait.

Cléante

Sois assurée, Frosine, de ma reconnaissance, si tu viens à bout de la chose. Mais, charmante Mariane, commençons, je vous prie, par gagner votre mère ; c’est toujours beaucoup faire que de rompre ce mariage. Faites-y de votre part, je vous en conjure, tous les efforts qu’il vous sera possible. Servez-vous de tout le pouvoir que vous donne sur elle cette amitié qu’elle a pour vous. Déployez sans réserve les grâces éloquentes, les charmes tout-puissants que le ciel a placés dans vos yeux et dans votre bouche ; et n’oubliez rien, s’il vous plaît, de ces tendres paroles, de ces douces prières, et de ces caresses touchantes à qui je suis persuadé qu’on ne sauroit rien refuser.

Mariane

J’y ferai tout ce que je puis, et n’oublierai aucune chose.

Scène II.

HARPAGON, CLÉANTE, MARIANE, ÉLISE, FROSINE.

Harpagon, à part, sans être aperçu.

Ouais ! mon fils baise la main de sa prétendue belle-mère ; et sa prétendue belle-mère ne s’en défend pas fort ! Y aurait-il quelque mystère là-dessous ?

Élise

Voilà mon père.

Harpagon

Le carrosse est tout prêt ; vous pouvez partir quand il vous plaira.

Cléante

Puisque vous n’y allez pas, mon père, je m’en vais les conduire.

Harpagon

Non : demeurez. Elles iront bien toutes seules, et j’ai besoin de vous.

Scène III.

HARPAGON, CLÉANTE.

Harpagon

Oh çà, intérêt de belle-mère à part, que te semble, à toi, de cette personne ?

Cléante

Ce qui m’en semble ?

Harpagon

Oui, de son air, de sa taille, de sa beauté, de son esprit ?

Cléante

Là, là.

Harpagon

Mais encore ?

Cléante

À vous en parler franchement, je ne l’ai pas trouvée ici ce que je l’avois crue. Son air est de franche coquette, sa taille est assez gauche, sa beauté très médiocre, et son esprit des plus communs. Ne croyez pas que ce soit, mon père, pour vous en dégoûter ; car, belle-mère pour belle-mère, j’aime autant celle-là qu’une autre.

Harpagon

Tu lui disais tantôt pourtant…

Cléante.

Je lui ai dit quelques douceurs en votre nom, mais c’était pour vous plaire.

Harpagon

Si bien donc que tu n’aurois pas d’inclination pour elle ?

Cléante

Moi ? point du tout.

Harpagon

J’en suis fâché, car cela rompt une pensée qui m’étoit venue dans l’esprit. J’ai fait, en la voyant ici, réflexion sur mon âge ; et j’ai songé qu’on pourra trouver à redire de me voir marier à une si jeune personne. Cette considération m’en faisoit quitter le dessein ; et comme je l’ai fait demander, et que je suis pour elle engagé de parole, je te l’aurois donnée, sans l’aversion que tu témoignes.

Cléante

À moi ?

Harpagon

À toi.

Cléante

En mariage ?

Harpagon

En mariage.

Cléante

Écoutez. Il est vrai qu’elle n’est pas fort à mon goût ; mais, pour vous faire plaisir, mon père, je me résoudrai à l’épouser, si vous voulez.

Harpagon

Moi, je suis plus raisonnable que tu ne penses. Je ne veux point forcer ton inclination.

Cléante

Pardonnez-moi ; je me ferai cet effort pour l’amour de vous.

Harpagon

Non, non. Un mariage ne sauroit être heureux où l’inclination n’est pas.

Cléante

C’est une chose, mon père, qui peut-être viendra ensuite ; et l’on dit que l’amour est souvent un fruit du mariage.

Harpagon

Non. Du côté de l’homme, on ne doit point risquer l’affaire ; et ce sont des suites fâcheuses, où je n’ai garde de me commettre. Si tu avois senti quelque inclination pour elle, à la bonne heure ; je te l’aurois fait épouser, au lieu de moi ; mais, cela n’étant pas, je suivrai mon premier dessein, et je l’épouserai moi-même.

Cléante

Eh bien ! mon père, puisque les choses sont ainsi, il faut vous découvrir mon cœur ; il faut vous révéler notre secret. La vérité est que je l’aime depuis un jour que je la vis dans une promenade ; que mon dessein étoit tantôt de vous la demander pour femme ; et que rien ne m’a retenu que la déclaration de vos sentiments, et la crainte de vous déplaire.

Harpagon

Lui avez-vous rendu visite ?

Cléante

Oui, mon père.

Harpagon

Beaucoup de fois ?

Cléante

Assez pour le temps qu’il y a.

Harpagon

Vous a-t-on bien reçu ?

Cléante

Fort bien, mais sans savoir qui j’étois ; et c’est ce qui a fait tantôt la surprise de Mariane.

Harpagon

Lui avez-vous déclaré votre passion, et le dessein où vous étiez de l’épouser ?

Cléante

Sans doute, et même j’en avois fait à sa mère quelque peu d’ouverture.

Harpagon

A-t-elle écouté, pour sa fille, votre proposition ?

Cléante

Oui, fort civilement.

Harpagon

Et la fille correspond-elle fort à votre amour ?

Cléante

Si j’en dois croire les apparences, je me persuade, mon père, qu’elle a quelque bonté pour moi.

Harpagon, bas, à Valère.

Je suis bien aise d’avoir appris un tel secret ; et voilà justement ce que je demandois. (Haut.) Or sus, mon fils, savez-vous ce qu’il y a ? C’est qu’il faut songer, s’il vous plaît, à vous défaire de votre amour, à cesser toutes vos poursuites auprès d’une personne que je prétends pour moi, et à vous marier dans peu avec celle qu’on vous destine.

Cléante

Oui, mon père ; c’est ainsi que vous me jouez ! Eh bien ! puisque les choses en sont venues là, je vous déclare, moi, que je ne quitterai point la passion que j’ai pour Mariane ; qu’il n’y a point d’extrémité où je ne m’abandonne pour vous disputer sa conquête ; et que, si vous avez pour vous le consentement d’une mère, j’aurai d’autres secours, peut-être, qui combattront pour moi.

Harpagon

Comment, pendard ! tu as l’audace d’aller sur mes brisées !

Cléante

C’est vous qui allez sur les miennes, et je suis le premier en date.

Harpagon

Ne suis-je pas ton père ? et ne me dois-tu pas respect ?

Cléante

Ce ne sont point ici des choses où les enfants soient obligés de déférer aux pères, et l’amour ne connoît personne.

Harpagon

Je te ferai bien me connoître avec de bons coups de bâton.

Cléante

Toutes vos menaces ne feront rien.

Harpagon

Tu renonceras à Mariane.

Cléante

Point du tout.

Harpagon

Donnez-moi un bâton tout à l’heure.

Scène IV.

HARPAGON, CLÉANTE, MAÎTRE JACQUES.

Maître Jacques

Hé ! hé ! hé ! Messieurs, qu’est-ce ci ? à quoi songez-vous ?

Cléante

Je me moque de cela.

Maître Jacques, à Cléante.

Ah ! Monsieur, doucement.

Harpagon

Me parler avec cette impudence !

Maître Jacques, à Harpagon.

Ah ! monsieur, de grâce !

Cléante Je n’en démordrai point.

Maître Jacques, à Cléante.

Hé quoi ! à votre père ?

Harpagon

Laisse-moi faire.

Maître Jacques, à Harpagon.

Hé quoi ! à votre fils ? Encore passe pour moi.

Harpagon

Je te veux faire toi-même, maître Jacques, juge de cette affaire, pour montrer comme j’ai raison.

Maître Jacques

J’y consens. (À Cléante.) Éloignez-vous un peu.

Harpagon

J’aime une fille que je veux épouser ; et le pendard a l’insolence de l’aimer avec moi, et d’y prétendre malgré mes ordres.

Maître Jacques

Ah ! il a tort.

Harpagon

N’est-ce pas une chose épouvantable, qu’un fils qui veut entrer en concurrence avec son père ? et ne doit-il pas, par respect, s’abstenir de toucher à mes inclinations ?

Maître Jacques

Vous avez raison. Laissez-moi lui parler, et demeurez là.

Cléante, à maître Jacques, qui s’approche de lui.

Eh bien ! oui, puisqu’il veut te choisir pour juge, je n’y recule point ; il ne m’importe qui ce soit ; et je veux bien aussi me rapporter à toi, maître Jacques, de notre différend.

Maître Jacques

C’est beaucoup d’honneur que vous me faites.

Cléante

Je suis épris d’une jeune personne qui répond à mes vœux, et reçoit tendrement les offres de ma foi ; et mon père s’avise de venir troubler notre amour, par la demande qu’il en fait faire.

Maître Jacques

Il a tort assurément.

Cléante

N’a-t-il point de honte, à son âge, de songer à se marier ? Lui sied-il bien d’être encore amoureux ? et ne devroit-il pas laisser cette occupation aux jeunes gens ?

Maître Jacques

Vous avez raison. Il se moque. Laissez-moi lui dire deux mots. (À Harpagon.) Eh bien ! votre fils n’est pas si étrange que vous le dites, et il se met à la raison. Il dit qu’il sait le respect qu’il vous doit ; qu’il ne s’est emporté que dans la première chaleur, et qu’il ne fera point refus de se soumettre à ce qu’il vous plaira, pourvu que vous vouliez le traiter mieux que vous ne faites, et lui donner quelque personne en mariage, dont il ait lieu d’être content.

Harpagon

Ah ! dis-lui, maître Jacques, que moyennant cela, il pourra espérer toutes choses de moi, et que, hors Mariane, je lui laisse la liberté de choisir celle qu’il voudra.

Maître Jacques

Laissez-moi faire. (À Cléante.) Eh bien ! votre père n’est pas si déraisonnable que vous le faites, et il m’a témoigné que ce sont vos emportements qui l’ont mis en colère ; qu’il n’en veut seulement qu’à votre manière d’agir, et qu’il sera fort disposé à vous accorder ce que vous souhaitez, pourvu que vous vouliez vous y prendre par la douceur, et lui rendre les déférences, les respects et les soumissions qu’un fils doit à son père.

Cléante

Ah ! maître Jacques, tu lui peux assurer que, s’il m’accorde Mariane, il me verra toujours le plus soumis de tous les hommes, et que jamais je ne ferai aucune chose que par ses volontés.

Maître Jacques, à Harpagon.

Cela est fait. Il consent ce que vous dites.

Harpagon

Voilà qui va le mieux du monde.

Maître Jacques, à Cléante.

Tout est conclu ; il est content de vos promesses.

Cléante

Le ciel en soit loué !

Maître Jacques

Messieurs, vous n’avez qu’à parler ensemble ; vous voilà d’accord maintenant ; et vous alliez vous quereller, faute de vous entendre.

Cléante

Mon pauvre maître Jacques, je te serai obligé toute ma vie.

Maître Jacques

Il n’y a pas de quoi, monsieur.

Harpagon

Tu m’as fait plaisir, maître Jacques ; et cela mérite une récompense. (Harpagon fouille dans sa poche ; maître Jacques tend la main ; mais Harpagon ne tire que son mouchoir, en disant 🙂 Va, je m’en souviendrai, je t’assure.

Maître Jacques

Je vous baise les mains.

Scène V.

HARPAGON, CLÉANTE.

Cléante

Je vous demande pardon, mon père, de l’emportement que j’ai fait paroître.

Harpagon

Cela n’est rien.

Cléante

Je vous assure que j’en ai tous les regrets du monde.

Harpagon

Et moi, j’ai toutes les joies du monde de te voir raisonnable.

Cléante

Quelle bonté à vous d’oublier si vite ma faute !

Harpagon

On oublie aisément les fautes des enfants lorsqu’ils rentrent dans leur devoir.

Cléante

Quoi ! ne garder aucun ressentiment de toutes mes extravagances ?

Harpagon

C’est une chose où tu m’obliges, par la soumission et le respect où tu te ranges.

Cléante

Je vous promets, mon père, que jusques au tombeau, je conserverai dans mon cœur le souvenir de vos bontés.

Harpagon

Et moi, je te promets qu’il n’y aura aucune chose que tu n’obtiennes de moi.

Cléante

Ah ! mon père, je ne vous demande plus rien ; et c’est m’avoir assez donné que de me donner Mariane.

Harpagon

Comment ?

Cléante

Je dis, mon père, que je suis trop content de vous, et que je trouve toutes choses dans la bonté que vous avez de m’accorder Mariane.

Harpagon

Qui est-ce qui parle de t’accorder Mariane ?

Cléante

Vous, mon père.

Harpagon

Moi ?

Cléante

Sans doute.

Harpagon

Comment ! c’est toi qui as promis d’y renoncer.

Cléante

Moi, y renoncer ?

Harpagon

Oui.

Cléante

Point du tout.

Harpagon

Tu ne t’es pas départi d’y prétendre ?

Cléante

Au contraire, j’y suis porté plus que jamais.

Harpagon

Quoi, pendard, derechef ?

Cléante

Rien ne peut me changer.

Harpagon

Laisse-moi faire, traître.

Cléante

Faites tout ce qu’il vous plaira.

Harpagon

Je te défends de me jamais voir.

Cléante

À la bonne heure.

Harpagon

Je t’abandonne.

Cléante

Abandonnez.

Harpagon

Je te renonce pour mon fils.

Cléante

Soit.

Harpagon

Je te déshérite.

Cléante

Tout ce que vous voudrez.

Harpagon

Et je te donne ma malédiction.

Cléante

Je n’ai que faire de vos dons.

Scène VI.

CLÉANTE, LA FLÈCHE.

La Flèche, sortant du jardin avec une cassette.

Ah ! Monsieur, que je vous trouve à propos ! Suivez-moi vite.

Cléante

Qu’y a-t-il ?

La Flèche

Suivez-moi, vous dis-je ; nous sommes bien.

Cléante

Comment ?

La Flèche

Voici votre affaire.

Cléante

Quoi ?

La Flèche

J’ai guigné ceci tout le jour.

Cléante

Qu’est-ce que c’est ?

La Flèche

Le trésor de votre père, que j’ai attrapé.

Cléante

Comment as-tu fait ?

La Flèche

Vous saurez tout. Sauvons-nous ; je l’entends crier.

Scène VII.

HARPAGON, seul, criant au voleur dès le jardin, et venant sans chapeau.

Au voleur ! au voleur ! à l’assassin ! au meurtrier ! Justice, juste ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné ; on m’a coupé la gorge : on m’a dérobé mon argent. Qui peut-ce être ? Qu’est-il devenu ? Où est-il ? Où se cache-t-il ? Que ferai-je pour le trouver ? Où courir ? Où ne pas courir ? N’est-il point là ? n’est-il point ici ? Qui est-ce ? Arrête. (À lui-même, se prenant par le bras.) Rends-moi mon argent, coquin… Ah ! c’est moi ! Mon esprit est troublé, et j’ignore où je suis, qui je suis, et ce que je fais. Hélas ! mon pauvre argent ! mon pauvre argent ! mon cher ami ! on m’a privé de toi ; et puisque tu m’es enlevé, j’ai perdu mon support, ma consolation, ma joie : tout est fini pour moi, et je n’ai plus que faire au monde. Sans toi, il m’est impossible de vivre. C’en est fait ; je n’en puis plus ; je me meurs ; je suis mort ; je suis enterré. N’y a-t-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant mon cher argent, ou en m’apprenant qui l’a pris. Euh ! que dites-vous ? Ce n’est personne. Il faut, qui que ce soit qui ait fait le coup, qu’avec beaucoup de soin on ait épié l’heure ; et l’on a choisi justement le temps que je parlais à mon traître de fils. Sortons. Je veux aller quérir la justice, et faire donner la question à toute ma maison ; à servantes, à valets, à fils, à fille, et à moi aussi. Que de gens assemblés ! Je ne jette mes regards sur personne qui ne me donne des soupçons, et tout me semble mon voleur. Hé ! de quoi est-ce qu’on parle là ? de celui qui m’a dérobé ? Quel bruit fait-on là-haut ? Est-ce mon voleur qui y est ? De grâce, si l’on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l’on m’en dise. N’est-il point caché là parmi vous ? Ils me regardent tous, et se mettent à rire. Vous verrez qu’ils ont part, sans doute, au vol que l’on m’a fait. Allons, vite, des commissaires, des archers, des prévôts, des juges, des gênes, des potences, et des bourreaux ! Je veux faire pendre tout le monde ; et si je ne retrouve mon argent, je me pendrai moi-même après.

fin du quatrième acte.

ACTE CINQUIÈME.

Scène I.

HARPAGON, UN COMMISSAIRE.

Le commissaire

Laissez-moi faire, je sais mon métier, Dieu merci. Ce n’est pas d’aujourd’hui que je me mêle de découvrir des vols ; et je voudrois avoir autant de sacs de mille francs que j’ai fait pendre de personnes.

Harpagon

Tous les magistrats sont intéressés à prendre cette affaire en main ; et, si l’on ne me fait retrouver mon argent, je demanderai justice de la justice.

Le commissaire

Il faut faire toutes les poursuites requises. Vous dites qu’il y avait dans cette cassette… ?

Harpagon

Dix mille écus bien comptés.

Le commissaire

Dix mille écus !

Harpagon

Dix mille écus.

Le commissaire

Le vol est considérable.

Harpagon

Il n’y a point de supplice assez grand pour l’énormité de ce crime ; et, s’il demeure impuni, les choses les plus sacrées ne sont plus en sûreté.

Le commissaire

En quelles espèces était cette somme ?

Harpagon

En bons louis d’or et pistoles bien trébuchantes.

Le commissaire

Qui soupçonnez-vous de ce vol ?

Harpagon

Tout le monde ; et je veux que vous arrêtiez prisonniers la ville et les faubourgs.

Le commissaire

Il faut, si vous m’en croyez, n’effaroucher personne et tâcher doucement d’attraper quelques preuves afin de procéder après, par la rigueur, au recouvrement des deniers qui vous ont été pris.

Scène II.

HARPAGON, UN COMMISSAIRE, MAÎTRE JACQUES.

Maître Jacques, dans le fond du théâtre, en se retournant du côté par lequel il est entré.

Je m’en vais revenir. Qu’on me l’égorge tout à l’heure ; qu’on me lui fasse griller les pieds ; qu’on me le mette dans l’eau bouillante, et qu’on me le pende au plancher.

Harpagon, à maître Jacques.

Qui ? celui qui m’a dérobé ?

Maître Jacques

Je parle d’un cochon de lait que votre intendant me vient d’envoyer, et je veux vous l’accommoder à ma fantaisie.

Harpagon

Il n’est pas question de cela ; et voilà Monsieur, à qui il faut parler d’autre chose.

Le commissaire, à maître Jacques.

Ne vous épouvantez point. Je suis homme à ne vous point scandaliser, et les choses iront dans la douceur.

Maître Jacques

Monsieur est de votre souper ?

Le commissaire

Il faut ici, mon cher ami, ne rien cacher à votre maître.

Maître Jacques

Ma foi, Monsieur, je montrerai tout ce que je sais faire, et je vous traiterai du mieux qu’il me sera possible.

Harpagon

Ce n’est pas là l’affaire.

Maître Jacques

Si je ne vous fais pas aussi bonne chère que je voudrois, c’est la faute de monsieur votre intendant, qui m’a rogné les ailes avec les ciseaux de son économie.

Harpagon

Traître ! il s’agit d’autre chose que de souper ; et je veux que tu me dises des nouvelles de l’argent qu’on m’a pris.

Maître Jacques

On vous a pris de l’argent ?

Harpagon

Oui, coquin ; et je m’en vais te faire pendre, si tu ne me le rends.

Le commissaire, à Harpagon.

Mon Dieu ! ne le maltraitez point. Je vois à sa mine qu’il est honnête homme, et que, sans se faire mettre en prison, il vous découvrira ce que vous voulez savoir. Oui, mon ami, si vous nous confessez la chose, il ne vous sera fait aucun mal, et vous serez récompensé comme il faut par votre maître. On lui a pris aujourd’hui son argent ; et il n’est pas que vous ne sachiez quelques nouvelles de cette affaire.

Maître Jacques, bas, à part.

Voici justement ce qu’il me faut pour me venger de notre intendant. Depuis qu’il est entré céans, il est le favori, on n’écoute que ses conseils ; et j’ai aussi sur le cœur les coups de bâton de tantôt.

Harpagon

Qu’as-tu à ruminer ?

Le commissaire, à Harpagon.

Laissez-le faire. Il se prépare à vous contenter ; et je vous ai bien dit qu’il était honnête homme.

Maître Jacques

Monsieur, si vous voulez que je vous dise les choses, je crois que c’est monsieur votre cher intendant qui a fait le coup.

Harpagon

Valère !

Maître Jacques

Oui.

Harpagon

Lui ! qui me paroît si fidèle ?

Maître Jacques

Lui-même. Je crois que c’est lui qui vous a dérobé.

Harpagon

Et sur quoi le crois-tu ?

Maître Jacques

Sur quoi ?

Harpagon

Oui.

Maître Jacques

Je le crois… sur ce que je le crois.

Le commissaire

Mais il est nécessaire de dire les indices que vous avez.

Harpagon

L’as-tu vu rôder autour du lieu où j’avais mis mon argent ?

Maître Jacques

Oui, vraiment. Où étoit-il votre argent ?

Harpagon

Dans le jardin.

Maître Jacques

Justement ; je l’ai vu rôder dans le jardin. Et dans quoi est-ce que cet argent étoit ?

Harpagon

Dans une cassette.

Maître Jacques

Voilà l’affaire. Je lui ai vu une cassette.

Harpagon

Et cette cassette, comme est-elle faite ? Je verrai bien si c’est la mienne.

Maître Jacques

Comment elle est faite ?

Harpagon

Oui.

Maître Jacques

Elle est faite… elle est faite comme une cassette.

Le commissaire

Cela s’entend. Mais dépeignez-la un peu, pour voir.

Maître Jacques

C’est une grande cassette.

Harpagon

Celle qu’on m’a volée est petite.

Maître Jacques

Hé ! oui, elle est petite, si on le veut prendre par là ; mais je l’appelle grande pour ce qu’elle contient.

Le commissaire

Et de quelle couleur est-elle ?

Maître Jacques

De quelle couleur ?

Le commissaire

Oui.

Maître Jacques

Elle est de couleur… là, d’une certaine couleur… Ne sauriez-vous m’aider à dire ?

Harpagon

Euh !

Maître Jacques

N’est-elle pas rouge ?

Harpagon

Non, grise.

Maître Jacques

Hé ! oui, gris-rouge ; c’est ce que je voulois dire.

Harpagon

Il n’y a point de doute ; c’est elle assurément. Écrivez, Monsieur, écrivez sa déposition. Ciel ! à qui désormais se fier ! Il ne faut plus jurer de rien ; et je crois, après cela, que je suis homme à me voler moi-même.

Maître Jacques, à Harpagon.

Monsieur, le voici qui revient. Ne lui allez pas dire, au moins, que c’est moi qui vous ai découvert cela.

Scène III.

HARPAGON, UN COMMISSAIRE, VALÈRE, MAÎTRE JACQUES.

Harpagon

Approche, viens confesser l’action la plus noire, l’attentat le plus horrible qui jamais ait été commis.

Valère

Que voulez-vous, monsieur ?

Harpagon

Comment, traître, tu ne rougis pas de ton crime ?

Valère

De quel crime voulez-vous donc parler ?

Harpagon

De quel crime je veux parler, infâme ? comme si tu ne savais pas ce que je veux dire ! C’est en vain que tu prétendrais de le déguiser ; l’affaire est découverte, et l’on vient de m’apprendre tout. Comment abuser ainsi de ma bonté, et s’introduire exprès chez moi pour me trahir, pour me jouer un tour de cette nature ?

Valère

Monsieur, puisqu’on vous a découvert tout, je ne veux point chercher de détours, et vous nier la chose.

Maître Jacques, à part.

Oh ! oh ! Aurais-je deviné sans y penser ?

Valère

C’était mon dessein de vous en parler, et je voulois attendre, pour cela, des conjonctures favorables ; mais puisqu’il est ainsi, je vous conjure de ne vous point fâcher, et de vouloir entendre mes raisons.

Harpagon

Et quelles belles raisons peux-tu me donner, voleur infâme ?

Valère

Ah ! Monsieur, je n’ai pas mérité ces noms. Il est vrai que j’ai commis une offense envers vous ; mais, après tout, ma faute est pardonnable.

Harpagon

Comment ! pardonnable ? Un guet-apens, un assassinat de la sorte !

Valère

De grâce, ne vous mettez point en colère. Quand vous m’aurez ouï, vous verrez que le mal n’est pas si grand que vous le faites.

Harpagon

Le mal n’est pas si grand que je le fais ! Quoi ! mon sang, mes entrailles, pendard !

Valère

Votre sang, Monsieur, n’est pas tombé dans de mauvaises mains. Je suis d’une condition à ne lui point faire de tort ; et il n’y a rien, en tout ceci, que je ne puisse bien réparer.

Harpagon

C’est bien mon intention, et que tu me restitues ce que tu m’as ravi.

Valère

Votre honneur, Monsieur, sera pleinement satisfait.

Harpagon

Il n’est pas question d’honneur là-dedans. Mais, dis-moi, qui t’a porté à cette action ?

Valère

Hélas ! me le demandez-vous ?

Harpagon

Oui, vraiment, je te le demande.

Valère

Un dieu qui porte les excuses de tout ce qu’il fait faire, l’Amour.

Harpagon

L’Amour ?

Valère

Oui.

Harpagon

Bel amour, bel amour, ma foi ! l’amour de mes louis d’or !

Valère

Non, Monsieur, ce ne sont point vos richesses qui m’ont tenté ; ce n’est pas cela qui m’a ébloui ; et je proteste de ne prétendre rien à tous vos biens, pourvu que vous me laissiez celui que j’ai.

Harpagon

Non ferai, de par tous les diables ; je ne te le laisserai pas. Mais voyez quelle insolence, de vouloir retenir le vol qu’il m’a fait !

Valère

Appelez-vous cela un vol ?

Harpagon

Si je l’appelle un vol ? un trésor comme celui-là !

Valère

C’est un trésor, il est vrai, et le plus précieux que vous ayez, sans doute ; mais ce ne sera pas le perdre que de me le laisser. Je vous le demande à genoux, ce trésor plein de charmes ; et, pour bien faire, il faut que vous me l’accordiez.

Harpagon

Je n’en ferai rien. Qu’est-ce à dire cela ?

Valère

Nous nous sommes promis une foi mutuelle, et avons fait serment de ne nous point abandonner.

Harpagon

Le serment est admirable, et la promesse plaisante !

Valère

Oui, nous nous sommes engagés d’être l’un à l’autre à jamais.

Harpagon

Je vous en empêcherai bien, je vous assure.

Valère

Rien que la mort ne nous peut séparer.

Harpagon

C’est être bien endiablé après mon argent !

Valère

Je vous ai déjà dit, Monsieur, que ce n’étoit point l’intérêt qui m’avoit poussé à faire ce que j’ai fait. Mon cœur n’a point agi par les ressorts que vous pensez, et un motif plus noble m’a inspiré cette résolution.

Harpagon

Vous verrez que c’est par charité chrétienne qu’il veut avoir mon bien ! Mais j’y donnerai bon ordre ; et la justice, pendard effronté, me va faire raison de tout.

Valère

Vous en userez comme vous voudrez, et me voilà prêt à souffrir toutes les violences qu’il vous plaira ; mais je vous prie de croire au moins que, s’il y a du mal, ce n’est que moi qu’il en faut accuser, et que votre fille, en tout ceci, n’est aucunement coupable.

Harpagon

Je le crois bien, vraiment ! Il seroit fort étrange que ma fille eût trempé dans ce crime. Mais je veux ravoir mon affaire, et que tu me confesses en quel endroit tu me l’as enlevée.

Valère

Moi ? Je ne l’ai point enlevée ; et elle est encore chez vous.

Harpagon, à part.

Ô ma chère cassette ! (Haut.) Elle n’est point sortie de ma maison ?

Valère

Non, Monsieur.

Harpagon

Hé ! dis-moi donc un peu : tu n’y as point touché ?

Valère

Moi, y toucher ! Ah ! vous lui faites tort, aussi bien qu’à moi ; et c’est d’une ardeur toute pure et respectueuse que j’ai brûlé pour elle.

Harpagon, à part.

Brûlé pour ma cassette !

Valère

J’aimerois mieux mourir que de lui avoir fait paroître aucune pensée offensante : elle est trop sage et trop honnête pour cela.

Harpagon, à part.

Ma cassette trop honnête !

Valère

Tous mes désirs se sont bornés à jouir de sa vue ; et rien de criminel n’a profané la passion que ses beaux yeux m’ont inspirée.

Harpagon, à part.

Les beaux yeux de ma cassette ! Il parle d’elle comme un amant d’une maîtresse.

Valère

Dame Claude, Monsieur, sait la vérité de cette aventure ; et elle vous peut rendre témoignage.

Harpagon

Quoi ! ma servante est complice de l’affaire ?

Valère

Oui, Monsieur : elle a été témoin de notre engagement ; et c’est après avoir connu l’honnêteté de ma flamme, qu’elle m’a aidé à persuader votre fille de me donner sa foi, et recevoir la mienne.

Harpagon, à part.

Hé ! Est-ce que la peur de la justice le fait extravaguer ? (À Valère.) Que nous brouilles-tu ici de ma fille ?

Valère

Je dis, Monsieur, que j’ai eu toutes les peines du monde à faire consentir sa pudeur à ce que voulait mon amour.

Harpagon

La pudeur de qui ?

Valère

De votre fille ; et c’est seulement depuis hier qu’elle a pu se résoudre à nous signer mutuellement une promesse de mariage.

Harpagon

Ma fille t’a signé une promesse de mariage ?

Valère

Oui, Monsieur, comme, de ma part, je lui en ai signé une.

Harpagon

Ô ciel ! autre disgrâce !

Maître Jacques, au commissaire.

Écrivez, Monsieur, écrivez.

Harpagon

Rengrègement de mal ! surcroît de désespoir ! (au commissaire.) Allons, Monsieur, faites le dû de votre charge ; et dressez-lui-moi son procès comme larron et comme suborneur.

Maître Jacques.

Comme larron et comme suborneur.

Valère

Ce sont des noms qui ne me sont point dus ; et quand on saura qui je suis…

Scène IV.

HARPAGON, ÉLISE, MARIANE, VALÈRE, FROSINE, MAÎTRE JACQUES, UN COMMISSAIRE.

Harpagon

Ah ! fille scélérate ! fille indigne d’un père comme moi ! c’est ainsi que tu pratiques les leçons que je t’ai données ? Tu te laisses prendre d’amour pour un voleur infâme, et tu lui engages ta foi sans mon consentement ! Mais vous serez trompés l’un et l’autre. (À Élise.) Quatre bonnes murailles me répondront de ta conduite ; (à Valère) et une bonne potence, pendard effronté, me fera raison de ton audace.

Valère

Ce ne sera point votre passion qui jugera l’affaire, et l’on m’écoutera, au moins, avant que de me condamner.

Harpagon

Je me suis abusé de dire une potence ; et tu seras roué tout vif.

Élise, aux genoux d’Harpagon.

Ah ! mon père, prenez des sentiments un peu plus humains, je vous prie, et n’allez point pousser les choses dans les dernières violences du pouvoir paternel. Ne vous laissez point entraîner aux premiers mouvements de votre passion, et donnez-vous le temps de considérer ce que vous voulez faire. Prenez la peine de mieux voir celui dont vous vous offensez ; il est tout autre que vos yeux ne le jugent ; et vous trouverez moins étrange que je me sois donnée à lui, lorsque vous saurez que, sans lui, vous ne m’auriez plus il y a longtemps. Oui, mon père, c’est celui qui me sauva de ce grand péril que vous savez que je courus dans l’eau, et à qui vous devez la vie de cette même fille dont…

Harpagon

Tout cela n’est rien ; et il valoit bien mieux pour moi qu’il te laissât noyer que de faire ce qu’il a fait.

Élise

Mon père, je vous conjure par l’amour paternel, de me…

Harpagon

Non, non ; je ne veux rien entendre, et il faut que la justice fasse son devoir.

Maître Jacques, à part.

Tu me paieras mes coups de bâton !

Frosine, à part.

Voici un étrange embarras !

Scène V.

ANSELME, HARPAGON, ÉLISE, MARIANE, FROSINE, VALÈRE, UN COMMISSAIRE, MAÎTRE JACQUES.

Anselme

Qu’est-ce, seigneur Harpagon ? je vous vois tout ému.

Harpagon

Ah ! seigneur Anselme, vous me voyez le plus infortuné de tous les hommes ; et voici bien du trouble et du désordre au contrat que vous venez faire ! On m’assassine dans le bien, on m’assassine dans l’honneur ; et voilà un traître, un scélérat qui a violé tous les droits les plus saints, qui s’est coulé chez moi sous le titre de domestique, pour me dérober mon argent et pour me suborner ma fille.

Valère

Qui songe à votre argent, dont vous me faites un galimatias ?

Harpagon

Oui, ils se sont donné l’un à l’autre une promesse de mariage. Cet affront vous regarde, seigneur Anselme ; et c’est vous qui devez vous rendre partie contre lui, et faire toutes les poursuites de la justice à vos dépends, pour vous venger de son insolence.

Anselme

Ce n’est pas mon dessein de me faire épouser par force, et de rien prétendre à un cœur qui se seroit donné ; mais, pour vos intérêts, je suis prêt à les embrasser, ainsi que les miens propres.

Harpagon

Voilà monsieur qui est un honnête commissaire, qui n’oubliera rien, à ce qu’il m’a dit, de la fonction de son office. (Au commissaire, montrant Valère.) Chargez-le comme il faut, Monsieur, et rendez les choses bien criminelles.

Valère

Je ne vois pas quel crime on me peut faire de la passion que j’ai pour votre fille, et le supplice où vous croyez que je puisse être condamné pour notre engagement, lorsqu’on saura ce que je suis…

Harpagon

Je me moque de tous ces contes ; et le monde aujourd’hui n’est plein que de ces larrons de noblesse, que de ces imposteurs qui tirent avantage de leur obscurité, et s’habillent insolemment du premier nom illustre qu’ils s’avisent de prendre.

Valère

Sachez que j’ai le cœur trop bon pour me parer de quelque chose qui ne soit point à moi, et que tout Naples peut rendre témoignage de ma naissance.

Anselme

Tout beau ! Prenez garde à ce que vous allez dire. Vous risquez ici plus que vous ne pensez ; vous parlez devant un homme à qui tout Naples est connu et qui peut aisément voir clair dans l’histoire que vous ferez.

Valère

Je ne suis point homme à rien craindre ; et si Naples vous est connu, vous savez qui était don Thomas d’Alburci.

Anselme

Sans doute, je le sais ; et peu de gens l’ont connu mieux que moi.

Harpagon

Je ne me soucie ni de dom Thomas ni dom Martin.

Harpagon voyant deux chandelles allumées en souffle une.

Anselme

De grâce, laissez-le parler ; nous verrons ce qu’il en veut dire.

Valère

Je veux dire que c’est lui qui m’a donné jour.

Anselme

Lui ?

Valère

Oui.

Anselme

Allez. Vous vous moquez. Cherchez quelque autre histoire qui vous puisse mieux réussir, et ne prétendez pas vous sauver sous cette imposture.

Valère

Songez à mieux parler. Ce n’est point une imposture, et je n’avance rien qu’il ne me soit aisé de justifier.

Anselme

Quoi ! vous osez vous dire fils de don Thomas d’Alburci ?

Valère

Oui, je l’ose ; et je suis prêt de soutenir cette vérité contre qui que ce soit.

Anselme

L’audace est merveilleuse ! Apprenez, pour vous confondre, qu’il y a seize ans, pour le moins, que l’homme dont vous nous parlez périt sur mer avec ses enfants et sa femme, en voulant dérober leur vie aux cruelles persécutions qui ont accompagné les désordres de Naples, et qui en firent exiler plusieurs nobles familles.

Valère

Oui ; mais apprenez, pour vous confondre, vous, que son fils, âgé de sept ans, avec un domestique, fut sauvé de ce naufrage par un vaisseau espagnol ; et que ce fils sauvé est celui qui vous parle. Apprenez que le capitaine de ce vaisseau, touché de ma fortune, prit amitié pour moi ; qu’il me fit élever comme son propre fils, et que les armes furent mon emploi dès que je m’en trouvai capable ; que j’ai su depuis peu que mon père n’étoit point mort, comme je l’avais toujours cru ; que, passant ici pour l’aller chercher, une aventure, par le ciel concertée, me fit voir la charmante Élise ; que cette vue me rendit esclave de ses beautés, et que la violence de mon amour et les sévérités de son père me firent prendre la résolution de m’introduire dans son logis, et d’envoyer un autre à la quête de mes parents.

Anselme

Mais quels témoignages encore, autres que vos paroles, nous peuvent assurer que ce ne soit point une fable que vous ayez bâtie sur une vérité ?

Valère

Le capitaine espagnol, un cachet de rubis qui étoit à mon père ; un bracelet d’agate que ma mère m’avoit mis au bras ; le vieux Pedro, ce domestique qui se sauva avec moi du naufrage.

Mariane

Hélas ! à vos paroles, je puis ici répondre, moi, que vous n’imposez point ; et tout ce que vous dites me fait connaître clairement que vous êtes mon frère.

Valère

Vous, ma sœur ?

Mariane

Oui, mon cœur s’est ému dès le moment que vous avez ouvert la bouche ; et notre mère, que vous allez ravir, m’a mille fois entretenue des disgrâces de notre famille. Le ciel ne nous fit point aussi périr dans ce triste naufrage, mais il ne nous sauva la vie que par la perte de notre liberté ; et ce furent des corsaires qui nous recueillirent, ma mère et moi, sur un débris de notre vaisseau. Après dix ans d’esclavage, une heureuse fortune nous rendit notre liberté, et nous retournâmes dans Naples, où nous trouvâmes tout notre bien vendu, sans y pouvoir trouver des nouvelles de notre père. Nous passâmes à Gênes, où ma mère alla ramasser quelques malheureux restes d’une succession qu’on avait déchirée ; et de là, fuyant la barbare injustice de ses parents, elle vint en ces lieux, où elle n’a presque vécu que d’une vie languissante.

Anselme

Ô ciel ! quels sont les traits de ta puissance ! et que tu fais bien voir qu’il n’appartient qu’à toi de faire des miracles ! Embrassez-moi, mes enfants, et mêlez tous deux vos transports à ceux de votre père.

Valère

Vous êtes notre père ?

Mariane

C’est vous que ma mère a tant pleuré ?

Anselme

Oui, ma fille ; oui, mon fils ; je suis don Thomas d’Alburci, que le ciel garantit des ondes avec tout l’argent qu’il portoit, et qui, vous ayant tous crus morts durant plus de seize ans, se préparait, après de longs voyages, à chercher, dans l’hymen d’une douce et sage personne, la consolation de quelque nouvelle famille. Le peu de sûreté que j’ai vu pour ma vie à retourner à Naples m’a fait y renoncer pour toujours ; et ayant su trouver moyen d’y faire vendre ce que j’y avois, je me suis habitué ici, où, sous le nom d’Anselme, j’ai voulu m’éloigner des chagrins de cet autre nom qui m’a causé tant de traverses.

Harpagon, à Anselme.

C’est là votre fils ?

Anselme

Oui.

Harpagon

Je vous prends à partie pour me payer dix mille écus qu’il m’a volés.

Anselme

Lui, vous avoir volé ?

Harpagon

Lui-même.

Valère

Qui vous dit cela ?

Harpagon

Maître Jacques.

Valère, à maître Jacques.

C’est toi qui le dis ?

Maître Jacques

Vous voyez que je ne dis rien.

Harpagon

Oui. Voilà monsieur le commissaire qui a reçu sa déposition.

Valère

Pouvez-vous me croire capable d’une action si lâche ?

Harpagon

Capable ou non capable, je veux ravoir mon argent.

Scène VI.

HARPAGON, ANSELME, ÉLISE, MARIANE, CLÉANTE, VALÈRE, FROSINE, UN COMMISSAIRE, MAÎTRE JACQUES, LA FLÈCHE.

Cléante

Ne vous tourmentez point, mon père, et n’accusez personne. J’ai découvert des nouvelles de votre affaire ; et je viens ici pour vous dire que, si vous voulez vous résoudre à me laisser épouser Mariane, votre argent vous sera rendu.

Harpagon

Où est-il ?

Cléante

Ne vous mettez point en peine. Il est en lieu dont je réponds ; et tout ne dépend que de moi. C’est à vous de me dire à quoi vous vous déterminez ; et vous pouvez choisir, ou de me donner Mariane, ou de perdre votre cassette.

Harpagon

N’en a-t-on rien ôté ?

Cléante

Rien du tout. Voyez si c’est votre dessein de souscrire à ce mariage, et de joindre votre consentement à celui de sa mère, qui lui laisse la liberté de faire un choix entre nous deux.

Mariane, à Cléante.

Mais vous ne savez pas que ce n’est pas assez que ce consentement ; et que le ciel, (montrant Valère.) avec un frère que vous voyez, vient de me rendre un père (montrant Anselme.) dont vous avez à m’obtenir.

Anselme

Le ciel, mes enfants, ne me redonne point à vous pour être contraire à vos vœux. Seigneur Harpagon, vous jugez bien que le choix d’une jeune personne tombera sur le fils plutôt que sur le père : allons, ne vous faites point dire ce qu’il n’est pas nécessaire d’entendre ; et consentez, ainsi que moi, à ce double hyménée.

Harpagon

Il faut, pour me donner conseil, que je voie ma cassette.

Cléante

Vous la verrez saine et entière.

Harpagon

Je n’ai point d’argent à donner en mariage à mes enfants.

Anselme

Eh bien ! j’en ai pour eux ; que cela ne vous inquiète point.

Harpagon

Vous obligerez-vous à faire tous les frais de ces deux mariages ?

Anselme

Oui, je m’y oblige. Êtes-vous satisfait ?

Harpagon

Oui, pourvu que, pour les noces, vous me fassiez faire un habit.

Anselme

D’accord. Allons jouir de l’allégresse que cet heureux jour nous présente.

Le commissaire

Holà ! messieurs, holà ! Tout doucement, s’il vous plaît. Qui me payera mes écritures ?

Harpagon

Nous n’avons que faire de vos écritures.

Le commissaire

Oui ! Mais je ne prétends pas, moi, les avoir faites pour rien.

Harpagon, montrant maître Jacques.

Pour votre paiement, voilà un homme que je vous donne à pendre.

Maître Jacques

Hélas ! comment faut-il donc faire ? On me donne des coups de bâton pour dire vrai, et on me veut pendre pour mentir !

Anselme

Seigneur Harpagon, il faut lui pardonner cette imposture.

Harpagon

Vous payerez donc le commissaire ?

Anselme

Soit. Allons vite faire part de notre joie à votre mère.

Harpagon

Et moi, voir ma chère cassette.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : George Dandin

Materialisme-dialectique.com

Vive le PCF (mlm) !

Molière

George Dandin

PERSONNAGES George Dandin, riche paysan, mari d’Angélique. Angélique, femme de George Dandin et fille de M. de Sotenville. Monsieur de Sotenville, gentilhomme campagnard, père d’Angélique. Madame de Sotenville, sa femme. Clitandre, amoureux d’Angélique. Claudine, suivante d’Angélique. Lubin, paysan, servant Clitandre. Colin, valet de George Dandin.


La scène est devant la maison de George Dandin.

ACTE I

Scène première

George Dandin
Ah ! Qu’une femme Demoiselle est une étrange affaire, et que mon mariage est une leçon bien parlante à tous les paysans qui veulent s’élever au-dessus de leur condition, et s’allier, comme j’ai fait, à la maison d’un gentilhomme ! La noblesse de soi est bonne, c’est une chose considérable assurément ; mais elle est accompagnée de tant de mauvaises circonstances, qu’il est très bon de ne s’y point frotter. Je suis devenu là-dessus savant à mes dépens, et connais le style des nobles lorsqu’ils nous font, nous autres, entrer dans leur famille. L’alliance qu’ils font est petite avec nos personnes : c’est notre bien seul qu’ils épousent, et j’aurais bien mieux fait, tout riche que je suis, de m’allier en bonne et franche paysannerie, que de prendre une femme qui se tient au-dessus de moi, s’offense de porter mon nom, et pense qu’avec tout mon bien je n’ai pas assez acheté la qualité de son mari. George Dandin, George Dandin, vous avez fait une sottise la plus grande du monde. Ma maison m’est effroyable maintenant, et je n’y rentre point sans y trouver quelque chagrin.

Scène 2

George Dandin, Lubin.

George Dandinvoyant sortir Lubin de chez lui.
Que diantre ce drôle-là vient-il faire chez moi ?

Lubin
Voilà un homme qui me regarde.

George Dandin
Il ne me connaît pas.

Lubin
Il se doute de quelque chose.

George Dandin
Ouais ! il a grand’peine à saluer.

Lubin
J’ai peur qu’il n’aille dire qu’il m’a vu sortir de là dedans.

George Dandin
Bonjour.

Lubin
Serviteur.

George Dandin
Vous n’êtes pas d’ici, que je crois ?

Lubin
Non, je n’y suis venu que pour voir la fête de demain.

George Dandin
Hé ! dites-moi un peu, s’il vous plaît, vous venez de là-dedans ?

Lubin
Chut !

George Dandin
Comment ?

Lubin
Paix !

George Dandin
Quoi donc ?

Lubin
Motus ! Il ne faut pas dire que vous m’ayez vu sortir de là.

George Dandin
Pourquoi ?

Lubin
Mon Dieu ! parce.

George Dandin
Mais encore ?

Lubin
Doucement. J’ai peur qu’on ne nous écoute.

George Dandin
Point, point.

Lubin
C’est que je viens de parler à la maîtresse du logis, de la part d’un certain Monsieur qui lui fait les doux yeux, et il ne faut pas qu’on sache cela. Entendez-vous ?

George Dandin
Oui.

Lubin
Voilà la raison. On m’a enchargé de prendre garde que personne ne me vît, et je vous prie au moins de ne pas dire que vous m’ayez vu.

George Dandin
Je n’ai garde.

Lubin
Je suis bien aise de faire les choses secrètement comme on m’a recommandé.

George Dandin
C’est bien fait.

Lubin ‘
Le mari, à ce qu’ils disent, est un jaloux qui ne veut pas qu’on fasse l’amour à sa femme, et il ferait le diable à quatre si cela venait à ses oreilles : vous comprenez bien ?

George Dandin
Fort bien.

Lubin
Il ne faut pas qu’il sache rien de tout ceci.

George Dandin
Sans doute.

Lubin
On le veut tromper tout doucement : vous entendez bien ?

George Dandin
Le mieux du monde.

Lubin
Si vous alliez dire que vous m’avez vu sortir de chez lui, vous gâteriez toute l’affaire : vous comprenez bien ?

George Dandin
Assurément. Hé ! comment nommez-vous celui qui vous a envoyé là-dedans ?

Lubin
C’est le seigneur de notre pays, monsieur le vicomte de chose… Foin ! je ne me souviens jamais comment diantre ils baragouinent ce nom-là, monsieur Cli… Clitande.

George Dandin
Est-ce ce jeune courtisan qui demeure…

Lubin
Oui : auprès de ces arbres.

George Dandinà part.
C’est pour cela que depuis peu ce damoiseau poli s’est venu loger contre moi ; j’avais bon nez sans doute, et son voisinage déjà m’avait donné quelque soupçon.

Lubin
Testigué ! c’est le plus honnête homme que vous ayez jamais vu. Il m’a donné trois pièces d’or pour aller dire seulement à la femme qu’il est amoureux d’elle, et qu’il souhaite fort l’honneur de pouvoir lui parler. Voyez s’il y a là une grande fatigue pour me payer si bien, et ce qu’est au prix de cela une journée de travail où je ne gagne que dix sols.

George Dandin
Hé bien ! avez-vous fait votre message ?

Lubin
Oui, j’ai trouvé là-dedans une certaine Claudine, qui tout du premier coup a compris ce que je voulais, et qui m’a fait parler à sa maîtresse.

George Dandinà part.
Ah ! coquine de servante !

Lubin
Morguéne ! cette Claudine-là est tout à fait jolie, elle a gagné mon amitié, et il ne tiendra qu’à elle que nous ne soyons mariés ensemble.

George Dandin
Mais quelle réponse a fait la maîtresse à ce Monsieur le courtisan ?

Lubin
Elle m’a dit de lui dire… Attendez, je ne sais si je me souviendrai bien de tout cela… Qu’elle lui est tout à fait obligée de l’affection qu’il a pour elle, et qu’à cause de son mari, qui est fantasque, il garde d’en rien faire paraître, et qu’il faudra songer à chercher quelque invention pour se pouvoir entretenir tous deux.

George Dandinà part.
Ah ! pendarde de femme !

Lubin
Testiguiéne ! cela sera drôle ; car le mari ne se doutera point de la manigance, voilà ce qui est de bon ; et il aura un pied de nez avec sa jalousie : est-ce pas ?

George Dandin
Cela est vrai.

Lubin
Adieu. Bouche cousue au moins. Gardez bien le secret, afin que le mari ne le sache pas.

George Dandin
Oui, oui.

Lubin
Pour moi, je vais faire semblant de rien : je suis un fin matois, et l’on ne dirait pas que j’y touche.

Scène 3

George Dandin
Hé bien ! George Dandin, vous voyez de quel air votre femme vous traite. Voilà ce que c’est d’avoir voulu épouser une Demoiselle : l’on vous accommode de toutes pièces, sans que vous puissiez vous venger, et la gentilhommerie vous tient les bras liés. L’égalité de condition laisse du moins à l’honneur d’un mari liberté de ressentiment ; et si c’était une paysanne, vous auriez maintenant toutes vos coudées franches à vous en faire la justice à bons coups de bâton. Mais vous avez voulu tâter de la noblesse, et il vous ennuyait d’être maître chez vous. Ah ! j’enrage de tout mon cœur, et je me donnerais volontiers des soufflets. Quoi ? écouter impudemment l’amour d’un Damoiseau, et y promettre en même temps de la correspondance ! Morbleu ! je ne veux point laisser passer une occasion de la sorte. Il me faut de ce pas aller faire mes plaintes au père et à la mère, et les rendre témoins, à telle fin que de raison, des sujets de chagrin et de ressentiment que leur fille me donne. Mais les voici l’un et l’autre fort à propos.

Scène 4

Monsieur et Madame de Sotenville, George Dandin.

Monsieur de Sotenville
Qu’est-ce, mon gendre ? vous me paraissez tout troublé.

George Dandin
Aussi en ai-je du sujet, et…

Madame de Sotenville
Mon Dieu ! notre gendre, que vous avez peu de civilité de ne pas saluer les gens quand vous les approchez !

George Dandin
Ma foi ! ma belle-mère, c’est que j’ai d’autres choses en tête, et…

Madame de Sotenville
Encore ! Est-il possible, notre gendre, que vous sachiez si peu votre monde, et qu’il n’y ait pas moyen de vous instruire de la manière qu’il faut vivre parmi les personnes de qualité ?

George Dandin
Comment ?

Madame de Sotenvi lle
Ne vous déferez-vous jamais avec moi de la familiarité de ce mot de « ma belle-mère » , et ne sauriez-vous vous accoutumer à me dire « Madame » ?

George Dandin
Parbleu ! si vous m’appelez votre gendre, il me semble que je puis vous appeler ma belle-mère.

Madame de Sotenville
Il y a fort à dire, et les choses ne sont pas égales. Apprenez, s’il vous plaît, que ce n’est pas à vous à vous servir de ce mot-là avec une personne de ma condition ; que tout notre gendre que vous soyez, il y a grande différence de vous à nous, et que vous devez vous connaître.

Monsieur de Sotenville
C’en est assez, mamour, laissons cela.

Madame de Sotenville
Mon Dieu ! Monsieur de Sotenville, vous avez des indulgences qui n’appartiennent qu’à vous, et vous ne savez pas vous faire rendre par les gens ce qui vous est dû.

Monsieur de Sotenville
Corbleu ! pardonnez-moi, on ne peut point me faire de leçons là-dessus, et j’ai su montrer en ma vie, par vingt actions de vigueur, que je ne suis point homme à démordre jamais d’un pouce de mes prétentions. Mais il suffit de lui avoir donné un petit avertissement. Sachons un peu, mon gendre, ce que vous avez dans l’esprit.

George Dandin
Puisqu’il faut donc parler catégoriquement, je vous dirai, Monsieur de Sotenville, que j’ai lieu de…

Monsieur de Sotenville
Doucement, mon gendre. Apprenez qu’il n’est pas respectueux d’appeler les gens par leur nom, et qu’à ceux qui sont au-dessus de nous il faut dire «Monsieur » tout court.

George Dandin
Hé bien ! Monsieur tout court, et non plus Monsieur de Sotenville, j’ai à vous dire que ma femme me donne…

Monsieur de Sotenville
Tout beau ! Apprenez aussi que vous ne devez pas dire « ma femme » , quand vous parlez de notre fille.

George Dandin
J’enrage. Comment ? ma femme n’est pas ma femme ?

Madame de Sotenville
Oui, notre gendre, elle est votre femme ; mais il ne vous est pas permis de l’appeler ainsi, et c’est tout ce que vous pourriez faire, si vous aviez épousé une de vos pareilles.

George Dandin
Ah ! George Dandin, où t’es-tu fourré ? Eh ! de grâce, mettez, pour un moment, votre gentilhommerie à côté, et souffrez que je vous parle maintenant comme je pourrai. Au diantre soit la tyrannie de toutes ces histoires-là ! Je vous dis donc que je suis mal satisfait de mon mariage.

Monsieur de Sotenville
Et la raison, mon gendre ?

Madame de Sotenville
Quoi ? parler ainsi d’une chose dont vous avez tiré de si grands avantages ?

George Dandin
Et quels avantages, Madame, puisque Madame y a ? L’aventure n’a pas été mauvaise pour vous, car sans moi vos affaires, avec votre permission, étaient fort délabrées, et mon argent a servi à reboucher d’assez bons trous ; mais moi, de quoi y ai-je profité, je vous prie, que d’un allongement de nom, et au lieu de George Dandin, d’avoir reçu par vous le titre de « Monsieur de la Dandinière » ?

Monsieur de Sotenville
Ne comptez-vous rien, mon gendre, l’avantage d’être allié à la maison de Sotenville ?

Madame de Sotenville
Et à celle de la Prudoterie, dont j’ai l’honneur d’être issue, maison où le ventre anoblit, et qui, par ce beau privilège, rendra vos enfants gentilshommes ?

George Dandin
Oui, voilà qui est bien, mes enfants seront gentilshommes ; mais je serai cocu, moi, si l’on n’y met ordre.

Monsieur de Sotenville
Que veut dire cela, mon gendre ?

George Dandin
Cela veut dire que votre fille ne vit pas comme il faut qu’une femme vive, et qu’elle fait des choses qui sont contre l’honneur.

Madame de Sotenville
Tout beau ! prenez garde à ce que vous dites. Ma fille est d’une race trop pleine de vertu, pour se porter jamais à faire aucune chose dont l’honnêteté soit blessée ; et de la maison de la Prudoterie il y a plus de trois cents ans qu’on n’a point remarqué qu’il y ait eu une femme, Dieu merci, qui ait fait parler d’elle.

Monsieur de Sotenville
Corbleu ! dans la maison de Sotenville on n’a jamais vu de coquette, et la bravoure n’y est pas plus héréditaire aux mâles, que la chasteté aux femelles.

Madame de Sotenville
Nous avons eu une Jacqueline de la Prudoterie qui ne voulut jamais être la maîtresse d’un duc et pair, gouverneur de notre province.

Monsieur de Sotenville
Il y a eu une Mathurine de Sotenville qui refusa vingt mille écus d’un favori du roi, qui ne lui demandait seulement que la faveur de lui parler.

George Dandin
Ho bien ! votre fille n’est pas si difficile que cela, et elle s’est apprivoisée depuis qu’elle est chez moi.

Monsieur de Sotenville
Expliquez-vous, mon gendre. Nous ne sommes point gens à la supporter dans de mauvaises actions, et nous serons les premiers, sa mère et moi, à vous en faire la justice.

Madame de Sotenville
Nous n’entendons point raillerie sur les matières de l’honneur, et nous l’avons élevée dans toute la sévérité possible.

George Dandin
Tout ce que je vous puis dire, c’est qu’il y a ici un certain courtisan que vous avez vu, qui est amoureux d’elle à ma barbe, et qui lui a fait faire des protestations d’amour qu’elle a très humainement écoutées.

Madame de Sotenville
Jour de Dieu ! je l’étranglerais de mes propres mains, s’il fallait qu’elle forlignât de l’honnêteté de sa mère.

Monsieur de Sotenville
Corbleu ! je lui passerais mon épée au travers du corps, à elle et au galant, si elle avait forfait à son honneur.

George Dandin
Je vous ai dit ce qui se passe pour vous faire mes plaintes, et je vous demande raison de cette affaire-là.

Monsieur de Sotenville
Ne vous tourmentez point, je vous la ferai de tous deux, et je suis homme pour serrer le bouton à qui que ce puisse être. Mais êtes-vous bien sûr aussi de ce que vous nous dites ?

George Dandin
Très sûr.

Monsieur de Sotenville
Prenez bien garde au moins ; car, entre gentilshommes, ce sont des choses chatouilleuses, et il n’est pas question d’aller faire ici un pas de clerc.

George Dandin
Je ne vous ai rien dit, vous dis-je, qui ne soit véritable.

Monsieur de Sotenville
Mamour, allez-vous-en parler à votre fille, tandis qu’avec mon gendre j’irai parler à l’homme.

Madame de Sotenville
Se pourrait-il, mon fils, qu’elle s’oubliât de la sorte, après le sage exemple que vous savez vous-même que je lui ai donné ?

Monsieur de Sotenville
Nous allons éclaircir l’affaire. Suivez-moi, mon gendre, et ne vous mettez pas en peine. Vous verrez de quel bois nous nous chauffons lorsqu’on s’attaque à ceux qui nous peuvent appartenir.

George Dandin
Le voici qui vient vers nous.

Scène 5

Monsieur de Sotenville, Clitandre, George Dandin.

Monsieur de Sotenville
Monsieur, suis-je connu de vous ?

Clitandre
Non pas, que je sache, Monsieur.

Monsieur de Sotenville
Je m’appelle le baron de Sotenville.

Clitandre
Je m’en réjouis fort.

Monsieur de Sotenville
Mon nom est connu à la cour, et j’eus l’honneur dans ma jeunesse de me signaler des premiers à l’arrière-ban de Nancy.

Clitandre
À la bonne heure.

Monsieur de Sotenville
Monsieur, mon père Jean-Gilles de Sotenville eut la gloire d’assister en personne au grand siège de Montauban.

Clitandre
J’en suis ravi.

Monsieur de Sotenville
Et j’ai eu un aïeul, Bertrand de Sotenville, qui fut si considéré en son temps, que d’avoir permission de vendre tout son bien pour le voyage d’outre-mer.

Clitandre
Je le veux croire.

Monsieur de Sotenville
Il m’a été rapporté, Monsieur, que vous aimez et poursuivez une jeune personne, qui est ma fille, pour laquelle je m’intéresse, et pour l’homme que vous voyez, qui a l’honneur d’être mon gendre.

Clitandre
Qui, moi ?

Monsieur de Sotenville
Oui ; et je suis bien aise de vous parler, pour tirer de vous, s’il vous plaît, un éclaircissement de cette affaire.

Clitandre
Voilà une étrange médisance ! Qui vous a dit cela, Monsieur ?

Monsieur de Sotenville
Quelqu’un qui croit le bien savoir.

Clitandre
Ce quelqu’un-là en a menti. Je suis honnête homme. Me croyez-vous capable, Monsieur, d’une action aussi lâche que celle-là ? Moi, aimer une jeune et belle personne, qui a l’honneur d’être la fille de Monsieur le baron de Sotenville ! Je vous révère trop pour cela, et suis trop votre serviteur. Quiconque vous l’a dit est un sot.

Monsieur de Sotenville
Allons, mon gendre.

George Dandin
Quoi ?

Clitandre
C’est un coquin et un maraud.

Monsieur de Sotenville
Répondez.

George Dandin
Répondez vous-même.

Clitandre
Si je savais qui ce peut être, je lui donnerais en votre présence de l’épée dans le ventre.

Monsieur de Sotenville
Soutenez donc la chose.

George Dandin
Elle est toute soutenue, cela est vrai.

Clitandre
Est-ce votre gendre, Monsieur, qui…

Monsieur de Sotenville
Oui, c’est lui-même qui s’en est plaint à moi.

Clitandre
Certes, il peut remercier l’avantage qu’il a de vous appartenir, et sans cela je lui apprendrais bien à tenir de pareils discours d’une personne comme moi.

Scène 7

Monsieur et Madame de Sotenville, Angélique, Clitandre, George Dandin, Claudine.

Madame de Sotenville
Pour ce qui est de cela, la jalousie est une étrange chose ! J’amène ici ma fille pour éclaircir l’affaire en présence de tout le monde.

Clitandre
Est-ce donc vous, Madame, qui avez dit à votre mari que je suis amoureux de vous ?

Angélique
Moi ? et comment lui aurais-je dit ? Est-ce que cela est ? Je voudrais bien le voir vraiment que vous fussiez amoureux de moi. Jouez-vous-y, je vous en prie, vous trouverez à qui parler. C’est une chose que je vous conseille de faire. Ayez recours, pour voir, à tous les détours des amants : essayez un peu, par plaisir, à m’envoyer des ambassades, à m’écrire secrètement de petits billets doux, à épier les moments que mon mari n’y sera pas, ou le temps que je sortirai, pour me parler de votre amour. Vous n’avez qu’à y venir, je vous promets que vous serez reçu comme il faut.

Clitandre
Hé ! là, là, Madame, tout doucement. Il n’est pas nécessaire de me faire tant de leçons, et de vous tant scandaliser. Qui vous dit que je songe à vous aimer ?

Angélique
Que sais-je, moi, ce qu’on me vient conter ici ?

Clitandre
On dira ce que l’on voudra ; mais vous savez si je vous ai parlé d’amour, lorsque je vous ai rencontrée.

Angélique
Vous n’aviez qu’à le faire, vous auriez été bien venu.

Clitandre
Je vous assure qu’avec moi vous n’avez rien à craindre ; que je ne suis point homme à donner du chagrin aux belles ; et que je vous respecte trop, et vous et Messieurs vos parents, pour avoir la pensée d’être amoureux de vous.

Madame de Sotenville
Hé bien ! vous le voyez.

Monsieur de Sotenville
Vous voilà satisfait, mon gendre. Que dites-vous à cela ?

George Dandin
Je dis que ce sont là des contes à dormir debout ; que je sais bien ce que je sais, et que tantôt, puisqu’il faut parler net, elle a reçu une ambassade de sa part.

Angélique
Moi, j’ai reçu une ambassade ?

Clitandre
J’ai envoyé une ambassade ?

Angélique
Claudine.

Clitandre
Est-il vrai ?

Claudine
Par ma foi, voilà une étrange fausseté !

George Dandin
Taisez-vous, carogne que vous êtes. Je sais de vos nouvelles, et c’est vous qui tantôt avez introduit le courrier.

Claudine
Qui, moi ?

George Dandin
Oui, vous. Ne faites point tant la sucrée.

Claudine
Hélas ! que le monde aujourd’hui est rempli de méchanceté, de m’aller soupçonner ainsi, moi qui suis l’innocence même !

George Dandin
Taisez-vous, bonne pièce. Vous faites la sournoise ; mais je vous connais il y a longtemps, et vous êtes une dessalée.

Claudine
Madame, est-ce que…

George Dandin
Taisez-vous, vous dis-je, vous pourriez bien porter la folle enchère de tous les autres ; et vous n’avez point de père gentilhomme.

Angélique
C’est une imposture si grande, et qui me touche si fort au cœur, que je ne puis pas même avoir la force d’y répondre. Cela est bien horrible d’être accusée par un mari lorsqu’on ne lui fait rien qui ne soit à faire. Hélas ! si je suis blâmable de quelque chose, c’est d’en user trop bien avec lui.

Claud ine
Assurément.

Angélique
Tout mon malheur est de le trop considérer ; et plût au Ciel que je fusse capable de souffrir, comme il dit, les galanteries de quelqu’un ! Je ne serais pas tant à plaindre. Adieu : je me retire, et je ne puis plus endurer qu’on m’outrage de cette sorte.

Madame de Sotenville
Allez, vous ne méritez pas l’honnête femme qu’on vous a donnée.

Claudine
Par ma foi ! il mériterait qu’elle lui fît dire vrai ; et si j’étais en sa place, je n’y marchanderais pas. Oui, Monsieur, vous devez, pour le punir, faire l’amour à ma maîtresse. Poussez, c’est moi qui vous le dis, ce sera fort bien employé ; et je m’offre à vous y servir, puisqu’il m’en a déjà taxée.

Monsieur de Sotenville
Vous méritez, mon gendre, qu’on vous dise ces choses-là ; et votre procédé met tout le monde contre vous.

Madame de Sotenville
Allez, songez à mieux traiter une Demoiselle bien née, et prenez garde désormais à ne plus faire de pareilles bévues.

George Dandin
J’enrage de bon cœur d’avoir tort, lorsque j’ai raison.

Clitandre
Monsieur, vous voyez comme j’ai été faussement accusé : vous êtes homme qui savez les maximes du point d’honneur, et je vous demande raison de l’affront qui m’a été fait.

Monsieur de Sotenville
Cela est juste, et c’est l’ordre des procédés. Allons, mon gendre, faites satisfaction à Monsieur.

George Dandin
Comment satisfaction ?

Monsieur de Sotenville
Oui, cela se doit dans les règles pour l’avoir à tort accusé.

George Dandin
C’est une chose, moi, dont je ne demeure pas d’accord, de l’avoir à tort accusé, et je sais bien ce que j’en pense.

Monsieur de Sotenville
Il n’importe. Quelque pensée qui vous puisse rester, il a nié : c’est satisfaire les personnes, et l’on n’a nul droit de se plaindre de tout homme qui se dédit.

George Dandin
Si bien donc que si je le trouvais couché avec ma femme, il en serait quitte pour se dédire ?

Monsieur de Sotenville
Point de raisonnement. Faites-lui les excuses que je vous dis.

George Dandin
Moi, je lui ferai encore des excuses après…

Monsieur de Sotenville
Allons, vous dis-je. Il n’y a rien à balancer, et vous n’avez que faire d’avoir peur d’en trop faire, puisque c’est moi qui vous conduis.

George Dandin
Je ne saurais…

Monsieur de Sotenville
Corbleu ! mon gendre, ne m’échauffez pas la bile : je me mettrais avec lui contre vous. Allons, laissez-vous gouverner par moi.

George Dandin
Ah ! George Dandin !

Monsieur de Sotenville
Votre bonnet à la main, le premier : Monsieur est gentilhomme, et vous ne l’êtes pas.

George Dandin
J’enrage.

Monsieur de Sotenville
Répétez après moi : « Monsieur. »

George Dandin
« Monsieur. »

Monsieur de SotenvilleIl voit que son gendre fait difficulté de lui obéir.
« Je vous demande pardon. » Ah !

George Dandin
« Je vous demande pardon. »

Monsieur de Sotenville
« Des mauvaises pensées que j’ai eues de vous. »

George Dandin
« Des mauvaises pensées que j’ai eues de vous. »

Monsieur de Sotenville
« C’est que je n’avais pas l’honneur de vous connaître. »

George Dandin
« C’est que je n’avais pas l’honneur de vous connaître. »

Monsieur de Sotenville
« Et je vous prie de croire. »

George Dandin
« Et je vous prie de croire. »

Monsieur de Sotenville
« Que je suis votre serviteur. »

George Dandin
Voulez-vous que je sois serviteur d’un homme qui me veut faire cocu ?

Monsieur de SotenvilleIl le menace encore.
Ah !

Clitandre
Il suffit, Monsieur.

Monsieur de Sotenville
Non : je veux qu’il achève, et que tout aille dans les formes. « Que je suis votre serviteur. »

George Dandin
« Que, que, que je suis votre serviteur. »

Clitandre
Monsieur, je suis le vôtre de tout mon cœur, et je ne songe plus à ce qui s’est passé. Pour vous, Monsieur, je vous donne le bonjour, et suis fâché du petit chagrin que vous avez eu.

Monsieur de Sotenville
Je vous baise les mains ; et quand il vous plaira, je vous donnerai le divertissement de courre un lièvre.

Clitandre ‘
C’est trop de grâces que vous me faites.

Monsieur de Sotenville
Voilà, mon gendre, comme il faut pousser les choses. Adieu. Sachez que vous êtes entré dans une famille qui vous donnera de l’appui, et ne souffrira point que l’on vous fasse aucun affront.

Scène 7

George Dandin
Ah ! que je… Vous l’avez voulu, vous l’avez voulu, George Dandin, vous l’avez voulu, cela vous sied fort bien, et vous voilà ajusté comme il faut ; vous avez justement ce que vous méritez. Allons, il s’agit seulement de désabuser le père et la mère, et je pourrai trouver peut-être quelque moyen d’y réussir.

ACTE II

Scène première

Claudine, Lubin.

Claudine
Oui, j’ai bien deviné qu’il fallait que cela vînt de toi, et que tu l’eusses dit à quelqu’un qui l’ait rapporté à notre maître.

Lubin
Par ma foi ! je n’en ai touché qu’un petit mot en passant à un homme, afin qu’il ne dît point qu’il m’avait vu sortir, et il faut que les gens en ce pays-ci soient de grands babillards.

Claudine
Vraiment, ce Monsieur le Vicomte a bien choisi son monde, que de te prendre pour son ambassadeur, et il s’est allé servir là d’un homme bien chanceux.

Lubin
Va, une autre fois je serai plus fin, et je prendrai mieux garde à moi.

Claudine
Oui, oui, il sera temps.

Lubin
Ne parlons plus de cela. Écoute.

Claudine
Que veux-tu que j’écoute ?

Lubin
Tourne un peu ton visage devers moi.

Claudine
Hé bien, qu’est-ce ?

Lubin
Claudine.

Claudine
Quoi ?

Lubin
Hé ! là, ne sais-tu pas bien ce que je veux dire ?

Claudine
Non.

Lubin
Morgué ! je t’aime.

Claudine
Tout de bon ?

Lubin
Oui, le diable m’emporte ! Tu me peux croire, puisque j’en jure.

Claudine
À la bonne heure.

Lubin
Je me sens tout tribouiller le cœur quand je te regarde.

Claudine
Je m’en réjouis.

Lubin
Comment est-ce que tu fais pour être si jolie ?

Claudine
Je fais comme font les autres.

Lubin
Vois-tu ? il ne faut point tant de beurre pour fai re un quarteron : si tu veux, tu seras ma femme, je serai ton mari, et nous serons tous deux mari et femme.

Claudine
Tu serais peut-être jaloux comme notre maître.

Lubin
Point.

Claudine
Pour moi, je hais les maris soupçonneux, et j’en veux un qui ne s’épouvante de rien, un si plein de confiance, et si sûr de ma chasteté, qu’il me vît sans inquiétude au milieu de trente hommes.

Lubin
Hé bien ! je serai tout comme cela.

Claudine
C’est la plus sotte chose du monde que de se défier d’une femme, et de la tourmenter. La vérité de l’affaire est qu’on n’y gagne rien de bon : cela nous fait songer à mal, et ce sont souvent les maris qui, avec leurs vacarmes, se font eux-mêmes ce qu’ils sont.

Lubin
Hé bien ! je te donnerai la liberté de faire tout ce qu’il te plaira.

Claudine
Voilà comme il faut faire pour n’être point trompé. Lorsqu’un mari se met à notre discrétion, nous ne prenons de liberté que ce qu’il nous en faut, et il en est comme avec ceux qui nous ouvrent leur bourse et nous disent : «Prenez. » Nous en usons honnêtement, et nous nous contentons de la raison. Mais ceux qui nous chicanent, nous nous efforçons de les tondre, et nous ne les épargnons point.

Lubin
Va, je serai de ceux qui ouvrent leur bourse, et tu n’as qu’à te marier avec moi.

Claudine
Hé bien, bien, nous verrons.

Lubin
Viens donc ici, Claudine.

Claudine
Que veux-tu ?

Lubin
Viens, te dis-je.

Claudine
Ah ! doucement : je n’aime pas les patineurs.

Lubin
Eh ! un petit brin d’amitié.

Claudine
Laisse-moi là, te dis-je : je n’entends pas raillerie.

Lubin
Claudine.

Claudine
Ahy !

Lubin
Ah ! que tu es rude à pauvres gens. Fi ! que cela est malhonnête de refuser les personnes ! N’as-tu point de honte d’être belle, et de ne vouloir pas qu’on te caresse ? Eh là !

Claudine
Je te donnerai sur le nez.

Lubin
Oh ! la farouche, la sauvage. Fi, poua ! la vilaine, qui est cruelle.

Claudine
Tu t’émancipes trop.

Lubin
Qu’est-ce que cela te coûterait de me laisser faire ?

Claudine
Il faut que tu te donnes patience.

Lubin
Un petit baiser seulement, en rabattant sur notre mariage.

Claudine
Je suis votre servante.

Lubin
Claudine, je t’en prie, sur l’et-tant-moins.

Claudine
Eh ! que nenni : j’y ai déjà été attrapée. Adieu. Va -t’en, et dis à Monsieur le Vicomte que j’aurai soin de rendre son billet.

Lubin
Adieu, beauté rude ânière.

Claudine
Le mot est amoureux.

Lubin
Adieu, rocher, caillou, pierre de taille, et tout ce qu’il y a de plus dur au monde.

Claudine
Je vais remettre aux mains de ma maîtresse… Mais la voici avec son mari : éloignons-nous, et attendons qu’elle soit seule.

Scène 2

George Dandin, Angélique, Clitandre.

George Dandin
Non, non, on ne m’abuse pas avec tant de facilité, et je ne suis que trop certain que le rapport que l’on m’a fait est véritable. J’ai de meilleurs yeux qu’on ne pense, et votre galimatias ne m’a point tantôt ébloui.

Clitandre, au fond du théâtre : Ah ! la voilà ; mais le mari est avec elle.

George Dandin
Au travers de toutes vos grimaces, j’ai vu la vérité de ce que l’on m’a dit, et le peu de respect que vous avez pour le nœud qui nous joint. (Clitandre et Angélique se saluent.) Mon Dieu ! laissez là votre révérence, ce n’est pas de ces sortes de respect dont je vous parle, et vous n’avez que faire de vous moquer.

Angélique
Moi, me moquer ! En aucune façon.

George Dandin
Je sais votre pensée, et connais. (Clitandre et Angélique se resaluent.) Encore ? ah ! ne raillons pas davantage ! Je n’ignore pas qu’à cause de votre noblesse vous me tenez fort au-dessous de vous, et le respect que je vous veux dire ne regarde point ma personne : j’entends parler de celui que vous devez à des nœuds aussi vénérables que le sont ceux du mariage. (Angélique fait signe à Clitandre.) Il ne faut point lever les épaules, et je ne dis point de sottises.

Angélique
Qui songe à lever les épaules ?

George Dandin
Mon Dieu ! nous voyons clair. Je vous dis encore une fois que le mariage est une chaîne à laquelle on doit porter toute sorte de respect, et que c’est fort mal fait à vous d’en user comme vous faites. Oui, oui, mal fait à vous ; et vous n’avez que faire de hocher la tête, et de me faire la grimace.

Angélique
Moi ! je ne sais ce que vous voulez dire.

George Dandin
Je le sais fort bien, moi ; et vos mépris me sont connus. Si je ne suis pas né noble, au moins suis-je d’une race où il n’y a point de reproche ; et la famille des Dandins.

Clitandrederrière Angélique, sans être aperçu de Dandin.
Un moment d’entretien.

George Dandin
Eh ?

Angélique
Quoi ? je ne dis mot.

George Dandin tourne autour de sa femme, et Clitandre se retire en faisant une grande révérence à George Dandin.
Le voilà qui vient rôder autour de vous.

Angélique
Hé bien, est-ce ma faute ? Que voulez-vous que j’y fasse ?

George Dandin
Je veux que vous y fassiez ce que fait une femme qui ne veut plaire qu’à son mari. Quoi qu’on en puisse dire, les galants n’obsèdent jamais que quand on le veut bien. Il y a un certain air doucereux qui les attire, ainsi que le miel fait les mouches ; et les honnêtes f emmes ont des manières qui les savent chasser d’abord.

Angélique
Moi, les chasser ? et par quelle raison ? Je ne me scandalise point qu’on me trouve bien faite, et cela me fait du plaisir.

George Dandin
Oui. Mais quel personnage voulez-vous que joue un mari pendant cette galanterie ?

Angélique
Le personnage d’un honnête homme qui est bien aise de voir sa femme considérée.

George Dandin
Je suis votre valet. Ce n’est pas là mon compte, et les Dandins ne sont point accoutumés à cette mode-là.

Angélique
Oh ! les Dandins s’y accoutumeront s’ils veulent. Car pour moi, je vous déclare que mon dessein n’est pas de renoncer au monde, et de m’enterrer toute vive dans un mari. Comment ? parce qu’un homme s’avise de nous épouser, il faut d’abord que toutes choses soient finies pour nous, et que nous rompions tout commerce avec les vivants ? C’est une chose merveilleuse que cette tyrannie de Messieurs les maris, et je les trouve bons de vouloir qu’on soit morte à tous les divertissements, et qu’on ne vive que pour eux. Je me moque de cela, et ne veux point mourir si jeune.

George Dandin
C’est ainsi que vous satisfaites aux engagements de la foi que vous m’avez donnée publiquement ?

Angélique
Moi ? je ne vous l’ai point donnée de bon cœur, et vous me l’avez arrachée. M’avez-vous, avant le mariage, demandé mon consentement, et si je voulais bien de vous ? Vous n’avez consulté, pour cela, que mon père et ma mère ; ce sont eux proprement qui vous ont épousé, et c’est pourquoi vous ferez bien de vous plaindre toujours à eux des torts que l’on pourra vous faire. Pour moi, qui ne vous ai point dit de vous marier avec moi, et que vous avez prise sans consulter mes sentiments, je prétends n’être point obligée à me soumettre en esclave à vos volontés ; et je veux jouir, s’il vous plaît, de quelque nombre de beaux jours que m’offre la jeunesse, prendre les douces libertés que l’âge me permet, voir un peu le beau monde, et goûter le plaisir de ouïr dire des douceurs. Préparez-vous-y, pour votre punition, et rendez grâces au Ciel de ce que je ne suis pas capable de quelque chose de pis.

George Dandin
Oui ! c’est ainsi que vous le prenez ? Je suis votre mari, et je vous dis que je n’entends pas cela.

Angélique
Moi je suis votre femme, et je vous dis que je l’entends.

George Dandin
Il me prend des tentations d’accommoder tout son visage à la compote, et le mettre en état de ne plaire de sa vie aux diseurs de fleurettes. Ah ! allons, George Dandin ; je ne pourrais me retenir, et il vaut mieux quitter la place.

Scène 3

Claudine, Angélique.

Claudine
J’avais, Madame, impatience qu’il s’en allât, pour vous rendre ce mot de la part que vous savez.

Angélique
Voyons.

Claudine’
À ce que je puis remarquer, ce qu’on lui dit ne lui déplaît pas trop.

Angélique
Ah ! Claudine, que ce billet s’explique d’une façon galante ! que dans tous leurs discours et dans toutes leurs actions les gens de cour ont un air agréable ! et qu’est-ce que c’est auprès d’eux que nos gens de province ?

Claudine
Je crois qu’après les avoir vus, les Dandins ne vous plaisent guère.

Angélique
Demeure ici : je m’en vais faire la réponse.

Claudine
Je n’ai pas besoin, que je pense, de lui recommander de la faire agréable. Mais voici…

Scène 4

Clitandre, Lubin, Claudine.

Claudine
Vraiment, Monsieur, vous avez pris là un habile messager.

Clitandre
Je n’ai pas osé envoyer de mes gens. Mais, ma pauvre Claudine, il faut que je te récompense des bons offices que je sais que tu m’as rendus. (Il fouille dans sa poche.)

Claudine
Eh ! Monsieur, il n’est pas nécessaire. Non, Monsieur, vous n’avez que faire de vous donner cette peine-là ; et je vous rends service parce que vous le méritez, et que je me sens au cœur de l’inclination pour vous.

Clitandre
Je te suis obligé. (Il lui donne de l’argent.)

Lubin
Puisque nous serons mariés, donne-moi cela, que je le mette avec le mien.

Claudine
Je te le garde aussi bien que le baiser.

Clitandre
Dis-moi, as-tu rendu mon billet à ta belle maîtresse ?

Claudine
Oui, elle est allée y répondre.

Clitandre
Mais, Claudine, n’y a-t-il pas moyen que je la puisse entretenir ?

Claudine
Oui : venez avec moi, je vous ferai parler à elle.

Clitandre
Mais le trouvera-t-elle bon ? et n’y a-t-il rien à risquer ?

Claudine
Non, non : son mari n’est pas au logis ; et puis, ce n’est pas lui qu’elle a le plus à ménager, c’est son père et sa mère ; et pourvu qu’ils soient prévenus, tout le reste n’est point à craindre.

Clitandre
Je m’abandonne à ta conduite.

Lubin
Testiguenne ! que j’aurai là une habile femme ! Elle a de l’esprit comme quatre.

Scène 5

George Dandin, Lubin.

George Dandin
Voici mon homme de tantôt. Plût au Ciel qu’il pût se résoudre à vouloir rendre témoignage au père et à la mère de ce qu’ils ne veulent point croire !

Lubin
Ah ! vous voilà, Monsieur le babillard, à qui j’avais tant recommandé de ne point parler, et qui me l’aviez tant promis. Vous êtes donc un causeur, et vous allez redire ce que l’on vous dit en secret ?

George Dandin
Moi ?

Lubin
Oui. Vous avez été tout rapporter au mari, et vou s êtes cause qu’il a fait du vacarme. Je suis bien aise de savoir que vous avez de la langue, et cela m’apprendra à ne vous plus rien dire.

George Dandin
Écoute, mon ami.

Lubin
Si vous n’aviez point babillé, je vous aurais conté ce qui se passe à cette heure ; mais pour votre punition vous ne saurez rien du tout.

George Dandin
Comment ? qu’est-ce qui se passe ?

Lubin
Rien, rien. Voilà ce que c’est d’avoir causé : vous n’en tâterez plus, et je vous laisse sur la bonne bouche.

George Dandin
Arrête un peu.

Lubin
Point.

George Dandin
Je ne te veux dire qu’un mot.

Lubin
Nennin, nennin. Vous avez envie de me tirer les vers du nez.

George Dandin
Non, ce n’est pas cela.

Lubin
Eh ! quelque sot. Je vous vois venir.

George Dandin
C’est autre chose. Écoute.

Lubin
Point d’affaire. Vous voudriez que je vous disse que Monsieur le Vicomte vient de donner de l’argent à Claudine, et qu’elle l’a mené chez sa maîtresse. Mais je ne suis pas si bête.

George Dandin
De grâce.

Lubin
Non.

George Dandin
Je te donnerai…

Lubin
Tarare !

Scène 6

George Dan din
Je n’ai pu me servir avec cet innocent de la pensée que j’avais. Mais le nouvel avis qui lui est échappé ferait la même chose, et si le galant est chez moi, ce serait pour avoir raison aux yeux du père et de la mère, et les convaincre pleinement de l’effronterie de leur fille. Le mal de tout ceci, c’est que je ne sais comment faire pour profiter d’un tel avis. Si je rentre chez moi, je ferai évader le drôle, et quelque chose que je puisse voir moi-même de mon déshonneur, je n’en serai point cru à mon serment, et l’on me dira que je rêve. Si, d’autre part, je vais quérir beau-père et belle-mère sans être sûr de trouver chez moi le galant, ce sera la même chose, et je retomberai dans l’inconvénient de tantôt. Pourrais-je point m’éclaircir doucement s’il y est encore ? Ah Ciel ! il n’en faut plus douter, et je viens de l’apercevoir par le trou de la porte. Le sort me donne ici de quoi confondre ma partie ; et pour achever l’aventure, il fait venir à point nommé les juges dont j’avais besoin.

Scène 7

Monsieur et Madame de Sotenville, George Dandin.

George Dandin
Enfin vous ne m’avez pas voulu croire tantôt, et votre fille l’a emporté sur moi ; mais j’ai en main de quoi vous faire voir comme elle m’accommode, et, Dieu merci ! mon déshonneur est si clair maintenant, que vous n’en pourrez plus douter.

Monsieur de Sotenville
Comment, mon gendre, vous êtes encore là-dessus ?

George Dandin
Oui, j’y suis, et jamais je n’eus tant de sujet d’y être.

Madame de Sotenville
Vous nous venez encore étourdir la tête ?

George Dandin
Oui, Madame, et l’on fait bien pis à la mienne.

Monsieur de Sotenville
Ne vous lassez-vous point de vous rendre importun ?

George Dandin
Non ; mais je me lasse fort d’être pris pour dupe.

Madame de Sotenville
Ne voulez-vous point vous défaire de vos pensées extravagantes ?

George Dandin
Non, Madame ; mais je voudrais bien me défaire d’une femme qui me déshonore.

Madame de Sotenville
Jour de Dieu ! notre gendre, apprenez à parler.

Monsieur de Sotenville
Corbleu ! cherchez des termes moins offensants que ceux-là.

George Dandin
Marchand qui perd ne peut rire.

Madame de Sotenville
Souvenez-vous que vous avez épousé une Demoiselle.

George Dandin
Je m’en souviens assez, et ne m’en souviendrai que trop.

Monsieur de Sotenville
Si vous vous en souvenez, songez donc à parler d’elle avec plus de respect.

George Dandin
Mais que ne songe-t-elle plutôt à me traiter plus honnêtement ? Quoi ? parce qu’elle est Demoiselle, il faut qu’elle ait la liberté de me faire ce qui lui plaît, sans que j’ose souffler ?

Monsieur de Sotenville
Qu’avez-vous donc, et que pouvez-vous dire ? N’avez-vous pas vu ce matin qu’elle s’est défendue de connaître celui dont vous m’étiez venu parler ?

George Dandin
Oui. Mais vous, que pourrez-vous dire si je vous fais voir maintenant que le galant est avec elle ?

Madame de Sotenville
Avec elle ?

George Dandin
Oui, avec elle, et dans ma maison ?

Monsieur de Sotenville
Dans votre maison ?

George Dandin
Oui, dans ma propre maison.

Madame de Sotenville
Si cela est, nous serons pour vous contre elle.

Monsieur de Sotenville
Oui : l’honneur de notre famille nous est plus cher que toute chose ; et si vous dites vrai, nous la renoncerons pour notre sang, et l’abandonnerons à votre colère.

George Dandin
Vous n’avez qu’à me suivre.

Madame de Sotenville
Gardez de vous tromper.

Monsieur de Sotenville
N’allez pas faire comme tantôt.

George Dandin
Mon Dieu ! vous allez voir. Tenez, ai-je menti ?

Scène 8

Angélique, Clitandre, Claudine, Monsieur et Madame de Sotenville, George Dandin.

Angélique
Adieu. J’ai peur qu’on ne vous surprenne ici, et j’ai quelques mesures à garder.

Clitandre
Promettez-moi donc, Madame, que je pourrai vous parler cette nuit.

Angélique
J’y ferai mes efforts.

George Dandin
Approchons doucement par derrière, et tâchons de n’être point vus.

Claudine
Ah ! Madame, tout est perdu : voilà votre père et votre mère, accompagnés de votre mari.

Clitandre
Ah Ciel !

Angélique
Ne faites pas semblant de rien, et me laissez faire tous deux. Quoi ? vous osez en user de la sorte, après l’affaire de tantôt ; et c’est ainsi que vous dissimulez vos sentiments ? On me vient rapporter que vous avez de l’amour pour moi, et que vous faites des desseins de me solliciter ; j’en témoigne mon dépit, et m’explique à vous clairement en présence de tout le monde ; vous niez hautement la chose, et me donnez parole de n’avoir aucune pensée de m’offenser ; et cependant, le même jour, vous prenez la hardiesse de venir chez moi me rendre visite, de me dire que vous m’aimez, et de me faire cent sots contes pour me persuader de répondre à vos extravagances : comme si j’étois femme à violer la foi que j’ai donnée à un mari, et m’éloigner jamais de la vertu que mes parents m’ont enseignée ! Si mon père savait cela, il vous apprendrait bien à tenter de ces entreprises. Mais une honnête femme n’aime point les éclats ; je n’ai garde de lui en rien dire (après avoir fait signe à Claudine d’apporter un bâton), et je veux vous montrer que, toute femme que je suis, j’ai assez de courage pour me venger moi-même des offenses que l’on me fait. L’action que vous avez faite n’est pas d’un gentilhomme, et ce n’est pas en gentilhomme aussi que je veux vous traiter. (Angélique prend un bâton et le lève sur Clitandre, qui se range de façon que les coups tombent sur George Dandin.)

Clitandre, criant comme s’il avoit été frappé.
Ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! doucement.

SCÈNE XI. — MONSIEUR ET MADAME DE SOTENVILLE, ANGÉLIQUE, GEORGE DANDIN, CLAUDINE.

Claudine
Fort, madame ! frappez comme il faut.

Angélique, faisant semblant de parler à Clitandre.
S’il vous demeure quelque chose sur le cœur, je suis pour vous répondre.

Claudine
Apprenez à qui vous vous jouez.

Angélique
Ah ! mon père, vous êtes là !

Monsieur de Sotenville
Oui, ma fille, et je vois qu’en sagesse et en courage tu te montres un digne rejeton de la maison de Sotenville. Viens çà, approche-toi que je t’embrasse.

Madame de Sotenville
Embrasse-moi aussi, ma fille. Las ! je pleure de joie, et reconnais mon sang aux choses que tu viens de faire.

Monsieur de Sotenville
Mon gendre, que vous devez être ravi, et que cette aventure est pour vous pleine de douceurs ! Vous aviez un juste sujet de vous alarmer ; mais vos soupçons se trouvent dissipés le plus avantageusement du monde.

Madame de Sotenville
Sans doute, notre gendre, vous devez maintenant être le plus content des hommes.

Claudine
Assurément. Voilà une femme, celle-là. Vous êtes trop heureux de l’avoir, et vous devriez baiser les pas où elle passe.

George Dandin
Euh ! traîtresse !

Monsieur de Sotenville
Qu’est-ce, mon gendre ? que ne remerciez-vous un peu votre femme de l’amitié que vous voyez qu’elle montre pour vous ?

Angélique
Non, non, mon père, il n’est pas nécessaire. Il ne m’a aucune obligation de ce qu’il vient de voir, et tout ce que j’en fais n’est que pour l’amour de moi-même.

Monsieur de Sotenville
Où allez-vous, ma fille ?

Angélique
Je me retire, mon père, pour ne me voir point obligée à recevoir ses compliments.

Claudine
Elle a raison d’être en colère. C’est une femme qui mérite d’être adorée, et vous ne la traitez pas comme vous devriez.

George Dandin
Scélérate !

Monsieur de Sotenville
C’est un petit ressentiment de l’affaire de tantôt, et cela se passera avec un peu de caresse que vous lui ferez. Adieu, mon gendre, vous voilà en état de ne vous plus inquiéter. Allez-vous-en faire la paix ensemble, et tâchez de l’apaiser par des excuses de votre emportement.

Madame de Sotenville
Vous devez considérer que c’est une fille élevée à la vertu, et qui n’est point accoutumée à se voir soupçonner d’aucune vilaine action. Adieu. Je suis ravie de voir vos désordres finis et des transports de joie que vous doit donner sa conduite.

George Dandin
Je ne dis mot, car je ne gagnerais rien à parler, jamais il ne s’est rien vu d’égal à ma disgrâce. Oui, j’admire mon malheur, et la subtile adresse de ma carogne de femme pour se donner toujours raison, et me faire avoir tort. Est-il possible que toujours j’aurai du dessous avec elle, que les apparences toujours tourneront contre moi, et que je ne parviendrai point à convaincre mon effrontée ? Ô Ciel, seconde mes desseins, et m’accorde la grâce de faire voir aux gens que l’on me déshonore.

ACTE 3

Scène première

Clitandre, Lubin.

Clitandre
La nuit est avancée, et j’ai peur qu’il ne soit trop tard. Je ne vois point à me conduire. Lubin !

Lubin
Monsieur ?

Clita ndre
Est-ce par ici ?

Lubin
Je pense que oui. Morgué ! voilà une sotte nuit, d’être si noire que cela.

Clitandre
Elle a tort assurément ; mais si d’un côté elle nous empêche de voir, elle empêche de l’autre que nous ne soyons vus.

Lubin
Vous avez raison, elle n’a pas tant de tort. Je voudrais bien savoir, Monsieur, vous qui êtes savant, pourquoi il ne fait point jour la nuit.

Clitandre
C’est une grande question, et qui est difficile. Tu es curieux, Lubin.

Lubin
Oui. Si j’avais étudié, j’aurais été songer à des choses où on n’a jamais songé.

Clitandre
Je le crois. Tu as la mine d’avoir l’esprit subtil et pénétrant.

Lubin
Cela est vrai. Tenez, j’explique du latin, quoique jamais je ne l’aie appris, et voyant l’autre jour écrit sur une grande porte collegium, je devinai que cela voulait dire collège.

Clitandre
Cela est admirable ! Tu sais donc lire, Lubin ?

Lubin
Oui, je sais lire la lettre moulée ; mais je n’ai jamais su apprendre à lire l’écriture.

Clitandre
Nous voici contre la maison. C’est le signal que m’a donné Claudine.

Lubin
Par ma foi ! c’est une fille qui vaut de l’argent, et je l’aime de tout mon cœur.

Clitandre
Aussi t’ai-je amené avec moi pour l’entretenir.

Lubin
Monsieur, je vous suis…

Clitandre
Chut ! J’entends quelque bruit.

Scène 2

Angélique, Claudine, Clitandre, Lubin.

Angélique
Claudine.

Claudine
Hé bien ?

Angélique
Laisse la porte entr’ouverte.

Claudine
Voilà qui est fait.

Clitandre
Ce sont elles. St.

Angélique
St.

Lubin
St.

Claudine
St.

Clitandreà Claudine.
Madame.

Angéliqueà Lubin.
Quoi ?

Lubinà Angélique.
Claudine.

Claudineà Clitandre.
Qu’est-ce ?

Clitandreayant rencontré Claudine.
Ah ! Madame, que j’ai de joie !

Lubinayant rencontré Angélique.
Claudine, ma pauvre Claudine.

Claudineà Clitandre.
Doucement, Monsieur.

Angéliqueà Lubin.
Tout beau, Lubin.

Clitan dre
Est-ce toi, Claudine ?

Claudine
Oui.

Lubin
Est-ce vous, Madame ?

Angélique
Oui.

Claudine
Vous avez pris l’une pour l’autre.

Lubinà Angélique.
Ma foi, la nuit, on n’y voit goutte.

Angélique
Est-ce pas vous, Clitandre ?

Clitandre
Oui, Madame.

Angélique
Mon mari ronfle comme il faut, et j’ai pris ce temps pour nous entretenir ici.

Clitandre
Cherchons quelque lieu pour nous asseoir.

Claudine
C’est fort bien avisé. (Ils vont s’asseoir au fond du théâtre, sur un gazon, au pied d’un arbre.)

Lubin
Claudine, où est-ce que tu es ?

Scène 3

George Dandin, Lubin.

George Dandin
J’ai entendu descendre ma femme, et je me suis vite habillé pour descendre après elle. Où peut-elle être allée ? serait-elle sortie ?

LubinIl prend George Dandin pour Claudine.
Où es-tu donc, Claudine ? Ah ! te voilà. Par ma foi, ton maître est plaisamment attrapé, et je trouve ceci aussi drôle que les coups de bâton de tantôt dont on m’a fait récit. Ta maîtresse dit qu’il ronfle, à cette heure, comme tous les diantres, et il ne sait pas que Monsieur le Vicomte et elle sont ensemble pendant qu’il dort. Je voudrais bien savoir quel songe il fait maintenant. Cela est tout à fait risi ble ! De quoi s’avise-t-il aussi d’être jaloux de sa femme, et de vouloir qu’elle soit à lui tout seul ? C’est un impertinent, et Monsieur le Vicomte lui fait trop d’honneur. Tu ne dis mot, Claudine. Allons, suivons-les, et me donne ta petite menotte que je la baise. Ah ! que cela est doux ! Il me semble que je mange des confitures. (Comme il baise la main de Dandin, Dandin la lui pousse rudement au visage.) Tubleu ! comme vous y allez ! Voilà une petite menotte qui est un peu bien rude.

George Dandin
Qui va là ?

Lubin
Personne.

George Dandin
Il fuit, et me laisse informé de la nouvelle perfidie de ma coquine. Allons, il faut que sans tarder j’envoie appeler son père et sa mère, et que cette aventure me serve à me faire séparer d’elle. Holà ! Colin, Colin.

Scène 4

Colin, George Dandin.

Colinà la fenêtre.
Monsieur.

George Dandin
Allons vite, ici-bas.

Colinen sautant par la fenêtre.
M’y voilà : on ne peut pas plus vite.

George Dandin
Tu es là ?

Colin
Oui, Monsieur.

Pendant qu’il va lui parler d’un côté, Colin va de l’autre.

George Dandin
Doucement. Parle bas. Écoute. Va-t’en chez mon beau-père et ma belle-mère, et dis que je les prie très instamment de venir tout a l’heure ici. Entends-tu ? Eh ? Colin, Colin.

Colinde l’autre côté.
Monsieur.

George Dandin
Où diable es-tu ?

Co lin
Ici.

George Dandin
(Comme ils se vont tous deux chercher, l’un passe d’un côté, et l’autre de l’autre.) Peste soit du maroufle qui s’éloigne de moi ! Je te dis que tu ailles de ce pas trouver mon beau-père et ma belle-mère, et leur dire que je les conjure de se rendre ici tout à l’heure. M’entends-tu bien ? Réponds. Colin, Colin.

Colinde l’autre côté.
Monsieur.

George Dandin
Voilà un pendard qui me fera enrager. Viens-t’en à moi. (Ils se cognent et tombent tous deux.) Ah ! le traître ! il m’a estropié. Où est-ce que tu es ? Approche, que je te donne mille coups. Je pense qu’il me fuit.

Colin
Assurément.

George Dandin
Veux-tu venir ?

Colin
Nenni, ma foi !

George Dandin
Viens, te dis-je.

Colin
Point : vous me voulez battre.

George Dandin
Hé bien ! non. Je ne te ferai rien.

Colin
Assurément ?

George Dandin
Oui. Approche. Bon. Tu es bien heureux de ce que j’ai besoin de toi. Va-t’en vite de ma part prier mon beau-père et ma belle-mère de se rendre ici le plus tôt qu’ils pourront, et leur dis que c’est pour une affaire de la dernière conséquence ; et s’ils faisaient quelque difficulté à cause de l’heure, ne manque pas de les presser, et de leur bien faire entendre qu’il est très important qu’ils viennent, en quelque état qu’ils soient. Tu m’entends bien maintenant ?

Co lin
Oui, Monsieur.

George Dandin
Va vite, et reviens de même. Et moi, je vais rentrer dans ma maison, attendant que… Mais j’entends quelqu’un. Ne serait-ce point ma femme ? Il faut que j’écoute, et me serve de l’obscurité qu’il fait.

Scène 5

Clitandre, Angélique, George Dandin, Claudine, Lubin.

Angélique
Adieu. Il est temps de se retirer.

Clitandre
Quoi ? si tôt ?

Angélique
Nous nous sommes assez entretenus.

Clitandre
Ah ! Madame, puis-je assez vous entretenir, et trouver en si peu de temps toutes les paroles dont j’ai besoin ? Il me faudrait des journées entières pour me bien expliquer à vous de tout ce que je sens, et je ne vous ai pas dit encore la moindre partie de ce que j’ai à vous dire.

Angélique
Nous en écouterons une autre fois davantage.

Clitandre
Hélas ! De quel coup me percez-vous l’âme lorsque vous parlez de vous retirer, et avec combien de chagrins m’allez-vous laisser maintenant ?

Angélique
Nous trouverons moyen de nous revoir.

Clitandre
Oui ; mais je songe qu’en me quittant, vous allez trouver un mari. Cette pensée m’assassine, et les priviléges qu’ont les maris sont des choses cruelles pour un amant qui aime bien.

Angélique
Serez-vous assez faible pour avoir cette inquiétude, et pensez-vous qu’on soit capable d’aimer de certains maris qu’il y a ? On les prend, parce qu’on ne s’en peut défendre, et que l’on dépend de parents qui n’ont des yeux que pour le bien ; mais on sait leur rendre justice, et l’on se moque fort de les considérer au delà de ce qu’ils méritent.

George Dandin
Voilà nos carognes de femmes.

Clitandre
Ah ! qu’il faut avouer que celui qu’on vous a donné était peu digne de l’honneur qu’il a reçu, et que c’est une étrange chose que l’assemblage qu’on a fait d’une personne comme vous avec un homme comme lui !

George Dandinà part.
Pauvres maris ! voilà comme on vous traite.

Clitandre
Vous méritez sans doute une toute autre destinée, et le Ciel ne vous a point faite pour être la femme d’un paysan.

George Dandin
Plût au Ciel fût-elle la tienne ! Tu changerais bien de langage. Rentrons ; c’en est assez. (Il entre et ferme la porte.)

Claudine
Madame, si vous avez à dire du mal de votre mari, dépêchez vite, car il est tard.

Clitandre
Ah ! Claudine, que tu es cruelle !

Angélique
Elle a raison. Séparons-nous.

Clitandre
Il faut donc s’y résoudre, puisque vous le voulez. Mais au moins je vous conjure de me plaindre un peu des méchants moments que je vais passer.

Angélique
Adieu.

Lubin
Où es-tu, Claudine, que je te donne le bonsoir ?

Claudine
Va, va, je le reçois de loin, et je t’en renvoie autant.

Scène 6

Angélique, Claudine, George Dandin.

Angélique
Rentrons sans faire de bruit.

Claudine
La porte s’est fermée.

Angélique
J’ai le passe-partout.

Claudine
Ouvrez donc doucement.

Angélique
On a fermé en dedans, et je ne sais comment nous ferons.

Claudine
Appelez le garçon qui couche là.

Angélique
Colin, Colin, Colin.

George Dandinmettant la tête à sa fenêtre.
Colin, Colin ? ah ! je vous y prends donc, Madame ma femme, et vous faites des escampativos pendant que je dors. Je suis bien aise de cela, et de vous voir dehors à l’heure qu’il est.

Angélique
Hé bien ! quel grand mal est-ce qu’il y a à prendre le frais de la nuit ?

George Dandin
Oui, oui, l’heure est bonne à prendre le frais. C’est bien plutôt le chaud, Madame la coquine ; et nous savons toute l’intrigue du rendez-vous, et du Damoiseau. Nous avons entendu votre galant entretien, et les beaux vers à ma louange que vous avez dits l’un et l’autre. Mais ma consolation, c’est que je vais être vengé, et que votre père et votre mère seront convaincus maintenant de la justice de mes plaintes, et du déréglement de votre conduite. Je les ai envoyé quérir, et ils vont être ici dans un moment.

Angélique
Ah Ciel !

Claudine
Madame.

George Dandi n
Voilà un coup sans doute où vous ne vous attendiez pas. C’est maintenant que je triomphe, et j’ai de quoi mettre à bas votre orgueil, et détruire vos artifices. Jusques ici vous avez joué mes accusations, ébloui vos parents, et plâtré vos malversations. J’ai eu beau voir, et beau dire, et votre adresse toujours l’a emporté sur mon bon droit, et toujours vous avez trouvé moyen d’avoir raison ; mais à cette fois, Dieu merci, les choses vont être éclaircies, et votre effronterie sera pleinement confondue.

Angélique
Hé ! je vous prie, faites-moi ouvrir la porte.

George Dandin
Non, non : il faut attendre la venue de ceux que j’ai mandés, et je veux qu’ils vous trouvent dehors à la belle heure qu’il est. En attendant qu’ils viennent, songez, si vous voulez, à chercher dans votre tête quelque nouveau détour pour vous tirer de cette affaire, à inventer quelque moyen de rhabiller votre escapade, à trouver quelque belle ruse pour éluder ici les gens et paraître innocente, quelque prétexte spécieux de pèlerinage nocturne, ou d’amie en travail d’enfant, que vous veniez de secourir.

Angélique
Non : mon intention n’est pas de vous rien déguiser. Je ne prétends point me défendre, ni vous nier les choses, puisque vous les savez.

George Dandin
C’est que vous voyez bien que tous les moyens vous en sont fermés, et que dans cette affaire vous ne sauriez inventer d’excuse qu’il ne me soit facile de convaincre de fausseté.

Angélique
Oui, je confesse que j’ai tort, et que vous avez sujet de vous plaindre. Mais je vous demande par grâce de ne m’exposer point maintenant à la mauvaise humeur de mes parents, et de me faire promptement ouvrir.

George Dandin
Je vous baise les mains.

Angélique
Eh ! mon pauvre petit mari, je vous en conjure.

George Dandin
Ah ! mon pauvre petit mari ? Je suis votre petit mari maintenant, parce que vous vous sentez prise. Je suis bien aise de cela, et vous ne vous étiez jamais avisée de me dire ces douceurs.

Angélique
Tenez, je vous promets de ne vous plus donner aucun sujet de déplaisir, et de me…

George Dandin
Tout cela n’est rien. Je ne veux point perdre cette aventure, et il m’importe qu’on soit une fois éclairci à fond de vos déportements.

Angélique
De grâce, laissez-moi vous dire. Je vous demande un moment d’audience.

George Dandin
Hé bien, quoi ?

Angélique
Il est vrai que j’ai failli, je vous l’avoue encore une fois, que votre ressentiment est juste ; que j’ai pris le temps de sortir pendant que vous dormiez, et que cette sortie est un rendez-vous que j’avais donné à la personne que vous dites. Mais enfin ce sont des actions que vous devez pardonner à mon âge ; des emportements de jeune personne qui n’a encore rien vu, et ne fait que d’entrer au monde ; des libertés où l’on s’abandonne sans y penser de mal, et qui sans doute dans le fond n’ont rien de…

George Dandin
Oui : vous le dites, et ce sont de ces choses qui ont besoin qu’on les croie pieusement.

Angélique
Je ne veux point m’excuser par là d’être coupable envers vous, et je vous prie seulement d’oublier une offense dont je vous demande pardon de tout mon cœur, et de m’épargner en cette rencontre le déplaisir que me pourraient causer les reproches fâcheux de mon père et de ma mère. Si vous m’accordez généreusement la grâce que je vous demande, ce procédé obligeant, cette bonté que vous me ferez voir, me gagnera entièrement. Elle touchera tout à fait mon cœur, et y fera naître pour vous ce que tout le pouvoir de mes parents et les liens du mariage n’avaient pu y jeter. En un mot, elle sera cause que je renoncerai à toutes les galanteries, et n’aurai de l’attachement que pour vous. Oui, je vous donne ma parole que vous m’allez voir désormais la meilleure femme du monde, et que je vous témoignerai tant d’amitié, tant d’amitié, que vous en serez satisfait.

George Dandin
Ah ! crocodile, qui flatte les gens pour les étrangler.

Angélique
Accordez-moi cette faveur.

George Dandin
Point d’affaires. Je suis inexorable.

Angélique
Montrez-vous généreux.

George Dandin
Non.

Angélique
De grâce !

George Dandin
Point.

Angélique
Je vous en conjure de tout mon cœur.

George Dandin
Non, non, non. Je veux qu’on soit détrompé de vous, et que votre confusion éclate.

Angélique
Hé bien ! si vous me réduisez au désespoir, je vous avertis qu’une femme en cet état est capable de tout, et que je ferai quelque chose ici dont vous vous repentirez.

George Dandin
Et que ferez-vous, s’il vous plaît ?

Angélique
Mon cœur se portera jusqu’aux extrêmes résolutions, et de ce couteau que voici je me tuerai sur la place.

George Dandin
Ah ! ah ! à la bonne heure.

Angélique
Pas tant à la bonne heure pour vous que vous vous imaginez. On sait de tous côtés nos différends, et les chagrins perpétuels que vous concevez contre moi. Lorsqu’on me trouvera morte, il n’y aura personne qui mette en doute que ce ne soit vous qui m’aurez tuée ; et mes parents ne sont pas gens assurément à laisser cette mort impunie, et ils en feront sur votre personne toute la punition que leur pourront offrir et les poursuites de la justice, et la chaleur de leur ressentiment. C’est par là que je trouverai moyen de me venger de vous, et je ne suis pas la première qui ait su recourir à de pareilles vengeances, qui n’ait pas fait difficulté de se donner la mort pour perdre ceux qui ont la cruauté de nous pousser à la dernière extrémité.

George Dandin
Je suis votre valet. On ne s’avise plus de se tuer soi-même, et la mode en est passée il y a longtemps.

Angélique
C’est une chose dont vous pouvez vous tenir sûr ; et si vous persistez dans votre refus, si vous ne me faites ouvrir, je vous jure que tout à l’heure je vais vous faire voir jusques où peut aller la résolution d’une personne qu’on met au désespoir.

George Dandin
Bagatelles, bagatelles. C’est pour me faire peur.

Angélique
Hé bien ! puisqu’il le faut, voici qui nous contentera tous deux, et montrera si je me moque. Ah c’en est fait. Fasse le Ciel que ma mort soit vengée comme je le souhaite, et que celui qui en est cause reçoive un juste châtiment de la dureté qu’il a eue pour moi !

George Dandin
Ouais ! Serait-elle bien si malicieuse que de s’être tuée pour me faire pendre ? Prenons un bout de chandelle pour aller voir.

Angélique
St. Paix ! Rangeons-nous chacune immédiatement contre un des côtés de la porte.

George Dandin
La méchanceté d’une femme irait-elle bien jusque-là ? (Il sort avec un bout de chandelle, sans les apercevoir ; elles entrent ; aussitôt elles ferment la porte.) Il n’y a personne. Eh ! je m’en étais bien douté, et la pendarde s’est retirée, voyant qu’elle ne gagnait rien après moi, ni par prières ni par menaces. Tant mieux ! Cela rendra ses affaires encore plus mauvaises, et le père et la mère qui vont venir en verront mieux son crime. Ah ! ah ! la porte s’est fermée. Holà ! ho ! quelqu’un ! qu’on m’ouvre promptement !

Angéliqueà la fenêtre avec Claudine.
Comment ? C’est toi ! D’où viens-tu, bon pendard ? Est-il l’heure de revenir chez soi quand le jour est près de paraître ? et cette manière de vie est-elle celle que doit suivre un honnête mari ?

Claudine
Cela est-il beau d’aller ivrogner toute la nuit ? et de laisser ainsi toute seule une pauvre jeune femme dans la maison ?

George Dandin
Comment ? vous avez…

Angélique
Va, va, traître, je suis lasse de tes déportements, et je m’en veux plaindre, sans plus tarder, à mon père et à ma mère.

George Dandin
Quoi ? c’est ainsi que vous osez…

Scène 7

Monsieur et Madame de Sotenville, Claudine, Colin, Angélique, George Dandin.

Monsieur et madame de Sotenville sont en des habits de nuit, et conduits par Colin, qui porte une lanterne.

Angélique
Approchez, de grâce, et venez me faire raison de l’insolence la plus grande du monde d’un mari à qui le vin et la jalousie ont troublé de telle sorte la cervelle, qu’il ne sait plus ni ce qu’il dit, ni ce qu’il fait, et vous a lui-même envoyé quérir pour vous faire témoins de l’extravagance la plus étrange dont on ait jamais ouï parler. Le voilà qui revient comme vous voyez, après s’être fait attendre toute la nuit ; et, si vous voulez l’écouter, il vous dira qu’il a les plus grandes plaintes du monde à vous faire de moi ; que durant qu’il dormait, je me suis dérobée d’auprès de lui pour m’en aller courir, et cent autres contes de même nature qu’il est allé rêver.

George Dandin
Voilà une méchante carogne.

Claudine
Oui, il nous a voulu faire accroire qu’il était dans la maison, et que nous étions dehors, et c’est une folie qu’il n’y a pas moyen de lui ôter de la tête.

Monsieur de Sotenville
Comment, qu’est-ce à dire cela ?

Madame de Sotenville
Voilà une furieuse impudence que de nous envoyer quérir.

George Dandin
Jamais…

Angélique
Non, mon père, je ne puis plus souffrir un mari de la sorte. Ma patience est poussée à bout, et il vient de me dire cent paroles injurieuses.

Monsieur de Sotenville
Corbleu ! vous êtes un malhonnête homme.

Claudine
C’est une conscience de voir une pauvre jeune femme traitée de la façon, et cela crie vengeance au Ciel.

George Dandin
Peut-on…

Madame de Sotenville
Allez, vous devriez mourir de honte.

George Dandin
Laissez-moi vous dire deux mots.

Angélique
Vous n’avez qu’à l’écouter, il va vous en conter de belles.

George Dandin
Je désespère.

Claudine
Il a tant bu, que je ne pense pas qu’on puisse durer contre lui, et l’odeur du vin qu’il souffle est montée jusqu’à nous.

George Dandin
Monsieur mon beau-père, je vous conjure…

Monsieur de Sotenville
Retirez-vous : vous puez le vin à pleine bouche.

George Dandin
Madame, je vous prie…

Madame de Sotenville
Fi ! ne m’approchez pas : votre haleine est empestée.

George Dandin
Souffrez que je vous…

Monsieur de Sotenville
Retirez-vous, vous dis-je : on ne peut vous souffrir.

George Dandin
Permettez, de grâce, que…

Madame de Sotenville
Poua ! vous m’engloutissez le cœur. Parlez de loin, si vous voulez.

George Dandin
Hé bien oui, je parle de loin. Je vous jure que je n’ai bougé de chez moi, et que c’est elle qui est sortie.

Angélique
Ne voilà pas ce que je vous ai dit ?

Claudine
Vous voyez quelle apparence il y a.

Monsieur de Sotenville
Allez, vous vous moquez des gens. Descendez, ma fille, et venez ici.

George Dandin
J’atteste le Ciel que j’étais dans la maison, et que…

Madame de Sotenville
Taisez-vous, c’est une extravagance qui n’est pas supportable.

George Dandin
Que la foudre m’écrase tout à l’heure si…

Monsieur de Sotenville
Ne nous rompez pas davantage la tête, et songez à demander pardon à votre femme.

George Dandin
Moi, demander pardon ?

Monsieur de Sotenville
Oui, pardon, et sur-le-champ.

George Dandin
Quoi ? Je…

Monsieur de Sotenville
Corbleu ! si vous me répliquez, je vous apprendrai ce que c’est que de vous jouer à nous.

George Dandin
Ah, George Dandin !

Monsieur de Sotenville
Allons, venez, ma fille, que votre mari vous demande pardon.

Angéliquedescendue.
Moi ? lui pardonner tout ce qu’il m’a dit ? Non, non, mon père, il m’est impossible de m’y résoudre, et je vous prie de me séparer d’un mari avec lequel je ne saurais plus vivre.

Claudine
Le moyen d’y résister ?

Monsieur de Sotenville
Ma fille, de semblables séparations ne se font point sans grand scandale, et vous devez vous montrer plus sage que lui, et patienter encore cette fois.

Angélique
Comment patienter après de telles indignités ? Non, mon père, c’est une chose où je ne puis consentir.

Monsieur de Sotenville
Il le faut, ma fille, et c’est moi qui vous le commande.

Angélique
Ce mot me ferme la bouche, et vous avez sur moi une puissance absolue.

Claudine
Quelle douceur !

Angélique
Il est fâcheux d’être contrainte d’oublier de telles injures ; mais quelle violence que je me fasse, c’est à moi de vous obéir.

Claudine
Pauvre mouton !

Monsieur de Sotenville
Approchez.

Angélique
Tout ce que vous me faites faire ne servira de rien, et vous verrez que ce sera dès demain à recommencer.

Monsieur de Sotenville
Nous y donnerons ordre. Allons, mettez-vous à genoux.

George Dandin
À genoux ?

Monsieur de Sotenville
Oui, à genoux, et sans tarder.

George DandinIl se met à genoux, sa chandelle à la main.
Ô Ciel ! Que faut-il dire ?

Monsieur de Sotenville
« Madame, je vous prie de me pardonner. »

George Dandin
« Madame, je vous prie de me pardonner. »

Monsieur de Sotenville
« L’extravagance que j’ai faite. »

George Dandin
« L’extravagance que j’ai faite » (à part) de vous épouser.

Monsieur de Sotenville
« Et je vous promets de mieux vivre à l’avenir. »

George Dandin
« Et je vous promets de mieux vivre à l’avenir. »

Monsieur de Sotenville
Prenez-y garde, et sachez que c’est ici la dernière de vos impertinences que nous souffrirons.

Madame de Sotenville
Jour de Dieu ! si vous y retournez, on vous apprendra le respect que vous devez à votre femme, et à ceux de qui elle sort.

Monsieur de Sotenv ille
Voilà le jour qui va paraître. Adieu. Rentrez chez vous, et songez bien à être sage. Et nous, mamour, allons nous mettre au lit.

Scène 8

George Dandin
Ah ! je le quitte maintenant, et je n’y vois plus de remède : lorsqu’on a, comme moi, épousé une méchante femme, le meilleur parti qu’on puisse prendre, c’est de s’aller jeter dans l’eau la tête la première.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : Les anciens sont les anciens et nous sommes les gens de maintenant

Molière est donc une figure historique de la France ; c’est un artiste porté par tout un mouvement de fond, démocratique et bourgeois. La bourgeoisie aujourd’hui, devenue réactionnaire depuis 1848, le réduit toujours plus à la farce, niant la dimension de son œuvre, mais même son caractère puisque les comédies-ballets ont été transformés en comédies, et sa critique réduite à de la farce et aux bons mots.

Etudier Molière et connaître sa portée est donc une tâche incontournable pour saisir le caractère national français et comprendre l’histoire de la lutte des classes dans notre pays.

Que l’on songe simplement à quel point la nature démocratique en défense des droits des femmes est sous-estimé dans la présentation du travail de Molière, alors que c’est un point essentiel de la bataille anti-féodale.

Il suffit de voir comment les femmes sont vives, ingénieuses et combatives, comme cette tirade fabuleuse dans Le malade imaginaire :

« Thomas Diafoirus

Nous lisons des anciens, mademoiselle, que leur coutume était d’enlever par force, de la maison des pères, les filles qu’on menait marier, afin qu’il ne semblât pas que ce fût de leur consentement qu’elles convolaient dans les bras d’un homme.

Angélique

Les anciens, monsieur, sont les anciens ; et nous sommes les gens de maintenant. Les grimaces ne sont point nécessaires dans notre siècle ; et, quand un mariage nous plaît, nous savons fort bien y aller, sans qu’on nous y traîne. »

Molière est également un combattant du matérialisme, même si cette mise en avant du matérialisme est borné par l’alliance anti-féodale avec la cour de Louis XIV.

Il suffit de voir comment on trouve dans ses œuvres des personnages, prônant la conception selon laquelle il n’y a pas de séparation entre le corps et l’esprit, base absolue du matérialisme. On trouve ainsi dans Les femmes savantes, une pseudo reconnaissance de la division religieuse entre l’âme et le corps, pour retourner cela en matérialisme :

« CLITANDRE

Pour moi par un malheur, je m’aperçois, Madame,

Que j’ai, ne vous déplaise, un corps tout comme une âme :

Je sens qu’il y tient trop, pour le laisser à part ;

De ces détachements je ne connais point l’art ;

Le Ciel m’a dénié cette philosophie,

Et mon âme et mon corps marchent de compagnie. »

La réduction de Molière à de la « farce » nie d’ailleurs, évidemment, comment on retrouve chez Molière la mise en avant de l’Etat national, moderne, dans l’esprit de Richelieu, de Louis XIV. Molière est un applicateur zélé de l’averroïsme moderne.

Voici comment on retrouve une critique anti-féodale, de nouveau dans Les femmes savantes, avec le rejet des artistes et scientifiques qui n’ont qu’une perspective individuelle et ne se placent pas dans la démarche d’ensemble de la société en pleine modernisation.

« TRISSOTIN

Ce que je vois, Monsieur, c’est que pour la science

Rasius et Baldus font honneur à la France,

Et que tout leur mérite exposé fort au jour,

N’attire point les yeux et les dons de la Cour.

CLITANDRE

Je vois votre chagrin, et que par modestie

Vous ne vous mettez point, Monsieur, de la partie :

Et pour ne vous point mettre aussi dans le propos,

Que font-ils pour l’Etat vos habiles héros ?

Qu’est-ce que leurs écrits lui rendent de service,

Pour accuser la cour d’une horrible injustice,

Et se plaindre en tous lieux que sur leurs doctes noms

Elle manque à verser la faveur de ses dons ?

Leur savoir à la France est beaucoup nécessaire,

Et des livres qu’ils font la cour a bien affaire.

Il semble à trois gredins, dans leur petit cerveau,

Que pour être imprimés, et reliés en veau,

Les voilà dans l’État d’importantes personnes ;

Qu’avec leur plume ils font les destins des couronnes ;

Qu’au moindre petit bruit de leurs productions,

Ils doivent voir chez eux voler les pensions ;

Que sur eux l’univers a la vue attachée ;

Que partout de leur nom la gloire est épanchée,

Et qu’en science ils sont des prodiges fameux,

Pour savoir ce qu’ont dit les autres avant eux,

Pour avoir eu trente ans des yeux et des oreilles,

Pour avoir employé neuf ou dix mille veilles

À se bien barbouiller de grec et de latin,

Et se charger l’esprit d’un ténébreux butin

De tous les vieux fatras qui traînent dans les livres ;

Gens qui de leur savoir paraissent toujours ivres ;

Riches pour tout mérite, en babil importun,

Inhabiles à tout, vides de sens commun,

Et pleins d’un ridicule, et d’une impertinence

À décrier partout l’esprit et la science. »

Molière correspond à un moment clef de l’histoire de notre pays ; ne pas le connaître condamne à ne pas comprendre la réalité de notre pays.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : les références à Aristote

Il existe une particularité dans les œuvres de Molière, qui n’a été noté nulle part : la présence très régulière d’allusions au philosophe Aristote. Faut-il y voir ici des allusions à l’averroïsme ? C’est fort possible, puisque c’est l’averroïsme qui a été la base sur laquelle s’est développé le matérialisme en France.

La difficulté tient également au fait que les allusions à Aristote ne sont pas toujours de même nature. Dans certains cas, il s’agit de remarques faites en passant, parfois c’est même pour se moquer des philosophes pédants.

Dans les articles sur Dom Juan, il a déjà été noté qu’il est parlé d’Aristote directement, le valet Sganarelle racontant n’importe quoi à son sujet. C’est pour noter qu’Aristote est utilisé à tort et à travers.

Or, justement, l’averroïsme se fonde sur une interprétation d’Aristote (d’ailleurs correcte), à quoi l’Eglise a répondu par la répression (de l’averroïsme dit latin) puis finalement une contre-interprétation (évidemment tronquée) par Thomas d’Aquin.

Quelle est la position de Molière ? C’est difficile à dire, mais dans tous les cas il se situe dans la tradition de l’averroïsme politique. Et comme on peut le voir dans les pièces, il connaissait la philosophie d’Aristote : on peut donc y voir une allusion à l’averroïsme politique.

L’alliance avec la cour correspond d’ailleurs parfaitement à cette ligne.

Voici, comment dans Le médecin malgré lui, il est fait appel de manière éperonnée à Aristote.

« Sganarelle

Ô la grande fatigue que d’avoir une femme, et qu’Aristote a bien raison, quand il dit qu’une femme est pire qu’un démon !

Martine

Voyez un peu l’habile homme, avec son benêt d’Aristote ! »

On trouve également le moment suivant dans une scène :

« Géronte

Oui ; mais je voudrais bien que vous me pussiez dire d’où cela vient.

Sganarelle

Il n’est rien plus aisé : cela vient de ce qu’elle a perdu la parole.

Géronte

Fort bien ; mais la cause, s’il vous plaît, qui fait qu’elle a perdu la parole ?

Sganarelle

Tous nos meilleurs auteurs vous diront que c’est l’empêchement de l’action de sa langue.

Géronte

Mais encore, vos sentiments sur cet empêchement de l’action de sa langue ?

Sganarelle

Aristote, là-dessus, dit… de fort belles choses. »

Dans Les femmes savantes, il est fait allusion de manière ouverte aux différentes philosophies : le platonisme, qui l’idéalisme largement utilisé par l’Eglise, le péripatétisme, qui est le nom donné à l’école d’Aristote, et enfin Epicure qui est la grand théoricien du matérialisme.

Cette allusion aux batailles d’idées est très importante. SI le platonisme est la base théorique de l’Eglise, l’épicurisme est la référence idéologique des « libertins » (nom qu’avait au XVIIe siècle les matérialistes, le terme sera galvaudé par la suite). Et la philosophie d’Aristote est une sorte d’intermédiaire, pratiquement une allusion à l’alliance de la bourgeoisie avec la monarchie absolue.

Voici l’extrait en question :

« PHILAMINTE

Le sexe aussi vous rend justice en ces matières ;

Mais nous voulons montrer à de certains esprits,

Dont l’orgueilleux savoir nous traite avec mépris,

Que de science aussi les femmes sont meublées,

Qu’on peut faire comme eux de doctes assemblées,

Conduites en cela par des ordres meilleurs,

Qu’on y veut réunir ce qu’on sépare ailleurs ;

Mêler le beau langage, et les hautes sciences ;

Découvrir la nature en mille expériences ;

Et sur les questions qu’on pourra proposer

Faire entrer chaque secte, et n’en point épouser.

TRISSOTIN

Je m’attache pour l’ordre au péripatétisme.

PHILAMINTE

Pour les abstractions j’aime le platonisme.

ARMANDE

Épicure me plaît, et ses dogmes sont forts. »

Dans la pièce Les Précieuses ridicules, on trouve une allusion à la conception d’Aristote selon laquelle une intelligence universelle s’est glissée dans des êtres vivants formés à partir de matière.

On a, dans la juste compréhension d’Aristote par l’averroïsme, l’intelligence universelle, l’âme « individuelle », la forme et la matière. On a de fait quelqu’un expliquant dans la pièce :

« Cathos

Mon Dieu ! ma chère, que ton père a la forme enfoncée dans la matière ! que son intelligence est épaisse et qu’il fait sombre dans son âme ! »

Cette phrase vise se moquer des personnes utilisant un langage incompréhensible pour les gens, cependant un esprit avisé, opposé à la religion, comprend l’allusion…

Dans Le Bourgeois gentilhomme, on a également une allusion à la philosophie d’Aristote, plus précisément sa logique, qui a largement été repris par l’Eglise pour se construire intellectuellement.

Voici donc la sorte d’étrange dialogue :

« Maître de philosophie

Par où vous plaît-il que nous commencions ? Voulez-vous que je vous apprenne la logique ?

Monsieur Jourdain

Qu’est-ce que c’est que cette logique ?

Maître de philosophie

C’est elle qui enseigne les trois opérations de l’esprit.

Monsieur Jourdain

Qui sont-elles, ces trois opérations de l’esprit ?

Maître de philosophie

La première, la seconde, et la troisième. La première est de bien concevoir par le moyen des universaux. La seconde, de bien juger par le moyen des catégories ; et la troisième, de bien tirer une conséquence par le moyen des figures barbara, celarent, darii, ferio,baralipton, etc. »

Enfin, concluons par une scène totalement délirante. Dans Le mariage forcé, le futur marié va se renseigner auprès de deux philosophes. L’un d’entre eux utilise les concepts d’Aristote.

Si l’on se moque du philosophe, en tout cas Molière maîtrise parfaitement les références… Si l’on comprend en arrière-plan l’averroïsme politique issu de la pensée d’Aristote, alors on a ici quelque chose que les historiens devraient, bien entendu, creuser.

« Pancrace

N’est-ce pas une chose horrible, une chose qui crie vengeance au ciel, que d’endurer qu’on dise publiquement la forme d’un chapeau ?

Sganarelle

Comment !

Pancrace

Je soutiens qu’il faut dire la figure d’un chapeau, et non pas la forme ; d’autant qu’il y a cette différence entre la forme et la figure, que la forme est la disposition extérieure des corps qui sont animés, et la figure la disposition extérieure des corps qui sont inanimés : et puisque le chapeau est un corps inanimé, il faut dire la figure d’un chapeau, et non pas la forme. (se retournant encore du côté par où il est entré.) Oui, ignorant que vous êtes, c’est ainsi qu’ il faut parler ; et ce sont les termes exprès d’Aristote dans le chapitre de la qualité.

Sganarelle, (à part.)

Je pensais que tout fût perdu. (À Pancrace.) Seigneur docteur, ne songez plus à tout cela. Je…

Pancrace

Je suis dans une colère, que je ne me sens pas.

Sganarelle

Laissez la forme et le chapeau en paix. J’ai quelque chose à vous communiquer. Je…

Pancrace

Impertinent fieffé !

Sganarelle

De grâce, remettez-vous. Je…

Pancrace

Ignorant !

Sganarelle

Eh ! mon Dieu. Je…

Pancrace

Me vouloir soutenir une proposition de la sorte !

Sganarelle

Il a tort. Je…

Pancrace

Une proposition condamnée par Aristote !

Sganarelle

Cela est vrai. Je…

Pancrace

En termes exprès ! »

« Pancrace

Que voulez-vous ?

Sganarelle

Vous consulter sur une petite difficulté.

Pancrace

Ah ! ah ! sur une difficulté de philosophie, sans doute ?

Sganarelle

Pardonnez-moi. Je…

Pancrace

Vous voulez peut-être savoir si la substance et l’accident sont termes synonymes ou équivoques à l’égard de l’être ?

Sganarelle

Point du tout. Je…

Pancrace

Si la logique est un art ou une science ?

Sganarelle

Ce n’est pas cela. Je…

Pancrace

Si elle a pour objet les trois opérations de l’esprit, ou la troisième seulement ?

Sganarelle

Non. Je…

Pancrace

S’il y a dix catégories, ou s’il n’y en a qu’une ?

Sganarelle

Point. Je…

Pancrace

Si la conclusion est de l’essence du syllogisme ?

Sganarelle

Nenni. Je…

Pancrace

Si l’essence du bien est mise dans l’appétibilité, ou dans la convenance ?

Sganarelle

Non. Je…

Pancrace

Si le bien se réciproque avec la fin ?

Sganarelle

Eh ! non. Je…

Pancrace

Si la fin nous peut émouvoir par son être réel, ou par son être intentionnel ?

Sganarelle

Non, non, non, non, non, de par tous les diables, non. »

Molière connaissait parfaitement la philosophie d’Aristote. Il n’a rien à voir avec la farce : derrière les simples apparences du comique, il y a une construction historique.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : “hors de Paris, il n’y a point de salut pour les honnêtes gens”

Molière ne critique pas seulement le caractère arriéré des féodaux. En effet, il y a la tentative de procéder à l’imitation de la culture, par pédantisme. Molière est une arme anti-féodale justement parce qu’il empêche la reproduction en apparence de la culture par les faussaires féodaux.

La pièce Le bourgeois gentilhomme est ainsi un rappel aux bourgeois : il faut qu’ils restent eux-mêmes, pas qu’ils copient les féodaux. Un vrai bourgeois ne doit pas se la jouer gentilhomme, il doit porter la ville nouvelle, et ne pas transposer dans celle-ci des mœurs des campagnes.

On a par exemple le moment où Monsieur Jourdain, bourgeois voulant devenir gentilhomme, qui tente d’importer le culte féodal de « l’importance » :

Monsieur Jourdain, Laquais.

Monsieur Jourdain

Suivez-moi, que j’aille un peu montrer mon habit par la ville ; et surtout ayez soin tous deux de marcher immédiatement sur mes pas, afin qu’on voie bien que vous êtes à moi.

Laquais

Oui, Monsieur.

Dans La Comtesse d’Escarbagnas, on retrouve de la même manière la critique du pédantisme féodal déconnecté des valeurs réelles de la culture et de la civilisation. Les féodaux sont décalés par rapport aux réelles exigences, aux réelles bonnes manières.

Les spectateurs constatent ainsi dans la pièce :

La Comtesse

Allez, impertinente, je bois avec une soucoupe. Je vous dis que vous m’alliez quérir une soucoupe pour boire.

Andrée

Criquet, qu’est-ce que c’est qu’une soucoupe ?

Criquet

Une soucoupe ?

Andrée

Oui.

Criquet

Je ne sais.

La Comtesse

Vous ne vous grouillez pas ?

Andrée

Nous ne savons tous deux, Madame, ce que c’est qu’une soucoupe.

La Comtesse

Apprenez que c’est une assiette sur laquelle on met le verre. Vive Paris pour être bien servie !

On retrouve pareillement dans la pièce :

La Comtesse

Ôtez-vous de devant mes yeux. En vérité, Madame, c’est une chose étrange que les petites villes ; on n’y sait point du tout son monde ; et je viens de faire deux ou trois visites, où ils ont pensé me désespérer par le peu de respect qu’ils rendent à ma qualité.

Julie

Où auraient-ils appris à vivre ? Ils n’ont point fait de voyage à Paris.

La Comtesse

Ils ne laisseraient pas de l’apprendre, s’ils voulaient écouter les personnes ; mais le mal que j’y trouve, c’est qu’ils veulent en savoir autant que moi, qui ai été deux mois à Paris, et vu toute la cour.

Julie

Les sottes gens que voilà !

La Comtesse

Ils sont insupportables avec les impertinentes égalités dont ils traitent les gens. Car enfin il faut qu’il y ait de la subordination dans les choses ; et ce qui me met hors de moi, c’est qu’un gentilhomme de ville de deux jours, ou de deux cents ans, aura l’effronterie de dire qu’il est aussi bien gentilhomme que feu Monsieur mon mari, qui demeurait à la campagne, qui avait meute de chiens courants, et qui prenait la qualité de comte dans tous les contrats qu’il passait.

Julie

On sait bien mieux vivre à Paris, dans ces hôtels dont la mémoire doit être si chère. Cet hôtel de Mouhy, Madame, cet hôtel de Lyon, cet hôtel de Hollande ! Les agréables demeures que voilà !

La Comtesse

Il est vrai qu’il y a bien de la différence de ces lieux-là à tout ceci. On y voit venir du beau monde, qui ne marchande point à vous rendre tous les respects qu’on saurait souhaiter. On ne s’en lève pas, si l’on veut, de dessus son siège ; et lorsque l’on veut voir la revue, ou le grand ballet de Psyché, on est servie à point nommé.

Julie

Je pense, Madame, que, durant votre séjour à Paris, vous avez fait bien des conquêtes de qualité.

La Comtesse

Vous pouvez bien croire, Madame, que tout ce qui s’appelle les galants de la cour n’a pas manqué de venir à ma porte, et de m’en conter ; et je garde dans ma cassette de leurs billets, qui peuvent faire voir quelles propositions j’ai refusées ; il n’est pas nécessaire de vous dire leurs noms : on sait ce qu’on veut dire par les galants de la cour. »

Dans les Précieuses ridicules, on trouve de ridiculisé le même genre d’attitudes pédantes, de comportements relevant faussement de la culture :

Mascarille

Tout ce que je fais me vient naturellement, c’est sans étude.

Mascarille

Les gens de qualité savent tout sans avoir jamais rien appris.

Magdelon

Assurément, ma chère.

Magdelon

Hélas ! qu’en pourrions-nous dire ? Il faudroit être l’antipode de la raison, pour ne pas confesser que Paris est le grand bureau des merveilles, le centre du bon goût, du bel esprit et de la galanterie.

Mascarille

Pour moi, je tiens que hors de Paris, il n’y a point de salut pour les honnêtes gens.

Le triomphe de Paris ne date pas du XIXe siècle : la ville naît au XVIIe siècle, comme vecteur de culture et de civilisation, contre la féodalité – et contre les pédants qui tentent d’utiliser cela dans un sens réactionnaire, au moyen de l’esprit pédant.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : contradiction ville-campagnes et rejet de l’esprit borné féodal

L’oeuvre de Molière possède une clef : la contradiction entre les villes et les campagnes. La féodalité consiste en les campagnes ; les bourgeois vivent dans les villes, qui étaient auparavant des bourgs fondés par les marchés tenus par les artisans.

La cour, quant à elle, choisit le camp des villes : elle est portée par l’administration de l’État s’affirmant dans un cadre nouveau : la nation.

Relever des campagnes, c’est être arriéré, c’est être déconnecté de la réalité et de ses exigences. Dans L’école des femmes, le personnage se plaint du fait que dans la grande ville qu’est Paris, le patriarcat ait reculé :

Arnolphe.

Fort bien : est-il au monde une autre ville aussi
Où l’on ait des maris si patients qu’ici ?

Arnolphe voit d’ailleurs son jeune concurrent lui ravir la jeune femme qu’il tient prisonnière justement alors qu’il était en déplacement à la campagne : la contradiction est ici exposée de manière nette.

Horace.

Je fus d’abord chez vous, mais inutilement.

Arnolphe.

J’étais à la campagne.

Horace.

Oui, depuis deux journées.

On a ainsi de manière régulière la figure de la personne à la culture féodale qui est en décalage avec les mœurs. C’est par exemple le cas dans la pièce Monsieur de Pourceaugnac, où le personnage éponyme se plaint qu’on se moque de lui en ville :

« Monsieur de Pourceaugnac se tourne du côté d’où il vient, comme parlant à des gens qui le suivent, Sbrigani.

Monsieur de Pourceaugnac

Hé bien, quoi ? qu’est-ce ? qu’y a-t-il ? Au diantre soit la sotte ville, et les sottes gens qui y sont ! ne pouvoir faire un pas sans trouver des nigauds qui vous regardent et se mettent à rire ! Eh ! Messieurs les badauds, faites vos affaires, et laissez passer les personnes sans leur rire au nez. Je me donne au diable, si je ne baille un coup de poing au premier que je verrai rire. »

Dans L’Avare, le personnage éponyme qui représente l’usurier typique des campagnes – et non le bourgeois capitaliste – considère la ville comme son ennemi, comme le révèle sa réaction au vol de sa cassette :

Le commissaire

Qui soupçonnez-vous de ce vol ?

Harpagon

Tout le monde, et je veux que vous arrêtiez prisonniers la ville et les faubourgs.

Le commissaire

Il faut, si vous m’en croyez, n’effaroucher personne et tâcher doucement d’attraper quelques preuves afin de procéder après, par la rigueur, au recouvrement des deniers qui vous ont été pris.

La pièce Le Misanthrope a justement comme sens de présenter un inadapté à la ville, qui est à ses yeux trop complexe et trop fausse. D’une certaine manière, le personnage d’Alceste préfigure de manière admirable le romantisme, nostalgie réactionnaire d’un moyen-âge idéalise.

Voici comment il exprime son avis sur la ville et la cour, c’est-à-dire sur la bourgeoisie et le pouvoir royal constituant l’administration de l’Etat :

Alceste

Je ne me moque point.
Et je vais n’épargner personne sur ce point.
Mes yeux sont trop blessés, et la cour et la ville
Ne m’offrent rien qu’objets à m’échauffer la bile ;
J’entre en une humeur noire, en un chagrin profond,
Quand je vois vivre entre eux les hommes comme ils font ;
Je ne trouve partout que lâche flatterie,
Qu’injustice, intérêt, trahison, fourberie ;
Je n’y puis plus tenir, j’enrage ; et mon dessein
Est de rompre en visière à tout le genre humain.

Inversement, le personnage représentant le personnage « adapté » aux mœurs modernes et à leur complexité : il prend les gens tels qu’ils sont.

Philinte

Je prends tout doucement les hommes comme ils sont ;
J’accoutume mon âme à souffrir ce qu’ils font,
Et je crois qu’à la cour, de même qu’à la ville,
Mon flegme est philosophe autant que votre bile.

La brutalité typiquement féodale des personnages arriérés est maintes fois soulignés. Les féodaux sont toujours prêts à la violence, à faire couler le sang. Voici comment Molière dénonce l’attitude brutale du personnage de l’usurier représenté par Harpagon :

Maître Jacques dans le fond du théâtre, en se retournant du côté par lequel il est entré.

Je m’en vais revenir. Qu’on me l’égorge tout à l’heure ; qu’on me lui fasse griller les pieds, qu’on me le mette dans l’eau bouillante, et qu’on me le pende au plancher.

Harpagon à maître Jacques.

Qui ? celui qui m’a dérobé ?

Maître Jacques

Je parle d’un cochon de lait que votre intendant me vient d’envoyer, et je veux vous l’accommoder à ma fantaisie.

On a là une critique démocratique ; bien entendu de manière moderne il eut fallu dénoncer la situation du cochon de lait (c’est-à-dire d’un porcelet). Les féodaux sont décalés, brutaux, bornés – ils appartiennent au passé.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : triomphe du baroque

Molière ne s’arrache donc pas à la soumission à la cour. La Comtesse d’Escarbagnas est une comédie-ballet, sans grande envergure, mais soulignant la séparation entre Paris et la province sur le plan des mœurs. A ce titre, elle célèbre la séparation villes-campagnes, en affirmant la cour et en abaissant l’aristocratie.

Le ton est le même avec Le Malade imaginaire, comédie-ballet où la pièce qui se moque des médecins est entrecoupé de danses, de chants, et de scènes à la gloire du roi et du mode de la vie de la cour.

« Tous

Joignons tous dans ces bois
Nos flûtes et nos voix :
Ce jour nous y convie
Et faisons aux échos redire mille fois :
LOUIS est le plus grand des rois ;
Heureux, heureux qui peut lui consacrer sa vie !

Dernière et grande entrée de ballet

Faunes, bergers et bergères, tous se mêlent, et il se fait entre eux des jeux de danse ; après quoi ils se vont préparer pour la comédie. »

Comme régulièrement dans les pièces de Molière, les médecins sont présentés comme des obscurantistes, des membres zélés de la féodalité. Le pouvoir royal est ouvertement présenté comme un obstacle progressiste à l’obscurantisme des médecins.

On a ainsi cette scène où le médecin est scandalisé que sa profession ait parfois à rendre des comptes :

« Argan

N’est-ce pas votre intention, monsieur, de le pousser à la cour, et d’y ménager pour lui une charge de médecin ?

Monsieur Diafoirus

A vous en parler franchement, notre métier auprès des grands ne m’a jamais paru agréable ; et j’ai toujours trouvé qu’il valait mieux pour nous autres demeurer au public. Le public est commode. Vous n’avez à répondre de vos actions à personne ; et, pourvu que l’on suive le courant des règles de l’art, on ne se met point en peine de tout ce qui peut arriver. Mais ce qu’il y a de fâcheux auprès des grands, c’est que, quand ils viennent à être malades, ils veulent absolument que leurs médecins les guérissent.

Toinette

Cela est plaisant ! et ils sont bien impertinents de vouloir que, vous autres messieurs, vous les guérissiez. Vous n’êtes point auprès d’eux pour cela ; vous n’y êtes que pour recevoir vos pensions et leur ordonner des remèdes ; c’est à eux à guérir s’ils peuvent.

Monsieur Diafoirus

Cela est vrai. On n’est obligé qu’à traiter les gens dans les formes. »

Molière oppose ainsi la joie de vivre de la cour aux remèdes des médecins. Les XVIIe et XVIIIe siècles sont de fait marqués par les « lavements » comme remèdes « miracles », au moyen de seringues enfoncés dans le rectum et propulsant des liquides dans l’intestin.

La pièce se moque de la méthode et de ses médecins qui ont pour habitude de parler finalement à des postérieurs de personnes crédules :

« Monsieur Fleurant, à Béralde.

De quoi vous mêlez-vous, de vous opposer aux ordonnances de la médecine, et d’empêcher monsieur de prendre mon clystère ? Vous êtes bien plaisant d’avoir cette hardiesse-là !

Béralde

Allez, monsieur ; on voit bien que vous n’avez pas accoutumé de parler à des visages.

Monsieur Fleurant

On ne doit point ainsi se jouer des remèdes et me faire perdre mon temps. Je ne suis venu ici que sur une bonne ordonnance ; et je vais dire à monsieur Purgon comme on m’a empêché d’exécuter ses ordres et de faire ma fonction. Vous verrez, vous verrez…

Argan

Mon frère, vous serez cause ici de quelque malheur.

Béralde

Le grand malheur de ne pas prendre un lavement que monsieur Purgon a ordonné ! »

« Monsieur Purgon

Un clystère que j’avais pris plaisir à composer moi-même. »

« Monsieur Purgon

Inventé et formé dans toutes les règles de l’art. »

« Monsieur Purgon

Et qui devait faire dans les entrailles un effet merveilleux. »

Le problème est toutefois le même que pour l’affirmation des droits des femmes. Comment organiser socialement le changement ?

La pièce oscille ainsi entre l’idéologie baroque – la science est, en fait, prétentieuse et vaine – et l’idéologie matérialiste célébrant la nature comme étant rationnelle.

Voici deux extraits significatifs :

« Argan

Pourquoi ne voulez-vous pas, mon frère, qu’un homme en puisse guérir un autre ?

Béralde

Par la raison, mon frère, que les ressorts de notre machine sont des mystères, jusques ici, où les hommes ne voient goutte ; et que la nature nous a mis au-devant des yeux des voiles trop épais pour y connaître quelque chose.

Argan

Les médecins ne savent donc rien, à votre compte ?

Béralde

Si fait, mon frère. Ils savent la plupart de fort belles humanités, savent parler en beau latin, savent nommer en grec toutes les maladies, les définir et les diviser ; mais, pour ce qui est de les guérir, c’est ce qu’ils ne savent pas du tout. »

« Argan

C’est que vous avez, mon frère, une dent de lait contre lui. Mais, enfin, venons au fait. Que faire donc quand on est malade ?

Béralde

Rien, mon frère.

Argan

Rien ?

Béralde

Rien. Il ne faut que demeurer en repos. La nature, d’elle-même, quand nous la laissons faire, se tire doucement du désordre où elle est tombée. C’est notre inquiétude, c’est notre impatience qui gâte tout ; et presque tous les hommes meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs maladies. »

Molière, de fait, cède au baroque. On retrouve le principe de la « mise en abyme », puisqu’il est parlé de lui dans la pièce, et on a donc lui comme personnage se moquant de lui-même. La triste ironie est qu’il mourra après une représentation de cette pièce, après avoir joué un malade imaginaire alors que lui-même était réellement malade.

Voici la mise en abyme.

« Argan

Ouais ! vous êtes un grand docteur, à ce que je vois, et je voudrais bien qu’il y eût ici quelqu’un de ces messieurs, pour rembarrer vos raisonnements et rabaisser votre caquet.

Béralde

Moi, mon frère, je ne prends point à tâche de combattre la médecine ; et chacun, à ses périls et fortune, peut croire tout ce qu’il lui plaît. Ce que j’en dis n’est qu’entre nous ; et j’aurais souhaité de pouvoir un peu vous tirer de l’erreur où vous êtes et, pour vous divertir, vous mener voir, sur ce chapitre, quelqu’une des comédies de Molière.

Argan

C’est un bon impertinent que votre Molière, avec ses comédies ! et je le trouve bien plaisant d’aller jouer d’honnêtes gens comme les médecins !

Béralde

Ce ne sont point les médecins qu’il joue, mais le ridicule de la médecine.

Argan

C’est bien à lui à faire, de se mêler de contrôler la médecine ! Voilà un bon nigaud, un bon impertinent, de se moquer des consultations et des ordonnances, de s’attaquer au corps des médecins, et d’aller mettre sur son théâtre des personnes vénérables comme ces messieurs-là.

Béralde

Que voulez-vous qu’il y mette, que les diverses professions des hommes ? On y met bien tous les jours les princes et les rois qui sont d’aussi bonne maison que les médecins.

Argan

Par la mort non de diable ! si j’étais que des médecins, je me vengerais de son impertinence ; et, quand il sera malade, je le laisserais mourir sans secours. Il aurait beau faire et beau dire, je ne lui ordonnerais pas la moindre petite saignée, le moindre petit lavement ; et je lui dirais : « Crève, crève ; cela t’apprendra une autre fois à te jouer à la Faculté. »

Béralde

Vous voilà bien en colère contre lui.

Argan

Oui. C’est un malavisé ; et, si les médecins sont sages, ils feront ce que je dis.

Béralde

Il sera encore plus sage que vos médecins, car il ne leur demandera point de secours.

Argan

Tant pis pour lui, s’il n’a point recours aux remèdes.

Béralde

Il a ses raisons pour n’en point vouloir, et il soutient que cela n’est permis qu’aux gens vigoureux et robustes, et qui ont des forces de reste pour porter les remèdes avec la maladie ; mais que, pour lui, il n’a justement de la force que pour porter son mal.

Argan

Les sottes raisons que voilà ! Tenez, mon frère, ne parlons point de cet homme-là davantage ; car cela m’échauffe la bile et vous me donneriez mon mal. »

L’idéologie baroque est ainsi finalement prédominante. Une servante se déguise en médecin de 99 ans à la va-vite, et la « confusion » triomphe, typiquement dans l’esprit baroque :

« Béralde

J’ai lu des choses surprenantes de ces sortes de ressemblances, et nous en avons vu, de notre temps, où tout le monde s’est trompé.

Argan

Pour moi, j’aurais été trompé à celle-là ; et j’aurais juré que c’est la même personne. »

« Béralde

Il est vrai que la ressemblance est tout à fait grande ; mais ce n’est pas la première fois qu’on a vu de ces sortes de choses, et les histoires ne sont pleines que de ces jeux de la nature. »

Le fait qu’il suffise d’un habit de médecin pour devenir médecin est une critique de la prétention des médecins, mais joue également sur le fait que les apparences sont trompeuses, dans l’esprit du baroque encore une fois.

« Argan

Mais il faut savoir bien parler latin, connaître les maladies et les remèdes qu’il y faut faire.

Béralde

En recevant la robe et le bonnet de médecin, vous apprendrez tout cela ; et vous serez après plus habile que vous ne voudrez.

Argan

Quoi ! l’on sait discourir sur les maladies quand on a cet habit-là ?

Béralde

Oui. L’on n’a qu’à parler avec une robe et un bonnet, tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison. »

Le moment final, toujours baroque, consiste en une sorte de danse orientale où le malade imaginaire se voit attribuer le titre de médecin, l’illusion étant ouvertement mise en avant comme méthode.

« Toinette

Quel est votre dessein ?

Béralde

De vous divertir un peu ce soir. Les comédiens ont fait un petit intermède de la réception d’un médecin, avec des danses et de la musique ; je veux que nous en prenions ensemble le divertissement, et que mon frère y fasse le premier personnage.

Angélique

Mais, mon oncle, il me semble que vous vous jouez un peu beaucoup de mon père.

Béralde

Mais, ma nièce, ce n’est pas tant le jouer que s’accommoder à ses fantaisies. Tout ceci n’est qu’entre nous. Nous y pouvons aussi prendre chacun un personnage, et nous donner ainsi la comédie les uns aux autres. Le carnaval autorise cela. Allons vite préparer toutes choses. »

Molière ne peut pas s’arracher à son époque : la monarchie absolue, avec son classicisme comme baroque français, limite son projet dans ses fondements mêmes.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière et les contradictions au sein du peuple

La question de la maternité et de la sexualité par rapport à l’éducation et l’activité sociale a été un problème fondamental, comme en témoigne Les femmes savantes.

Cependant, ce n’était pas le seul écueil à l’appui fait par Molière aux femmes et à leur quête de savoir : il y a également la question de la famille. Comment s’expriment les contradictions au sein du peuple ?

Comment les contradictions villes-campagnes jouent-elles dans les rapports au sein du couple ? Comment éviter que les progrès de la culture ne tombent dans le pédantisme, et comment éviter que le pragmatisme bourgeois ne sombre dans la facilité ?

C’est encore là un problème essentiel d’une modernité très grande ; ce qui est vrai au 17e siècle l’est encore au début du 21e siècle.

C’est par exemple le thème d’une discussion d’un couple au sujet de l’expression « rustique » d’une servante : cela semble intolérable à la femme, et tout à fait secondaire vis-à-vis du mari placide et pragmatique.

« PHILAMINTE

Vous voulez que toujours je l’aie à mon service,

Pour mettre incessamment mon oreille au supplice ?

Pour rompre toute loi d’usage et de raison,

Par un barbare amas de vices d’oraison,

De mots estropiés, cousus par intervalles,

De proverbes traînés dans les ruisseaux des Halles* ?

BÉLISE

Il est vrai que l’on sue à souffrir ses discours.

Elle y met Vaugelas en pièces tous les jours ;

Et les moindres défauts de ce grossier génie,

Sont ou le pléonasme, ou la cacophonie.

CHRYSALE

Qu’importe qu’elle manque aux lois de Vaugelas,

Pourvu qu’à la cuisine elle ne manque pas ?

J’aime bien mieux, pour moi, qu’en épluchant ses herbes,

Elle accommode mal les noms avec les verbes,

Et redise cent fois un bas ou méchant mot,

Que de brûler ma viande, ou saler trop mon pot.

Je vis de bonne soupe, et non de beau langage.

Vaugelas n’apprend point à bien faire un potage,

Et Malherbe et Balzac, si savants en beaux mots,

En cuisine peut-être auraient été des sots.

PHILAMINTE

Que ce discours grossier terriblement assomme !

Et quelle indignité pour ce qui s’appelle homme,

D’être baissé sans cesse aux soins matériels,

Au lieu de se hausser vers les spirituels !

Le corps, cette guenille, est-il d’une importance,

D’un prix à mériter seulement qu’on y pense,

Et ne devons-nous pas laisser cela bien loin ?

CHRYSALE

Oui, mon corps est moi-même, et j’en veux prendre soin,

Guenille si l’on veut, ma guenille m’est chère. »

Le problème est, bien sûr, que le refus du pédantisme bascule vite dans le refus de voir les femmes être savantes :

« CHRYSALE.

C’est à vous que je parle, ma sœur.

Le moindre solécisme en parlant vous irrite :

Mais vous en faites, vous, d’étranges en conduite.

Vos livres éternels ne me contentent pas,

Et hors un gros Plutarque à mettre mes rabats,

Vous devriez brûler tout ce meuble* inutile,

Et laisser la science aux docteurs de la ville ;

M’ôter, pour faire bien, du grenier de céans,

Cette longue lunette à faire peur aux gens,

Et cent brimborions dont l’aspect importune :

Ne point aller chercher ce qu’on fait dans la lune,

Et vous mêler un peu de ce qu’on fait chez vous,

Où nous voyons aller tout sens dessus dessous.

Il n’est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes,

Qu’une femme étudie, et sache tant de choses.

Former aux bonnes mœurs l’esprit de ses enfants,

Faire aller son ménage, avoir l’œil sur ses gens,

Et régler la dépense avec économie,

Doit être son étude et sa philosophie.

Nos pères sur ce point étaient gens bien sensés,

Qui disaient qu’une femme en sait toujours assez,

Quand la capacité de son esprit se hausse

À connaître un pourpoint d’avec un haut de chausse.

Les leurs ne lisaient point, mais elles vivaient bien ;

Leurs ménages étaient tout leur docte entretien,

Et leurs livres un dé, du fil, et des aiguilles,

Dont elles travaillaient au trousseau de leurs filles.

Les femmes d’à présent sont bien loin de ces mœurs,

Elles veulent écrire, et devenir auteurs.

Nulle science n’est pour elles trop profonde,

Et céans beaucoup plus qu’en aucun lieu du monde.

Les secrets les plus hauts s’y laissent concevoir,

Et l’on sait tout chez moi, hors ce qu’il faut savoir.

On y sait comme vont lune, étoile polaire,

Vénus, Saturne, et Mars, dont je n’ai point affaire ;

Et dans ce vain savoir, qu’on va chercher si loin,

On ne sait comme va mon pot dont j’ai besoin.

Mes gens à la science aspirent pour vous plaire,

Et tous ne font rien moins que ce qu’ils ont à faire ;

Raisonner est l’emploi de toute ma maison,

Et le raisonnement en bannit la raison ;

L’un me brûle mon rôt en lisant quelque histoire,

L’autre rêve à des vers quand je demande à boire ;

Enfin je vois par eux votre exemple suivi,

Et j’ai des serviteurs, et ne suis point servi. »

Ce n’est pas tout : le rapport mère-fille rencontre le même problème : si la jeune femme veut être épanouie et méprise les pédants au nom, en quelque sorte, de la dignité du réel, la mère pour autant connaît la valeur de l’éducation…

« HENRIETTE

C’est prendre un soin pour moi qui n’est pas nécessaire,

Les doctes entretiens ne sont point mon affaire.

J’aime à vivre aisément, et dans tout ce qu’on dit

Il faut se trop peiner, pour avoir de l’esprit.

C’est une ambition que je n’ai point en tête,

Je me trouve fort bien, ma mère, d’être bête,

Et j’aime mieux n’avoir que de communs propos,

Que de me tourmenter pour dire de beaux mots.

PHILAMINTE

Oui, mais j’y suis blessée, et ce n’est pas mon compte

De souffrir dans mon sang une pareille honte.

La beauté du visage est un frêle ornement,

Une fleur passagère, un éclat d’un moment,

Et qui n’est attaché qu’à la simple épiderme ;

Mais celle de l’esprit est inhérente et ferme.

J’ai donc cherché longtemps un biais de vous donner

La beauté que les ans ne peuvent moissonner,

De faire entrer chez vous le désir des sciences,

De vous insinuer les belles connaissances ;

Et la pensée enfin où mes vœux ont souscrit,

C’est d’attacher à vous un homme plein d’esprit,

Et cet homme est Monsieur que je vous détermine

À voir comme l’époux que mon choix vous destine. »

On est, ici encore, dans une contradiction au sein du peuple, avec différents aspects.

=>Retour au dossier sur Molière

Les limites historiques de Molière

Les dernières œuvres de Molière prolongent, une dernière fois, l’offensive anti-féodale. Elles atteignent cependant une limite : celle propre à la monarchie absolue.

Les Fourberies de Scapin défendent ainsi, encore une fois, le droit au choix de la personne avec qui on veut se marier. On trouve toutefois de présente une réflexion sur le fatalisme, dans l’esprit stoïcien. Il faudrait accepter les choses telles qu’elles sont : ici se reflète le caractère passif de la bourgeoisie dans le cadre de l’alliance avec la cour.

Scapin, personnage qui manigance et qui trompe, rappelle qu’il faut prendre pourtant les choses telles qu’elles sont :

« Scapin

Monsieur, la vie est mêlée de traverses. Il est bon de s’y tenir sans cesse préparé ; et j’ai ouï dire, il y a longtemps, une parole d’un ancien que j’ai toujours retenue.

Argante

Quoi ?

Scapin

Que pour peu qu’un père de famille ait été absent de chez lui, il doit promener son esprit sur tous les fâcheux accidents que son retour peut rencontrer : se figurer sa maison brûlée, son argent dérobé, sa femme morte, son fils estropié, sa fille subornée ; et ce qu’il trouve qui ne lui est point arrivé, l’imputer à bonne fortune. Pour moi, j’ai pratiqué toujours cette leçon dans ma petite philosophie ; et je ne suis jamais revenu au logis, que je ne me sois tenu prêt à la colère de mes maîtres, aux réprimandes, aux injures, aux coups de pied au cul, aux bastonnades, aux étrivières ; et ce qui a manqué à m’arriver, j’en ai rendu grâce à mon bon destin. »

Lorsqu’il fait croire à un père que son fils a été enlevé par des Ottomans, il souligne le rôle de la « destinée » :

« Géronte

Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin

Une méchante destinée conduit quelquefois les personnes. »

C’est très important, car ici on voit que Molière commence à glisser ouvertement sur le terrain de la culture baroque.

La raison de cela tient à la réalité de la société française. De fait, la pièce qui suit, Les Femmes savantes, reprend la ligne générale de l’offensive anti-féodale, tout en posant une question compliquée, difficile à répondre alors.

Historiquement en effet, au début de l’humanité, la femme avait davantage d’importance que l’homme car elle donnait la vie. La hiérarchie s’est imposée avec la période de l’agriculture et de la domestication, du « triomphe » patriarcal sur la nature.

Or, si la bourgeoisie et le progrès rétablissent la dignité féminine, reste la question de la maternité. En l’absence de société collectivisée, la femme est obligée de « choisir » entre une vie de famille et la science. Telle est la contradiction montrée dans la pièce Les Femmes savantes.

Dès le début, on a deux femmes opposant leurs points de vue à ce sujet :

« ARMANDE

De tels attachements, ô Ciel ! sont pour vous plaire ?

HENRIETTE

Et qu’est-ce qu’à mon âge on a de mieux à faire,

Que d’attacher à soi, par le titre d’époux,

Un homme qui vous aime, et soit aimé de vous ;

Et de cette union de tendresse suivie,

Se faire les douceurs d’une innocente vie ?

Ce nœud bien assorti n’a-t-il pas des appas ?

ARMANDE

Mon Dieu, que votre esprit est d’un étage bas !

Que vous jouez au monde un petit personnage,

De vous claquemurer aux choses du ménage,

Et de n’entrevoir point de plaisirs plus touchants,

Qu’un idole d’époux, et des marmots d’enfants !

Laissez aux gens grossiers, aux personnes vulgaires,

Les bas amusements de ces sortes d’affaires.

À de plus hauts objets élevez vos désirs,

Songez à prendre un goût des plus nobles plaisirs,

Et traitant de mépris les sens et la matière,

À l’esprit comme nous donnez-vous toute entière :

Vous avez notre mère en exemple à vos yeux,

Que du nom de savante on honore en tous lieux,

Tâchez ainsi que moi de vous montrer sa fille,

Aspirez aux clartés qui sont dans la famille,

Et vous rendez sensible aux charmantes douceurs

Que l’amour de l’étude épanche dans les cœurs :

Loin d’être aux lois d’un homme en esclave asservie ;

Mariez-vous, ma sœur, à la philosophie,

Qui nous monte au-dessus de tout le genre humain,

Et donne à la raison l’empire souverain,

Soumettant à ses lois la partie animale

Dont l’appétit grossier aux bêtes nous ravale.

Ce sont là les beaux feux, les doux attachements,

Qui doivent de la vie occuper les moments ;

Et les soins où je vois tant de femmes sensibles,

Me paraissent aux yeux des pauvretés horribles. »

Henriette répond alors simplement que si les femmes n’avaient pas assumé leur sexualité, il n’y aurait pas de naissance : il n’y aurait pas eu Armande, il n’y aurait pas peut-être de savant auquel elle va donner naissance…

« HENRIETTE

Mais vous ne seriez pas ce dont vous vous vantez,

Si ma mère n’eût eu que de ces beaux côtés ;

Et bien vous prend, ma sœur, que son noble génie

N’ait pas vaqué toujours à la philosophie.

De grâce souffrez-moi par un peu de bonté

Des bassesses à qui vous devez la clarté ;

Et ne supprimez point, voulant qu’on vous seconde,

Quelque petit savant qui veut venir au monde. »

Cette question est, de fait, d’une grande modernité. Elle amène évidemment les femmes bourgeoises à vouloir supprimer la dimension naturelle : « on ne naît pas femme, on le devient ». La femme bourgeoise veut devenir un homme capitaliste.

Molière, portraitiste bourgeois, est confronté à cette contradiction historique, déjà au 17e siècle.

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : comédies-ballet et apothéose avec le Bourgeois gentilhomme

Après L’Avare, Molière revient à la comédie-ballet, avec Monsieur de Pourceaugnac. C’est une comédie où on se moque des langages incorrects aux yeux de la cour, comme le picard et l’occitan, où l’on montre que, hors de Paris, tout est naïveté. La conclusion, en elle-même, témoigne du caractère divertissant de la pièce, comme reflet de l’idéologie de la cour :

« Ne songeons qu’à nous réjouir :
La grande affaire est le plaisir. »

Dans la continuité, on a ensuite la comédie-ballet Les Amants magnifiques, joué à l’occasion du carnaval de 1670, au cours des festivités appelées pas moins que Divertissement royal. Louis XIV devait monter sur scène pour danser deux rôles, mais apparemment il ne fit pas (et par ailleurs il ne le fit plus non plus par la suite).

On est là, encore dans l’esprit de la Renaissance et du divertissement pastoral, avec des références à la Grèce, une princesse devant se marier et allant à la chasse, etc.

On est dans la même démarche avec Psyché, une tragi-comédie utilisant également le principe du ballet, durant cinq heures et présenté à Paris pendant de longues périodes : du 24 juillet au 25 octobre 1671, du 15 janvier au 6 mars 1672 et du 11 novembre au 23 janvier 1673.

4000 personnes purent ainsi voir un spectacle faste dans la « Salle des Machines », avec des décors mobiles permettant de multiplier les lieux des différentes scènes. Psyché, une jeune femme, est ainsi transporté dans un palais, dans une campagne sauvage, aux enfers, pour être finalement enlevé enfin par le dieu Amour qui l’emmène au ciel, avec l’accord tant attendu de Vénus et de Jupiter.

On retrouve encore les nymphes et les naïades, des sylvains, bref des esprits des forêts et des eaux. L’une des divinités, Flore, résume l’esprit de la cour :

« Est-on sage,
Dans le bel âge,
Est-on sage
De n’aimer pas ?
Que sans cesse,
L’on se presse
De goûter les plaisirs ici-bas.
La sagesse
De la jeunesse,
C’est de savoir jouir de ses appas
L’Amour charme
Ceux qu’il désarme ;
L’Amour charme,
Cédons-lui tous.
Notre peine
Seroit vaine
De vouloir résister à ses coups :
Quelque chaîne
Qu’un amant prenne,
La liberté n’a rien qui soit si doux. »

Entre ces deux œuvres, Molière a réalisé une autre comédie-ballet, qui est extrêmement connu en France : Le Bourgeois gentilhomme.

C’est une pièce qui, de fait, prolonge l’ambiguïté de la situation de Molière. Là encore, comme dans L’Avare, on a un personnage plus conforme aux exigences de la cour que de celles de la bourgeoisie.

On a ainsi un bourgeois, « Monsieur Jourdain, avec les visions de noblesse et de galanterie qu’il est allé se mettre en tête ».

Le personnage tente de saisir les règles de la cour, et il est simplement ridicule, incapable de devenir réellement raffiné. En même temps, cela révèle une certaine vanité et un certain ridicule des nobles eux-mêmes.

On a ainsi en même temps une cour qui se moque des « ploucs » et des bourgeois se moquant de la rigidité des nobles, le tout dans une œuvre qui terminera dans une apothéose délirante absolument incroyable.

Voici un extrait présentant bien le caractère de Monsieur Jourdain, celui dont on se moque dans toute l’oeuvre.

« Madame Jourdain

Vous êtes fou, mon mari, avec toutes vos fantaisies, et cela vous est venu depuis que vous vous mêlez de hanter la noblesse.

Monsieur Jourdain

Lorsque je hante la noblesse, je fais paraître mon jugement, et cela est plus beau que de hanter votre bourgeoisie.

Madame Jourdain

Çamon vraiment ! il y a fort à gagner à fréquenter vos nobles, et vous avez bien opéré avec ce beau Monsieur le comte dont vous vous êtes embéguiné.

Monsieur Jourdain

Paix ! Songez à ce que vous dites. Savez-vous bien, ma femme, que vous ne savez pas de qui vous parlez, quand vous parlez de lui ? C’est une personne d’importance plus que vous ne pensez, un seigneur que l’on considère à la cour, et qui parle au Roi tout comme je vous parle. N’est-ce pas une chose qui m’est tout à fait honorable, que l’on voie venir chez moi si souvent une personne de cette qualité, qui m’appelle son cher ami, et me traite comme si j’étais son égal ? Il a pour moi des bontés qu’on ne devinerait jamais ; et, devant tout le monde, il me fait des caresses dont je suis moi-même confus.

Madame Jourdain

Oui, il a des bontés pour vous, et vous fait des caresses ; mais il vous emprunte votre argent.

Monsieur Jourdain

Hé bien ! ne m’est-ce pas de l’honneur, de prêter de l’argent à un homme de cette condition-là ? et puis-je faire moins pour un seigneur qui m’appelle son cher ami ?

Madame Jourdain

Et ce seigneur, que fait-il pour vous ?

Monsieur Jourdain

Des choses dont on serait étonné, si on les savait.

Madame Jourdain

Et quoi ?

Monsieur Jourdain

Baste, je ne puis pas m’expliquer. Il suffit que si je lui ai prêté de l’argent, il me le rendra bien, et avant qu’il soit peu.

Madame Jourdain

Oui, attendez-vous à cela.

Monsieur Jourdain

Assurément. : ne me l’a-t-il pas dit ?

Madame Jourdain

Oui, oui : il ne manquera pas d’y faillir.

Monsieur Jourdain

Il m’a juré sa foi de gentilhomme.

Madame Jourdain

Chansons. »

On a donc l’opposition entre la femme, rationnelle et attachée à la bourgeoisie, et l’homme qui délire et essaie de basculer dans l’aristocratie, au point de refuser un mari pour sa fille car n’appartenant pas à l’aristocratie, dont lui-même n’est pourtant pas issu, malgré ses dénégations.

« Monsieur Jourdain

Vous n’êtes point gentilhomme, vous n’aurez pas ma fille.

Madame Jourdain

Que voulez-vous donc dire avec votre gentilhomme ? Est-ce que nous sommes, nous autres, de la côte de saint Louis ?

Monsieur Jourdain

Taisez-vous, ma femme : je vous vois venir.

Madame Jourdain

Descendons-nous tous deux que de bonne bourgeoisie ?

Monsieur Jourdain

Voilà pas le coup de langue ?

Madame Jourdain

Et votre père n’était-il pas marchand aussi bien que le mien ?

Monsieur Jourdain

Peste soit de la femme ! Elle n’y a jamais manqué. Si votre père a été marchand, tant pis pour lui ; mais pour le mien, ce sont des malavisés qui disent cela. Tout ce que j’ai à vous dire, moi, c’est que je veux avoir un gendre gentilhomme.

Madame Jourdain

Il faut à votre fille un mari qui lui soit propre, et il vaut mieux pour elle un honnête homme riche et bien fait, qu’un gentilhomme gueux et mal bâti.

Nicole

Cela est vrai. Nous avons le fils du gentilhomme de notre village, qui est le plus grand malitorne et le plus sot dadais que j’aie jamais vu.

Monsieur Jourdain

Taisez-vous, impertinente. Vous vous fourrez toujours dans la conversation. J’ai du bien assez pour ma fille, je n’ai besoin que d’honneur, et je la veux faire marquise. »

Le bourgeois voulant devenir gentilhomme, en fait, n’est qu’un vaniteux, totalement hors de propos :

« Maître tailleur

Voulez-vous mettre votre habit ?

Monsieur Jourdain

Oui, donnez-le-moi.

Maître tailleur

Attendez. Cela ne va pas comme cela. J’ai amené des gens pour vous habiller en cadence, et ces sortes d’habits se mettent avec cérémonie. Holà ! entrez, vous autres. Mettez cet habit à Monsieur, de la manière que vous faites aux personnes de qualité.

Quatre garçons tailleurs entrent, dont deux lui arrachent le haut-de-chausses de ses exercices, et deux autres la camisole ; puis ils lui mettent son habit neuf ; et M. Jourdain se promène entre eux, et leur montre son habit, pour voir s’il est bien. Le tout à la cadence de toute la symphonie.

Garçon tailleur

Mon gentilhomme, donnez, s’il vous plaît, aux garçons quelque chose pour boire.

Monsieur Jourdain

Comment m’appelez-vous ?

Garçon tailleur

Mon gentilhomme.

Monsieur Jourdain

« Mon gentilhomme ! » Voilà ce que c’est de se mettre en personne de qualité. Allez-vous-en demeurer toujours habillé en bourgeois, on ne vous dira point : « Mon gentilhomme ». Tenez, voilà pour « Mon gentilhomme ».

Garçon tailleur

Monseigneur, nous vous sommes bien obligés.

Monsieur Jourdain

« Monseigneur », oh, oh ! « Monseigneur » ! Attendez, mon ami : « Monseigneur » mérite quelque chose, et ce n’est pas une petite parole que « Monseigneur ». Tenez, voilà ce que Monseigneur vous donne.

Garçon tailleur

Monseigneur, nous allons boire tous à la santé de Votre Grandeur.

Monsieur Jourdain

« Votre Grandeur ! » Oh, oh, oh ! Attendez, ne vous en allez pas. à moi « Votre Grandeur ! » Ma foi, s’il va jusqu’à l’Altesse, il aura toute la bourse. Tenez, voilà pour Ma Grandeur.

Garçon tailleur

Monseigneur, nous la remercions très humblement de ses libéralités.

Monsieur Jourdain

Il a bien fait : je lui allais tout donner.

Les quatre garçons tailleurs se réjouissent par une danse, qui fait le second intermède. »

Les situations sont cocasses au possible, comme la leçon sur les voyelles, où la vanité du pédantisme intellectuel saute aux yeux :

« Maître de philosophie

La voix O se forme en rouvrant les mâchoires, et rapprochant les lèvres par les deux coins, le haut et le bas : O.

Monsieur Jourdain

O, O. Il n’y a rien de plus juste. A, E, I, O, I, O. Cela est admirable ! I, I, I, O.

Maître de philosophie

L’ouverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui représente un O.

Monsieur Jourdain

O, O, O. Vous avez raison, O. Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose ! »

L’oeuvre termine dans une apothéose anti-féodale. En théorie, le roi Louis XIV voulait une pièce pour se moquer des Ottomans, car un de leurs émissaires n’a pas été impressionné par un de ses luxueux habits.

En pratique, on se moque ici de la tyrannie et de la religion : sous couvert de se moquer de la tyrannie régissant l’empire ottoman et de l’obscurantisme musulman, c’est en fait la religion chrétienne dont on se moque, avec également la conception d’un tyran dont on célébrerait le culte sans aucune réalité de civilisation.

Monsieur Jourdain se croit nommé « mamamouchi », comme paladin de l’empire ottoman, par un ottoman qui est en fait le fiancé déguisé. La scène est délirante au possible :

« Six Turcs entrent gravement deux à deux, au son de tous les instruments. Ils portent trois tapis fort longs, dont ils font plusieurs figures, et, à la fin de cette première cérémonie, ils les lèvent fort haut ; les Turcs musiciens, et autres joueurs d’instruments, passent par dessous ; quatre Derviches qui accompagnent le Mufti ferment cette marche.

Alors les Turcs étendent les tapis par terre, et se mettent dessus à genoux ; le Mufti est debout au milieu, qui fait une invocation avec des contorsions et des grimaces, levant le menton et remuant les mains contre sa tête comme si c’était des ailes. Les Turcs se prosternent jusqu’à terre, chantant Alli, puis se relèvent, chantant Alla, ce qu’ils continuent alternativement jusqu’à la fin de l’invocation ; puis ils se lèvent tous, chantant Alla ekber.

Alors les Derviches amènent devant le Mufti le Bourgeois vêtu à la turque, rasé, sans turban, sans sabre, auquel il chante gravement ces paroles :

Le Mufti
Se ti sabir,
Ti respondir ;
Se nou sabir,
Tazir, tazir.

Mi star Mufti :
Ti qui star ti ?
Non intendir :
Tazir, tazir.

Deux Derviches font retirer le Bourgeois (…).

Le Mufti
Star bon Turca Giourdina ? Bis.

Les Turcs
Hey valla. Hey valla. Bis.

Le Mufti chante et danse.
Hu la ba ba la chou ba la ba ba la da.

Après que le Mufti s’est retiré, les Turcs dansent, et répètent ces mêmes paroles.

Hu la ba ba la chou ba la ba ba la da.

Le Mufti revient, avec son turban de cérémonie qui est d’une grosseur démesurée, garni de bougies allumées, à quatre ou cinq rangs.

Deux Derviches l’accompagnent, avec des bonnets pointus garnis aussi de bougies allumées, portant l’Alcoran : les deux autres Derviches amènent le Bourgeois, qui est tout épouvanté de cette cérémonie, et le font mettre à genoux le dos tourné au Mufti, puis, le faisant incliner jusques à mettre ses mains par terre, ils lui mettent l’Alcoran sur le dos, et le font servir de pupitre au Mufti, qui fait une invocation burlesque, fronçant le sourcil, et ouvrant la bouche, sans dire mot ; puis parlant avec véhémence, tantôt radoucissant sa voix, tantôt la poussant d’un enthousiasme à faire trembler, en se poussant les côtes avec les mains, comme pour faire sortir ses paroles, frappant quelquefois les mains sur l’Alcoran, et tournant les feuillets avec précipitation, et finit enfin en levant les bras, et criant à haute voix : Hou.

Pendant cette invocation, les Turcs assistants chantent Hou, hou, hou, s’inclinant à trois reprises, puis se relèvent de même à trois reprises, en chantant Hou, hou, hou, et continuant alternativement pendant toute l’invocation du Mufti.

Après que l’invocation est finie, les Derviches ôtent l’Alcoran de dessus le dos du Bourgeois, qui crie Ouf, parce qu’il est las d’avoir été longtemps en cette posture, puis ils se relèvent.

Le Mufti s’adressant au Bourgeois.
Ti non star furba ?

Les Turcs
No, no, no.

Le Mufti
Non star forfanta ?

Les Turcs
No, no, no.

Le Mufti aux Turcs.
Donar turbanta. Donar turbanta.
Et s’en va.

Les Turcs répètent tout ce que dit le Mufti, et donnent en dansant et en chantant, le turban au Bourgeois.

Le Mufti revient et donne le sabre au Bourgeois.
Ti star nobile, non star fabola.
Pigliar schiabola.

Puis il se retire.

Les Turcs répètent les mêmes mots, mettant tous le sabre à la main ; et six d’entre eux dansent autour du Bourgeois auquel ils feignent de donner plusieurs coups de sabre.

Le Mufti revient, et commande aux Turcs de bâtonner le Bourgeois, et chante ces paroles.

Dara, dara, bastonara, bastonara, bastonara.

Puis il se retire.

Les Turcs répètent les mêmes paroles, et donnent au Bourgeois plusieurs coups de bâton en cadence.

Le Mufti revient et chante.

Non tener honta :
Questa star l’ultima affronta.

Les Turcs répètent les mêmes vers.

Le Mufti, au son de tous les instruments, recommence une invocation, appuyé sur ses Derviches : après toutes les fatigues de cette cérémonie, les Derviches le soutiennent par-dessous les bras avec respect, et tous les Turcs sautant dansant et chantant autour du Mufti, se retirent au son de plusieurs instruments à la turque. »

On a ici une production de très haut niveau, d’une très grande subtilité, bien loin de la simple « farce ».

=>Retour au dossier sur Molière

Molière : paysans, usuriers et traditions féodales

Le Ballet des Muses, à Saint-Germain-en-Laye, a consisté en une série de comédies utilisant également la danse et le chant ; Molière y participe avec trois œuvres : Mélicerte, Pastorale comique, Le Sicilien ou l’Amour peintre.

On est dans l’esprit de la pastorale, ces histoires de campagne idéalisée, avec l’antiquité gréco-romaine en référence, avec la culture de la Renaissance en arrière-plan.

Il y a ainsi deux Molière : celui qui d’un côté, bourgeois, tend à l’idéologie représentée par l’humanisme et la peinture flamande, celui qui, de l’autre, contribuant à la monarchie absolue, est lié à l’idéologie de la Renaissance.

Lorsqu’il écrit Amphitryon, après ses trois œuvres pour le Ballet des muses, il sert ainsi le Roi soleil, qui est en quelque sorte représenté par Jupiter, qui lui-même prend l’apparence d’Amphitryon afin de charmer, en fait abuser, sa femme Alcmène.

Mercure prend, lui, l’apparence du valet, qui s’appelle Sosie et philosophe sur ce « sosie » qu’il retrouve devant lui :

« Sosie

Il ne ment pas d’un mot à chaque repartie,
Et de moi je commence à douter tout de bon.
Près de moi, par la force, il est déjà Sosie ;
Il pourrait bien encor l’être par la raison.
Pourtant, quand je me tâte, et que je me rappelle,
Il me semble que je suis moi.
Où puis-je rencontrer quelque clarté fidèle,
Pour démêler ce que je voi ?
Ce que j’ai fait tout seul, et que n’a vu personne,
À moins d’être moi-même, on ne le peut savoir. »

Une autre comédie-ballet suit, qui n’aura guère de succès : George Dandin ou le Mari confondu. Riche paysan, Georges Dandin achète un titre de noblesse et est devenu Monsieur de la Dandinière, il se marie avec une famille noble désargentée, mais sa femme le méprise et s’empresse de se laisser courtiser.

La pièce consiste donc en la description des malheurs du paysan, comme la scène d’exposition le présente même directement, dans une sorte d’adresse au public :

« George Dandin

Ah ! Qu’une femme Demoiselle est une étrange affaire, et que mon mariage est une leçon bien parlante à tous les paysans qui veulent s’élever au-dessus de leur condition, et s’allier, comme j’ai fait, à la maison d’un gentilhomme ! La noblesse de soi est bonne, c’est une chose considérable assurément ; mais elle est accompagnée de tant de mauvaises circonstances, qu’il est très bon de ne s’y point frotter. Je suis devenu là-dessus savant à mes dépens, et connais le style des nobles lorsqu’ils nous font, nous autres, entrer dans leur famille. L’alliance qu’ils font est petite avec nos personnes : c’est notre bien seul qu’ils épousent, et j’aurais bien mieux fait, tout riche que je suis, de m’allier en bonne et franche paysannerie, que de prendre une femme qui se tient au-dessus de moi, s’offense de porter mon nom, et pense qu’avec tout mon bien je n’ai pas assez acheté la qualité de son mari. George Dandin, George Dandin, vous avez fait une sottise la plus grande du monde. Ma maison m’est effroyable maintenant, et je n’y rentre point sans y trouver quelque chagrin. »

Cependant, au-delà du portrait du paysan parvenu qui vient se fracasser sur les exigences féodales – une contradiction